Anaëlle Wil'Kedira (achevée)

Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty15.10.11 13:24

Bonjour à tous !


Nom entier : Wil’ Kedira

Prénom : Anaëlle

Surnom : Ana’, Anou….

Age : 18 ans

Origine : Al-Chen

Sexe : Féminin

Future Guilde : Alaviriens

Capacités : :

    Mes capacités ? Pour sûr, je suis une fille capable de...euh... pleins de choses ! Pour commencer, je vais évoquer mes capacités mentales. Je possède un cerveau pas très organisé, c'est vrai, pas très logique non plus mais il contient pas mal d'informations utiles. J'ai effectivement eu l'occasion de bénéficier de cours portant sur des sujets variés. Je sais lire et écrire, je suis capable de vous fournir des renseignements sur le comment et le pourquoi de certaines choses. Mais je dois avouer que je n'ai rien appris sur ce que je considérais d’inintéressant et je regrette parfois de ne pas connaître un truc qui aurait pu m'être utile à un certain moment. Mais passons. Sinon, je sais m'occuper de moi et je trouve que c'est déjà bien. J'ai déjà vu des gens qui ne peuvent rien faire sans quelqu'un auprès d'eux pour les aider. Je sais aussi m'occuper des autres. Enfin... Pas la planète entière non plus mais je peux prendre soin d'un ami si jamais il a besoin de moi. Je sais donc accomplir les gestes simples de la vie, allumer un feu, faire à manger etc... Mais à vrai dire, la liste de ce que je ne sais PAS faire est laaargement plus longue que la liste de ce que je sais faire... Par exemple, je ne sais absolument pas manier d'armes. Aucunes de celles qui existent. Enfin, je sais couper une pomme avec mon couteau, quoi. Donnez moi une épée et je serais capable de me tuer sans le faire exprès. Si jamais vous avez l'occasion de me voir avec un arc dans les mains, vous éclaterez sans doute de rire. On m'a déjà comparée à une enfant qui découvre avec un air perdu l'art et la manière de lacer ses chaussures. De même, j'ai la conscience politique d'une galette de niam. Ce monde là me dépasse totalement et je n'y comprends pas grand chose. De toutes façons, cela ne m'intéresse pas vraiment. J'ai peut-être tord mais pour le moment, ça ne m'empêche pas de vivre !

Qualités :

    Alors... Des qualités, j'en ai sans doute, comme toute personne en Gwendalavir, j'imagine. Voyons voir... Je suis généreuse, je pense que je peux le dire sans avoir l'impression de me jeter des fleurs, car c'est totalement véridique. Toute personne me connaissant un tant soit peu pourra vous le confirmer. J'aime donner aux autres sans attendre quelque chose en retour. Si j'ai deux pommes et qu'une personne n'en a aucune, n'est-il pas logique de lui en offrir une ? Eh ouais, ça s'appelle partager, messieurs, dames ! Sinon, je ne pense pas être complètement idiote, quoi que ça peut m'arriver parfois. Je ne suis pas méchante non plus. OUI, je suis gentille... Avec ceux qui le méritent, disons. Vous remarquerez aussi en me voyant, ma constante bonne humeur. Il est rare que j'ai une expression tourmentée car j'ai un côté optimiste qui m'aide beaucoup. Aaah, et puis je dois peut-être avoir d'autres qualités, non ? Admettons que ce soit à vous de les découvrir !

Défauts :

    Que je nie mon immaturité vous ferait sans doute rire alors c'est ce premier point que je vais évoquer. On peut dire que je suis restée assez... Jeune d'esprit ? On a du mal à voir une adolescente lorsqu'on m'observe. Je ne pense qu'à m'amuser, je suis encore trèès loin de devenir une adulte responsable et... Tout ça... C'est ma façon à moi d'apprécier la vie. En restant une enfant. C'est tellement plus facile ! D'ailleurs, mon humour est très étrange, par rapport à mon âge. A vrai dire, je ne fais rire que les mômes de six ans, dix, à la limite. C'est peut-être pour ça que je passe beaucoup de temps avec les enfants. Pour me sentir drôle. Sinon je suis d'une maladresse peu commune. C'est bien simple, je casse tout sur mon passage alors si jamais je viens chez vous, mettez vos poteries à l'abri !

Êtes-vous nouveau sur les forums en général? Non.

Histoire de votre personnage:

    Il parait que j’appartiens à la noblesse d’Al-Chen. Le Sil’, présent dans mon nom, le confirme mais honnêtement, quand on me regarde, on voit tout sauf une jeune noble ! Enfin, si on ne fait pas attention aux quelques bijoux que je porte et qui valent au moins trois ans de salaire d’un travailleur du petit peuple, si ce n’est plus… Mais moi-même, je ne me sens pas vraiment issue de ce drôle de milieu qui est pourtant le mien. Je ne pense pas comme les autres, je fais donc parfois des trucs qui choquent ma famille (comme passer du temps avec des ados des bas quartiers plutôt que d’apprendre ma géographie dans ma somptueuse demeure et gnagnagna…). Globalement, je n’apprécie pas vraiment les personnes de mon entourage. Je suis cependant sûre que tous les nobles ne sont pas comme eux, je ne voudrais pas tous les mettre dans le même sac. Mais je dois avouer que la plupart du temps, je ne vois rien d’autre en eux qu’une bande de radins aux allures hautaines et méprisantes et qui ne m’inspirent rien d’autre qu’une envie pressante de dégager leur narcissisme exacerbé à grands coups de pieds dans leurs postérieurs recouverts de tissus brodés d’or et d’argent !!! Bon, je me calme… Donc, malgré moi, je suis née dans ce milieu et ni mes escapades dans les quartiers plus modestes, ni ma façon de penser, ni mon allure n’y changeront jamais rien. Voilà pour la p’tite introduction sur mon rang social.

    Mon père, Shaïlan, fait partie du type de noble décrit plus haut… Pour ceux qui ne comprennent pas l’insinuation, ça veut dire que je ne l’aime pas. Je vis seule avec lui et…avec trois millions de domestiques auprès desquels je trouve un peu de réconfort de temps en temps. J’évite cependant de les assaillir avec mon blabla parce que je sais qu’ils ont beaucoup de boulot. D’ailleurs, de temps en temps, je leur donne un coup de main… Souvent, même, parce que j’adore tirer la langue à mon père lorsqu’il me voit changer mes draps avec sa tête d’ahuri ! Petit plaisir enfantin mais nécessaire pour ne pas déprimer. J’aime aussi me dire que lui, ne sait sans doute pas préparer un repas, entre autres... Il est tellement dépendant des domestiques pour la moindre tâche anodine que j’ai pitié de lui. Et par-dessus-tout, je ne veux pas finir comme ça !! Assise tranquillement à table en attendant que la mangeaille me tombe dans le bec et réglant des problèmes dérisoires du genre : « Qui vais-je inviter pour la réception de samedi ? »… Bref, j’ai envie d’être autonome, moi ! Envie de découvrir la vie des autres, le monde et tout ça… Je n’ai jamais vu le monde qu’en carte et je n’ai pour le moment pas dormi dans autre chose qu’un lit moelleux six fois trop grand pour moi, avec des tonnes de coussins et des couvertures sentant la rose. Mais j’ai découvert il y a longtemps que tout le monde ne baigne pas dans la richesse... C'était lorsque j'avais une douzaine d'année ans, il me semble...

    Enfant, je pensais que le monde était rose et génial, je n’avais qu’une vague notion du luxe et de la fortune, je pensais que tout le monde était aussi aisé de ma famille, qu’on était des gens parmi tant d’autres. On me confinait à l’intérieur de la maison, j’étais comme une princesse. J’avais ce que je voulais, quand je le voulais. J’avais une domestique qui s’occupait de moi quand mon père ne daignait pas le faire (ce qui était très fréquent). Elle était comme…une mère de substitution. Ma mère, Zélia, est morte en me donnant le jour. Je ne l’ai pas connue donc elle ne me manque pas. Et puis, de toutes manières, elle était sûrement comme mon père. Pour vivre avec un homme pareil, il faut soit avoir un courage énorme, soit être suicidaire, soit être folle, soit être comme lui, ce qui était la solution la plus probable. Je vis donc sans véritable mère. Je ne pouvais pas considérer la domestique comme ma môman chérie parce qu’elle était payée pour m’aimer, pour s’occuper de moi et ça, ça me gênait. Elle accourait quand j’avais besoin de quelque chose et venait régulièrement s’enquérir de mon état. Je l’aimais bien pourtant, mais même si je n’avais qu’une vague idée de ce qu’était une mère, je n’arrivais pas à la considérer comme une telle personne. Breeeeef. J'ai vécu mes huit premières années innocemment, je ne sortais de la maison que pour aller chez d’autres nobles ou dans l’immense jardin. Mon père aurait réussi à me transmettre ses valeurs à la noix si je n’avais pas déjà développé ce petit caractère qui est le mien. Je suis curieuse de nature et un jour, j’ai eu envie d’explorer la ville. Une envie irrépressible. Et ben heureusement que je n'en fais qu'à ma tête. C’est pas compliqué de se faufiler discrètement jusqu'à l'entrée de la maison pour sortir...

    J’étais donc en dehors de chez moi, heureuse et fière. Je ne comprenais pas pourquoi personne ne voulait bien me montrer l’extérieur. J’avais envie de voir de nouveaux décors, comme tous les enfants. Je me suis baladée un moment, découvrant les beaux quartiers. J’ai vite compris qu’au fur et à mesure que j’avançais, l’ambiance changeait. Peu de temps après, je me trouvais chez les miséreux. Devant la réalité. Le monde n’était pas beau pour tout le monde, je l’ai découvert en regardant ces gens qui tentaient vainement de vendre quelques poissons pour nourrir leurs enfants. J’ai vu des gamins qui volaient des bibelots, des choses comme ça. J’aurais pu rester là un long moment si mon allure et mes vêtements n’avaient pas attirer sur moi l’attention des habitants. De toutes manières, je n’ai pas eu vraiment de temps de tout voir en détail car une main n’a pas tardé à se poser sur mon épaule et un des larbins de mon père, aussi appelé : garde du corps, m’a ramené chez moi. Après un long sermon, je n’ai pas hésité à faire part de ma découverte à mon père qui a éclaté de rire avant de me dire de ne plus m’occuper de cela. Il m’a bien expliqué qu’il ne fallait plus que je retourne là-bas. Selon lui, c’était dangereux, les gens étaient mauvais, porteurs de maladies et de poux et s’ils étaient des miséreux c’était uniquement parce qu’ils étaient trop fainéants et indignes des nobles. Je crois en fait qu’il avait totalement oublié de me parler des bas quartiers parce qu’il y accordait autant d’importance que sa première chemise. Moi je l’ai juste regardé avec un air de dire : « Tu peux toujours rêver » mais il ne l’a pas remarqué. En ce qu’il considérait de normal, je ne voyais qu’une profonde injustice.

    J’ai rapidement trouvé un moyen de m’échapper sans que personne ne le remarque. J'avais deux ou trois heures dans la journée où je pouvais faire absolument tout ce que je voulais. Mon père était la plupart du temps absent pendant ce temps et les domestiques trop occupés par leurs diverses tâches pour faire réellement attention à moi. Il y avait une femme qui était uniquement payée pour me surveiller mais je prétendais que je ne voulais pas être dérangée, que je sortirai moi-même de ma chambre quand j'aurai besoin de quelque chose et qu'en attendant j'allais faire une petite sieste. J'ai toujours eu un don pour les mensonges et la dame a tout de suite accepté et en profitait pour se reposer (il faut dire que j'étais assez...turbulente et qu'elle devait être éreintée à force de courir dans toute la maison pour veiller sur moi...). Bref, j'avais trouvé le moyen de m'évader. Je pense que ce dernier mot convient parfaitement à la situation que je décris. A cette époque, mon propre chez moi était comme une prison. Bref, je rentrai toujours à l’heure pour ne pas me faire pincer et je me débrouillais pour ne pas être repérée par les voisins. Au pire, je leur disais que mon père disait que j’étais assez grande pour aller toute seule chez Rylia (une pseudo-amie d’enfance). Et ça marchait… Naïveté, quand tu nous tiens !... J’avoue que j’ai eu quelques problèmes avec une bande de lourdauds dès que je suis arrivée là où je le désirais. En même temps, quand on voit débarquer une gamine avec tous les bijoux que j’avais à ce moment-là… Enfin, plus de peur que de mal, je les ai tout de suite repéré et j’ai eu le temps de m’enfuir pour rentrer chez moi. J’ai eu du mal à m’en remettre. J’avais franchement eu très peur. J’ai cru pendant quelques instants ce que m’avait raconté mon père sur ces personnes mais une fois calmée j’ai pris le temps de réfléchir. Pour passer inaperçue je devais ressembler aux gens de là-bas. C'est à ce moment-là que j'ai créé mes premiers habits. C'était pas du grand art, il faut dire que je n'avais que douze ans et je souhaitais juste m'habiller comme les gens de là-bas mais ça me semblait assez bien. Ça prouvait déjà que j’étais et reste une débrouillarde. Dès que j’ai pu, j’ai enfilé ma nouvelle tenue, enlevé les décorations dans mes cheveux et je suis retournée là-bas…

    Il a fallu environ un an pour que les gens vivant dans les quartiers pauvres s’habituent à ma présence. Après ce laps de temps, ils ne faisaient même plus attention à la gamine qui se baladait seule et qui parlait à un peu tout le monde. Moi-même je ne savais pas vraiment pourquoi je faisais tout ça. Était-ce vraiment utile ? Je n’en savais strictement rien mais c’était les seuls moments où je m’amusais et pouvais faire ce que je voulais. J’ai toujours adoré être libre de mes mouvements et personne ne m’embêtait. Je jouais occasionnellement avec d’autres enfants, je me mettais en danger sans m’en rendre compte. J’ai aussi eu quelques problèmes avec quelques personnes pas très… disons, recommandables mais c’est sans importance : je suis toujours en vie, c’est ce qu’il compte et je ne développerai donc pas d’avantage. Malgré mon attitude plutôt étrange (enfin, j’étais et reste différente des autres enfants, je ne peux pas nier) je suis tout de même parvenue à me faire un ou deux amis et peu des gens que je jugeais comme « gentils » me rejetais lorsque je tentais de m’incruster. J’avais toujours quelque chose d’amusant à faire là-bas, en somme. Sauf que ça ne pouvait pas durer. C’était déjà un MIRACLE que j’ai réussi à berner tout le monde pendant une année. Donc, pour faire court, mon père a eu une crise d’« affection » et a entreprit de monter dans ma chambre pour m’offrir une de ses horreurs de robes. (Vous vous rendez compte ? Le gars monte des escaliers rien que pour moi, si c’est pas de l’amour, ça.). Il m’a fait tout un baratin sur l’élégance et là, il a décidé d’ouvrir l’armoire où il pensait trouver toutes mes autres tenues… Dans leur état d’origine… Sauf que, moi, devenue reine des ciseaux, du fil et de l’aiguille, j’étais passée par là et j’avais fait mes p’tites créations. Créations dont la réalisation m’avait obligé à faire de la charpie avec les autres vêtements en ma possession. Autant vous dire qu’il est resté figé devant mes fringues pendant au moins cinq minutes avant de s’activer.

    En un an, je m’étais nettement améliorée et j’avais troqué mes vêtements disgracieux pour quelque chose d’un peu plus classe. De toutes manières, les gens avaient vite compris que je n’étais pas de leur milieu mais ils avaient tout de même fini par m’accepter alors je ne voyais plus l’intérêt de mentir … Cependant, je dois avouer que même si je m’estime carrément différente des nobles, il reste une chose typique de ce milieu contre laquelle je ne peux pas lutter : un goût fort prononcé pour les objets esthétiques. Pendant une dizaine d’année, j’ai vécu dans un monde ou le laid n’a pas sa place et même avec une immense volonté, je n’arrive pas à me détacher de la notion de beauté qu’on m’a inculqué. Certes, ce qui est beau pour moi ne l’est pas pour mon père mais ce que j’essaye de dire c’est que je ne pouvais plus supporter de mettre des loques. J’avais donc passé plusieurs heures enfermée dans ma chambre, prétendant vouloir être seule pour remodeler ma garde-robe avec ce que j’avais sous la main, à savoir des robes déjà toutes faites. Voyez ce que ça donne aujourd’hui… Et comprenez l’air effaré de Shaïlan. Bien sûr, je me suis fait disputée comme jamais mais au fond, je m’en fichais. Il m’a même tellement énervée que j’ai décidé de porter ce que je fabriquais, même chez moi. Il a eu beau me punir tant qu’il voulait, je n’ai jamais céder et grâce à cela je n’ai plus jamais eu à porter les mochetés que soi-disant toute femme respectable se devait de porter. Toutefois, cet incident a entraîné une méfiance inimaginable chez mon père. Il s’est mis à me surveiller 24h/24 et je n’ai pas pu garder plus longtemps mon secret…

    J’ai choisis de vous épargner les interminables discussions que j’ai eues avec Shaïlan par la suite… Quoi que « discussions » n’est pas vraiment le mot approprié. A vrai dire, il parlait seul et je ne pouvais pas en placer une. Le contenu des monologues de cet homme qui prétendait et prétend toujours savoir mieux que moi ce qui est bien ou mal, est donc peu important. Je faisais la sourde oreille à ses crises de nerfs, je m’efforçais d’encaisser toutes ses punitions débiles sans jamais rien dire, j’étais presque devenue muette en sa présence et ça ne le dérangeait pas, il prenait ça pour un signe de soumission. Sauf qu’après chaque nouveau sermon, il constatait que rien n’avait changé… Il m’a petit à petit privé de tout ce que j’aimais mais je savais que ça n’était que passager, que lorsque qu’il perdrait espoir à mon sujet, il me rendrait non seulement mes affaires mais j’aurai aussi une liberté totale. Je passais la plupart du temps à me calmer dans le jardin et je crois que c’est dans cette période de ma vie que j’ai développé cette passion pour les arbres. Un jour j’ai juste décidé de voir un peu la vue d’en haut et je suis restée accro. En plus, des arbres, c’est pas ça qui manque dans mon jardin et cette activité m’aidait à me calmer pour ne pas étriper mon père. J’ai vite trouvé le moyen de me venger : je lui mettais une honte mémorable à chacune de ses soirées…. En restant moi-même. Les voisins étaient tous choqués et moi, ça m’amusait. Au fil du temps, mon père a réduit considérablement le nombre de ses réceptions pour finir par m’interdire d’apparaître quand il recevait du monde… Je crois que je n’ai jamais respecté cette règle. Il passait pour un mauvais père auprès des voisins. En somme, j’ai terni la réputation de ma famille et ça ne me fait ni chaud ni froid. C’est peut-être méchant, mais je n’ai aucune pitié pour quelqu’un qui ose me priver de mes biens (que je récupérais toujours au bout d’un moment sans son autorisation, d’une manière ou d’une autre). Retenez que j’ai dû batailler ferme pendant plus de deux ans pour qu’il perde tout espoir de faire de moi une fille « modèle ». A partir de ce moment, ma vie est enfin devenue suffisamment idéale pour moi.

    J’ai continué ma vie comme je l’entendais. Je suis retournée dans les bas quartiers et j’ai découvert avec joie que j’avais manqué à certaines personnes qui m’ont immédiatement demandé de raconter ce qu’il m’était arrivé. J’avais réussi à m’évader cinq ou six fois en deux ans et il leur manquait un bon bout de mon histoire. Maintenant, je ne suis plus obligée de me cacher, je passe mes journées là-bas sans que personne ne me reproche rien. Comme quoi, il y a quand même du bon dans le fait de se faire renier par son propre père. Sa bonne conscience l’empêche de me mettre à la rue et j’ai donc accès à son argent. Je peux m’acheter autant de tissus que je veux pour faire de nouveaux vêtements. Je ne consacre que très peu de temps aux cours que je suis censée suivre tous les jours. A vrai dire, je suis bien décidée à apprendre par moi-même, il y a juste quelques moments où je demande qu’on m’apprenne quelques petites choses sur un sujet qui me plait. Deux évènements majeurs m’ont marquée depuis que je fais un peu ce que je veux :
    1. Je me suis vite rendue compte que je dépasserai jamais les 1.50 mètres…
    2. Mon père est tombé malade il y a à peu près un an. Je crois que c’est grave mais je n’en suis pas sûre, il ne veut jamais en parler. Je suis quand même inquiète… Oui, je le déteste. Non, je ne souhaite pas sa mort malgré le fait que s’il venait à décéder, je ne pense pas que je serais triste… Je me demande juste ce que je ferais dans ce cas là… A méditer !



Petite description :


Description physique:

    Comment pourrais-je me décrire physiquement ? Eh bien… J’ai des yeux bleus, des cheveux bruns et… « C’est nul » Ok, ok, je vais faire un effort… Bon, tout d’abord, sachez que je n’ai vraiment rien d’exceptionnel (même si je me trouve plutôt jolie, mais ça, c’est autre chose). Je suis juste une fille banale (un peu spéciale quand même, mais pas au niveau du physique…) avec une apparence banale. Je ressemble plutôt à un érudit. Je veux dire que j’ai une apparence qui se rapproche de celle de la personne qui passe ses journées enfermée chez elle, avec ses manuscrits préférés, étudiant avec bonheur des sujets aussi barbants que complexes, et qui ne sort de son lieu d’étude que pour satisfaire ses besoins primaires comme manger, aller au petit coin etc… Je suis pâle donc. Très pâle. « Mais tu sors jamais où quoi ?! » Si, je passe ma vie à l’extérieur, plus exposée au soleil que n’importe lequel des aventuriers du coin, mais c’est pas pour autant que je perds mon teint blanchâtre, cireux, crayeux, blafard, opalin, ivoirin, euh… éburnéen et tous les synonymes que vous voulez ! Quoi que je fasse, je ne bronze pas mais bon… Ce n’est rien de plus que de la peau, finalement, je ne vais pas en faire une histoire et je n’ai pas l’intention de rester sans bouger au soleil pendant des heures dans l’espoir d’obtenir quelques couleurs !

    Ensuite, deuxième trait physique qui me rapproche du pauv' gars de l’intellectuel évoqué précédemment, je suis toute frêle. Je suis faite d’eau, d’os, de peau et de… je sais pas trop quoi mais en tout cas, si j’ai des muscles, ils sont loin d’être hyper développés. Je me fatigue très vite, porter des lourdes charges c’est pas pour moi mais en contrepartie, je suis très résistance aux coups, aux blessures etc… Peut-être grâce à des os ultra solides ou à une forme de magie inconnue, qui se balade dans mon organisme et qui s’amuse à me préserver des fractures que j’aurais pu éventuellement récolter en me vautrant lamentablement sur le sol après une chute de plusieurs mètres (cette deuxième hypothèque est celle que je préfère. Ça serait trop classe !)… Quoi qu’il en soit, je ne sais pas vraiment d’où vient ce « don », mais ça m’aide beaucoup. Enfin bref, je suis aussi petite pour mon âge. Je suis restée bloquée à 1m50 à mes treize ans... Mais au moins je peux me glisser un peu partout, contrairement aux grands gaillards qui roulent des mécaniques et qui galèrent pour passer les portes. Au final je suis peut-être mieux comme ça.

    J’aimerai apporter une petite précision. Même si je ressemble à une érudite, je n’en suis pas une. Déjà, seuls mon teint et le fait que je sois aussi musclée qu’une moule (ou que quelqu’un qui n’a jamais fait de sport dans sa vie, en tout cas, parce qu’il ne faut pas exagérer non plus…) peuvent être utilisés pour me comparer avec un tel personnage. En plus, je ne pense pas parler sur un ton hautain, sur un ton aussi monotone et insipide que … que… qu’un gâteau aux fraises, sans fraises, tiens ! (« Wouah, superbe comparaison, Ana’ ! » *SBARF* »). Et puis j’ai les poumons remplis de l’air frais du dehors, pas de la poussière des étagères de Monsieur Je-Sais-Tout ! J’ai pas l’air de me dire que vous ne valez rien, que vous n’êtes qu’une bande d’incultes au QI douteux et pas capables de suivre un raisonnement logique et intelligent quand je vous parle, tout de même, si ? (Je sais, je rassemble tous les clichés sur ce genre de personne mais j’aime ça, et puis, il me faut bien des arguments) « Quand on est pas capable de faire la différence entre un Clavaire corniculée et un Gloeophylle odorant, on ne critique pas ceux qui ont un minimum de culture générale! » Ferme là, j’y connais rien en fleurs ! (Et là, si vous ne savez pas que ces deux drôles de trucs sont des champignons, vous ne pouvez pas comprendre ma merveilleuse et subtile blague… Ahem…)

    Sinon, j’ai des cheveux bruns… Et puis voilà, ils sont juste bruns. Il n’y a pas de mystère, Dame Nature a décidé que je serais brune alors je le suis. Comme mon Pôpa ! J’aurais pu être rousse, mais je suis brune. J’aurais pu être blonde mais... « Anaëlle, arrête, on a compris !!! » Ok, ok… Oh et puis zut, un peu de poésie ! Je possède une étonnante chevelure dont la couleur rappelle indéniablement celle de…du bois de l’arbre dont les feuilles se meuvent au gré de l’humeur fastidieuse du vent. Souvent emportées par ce dernier, mes fines mèches prennent parfois quelques reflets plus clairs et ont la fâcheuse habitude de s’emmêler et de me donner ainsi, un air de sauvageonne. Peu coquette, je…« Arrête, tu sais même pas ce que ça veut dire fastidieux et c’est pourri » … Peu coquette, disais-je donc avant d’avoir été grossièrement coupée, je n’y accorde pas vraiment d’importance. C’est vrai quoi, c’est juste des cheveux ! Alors je chasse mes mèches rebelles d’un revers de la main, en espérant y voir un peu plus clair. Enfin, je dis que je ne suis pas coquette mais j’ai tout de même un petit plaisir personnel : accrocher une fleur noire au-dessus de mon oreille gauche. Ça peut paraître gênant mais c’est une question d’habitude et je trouve ça classe. Pis d’abord, vous n’avez pas à me juger sur le fait que j’ai ce genre de tendances !

    Sinon, j’ai un visage normal, avec tout ce qu’il faut dessus. Un nez, une bouche, des oreilles et des yeux. Un visage ordinaire, quoi ! Enfin, sauf les yeux. Vous ne les trouvez pas un peu effrayants ? Comme tous les autres gugusses sortis d’on ne sait où et qui disent « Ils sont bizarres tes yeux… C’est spécial mais… enfin…c’est plutôt…ça donne un genre, quoi ! » … Mes yeux ne sont pas étranges !! Ils sont justes énormes et puis ils sont d’un bleu extrêmement clair, presque transparents. Parfois avec des reflets plus sombres et avec une touche de violet. Si, si de violet… Quoi, c’est pas naturel ?? Je suis née comme ça et j’aime mes yeux. Justement parce qu’ils sont spéciaux. Pas bizarres, juste différents. Et j’aime être différente. Enfin, quand on ne me fait pas de remarque dessus. En plus, ils fonctionnent très bien mes yeux… Je vois des choses que d’autres ne voient pas. J’ai une aussi bonne vision qu’un aigle ! « Ohohoh, faut pas exagérer. Je ne pense pas que tu repèrerais un lapin à 30 kilomètres… » Certes.... N’empêche que j’ai une très bonne vue.

    J’ai un style vestimentaire un peu…particulier. Je m’habille de vêtements aux formes étranges, on pourrait croire qu’ils ont été réalisés par un couturier du dimanche mais c’est totalement faux ! Parce que le couturier en question, c’est moi ! Et que ces formes, ces découpes hors du commun sont voulues. Prenez par exemple une chemise, toute simple. Rajoutez une capuche très pointue qui descend jusqu’à votre fessier, rajoutez un morceau de tissus pas droit à l’avant, le même mais dans l’autre sens à l’arrière, un motif improbable sur le ventre et tadaaa ! Vous avez le genre de fringues que je porte. Notez, que les premières fringues que j'ai recyclé à ma manière étaient de superbes cadeaux de la part de mon paternel. A la base, c'étaient des vêtements de nobles, le genre de trucs que je ne peux pas supporter. Jusqu’à dix ans je portais les robes qu’on me disait de porter et je me souviendrais à jamais de la tête de mon père quand il a vu ce que j’avais fait à ma garde-robe.... J’avais tout coupé et tout rassemblé à ma sauce pour un style d’enfer !! Il a en vain essayé de m’interdire ce genre d’activité mais je continuais, et j’étais fière de porter mes créations. Ma ténacité était telle, qu’il a fini par céder et je crois qu’il m’en veut encore à mort ! Au fait…Mes vêtements ne sont pas dépareillés ! C’est juste un méli-mélo très ordonné et bien pensé. Donc évitez de vous moquer de moi quand je passe devant vous !



Description mentale:


    *BOUM* « Ana’ ! Qu’est-ce que t’as encore cassé ?! »
    Je ne peux effectivement pas nier que je suis maladroite. Extrêmement maladroite… Il ne se passe pas un jour sans que je fasse tomber le miroir de la salle de bain, renverse mon verre (j’ai aussi parfois quelques problèmes de synchronisation cerveau/main et…il arrive que je rate ma bouche mais chut…), bouscule quelqu’un, fasse tomber la carafe d’eau, me vautre sur le sol ou n’importe quoi d’autre… Chaque jour, ma maladresse fait des siennes. J’attends le moment de la journée où l’inévitable arrivera, en me demandant ce qu’il se passera cette fois-ci. Parfois, il ne s’agit même pas d’attendre LE moment, mais LES moments… Toutefois, on finit par s’y habituer. Ceux de mon entourage ne réagissent presque plus quand je casse quelque chose. Il y a juste un silence, un énorme soupir et quelqu’un, mon père en général, qui me tend un balai. (Ouais, il estime que les domestiques ont de meilleures choses à faire que de nettoyer mes bêtises et que c’est une bonne punition. Mais je m’en fiche, j’aime bien passer le balai, ça me détend…) De temps en temps, il fait mine de me disputer mais il sait comme moi que ça ne servira à rien. Quand un défaut est profondément ancré en soi, il est difficile de l’éradiquer et même si je fais attention à ce que je fais, ça ne change rien… Mes mouvements sont donc assez approximatifs. Et pas que ceux de mes mains ! Y’a mes pieds aussi. Disons que j’ai du mal à suivre une ligne droite, ce qui me donne plus ou moins et en fonction des moments des airs d’alcoolique mais je ne bois pas… Après, on s’étonne que je tombe des arbres ! « Quand on est pas capable de coordonner ses mouvements et qu’on a presque pas de force, on ne se hisse pas en haut des arbres…Question de bon sens… »

    Question de bon sens… Revenons sur cette petite phrase. Parce que, justement, du bon sens, je n’en ai pas ! Vos parents vous ont sans doute appris qu’il ne faut pas parler aux inconnus, qu’il ne faut pas s’amuser avec les couteaux, qu’il ne faut pas mettre sa main dans l’eau bouillante, qu’il ne faut pas s’amuser à tirer la queue des chevaux, qu’il ne faut pas manger le savon, qu’il ne faut pas se cacher sous la table avec le plat de fraises parce que ce n’est pas que pour vous, qu’il ne faut pas teindre les cheveux de sa poupée en rose, qu’il ne faut pas… « Tu t’égares Ana'… » Effectivement… Donc, vous savez ces phrases un peu barbantes mais qui sont censées vous fixer des limites, la notion du danger et d’autres trucs dans la tête. Moi aussi on me les a rabâchées, ces phrases. Mais mon cerveau n’a toujours pas assimilé ce qu’elles étaient censées m’apporter. Donc oui, je parle aux inconnus qui me semblent gentils. Oui, je fais un peu ce qui me plait. (Mais je ne mange plus le savon. J’ai par contre assimilé l’image de l’objet en question avec le mot « dégoûtant ». Pareil pour l’eau bouillante… Ce jour-là j’ai testé la signification des mots « chaud » et « douleur » et je crois que c’est rentré…). Je fais ce qui me plait et j’aime grimper aux arbres, alors… Le pire c’est que j’ai conscience que je fais des choses dangereuses ! Enfin, sur l’instant tout me parait normal, c’est juste plus tard, quand je réfléchis un peu… « Et que tu te dis : Mais pourquoi j’ai fait ça ?!! »… Exactement.

    Autre particularité de ma magnifique personnalité : je suis une rêveuse. C’est peut-être pour ça que je ne marche pas droit des fois ! Je me perds souvent dans un monde qui est le mien, que je façonne au gré de mes envies, que j’invente un peu plus chaque jour. Lorsque j’ai le regard dans le vide, des mouvements assez étranges (parce que mon corps est toujours dans le monde réel et bouge tout de même) et une expression de bien être sur mon visage, c’est que je suis dans ma Bulle. Je me sens libre et ça me fait un bien fou ! Magnifique chose qu’est l’imagination ! Pas de limites, pas de contraintes. Là, tu vois, je veux une forêt, à côté une rivière… « Ana’, tu sais que tu es très… » Ah et puis là, je veux des enfants parce qu’ils sont trop mignons et que… « …étrange parfois… » c’est carrément les plus adorables et les plus gentils… « Anaëlle ? » Là-bas, il y a ma maison et… Oh et puis non ! « Ana’ !! Anaaaaa !! » Je veux un monde fantastique, sortez les couleurs et les créatures étranges ! « ANA’ !!! » Hein, quoi ? « Fais gaffe, y’a un mur et tu fonces droit dessus. » … Voilà, c’est un peu comme ça que je suis au quotidien. J’ai quelques difficultés à suivre une conversation. Je décroche parfois en plein milieu, sans pouvoir me retenir. « Oui, même que je déteste quand tu me demandes de répéter ce que je viens juste de dire… » Toi, la voix off, tais toi. Tu m’as déjà embêté dans la description physique ! « Certes. Mais t’es-tu déjà demandé, pourquoi tu inventes plus des amis imaginaires qu’autre chose ? »

    N’importe quoi... J’ai pas besoin d’amis imaginaires, j’en ai déjà plein de réels ! Après tout, je suis la perfection incarnée ! Une sublime femme au charme dévastateur et à l’intelligence hors norme ! Tout le monde m’aime et un beau jour viendra où je règnerai sur le monde avec une bande de beaux mecs pour moi toute seule ! … « … » … Bon, ok, c’est pas vrai. Je suis plutôt… la fille sympa à qui les personnes qui ne jugent pas sur les apparences parlent de temps en temps. Sans vraiment s’attacher à moi. Revenant de temps à autre pour passer un bon moment. Pour passer le temps, surtout, en attendant que leurs véritables amis les rejoignent. Et puis il y a ceux qui voient mes fringues, mon attitude un peu particulière, ma dégaine, mes yeux et qui me déteste tout de suite sans vraiment chercher à me connaître. Les autres nobles, la plupart du temps. Pour eux, je ne suis pas normale. J’essaie d’oublier leurs railleries ou leurs commentaires. D’ailleurs, au fond, je m’en fiche. Ce genre de personnes ne m’intéresse pas. Loin de là. C’est plutôt les autres qui me font un peu de peine. Les autres, ceux qui sont issus d’un milieu totalement différent du mien et qui sont souvent plus… Proche de moi, on va dire. Même s’il y a de vrais salopiauds chez les non-nobles aussi ! Enfin bref, ce sont ceux là qui me rende un peu triste. Un peu. « Beaucoup. » Nan, j’ai dit un peu. Ils viennent, ils me parlent et comme ça je rencontre souvent de belles personnes. Des gens que je pourrais aimer, sauf qu’ils finissent par s’en aller. Et même s’ils reviennent parfois, je ne peux pas les considérer comme des amis. De vrais amis, je n’en ai pas beaucoup. Deux, c’est déjà bien, non ? Deux personnes qui m’aiment malgré mes défauts. C’est vrai que c’est pas agréable de côtoyer quelqu’un qui ne vous écoute pas forcément, qui rêvasse au lieu de suivre la conversation et qui, quand elle est attentive, parle sans arrêt à tel point que tu ne peux pas en placer une, qui casse tout, qui fait des trucs stupides, qui semble dérangée, plutôt immature, qui arrête pas de manger... Mais qui au fond est quelqu’un de sympa, de généreuse, tout de même remplie de joie de vivre et qui utilise ces qualités pour tenter de nouer des liens, d’avoir une meilleure vie sociale… « Comme je te plains ma pauvre chérie. Tu as tout le malheur du monde sur tes épaules, c’est dramatique… » Je l’ai senti, le ton ironique...

    Je vais un peu développer la liste partielle de mes défauts/qualités qui se trouve au-dessus. Oui, quand je ne suis pas dans la lune, je parle. Beaucoup. « Trop… » Je parle sans forcément dire des choses intéressantes, je parle juste pour parler parce que j’aime parler. Blablater serait plus exact. On se demande parfois comment une si petite bouche que la mienne peut contenir autant de salive et comment on peut aligner autant de phrases...euh…sans réel intérêt. Mais parfois je dis des trucs captivants et mes proches profitent des pauses que je prends pour respirer pour placer un commentaire. Et oui, je suis plutôt immature. Les blagues dignes d’un enfant de dix ans c’est moi qui les sort et en plus, quand il ne faut pas ! Les jeux de mots pourris, c’est pour bibi aussi. « En fait, tu n’as pas d’humour… » Oh, si ! De l’humour, j’en ai. Il est juste…enfantin et…pas très subtil mais c’est de l’humour quand même. C’est comme la blague du… « NOON, pas d’exemple, s’il te plait… » Bon, d’accord. Et c’est vrai aussi que je mange. Je mange énormément, pas spécialement des trucs gras et sucrés mais tout de même ! Mon pêché mignon est… LA FRAMBOISE !! Je pourrais passer des heures et des heures à me gaver de ces petits fruits rouges si délicieux et si… DIVINS ! Si je ne pouvais me nourrir que de cela je le ferais. Mais je ne sais pas trop si mon corps le supporterait, il parait qu’on a besoin de lait, de viande et d’autres trucs, pas que des fruits. Les fruits c’est si bon… Je suis une morfale donc. Ce qui est étrange c’est que je ne grossis pas. La graisse s’en va je ne sais pas où. Mais bon, je ne vais pas m’en plaindre ! Il est également vrai que je suis généreuse. Je donne sans attendre quelque chose en retour, parce que ça me fait plaisir. Et puis je suis une pile électrique. Honnêtement. Je déborde toujours d’énergie, il est rare que je sois fatiguée avant la nuit et il faut toujours que j’aille fouiner partout. « Je confirme… » Je suis très curieuse et je croque dans la vie à pleine dents ! Il est rare qu’on me voie triste parce que j’ai un côté optimiste et j’ai un don pour remonter le moral des autres. Et puis… Ah, et puis plein d’autres trucs… Cette description pourrait encore durer longtemps, je pourrais détailler tous les aspects de ma personnalité mais il me semble que j’en ai assez dit. « Ouais, laisse tes pauvres lecteurs tranquilles ! » *regard assassin*

    J’ai une dernière chose à dire cependant. « Oh non … » J’aime dessiner. Non, j’adooore dessiner. Quel plaisir de pouvoir retracer la réalité, inventer de nouveaux lieux, de nouveaux visages… Je me rappelle de mon premier vrai dessin. J’avais cinq ans. Un dessin d’enfant. Une maison, un arbre, une rivière. Sauf que comparé aux autres personnes de mon âge, ce n’était pas un gribouillage, c’était écrasant de précision. Du point de vue d’un adulte, c’était…pas mal. Sans plus. Cependant, lorsque c’est une enfant de cinq ans qui vous tend une feuille en disant : « C’est moi qui l’ait fait », on se pose des questions. Depuis ce moment-là, je ne cesse de dessiner. J’ai toujours un sac sur moi, avec un carnet et un crayon à l’intérieur, entre autre. C’est vrai, il y a un vrai fourbi là-dedans ! Des cailloux (oui, je ramasse les beaux cailloux, mais pas tous… ET ALORS ?), des fleurs fanées en veux-tu, en voilà, des vieux dessins que je garde tout le temps avec moi, des trucs porte-bonheur (des breloques que j’aime bien, accrochées à un collier, un vieux doudou soit un morceau de tissu et enfin, quelques grigris), des trucs à manger que je bourre dans mon sac le matin, mon herbier (oui, je sèche des fleurs entre les pages d’un bouquin, j’ai le droit !), un couteau (sur ordre de mon père, sait-on jamais… Mais moi je m’en sers pour couper mes pommes !), des sous (que je donne souvent à mes mendiants, d’ailleurs) et pleeein d’autres trucs. Autant vous dire que je galère quand je cherche un objet quelconque mais ce simple sac montre bien que… Je suis une bordélique. Le rangement, c’est pas mon truc ! Bon, ça y est, j’arrête là. « C’est pas trop tôt ! » *regard surpris* C’était si horrible que ça, comme description ?



Dernière édition par Anaëlle Wil' Kedira le 06.11.11 14:27, édité 20 fois
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty15.10.11 16:44

Si l'histoire est proportionnelle à la description mentale, alors ça promet ! ^^

Bienvenue et au plaisir de Rp avec toi plus tard ;)
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty15.10.11 16:55

Merci ^^

L'histoire devrait arriver demain et risque d'être un peu plus longue que les descriptions (quand je suis lancée, j'ai du mal à m'arrêter, alors...)

Bonne journée =)
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 9:12

bienvenue

Encore une autre qui n'est pas fan des PETITES descriptions c'est une invasion
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10774
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 11:11

xD
rhooo monsieur râle ! ^^


moi je trouve tes descriptions supers !! elles me font bien rire ! x)

_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 11:37

Merci à vous deux ^^

Nel, contente que ça te plaise, j'étais plutôt inspirée pour ce perso' ^^

Et oui, j'ai vu qu'on me demandait une petite description mais je déteste ça et puis même si j'avais voulu me contenir, j'aurais fait une bonne page word pour chaque description, alors voilà x)

Killian Delkaïron
Mercenaire__Membre
Killian Delkaïron
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 16060
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 13:34

bienvenue !!!!
Roxane
Rêveur__Membre
Roxane
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 8130
Date d'inscription : 22/09/2010
Rêveur__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme, 20 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 14:52

Waaaw!

Hem, bienvenue!
J'admire! J'ai toujours du mal avec les fiches moi XD

Bref, amuse-toi bien ici!!!! =D

_________________


Je te vois, Invité! As-tu besoin que je te soigne?
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 15:04

Merci =D

J'ai mis un p'tit bout de l'histoire, la suite arrive dans l'après-midi ;)

Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty16.10.11 20:05

Désolée du double post mais j'ai fini ^^
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty27.10.11 19:17

Je n'avais pas vu que tu avais posté la suite de ton histoire O_o
C'est vraiment super ! Ton style est à mourir de rire. J'ai hâte de voir comment tu va gérer de vrais Rps ^^
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10774
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty27.10.11 19:32

j'ai enfin eu le temps de finir de lire ton histoire ! ^^
très sympa !!

re-bienvenue alors !! en te souhaitant d'être bientôt validée ! ;)

_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty28.10.11 12:26

Mici *-*

Au pire pour la validation, j'peux encore attendre un peu ^^
Ledwin Anubis
Mercenaire du Chaos__Membre
Ledwin Anubis
Masculin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 3872
Date d'inscription : 16/02/2010
Mercenaire du Chaos__Membre

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty28.10.11 13:00

Vu la taille de ta présentation, je la lierai cet après-midi et te validerai certainement par la même occasion. Désolé du retard je pensait que tu avais déjà été validée ;)

Et bienvenue tout de même !
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty28.10.11 13:23

Pas de soucis ^^ Et merci ;)
Ledwin Anubis
Mercenaire du Chaos__Membre
Ledwin Anubis
Masculin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 3872
Date d'inscription : 16/02/2010
Mercenaire du Chaos__Membre

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty28.10.11 20:58

J'ai tout lu, applaudissait moi *o* Et j'ai trouvé ça drôle, je n'ai pas vu d'incohérence.
En tout cas y'a pas de souci, tu va super bien t'intégrer ! Les conciences et les amis imaginaires ils connaissent Anaëlle Wil'Kedira (achevée) 925831
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty28.10.11 23:05

Yeeeaaaaah ! *applaudis* Anaëlle Wil'Kedira (achevée) 925831

Ouais, j'ai remarqué que j'étais tombée chez des fous mais ça ne me dérange pas plus que ça 8)
Ludwiga Hasagan
Frontalier__Membre
Ludwiga Hasagan
Féminin Âge : 27
Autre(s) Compte(s) : Karlson Hrejo Voïshinta
Messages : 6023
Date d'inscription : 12/08/2009
Frontalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Frontalière de 28 ans
Aptitudes: Guerrière chevronnée et redoutée
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty31.10.11 12:42

Il te manque les 5 lignes en défauts, les 5 lignes en qualités et les 10 lignes en capacités pour être validée.
Sinon, c'est parfait ;-).
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty06.11.11 14:25

Voilà, c'est corrigé ;) Désolée, j'avais complètement zappé les nombres de lignes obligatoires et je suis super occupée en ce moment.
Ludwiga Hasagan
Frontalier__Membre
Ludwiga Hasagan
Féminin Âge : 27
Autre(s) Compte(s) : Karlson Hrejo Voïshinta
Messages : 6023
Date d'inscription : 12/08/2009
Frontalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Frontalière de 28 ans
Aptitudes: Guerrière chevronnée et redoutée
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty06.11.11 14:53

Okay, tu es validée !
Tu peux commencer à écrire des rp et à flooder (pas trop quand même =D).

Au fait, tu veux avoir le rang d'Alavirienne Voyageuse et de Citadine ?
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty06.11.11 14:55

Merci =D

Alavirienne Voyageuse correspond plus à Ana' (faut voir ce que je vais en faire dans mes prochains Rps ^^)
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Anaëlle Wil'Kedira (achevée)Anaëlle Wil'Kedira (achevée) Empty

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Côté Hors-Jeu :: Portés Disparus-