Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Lun 12 Sep 2011 - 20:42

C'était une journée compliquée pour le dirigeant de la confrérie de l'élite des guerriers d'Al-Chen. La tonne de paperasse dont il devait se débarrasser ne cessait de s'accroître, et personne n'était là pour l'aider. La moitié de ses frères d'arme étaient partis escorter un convoi important en direction d'Al-Jeit, et un autre quart veillait au bon déroulement d'un défilé au cœur de la ville célèbre pour son grand lac. Le reste était dispersé un peu partout. Quelques-uns récoltaient discrètement des informations sur les autres clans de chevaliers, tandis que d'autres jouaient simplement le rôle de sentinelles. D'ailleurs, la plupart des groupes armés d'Al-Chen recrutaient des brutes pures et simples, et le plus souvent de la gent mâle. Celle que gérait Garrus était bien plus polyvalente. D'une part, elle recrutait toutes sortes de combattants. Archers, barbares, voleurs, assassins... Et même des guerriers dessinateurs. D'autre part, il n'y avait pas de préférences pour les hommes, ni pour les femmes. C'était probablement ici la puissance de cette guilde. La variété.

Bref, le chef n'en avait pas fini avec cette longue et chaude après-midi, et l'envie d'aller se baigner dans l'étendue bleu charron ne lui manquait pas. Cependant, il ne pouvait se douter que sa journée allait être mouvementée.
A peine le jeune homme eut-il le temps de soupirer que la lourde porte en bois parcourue de langues de métal foncé s'ouvrit à la volée.
D'instinct, le chevalier se leva, la main à la garde de son épée longue d'acier de qualité supérieur. Le manche de cette dernière était en cuir agréable à la main, qui laissait place à une garde d'acier luisant, pareille à la longue lame droite encore placée dans le fourreau, simple. La personne qui franchit la porte, essoufflée et rouge d'avoir couru tel un damné, s'appuya contre le premier mur à sa venue, et toussa, à la limite de l'étouffement. Le guerrier qui lui tenait de chef s'était levé promptement, et s'était dépêché de lui tendre une gourde, et son compagnon s'était vite repris.
Il lui déclara d'un ton pressé.


- Un groupe de pirates approche, il faut faire vite !
- La garde n'a t-elle rien vu ?
- Mais, il n'y a que nous ! Nous possédons une bonne moitié de la façade sud d'Al-Chen, et les gardes n'y ont pas accès. Ils sont juste assez loin pour que nous les ayons vus.
- Quel danger alors ?
- Vous ne comprenez pas, ils vont droit sur nous ! L'endroit où ils vont passer est la forteresse. Ce n'est pas le genre de personne à se laisser contrôler, et encore moins à laisser les armes à l'entrée.
- Hmm... Ils sont nombreux ?
- Trop loin pour le savoir.
- Alors mieux vaut ne pas traîner, on y va ! On ne laisse pas la forteresse sans défense, donc nos deux traqueurs les attendent en embuscade près des portes. Combien d'archers disponibles ?
- Un seul.
- Merde, ça va être tendu. Et de chevaliers ?
- Un seul également, sur les remparts.
- Compris, on le descend dans la cour principale, aux côtés de l'archer qui le couvre.


Ils remontèrent rapidement le dédale d'escaliers souterrains qu'avaient dû descendre en courant le récent interlocuteur du gérant de la place forte, et donnèrent les ordres à l'archère, au chevalier et aux traqueurs. Les traqueurs étaient des assassins extrêmement redoutables en embuscade, en coups bas, et dans l'obscurité. Une fois le combat engagé, ils laisseraient place au guerrier, couvert par l'archère. Garrus se protégea avec son épaulière de vargelite, et se vêtit de ses vêtements sombres et amples. Bottes et gants de cuir sombre. Son compagnon était son ami le plus proche, et arborait fièrement le haut grade de capitaine, et c'était lui qui le servait le plus fidèlement. Non pas que les autres combattants soient désobéissants, loin s'en fasse, mais lui exécutait sur le champ sans poser de questions. Ce dernier portait des épaulières et un plastron de cuir renforcé en quelques endroits de pièces de métal léger. Armé d'un arc long, comme son supérieur, et d'une épée longue, et de quelques dagues en plus.
Avant de franchir les deux énormes portes qui s'ouvraient par un mécanisme complexe, le chef déclara à son lieutenant.


- Prends garde, mon ami. Les pirates ne paient pas de mine, mais ils n'en sont pas moins des combattants accomplis.
- Merci du conseil...
- Au fait, autant éviter la castagne, donc ne sors pas ton épée s'ils ne le font pas.


En une poignée de minutes, il furent à une bonne centaine de mètres du groupe supposé être pirate. Si ce n'était pas deux cents mètres. Conformément au plan, ils ne dégainèrent pas, et ne firent qu'attendre les probables futurs adversaires, aucun signe hostile en vue.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mar 13 Sep 2011 - 18:38

Tinieblas marchait droit devant elle, suivant de quatre de ses meilleurs matelots. Elle se rendait Al-Chen pour affaire de de pirates, donc les autorités étaient priées de rester à l’écart. C’était plus un avertissement qu’une demande car c’était bien simple, toute personne se mettant en travers de son chemin finirai mort. Simple et clair pour l’équipage du Blue Terror et son capitaine pourtant les guerriers n’avaient pas l’air d’avoir bien compris. Ils se tenaient devant le porte et les attendait.

-Oh… Al-Chen nous envoie un comité d’accueil, comme c’est gentil ! dit l’un des matelots

Celui-ci était assez petit mais il n’en était pas moins redoutable. A côté de lui il y avait un colosse qui s’appelait Arthur, tout dans les muscles mais rien dans la tête. Pas très original mais il fallait attendre le reste, il y avait un autre matelot, très discret qui avait été un guerrier un jour mais il avait été renvoyait. C’était Eagle, qui marchait à côté de Tinieblas, qui l’avait recruté. D’ailleurs celui-ci déclara :

-La prochaine fois on sera plus discret.

-Difficile avec Arthur ! dit le plus petit

Tinieblas ignora les joutes verbales qui étaient en train de commencer. Tout habillé de noir, comme à son habitude. Elle portait une cape avec en-dessous une longue robe. Elle était chaussée de sandales à hauts talons. Elle était assez imposante. Eagle lui avait fait remarquer le matin même et la jeune femme avait levait les yeux au ciel puis lui avait demandé qu’elle histoire il allait leur raconter ce soir. Le pirate lui avait répondu par un petit sourire mystérieux. Il faisait toujours ça ! Au début ça agaçait Tinieblas au plus haut point mais maintenant elle s’était habituée. Et puis de toute façon elle préférait ne pas savoir, comme ça le soir, l’histoire était encore plus intéressante. La pirate disait à tout le monde qu’Eagle était un vieux sage et les autres lui riait au nez. Un pirate et un sage ! Pas possible ! Mais ça c’était avant d’avoir vu l’intéressé, au premier regard on comprenait que ce qu’avait dit Tini’ était vrai et on en avait encore plus l’impression après avoir entendu sa voix.
Tinieblas sortit de ses pensées, elle venait d’arriver devant les guerriers. Elle s’avança pour montrer que c’était elle le capitaine. Eagle vint se positionner juste derrière elle.

-Bonjour ! Pourrions-nous passer s’il vous plaît. Dit-elle d’une voix très calme

Elle doutait que ça suffise mais autant commencer poliment.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 14 Sep 2011 - 14:43

Les présumés écumeurs des mers s'approchaient. Et étaient loin d'être discrets. Aucun uniforme apparent, donc l'hypothèse que ce fut des pirates se révéla fondée. Les marins faisaient un vacarme du diable, à discuter, brailler, et étaient à la limite de se cogner pour un mot de travers ou un pied piétiné.
L'œil observateur du jeune chef décrivit la scène. Un groupe de quatre combattants visiblement menés par une demoiselle hissée sur des talons. Celle-ci se taisait. Et marchait droit devant elle, sans se soucier de rien. Son regard menaçant à lui seul démontrait son rang parmi ses pairs.
Sans se laisser impressionner le moins du monde, Garrus se prépara mentalement. Il examinait déjà les différents plans de combat. Peu de possibles. A deux contre cinq, le combat allait être impitoyable. Le résultat du duel restait incertain. Il allait perdre un ami proche en faisant son devoir. Enfin, l'empereur comptait sur lui. Le fort taux de criminalité ne cessait de croitre, et il en allait de même pour les demandes d'escorte. Du coup, moins de gardes pour plus de brigands. Lorsque quelqu'un se proposait pour endosser le lourd rôle de commandant d'une partie de l'armée d'une ville, et si cette personne connaissait son travail et que de surcroit elle était expérimentée... On ne pouvait refuser l'offre. Donc le capitaine, en plus de diriger une faction de guerriers, avait le devoir de donner des ordres à un bon tiers et demi des soldats d'Al-Chen, et possédait également le droit de servir de stratège durant les batailles. Seulement, le travail que demandait tous ces emplois était colossal. Donc il songeait à rejeter son poste de stratège et commandant. Peut-être. Bien sûr, le travail était superbement bien rémunéré. Rémunération qui servait à payer le travail trop risqué de ses mercenaires.

Ainsi, si les pirates pénétraient dans la cité, il serait responsable des dégâts et morts causés. Et en ce cas, il serait démis de ses fonctions, et chassé de sa ville natale, en option. Alors autant... Ça y était, le bruyant groupe leur faisaient face, à lui et à son frère d'arme. Le silence se fit rapidement, une tension palpable dans l'air. Les barbares redoutables sur un bateau et sur la terre ferme ne masquaient pas leur envie d'en découdre.
La jeune femme ayant tous les attributs de chef s'avança, confirmant les pensées du chevalier.
Elle déclara du ton posé que l'on arbore lorsqu'on cherche juste à faire simple mais rapide.


- Bonjour ! Pourrions nous passer s'il vous plait ?


Garrus hésita un instant. Peut-être qu'ils n'allaient que vendre leurs victuailles...
Il répliqua néanmoins, masquant à la perfection sa méfiance.


- Je suis désolé, mais il vous faut un motif valable pour venir ici. De plus, nous sommes dans l'obligation de vous séparer de vos armes.

Il supposait que l'affrontement allait commencer, et que le sang allait couler.
La distance entre les futurs adversaires n'était pas suffisante pour que Garrus puisse tirer son arc. En parlant de tireur, ils en avaient peut-être embusqués, non loin. Et même si le jeune homme ne pouvait se servir de son arme de jet, il pouvait toujours lancer son épée, comme il s'était entraîné à le faire. Ce serait en un seul coup, et il serait ensuite désarmé. Il pouvait aussi se battre à mains nues, car il se battait régulièrement de cette façon. Que ce soit avec ses guerriers ou dans la rue.
De plus, il était soutenu... S'il en abattait un, il en resterai quatre, à supposer qu'il le toucherait. Ils pourraient se les partager. Deux chacun. Il pouvait aussi retenir tant bien que mal les cinq à la fois, et permettre à son coéquipier de décimer les pirates à l'arc. Risqué, mais ainsi il sauverait des vies, et peut-être la sienne. Il fallait voir comment le combat s'annonçait. Se battre à mains nues n'était peut-être pas une bonne idée, contre des combattants comme ceux-ci.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Dim 18 Sep 2011 - 19:10

Tinieblas resta tout à fait calme, en fait elle souriait. Bien sûr c’était sarcastique! Elle jeta un regard à Eagle. Il se tenait prêt à intervenir, si un combat commençait ou si son capitaine faisait une gaffe. Enfin si elle devait trop sarcastique à son gouts et celui des guerriers qui se tenaient devant elle. Tini’ planta ses yeux verts, presque transparents dans celui qui lui avait répondu.

-Mais voyez-vous ils se trouvent que des personnes soient armés dans la ville et ceux ne sont pas vos coéquipiers. Des bandits qui ont une dette envers moi, tout ce que je veux c’est qu’ils l’a payent ! Ensuite je m’en irais. Mais j’ai besoin d’avoir mes armes si je veux m’en sortir vivante. Dit Tinieblas

En fait elle s’en sortirait vivante avec ou sans armes mais c’était moins sûr pour ses coéquipiers, à part Eagle. Et puis c’était de la faute de ses guerriers si Tini’ et ses matelots devaient entrés armés dans la ville. Oui, si ils avaient bien fait leur travail les imbéciles qui avaient une dette envers la pirate n’auraient pas d’armes à ça aurait été beaucoup plus facile. Mais si la jeune femme devait quand même donner ses armes aux guerriers ça seraient drôles de voir leur tête quand elle leur montrerait tout ce qu’elle avait sur elle. Car voyez-vous elle cache très bien ses armes et on ne peut même pas s’imaginer combien elle en a sur elle.
Tinieblas avança d’un pas vers les guerriers, leva la tête vers le chef, qui faisait au environ une tête de plus qu’elle. Elle n’avait pas du tout peur, en fait elle s’amusait beaucoup.

-C’est pas ma faute si vous faîtes pas bien votre travail. Dit-elle aux deux hommes
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Lun 19 Sep 2011 - 18:51

- C’est pas ma faute si vous faites pas bien votre travail.

Le sourire effronté qu'elle lui adressait depuis le début de l'entretien était tout à fait mignon. Provocateur, mais mignon. Le visage angélique accompagnait parfaitement son caractère rebelle. Le jeune homme lui rendit son sourire, ne craignant absolument pas la maigre distance qui les séparait. Elle pouvait lui planter un couteau dans le cœur que sa tête serait déjà tombée. Elle lui avait parlé de bandits armés dans la ville. En effet, peu auparavant, une alerte avait été donnée. Des fauteurs de troubles, ivrognes, sentant la sueur tel des prisonniers et bel et bien armés semaient la terreur en centre-ville. Ils n'avaient pas coopéré. Et l'avaient payé. Seul un petit nombre de ces mécréants s'en étaient tirés, de justesse. Dans les égouts de la ville, probablement.
En quelques instants, le chef chevalier fit le point.
D'une certaine façon, il n'avait pas le choix. D'un autre côté, il aurait pu les attendre à la forteresse, et là les pirates n'auraient eu que le repli comme solution. Cependant, il aurait risqué la vie de ses hommes. Les autres malfrats qui avaient réussi à introduire des armes dans la ville ne s'y risqueraient pas de sitôt. Mais ceux qui se tenaient face à lui n'étaient pas des rigolos. Il allait devoir combattre en calculant ses coups, comme quand il s'oppose à quelqu'un de plus ou aussi fort que lui. Pour le moment, il ne pouvait pas provoquer de combat sans une vraie raison. Il représentait la loi, tout de même. Mais l'appel du sang se faisait de plus en plus sentir.
Son lieutenant était de plus en plus tendu, et venait de mettre sa main à la poignée de l'épée. Un pas de plus de la cheftaine pirate et elle aurait du mal à marcher. Il est vrai qu'il est dur de marcher avec une jambe en moins.
Ainsi, le jeune homme lui répondit avec la même nuance dans la voix que celle utilisée antérieurement par la demoiselle.


- Nous faisons mal notre travail ? Je ne crois pas. Il n'est plus question de bandits dans cette ville, le problème est... Résolu. Depuis un moment déjà, vous arrivez un peu tard.

Il n'allait pas lui raconter sa vie, et omit de dire qu'il n'était que rarement chargé des basses besognes telles que se débarrasser d'ivrognes. Si elle apprenait son rang, elle serait motivée par le fait qu'un poids de moins serait sur elle. Malheureusement, rien que son épée et ses vêtements en disaient long. Qui possède une partie de l'équipement de la légion noire ? Quelqu'un de haut placé. Qui possède ce genre d'épée longue réalisée sur mesure par un groupe de forgerons spécialistes ? Quelqu'un de haut placé. Il était quelqu'un de haut placé.
Sans prêter attention à ces détails qu'il aurait dû masquer plus tôt, il poursuivit.


- Encore, si vous pouviez vous battre sans vos armes... Pas de ma faute si vous n'êtes pas compétents.

Il l'avait fixée dans les yeux avec cette lueur moqueuse, qui n'attendait qu'une réplique. C'était un jeu. Un jeu mortel, mais un jeu.
Sans la quitter des yeux ( ces derniers ne manquant pas d'admirer le beau visage qui lui faisait face ) il remarqua que le temps se gâtait. Un soleil de plomb était pourtant présent il y a une demi-heure. La météo faisait ce qui lui plaisait ces temps-ci... Combattre sous la pluie était un moment magique dont il fallait savourer chaque instant. Souvent, l'instinct prenait le dessus. Il fallait se fier à ses pressentiment et pas à la logique...


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Jeu 22 Sep 2011 - 18:39

Le sourire de Tinieblas s’élargie, ça devenait de plus en plus drôle. Derrière elle ses matelots étaient tendus comme des arcs, ils avaient envies de foncer sur les deux guerriers. Mais ils ne bougeaient pas, ils savaient que si ils n’obéissaient pas à leur capitaine celle-ci ne serait pas contente et mieux valait ne pas la mettre en colère. Bref, personne ne bougeait. Tini’ allait ouvrir la bouche pour répliquer mais Eagle, sentant venir les ennuis, prit la parole. Sa voix pareille à un arbre à un arbre monde à côté d’un arbuste par rapport à la voix de l’homme qui se tenait en face de Tinieblas.

-Bon, on va essayer de régler ça en adulte, si ça ne vous dérange pas ! dit-il en déployant sa voix au maximum ce qui aurait pu faire peur à n’importe qui, puis il reprit en se tournant vers les guerriers : Nous pouvons admettre que vous avez été plus rapide que nous mais le chef de cette bande est toujours en liberté. On n’a croisé un de ses amis il y a quelques heures et on l’a… Interrogé à notre manière. Il s’est avéré que son chef était toujours dans la ville, armé et avec une dizaine d’allier pour le protéger.

Eagle se tue. Les matelots de Tinieblas étaient encore plus tendus, c’était rare que le sous-chef de leur capitaine déploie ainsi sa voix. Il n’avait pas besoin de le faire pour paraître imposant et le fait qu’il ait ainsi rendue sa voix encore plus imposante leur avait fait peur. C’était signe d’ennuis pour eux… Mais pas aujourd’hui ! Là c’était juste pour calmer les chefs des deux clans qui étaient en train de jouer à un jeu mortel. Tinieblas se mettait souvent en colère mais elle ne le laissait pas paraître ce qui faisait que les joutes verbales montaient en tension jusqu’à ce que la pirate n’en explose et il ne valait mieux pas que ça arrive. Que ce soit pour son équipage ou pour son adversaire. Eagle reprit :

-Nous pouvons peut être trouvé un arrangement…

-Tu rigoles, on va passait de force si ses deux singes de veulent pas nous laisser entrer ! le coupa Arthur avec force mais même sa voix n’était pas aussi imposante que celle du vieux pirate


Tinieblas se retourna et pointa sur la gorge du colosse une énorme faux qui la dépassait et qu’elle avait sorti d’on ne sait où.

-Tu vas te la fermer sinon quand j’en aurais finis avec toi tu ne pourras plus émettre un son ! Suis-je bien claire ? dit-elle d'une voix glaciale

Puis la pirate se retourna de nouveau vers les guerriers, sa faux toujours à la main. Le fait qu’elle ait un visage d’ange et qu’elle tienne une arme mortelle à la main faisait un peu bizarre. Eagle sourit puis reprit :

-Je propose que vous nous accompagniez et comme ça vous pourrez le reste de la bande après que le chef nous ai payé sa dette, ensuite on s’en ira. Proposa-t-il
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 28 Sep 2011 - 16:11

Le truand qui semblait le plus intelligent et le plus redoutable - excepté sa cheftaine - avait pris la parole.
Sans avoir eu besoin d'intervenir, les pirates se montaient déjà les uns contre les autres, par désaccord. Ou alors était-ce normal chez eux. C'était donc ça le respect que portaient les bandits envers leur chef ? Ils ne pouvaient que prendre de la graine sur le jeune chef et son officier. Enfin, ils ne semblaient plus tellement s'en préoccuper pour le moment. Jusqu'au moment où la jolie et jeune pirate sortit une arme pour menacer l'un de ses suppléants. Bien que cette dernière fut dégainée de nul part, le stratège ne fut pas tellement surpris. C'était des pirates, après tout... Cela marcha, apparemment. La demoiselle profita du calme imposé pour se retourner vers Garrus et lui déclarer.

- Je propose que vous nous accompagniez et comme ça vous pourrez le reste de la bande après que le chef nous ai payé sa dette, ensuite on s’en ira.

Le jeune homme utilisa le temps dont il bénéficiait encore pour réfléchir à ce moyen qui ne nécessitait aucune violence. Ou presque.
Il décida néanmoins de prendre quelques risques, et répondit.


- Je ne peux vous laisser entrer en ville pour massacrer des... Rivaux. Je peux par contre vous accompagner. Nous trouverons ensemble les personnes que vous cherchez. Nous possédons le droit de nous occuper d'eux. Pas vous. Si vous voulez régler ça à la barbare, je ne peux rien faire pour vous. Cependant, je peux vous aider à préparer un " accident ". Évidemment, si le plan ne fonctionne pas, la violence sera le seul recours, et au pire, vous ressortirez le bon vieux motif d'auto défense.

S'ils ne coopéraient pas, Garrus devrait s'occuper d'eux. Un repli vers le fort était envisageable... S'il voulait faire ça, il allait devoir le jouer finement.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Dim 18 Déc 2011 - 20:53

Tinieblas sourit. Ah ! Elle adorait beaucoup les chevaliers pour une chose, ils avaient toujours des plans et si ils ne marchaient pas ils en inventaient d’autres en vitesse qui avaient donc peu de chances de marcher.

"C’est d’accord." Répondit la pirate puis elle rajouta :" Mais moi je fais dans l’improvisation."

Puis elle passa devant l’homme sans même lui accorder un regard et sa petite troupe suivit. Ils marchèrent un petit moment dans les rues dans la ville. Les passants se retournaient sur leur passage, intrigués par un pareil groupe et Tini’ ne se faisait pas discrète du tout. Elle marchait en plein milieu de la rue, ses hauts-talons claquant sur le pavé et sa cape voletant doucement autour d’elle. Elle avait rangée sa faux mais si elle l’avait gardé on aurait pu la prendre pour une faucheuse. Pas mal non ? Tout à coup elle arriva devant une petite rue étroite et elle sourit. Elle se tourna vers les deux chevaliers avec un grand sourire et leur dit :

"On ne passe pas par les chemins communs alors essayait de suivre le mouvement. Et si vous n’arrivez pas à dépasser Arthur alors arrêtez-vous. Ça voudrait dire que vous êtes vraiment trop nul. eLe colosse grogna et la pirate se tourna vers lui. "Mais mon cher toi tu vas pouvoir défoncer quelques murs si tu veux."

Il lui lança un sourire et grommela un « Va s’y ! Rattrape-toi ! » Tini’ jeta un coup d’œil au parcours puis s’élança. On aurait pu croire qu’elle volait. Enfin pas vraiment… On pourrait plutôt la comparer à un chat. Un chat tout noir… Et comme on le dit, ça porte malheur ! Alors sur qui allait-il tomber ? Sa troupe la suivait mais elle l’avait très vite distancée. Lorsqu’elle tourna la tête elle put voir le chevalier et Théo en tête et Arthur qui fermait la marche à son plus grand désespoir. Ah ! La vie est injuste ! Mais tout est temporaire ! Peut-être qu’un jour il dépassera sa jeune chef ! D’ailleurs, celle-ci venait de s’arrêter au bord du toit d’une maison. Elle sourit au chevalier quand il arrive et lui dit en montrant un bâtiment du doigt :

"C’est ici qu’ils se trouvent. Alors, vous passez en premier où c’est nous. Et puis, j’aimerais quand même bien connaître votre nom."


[Désolé pour le retard mais j'avais pas d'inspi pour la réponse...]
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Dim 15 Jan 2012 - 18:14

Finalement, un compromis avait été trouvé. Il allait donc accompagner la jolie pirate jusqu'à la planque des malfrats, puis leur régler leur compte. Si par régler leur compte il fallait comprendre retapisser les murs avec leurs tripes.
Il n'eut aucun mal à accompagner la silhouette féminine le devançant de quelques pas. Lorsqu'elle s'engagea dans une ruelle sombre et crasseuse, le guerrier et son suppléant comprirent qu'ils allaient s'amuser. Le chemin qu'ils empruntèrent fut peu commun, et bien que le jeune homme s'y aventura avec grâce et aisance, l'officier qui le secondait avait été obligé de rester en arrière pour mieux mesurer ses pas.

Les vêtements sombres de Garrus claquaient au vent. Son capuchon était rabattu, masquant un visage sans émotion. Il regardait la bâtisse délabrée dont la plupart des fenêtres étaient condamnées. Il pensait déjà au plan d'attaque. Si toutefois attaquer de plein fouet était un plan. La porte principale pendait sombrement sur ses gonds. Elle émettait de sinistres grincements, comme pour interdire l'entrée. Ils savaient choisir leur quartier général. Aucun son ne filtrait entre les murs épais du sombre bâtiment. Même en tendant l'oreille... rien. La seule solution plausible était qu'ils étaient repérés depuis longtemps. Cette idée ne plaisait pas du tout au jeune homme. La pirate déclara d'une voix cristalline.

- C’est ici qu’ils se trouvent. Alors, vous passez en premier où c’est nous. Et puis, j’aimerais quand même bien connaître votre nom.

Le jeune homme marqua un temps avant de répondre.

- Je vais y aller en premier. Ne tardez pas trop si vous voulez avoir la tête du chef,
dit il en ponctuant cette phrase d'un sourire radieux. Vous voulez connaître mon nom ? Je sais que je vous ferais entrer dans un cliché en disant cela, mais j'ai la drôle d'impression que ce sera pour me le susurrer à l'oreille quand vous en aurez fini avec moi. Pourtant... Je suis Garrus. Vous avez ma confiance, alors pas de coup dans le dos.
Ces dernières paroles, prononcées sur un ton des plus calmes, furent accompagnées d'un franc sourire. Il commençait presque à apprécier cette jeune femme. Devoir en découdre avec elle lui tirerait peut-être de légers regrets. Il n'était pas un coeur de pierre.

Il s'avança vers la porte, seul. Un oeil se présenta par l'un des nombreux trous de la porte en bois. Une voix rocailleuse déclara.


- Fais demi-tour avant qu'il ne soit trop tard.

L'oeil en question disparut. Peut-être que le couteau qui venait de fuser pour s'y planter dans une gerbe de sang en était la cause. D'un coup du plat de la botte, il brisa le faible rempart qui l'empêchait de pénétrer dans le bâtiment. Une bonne dizaine de malandrins étaient réunis dans la pénombre. Le jeune homme tira sa fidèle épée de son fourreau orné. Il coupa une gorge de la pointe de l'épée, puis décrivit un tour sur lui même pour éviter un coup de masse d'arme. Ce même tour lui permit de glisser le long du bras de la brute et de lui planter la lame dans l'aine, jusqu'à la garde, pour la ressortir, lui asséner un violent coup dans la clavicule. Il n'eut pas le temps de l'achever - bien que ses chances de survie n'étaient pas bien hautes - car un carreau d'arbalète le força à effectuer un pas en arrière. Les autres opposants s'avançaient en arc de cercle. Le plus massif, le mieux armé et le mieux protégé se trouvait en leur centre. Le chef ? Probablement. L'épée effleurant le sol, il fit deux pas vers l'assemblée. La boucherie pouvait commencer.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Dim 15 Jan 2012 - 20:23

Je souris. Ma petite troupe et moi nous trouvions sur le toit de la bâtisse alors que Garrus et son sous-chef c’était fait encercler. Nous pouvions tout voir car il y avait un grand trou dans le toit. Je sortis un arc de nul par et tirer sur le chef. Il se retourna avec un air très en colère mais dès qu’il me vit il pâlit.

-Hello, hello Arni’ chéri ! Dis-je d’une voix chantante, Je vois que tu te souviens de moi ! Alors tu dois aussi savoir pourquoi je suis là.
-Tinieblas… dit-il puis, il jeta un coup d’œil à Garrus, Depuis quand tu es allié a des chevaliers.
-Depuis qu’on a un but commun.
-Moi, je suppose.
-Non, pas toi.
-Quoi alors ?
-Ta mort bien entendu.
-…
-Mais peut être que je pourrais faire en sorte que tu es la vie sauve.


Arnatis me jeta un regard surpris aussitôt imité par Garrus et son collègue. Mon équipage descendit en bas en me suivant sans sourciller. Je souris à l’autre pirate et je tendis une main.

-Mais avant je veux que tu règles ta dette. Lui dis-je
-Tient.
Dit Arni’ en me donnant une bourse rempli d’or qu’il venait juste de sortir de sa poche
-Merci.

J’entrais dans le petit cercle privé des pirates et vint rejoindre Garrus. Je sortis un poignard de nulle part et une pomme plus lentement mais un des matelots de la vit pas et essaya de me blesser avec son épée.

-Oh ! Tu as vus ça mon chevalier ? dis-je en appuyant sur le « mon », Il a essayait de m’attaquer ! Eh ben je vais faire de l’auto défense.

Aussitôt l’ennemi qui avait essayé de me tuer se retrouva avec la tête tranché. Ma faux était apparue et ma petite équipe était passée à l’action. Pendant que je coupais les têtes Arthur les écraser. Le plus petit matelot lui attaquait comme un vrai barbare alors que le plus discret et Eagle passait comme des ombres près de leurs ennemis qui tombaient aussitôt après.

-Tinieblas ! rugit Arnatis, Tu m’avais dit que tu me laisserais la vie sauve !
-J’ai dit que j’allais essayer et puis je n’ai rien garantie pour ton équipage.

Une fois celui-ci complètement décimée je souris et fit signe au mien ne venir entourer Garrus et Arni’.

-Alors MON chevalier, tu veux le tuer ou pas ? Je te le laisse en tout cas. Dis-je en souriant
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mar 17 Jan 2012 - 22:14

Le combat ne commença même pas. Avec son équipe, la pirate était passée par les toits. Pourtant, ce n'était pas pour déclencher quelque effet de surprise, loin de là. La demoiselle disposait juste d'un parfait angle de tir. Qu'elle exploita. Un tir parfaitement ajusté, ne relevant cependant pas d'une prouesse de précision. La flèche se ficha dans le plastron du présumé chef des charlatans, entre les omoplates, le faisant chanceler. Sans se soucier du chevalier, qui était sûrement la personne la plus à craindre en ce lieu, ils échangèrent quelques paroles. Elle jouait avec la brute. La brute commençait sérieusement à s'inquiéter pour sa vie.

-Hello, hello Arni’ chéri ! Je vois que tu te souviens de moi ! Alors tu dois aussi savoir pourquoi je suis là.
-Tinieblas…Depuis quand tu es alliée à des chevaliers ?

Jusque là, des regards furtifs et de plus en plus mal à l'aise avaient été jetés dans la direction du jeune homme qui s'était placé dos au mur est, pour avoir toute la scène en vue.

- Depuis qu’on a un but commun.

De manière imperceptible, Garrus haussa un sourcil sous son capuchon. Un but commun ? Le désir de la jeune femme était la vengeance. Celui du meneur d'hommes était la paix dans la ville.

- Moi, je suppose.
- Non, pas toi.
- Quoi alors ?
- Ta mort bien entendu.

Elle marqua un temps, avec un air amusé, à la limite du diabolique. Ce qui la rendait assurément encore plus jolie. Et donc plus dangereuse. Elle reprit.

- Mais peut être que je pourrais faire en sorte que tu aies la vie sauve.

A cet instant, l'encapuchonné sentit qu'il allait bientôt intervenir. Il ne broncha pas, et se contenta d'écouter la suite.

- Mais avant je veux que tu règles ta dette.

Son ton était devenu plus autoritaire, plus sérieux. Elle tenait donc fermement à cet argent. Comme beaucoup de pirates.

- Tiens.

Il lui remit une bourse d'or clinquant. Son geste était mal assuré, comme s'il s'attendait à un mauvais coup de la part de " Tineblas ", comme Garrus l'avait entendu l'appeler. Peut-être était elle fourbe. En écoutant, en observant, et grâce à son expérience, le jeune homme réussit à se faire un portrait de la jeune femme. Bien que très charismatique, elle ne se sert pas principalement de ses formes pour parvenir à ses fins. Elle est très autoritaire, possessive, et n'est pas habituée à rencontrer une forte résistance. Elle résiste assez bien à la pression en apparence, mais dans les faits, elle est assez sensible. Elle n'est pas fragile pour autant. Adroite aussi bien au combat que dans ses paroles, elle est intelligente, et à craindre. Les méthodes " traditionnelles " ne font pas partie de son vocabulaire.

Tout en gardant un oeil sur la scène, le chevalier mit de l'ordre dans ses pensées, si bien qu'il ne comprit pas comment la tête d'un brigand arriva à ses pieds. Des paroles prononcées par la pirate, il n'avait entendu que le " mon chevalier ". Abusé par les règlements de compte, il se redressa. Comme avertis par un signal invisible, tous les pirates se ruèrent les uns vers les autres. Au final, aucune victime ne fut à déplorer pour le camp des attaquants dirigés pas la jeune femme. Abasourdi par un tel massacre, la brute ouvrit la bouche, puis la referma.

Avec un magnifique sourire, la cheftaine déclara.

- Alors MON chevalier, tu veux le tuer ou pas ? Je te le laisse en tout cas.

Avec un sourire cachant une nouvelle résolution, le chevalier déclara.


- Parce que je suis devenu TON chevalier ? Merci de m'avertir, je n'étais pas au courant. Merci de me le laisser, c'est avec plaisir que je vais m'occuper de son cas.

Grognement énervé du truand.


- Je veux un combat sans arme. Dit-il en retirant son épée de son fourreau et en la jetant par terre. Toi contre moi. Et ne compte pas sur ces singes pour t'aider, ils obéissent comme de fidèles toutous à leur maîtresse, qui va, avec un immense bonheur, te regarder te faire massacrer.

Il détacha ses couteaux de lancer de sa ceinture et de sous sa tunique et les posa sur une table.
La foule était énervée, elle réclamait du sang. Il allait leur en donner. " Arni " chargea, un cimeterre au clair. Il fut accueilli par un coup de botte dans le thorax, suivit d'un coup de coude retourné dans la mâchoire. Un coup sec du plat de la main suffit à lui faire lâcher son arme.

- Sans arme, j'ai dit !

Il se massa doucement la mâchoire, puis revint à la charge. Trop près et trop large pour être évité, Garrus se prépara à encaisser le choc. Il fut bloqué contre un mur. Il contracta les abdominaux. Ces derniers furent durement exploités. Cependant il en fallait plus au guerrier pour céder. L'adversaire cognait dur, mais ne présentait aucune garde. Direct gauche. Il tituba en arrière. Feinte vers la mâchoire, puis mouvement latéral des jambes. L'adversaire tomba, au rythme des cris des pirates.

- Debout.


Il se releva, et tenta une nouvelle fois de plaquer son ennemi au sol. Sans succès. Non seulement il faillit tomber à cause de l'esquive, mais il encaissa un rude choc à la tempe, dû à un méchant crochet. Il fut sonné pendant un moment, pendant lequel il encaissa un uppercut, deux direct qui lui cassèrent le nez, puis le firent saigner, ainsi qu'un coup de genou, qui lui coupa momentanément la respiration. Bien que mal en point, il n'abandonna pas, persuadé que cela signerait son arrêt de mort.
Fier de sa performance, Garrus se craqua la nuque et attendit que sa victime se reprenne. Cette dernière chancela dans sa direction... Pour tenter de lui asséner un violent uppercut. Sans tenter d'esquiver, il le stoppa en un coup de coude. Il s'y reprit par cinq fois. La première fois, dans la mâchoire déjà abîmée. La seconde, il la lui brisa. Le silence se fit dans l'assemblée. Les trois suivantes, il se contenta de l'achever.
Du sang sortait de la bouche et du nez déformés de l'ancien chef du groupe de brigands. Pendant le combat, son armure était tombée. Sa chemise était à présent tâchée du sang. Comme celle de Garrus, à la différence près que le sang ne lui appartenait pas.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 18 Jan 2012 - 14:45

Arthur siffla et je haussais les sourcils en souriant.

-La vache ! Je n’aimerais pas t’affronter. Dit le colosse à Garrus
-C’est vrai que comme tu es un peu dans le même genre qu’Arnatis tu n’aurais pas fait long feu.
-Moi ? Comme cet idiot ? Tu as bu ou quoi ?
-Non pas du tout. Mais bientôt oui.
-Comment ça.
-Tu vas nous payer une tournée.
-Mais tu… commença Arthur
-Hors de question.
Intervint Eagle, Tu sais très bien que tu ne tiens pas l’alcool Tinieblas.
-Et alors je suis ton capitaine et en plus je suis majeur. Tu n’as rien à dire !


Je croisais les bras, prête à une joute verbal avec le vieux pirate tout en sachant que j’allais sûrement perdre.

-Hum… Dit Tini’, depuis quand Garrus est ton chevalier ? dit Will, le discret pour détourner la conversation
-Depuis que je l’ai décidé bien sûr et personne ne me le piquera !
-Mince alors ! La revoilà avec sa sur possessivité !
s’exclama Tom, le plus petit

Je lui tirais la langue comme une gamine et je fis volteface. Je me dirigeais vers le cadavre d’Arnatis et le fouillais. Je découvris un magnifique poignard et encore une autre bourse. Je la jetais vers Arthur qui l’attrapa et regarda combien il y avait.

-Partagez l’argent. C’est votre salaire. Dis-je
-Pour une fois que tu n’es pas en retard ça change.

Tout à coup une ombre sortit de nulle part et se précipita vers moi avec un poignard. Je réagis aussitôt en sortant moi-même ma faux et je lui coupais la tête. Mais c’était trop tard, il avait déjà lancé son arme et même si elle ne m’atteint pas au cœur et se planta tout de même dans mon ventre. Un des matelots d’Arni’ avait dû se cacher et personne n’avait penser à aller vérifier dans les coins sombres si quelqu’un n’y était pas dissimulé.

-Merde. Murmurais-je en m’écroulant

Ma réputation allait en prendre un coup. Mais pire, il y avait mon honneur !


[Edit: Désolé, je me suis trompé de compte...--"]
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Ven 20 Jan 2012 - 21:32

Une effusion de sang, et la situation qui échappe à une femme trop confiante.

La pirate venait de manquer de se faire assassiner par un malin qui avait réussi à faire le mort de façon correcte. Heureusement, elle réussit à dériver la lame, qui s'était cependant plantée au-dessus de son nombril. La victime avait d'abord dangereusement pâli, puis avait essayé de se relever. Sans succès.

Garrus intervint.


- Laissez moi faire, vous n'irez pas bien loin ainsi.

Il examina rapidement la blessure qui tâchait avec provocation les vêtements de qualité de la femme. Elle saignait abondamment. Seulement, la dague était encore enfoncée dans la profonde plaie. Le problème s'aggraverait en la retirant. Il s'adressa aux hommes présents. D'une voix autoritaire n'autorisant aucune contestation, il dit.

- Quand je vais retirer la lame, je veux que toi, dit-il en désignant l'un deux, qui avait l'air assez lucide, tu presses la blessure avec ça.

Il lui tendit un pan de chemise fraichement déchiré.
Ils s'executèrent, et la demoiselle n'eut pas à souffrir d'avantage. Pendant que le pirate empêchait sa supérieur de faire un malaise, le chevalier marmonna un " un instant, ne bouge pas " et arracha un autre bout de chemise, plus long et plus large. Il souleva la tunique de la jeune femme et enroula le bandeau autour de la balafre. Bien qu'il se teinta rapidement de rouge sombre, il empêchait efficacement la bella d'aggraver son cas. Cette dernière commençait à délivrer un flot de paroles incohérentes dans le vide. Ses yeux regardaient le vague, et avaient perdu leur façade amusée, charmeuse. D'une main assurée, il effleura son front. Il n'avait fallu qu'une poignée de minutes pour que la fièvre la gagne. Il s'apprêta à la soulever en la prenant sous le cou et les genoux, mais il constata qu'une vague de désapprobation parcourait l'assemblée.

- Écoutez, leur dit-il, nous n'avons pas beaucoup de temps. Si vous voulez garder votre chef en vie, il va falloir me suivre à la forteresse des chevaliers. Je possède là-bas des elixirs capables de la guérir. Il lui faudra probablement du temps avant d'être à nouveau apte à vous mener à la richesse. Et que ce soit clair. Personne ne prend sa place. Rappellez vous de votre ami Arni.

Doucement, il souleva la blessée. Il devait faire vite, car il supposait qu'un organe important avait été touché. Il sortit et retrouva son officier. Il lui expliqua brièvement la situation. Ils empruntèrent un dédale de ruelles menant tout droit à la forteresse tout en évitant la population. Il n'y avait aucune raison de s'inquiéter pour la garde, puisque le groupe de pirates n'était pas recherché, mais passer par les rues principales attirerait l'attention et le guerrier n'avait pas besoin d'être vu comme allié des pirates allines.
Rapidement, ils arrivèrent à la forteresse repeuplée d'une bonne moitié de ses chevaliers rentrés de mission. Cela redonnait sa vigueur à la bâtisse. Des hommes vinrent proposer leur aide, mais Garrus le refusa. Seul, il progressa dans les souterrains jusqu'à sa chambre. La grande pièce était bien aménagée. Des meubles masquaient la nudité des murs en pierre, et de nombreuses tapisseries donnaient une allure chaude à la salle. Au fond, le large lit du combattant trônait. La cheminée, placée sur le mur ouest, permettait à l'éventuelle personne venant dormir de ne pas être atteint par la fraîcheur des pierres englobant toute la chambre.
Le jeune chef posa la pirate, à présent endormie, dans le lit. Il ajouta quelques couvertures pour que la fièvre ne l'achève pas. Il posa sur le feu un pot en fonte rempli d'eau qui chauffait, et où se mélangeaient paisiblement quelques plantes dites médicinales. Après une rapide toilette, il se changea. Une tenue sombre et seyante. Il remonta en surface et confia ses vêtements sales et en lambeaux à une femme qui connaissait bien son travail. Puis, il exigea que l'on prépare des vêtements neufs pour la jeune femme. Il déposa une bourse d'or sur une table et redescendit dans sa chambre. Il s'installa près de la cheminée, dans un fauteuil en cuir. Cette demoiselle cachait bien son jeu. Il suffisait de regarder les armes déposées peu auparavant sur le râtelier prévu à cet effet. Une faux, un sabre, des couteaux... Un véritable arsenal.

En attendant que la potion soit prête, le jeune homme laissait ses yeux admirer le visage angélique et maintenant si pâle de la demoiselle.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Ven 20 Jan 2012 - 22:01

-Eh ben ! Tu ne t’es pas rater ma fille. Dit une vieille femme qui se ressembler étrangement à ma mère
-Et toi maman tu n’as pas mis assez d’antirides…
-Pour une femme de mon âge je trouve que je ne fais si vieille !
-Tu rigoles mum ! On dirait une mamie.
-Peut-être parce que je ne suis pas ta mère mais ta grand-mère.
-Ouais, c’est ça ! Et moi je suis Dieu.
-Ah bon ? Ce n’est pas censé être un homme ?
-Tout compte fait peut être que tu es vraiment ma grand-mère.
-Pourquoi ?
-Tu ne comprends pas l’humour, comme les vieux.
-Tu es vache là, ma petit fille !
-Ouais bah en attendant je suis où là ?
-Je n’en ai aucune idée.
-Et maman, elle est où ?
-Sûrement en train de se promener quelque part.
-C’est très précis ça…
-Dis donc, il a bien fait le travail ton ami ?
-Hein ?
-Ton amie le chevalier il t’a bien soigné.
-Garrus ? Me soigner ? De quoi tu parles ?
-Il est temps de te réveiller ma chérie.
-Me réveiller ?

***
Je sortis de mon rêve et sentis une chaleur parvenir jusqu’à moi.

-Bah tiens ! Tu allumes un feu pour me réveiller maintenant ? J’étais habitué aux seaux d’eau avec toi, Eagle.

Je me redressais mais une douleur vive me traversa l’estomac ce qui eut pour effet de me recoucher instantanément. Mais avant un petit couinement pathétique m’échappa ce qui me donna envie de me taper la tête contre un mur. Tous mes souvenirs m’étaient revenus d’un coup ainsi que les vagues paroles qu’avait prononcé Garrus avant de m’emmener pour me soigner. Que les matelots me prennent ma place ? Ca n’arriverait jamais ! Pas avec Eagle vivant et puis de toute façon j’avais une confiance absolue en eux.
J’ouvris lentement un œil puis un deuxième et regardais autour de moi. J’étais dans une grande pièce aux murs de pierres qui pourtant était parfaitement masqués par de très belles tapisseries. Je vis Garrus qui était assis près de moi et qui m’observais. J’essayais donc de me retourner complètement mais la douleur revint et m’arracha un nouveau couinement encore plus pathétique que l’autre.

-Ça ! C’est le début de la fin. Murmurais-je

Puis je me rendis compte que je perdais encore du sang et que plus je bougeais plus il coulait.

-Pas con. Je crois que mon intelligence par avec mon sang. Garrus tu ne peux pas faire quelque chose, j’en ai encore besoin.

Tentative d’humour qui ne porta pas vraiment ses fruits.

-Arrêtes de me fixer s’il te plaît ça devient gênant. Et puis au fait, c’est grave ? Demandais-je par rapport à mon état

En fait je me demandais si après mettre fait transpercer le ventre je n’aurais pas dû être complètement assommé. Ou morte... Fallait croire que j’étais plus résistance que je ne l’imaginais.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Ven 27 Jan 2012 - 16:13

Suite à un sommeil agité et probablement douloureux, la capitaine se réveilla. Elle avait beaucoup gémi durant sa convalescence, on pouvait dores et déjà imaginer les draps tâchés de sang. Elle se redressa donc, avant de lâcher un gémissement qui attestait de la gravité de la blessure et du temps qu'elle allait prendre avant de totalement s'en remettre. Cependant, il valait mieux pour elle de se réveiller à temps plutôt que de se vider lentement de son sang et de mourir à petit feu. Lorsqu'elle écarta maladroitement les couvertures, Garrus se tourna vers le mélange qui avait fini de mijoter. Il versa le contenu du récipient dans une cruche d'argent, qui brillait à la lumière du feu, sur une table basse. Il en remplit une fiole qu'il agita doucement avant de faire volte-face vers la pirate qui parlait, davantage à elle même qu'au jeune homme. Celui-ci ne saisit que sa dernière plainte.

- Et puis au fait, c’est grave ?

Avant de lui répondre, il lui tendit le flacon encore chaud. Il lui indiqua de tout boire. Il lui répondit finalement.

- Grave ? Peut-être plus que tu ne le penses. Je ne te blâme pas... Mais tu aurais dû faire attention. Il n'y est pas allé de main morte, car s'il en avait su un minimum sur l'anatomie du corps humain, il aurait privilégié la gorge ou le coeur.

Avant de poursuivre, il balailla la pièce du regard. Les draps étaient bel et bien maculés de sang, tout comme la tunique de la blessée.

- S'il avait été expérimenté, tu ne serais plus là pour en parler. Cela dit...

Avec un sourire en coin, il ajouta.

- Votre chevalier était là pour vous secourir.

De la même manière que la pirate auparavant, il accentua le " votre ". Il regarda brièvement la blessure.


- Il va falloir changer correctement les bandages. Et si tu le souhaites, des vêtements propres t'attendent.

Il conduisit la jeune femme vers les escaliers, où il l'aida à remonter en surface. Ils arrivèrent dans la cour principale. Le chevalier se dirigea vers l'infirmerie. C'était un grand bâtiment clair et entretenu. Les facades étaient carrées et les fenêtres s'y alignaient. Le jeune homme poussa la porte de bois. Ensuite, ils allèrent dans une chambre où trois personnes - un homme et deux femmes - les attendaient. Ils devaient lui changer ses bandages, lui donner quelques elixirs de guérison puis laisser les deux meneurs d'hommes discuter des évènements à suivre.



Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Ven 27 Jan 2012 - 18:16

Je m’insultais mentalement. J’insultais le monde entier à vrai dire… Maintenant que j’étais complètement réveiller et en possession de tous mes moyens je me rendais compte à quel point j’étais idiote et pathétique. Et surtout que cette foutue blessure me faisait un mal de chien ! Alors il ne fallait pas s’étonner que je sois de très mauvaise humeur.

"-Vous êtes drôlement amochée jeune fille." Me dit une femme pendant qu’elle changeait mes bandages
"-Non sans blague ? Je n’avais pas remarqué !" dis-je, sardonique
"-…
-…
-Vous vous êtes fait ça comment ?"
demanda l’autre
"-Je suis suicidaire et j’ai décidé de me tuer malheureusement Garrus est arrivé et il a décidé de me retenir en ce bas monde. Quel crétin ! Toutes ma famille s’est fait tuer devant mes yeux et mon petit copain vient de me quitter. Ma mère c’était un exemple de gentillesse et patience et ma sœur un petit ange… Mon père je l’adorais… Et ils sont morts, partis définitivement. J’aurais aimé les rejoindre mais bien entendu ce chevalier minable ne voulait pas me laisser partir. S’il vous plaît tuer moi !" dis-je d’une voix misérable et désespérée

L’homme se retourna vers moi puis vers ses collègues et ils échangèrent un regard qui en disait long sur leurs pensées. J’eu un petit sourire intérieure en me disant à la fois que j’étais une excellente menteuse et que j’allais pouvoir être tranquille maintenant. En attendant qu’ils partent je me remémorais un souvenir d’enfance assez… Hum… Glauque.

***
"Viens ici petite punaise." Me dit le premier homme en m’attrapant par le poigner

Je lui mordis la main et lui envoyait un grand coup de pied dans les genoux et il me lâcha en poussant un cri. Le deuxième essaya de me rattraper mais je me penchais et décidais de rejoindre la hauteur réconfortante que m’offrait le toit de la petit maison d’en face. De là-haut je tirais la langue aux deux hommes en noir puis me remis à courir.

"Ah ! Tu n’es même pas capable d’attraper une fillette de neuf ans espèce d’idiot." Entendis-je derrière moi

Puis vient le bruit de course derrière moi. Les deux imbéciles avaient décidé de me suivre ! Ils voulaient jouer. Eh ben ils allaient jouer ! J’accélérais l’allure et pendant plusieurs minutes je les fis passer par des passages étroits et dangereux. Puis, au bout d’un moment je décidais de descendre des toits pour retrouver la terre ferme. Le problème c’est qu’il y avait une impasse et que les deux hommes venaient juste d’arriver, me bloquant ainsi toutes possibilités de fuir. Ils voulaient sûrement me capturer pour que je leur serve d’appât et qu’ils puissent faire venir ma mère et la capturer. Ce n’était pas les premiers, nombreux étaient les personnes qui voulaient voir Pitsha en prison ou morte.
Mais, ce serait les premiers à réussir ! Je me recroquevillais dans un coin avec un air de petit chien apeuré. Les deux hommes s’avancèrent mais tout à coup l’un des deux tomba à mes pieds et je vis du sang se mettre à couler sur sa tunique. Arthur surgit de l’ombre, brandit sa massue au-dessus de la tête de l’homme encore en vie et lui fracassa la tête. Je me précipitais dans les bras de mon sauveur. Il n’avait que dix-sept ans mais il était quand même l’un des meilleurs pirates du Blue Terror !

"-Merci !" murmurais-je
"-De rien. Maintenant on rentre."

Il me prit la main et se retourna mais moi je restais immobile, les yeux fixaient sur l’homme à la tête explosait.

"-Tu viens ?" me demanda Arthur
"-Regarde on dirait une fleur"

En effet, le sang avait formé une fleur sur le pavé de la rue. Une fleur sanguinolente mais magnifique quand même. Enfin, pour mes yeux d’enfant… C’était une des choses les plus belles que je n’avais jamais vue. Mon sauveur me regarda avec un air interloqué.

"-Tu t’es cognais la tête Tini’ ?" me demanda-t-il, "J’aurais peut-être le tuer avec un peu plus de finesse, de montrer un spectacle pareil à ton âge ça va te traumatiser."
"-Pourquoi ? C’est tellement beau ! "


***
Je fus sortit de mes pensées par Garrus. Je lui souris distraitement.

"Alors mon chevalier, on fait comment ? Ils savent qui je suis tes collègues ? J’espère qu’ils ne connaissent pas mon nom, je suis quand même assez réputé." lui demandais-je

Il fallait quand même que je montre un minimum de bonne humeur envers lui. C’est quand même lui qui m’a sauvé et contrairement à ce que j’ai fait croire aux trois imbéciles qui ont enfin décidés de partir après m’avoir soigné, je lui en suis reconnaissante.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Dim 29 Jan 2012 - 14:53

Pendant qu'elle subissait des soins plus poussés que ceux reçus jusque là, la pirate rembarrait proprement les médecins. Elle leur apprit avec tact et délicatesse qu'ils ne devaient pas se mêler de ce qui ne les regardait pas. Cela fit sourire Garrus.
Le chevalier s'adossa au mur et attendit que la pirate en eut terminé avec ses bandages et vêtements. Comme lui, elle se perdit dans ses pensées. Lui ressassa ses souvenirs de combats méritant d'être chantés. Elle sembla se remémorer un souvenir peut-être douloureux.
Le changement de vêtements et de bandages fut rythmé par les gémissements étouffés qu'émettait la jeune femme. La blessure devait être traitée efficacement. Elle était trop dangereuse pour être ignorée. Un peu comme la pirate elle même. De ce fait, le guerrier sourit. Il s'avança doucement vers la pirate qui commençait à se relever, décidée, bien qu'assez douloureusement. Il lui en fallait visiblement plus pour l'arrêter, et pourtant ce n'était pas elle la plus imposante dans sa troupe. La plus redoutable, probablement, mais pas la plus résistante, loin de là. Il l'aida à se relever, puis l'écouta. Elle avait en effet quelque chose à dire.


- Alors mon chevalier, on fait comment ? Ils savent qui je suis tes collègues ? J’espère qu’ils ne connaissent pas mon nom, je suis quand même assez réputé.
- Hm, non, je pense que mes frères ne savent pas qui tu es. Tu n'as jamais été réellement recherchée par ici, je suppose, sans quoi je l'aurais su. En revanche, tes amis ont dû aller vers la taverne, et sont très sûrement en train de faire connaissance avec mes chevaliers. Au fait, tu penses repartir bientôt ?

Il écouta la réponse de la demoiselle et hocha la tête en souriant.

- Suis moi, déclara t-il, on va essayer d'empêcher le carnage.

Ils sortirent de la chambre, puis de l'hospice. Ils leur fallurent de traverser la place de terre battue, de contourner la fontaine et d'ouvrir une porte pour accéder à ladite taverne. A partir de cet endroit précis, ils ne virent plus rien. Pour la plupart, c'étaient des colosses, aussi bien pirates que chevaliers. Ils formaient visiblement une foule autour de quelque chose. Quelque chose que l'on pouvait aisément deviner. Un cercle, où deux opposants se battaient. Un plus grand nombre de guerriers que de pirates siégaient en cette pièce, pourtant ils avaient décidé de régler leur différends en combat équitable. Un guerrier s'apperçut qu'il gênait son supérieur. Puis un second. Et un troisième. Ils s'écartèrent et hurlèrent.

- Faites place !

Une haie d'honneur se creusa dans les rangs, avançant en compagnie d'un silence de mort. Le combat même s'était arrêté. Garrus fit deux pas, puis déclara pour la cheftaine.

- Madame...

Ils se dirigèrent vers le cercle de combat, où Garrus tira deux fauteuils de cuir sombre. Il invita la jeune femme à s'asseoir, puis fit de même. Ils étaient situés au bord du ring improvisé.

- Reprennez. Et je veux un vrai combat, ordonna t-il en insistant sur le " vrai ".

Pour marquer l'effet " je suis le patron " il sortir d'une poche une longue pipe de rougeoyeur, et l'alluma rapidement à l'aide d'un dessin basique. De la fumée mauve s'en échappa. Au même instant un des deux combattants encaissa un violent coup et les hurlements reprirent.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Dim 29 Jan 2012 - 17:47

Je souris en voyant l’homme se faire tabasser par son adversaire. Puis je jetais un regard à Garrus, comme ça il fumait ? Il avait souri quand j’avais répondu à sa question en disant ceci :

"Ah ! Mes matelots ! Si ils n’y sont pas c’est qu’ils sont morts et comme ça risque pas d’arriver on les trouvera sûrement là-haut. Pour ce qui est de repartir je ne crois pas que j’arriverais à sortir de la ville vu mon état alors je vais éviter mon honneur est déjà au plus bas !" puis je grommelais :" Heureusement qu’ils savent pas qui je suis ou alors j’aurais encore vu des fleurs rouges…"

Bon au moins j’arrivais à faire sourire quelqu’un, alléluia ! Peut-être que demain j’aurais retrouvé mon humour, un peu sarcastique, en entier demain.
Le combattant tomba à terre et on le porta hors du ring. Le vainqueur resta et il se mit à hurler de rire d’un coup en voyant son prochain adversaire. Moi, de mon côté je ricanais et je le plaignais. C’était tout simplement Eagle qui venait d’apparaître et le fait qu’il soit vieux faisait de lui un perdant. Du moins pour l’autre combattant. Mais une minute plus tard il fut évacuer en urgence à cause d’une côte et d’une jambe cassées, un nez en sang, plusieurs dents manquantes et quelques fractures réparties sur tout son corps. Il allait devoir rester couché pendant quelques temps celui-là !
Le prochain adversaire de mon grand-père fut Arthur, ce n’était pas la première fois. Ils avaient fait le coup plusieurs fois sur me Blue Terror et le combat risquait de prendre du temps. Force brute contre finesse. On ne pouvait jamais prévoir qui allait gagner avec ces deux-là ! Will et Tom apparurent à leur tour derrière moi.

"-Alors Chez ça roule ?" demanda Tom
"-Je me suis fait trouer le ventre comme un gruyère par cet imbécile alors je vais te dire mon état. Un mal de ventre atroce, le mal à la tête qui pointe et je fais dans la mauvaise humeur.
-Tss ! Je crois que finalement je vais retourner me cacher moi !"


Will resta silencieux derrière moi.

"Tu avais raison, ils sont là mes matelots."Dis-je à Garrus, "Mais dis-moi vas-tu nous gratifier du combat dans le ring ou vas-tu rester assis tranquillement. En tout cas dès que je suis rétablie je te prend comme adversaire mon chevalier."

Il ne dit rien. Il devait sûrement être plongé dans ses pensées mais moi j’aurais aimé qu’il me réponde alors comme une enfant très curieuse et impatiente j’émis un « Tu penses à quoi mon chevalier ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Lun 30 Jan 2012 - 21:40

- Mais dis-moi vas-tu nous gratifier du combat dans le ring ou vas-tu rester assis tranquillement ? En tout cas dès que je suis rétablie je te prend comme adversaire mon chevalier.

La question que la jeune femme venait de poser resta en suspension dans l'air imbibé de l'odeur de la sueur, de l'alcool et du sang. Pourtant la bulle formée par le chevalier et la pirate semblait intouchée, et intouchable, comme si la bestialité et la grossièreté de la scène ne pouvaient les atteindre. D'un oeil inquisiteur, il examina chacun des combattants passés, ou les autres qui se préparaient mentalement et physiquement. Un pirate battait un guerrier, puis un guerrier battait un pirate. Ils se valaient tous, bien que parfois certains duraient plus que d'autres. Celui qui se démarquait depuis un moment déjà était pirate. Il enchaînait les duels avec une facilité déconcertante, et créeait une opposition plus forte que jamais entre les deux factions. Toutefois le chef de meute attendait le bon moment. Lentement, de la fumée opaque s'échappait de ses lèvres entrouvertes. Une victime de plus. Il insipira dans le creux du bois sombre. Une autre victime. Il laissa la fumée envahir ses poumons. Encore une. Il exspira puis, au même moment, se leva. En un geste il retira sa tunique ample et sombre. Il se retrouva en chemise blanche, en pantalon noir et bottes de cuir. La pipe qui se tenait un instant auparavant au creux de sa bouche avait disparu, aussi brusquement qu'elle était apparue. Le silence s'était fait au moment même où il avait avancé ses pieds sur la ligne imaginaire du cercle de combat. Tous les regards étaient rivés sur lui. Simplement, il dit, un sourire aux lèvres.

- A mon tour.

Il venait d'ignorer proprement la meneuse des brigands, mais son sourire expliquait d'une façon aussi simple que précise toutes ses intentions et pensées précédentes. Il songeait depuis le début à rentrer dans l'arène. Seulement, tous étaient trop... Faibles. Pour se mesurer à lui. Non pas qu'il se jugeât supérieur aux autres. L'un d'eux aurait bien fini par l'avoir, par chance ou par talent. Mais non. Il avait attendu que l'un d'eux brille parmi les autres pour intervenir. D'une part pour montrer à ces pirates que les chevaliers méritaient leur réputation, et d'autre part pour leur donner un spectacle digne de ce nom.

Ainsi, il pénétra au coeur de la place. Les deux hommes se jaugèrent du regard. Chacun possédait une extrême volonté et une expérience innée du combat, au corps à corps, à mains nues, comme à l'arme longue, courte ou de jet. La lutte allait être terrible.

Ils s'avancèrent l'un vers l'autre. Ils échangèrent les coups rituels, sans se causer la moindre blessure. Le chevalier sentait que bientôt, la violence et la douleur serait au rendez-vous. Une feinte de jambe créa une faille exploitable dans la garde du pirate. Le coup était risqué, mais l'enjeu était de taille. Le pirate n'eut cependant qu'à déplacer son buste pour éviter de se faire briser la mâchoire. A l'instant où Garrus fut repoussé à l'aide d'un coup de pied dans les cotes, les cris reprirent. Des encouragements de chaque côté. Le guerrier avait vu le coup venir, et l'avait simplement encaissé. Son adversaire possédait hélas une puissance unique en son genre, ce qui avait valu la fracture d'une ou deux cotes. Garrus ne s'était pas attardé sur le physique de son opposant, car avec ce type d'adversaire, la taille, la musculature et le visage ne valaient rien, ne signifiaient rien. Sans plus tarder, le chef balança ses jambes vers le visage du pirate en un magnifique coup de pied retourné. La rapidité et l'improbabilité du coup avait suffisamment surpris le champion marin pour qu'il n'ait pas le temps d'esquiver. Il avait donc dévié son visage, et le jeune homme lui avait sauté dessus.
Il l'enchaîna à une vitesse et une puissance surprenante. Direct gauche, direct droit, crochet droit, uppercut gauche. Un coup était bloqué, l'autre évité de justesse. Aucun ne porta. Décidant de ne pas laisser de temps mort, il l'attrapa au coup. Il se colla à lui et l'envoya dans un pilier de la pièce, pour finalement l'attraper une nouvelle fois, puis enchaîner une courte série de coups de genoux dans le ventre de sa victime. Ceux-ci n'envoyèrent pas pour autant le pirate au tapis. Le pirate tenta de faucher Garrus. Il y parvint, mais ce dernier se rattrapa au sol de justesse. Il se redressa pour voir le coude gauche de son adversaire arriver droit vers son nez. Il se baissa de quelques pouces, et envoya à son tour un coup de coude, retourné et exécuté avec une parfaite science du combat. Entre son attaque et celle du chevalier, le pirate s'était retourné. Et à présent il était au sol. Le nez en sang et la mâchoire très sûrement fracturée, le pirate se releva. Il tenait là où les autres succombaient. Impressionnant. Il essaya maladroitement d'assener un coup de poing au chevalier. Celui-ci lui attrapa le poignet et le faucha d'un mouvement latéral des jambes et des hanches. Il attendit qu'il se soit relevé pour reprendre. C'est-à-dire une poignée de minutes plus tard, quand le pirate fut de nouveau apte à combattre. Le chevalier dut encaisser une légion de coups qui lui ouvrirent différents endroits du visage, dont les tempes et les pommettes, avant de porter un coup efficace. Un violent uppercut qui altéra les sens du bandit. Ensuite, il eut à encaisser un coup de tibias dans la cuisse gauche, un autre dans les cotes - et certaines se brisèrent - puis enfin celui qui l'acheva, un dernier coup retourné porté au visage.

Le combat avait été violent, mais précis, tactique et... exquis. Garrus était loin d'en être sorti indemne, et se souviendrait de cette lutte acharnée comme d'un bon souvenir, et son visage allait par ailleurs en garder les traces.




[edit : clique sur " lutte ", avant le combat. --> " la lutte allait être terrible ". Enjoy ;-) ]


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mar 31 Jan 2012 - 19:44

Je me redressais dans mon siège à chaque coup qu’Arthur recevait et je devais me retenir de pousser des gémissements causés par la douleur. Je savais très bien que ce n’était qu’un petit combat et que Garrus avait le droit de le blesser comme le colosse avait le droit de blesser mon chevalier mais quand même. Je ne pouvais pas rester de glasses alors que mon créateur de fleurs rouges était en train de se faire tabasser. Je voyais que derrière mes trois autres matelots se tendaient aussi. Arthur était leur collègue mais aussi leur ami. Alors quand le combat fut terminé ils se jetèrent sur lui comme des loups affamés l’en soulevèrent du sol. J’aurais voulu les aider mais j’eu déjà assez de mal à les suivre. Je ne pus m’empêcher de jeter un regard assassin à Garrus, ce n’était pas sa faute, enfin pas vraiment… C’était l’instinct qui me poussait à me montrer un minimum agressive avec tous ceux qui touchaient à mon équipage. Les chevaliers et les pirates s’écartèrent sur notre passage. Un homme se retrouva à être mon souffre-douleur parce qu’il nous avec regarder un peu notre. Je lui écraser le pied avec mon talon et lui foutu une baffe.

"-Y a un rien à voir. Retourne faire joujou avec tes amis avant que tu ne perdes définitivement la vue." Sifflais-je
"-Calme-toi Tini’. Il n’a rien fait le pauvre." Me dit Eagle me pausant une main sur l’épaule

Je détournais la tête et sortis de la taverne le menton haut. Puis je montrais le chemin de l’infirmerie aux autres. J’ouvris la porte et la tiens le temps que Will, Tom et mon grand-père fassent entré le blessé. Puis j’entrais à mon tour et je vis les deux femmes qui m’avaient soigné me dévisager.

"Celui-là il n’est pas suicidaire ! Ce n’est pas qui me suis passé les nerfs dessus !" dis-je avec un sourire intérieur

Will se tourna vers moi avec un visage interrogateur et je lui fis un geste vague de la main pour lui dire de laisser tomber. Il alla s’assoir sur une chaise dans le coin de la pièce et je l’y rejoins. Puis je me mis à patienter. Eagle sortit quelques minutes et revint avec un plateau de dames sortit d’on ne savait où. Il vint à son tour s’installer près de nous et je me tournais vers lui, tournant le dos à Will. Le vieux pirate posa le plateau sur ses genoux. Il bougea un pion et le jeune homme passa un bras par-dessus mon épaule pour bouger un des miens.

"-Depuis quand on peut jouer à trois ?" demanda Eagle
"-Bah moi ça ne me dérange pas." Dis-je alors que Will haussait les épaules
"-Bon… Comment elle va cette guérison.
-Elle avance, elle avance.
-Tu en veux à Garrus.
-Pas vraiment.
-Pauvre Arthur.
-Il aurait dû faire plus attention."
Dit Will
"-Quand je disais qui ressemble à Arnatis !
-Mouais, peut-être un peu moins idiot."
Théo avança son pion en parlant
"-Pas sûr !
-Attention Tom doit entendre et il va tout lui répéter."
Will avança de nouveau mon pion
"-Tu me laisses jouer oui ? Moi, personnellement je m’en fous, il ne me touchera pas parce que tu me protègeras mon Willounet !
-Ah bon ? Je n’étais pas au courant. Et puis c’est le rôle de ton chevalier pas le miens
-Quand on parle du loup…"
murmura Eagle alors que la porte s’ouvrait pour laisser apparaître Garrus

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 1 Fév 2012 - 19:28

Autour du vainqueur, l'humeur était au beau fixe. De la bière coulait à flots, des guerriers chantaient et dansaient, tandis que d'autres, inspirés par le précédent combat, tentaient d'égaler la prouesse des duellistes. A l'écart de la cohue générale, le chevalier était assis sur un simple tabouret de bois, et un autre guerrier, qui ne s'était pas encore battu, demeurait penché vers son visage avec en main une fine aiguille de fer, du fil, ainsi que des bandages. Il recousait visiblement les blessures les plus importantes du gagnant.

- Tu l'as démolli !
- Il ne m'a pas loupé non plus.
- Ouais, enfin c'est quand même toi qui l'as mis à terre.
- Peut-être, mais tu l'as vu ? Il avait au moins quinze ans de plus que moi.
- Et alors ? Tu n'y es même pas allé à fond je suis sûr.

L'homme chargé d'aider Garrus à se remettre des coups reçus enfonça un peu trop pronfondément l'aiguille dans la chair, ce qui tira au jeune homme une exclamation.

- Fais ça plus doucement, on a tout notre temps.

L'homme grommela un " désolé " dans sa barbe touffue et se remit à l'oeuvre plus doucement. Garrus ajouta.

- Et pour ta gouverne, non, je n'y suis pas allé " à fond " comme tu dis. Je ne pouvais pas. Il m'en empêchait clairement. Si je le chargeais, il m'enchaînait proprement, et le combat aurait été fini.

- Je suis certain que c'est faux ! Tu as vu la tête de leur chef quand tu l'as mis au sol ? Elle était furieuse. Elle sait très bien que tu es le meilleur. D'ailleurs, tu devrais aller lui parler, je crois qu'elle est plus vexée que furieuse en réalité.

Intérieurement, le combattant approuva. Il déclara néanmoins.

- Si tu le dis. Tu as terminé ?

Le destinataire de cette réponse roula des yeux, exaspéré. Garrus ne l'écoutait jamais, et ce n'était pas faute d'avoir essayé de le raisonner.

- Ouais, ouais... J'ai terminé.

En guise de réponse, le blessé se leva. Les coups qu'il avait reçus se faisaient réellement ressentir désormais. Il boîtait légèrement, et sentit que ses cotes étaient finalement touchées. Il tenta une dernière fois de convaincre son frère d'arme.

- Regarde moi. J'ai l'air de l'avoir écrasé ?
- Humph. Peut-être pas, mais lui a bien l'air d'avoir mordu la poussière.
- Ne le sous-estime pas. Si j'en avais eu la force, je t'aurais déjà mis une taloche.

Garrus conclut la conversation en se dirigeant vers la porte, puis alla en claudiquant vers l'infirmerie. L'expression que l'on avait pu descerner sur le visage de la pirate était assez trouble. D'abord de la rage, puis de l'indignation, et enfin... Du mépris. Peut-être. En tout cas, elle était sûrement vexée. Elle ne s'attendait probablement pas à être rabaissée de la sorte devant ses hommes, et Garrus le comprenait. Il aurait sûrement réagi de la sorte si la situation avait été inversée. Il ne savait pas pourquoi il allait voir la demoiselle. Pour s'excuser, sans doute. Il espérait que cela n'allait pas entraîner de réel conflit entre les deux factions.

Il poussa la porte et pénétra dans le bâtiment. Il parcourut quelques couloirs pour arriver à la pièce d'où s'échappaient des discussions. En s'appuyant au mur, il fit irruption dans la chambre. Ils étaient regroupés, et jouaient. Tous tournèrent la tête vers lui, et les conversations cessèrent aussitôt. C'est à cet instant que le chevalier se demanda de quoi il avait l'air. Les plaies au visage avaient été nétoyées, recousues puis bandées, mais les lèvres des blessures le tiraient douloureusement. Sa démarche mal assurée lui donnait un air faible. Pour mettre fin au silence ambiant gênant, il déclara.

- La demoiselle voulait un combat, elle l'a eu ? Satisfaite ?


Il forca la pirate à le regarder en maintenant ses yeux rivés dans les siens.



Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 1 Fév 2012 - 20:44

Je fixais Garrus sans aucun problème et un sourire ravi apparu sur mon visage d’ange.


"-Plus que satisfaite mais…"
començais-je

"-Magnifique combat !"
m’interrompit Eagle

"-F-A-N-T-A-S-T-I-Q-U-E !"
continua Will

"-J’ai rarement vu d’aussi beau combat. Le dernier ça doit être celui de Tinieblas et de sa mère. Alors ça ! C’était vraiment du grand art !"
rajouta Tom

"-Le problème c’est que maintenant on a le capitaine qui ne peut rien faire à part gueuler et le musclor de l’équipage en fauteuil roulant.
-Tss…
-Mais je ne gueule pas puis…"
essayais-je de nouveau

"-Ca va pas arranger nos affaires tout ça !
- Dans le genre équipage pourri, y a pas mieux."
Dit Tom alors que j’avançais un pion

"-NON!"
hurla Will alors qu’Eagle ricanait

"-Tellement beau ce combat que dès que je peux me lever je te fous une de ces torgnole Garrus!"
murmura Arthur en décalé

"-Oh non ! Ca y est ! Regarde ce que tu viens de faire Tinieblas ! Ce vieux renard va nous faire le coup du « j’encercle les pions ennemis pour les coincer complètement » ! C’est mort ! On a perdu !"
continua Will sans prêter attention au blessé

"-Oh merde alors !"
dis-je

Alors je me levais alors de mon siège et m’avançais vers Garrus je lui pris le menton entre deux doigts et lui fis pivoter la tête. Je murmurais un «T’es bien arrangé toi ! » puis je lui mis une claque digne des plus grandes.


"-Ça c’est pour avoir blessé Arthur ! Non mais franchement il ne faut pas faire aussi mal à ses collègues chevaliers Garrus ! Ce n’est pas bien ! Surtout quand on est jaloux !"
dis-je en faisant la moue

"-Parce qu’il est jaloux."
Demanda Eagle

"-Je sais pas.
-Ah…"


Puis je déposais un petit baiser sur la joue de mon chevalier.


"Et ça c’est pour que tu pardonnes à Arthur de t’avoir blessé et aussi pour te remercier de m’avoir soigné."
Puis je désignais Garrus aux infirmières," Celui-là je l’ai blessé sans faire exprès. Je le jure ! Je suis somnambule ! "


Puis, Tom se mit à raconter mon combat avec ma mère. C’était bien sûr juste pour rigoler et en plus aucune de nous deux n’avaient gagné. On avait fini par tomber dans l’eau ensemble parce que j’avais trébuché et que j’étais tombé sur ma mère. Bien entendu on est tout en haut du mât et nous avions fait toute les deux des magnifiques plongeons. Et après on avait un peu bu. Enfin plutôt beaucoup…


"Tinieblas au bout d’une demi-heure elle était en train de chanter une chanson complètement débile debout sur la table avec sa mère. Pas une pour rattraper l’autre !"
ajouta Will
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Sam 4 Fév 2012 - 21:22

Le chevalier sentit passer la claque qu'il reçut pour toute réponse. Quelques bandages sur sa joue gauche partirent droit vers le sol après un court vol plané, et certaines sutures se rouvrirent. Son comportement était vraiment étrange. Elle enchaîna avec un baiser. Oui, très étrange.

- Et ça c’est pour que tu pardonnes à Arthur de t’avoir blessé et aussi pour te remercier de m’avoir soignée.

En se massant la joue, Garrus répondit, avec un sourire marqué.

- Tentative de corruption, madame la pirate ? Je pourrais vous faire enfermer pour ça, vous savez.


Il attendit une poignée de secondes sous le regard faussement triste de la pirate avant de poursuivre, plus sérieux.

- Soit, je le pardonne. Jusqu'à ce qu'il prenne sa revanche.


Tinieblas allait répliquer, cependant un pirate lui coupa la parole - une fois de plus - pour raconter une histoire qui n'avait absolument aucun rapport avec les évènement récents. Il était question d'une dispute entre la capitaine et sa mère. La dispute avait mal tourné et s'était terminée aux ongles et aux crocs. Pour se conclure dans l'alcool. Des détails manquaient à l'histoire, tant le matelot qui la racontait semblait pressé d'y ajouter de nouveaux éléments. Tous s'étaient beaucoup amusés ce jour là. Certains riaient en se remémorant ces souvenirs probablement assez lointains, d'autres pensaient plutôt au réveil auquel ils avaient eu droit le lendemain, et en compagnie, bien sûr, de la migraine allant avec. Des rires, des grimaces, des cris et des contestations, voilà de quoi se constituait la scène qui s'offrait aux yeux du chef des chevaliers. Ce dernier s'était adossé à un mur et écoutait, et souriait. Le spectacle devant lui était plutôt cocasse. Ils parlaient de leur cheftaine comme d'un camarade alors que celle-ci n'arrivait même pas à s'imposer et à placer un traître mot.

La seule fenêtre de la pièce indiquait par la faible lumière qui filtrait dans les rideaux de tissu blanc que la soirée commençait. Il ne savait hélas pas où la demoiselle allait dormir. Les lits de l'hôpital n'offrait en effet que peu de confort, et Garrus se sentait comme obligé d'offrir à son invitée un minimum d'aisance. Il pouvait toujours changer ses draps ensanglantés et offrir sa chambre à la pirate. L'auberge était bondée à cause de la présence des pirates, il ne pouvait donc pas aller y dormir. Il lui restait toujours la belle étoile. Il ne faisait pas spécialement chaud, mais pas froid non plus.
Il fit un pas vers le groupe qui causait le vacarme omniprésent dans l'infirmerie. Il allait aviser pour sa chambre.


- Tinieblas ? Où souhaites-tu passer la nuit ? Dans ton état, le repos est le meilleur remède. Ma chambre est à ta disposition, si tu veux. Sauf si bien sûr tu préfères passer la nuit à côté de tes hommes, dans la sueur et l'alcool.


Il ponctua sa phrase par un demi-sourire. Et c'est ainsi que les pirates échangèrent des regards qui voulaient absolument tout dire. Garrus offrait sa chambre à leur chef ? Ils n'y interprétaient là qu'un seul et unique message.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 8 Fév 2012 - 19:03

"Garrus…" commençais-je," Je vis dans l’alcool et la sueur tout le temps et rajoute l’humidité du bateau.
-Oui mais tu es blessée ma belle."
Me dit Eagle
"-Ça serait mieux que tu dormes dans un endroit un peu plus propre et moins bruyant que cette auberge. "rajouta Will
"-Ouais surtout qu’il ne doit plus avoir de place." poursuivit Tom
"-Mais aux dernières nouvelles messieurs c’est moi le chef ici.
-Oui c’est ça. De toute façon on ne te laissera pas entrer dans cette auberge alors tu dormiras dehors.
-Je suis d’accord…"
murmura Arthur
"-Oh toi ! Le grand blessé ferme là !"

J’étais déjà de mauvaise humeur avant mais là j’étais en surchauffe, sur le point d’exploser. L’apothéose de ma colère. Alors au lieu de la lancer sortir calmement comme un pirate de base je partis en claquant la porte comme une jeune fille en pleine crise d’adolescence. Sans même réfléchir je fonçais dans la chambre de mon chevalier et claquait sa porte aussi. Je ne la fermais pas à clé, de toute façon le premier qui entrerait risquerait de se prendre un couteau. Mais au lieu de me mettre à hurler ou un pleurer, je pris tout simplement plusieurs poignards et respirait un grand coup. Il était temps que je me remette au travail, blessé ou non. Je me mis donc en action, je me mis à lançais les poignards et les rattraper de plus en plus vite jusqu’à ce que ça devienne une danse. C’était ma mère qui m’avait appris ça. Elle se mettait à tout instant avec n’importe qu’elle arme. Sautant, se baissant, tournant... Et moi je restais là, bouche bée en me demandant comment elle faisait. Avec le temps j’avais réussis l’égaler.
A bout d’un long moment, je tombais sur le lit, essoufflée alors que mon ventre me faisait extrêmement mal. Je me fermais les yeux et m’endormis presque aussitôt. Mais quelques heures plus tard je me réveillais en sueur à cause d’un cauchemar concernant un mort vivant. Mais le genre petit truc gris, non, avec toute la chair en décomposition, les membres arrachés et tout ce qui allait avec. Je faillis vomir en y repenssant. Je regardais par une petite fenêtre, il faisait nuit et il n’y avait aucun feu dans la cheminée pour éclairer la pièce. Alors quand une main se posa sur mon épaule je ne pus m’empêcher de hurler et de repenser à mon cauchemar. Je faillis réussir à me retenir de vomir. Faillis…


[Je suis sûr qu'on te là encore jamais faîte celle-là!]
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 603
Date d'inscription : 25/07/2011
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme - La trentaine
Aptitudes: Maître de la lame, maître du combat à mains nues, compétent au lancer de couteaux, compétent à l'arc, compétent au combat à deux lames, compétent en toutes disciplines d'agilité et de discrétion, peu efficace au combat à l'arme lourde.
MessageSujet: Re: Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ] Mer 29 Fév 2012 - 13:42

Maintenant que la princesse dormait, Garrus pouvait aller contrôler la soirée qui promettait d'être animée entre pirates et chevaliers, et tenter de se faire un nom auprès des anciens ennemis. Même s'il s'en était déjà probablement fait un. Ou du moins, il aurait pu y prétendre, si en arrivant en haut de la volée d'escalier qu'il avait escaladée lentement, il n'avait pas entendu une série de cris rauques venant de sa chambre. Le jeune homme décida de patienter un instant pour voir si les plaintes s'atténuaient avec le temps, et aussi pour profiter de l'air frais de la nuit. En quelques minutes, la pirate s'était finalement endormie, cependant le meneur préféra rester non loin de la chambre, au cas où elle aurait besoin de nouveaux bandages, ou de divers soins urgents. Ainsi, il entra dans un pseudo-sommeil où il restait toujours en alerte tout en évitant de se fatiguer, sans toutefois se reposer. Pendant cette stase, il repassa en revue la façon dont il avait " pactisé avec l'ennemi ". Et l'ennemi avait un beau visage. Sans s'en aperçevoir, un demi-sourire vint se placer au coin de ses lèvres, vite remplacé par une grimace. Dans sa tête revint une image de voile opaque colorée portant une douce odeur fruitée et épicée à la fois. Garrus, même s'il se refusait à en prendre conscience, était dépendant de cette substance qu'il faisait importer de contrées lointaines, et qui se trouvaient être extrêmement coûteuses. Il commença à énumérer les différentes variétés d'herbes et de subsances consommables via le feu et la fumée, mais fut rapidement tiré de ses rêves par un bruit sourd. Sans se presser, le jeune homme alla vérifier qu'il n'y avait pas de grave problème nécessitant son aide. Il arriva à sa porte puis la poussa. La demoiselle était accoudée à la fenêtre, respirant de grandes goulées d'air. Rien d'anormal jusque là. Il s'approcha de la jeune femme, pensant avoir été entendu depuis un certain temps, puis posa sa main sur son épaule en sueur.

Et une tenue à mettre au feu. Garrus se retrouva torse nu dans sa chambre, en regardant les flammes mordre le tissu souillé. Une bassine d'eau fraîche, des vêtements, ainsi que des nouveaux soins furent apportés à la pirate. Les draps ensanglantés du lit furent également changés. Le chevalier tourna le dos à la pirate le temps qu'elle se change et qu'elle se passe rapidement une pointe d'eau sur son corps chaud. Trop chaud d'ailleurs. Garrus s'en inquiéta après des médecins, qui lui affirmèrent que tout était normal. Rassuré, le jeune chef, à demi dénudé, s'avança vers la pirate.


- Souhaites-tu rester ici ? Questionna t-il. Nous pouvons sortir, si tu veux prendre l'air. Je pense d'ailleurs que tu en as besoin, sauf si bien sûr, tu préfères agoniser seule dans une pièce sombre, auquel cas je te laisse tranquille.


Il conclut sa phrase avec un sourire moqueur, qui allait très probablement piquer la pirate au vif.


Dernière édition par Garrus Auraya le Mer 30 Mai 2012 - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Comme un gros carnage en prévision. [ PV Tinieblas Silcen ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Quand il plut gros comme mon poing.
» Les plus gros cons de la télé
» Un cœur gros comme ça !
» Top 3 des figurines Mordheim et plus gros flop selon vous
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Al-Chen et ses environs-