Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Drôle de rêve [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Capitaine Aline__Admin
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Deag Jörgan
Messages : 4996
Date d'inscription : 29/01/2011
Capitaine Aline__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de *je dois compter*
Aptitudes: Reflexes accrus ; Maîtrise le corps à corps mais mal les lames traditionnelles. A l'aise dans l'eau, mal à l'aise dans les airs ou sur un cheval.
MessageSujet: Drôle de rêve [PV] Ven 15 Juil 2011 - 21:23

Nessa longeait le Pollimage depuis plus d'une heure déjà, les yeux perdus dans le vague, les sourcils légèrement froncés et même les remous d'une Dame remontant le fleuve sur sa droite ne parvint pas à la tirer de ses pensées.
La jeune femme était perplexe. Après sa rencontre avec le Légionnaire elle s'était endormie sur la rive du Lac Chen, goûtant au plaisir des bruits de l'eau. Sereine. Puis elle s'était mise à rêver, brisant sa quiétude dans un sursaut brutal. Un foutu rêve qui avait perturbé sa nuit. Non pas
un rêve.
Le rêve.
Ce devait être la quinzième ou vingtième fois qu'elle le faisait.


#Nessa nageait dans le Grand Océan du Sud, bien loin des côtes de l'Archipel Alines, d'une brasse lente, ballotée par les courants, jouant à percer les vagues... Puis elle se noyait. Emportée par un tourbillon surpuissant, l'Océan l’absorbait, la tirant irrémédiablement vers le fond. Elle se débattait, agiter furieusement bras et jambes pour remonter mais rien n'y faisait ! Ses efforts vains elle finissait par se laisser couler, fixant le reflet d'un soleil améthyste loin au dessus d'elle. Là elle fermait les yeux, réapprenait à respirer sans que l'eau ne s'infiltre en elle, et les rouvrait, moins étonnée d'être en vie que parfaitement sèche. Autour d'elle un petit paradis s'étendait le long d'un chemin immense où était planté des centaines d'arbre au tronc sinueux, pliant sous l'éclat de mille joyaux colorés en forme de fruit. Des dragons survolaient une plaine d’herbe de cristaux parfumés et doux sous les pieds... Au centre de ce jardin enchanté une fleur d'un métal pur souillait par des striures pourpres offrait ses pétales aux rayons dorés, et en son centre, en guise de cœur, brillait une sphère du même violet que le soleil au dessus de l'Océan. *Boum... Boum...* Un bruit sourd et régulier résonnait à ses oreilles, troublant la sérénité de l'endroit. Surgissait alors de derrière un arbre deux individus, un homme et une femme qui s'avançait vers elle, main dans la main. *Boum. Boum.* la sphère dispensait une lumière mauve plus vive autour d'elle. Le couple s'approchait encore, un sourire radieux aux lèvres, et Nessa reculait, méfiante. *Boum Boum* Leurs sourires disparaissaient, remplacées par une expression douloureuse. La femme tendait une main vers Nessa pendant que l'homme couvait la sphère d'un regard barbeau, caressant ses pétales comme s'il protégeait le plus grand trésor du monde. *Boum ! Boum !* Les lèvres de la femme remuaient mais Nessa n'entendait rien. La pauvre inconnue s'agitait, tentait de se faire comprendre en désignant tantôt la fleur, tantôt Nessa, en vain. Nul son ne sortait de sa bouche. En désespoir de cause elle parcouru les derniers mètres la séparant de Nessa en courant sans que celle-ci ne songe à s'éloigner cette fois. Puis la femme posait ses deux mains de chaque côté du visage de la jeune fille en la fixant de ses yeux humides. * BOUM BOUM * Elle murmurait un mot que Nessa ne comprenait pas, probablement noyé par les battements environnant, et une larme perlait au coin de ses yeux. Des yeux qui se paraient de brume cotonneuse * BOUM ! BOUM ! BOUM !!* Une brume qui se mettait à tournoyer violemment, l’œil devenant si immense qu'il engloutit la scène avant d'avaler Nessa dans un dernier BOUM ! assourdissant. #

Et là bien sûre elle se réveillait en sursaut, trempée de sueur, la respiration haletante.
Il lui avait fallu une dizaine de minutes pour calmer les battements de son cœur. Puis elle s'était rafraichit dans le Lac et s'était remise en route pour Al Jeit, longeant le Pollimage, rassurée par le bruit familié de l'eau toute proche.
Depuis elle ressassait son rêve, cherchant comme à chaque fois une explication. C'était toujours le même. A quelques détails prêt. Quand elle était petite le couple avait commencé par la serrer dans ses bras en pleurant de joie et l'avait prise par la main pour lui montrer la fleur, une jeune pousse d'argent à l'époque, et son cœur d'améthyste : une pépite éblouissante qui flottait dans les airs... Au fils des années la Nessa du rêve s'était montrée plus réticente et le couple s'abstenait de tout contacte. Mais elle les voyait remuer les lèvres de plus en plus vite, l'implorant du regard, la pressant d'accomplir elle ne savait pas quoi. Puis la fleur avait grandit, la sphère violette perdue de sa brillance et elle ne flottait plus en l'air, préférant se reposer au centre du végétal inorganique. Chaque fois elle voyait les pétales se refermer peu à peu sur ce minuscule soleil, formant une cage mortellement magnifique autour de lui, le pourpre sombre jurant avec sa couleur douce...
Mais pour le reste, l'essentiel du rêve ne variait pas. Elle nageait, se noyait, atterrissait dans le même jardin, voyait la fleur et la sphère, rencontrait le couple, et finissait pas se faire aspirer par une tornade de nuage.

Elle se repassait inlassablement la scène, étudiant les variantes et les similitudes, forçant son ouïe à saisir les propos du couple, démêlant les sons du rêve en espérant y déceler la vérité. Mais à part ces maudits "Boum" elle ne percevait rien.

Nessa commençait à s’énerver. Elle se foutait éperdument de ses rêves en général et n'accordait à la nuit qu'une utilité biologique. Le monde du subconscient l'indifférait et jamais au grand jamais elle ne prêtait attention à ces images ternes qui se bousculaient dans sa tête. Sauf pour ce rêve ci. Peut-être parce qu'il était le seul à être en couleur, ou encore parce que son inexplicable surdité la frustrait... Sans doute parce qu'elle savait que ce n'était pas qu'un produit de son imagination. En effet elle avait fini par remarquer une constante à ces visions : elles ne se manifestaient que lorsqu'elle laissait vagabonder son esprit de "l'autre côté". Dans ce monde à la frontière du réel que les autre appelaient Spires. Toutefois elle n'aimait pas utiliser ce mot. Sûrement parce que les Dessinateurs arpentaient les Spires et en extrayaient des Dessins. Or Nessa n'en sortait jamais rien et n'y voyait guère plus. Ces rares moments d'exploration étaient flous, involontaires, et la plongeaient souvent dans le sommeil. C'est là que son cerveau disjonctait et lui envoyait ce rêve.

Qu'elle détestait.


Et ce pour une seule raison : les émotions qui en résultaient.
Nessa n'avait rien d'une émotive, elle n'avait pas de sentiments, et à vrai dire ne
ressentait rien du tout. Son corps réagissait dans telle ou telle situation mais pas son âme. Ou sa conscience. La peur lui était étrangère, l'amour et l'amitié aussi, sans parler de la compassion. Seules les souffrances physique pouvaient lui arracher une larme. Réaction physique mais jamais émotive. Aussi loin que remontaient ses souvenirs il en avait toujours été ainsi et cela lui plaisait. Elle avait été témoin des désagréments engendrés par les sentiments et tout le bataclan et ne souhaitait en aucun cas tomber là dedans. De ce fait elle se félicitait d'être une sorte de coquille vide dépourvu d'humanité, une machine indifférente n'agissant qu'à sa guise. Sauf que dans ce rêve son vide intérieur se remplissait, les larmes de la femme l'émouvait et l'homme lui faisait de la peine... et elle angoissait. Angoissait de ne rien entendre de leur supplications et - pire que tout - ressentait alors un besoin viscéral de leur venir en aide. Tout cela était bien trop perturbant pour Nessa, habituée à ce que rien ne la touche, et à son réveil le trop pleins de sensations lui causait un mal cuisant au niveau de la poitrine.
Elle avait envie de pleurer, de prendre Blanc Lapin à plein bras et de le serrer très fort contre elle jusqu'à retrouver la sérénité du néant. Et cela Nessa ne pouvait pas le tolérer. Aussi laissa-t-elle la colère prendre le dessus en attendant de rassembler ses idées. Quand ce fut le cas elle demeura perplexe, certes, mais pu enfin réfléchir avec froideur.


° C'est à cause des Spires. Oui c'est cela. Je dois accéder à un Possible qu'un Dessinateur tente de matérialiser depuis longtemps d'où les modifications. Si les personnages crées pleurent c'est que le Dessinateur le veut ou bien qu'il a peur de sa création. Moi je ne fait que voir l'origine du Dessin, comme d'habitude. C'est cela. Certainement. Le couple ne peut pas me voir et les sensations tactiles sont illusoires. Ou bien il me prend pour le Dessinateur. Voir même que je vole inconsciemment la création d'un Dessinateur, variante encore non maîtrisé de mon don. J'aime bien cette explication, je vais m'en contenter. Pour l'instant. °

Son pas se fit plus léger, son expression plus neutre, et elle se laissa distraire par le paysage.
Après s'être fictivement rassurée il ne lui fallut pas plus d'une minute pour cesser définitivement de se soucier de son rêve.
Son esprit se ferma aux Spires.

A quelques mètre de là Blanc Lapin, invisible, soupira si fort qu'une flammèche mauve sortit de sa truffe, grillant le feuillage d'un buisson proche. Puis il tourna le dos à Nessa, fit quelques bonds vers le nord et disparut dans un tourbillon blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2028-journal-de-bord-d-une-pirate-l

Drôle de rêve [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Al-Chen et ses environs-