Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Pris la main dans le sac ( pv Killian )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Mer 18 Jan 2012 - 21:45

Doubhée commença à grimper en disant :

-Je vais jamais y arrivée. Jamais. Je vais tombée et vous aussi et dans les journaux on racontera notre mort, bête, débile même !

Killian ne dit rien et la laissa débuter l'ascension. De temps en temps, Doubhée regardait en arrière, vérifiant sa présence. Killian la regardait et lui souriait. Elle y arriverait. Elle était courageuse, déterminée et pleine de vie. Killian était convaincue qu'elle avait trouvé son élève.
Doubhée grimpait, avec des gestes hésitants pour le moment, mais elle grimpait. Et Killian était fière. Une fois elle faillit tomber, glissant et ne parvenant pas à se rattraper. D'un geste, Killian lui agrippa le bras et la recolla contre la tour en disant :


-Ce n'est pas le moment de jouer à l'acrobate. Tu y es presque.

Elle laissa Doubhée calmer son coeur et se remettre à grimper. En effet, elles furent bientôt en haut et son élève s'affaissa au sol, les mains tremblantes.

-Je te félicites. Tu y es arrivée. Et tu y arriveras les autres fois. Parce que tu es courageuse et déterminée. Et que j'ai confiance en toi.

Killian se tourna vers la lune et lui sourit. De la, elle voyait toutes les maisons, toutes les patrouilles, toutes les étoiles. Ses confidentes lorsqu'elle était seule. Ses alliées lorsqu'elle était en danger. Ses amies, pour toujours.

Elle se retourna vers Doubhée et dit :


-Ce que tu vas apprendre maintenant dois rester gravé dans ta mémoire pour toute ta vie. C'est la Gestuelle. Relève toi.

Elle laissa son élève s'exécuter puis ajouta :

-Essaye de me suivre, imite moi.

Puis elle se tourna vers la lune et commença.
Elle ferma les yeux.

Mains qui montent vers le ciel.
Qui s'assemblent et embrasse les étoiles.
Qui redescendent vers la terre.

Elle recommença jusqu'à ce que Doubhée parvienne à suivre chaque geste. A la fin, elle était heureuse. La Gestuelle apportait de la paix et de l'harmonie que rien d'autre ne pouvait offrir. Elle espéra que Doubhée le ressente.


-Nous en ferons tous les matins et tous les soirs. Et dans deux jours nous quitterons Al-Jeit.

Elle laissa quelques instants de répits pour que son élève puisse digérer la nouvelle, puis commença à redescendre souplement en disant :

-Rejoins-moi demain à l'aube sur la place. Profite de tes dernières heures de sommeil !

Et elle n'en aurait pas beaucoup. Killian atterrit souplement au sol et se dirigea vers l'auberge. Elle aussi méritait deux heures de sommeil.


[excuse pour ce rp un peu bizarre...et pour la gestuelle je suis plus sure que ce soit exactement sa mais bon...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Mar 24 Jan 2012 - 14:50

Par un miracle, je réussis a grimper tout en haut de la tour. Comment avais-je fais ? Je me posais la même question. Une chose était sûr, sans Killian à mes côtés, je ne l’aurais jamais fait. Elle savait aider quelqu’un a vaincre c’est peur. Bon je n’avais pas la prétention de dire que je n’avais plus peur, mais c’était quand même la deuxième tours que je grimpai en une seule journée. Bon j’avais eu une sacré peur, quand je faillis tombée, a ce moment la Killian m’avait rattraper et si j’aurais pue, je l’aurais remercier. C’était le cœur battant que j’avais continuer a montée.

Maintenant, elle c’était mis a faire de drôle de mouvement et je s’avais qu’elle voulait que je fasse de même. Lentement, je me relevais et me mis a ces côtés, sans la lâcher des yeux, je fis comme elle. Elle semblait autre part et elle avait les yeux fermée, sereine. Je fis de même et essayer de faire les mêmes mouvements que j’avais vue deux minutes auparavant. Je ne restais pas très longtemps concentré sur ma tâche, en effet mon esprit ce mit a vagabonder dans tous les coins. Revoyant n’importe qu’elle chose. Mais surtout, me remettant en mémoire la journée qui c’était passé. Que de nouvelle chose, bonne et je ne pence pas, mal. J’étais bien, tranquille. Mais pourtant Killian mit fin a cette exercices.

-Nous en ferons tous les matins et tous les soirs. Et dans deux jours nous quitterons Al-Jeit.

Quitter Al-Jeit ? Déjà ? C’était si tôt ! Mais c’était pas si mal, moi qui rêvais de vois tous Gwendalavir, j’étais sûr que je n’allais pas être déçu. Grâce à Killian, je serrais enfin la personne que je voulais être. Je pouvais revoir, comme si c’était hier, ma mère hurlant tout ce qu’elle pouvait, m’affirmant que sa ne m’apporterais rien. Maintenant je s’avais que j’avais eu raison de partir quand même et jamais je ne regretterais ce choix. Il avait tous changer, vraiment tous changer. J’allais devenir une nouvelle personne, et le jour ou je serrais celle que je veux être je rentrerais, voir ma famille et leurs cloué le bec. Je souris a cette idée.

-Rejoins-moi demain à l'aube sur la place. Profite de tes dernières heures de sommeil !

Elle n’en dit pas plus et elle partit, retombant au sol, tranquillement et souplement. Hé ! Et moi, alors ! J’allais redescendre comment ? Pas toute seule quand même ! Je n’eu même pas le temps de le remarquer, Killian était déjà partis. Et crotte, crotte et encore crotte !! Je n’allais quand même pas rester ici, jusqu’aux lendemain, si ? Non ! Killian ne m’avait pas laisser toute seule pour rien ! Je gonflais la poitrine, pour me donner du courage et commençai a descendre toute seule. J’allais très lentement, craignant de tomber. Pour le moment je ne m’en sortais pas trop mal, prenant les appuie qui me venait sous la main, essayant de calmer les battements de mon cœur affolé. Au fur et à mesure que je réussissais, je pris confiance en moi et mon cœur ce calma. C’est emplie d’un grand calme, que je foulais le sol de la pointe des pieds. Je souris de toutes mes dents, fière de moi. Je me mis a sauter de tous les côtés. Puis, la fatigue prenant le dessus sur ma joie, je repartis a l’auberge.

C’est avec un grand sourire aux lèvres que je mis dans mes couettes. Heureuse, exciter. C’est avec beaucoup de difficultés, que je réussis enfin a fermer les yeux. J’étais vraiment bien et même si je savais que ma journée serra mouvementé demain, je n’attendais que cela. C’était donc ça, ce sentir bien et heureuse ? Je changerais ma place, pour rien au monde, alors !
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Mar 24 Jan 2012 - 19:32

Killian se réveilla une heure après avoir fermé les yeux. Et elle était reposée. Elle se leva, se débarbouilla, s'habilla, descendit manger quelque chose, paya la note et sortit. Elle devait tout préparer pour Doubhée. Enfin, préparer, ce n'était pas le mot juste. Mais elle allait faire un geste. Un petit rien. Les magasins étaient ouverts, et peu de clientèle était présente. Tant mieux. Les commerçants avaient appris à ouvrir très tôt, pour ceux qui, comme elle, étaient matinaux. Elle se dirigea vers une échoppe de forgeron et y entra. Dedans, les meubles et étagères étaient pleines à craquer d'armes en tout genre. Épées, dagues, poignards, arbalète, lance....Le bonheur.

Une petite clochette tinta lorsqu'elle referma la porte et le martèlement s'interrompit, dans l'arrière boutique. Un homme entra, le sourire au lèvres et transpirant déjà à grosses goutte. Un énorme tablier était attaché à sa taille ou il se frottait les mains.


-Que puis-je pour vous, jeune dame ?

Il avait un ton rugueux, mais poli. Killian le regarda et répondit lentement :

-Une arme.

Il partit dans un grand rire.

-Je l'avais deviné ma belle !

Elle sourit franchement.

-Une dague plus précisément. Ni trop légère, ni trop dure à manier.

-Ahhh, une connaisseuse ! Voyons...

Il se mit à chercher dans son stoc et sortit quelque uns de ces plus beaux chef-d'oeuvres. L'une d'elle était incurvée, dorée, avec des reliures sur le manche. Non. Trop sophistiquée. Killian cherchait quelque chose de particulier. Là !

-Celle-ci. Fît-elle en désignant du doigt l'heureuse élue.

Le forgeron la pris dans ces mains, délicatement, comme un bébé. Elle était fine, une lame incurvée à l'extrême bord, quelques reflets bleutés striant le manche et la garde. Il y avait même une inscription dessus, que Killian ne comprit pas. La langue était bizarre. Parfaite.

-Assurez-vous qu'elle soit effilée comme un rasoir je vous prie.

L'autre acquiesça et retourna derrière quelques instants.

Il revint deux minutes après, la lame dans son fourreau tout aussi élégant. Elle paya et ressortit. Le soleil pointait. Bien. Il était temps de retrouver son élève. Sur la place, les gens commençaient à venir, mais Killian vit de loin Doubhée qui l'attendait, souriante. Killian s'approcha et lui fît signe de la suivre. Elle n'allait tout de même pas commencer ce qu'elle voulait faire devant tant de gens ! Non mais...

Elles arrivèrent dans une ruelle déserte. Là, Killian tendit le fourreau à Doubhée d'un air très solennel.
Doubhée le prit, quelque peu hésitante.


-C'est pour toi. Ta première arme. Ton premier allier. Celui en qui tu pourras toujours faire confiance. Je te l'offre.

Doubhée sortit la dague du fourreau et resta bouche bée. Mais elle redevint sérieuse. Killian se doutait que, dès qu'elle serait seule, elle hurlerait de joie...

-Maintenant, nous allons courir.

Doubhée ne dit rien, enfila le fourreau à sa ceinture et suivit Killian. Elles coururent dans tout Al'Jeit, évitant la foule, se mêlant à elle. Elles sortirent de l'enceinte de la cité et se retrouvèrent à l'extérieur. Le soleil était bien haut dans le ciel. Doubhée était épuisée, mais gardait le sourire. Killian respirait juste un peu plus vite, mais n'était pas essoufflée. Il en fallait plus tout de même. Beaucoup plus.

Elles étaient arrivées à l'écurie. Killian chercha les chevaux et tendit les rênes d'un étalon qui avait une robe isabelle à Doubhée. Killian ne savait pas si elle avait déjà un cheval. Mais celui-ci ferait l'affaire. Elle avait grassement payé le palefrenier pour le lui louer la matinée. Killian monta souplement sur la selle de Taï'Dashar, son étalon ébène qui était heureux de la voir. Elle le flatta, attendant que Doubhée monte. Puis elle partit en direction de la forêt. Elles arrivèrent dans une clairière.

Killian descendit, attacha les rênes tout en rassurant l'étalon et attendit. Doubhée la rejoignit vite.


-Ne descend pas de ta selle. Dit-elle quand Doubhée enleva un pied de l'étrier.

D'un geste, Killian montra un arbre, isolé et s'y dirigea. Elle grava avec son poignard un cercle, épais, pour que Doubhée le voit de la ou elle était. Elle se retourna et dit :

-Tu pars au galop. Avec ta dague, lorsque tu arrives à ce niveau, je veux que tu fasses une entaille. Dans le cercle. Je voudrais voir ton agilité. Et il faut que tu t'habitues à ton arme.

Elle s'écarta, laissant Doubhée se concentrer et commencer. Celle-ci sortit l'arme et lança son cheval à vive allure. Trop vite. Trop précipité. L'entaille fût nettement au-dessus du cercle.

-Tu dois sentir le moment. Etre dans ton temps. Tu dois le trouver. Ne vas pas trop vite, concentre toi. Il n'y a plus que toi, l'arbre, et ta dague. Plus rien d'autre ne compte.

Doubhée acquiesça et se remit au travail.
Au bout d'une heure, une entaille sur deux était dans le cercle. Mais Killian ne l'arrêta pas là. Elle la fît continuer, jusqu'à ce que le cheval soit épuisé. Ensuite, elle fît avec Doubhée des Gestuelles. Tout sa avant de rentrer. Après avoir mangé. Doubhée en avait grand besoin. Son ventre n'arrêtait pas de hurler.

Heureusement que Killian avait apporté le nécessaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 4 Fév 2012 - 14:21

[HRPG : Désolé pour le retard ^^ ]

Un rayon de soleil, m’éblouie les yeux, quand enfin, je me réveillais. Je m’assis et regardai autours de moi, tout était calme et Killian n’était pas venue me réveiller, peut être avait-elle décider que j’avais besoin de sommeil. En tous cas, j’avais passer une bonne nuit et c’est fraiche comme un pinson que je m’habillai et sortis dehors. Le patron du bar m’avait expliquer qu’une jeune femme, avait payer la chambre, je s’avais que cette femme était Killian. Je fis les cents pas devant la porte. Que devais-je faire ? Killian ne m’avait pas donner d’ordre précis, a par allez me coucher.

Je continuai donc a faire les cents pas devant l’auberge, main croisée derrière mon dos. Un petit présentement, me permis d’arrêter. C’est ainsi, que je vis Killain, venir dans ma direction, sourire aux lèvres. Quand elle fut a ma hauteur, elle me dit de la suivre. Ce que je fis sans protester. Qu’allait-elle me faire, faire aujourd’hui ? Grimper, courir, me battre, nager, dancer (^^) ? Killian, m’emmena dans une rue déserte et me tendis un fourreau. Je la regardai stupéfaite et lentement pris l’arme.

-C'est pour toi. Ta première arme. Ton premier allier. Celui en qui tu pourras toujours faire confiance. Je te l'offre.

D’un murmure je la remercia, j’avais parler tellement bas, qu’elle avait sûrement dus ne pas m’entendre. Je sortis l’arme de son fourreau et le bougeai pour la regarder sous toutes ces coutures. C’était une dague, magnifique, petite. Je passai mon doigt sur la lame et me coupai. Sacrément bien effiler aussi. Je mis mon doigt dans ma bouche, pour arrêter le sang. Je rangeai l’arme dans son fourreaux, essayant de garder mon calme, j’avais envie de lui sauter dans les bras pour la remercier mais je s’avais que je ne pouvais pas le faire.

-Maintenant, nous allons courir.

Je ne dis pas un mot et mis le fourreau a ma ceinture, pour ne pas perdre la précieuse arme. Puis, je suivis Killian dans tous Al-Jeit, évitant les passants du mieux que je le pouvais, m’excusant de loin de temps a autres. Il m’arrivait de bousculer des petites filles qui ce mettait alors a pleurer et je rattrapais, a une grande vitesse Killian, pour ne pas me faire botter les fesses par les mères en colère. Combien de temps on courut ? Je n’en sais rien, mais pour moi, c’était une éternité. Mon cœur battait a une vitesse fascinante et mes poumons me bruler énormément, je n’avais qu’une envie, m’écrouler par terre pour ne plus jamais me lever. Mais c’était impossible, Killian ne l’entendrait pas de cette oreille. Venons en donc a elle, Killian, courait devant moi, d’une bonne fouler et elle n’avait pas comme moi une grimace sur le visage, signe qu’elle n’était pas du tous fatiguer. Mais comment faisait-elle ? Elle s’arrêta. C’est que a ce moment que je me rendis conte qu’on était sortis de la ville et des a présents je me trouvais devant une écurie. Je souris, enfin du repos, un hennissement me fis regarder par la porte, deux étalons étaient apportés par l’homme des écuries. Ma pauvre jument, mis des coups dans la porte, elle voulait galoper, s’amuser, faire autre chose que rester ici, enfermer comme dans une cage. Je mis mon doigt devant ma bouche pour qu’elle ce calme. Je vis a ces yeux, qu’elle m’en voulait légèrement, je souris timidement et pris les rennes de l’étalon et montai en scelle. Killian partis au galop et je la suivis. Renne bien courte et tendus, mon corps sautant doucement sur la scelle a chaque fouler, les cheveux aux vents, je volais. Killian aimait sauter dans le vide, car c’était ainsi qu’elle avait l’impression de voler, moi c’était en galopant que j’avais cette impression. A des moments, je rêvais de pouvoir courir aussi vite, être un cheval, pour comprendre enfin, les pensées de ces magnifiques bêtes.

Killian s’arrêta enfin, je regardai le paysage qui m’entourait, nous étions dans une clairière. Killian descendit de son étalon et je voulus faire de même, mais elle me dit de rester en scelle. Sourcil redresser, je me remis correctement sur ma scelle, attendant ces ordres. Elle me montra, du doigt, un arme non loin de la et isoler des autres. J’allais poser une question mais elle partit dans sa direction sans me laisser le temps de demander ce qu’on allait faire. Je la vis faire un cercle, avec sa dague, sur le tronc de l’arme. Qu’allait-elle me faire, faire ? Elle ce retourna et ouvrit la bouche, me donnant les explications :

-Tu pars au galop. Avec ta dague, lorsque tu arrives à ce niveau, je veux que tu fasses une entaille. Dans le cercle. Je voudrais voir ton agilité. Et il faut que tu t'habitues à ton arme.

C’était clair. Je pris une grande inspiration et mis un coup de talon a mon cheval, partant tout d’abord au trop, puis je mis un autre coup qui le fis partir au galop. Je pris mes rennes d’une seule main, guidant l’étalon, du mieux que je le pouvais et sortis ma dague, puis fis une entaille. Je le redressai, rennes en arrière, l’étalon s’arrêta et je regardais mon entaille. Elle était au-dessus du cercle, je marmonnai dans ma barbe, dessus de cette échec. Je mettais attendus, a ce que sa soit facile et que sa rentre tous cuit dans mon bec, mais je me rendais conte, a présent que ce n’était pas si facile que sa.

-Tu dois sentir le moment. Etre dans ton temps. Tu dois le trouver. Ne vas pas trop vite, concentre toi. Il n'y a plus que toi, l'arbre, et ta dague. Plus rien d'autre ne compte.

Je hochai de la tête et me remis au travail. J’essayais de faire ce qu’elle m’avait dit. Me concentré, sentir le bon moment, ne penser a plus rien. Mais plus facile a dire cas faire et, je rater souvent ma cible. Sa me mettait en rogne de louper, mon coup, et je n’avais qu’une envie abandonner, mais Killian, me fis continuer, encore et encore, jusqu’à ce que mon étalon ne puisse plus faire un mouvement. Je descendis de scelle épuisé, Killain vient vers moi et on fit ensemble de la gestuelle.

Quand elle mit enfin fin, a tous ces exercices, je m’écroulai par terre, épuisée. Elle me tendit de la nourriture, je me mis donc a manger comme une goinfre. Remplissant mon bide, de nourriture. Après sa je m’écroulais sur l’herbe, prête a dormir, mais Killian me dit de remonter en scelle, elle voulait rentrer. Pourquoi ne pas dormir, ici ? C’était pourtant bien et confortable. En ronchonnant je montai en scelle et on partit au pas. Or de question qu’on parte au galop, j’avais assez de crampe comme sa, pas besoin de tout empirer.

-Pourquoi on a pas dormis sur place ? C’était pourtant confortable, un bon feux et voilà dodo. Et puis demain on refais sa ? Dite moi que non, je sans plus mes jambes et ni mes bras. Je parie que c’est sa, Oh dieux !! Viens a mon secours !! Oh, d’accord ! Mais a UNE condition, je prend MA jument ! Votre étalon et beau, doué, bien, génial, mais je préfére ma bête a moi. On a nos petites habitudes vous voyez le truc ? Et puis, vous m’avez dit qu’on allait partir d’Al-Jeit, mais pour aller ou ? On va voyager ou allez dans une autre ville ? Je sais, je sais, je ne fais que parler mais voilà je me suis tus toute la journée, en vous obéissant, maintenant je parle. J’aime parler moi. On va dormir ou ce soir ? Encore a l’auberge ? Vous auriez dus payer pour deux nuits, sa aurait été plus vite, que de payer plusieurs fois. Enfin moi je vous dit sa comme ça. C’est votre étalon, celui-là ou un que vous venez de louer maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 4 Fév 2012 - 17:51

Doubhée mangea autant que possible et s'étala plus qu'elle ne se coucha au sol. Mais Killian ne lui laissa pas le temps de ce reposer. Elle lui dit de remonter en selle. Il était temps de rentrer à Al'Jeit. Pour repartir rapidement. Bien sur, Doubhée l'ignorait encore. Une fois en marche, Killian sentit que son élève allait la harceler de questions. Et cela ne rata pas, soutirant un sourire à la Marchombre :

-Pourquoi on a pas dormis sur place ? C’était pourtant confortable, un bon feux et voilà dodo. Et puis demain on refais sa ? Dite moi que non, je sans plus mes jambes et ni mes bras. Je parie que c’est sa, Oh dieux !! Viens a mon secours !! Oh, d’accord ! Mais a UNE condition, je prend MA jument ! Votre étalon et beau, doué, bien, génial, mais je préfére ma bête a moi. On a nos petites habitudes vous voyez le truc ? Et puis, vous m’avez dit qu’on allait partir d’Al-Jeit, mais pour aller ou ? On va voyager ou allez dans une autre ville ? Je sais, je sais, je ne fais que parler mais voilà je me suis tus toute la journée, en vous obéissant, maintenant je parle. J’aime parler moi. On va dormir ou ce soir ? Encore a l’auberge ? Vous auriez dus payer pour deux nuits, sa aurait été plus vite, que de payer plusieurs fois. Enfin moi je vous dit sa comme ça. C’est votre étalon, celui-là ou un que vous venez de louer maintenant ?

Killian la regarda attentivement. Elle ne semblait pas souffrir autant qu'elle le disait. Et, de toute façon, c'était de la bonne souffrance, qu'elle subirait chaque jour, jusqu'à ce qu'elle ne souffre plus. LA course à pied était un excellent moyen de remettre de l'ordre dans ses pensées, de faire le tri, et surtout, de s'apaiser. Elle répondit finalement :

-Je vais répondre à certaines de tes questions. D'abord, oui, ce cheval et mien. Il se nomme Taï'Dashar et m'a accompagnée lors de nombreux périples. Ensuite, que l'on aille dans une autre ville ou non, l'on va voyager. PArce qu'il y a du chemin entre les villes. Donc, nous voyageons. Et tu découvriras bien assez tôt le pourquoi du comment.

Combien de fois Hylis lui avait parlé ainsi, avec énormément de sous-entendus, la laissant dans une incompréhension encore plus forte qu'auparavant ? Doubhée devait sans doute le ressentir. Mais Killian aimait ménager son effet de surprise. Chaque chose en son temps, jeune apprentie, ou ta vie défileras bien trop vite pour être appréciée... Elles arrivèrent à Al'Jeit, remirent leurs montures au palefrenier et allèrent vers la porte. Killian laissa Doubhée en arrière et alla vers le garde :

-J'ai une requête pour vous.

L'autre la regarda, la jaugeant du regard. Oui c'était une femme. Et alors ?

-Quoi comme requête, ma Dame ? Demanda-t-il enfin.

-Voilà. La fille derrière moi est mon élève. Et je voudrais lui apprendre à grimper. Aussi je vous demande la permission de grimper les murailles de la ville.

Le garde partit dans un grand éclat de rire. Killian mit les mains sur les hanches et le regarda avec détermination.

-Il est impossible de grimper là-haut sans faire une chute mortelle. Et je ne voudrais pas avoir la mort de deux belles femmes sur la conscience.

Killian sourit.

-Qui vous dit que l'on va mourir ?

Sctoché. Il ne dit plus rien et acquiesça lentement. Contente, Killian se détourna et rejoignit Doubhée.

-Viens. Nous allons passer par une autre voie ce soir.

Elle marcha vers un coin sombre des murailles, suivie de Doubhée. Au moins, personne ne les verraient. Et ne penseraient pas à un envahisseur quelconque. S'arrêtant devant un endroit qui semblait assez simple à escalader, et fît face à Doubhée. Celle-ci semblait avoir compris, elle regardait le sommet, inquiète.

-Nous allons grimper. Oui, Doubhée. Jusqu'à ce que tu montes les yeux fermés, jusqu'à ce que tu te rit de la hauteur et du vide. CEla fait partie de ton enseignement. Et je te promet que ce mur est simple comparé à ce qui t'attend plus tard.

Cela semblait répétitif, mais il n'y avait que la répétition qui anihilait les peurs des gens. Elle commença à grimper, disant à son élève de suivre son sillage, empruntant les interstices les plus grandes et les plus aisées à l'appui. Les murailles étaient hautes, mais par rapport aux tours de la ville, elles étaient minuscules. Killian fût très vite au sommet. Doubhée la rejoignit, essoufflée. Les crampes dans ses muscles dues à la course et à la chevauchée la tiraillait sans aucun doute, mais cela passerait. Debout au sommet, Killian lui enjoignit de l'imiter. Elle s'assit sur le bord, balançant les jambes dans le vide. Inspirant l'air pur. Les yeux fermés, elle sentit Doubhée la rejoindre. Bien. Elle montrait sa volonté. Rouvrant les yeux et la regardant elle dit :

-La peur n'est qu'une sensation. Oublie la. Mets la dans un coin de ta tête. Sinon, ce ne sera plus toi aux commandes, mais elle. Moi aussi j'ai mes peurs. Tout être humain à peur. Sinon, que serions-nous ? Admire la ville. Sens l'air pur dans tes poumons.

Elle laissa quelques instants à Doubhée avant de continuer :

-Ce soir, nous dormirons dehors, comme tu le souhaitais. Mais d'abord il faut prendre nos affaires. Je te donnerais les autres consignes une fois en bas.

Elle sentit Doubhée se tendre. La descente. Bien plus terrifiante que la montée. ET celle que Killian lui réservait l'était sans doute un peu plus.

-Je vais t'apprendre le Saut. Bien sur, il ne sera pas parfait. Mais je t'apprendrai à le paufiner. Nous fabriquons tes ailes ensemble. Pour qu'elles soient prêtes le jour de ton envol. Pour que ce jour soit le plus parfait possible. En-bas, il y a des dizaines de tas de foin éparpillés. Tu ne risques donc pas de te tuer. Le foin est là toute l'année, au cas ou il y aurait une chute.

En général, Killian ne parlait pas énormément. Mais là, elle devait apprendre.

-Tu vas sauter avant moi. Lève toi.

Elles se mirent debout, Maître devant l'élève, qui regardait le sol, une vingtaine de mètres plus bas. Agrippant les bras de la jeune fille, Killian les mit à la'horizontal. Une ébauche d'ailes. En effet, elle tremblait tellement qu'il était presque difficile de les tenir. Killian resserra sa prise sur les bras de Doubhée, lui intimant la paix nécessaire pour qu'elle cesse de trembler. Mais c'était peine perdue, pour l'instant. Relachant son élève, Killian dit :

-Maintenant tu vas fermer les yeux et te laisser tomber. Tu vas sentir le vent s'engouffrer dans tes vêtements et l'oublier. Au milieu du saut, tente de te mettre sur le dos. Là tu pourras essayer de rouvrir les yeux pour admirer le ciel. Mais ce n'est pas une obligation. Comme celle de te mettre sur le dos. Si tu n'y arrives pas, ou ne le sens pas, ne fais rien. En revanche, met tes mains le long de ton corps. Le contact avec le foin peut te déranger au premier abord. Mais souviens-toi, ressort immédiatement. Je sauterais lorsque tu seras sur la terre ferme.

Elle s'écarta et se plaça au bord, pour la voir. Elle prenait sa concentration. Alors que ce ne t'était pas nécessaire. Puis, Doubhée se laissa choir. Killian se pencha pour l'observer. Doubhée avait mis les bras le long du corps et ne bougeait pas, paralysée. Normal. Killian ne s'était pas attendue à ce qu'elle se mette sur le dos dès le premier Saut. Elle la vit entrer dans le foin. Et attendit qu'elle en sorte. Fronçant les sourcils, Killian regarda encore plus. Elle ne ressortait pas. Ah si ! Elle s'était remise de ses émotions. Mais elle l'avait fait. Killian la vit regarder vers le haut, souriante.

Alors Killian se mit en place, exactement comme Doubhée. Elle écarta les bras, ailes parfaites, ferma les yeux et tomba. Ou vola. Pour elle, s'était sa. Voler. Elle rouvrit les yeux, se mit sur le dos après une pirouette avant, laissant le vent s'engouffrer partout, jouant de lui, riant avec lui. Elle l'entendait la porter, lui faisant profiter de toutes les merveilles d'Al'Jeit. Puis, elle mit les bras le long du corps, les yeux ouverts, et attendit l'entrée dans le foin. Qui ne tarda pas. Elle le percuta, s'enfonçant dans ses entrailles pour tout de suite en ressortir. Enlevant les brindilles de sa tunique noire, elle se mit devant Doubhée et dit :

-Tu as été magnifique. Tes Sauts deviendront merveilleux, avec le temps et l'entraînement. Je te félicite. Tu as bravé ta peur pour le faire. Maintenant, si tu t'en sens encore capable, nous allons trotter jusqu'à l'auberge, chercher nos affaires et nous en aller. Nous avons encore un peu de marche à faire avant la tombée totale de la nuit.

Doubhée acquiesça souriante, même si elle avait grimaçé en entendant le mot "trotter". Killian s'exécuta, lentement. Elles retournèrent à l'auberge, récuperèrent leurs sacs, emplis de nourriture, de vêtements de rechange et d'eau. Puis, elles retournèrent aux écuries, en marchant cette fois. Tout en s'exercant. Killian avait en effet dit à Doubhée de se faufiler dans le fouler sans bousculer personne ni toucher quelqu'un. Bien sur, Killian entendait derrière elle des jurons venant des passants que Doubhée ne parvenait pas à éviter, contrairement à elle, qui glissait comme le vent entre les gens.

Cherchant Taï'Dashar, le bichonnant en lui parlant, Killian laissa Doubhée récupérer sa propre monture. Une fois en selle, elles repartirent au pas, mais pas dans la même direction que pour l'exercice de la journée. Elles ne dirent rien. Killian appréciait le paysage et Doubhée devait sans doute profiter de la pause. Elles s'arrêtèrent finalement devant une grotte que Killian connaissait bien.


Elles étrillèrent les chevaux, les abrevant et leur donnant à manger avant de s'occuper d'elles-mêmes. Puis, Killian alluma un grand feu et fît cuire la viande de siffleur. Une fois installées elle dit :

-Nous nous rendons à Fériane. Communauté de Rêveurs. Ils ont une mission pour nous. Et je compte te la confier.

Elle arracha un bout de viande et mâcha lentement, ménageant toujours encore son effet.

-Ils ont besoin d'un Marchombre pour escorter une dizaine d'entre-eux à Al'Chen. Ils doivent soigner des gens là-bas qui ne peuvent effectuer de pas sur le côté. C'est bien sur urgent, mais les Rêveurs ont affirmés que les malades ne mourraient pas dans les trois jours à venir. Nous avons donc le temps de rallier Fériane tout en t'entraînant.

Killian se tut laissant Doubhée réfléchir. Et oui, ton entraînement ne fais que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 18 Fév 2012 - 11:14

Rien qu’en voyant Killian ce dirigeait vers les gardes, je sus qu’elle allait me faire un sacré coup. Et en effet, je dus grimper ( encore une fois ) une tours. Son discours, me donna envie de vomir, elle allait m’obliger a grimper jusqu’à ce que ma phobie de la hauteur ne soit plus. J’avais qu’une envie, m’assoir par terre et ne plus bouger. Cependant, encore une fois, je ne dis rien et fis ce qu’elle me dit. Je dois cependant avouer que c’était de plus en plus facile. Je tremblais moins et me concentrais plus sur les prises qui me tomber sous la main. Je ne regardais pas fixement le sol toute les deux minutes comme je le faisais avant. Malgré tous, c’était plus compliquer avec toutes les crampes qui me tiraillait. Quand je fus enfin en haut, Killian était déjà la bien sûr. Je soupira doucement et je la rejoins. Elle était assise sur le bord de la tours, en appuie sur ces mains, balançant ces jambes dans le vide. Je m’assis a ces côtés, sans mettre mes jambes dans le vide, mais en les croisant. J’attendais qu’elle parle, j’avais compris, qu’elle ne parlait que quand elle en avait envie, mes questions, elle répondait aux plus importantes mais c’est tous. Les marchombres étaient-ils tous comme elle ? Sûrement.

-La peur n'est qu'une sensation. Oublie la. Mets la dans un coin de ta tête. Sinon, ce ne sera plus toi aux commandes, mais elle. Moi aussi j'ai mes peurs. Tout être humain à peur. Sinon, que serions-nous ? Admire la ville. Sens l'air pur dans tes poumons.

Désinvolte au début, je regardais les toits des maisons et puis je me mis a regardais plus loin. Toujours plus loin, c’est vrais que c’était jolie.

-Ce soir, nous dormirons dehors, comme tu le souhaitais. Mais d'abord il faut prendre nos affaires. Je te donnerais les autres consignes une fois en bas.

Génial… Sa devenait lassant a la fin, montait pour redescendre et descendre pour remonter. Je me levai d’un petit bond et m’étirai, attendent la suite. Allez t’on descendre tranquillement ou m’avait-elle réserver une bonne surprise ? Bien sûr, elle m’avait réserver une surprise, mais la surprise était très, très, très mauvaise !

Je vais t'apprendre le Saut. Bien sur, il ne sera pas parfait. Mais je t'apprendrai à le paufiner. Nous fabriquons tes ailes ensemble. Pour qu'elles soient prêtes le jour de ton envol. Pour que ce jour soit le plus parfait possible. En-bas, il y a des dizaines de tas de foin éparpillés. Tu ne risques donc pas de te tuer. Le foin est là toute l'année, au cas ou il y aurait une chute.

Saut ? Foin ? Chute ? C’est moi qui ferais une chute et je ne vais pas vraiment voler, je vais tomber comme un vulgaire sac a patate. Si quelqu’un me voit, il va ce mettre a hurler en me pointant du doigt et en hurlant ‘’ une suicidaire ! ‘’. Après tous le monde viendra, voir si la suicidaire et toujours en vie, et quand ils seront que enfaite, c’est mon maître qui ma dit de faire cela, ils vont me prendre pour une folle. Je n’étais pas assez folle peut être. J’étais tellement scotché par cette annonce, que je ne dis rien du tous. Je n’avais même pas la bouche grande ouverte. J’avalai juste ma salive, longtemps, encore et encore. Fichus salive va ! T’arrête a la fin ! Je fis mon sourire le plus bête du monde, je crois même que sa ressemblait plus a une grimace.

-Tu vas sauter avant moi. Lève toi.

Génial ! En soupirant je me levai. Bras ballant contre mon corps, je me mis a regarder en bas. Mes yeux étaient fixés sur le foin en bas. Mes bras je savais qui si je faisais un mouvement, ils ce mettraient a trembler. Mais bien sûr ( encore une fois ), Killian n’était pas d’accord avec moi. Elle prit mes bras et les mis horizontalement, a ce moment la, impossible de les contrôler. Voler, mes fesses ! S’écraser comme une pomme pourrie par contre, la pas mes fesses. Je sentis sa poigne contre mon bras, elle essayait de me rassurer. Sympa mais j’eu beau lui adresser un petit sourire, mes bras tremblèrent toujours. Je ne voulais pas le faire, pas maintenant. Et si je tombais a côtés, et si je me prenais le bras contre un mur, et si le foin n’était assez épais et que je passais en travers, si, si, si, si…

-Maintenant tu vas fermer les yeux et te laisser tomber. Tu vas sentir le vent s'engouffrer dans tes vêtements et l'oublier. Au milieu du saut, tente de te mettre sur le dos. Là tu pourras essayer de rouvrir les yeux pour admirer le ciel. Mais ce n'est pas une obligation. Comme celle de te mettre sur le dos. Si tu n'y arrives pas, ou ne le sens pas, ne fais rien. En revanche, met tes mains le long de ton corps. Le contact avec le foin peut te déranger au premier abord. Mais souviens-toi, ressort immédiatement. Je sauterais lorsque tu seras sur la terre ferme.

Elle s’écarta. J’avais envie de lui demander d’abandonner, que ce n’était pas une bonne idée et que c’était trop tôt. Mais a quoi sa servirais ? Je ne dis donc rien, je ne pris pas son bras pour m’accrocher a elle comme une petite fille apeuré. Je ne me mis pas a pleuré en hurlant, le nom de mon frère. Non, je ne fis rien, juste une chose j’inspira a fond. Mis mes bras le long de mon corps et fermai mes yeux tellement fort, que j’en avais presque mal. Puis en retenant mon souffle, je sautai. J’avais envie de crié, mais j’étais tellement paralysé que je fis rien du tous. Quand je percutais le foin, je n’ouvris pas des yeux tout de suite. Le foin me gratter le dos et c’était très pénible, mais je ne bougeai pas. Je me souviens cependant qu’elle m’avait dit de partir sur le champ. Je me relevai et sortit presque a quatre pattes du tas de foin. Je fis mon plus beau sourire à Killian qui me regardait du haut de la tours. J’étais en vie ! Pas de bras a moitié couper ! Rien, j’étais en pleine forme.

Killian sauta a son tours. Son saut, n’était pas comme le mien. Oh sa non, elle, elle était a son aise, dans son élément, alors que moi, je voulais tous faire pour ne pas faire ce qu’elle faisait. Elle m’avait dit que elle aussi elle avait peur, mais de quoi ? Elle sautait dans le vide, elle devait ce battre comme un chef et j’en passe. Comment une femme aussi forte pouvait avoir peur ? Quand elle fut enfin en bas j’attendis quelle vienne vers moi.

-Tu as été magnifique. Tes Sauts deviendront merveilleux, avec le temps et l'entraînement. Je te félicite. Tu as bravé ta peur pour le faire. Maintenant, si tu t'en sens encore capable, nous allons trotter jusqu'à l'auberge, chercher nos affaires et nous en aller. Nous avons encore un peu de marche à faire avant la tombée totale de la nuit.

Quand elle me félicita, je mis mes mains dans mon dos en me dandinant sur mes pieds, un grand sourire aux lèvres, contente de moi. Par contre, quand elle me dit qu’on allait trotter, donc courir, je soupirai et levai les yeux au ciel. Génial la récompense, j’aurais préféré un câlin ou un bisous, une proposition a faire la fête, mais non, on allait courir. Quand elle ce mit a trotter, je la suivis râlent mentalement. Je venais de m’entrainer toute l’après midi, sur un dos de cheval, j’avais grimper une tours et sauter dans le vide pour jouer au pioupiou et maintenant je trotter. Oh lit, oh champ confortable, viens a moi.

Killian m’avait dit d’essayer de ne pousser personne. Elle avait la preuve flagrante que n’y étais pas arriver, tous le monde râler. Je m’excuser et suivais Killian. La marchombre pris sa propre monture me laissant prendre la mienne. Je lui caressa doucement la crinière. Tranquillement, je la préparai, mettant sa scelle et son filer pour je monta en scelle. Prête, j’attendis ces ordres. Elle ne dit rien mais partit au pas, je la suivis donc. Nous ne primes pas le même chemin que toute à l’heure, mais un autre. Cependant je ne m’attardais pas la dessus, enfin du repos ! Je me callai sur ma scelle et fermai les yeux. J’étais crever, physiquement et mentale. J’avais d’horrible crampe de partout, même remuer un orteil sa me faisait mal.

Killian s’arrêta devant une grotte, sombre. Je descendis de scelle et attacha ma monture. Comme Killian, je pris soin de ma jument lui donnant de quoi manger et de quoi boire. Quand ce fut notre tours, je me laissai tomber par terre. Quelle soulagement ! Plus d’exercices pour aujourd’hui, enfin si, un seul, manger. La marchombre fit un grand feux et y fit cuire de la viande, je la regardai faire, l’eau à la bouche.

-Nous nous rendons à Fériane. Communauté de Rêveurs. Ils ont une mission pour nous. Et je compte te la confier.

Une mission ? Je m’apprêtais a lui demander des détails, quand elle reprit la parole.

-Ils ont besoin d'un Marchombre pour escorter une dizaine d'entre-eux à Al'Chen. Ils doivent soigner des gens là-bas qui ne peuvent effectuer de pas sur le côté. C'est bien sur urgent, mais les Rêveurs ont affirmés que les malades ne mourraient pas dans les trois jours à venir. Nous avons donc le temps de rallier Fériane tout en t'entraînant.

Je regardais Killian. Indécise. Allais-je être toute seule ?

-Allez-vous m’accompagner ? Je ne vais quand même pas être toute seule. Je ne sais même pas me battre et je n’ais jamais participer a ce genre de truc. Dite moi que vous allez être avec moi. Sa fais partir de mon entrainement ?
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 18 Fév 2012 - 11:53

Doubhée mangeait tranquillement tout en réfléchissant. Finalement, elle dit :

-Allez-vous m’accompagner ? Je ne vais quand même pas être toute seule. Je ne sais même pas me battre et je n’ais jamais participer a ce genre de truc. Dite moi que vous allez être avec moi. Sa fais partir de mon entrainement ?

Elle sourit. La peur d'être seule, ne sachant pas quoi faire, était quelque chose qu'elle connaissait également.

-L'on va ensemble jusqu'à Fériane. En route, je t'apprendrais les rudiments du combat. Tu iras escorter les Rêveurs à Al'Chen. Seule. Moi, je t'attendrais là-bas. J'emprunterais une autre route.

Killian vit Doubhée écarquiller les yeux à la lumière du feu. Elle avait longuement réfléchis. La laisser partir seule pour cette mission était plus que raisonnable. Hylis avait attendu bien plus pour lui donner son premier convoi. C'est pour sa que Killian allait l'entraîner en cours de route. En effet, il leur faudrait bien quatre à cinq jours pour aller jusqu'à Fériane. Et chaque jour, elle prendrait deux heures voire plus pour la façonner. D'abord, le combat à mains nues. Ensuite un bâton. Puis les lourdes armes. Doubhée saurait ce battre avec tout. Et plus important encore, Killian en ferait une arme elle-même, qu'elle se batte à mains nues ou non.

-Tu n'as pas à t'inquiéter. Cette escorte ne couvre pas un long trajet, et je ne vois pas exactement qui pourrait en vouloir aux Rêveurs en sachant qu'ils n'ont rien de valeur.

Son premier convoi transportait l'or d'une ville à une autre, pour que celle-ci puisse se ravitailler. Les bandits avaient été nombreux, les MErcenaires du Chaos aussi. A côté, l'escorte de Rêveurs était de la rigolade. Bien sur, son passé de Frontalière avait ses avantages, mais elle tentait d'oublier cette période. Souvent, la nuit, le vent lui murmurait son nom. Et la laissait dans une tristesse qui possédait son visage. Natael. De si bons moments passés avec lui. Et il lui fût si vite arraché...
Secouant la tête, elle se reconcentra sur son apprentie qui mangeait les sourcils froncés.


-Comment comptes-tu t'y prendre ? Pour cette mission ?

Elle était curieuse de connaître le point de vue de Doubhée. Peut-être pourrait-elle lui donner quelques conseils utiles. Mais pas trop non plus. Doubhée devait vivre ce genre d'expérience et apprendre des erreurs qu'elle commettraient sans aucun doute pour pouvoir mieux progresser sur la Voie. Tout le monde faisait des erreurs et Killian ne comptait plus les siennes...

Elle attendit donc que Doubhée réponde. Lorsqu'elle l'aurait fait, elles ferait de la gestuelle et iraient se coucher. Elles l'avaient amplement mérité, surtout son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 18 Fév 2012 - 15:56

-L'on va ensemble jusqu'à Fériane. En route, je t'apprendrais les rudiments du combat. Tu iras escorter les Rêveurs à Al'Chen. Seule. Moi, je t'attendrais là-bas. J'emprunterais une autre route.

Au début, j’avais été soulager de savoir que nous irions ensemble jusqu’à Fériane. Je pensais que vu qu’elle m’accompagner jusqu’à là-bas, elle serrait aussi avec moi pour escorter les Rêveurs. Mais, mon plaisir fut de courte durée. Elle avait « seule », j’allais être toute seule pour escorter plein de monde. Comment j’allais faire ? Certes, elle allait m’apprendre a me battre, mais est-ce que je serrais prête au bon moment ? Non, ce n’était du tous une bonne idée. Sa faisait quoi, deux jours, ou trois que j’étais apprenti marchombre et elle voulait que je m’occupe de ça ! Mais c’était impossible, tout bonnement IMPOSSIBLE !

-Tu n'as pas à t'inquiéter. Cette escorte ne couvre pas un long trajet, et je ne vois pas exactement qui pourrait en vouloir aux Rêveurs en sachant qu'ils n'ont rien de valeur.

Ce qu’elle me disait me rassurer légèrement. Elle avait raison, pourquoi des bandits en voudrait a des Rêveurs. Les Rêveurs sont inoffensif. Je mâchai un autre bout de viande. Devais-je prendre cette mission a la légère ? Elle venait de me dire que c’était simple. Pourtant, comment savoir ce qu’avait des bandits dans la tête ? Était-il prêt a tous pour avoir un peu sous ? Non je ne pensais pas. J’avais plus vraiment très faim à présents. J’avais toujours voyager toute seule, je ne savais donc pas comment on faisait en groupe. Killiam me coupa dans mes réflexions.

-Comment comptes-tu t'y prendre ? Pour cette mission ?

Je levais les yeux vers Killian. Sa, je n’en avais aucune idée.

-Je ne sais pas… Dois-je prendre cette mission a la légère ? Ou la prendre vraiment au sérieux, prête a défendre a tous moments. Vous venez de me dire que ce n’était rien qu’un petit convois de Rêveurs, sans importance aux yeux des bandits. Mais si sa le devenais ! Dois-je donc me préparé a me battre a tous moments et surveiller le paysage avec attention ou laisser les choses arriver comme sa doit ce produirs ? Je ne sais pas faire le gué et je ne repère pas tous tout de suite comme certaine personne. Vous allez au moins me donner des conseils, car la, je suis en terrain inconnus, tous ce que je hais. Et puis, vous m’avez dit qu’ils cherchaient un marchombre et non pas une apprentie marchombre. Ils vont être bien dessus en me voyant.

Je me tus, attendant ces réponses. Je ne pouvais pas partir sans rien savoir.

-Et qui vous dit que j’arriverais a me battre toute de suite ? Peut être que en combat je vais mettre longtemps a apprendre et donc je ne serrais pas au point pour cette mission. Si vous voulez mon avie, vous devriez venir a moi. Vous pourrez me recadrer et me dire quand je fais mal quelque chose et qu’il faut que je progresse. Par contre si vous êtes pas la et bah… Désolé pour mon vocabulaire, mais je ne vais faire que des conneries. Vous allez voir qu’avec ma chance, on va ce faire attaquer et que des gens vont mourir. Vous voyez vous devez être la ! Sa ne fait que deux jours que je suis votre apprenti, je ne suis donc pas très douée. Et puis, sa m’arrache la bouche de le dire, mais je suis rassuré quand vous été a mes côtés. Je sais que je ne risque rien, a par si vous le décidé, comme la dernière fois avec le gugusse. Je sais quand j’escalade une tours que vous êtes la pour me rattraper, que si on m’attaque et sa dégénère, vous seriez la pour intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 18 Fév 2012 - 19:06

Doubhée ne se sentait loin d'être rassurée et encore moins prête. Le discours qu'elle fît en convainquit Killian.

-Je ne sais pas… Dois-je prendre cette mission a la légère ? Ou la prendre vraiment au sérieux, prête a défendre a tous moments. Vous venez de me dire que ce n’était rien qu’un petit convois de Rêveurs, sans importance aux yeux des bandits. Mais si sa le devenais ! Dois-je donc me préparé a me battre a tous moments et surveiller le paysage avec attention ou laisser les choses arriver comme sa doit ce produirs ? Je ne sais pas faire le gué et je ne repère pas tous tout de suite comme certaine personne. Vous allez au moins me donner des conseils, car la, je suis en terrain inconnus, tous ce que je hais. Et puis, vous m’avez dit qu’ils cherchaient un marchombre et non pas une apprentie marchombre. Ils vont être bien dessus en me voyant.

Killian attendit. Elle sentait que son apprentie n'avait pas terminé.

-Et qui vous dit que j’arriverais a me battre toute de suite ? Peut être que en combat je vais mettre longtemps a apprendre et donc je ne serrais pas au point pour cette mission. Si vous voulez mon avie, vous devriez venir a moi. Vous pourrez me recadrer et me dire quand je fais mal quelque chose et qu’il faut que je progresse. Par contre si vous êtes pas la et bah… Désolé pour mon vocabulaire, mais je ne vais faire que des conneries. Vous allez voir qu’avec ma chance, on va ce faire attaquer et que des gens vont mourir. Vous voyez vous devez être la ! Sa ne fait que deux jours que je suis votre apprenti, je ne suis donc pas très douée. Et puis, sa m’arrache la bouche de le dire, mais je suis rassuré quand vous été a mes côtés. Je sais que je ne risque rien, a par si vous le décidé, comme la dernière fois avec le gugusse. Je sais quand j’escalade une tours que vous êtes la pour me rattraper, que si on m’attaque et sa dégénère, vous seriez la pour intervenir.

Killian la regarda droit dans les yeux. Finalement, ce n'était peut-être pas une bonne idée le convoi seule aussi tôt. Et elle ne voulait pas que Doubhée se sente faible. Elle réfléchit. Elle faisait une erreur et venait de s'en rendre compte.

-Déjà, ils n'ont pas besoin de savoir que tu n'es qu'une apprentie. Ensuite, tu sauras te battre. Pour savoir voler comme tu le fais, il faut être souple, agile, vif et rapide. Tout ce qu'il faut pour le combat. Mais ce que tu dis es juste en un sens. Je pense donc que je vais t'accompagner. Mais tu décideras de ce qu'il faut faire si jamais. C'est ainsi que l'on progresse. Je ne serais pas tout le temps derrière toi. Au moins, l'escorte me permettra de t'entraîner. Mais ce sera le seul que je ferai avec toi. Les autres, tu les feras seule, lorsque tu auras plus d'entraînements. Maintenant l'on va faire de la gestuelle.

Elle se leva, suivie de Doubhée. Et, ensemble, elle montèrent les mains, les croisèrent, les redescendirent vers la terre. Killian ,les yeux fermés, goûtait à ce bonheur, cette paix intérieure. Oui, accompagner son élève pour cette première mission était ce qu'il fallait faire. Ne pas la lâcher trop tôt. Elle était loin d'être un Maître aussi parfait que l'avait été Hylis, mais ce que Doubhée lui avait dit l'avait touchée. Doubhée comprenait la place du Maître dans la relation et avait confiance en elle. C'était tout ce qui comptait.

Elles firent de la gestuelle pendant dix minutes, puis allèrent se coucher. Enfin, Doubhée y alla et s'affala par terre, à moitié endormie. Killian ne voulait pas encore se coucher. En plus, il fallait monter un peu la garde, au cas où.
Elle sortit sous les étoiles. Un faible vent soufflait et les étoiles étincelaient. Elle alla quelques mètres devant la grotte et s'assit le dos contre un arbre. Là, elle ferma les yeux. L'erreur qu'elle avait failli commettre avait créé en elle un doute. Était-elle prête pour être un Maître ? Avait-elle agi trop vite en prenant Doubhée ? Non. Son nez ne la trompait pas. Et ses maudits souvenirs qui ressurgissaient lorsqu'il ne le fallait pas !
Sans pouvoir la retenir, elle sentit une larme couler le long de sa joue. Natael...A chaque fois c'était la même chose..Penser à lui ne faisait que rouvrir la plaie et de la faire souffrir. Il fallait qu'elle l'oublie ! Qu'elle pense à l'avenir, à Doubhée, à son apprentissage !

Elle rouvrit les yeux et sourit à la lune. Oui, elle accompagnerait son élève pour le voyage. Oui, elle la formerait du mieux qu'elle pourrait. Oui, elle était humaine et éprouvait des sentiments. Finalement, elle s'endormit contre l'arbre sans même s'en rendre compte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Lun 5 Mar 2012 - 22:31

Dans mon dos je croisais des doigt pour qu’elle change d’avis. Je ne voulais vraiment pas être toute seule, maintenant ! Je ne savais rien, je commençai à peine a ne plus avoir peur pour grimper. J’avais besoin d’elle, tellement besoin d’elle.

-Déjà, ils n'ont pas besoin de savoir que tu n'es qu'une apprentie. Ensuite, tu sauras te battre. Pour savoir voler comme tu le fais, il faut être souple, agile, vif et rapide. Tout ce qu'il faut pour le combat. Mais ce que tu dis es juste en un sens. Je pense donc que je vais t'accompagner. Mais tu décideras de ce qu'il faut faire si jamais. C'est ainsi que l'on progresse. Je ne serais pas tout le temps derrière toi. Au moins, l'escorte me permettra de t'entraîner. Mais ce sera le seul que je ferai avec toi. Les autres, tu les feras seule, lorsque tu auras plus d'entraînements. Maintenant l'on va faire de la gestuelle.

Je souris de joie, je l’avais convaincu, j’étais tellement heureuse. Si elle n’aurait pas était mon maitre, je lui aurais sauter au cou, mais sa ne ce faisait pas. Petit point négative, sa serer la première et aussi la dernière fois, ce qui voulait dire que la prochaine fois je ne pourrais pas négocier. Hum… Et si je me mettais à genoux ? Peut être qu’elle aura pitié de moi et qu’elle viendrait quand même, m’enfin c’était a voir. D’ici la, j’avais le temps d’élaborer un plan. C’est donc un grand sourire aux lèvres et prête a tous faire même a grimper sur la plus haute tour de la ville, que je suivis Killian.

Je fis comme elle, mains a gauche, vers la terre, sur la droite, au dessus de ma tête pour toucher le ciel, les croisés, de temps a autre je m’amusais a imaginer un oiseaux en train de voler a la place de mes mains. De temps a autre, je bougeai mes pieds de t’elle sorte, qu’elles s’enfoncent dans la terre. Une vraie gamine, voilà ce que j’étais, mais c’était tellement bien, je me sentais comment dire ? Sereine, tranquille. Je ne pensais a rien d’autre cas des petits oiseaux et a mes pieds qui deviennent des racines et qui s’enfoncent dans la terre. C’était tellement enfantin, mais sa me relaxer.

Cependant, comme toute chose dans la vie, Killian y mis fin. Je savais qu’on faisait sa tous les soirs, avant d’aller au lit, alors il ne me restait plus cas entendre le lendemain pour pouvoir redevenir une enfant. Une enfant, insouciantes et qui croit que la vie est un océan de bonheur.

Nous rentrâmes dans la grotte et quand je vis ma couche qui n’attendait que moi, je me jetai dessus en poussant un soupir de bonheur. Certes, ce n’était pas un lit, avec un matelas, mais c’était pour le moment le meilleur qu’il y avait. Et puis, ce n’était pas une couchette en pierre, ni en bois, c’était tous ce qui conter. Je m’étirai faisant craquer mes doigts, mes orteils et tous ce qui pouvait être craquer. Puis, je me mis sous les couvertures et me roula en boulle dedans, faisant comme un cocon autours de moi. C’était agréable. Cependant, je devais faire une chose avant de dormir, oui une toute petite chose.

-Merci, Killian. Grâce a toi, je serais libre et heureuse. Tu m’offre tous ce dont j’ai rêver dans ma vie, alors je voulais te remercier. Quand on y regarde bien, trois ans c’est cours et long a la fois. Dit moi, je suis curieuse, mais comment était ton maître ? Était-il comme toi ? Et s’il te plait, pour une fois répond a mes deux questions, pas qu’une seule comme tu fais toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Lun 5 Mar 2012 - 22:54

[ce n'est pas très long excuse..]



Killian sursauta. Elle avait dormi ! Mais la lune était toujours haute dans le ciel, donc elle n'avait pas dormi trop longtemps. Elle entra dans la grotte, ou Doubhée était couchée. Elle s'assit près du feu et l'alimenta. Alors qu'elle pensait que son apprentie dormait, sa voix s'éleva dans la grotte :

-Merci, Killian. Grâce a toi, je serais libre et heureuse. Tu m’offre tous ce dont j’ai rêver dans ma vie, alors je voulais te remercier. Quand on y regarde bien, trois ans c’est cours et long a la fois. Dit moi, je suis curieuse, mais comment était ton maître ? Était-il comme toi ? Et s’il te plait, pour une fois répond a mes deux questions, pas qu’une seule comme tu fais toujours.

Killian sourit. Trois jours, et elle avait déjà appris tant de choses sur elle…Oui elle ne répondait pas à toutes les questions. Mais bon. Qu'elle soit contente. Hylis ne répondait pratiquement jamais, la laissant dans l'incompréhension, pour qu'elle comprenne elle-même. Elle répondit donc :

-Mon Maître était ce que je suis pour toi aujourd'hui. Un guide. Quelqu'un sur qui l'on peut compter. Quelqu'un qui m'a montré la Voie et m'a fait marcher dessus. Je l'arpente pleinement, savourant chaque instant. Et je ferai en sorte que tu fasses de même.

Elle regarda Doubhée, qui la fixait, suspendue à ses lèvres et continua :

-Mon Maître n'était pas comme moi. Et en même temps il l'était. Chaque Maître est unique et semblable. Chacun montre la Voie à son apprenti, mais d'une autre manière.

Elle acheva, le regard plongé dans celui de son élève :

-Je serais toujours là pour toi, Doubhée. Même au-delà des trois ans. Toujours. Mais pour l'heure, il faut se reposer. Demain sera long. Et dur. Pour toi.

Doubhée lui sourit, les yeux brillants. Killian se coucha elle aussi. Elle aimait parler avec son élève, même si elle ne parlait guère beaucoup en temps normal. Les discussions avec Hylis étaient fraîches dans sa mémoire, comme si c'était hier. Elle avait adoré cela. Et espérait que Doubhée apprécie aussi. Elle ferma les yeux, convaincue d'avoir fait les bons choix…

******

Killian se réveilla avec les premiers rayons du soleil. Elle se leva, s'étira souplement, fît de la gestuelle, pendant que son élève dormait. Et ben…Elle décida qu'il était grand temps pour Doubhée d'apprendre à se lever tôt et toute seule. Elle retira d'un coup sec ce qui servait de couverture à son élève. Le vent s'infiltra et elle frissonna, cherchant les couvertures. Constatant qu'elles n'étaient pas là, elle se redressa et vit Killian.


-Il est temps pour toi de te lever, jeune fille.

Killian sourit et sortit seller Taï'Dashar. Douchée sortit aussi, encore ensommeillée. Elle monta sur le dos de son propre cheval et suivit Killian.

-En route je t'apprendrais à jouer avec la rivière.

Elle ne dit rien de plus. Laisser Doubhée réfléchir. Puis elle dit :

- Dis-moi, qu'est-ce que le vent murmure à la lune, la nuit ?

Hylis s'amusait souvent à lui poser ce genre de question subitement, sans prévenir. Et Killian voulait voir le raisonnement de son élève…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Ven 9 Mar 2012 - 13:15

Bien au chaux dans mes couvertures, je dormais profondément. Est-ce que je ronfloter ? Peut être. Tous ce que je savais, c’est que j’étais bien. Cependant un bout d’un moment, j’eu froid, du vent s’engouffra sous mes vêtements me faisant frissonner. Je poussai un petit grognement et tentai avec ma main de remettre mes couvertures sur moi, mais j’eu beau secouer ma main de partout, je ne trouvai pas la couverture. En baillant, j’ouvris un œil puis un second et je me redressai dans ma couche. Je ne fus pas étonner de voir Killian au dessus de moi, avec dans les mains mes couvertures. Je grognai une seconde fois, et me laissai retomber sur ma couche pour m’étirer.

-Il est temps pour toi de te lever, jeune fille.

Je grognai une seconde fois. Je n’avais qu’une envie me rendormir, mais je savais que si je faisais sa, elle allait de nouveau me réveiller et peut être pas aussi gentiment. Donc, a contre cœur, je me levai et sortis dehors. Voyant que Killian seller Taï'Dashar je fis pareille avec ma monture. Puis je montai sur son dos et baillai une seconde fois. J’avais vite fait remballer nos affaires, en gros j’avais tous fourrer dans les sacs, sans chercher a tous faire dans l’ordre. Tout était ranger, a la va vite ce qui m’allait très bien. Killian commença a partir au pas et je la suivit. Comme toujours, elle me dit notre programme de la journée, enfin plutôt une énigme permettant de savoir ce qu’on allait faire aujourd’hui !

-En route je t'apprendrais à jouer avec la rivière.

Qu’Est-ce que je vous avez dit ? Encore une énigme ! Comment pouvait-on jouer avec la rivières ? Bien sûr, on pouvait ce baigner dedans, nager ou s’éclabousser, mais vu la situation, sa m’étonnerait que ce soit sa. Et puis, les rivières avait un fort courant, toutes personnes avec un minimum de jujote, savait qu’il ne fallait pas ce baigner dedans. Donc, encore une fois, j’allais vivre un sacré truc. Tout ce que j’espérer, c’est que ce ne soit pas trop dangereux. J’allais lui demander plus d’information pour me mettre sur la voie quand elle reprit la parole.

- Dis-moi, qu'est-ce que le vent murmure à la lune, la nuit ?

Etonner, je lui fis de gros yeux ronds. Comment voulez telle que je le sache ! Malgré tous, sachant qu’elle n’allait pas lâcher l’affaire, je réfléchie. *Qu’est-ce que le vent murmure à la lune, la nuit ? Qu’elle est fort jolie ? Doubhée réfléchie un peu ! Que le soleil arrive bientôt, c’est bien ça. Pfff… Tu es désespérante !* Fichu conscience, toujours a te contredire et te donner l’impression que tu n’es qu’une cruche.

-Je ne sais pas… Sûrement lui annonce t’il que le soleil va bientôt ce réveiller et apporter sa chaleur sur la terre, laissant la lune ce reposer. Peut être lui dit t’il qu’une étoile manque a l’appelle aujourd’hui. Comment pourrais-je le savoir ? Je ne comprend pas ce que dit le vent, peut être Est-ce très intéressant mais qui peut le comprendre ? Je ne peu pas vous dire parfaitement, je peu faire que des suppositions et peut être qu’un jour j’aurais la réponse a cette question. Ce jour-là je viendrais te voir et te le direz, mais la… J’en ai aucune idée. Le temps me le dira si l’envie lui prend.

Ce n’était sûrement pas la réponse qu’elle attendait, mais je ne pouvais que lui dire ça. Je ne savais même pas si un jour, je serais vraiment la réponse a cette question, mais je pouvais espérer. Je me tortillai sur ma scelle, attendant qu’elle prenne la parole. Tout en réfléchissant et en parlant nous avions déjà fait pas mal de route.
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Ven 9 Mar 2012 - 13:42

[dis moi si quelque chose te gêne !]


-Je ne sais pas… Sûrement lui annonce t’il que le soleil va bientôt ce réveiller et apporter sa chaleur sur la terre, laissant la lune ce reposer. Peut être lui dit t’il qu’une étoile manque a l’appelle aujourd’hui. Comment pourrais-je le savoir ? Je ne comprend pas ce que dit le vent, peut être Est-ce très intéressant mais qui peut le comprendre ? Je ne peu pas vous dire parfaitement, je peu faire que des suppositions et peut être qu’un jour j’aurais la réponse a cette question. Ce jour-là je viendrais te voir et te le direz, mais la… J’en ai aucune idée. Le temps me le dira si l’envie lui prend.

Killian sourit, mais son élève ne le vit pas. Elle ne pensait pas encore comme les Marchombres. Elle était encore trop terre à terre avec les éléments qui l'entouraient. Et si elle continuait, elle n'aurait jamais de réponse. Killian la regarda et répondit :

-Il n'y a aucune réponse exacte à ma question. Chacun sent et voit les choses différemment. Et le vent sait ce faire comprendre. A toi de l'écouter attentivement, de te fondre en lui et de saisir ses mots. C'est pour cela que ta réponse n'est ni fausse, ni bonne. Un jour, tu comprendras ce que je viens de dire.

Elle se tut, laissant Doubhée réfléchir un peu. Elles avaient fait pas mal de route, déjà. Mais elles étaient encore loin de la prochaine rivière. Son passe-temps favori. Son nez sentait que Doubhée réfléchissait intensément, aussi elle ne dit plus rien pendant un certain temps.

Puis, elle recommença :

-Il faut que tu comprennes les éléments qui t'entoure. Il faut que tu les perçoives, les sentent, les apprivoisent. Le vent, la pluie, l'eau, le feu, la terre…ils peuvent tous devenir de très bons alliés. Même la nuit. La lune est là pour veiller sur toi en toute circonstance, tout comme le soleil te dénoncera aux ennemis avec ses rayons, même sans le vouloir.

Son nez la brûla. Quelque chose approchait. Peut-être enfin une source d'entraînement qui ne serait pas payée au préalable…

-Apprends à réfléchir aux choses, à t'ouvrir à ton environnement. Entre dans son temps. Fais corps avec lui, et rien ne pourra te surprendre. Bien sûr, je vais un peu vite en besogne, mais crois-moi, tout ceci sera utile un jour ou l'autre. Et je serais là pour t'y faire penser.

Elle sentait effectivement qu'elle allait trop vite. Mais Doubhée devait voir l'étendue de la Voie, et non pas imaginer un simple chemin qui se finirait dans trois ans, à son envol. La Voie était immense, et Killian elle-même n'avait encore parcouru qu'un quart. Elle apprenait tous les jours, et était fière de l'enseignement d'Hylis. Celle-ci avait été lente à répondre, parfois, la laissant réfléchir des jours durant jusqu'à ce qu'elle daigne lui offrir une partie de réponse. Et encore…
Killian, elle, voulait laisser son élève réfléchir, mais pas aussi longtemps. Les premières réponses, instinctives, sont souvent les plus vraies, les plus porteuses de sens. Doubhée restait dans la vérité, tout comme elle faisait fausse-route. Mais elle apprenait. Et progressait. Cela faisait quatre jours, mais Killian la sentait déjà changer. Légèrement. Elle ne rouspétait déjà plus trop à ses exigences et se pliait à ses volontés. Pour ceci, elle était fière d'elle.


Son nez brûla encore plus et elle stoppa les chevaux.

-Écoute.

Un seul mot, pour que Doubhée ne commence pas à paniquer.
Killian s'ouvrit, écouta, sentit. Le vent lui murmura quelque chose qu'elle perçut comme étant un "danger" imminent. Elle observa le paysage. Les buissons étaient éparses, la route bien dégagée, le ciel sans nuages. Elle entendit un bruit de respiration, pas loin d'elles. Elle ne bougea pas, mais sentit que Doubhée stressait. Elle posa la main sur le bras de la jeune fille, lui intimant le calme. Elle sentait des présences et ne serait pas étonnée de voir surgir des bandits.
Dans un déchirement, les buissons s'écartèrent et, effectivement, quatre hommes déboulèrent, tous vêtus de simple chemises, avec des morceaux d'armures disparates. Ils avaient tous un coutelas, une épée, une dague ou encore un poignard. Des bandits. Comme promis. Le premier s'avança et dit d'une voix rauque :


-Gentes dames.

Il s'inclina. Killian ne bougea pas.

-Nous vous prions, mes amis et moi, de bien vouloir descendre de vos montures et de nous les donner. S'il plaît à la lumière.

Killian haussa les sourcils. Taï'Dashar commença à s'énerver. Elle le calma et dit, posément :

-Quel beau langage. Malheureusement, je suis trop bien installée pour descendre de mon cheval. En revanche, mon amie ici présente se fera un plaisir de faire connaissance avec vous.

Quatre hommes face à Doubhée. Killian espérait qu'elle ait compris le double-sens de sa phrase. D'une main, elle prit les rênes du cheval de son élève qui descendait, un peu hésitante.

Le bandit ne comprenait pas et répliqua :

-Tu sais aussi parler toi ! Mais je veux vos chevaux, tout de suite !

Killian ne répondit plus rien et se mit à l'écart. Doubhée avait la dague qu'elle lui avait offerte et, de toute façon, elle serait elle –même une arme, lorsque Killian lui aurait enseigné tout ce qu'elle devrait savoir. Les quatres hommes s'avancèrent vers elle.

Il était grand temps pour Doubhée de montrer de quoi elle était réellement capable. Cette situation pouvait se reproduire n'importe quand, et les ennemis être plus redoutables encore. Il fallait qu'elle gère son stress et se souvienne de ce que Killian lui avait dit. Il fallait qu'elle gère non plus un ou deux lourdauds mais quatre bandits rompus aux combats.
Et, qu'elle ait confiance, Killian ne comptait pas la laisser mourir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Ven 9 Mar 2012 - 16:40

[hrpg : j'ai fait de mon mieux d'y moi si des choses ne te convienne pas ]

-Il n'y a aucune réponse exacte à ma question. Chacun sent et voit les choses différemment. Et le vent sait ce faire comprendre. A toi de l'écouter attentivement, de te fondre en lui et de saisir ses mots. C'est pour cela que ta réponse n'est ni fausse, ni bonne. Un jour, tu comprendras ce que je viens de dire.

Me fondre dans le vent ? Comment ? Tout était si bizarre, si étrange et moi qui ne comprenais pas. Je poussai un soupir de découragement, tous semblait si facile quand on la voyait et pourtant… Mais elle avait dit qu’un jour je comprendrais, il me suffisait d’apprendre encore et d’y réfléchir chaque jour ou encore de faire comme elle venait de me dire, me fondre dans le vent. Je souris et décider de m’y mettre des ce soirs, des que Killian dormirait.

-Il faut que tu comprennes les éléments qui t'entoure. Il faut que tu les perçoives, les sentent, les apprivoisent. Le vent, la pluie, l'eau, le feu, la terre…ils peuvent tous devenir de très bons alliés. Même la nuit. La lune est là pour veiller sur toi en toute circonstance, tout comme le soleil te dénoncera aux ennemis avec ses rayons, même sans le vouloir.

Autours de moi, il n’y avait que de la terre et du vent. Je me redressai sur ma monture, comme Killian je me mis droite et essayai de le rester, je pris comme elle mes rênes d’une main. Je fus cependant obliger de les reprendre quand je faillit tomber. Je souris malgré ma petite défaite et fermai les yeux, essayant comme elle de comprendre le vent. La seule chose qu’il faisait c’était de secouer mes cheveux et de me rafraichir le visage. Je soupirai et…

-Apprends à réfléchir aux choses, à t'ouvrir à ton environnement. Entre dans son temps. Fais corps avec lui, et rien ne pourra te surprendre. Bien sûr, je vais un peu vite en besogne, mais crois-moi, tout ceci sera utile un jour ou l'autre. Et je serais là pour t'y faire penser.

C’est conseil était très utile, mais comment m’en souvenir ? Je me baissai et ouvrit doucement mon sac et pris un petit carnet avec dedans un petit crayon. Je ne savais pas écrire mais je savais dessiner. Je me mis a représenter du mieux que je pouvais ces conseils en dessin, je ne fis que le croquis et je rangeai bien vite dans ma sacoche. Attendant d’autre conseil. Cependant elle ne dit rien d’autre. Reprenant mes occupations, je fis comme toute à l’heure, j’essayai de prendre la même positions, je retentai de prendre mes rênes cas une main, mais sa bouger bien trop a mon gout, alors a contre cœur et un peu dessus je repris mes rênes a deux mains ( encore une fois ). Subitement, Killian s’arrêta, doucement je fis de même pour ne pas lui rentrer dedans. J’allais lui demander pourquoi on s’arrêtait quand elle prit la parole.

-Écoute.

Obéissant, j’ouvris mes oreilles pour entendre ce qu’elle entendait. Je remarquai le vent s’engouffrant dans ces cheveux et si… Vidant mon esprit je tentai d’entendre a mon tours le vent. J’avais beau me concentrer je ne percevais que des sifflements, je ne perdis pas espoirs et continuai en fermant mes yeux ce coup-ci. Je n’eu pas le temps d’aller plus loin, car j’entendis des bruits bizarre en direction de buisson, je tournai mon attention vers et c’est la que je vis quatre hommes sortir des buissons, sûrement des bandits. Super ! C’était notre jour de chance ! Je tournai mon attention vers Killian, attendant de voir comment elle allait réagir.

-Gentes dames.

Je fus très étonner de le voir s’incliner. Il avait de bonne manière pour un bandit. Peut être que sans n’étaient pas, tous simplement mais la suite de ces paroles, suffire pour me convaincre.

-Nous vous prions, mes amis et moi, de bien vouloir descendre de vos montures et de nous les donner. S'il plaît à la lumière.

Killian répondit calmement.

-Quel beau langage. Malheureusement, je suis trop bien installée pour descendre de mon cheval. En revanche, mon amie ici présente se fera un plaisir de faire connaissance avec vous.

Au début je ris dans ma barbe, cependant mon rire resta coincé dans ma gorge quand j’entendis la fin de ces paroles. Elle ce fichait de moi ? Je la regardai et voyant son air je compris qu’elle ne rigolait pas. Timidement je descendis de ma monture. Discrètement, je mis ma main sur ma dague, attendant leurs réactions.

-Tu sais aussi parler toi ! Mais je veux vos chevaux, tout de suite !

Je vis Killian s’écarter me laissant la place. Je respirai lentement, essayant de dégager la boulle de stress qui c’était former dans ma poitrine. Je les vis perdre patience et sortir leurs armes, ne voulant pas me retrouver dans une impasse je sortis a mon tours ma dague. Puis avant qu’il attaque, je regardais attentivement autours de moi, comme quand je voulais dessiner un paysage. Cherchant le petit truc qui pourrait tous faire basculer. J’avais presque finis, quand ils m’attaquèrent dans un cris de guerre. Si ils n’avaient pas fait ce raffut, je ne les aurais même pas remarquer. L’un d’eux attaqua, j’esquivai du mieux que je pouvais et ripostai en me baissant, je pris de la terre et lui jetai a la figure, l’aveuglent un moment. Profitant de cette diversion, je me retournai vers les trois autres, je n’eu même pas le temps de faire un geste que je reçus un coup dans le dos me projetant en avant. Tant bien que mal, je repris mon équilibre et évitai les coups des trois autres.

Pendant que j’avais regarder l’environnement tout à l’heure, j’avais remarquer les racines un peu sortis de terre vers les arbres. J’évitai un autre cou, ripostai encore une fois et réussi par une incroyable chance, a mettre un cou de point dans le visage de l’un d’eux. Enerver, il chargea, dans un petit cris, je partis en courant vers les arbres. Une racine sortait un peu de terre et je sautais pour l’éviter, mais le brigands qui ne l’avait pas vus, ce pris les pieds dedans et tomba dans un hoquet de stupeur. Je pris une branche en bois et profitait qu’il soit a terre pour lui mettre un cou derrière la tête. Lui qui avait essayer de ce relever, tomba de nouveau par terre assommer. Fière de moi, je repartis la tête haute vers les autres, mais quand je l’ais vis charger les trois en mêmes temps vers moi, je repartis en courant de tous les côtés. Je ne pouvais pas me servir de nouveau des racines, ils avaient eu le temps de voir, il fallait donc que je trouve une nouvelle idée. Me rappelant de mes remarques de toutes a l’heure, je sue que ici, je ne pouvais me servir que de la terre et de rien d’autre. Il ne faisait pas nuit mais plein jour je pouvais donc être repérer facilement, sauf si je me cachai… Me cacher ou ? Je regardai de nouveau autours de moi, mon attention s’arrêta vers les branches des arbres. Je n’avais plus trop le vertige depuis un certain temps, alors je pris mon courage a deux mains et grimpai dans l’arbres.

Les brigands essayèrent a leurs tours, mais a quoi bon, trop lourd et pas assez agile, ils ne purent décoller du sol. Je ris en les pointant du doigt, ce qui les énerva encore plus. Crotte, j’aurais mieux dut me taire. Prenant ce que j’avais a ma porter je leurs jetèrent des branches. Puis, remarquant les feuilles, je sus que c’était une bonne cachette. Je me dissimula dedans et remarquait l’arbre juste a cotés. Doucement, je me mis dans celui-là et regardait par un petit trous dans les feuilles les brigands, essayant de grimper dans l’autre arbre, croyant que j’étais toujours dedans. Je pris la dague a pleine main et essayai de viser. Je ne voulais pas tuer, juste le blesser assez pour qu’il me fiche la paix.

Je laissai ma dague partir et elle ce ficha dans l’œil d’un des hommes. Flute ! Et moi qui voulait juste la mettre dans l’épaules. Il cria de douleur et j’en profitai pour descendre de l’arbre et filler. A présents il ne me restait plus que deux personnes a mettre KO. Je ne savais vraiment pas comment m’en débarrasser. Pendant que je courais je regardais a mes pieds, il y avait de tonnes de pierres, certaines petites et d’autres grosses. Je regardais derrière moi, et remarquer que les brigands était loin derrière moi. Je pris donc plein de pierre et m’enfui de nouveau en courant. Je partis sur une petite ( mini ) colline et de là, me mis a lancer les pierres, essayant de viser du mieux que je pouvais. L’une des pierres, atteins un brigand au milieu de front. Je criai de victoire en le voyant tomber a terre, assommer lui aussi. Bras au ciel, je leurs fis des pieds de nez, le dernier brigand très énerver, et meilleur lanceur que moi, me lança une de ces dagues. Douloureusement, elle ce planta dans mon épaule, m’arrachant un cris de douleur. Il rit a son tours et avança dangereusement vers la colline ou j’étais. Vite fait, j’enlevai la dague dans un criss de douleur et la mis dans ma ceinture avant de repartir en courant la main sur mon épaule blesse. J’étais un peu affoler, de voir du sang s’échapper de mes mains, coulant a terre. Et puis j’en avais marre de courir. Bien droite, je me mis devant le chemin sans bouger. L’homme s’arrêta à son tour me faisant face. Il était plus petit et moins muscler que les autres, je pris sa dague et l’enlevai de ma ceinture. Il attaqua, je me baissai et lui plantai dans le pied la dague. Puis, ne perdant pas mon temps, je partis vers Killian. Je m’arrêtai cependant, la dague offerte par Killian était rester dans l’œil de l’homme, or de question que je la perde. Je repartis donc vers l’homme, heureusement pour moi il avait enlever la dague et enerver l’avait jeter. Comment l’avais-je vu ? J’avais passer un bon moment a la contempler, je pouvais la reconnaitre entre mille. Je la pris a la hate et repartis pour de bon vers Killain. Quand je fus a sa hauteur, je me mis a crier.

-Faut partir !! Vite, vite !!

Je montai en scelle.
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Ven 9 Mar 2012 - 17:10

[pas très long excuse...dis le si quelque chose va pas !]



Du haut de sa selle, Killian assista à toute la scène, tranquillement. Doubhée avait utilisé l'environnement à son avantage avec les racines, qu'elle-même avait vu avant, et en grimpant dans les arbres. Mais c'était encore trop maladroit. Elle n'avait pas réussi à viser correctement avec sa dague et s'était mise à jeter des cailloux. Ce qu'il ne fallait pas vraiment faire…

En revanche, elle faillit intervenir lorsque son élève reçut un couteau dans l'épaule. Faillit. Parce que Doubhée ne s'effondra pas et continua à courir, prit le temps de récupérer sa dague avant de s'élancer vers elle, laissant deux brigands évanouis, l'un s'était évaporé et l'autre cloué au sol par la dague plantée dans son pied. D'ailleurs, il la retirait déjà en hurlant.


-Faut partir !! Vite, vite !!

Elle grimpa sur sa selle et Killian la suivit lorsqu'elle partit au grand galop. Il fallait qu'elle soigne son épaule blessée, sinon elle serait restée pour montrer à Doubhée comment mener une danse. Par chance, la rivière n'était pas loin, à présent. Taï'Dashar dépassa allègrement la jument de la jeune fille qui se laissa guider à son tour. Freinant et sautant au bas de sa selle en même temps, Killian laissa Doubhée descendre tant bien que mal tout en se tenant l'épaule. Elle avait déjà perdu pas mal de sang.
Elle la força à s'asseoir contre un arbre et arracha son haut juste assez pour voir la blessure. Beaucoup de sang perdu, mais pas de blessure profonde. Sa allait. Pas la peine de recoudre. Mouillant le bout arraché, elle l'appliqua en compresse sur l'épaule de Doubhée qui gémit. L'eau était gelée en même temps…
Lui faisant comprendre qu'elle devait tenir le tissu, elle se releva et se dirigea vers sa monture.
Elle avait toujours des bandages et autres produits utiles dans sa sacoche.
Killian revint vers son élève et lui fît un pansement propre, assez serré pour tenir mais en même temps souple pour pouvoir bouger.

Une fois fait, elle s'assit en face de Doubhée et lui tendit un fruit. Elle la laissa manger tout en la regardant.


-Tu t'en es très bien sortie. Sauf que lancer des cailloux n'est pas très digne d'une Marchombre. Et pas très utile. Mais je suis tout de même fière de toi. Tu as su gérer la situation.

Elle se tut, pour que Doubhée lui pose des questions. Qui ne vinrent pas. Du moins pas par la parole. Les yeux suffisaient amplement pour celui ou celle qui savait lire.
Aussi s'empressa-t-elle de dire :


-Je serais intervenue. Mais tu n'en as pas eu besoin. Te sauver à la première difficulté ne t'aurais rien appris. Tu as pu courir et éloigner ta douleur jusque là. Ce qui est très bien. Mais je serais intervenue si cela avait réellement mal tourné. Crois-moi.

Elle sourit. Le convoi des Rêveurs lui permettrait d'apprendre à Doubhée à se battre à mains nues face à quelqu'un d'armé. Le corps est une arme qu'il faut réveiller, exploiter, développer et maîtriser.

-Nous allons nous reposer une heure ou deux ici. Ensuite, je t'apprendrais à jouer avec la rivière. Ne t'en fais pas. Ta blessure ne te gênera pas outre mesure si tu écoutes mes conseils.

En plus, cela ne pouvait que lui faire du bien, tant à Doubhée qu'à la blessure…

Elle continua à manger. Doubhée apprenait vite et, dans peu de temps, quatre bandits ne seraient plus un problème…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 24 Mar 2012 - 20:08

(HRPG : Désolé, à la fin, je n'avais plus trop d'inspi )

Je ne perdis pas mon temps, la peur qu’ils ce relèvent tous et j’étais a cours d’idées, je partis donc au galop, laissant ma monture allez ou elle voulait. Cependant, Killian me doubla, pour me guider. Ma jument habituée a suivre Taï’Dashar depuis quelque temps, suivit sans rien dire, je n’avais cas garder mes reines en mains. Mon cœur qui c’était accéléré pendant tout le petit combat, commença a ce calmer, lentement. Ma respiration au début rauque, devient plus fluide et moins bruyante.

Enfin calmer, je me laissai détendu sur ma scelle, essayant d’oublier le sang qui couler de mon épaule. La douleur était présente, mais peu comparé a ce que je m’attendais. Je n’avais cas serré des dents et a penser a autre chose. Je fus soulager quand, enfin, Killian mit pied a terre. Je fis de même, cependant descendre d’un cheval avec qu’une main c’était assez difficile. Je fus donc obliger de me laisser glisser au sol, et main sur mon épaule, j’obéis à la marchombre quand elle me demanda de m’asseoir contre un arbre. Killian, s’occupa de ma blessure, elle mit de l’eau gelé dessus, le contact avec l’eau plus le tissu fut assez douloureux. Je gémis donc, me mordant les lèvres pour ne pas pousser un petit cris. Killian me mis ensuite le tissus sur mon épaule et comprenant parfaitement ce que je devais faire, je tins le tissu en attendent qu’elle fasse ce qu’elle avait a faire. Je ne savais pas du tous comment on soigner une blessure, confiante je la regardais, essayant en même temps d’imprégner ces mouvements, dans ma tête. Peut être qu’un jour prochain, sa me serra utile.

Quand elle revint, elle avait dans les mains de quoi me remettre en forme. J’enlevai ma main, enlevant en même temps le tissu un peu tacher. Le tissu fut remplacer par un bandages bien fait et propre. Je poussai un soupir de soulagement quand elle eut finit, j’étais contente que la blessure n’était pas grave.

Killian revint vers moi, avec dans les mains des fruits. Je pris un des fruits et mordit a pleine dent dedans, laissant le jus couler dans ma bouche. C’était un délice et sa faisait du bien de ce remplir le ventre après un effort. Comme disait le proverbe « après l’effort, le réconfort ». Comme je mis attendais, Killian commenta mon combat, qui étais plutôt un exercice. A présents elle allait me dire mes erreurs, pour que je puisse ainsi m’améliorer pour la prochaine et qui c’est peut être que ce coup la, je m’en sortirai intacte.

-Tu t'en es très bien sortie. Sauf que lancer des cailloux n'est pas très digne d'une Marchombre. Et pas très utile. Mais je suis tout de même fière de toi. Tu as su gérer la situation.

Les cailloux ; sur le coup sa avait étais la seule idée qui m’avait traverser l’esprit. Quand je les avais vus par terre et les hommes s’approchaient de plus en plus dangereusement de moi je les avait pris. A présents, je serrais que ce n’était pas vraiment la chose à faire. Cependant, malgré cette erreur, elle avait été fière de mes progrès et c’était tous ce qu’il comptait. Je souris, fière de ces compliments. Cependant, une question pointer au bout de ma langue. Un bout d’un moment, j’avais bien crus y passer, quand le dernier homme toujours debout m’avait mis la dague dans l’épaule et avait chargé, je n’avais su que faire et avait espérer au fond de moi, que Killian allait m’aider. Cependant, elle ne vint pas, j’avais donc agis par désespoir. A présents je voulais savoir, m’aurait-elle aider ? M’aurait-elle sauver si la situation aurait dégénérer ou m’aurait-elle laisser a ma propre mort. Je savais au fond de moi que cette question était idiote, bien sûr qu’elle serait venue a mon secours, mais j’avais besoin de l’entendre. Les mots ne voulurent cependant, franchir les barrière de mes lèvres. Qui aurais crus que ces par mes yeux, qu’elle aurait compris ?

-Je serais intervenue. Mais tu n'en as pas eu besoin. Te sauver à la première difficulté ne t'aurais rien appris. Tu as pu courir et éloigner ta douleur jusque là. Ce qui est très bien. Mais je serais intervenue si cela avait réellement mal tourné. Crois-moi.

Sa réponse me rassura. J’avais besoin de l’entendre. Car malgré tous, j’avais douter pendant un petit moment. A présents, je savais que je ne devais plus douter, que si elle intervenait pas, c’était parce qu’elle était sûr que je pouvais le faire.

-Nous allons nous reposer une heure ou deux ici. Ensuite, je t'apprendrais à jouer avec la rivière. Ne t'en fais pas. Ta blessure ne te gênera pas outre mesure si tu écoutes mes conseils.

Je fus très heureuse d’apprendre cette nouvelle. C’est deux heures de pause, me permettrons de me reposer et de continuer mon dessin que j’avais commencer toute à l’heure. Il fallait que je me dépêche de le finir, avant d’oublier ces conseils, si essentiel. Ensuite, j’essayerai d’écouter ce que dit le vent, comme elle savait si bien le faire.

Je partis sur le champ vers ma jument et pris en vitesse mon calepin dans mon sac. Un peu honteuse je le cachai derrière mon dos, de t’elle sorte a ce qu’elle ne puisse pas le voir, puis je courus me cacher derrière un arbre, pour dessiner sans être vue. Killian devait certainement savoir écrire bien mieux que moi, je ne savais que quelque mot élémentaire. Taillant correctement mon crayon avec la lame de mon poignard je me mis a dessiner du mieux que je le pouvais, ces explications. Chaque élément avez une arme, ces donc avec beaucoup de détails que je me mis a les dessiner un par un. Comment vous décrire mon dessin ? Tous les éléments étaient mélangé ensemble, rendant un drôle de mélange. Mon poignard bien en évidence devant moi, je le dessinai du mieux que je pouvais, puis je me mis a l’entourer de racine d’arbre. Mon dessin n’était pas encore terminer mais je mis quelque effet d’ombre. Fière de mon travail, je l’examinai sous toutes ces coutures en souriant, bougeant le carnet de tous les sens. Je me décider enfin a fermer mon carnet. Je le mis contre mon cœur, a présent il me suffirait de regarder ce dessin pour savoir qu’il fallait que je me batte avec les éléments qui m’entoure. Je me levai et m’étirai, faisant craquer au passage mes os et partit vers ma jument. Je mis mon carnet dans la sacoche et partit me mettre un peu plus loin, dans un endroit calme.

Puis, enfin, je m’assis par terre, croisant mes jambes et ferma mes yeux. Le vent, c’était un peu lever, tendant l’oreille, j’essayai de le comprendre comme Killian. Cependant, mes oreilles ne percevait rien, juste un petit bruit. Enerver, je n’essayai même pas de continuer, je détestais ne pas arriver a faire quelque chose, c’est donc dépiter que je reviens vers Killian Je me mis devant elle

-Les deux heures sont passé, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Sam 24 Mar 2012 - 21:01

Doubhée se releva, alla vers son cheval chercher quelque chose et alla derrière un arbre. Killian quant à elle rangea les derniers objets de secours dans ses fontes et s'installa au bord de l'eau. Le clapotis des vaguelettes résonnaient comme de douces mélodies, les oiseaux par-dessus. Le vent s'était mis à souffler et elle se laissa emporter avec lui, écoutant. Tout était paisible. Rien à l'horizon. Elle sourit. Elle ferma les yeux, profitant du calme de la nature, laissant Taï'Dashar brouter l'herbe.

Son nez la prévint du retour de son élève. Alors Killian se redressa et l'attendit. Elle apparut et s'installa face à elle en disant :

-Les deux heures sont passé, non ?

Killian sourit et se releva.

-Si tu le dis !

Elle alla vers son cheval une nouvelle fois et chercha une corde. Puis, souplement, elle lança un bout de l'autre côté, le nœud coulant s'accrochant à une branche. Tirant dessus et constatant que c'était solide, Killian attacha l'autre partie à la cheville de Doubhée D'ailleurs, celle-ci ne comprenait pas.

-Tu vas entrer dans l'eau. Tu es attachée comme tu le vois.

Il ne faudrait pas non plus que Doubhée se fasse emporter par le courant.

-Une fois plongée, tête comprise, je veux que tu te fondes dans le courant, que tu deviennes lui et que tu arrives à rester debout. Tu n'y arriveras sans doute pas du premier coup.

Puis elle se tut, laissa Doubhée réfléchir et s'élancer. Elle entra doucement, l'eau étant froide. Une fois dedans, Killian vit aux mouvements de la corde qu'elle n'arrivait pas à faire corps avec l'eau. Lorsque Doubhée remonta, pour reprendre de l'air, Killian s'avança et dit :

-Il ne faut pas lutter. Comprends le, fais-toi en un ami. Comme le vent. C'est pareil. Cette fois, je t'accompagne.

Doubhée la regarda avec de grands yeux. Killian entra dans l'eau, resta accrochée au rebord quelques instants et fît signe à Doubhée de plonger.

S'enfonçant dans l'eau, Killian vit Doubhée s'agiter, se contorsionner. Elle essayait. C'était le principal. Killian elle, sentait chaque attaque de l'eau s'écraser sur elle mais elle les contournait, les tirait en sa faveur, riant et jouant. Elle n'avait pas bougé d'un millimètre…
Doubhée l'observait, curieuse. Puis, elle l'imita. C'est ce qu'il y avait de mieux à faire.
Petit à petit, son élève parvint à rester calme, même si de temps à autres un courant plus fort la faisait valdinguer à quelques mètres.


Ressortant de l'eau, Killian s'assit sur le bord et aida son apprentie à remonter, détachant sa jambe.

-As-tu compris ce que cela signifie, jouer avec les éléments, à présent ?

Il fallait une vue d'ensemble pour se faire une bonne appréciation. Et les éléments étaient des alliés qui ne trahissaient pratiquement jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Lun 9 Avr 2012 - 19:12

-Si tu le dis !

Killian ce releva et ce dirigea vers Taï’Dashar, elle ouvrit sa sacoche et en sortit une corde. Je haussai un sourcil, perplexe. Que voulait-elle faire ? Je la vis lancer la corde dans l’eau, puis tiré dessus. Elle semblait être accrocher a quelque chose, qui étais sous l’eau. Quand ce fus fait, elle revient vers moi, je reculai un peu au début, mais je compris vite que je ne devais pas. Elle noua la corde autours de ma cheville et étonné je la regardai, pour avoir des explications.

-Tu vas entrer dans l'eau. Tu es attachée comme tu le vois.

Dans l’eau ? Mais elle était folle, le courant était bien trop fort. J’allais me noyé si je rentrais dans l’eau, et même avec cette corde, j’allais boire plusieurs fois la tasse. Est-ce encore un entrainement ? Si oui, pourquoi dans un endroit aussi dangereux ? J’aimais bien l’eau, certes, mais pas quand le courant était aussi fort ! Encore une fois, j’aurai du attendre que sa soit elle qui vienne me chercher, sa aurait au moins retarder cette exercices…

-Une fois plongée, tête comprise, je veux que tu te fondes dans le courant, que tu deviennes lui et que tu arrives à rester debout. Tu n'y arriveras sans doute pas du premier coup.

Plongée ?! Sous l’eau ? Sous cette eau ! Avec ce courant ! Sachant, parfaitement que Killian était là, je pris donc mon courage à deux mains et inspirant a fond je touchai l’eau du bout des pieds. L’eau était geler ! Lentement, même très, très lentement, je me mis complètement dans l’eau. Je tremblais de froid et alors que j’arrêtais de me tenir au bord, je fus emporter par le courant. Je poussai un petit cris de surprise, mon dieux ! J’inspirai une nouvelle fois et mis complètement ma tête dans l’eau, puis essayai de rester de marbre, de me fondre dans le courant, mais j’avais beau forcés, je le sentis prendre le contrôle de mon corps et me faire reculer. Je me débattis, mais rien à faire ! Avec peine et en m’aidant de la corde, je remontais à la surface, reprenant par la même occasions, mon souffle.

-Il ne faut pas lutter. Comprends le, fais-toi en un ami. Comme le vent. C'est pareil. Cette fois, je t'accompagne.

Etonner, je la vis ce mettre à son tours dans l’eau. Elle me guidait, comme quand il fallait grimper une tours, elle serrait juste la, à mes côtés. Elle me fit signe de plonger, alors je pris mon inspiration et me mis sous l’eau. Puis, j’essayai de me battre contre le courant, j’essayai de le dévier, mais à chaque fois il s’abattait sur moi, me faisant perdre pied et valdinguer de partout. Un bout d’un moment, je vis Killian, elle aussi était sous l’eau, elle nageait normalement, elle n’évitait pas le courant mais faisait qu’un avec, elle jouait avec. Je me mis à limité, tentant de prendre la même posture qu’elle et de faire comme elle. Bien sûr, quand on regardait Killian le faire on trouvait sa très facile, mais quand c’était à notre tours, cela devenait beaucoup plus durs. Malgré les efforts le courant finissait toujours pas avoir raison de moi, envoyant mon corps de l’autre bout et de temps a autres ce n’était que grâce à la corde, que je n’étais pas dix lieus sous l’eau. Pourtant, je sentais que je progressais et rien que sa, sa me suffisait a ne pas perdre patience et de continuer, malgré les nombreux échecs.

Nous finîmes par ressortir de l’eau, j’avais vachement froid et mes dents claquait les unes contre les autres. Elle détacha ma jambe, puis comme toujours me demanda ce que j’avais compris aujourd’hui.

-As-tu compris ce que cela signifie, jouer avec les éléments, à présent ?

Avant de répondre, je me dévêtis de mes habits mouillés et partit prendre une couverture dans mon sac. Je l’enroulais autours de mon corps, froid et revint m’asseoir vers Killian.

-Je pense avoir compris, pendant tous ce temps, je ne les vus que comme un ennemis ou comme un obstacle, alors que ce n’est pas le cas. On peut faire corps avec, jouer avec, le comprendre même. Mais, sa ne vient pas comme ça, il faut s’entrainer, comprendre l’élément en question. Demain, je retournerais dans l’eau et n’essayerai pas de l’éviter ou de me battre contre lui, non, je resterais calme et essaierais de comprendre et de jouer avec le courant. Enfin… Je crois que c’est sa qu’il faut que je fasse… Je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Lun 9 Avr 2012 - 20:07

[voilà ! il est court, mais je me suis dit que cette fois je te laisse imaginer ce qu'il se passe...^^]


Doubhée prit d'abord une couverture et s'enroula avec. Killian n'en avait pas spécialement besoin. Elle ignorait le froid, c'est tout. Finalement, assises l'une à côté de l'autre, l'apprentie déclara :

-Je pense avoir compris, pendant tous ce temps, je ne les vus que comme un ennemis ou comme un obstacle, alors que ce n’est pas le cas. On peut faire corps avec, jouer avec, le comprendre même. Mais, sa ne vient pas comme ça, il faut s’entrainer, comprendre l’élément en question. Demain, je retournerais dans l’eau et n’essayerai pas de l’éviter ou de me battre contre lui, non, je resterais calme et essaierais de comprendre et de jouer avec le courant. Enfin… Je crois que c’est sa qu’il faut que je fasse… Je me trompe ?

Killian sourit. Elle venait de faire un grand pas sur la Voie. Un pas invisible certes, mais qui emplissait la Marchombre d'un sentiment de fierté incomparable. Doubhée progressait rapidement.
Killian regarda la rivière déchaînée avant de répondre calmement :


-Peut-être que tu te trompes. Peut-être pas. La vérité est en chacune de nos paroles et de nos actes, tout comme le mensonge. A nous de faire pencher la balance.

Elle respira profondément et dit :

-Le seul problème c'est que nous partons dans quelques minutes et que j'ignore s'il y aura encore d'autres rivières avant que l'on arrive.

Se levant souplement, elle se secoua légèrement, pour enlever le surplus d'eau. Puis elle regarda Doubhée et annonça :

-Normalement, demain nous arriverons chez les Rêveurs. Si nous avançons toute la nuit.

Puis elle laissa le temps à son élève de se sécher et de se rhabiller. Elle étrilla Taï'Dashar, lui parla et ria avec lui. La relation qu'elle avait avec lui était trop forte pour que les autres comprennent. Souvent on la traitait de folle parce qu'elle parlait à son cheval comme s'il comprenait. Ce qu'il faisait. Et à la perfection.

Après, elle se remit en selle, lui faisant faire des pirouettes et des figures qu'elle lui avait enseignées, attendant que Doubhée la rejoigne. Ce qu'elle fît rapidement. Elles se mirent en route, en silence. Killian écoutait le vent.

"Urgent d'arriver Rêveurs…"

Trois mots. Elle comprit trois mots qui firent se retourner son estomac. Il y avait un problème chez les Rêveurs… Elle talonna sa monture et cria pour que Doubhée entende :


-Il y a un problème, il faut se dépêcher, viens !

Elles galopèrent ainsi, Taï'Dashar largement en tête. Il fallait arriver. Mais les chevaux ne devaient pas s'épuiser non plus. Et elles devaient prendre du repos. Alors, au milieu de la nuit, elles s'arrêtèrent. Ne firent pas de feu et dormirent tout de suite.
Le lendemain allait être riche en aventures…tout ce qu'elle espérait, c'est que ce ne soit rien de grave…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Dim 22 Avr 2012 - 14:38

-Peut-être que tu te trompes. Peut-être pas. La vérité est en chacune de nos paroles et de nos actes, tout comme le mensonge. A nous de faire pencher la balance.

Encore un mystères… J’étais déçue de sa réponse, comme j’aurais aimée savoir que oui, c’était ça. Mais elle avait fait exprès, j’étais sur la voie j’en étais sûr, j’avais remarquer cette petite lueur dans ses yeux. Alors, je ne dis rien, je souris même. La vérité et le mensonge, des choses qui rythmer les vies de tous, comment sa voir ce qui était vrai ou faux ? Comment ? Sur l’expression du visage ? Mais certain, cacher parfaitement leurs émotions. Elle inspira un grand coup, avant de ce remettre à parler.

-Le seul problème c'est que nous partons dans quelques minutes et que j'ignore s'il y aura encore d'autres rivières avant que l'on arrive.

Dommage. De toutes manières, je pourrais très bien m’y remettre une fois qu’on serra dans un endroit fixe. Et puis, au début, nous étions partis pour rejoindre au plus vite les rêveurs et non pas pour m’entrainer, enfin si, mais tout en progressant. Souplement, elle ce releva et s’ébroua. En faisant cela, elle me rappelait les chiens de rues qu’on pouvait croisées dans les villes et qui s’ébroué après une douche forcer ( jolie petite pluie, vient l’avez ces puanteurs sur pattes ! ). Je sais drôle de comparaison, mais on aurait dit !

-Normalement, demain nous arriverons chez les Rêveurs. Si nous avançons toute la nuit.

Je hochai de la tête et me séchai pour ensuite me rhabiller. Il était grand temps qu’on arrive a destination. Killian, c’était mis à entamer une discussion avec son cheval, étonner par son comportement je la regardais faire. Incroyable. Elle avait une vraie discutions avec lui, comme si elle parlait à vous et moi. C’était impressionnant à voir, ils devaient vraiment avoir vécu énormément de chose. Mais cette amitié entre une humaine et un animal, était étrange. C’était sûrement un don. Le don, de pouvoir parler à un cheval. Peut être que c’était encore plus que cela, une façon de ce regarder, un mouvement de pied ou de patte et c’est bon il ce comprenait. C’était tellement complexe. Pleine de question, je me retournais et me mis a sceller ma jument. Doucement, je lui caressais son flan, sa robe était magnifique, noir comme la nuit. Elle était magnifique et son galop, l’étais encore plus. Cette jument était un ange. Quand ma scelle fut enfin mise, je me montais sur le dos de mon cheval et rejoins Killian. Celle-ci faisait des figures avec son cheval, mais je ne peu pas vous les décrire car quand j’arrivais vers elle, elle s’arrêta et commença a partir au pas. Je la suivis en silence, respectant le silence qui c’était placer entre nous deux. Ce n’était pas de la tension, comme son souvent les silences lors d’un voyage, mais plutôt du respect. Les yeux de Killian, regarder droit devant elle et pourtant je savais quand ce moment même, elle faisait autre chose que regarder droit devant elle. Elle écoutait sûrement le vent ? Que pouvait-il bien lui dire ? Comme j’avais espérer pouvoir moi aussi l’entendre, le comprendre, l’interpréter, mais je ne savais pas le faire… Je fermais les yeux, essayant encore une fois de le comprendre. Mais, je n’y arrivai pas. Je ne le comprenais pas. Tous ce que j’entendait c’était le « fiou » que faisait le vent et le bruissement des feuilles qui bougeaient dans les arbres. Sa m’énerver, pourquoi je n’y arrivais pas ? Sa me gaver. Impatiente et énervé j’ouvris mes yeux, regardant en face de moi au lieu de me concentré sur le vent. Puis, mes yeux ce reportèrent de nouveau sur mon maître. Elle était droite sur sa monture, fière, belle, ténébreuse, discrète en même temps, tellement elle, tellement marchombre. Est-ce que je l’admirais ? Oui. Elle était parfaite et douée. J’étais certaine, qu’aucune autre marchombre ne pouvait l’égaler. Subitement, elle ce redit. Que ce passait-il ? Le vent lui avait-elle appris une mauvaise nouvelle ? Les rêveurs avaient-ils un problème ? Sûrement car elle talonna Taï’Dashar et partit au galop. Je fis de même et en pleine course, je pus entendre sa voix s’élever.

-Il y a un problème, il faut se dépêcher, viens !

Nous galopâmes un bon moment. Mais malgré l’urgence de la situation, il fallait que nous, nous reposions, surtout les chevaux. Je pouvais sentir les tambourinement du cœur de ma jument grâce a mes jambes contre son flan. J’étais un énorme poids pour elle et j’en avais conscience. Son galop était beaucoup plus rapide, quand je n’étais pas sur son dos et a présent je l’épuisais énormément. Je me relevais sur mes étriers, mis les rênes plus courtes pour avoir plus de contrôle sur la direction a prendre et souleva mes fesses de la scelle, me mettant un peu coucher sur son dos, mais pas trop non plus. J’y je me couchais trop sur elle, j’allais faire un rouler bouler sur son épaule et finir par terre, ce qui était évidemment à éviter.

Nous fîmes halte et nous couchâmes sur le champ. Nous avions pas trop le temps, il fallait que nous nous dépêchions. Mon cœur bâter fort contre ma poitrine. J’étais stresser et sur les nerfs. Qu’Est-ce qui allait nous attendre ? J’avais réellement peur… Cependant, la fatigue pris le dessus sur ma peur, me permettant ainsi de m’endormir et prendre du repos.

Le lendemain, ce fut Killian qui me réveilla. Je ronchonnais légèrement. J’avais tout oublié et me frotter les yeux, la marchombre elle était déjà en train de resceller Taï’Dashar et c’est a ce moment là, que je me souviens de tous. Je sursautai et me levais sur le champ, me mettant a mon tour a sceller ma jument. Quand ce fut fait, nous repartîmes au galop. Ce coup-ci, le silence qui régnait entre nous deux était très pesant. Le stresse était là. Toutes les deux, nous ne savions pas ce qui allez nous attendre, ce qui était très stressant. Nous continuons, ainsi jusqu’en fin de matinée. Quand nous arrivâmes, j’avalais ma salive.

-Et maintenant, qu’Est-ce qui va ce passer ?… Demandais-je incertaine.
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Dim 22 Avr 2012 - 15:03

[voilà ! a toi de deviner la suite XD]


Le lendemain, Killian se réveilla la première. Elle s'habilla en vitesse et réveilla Doubhée qui grogna. Levant les yeux au ciel, Killian alla seller Taï'Dashar. Elle vit du coin de l'œil son apprentie se redresser en sursaut. Elle venait de se rappeler.
Le vent ne disait plus rien, et Killian n'aimait pas être dans l'ignorance. Que se passait-il chez les Rêveurs ? Elle avait déjà tout imaginé. Les Raïs, les Mercenaires, le feu…
Elle espérait que ce ne soit rien de tout ceci…

Elle se mit en selle, vite rejointe par Doubhée et elles lancèrent leurs montures au triple galop. Killian tentait d'écouter le vent, de capter quelque chose, mais il se taisait. Et elle n'en pouvait plus de ne pas savoir.

Elles arrivèrent en fin de matinée et Doubhée déclara, d'une voix tremblante :


-Et maintenant, qu’Est-ce qui va ce passer ?…

Killian observait la scène et ne répondit pas tout de suite. Une partie du convoi était à l'extérieur, prêt à partir. Mais tout était silencieux. Très silencieux. Killian fît avancer Taï'Dashar au pas, observant tout. L'étalon couchait les oreilles sur sa tête et elle flattait son encolure. Il était encore plus inquiet qu'elle. Doubhée la suivait de près. Les chariots étaient vides, les animaux attachés et tranquilles. Mais il n'y avait pas de trace des hommes. Ni Rêveurs, ni cochers, ni cuisinier, ni même escorte de Chevaliers solitaires. Descendant de sa selle, Killian attacha le cheval et fît signe à Doubhée de suivre en silence. Son apprenti savait se déplacer sans bruit. A elle de le montrer.

Elles entrèrent dans l'enceinte même de la forteresse des Rêveurs. Tout était silencieux. Bien trop silencieux. Même le vent s'était tu. Killian respirait à peine et on entendait que les très légers bruits de Doubhée. Bien. Elle se déplaçait bien, même si Killian l'entendait. Son nez lui apport une odeur d'attente, de fixation, de…elle n'aurait su le dire. Mais c'était une odeur réellement étrange. Elle s'arrêta au centre de la place. Elle avait entendu bouger.


-S'il…vous…aidez…

La voix était faible. Killian se précipita vers l'origine et découvrit une Rêveuse, couchée au sol, ensevelie sous un monticule de poutres. Killian ne savait pas comment s'était arrivé, mais elle entreprit de la dégager, avec Doubhée. Une fois à l'air libre, la jeune femme toussa et Killian prit une gourde d'eau pour la faire boire.

-Merci…

La voix était très faible. Doubhée s'agenouilla aussi près d'elles et elles attendirent que la rescapée parle tranquillement, tout en observant le reste.

-On a…été…empoisonnés et…attaqués…convoi…je…

Ses yeux devinrent vitreux et Killian les ferma doucement, murmurant une prière. La jeune fille avait utilisé ses dernières forces pour parler. Et maintenant elle était morte.

La posant au sol, elle se releva et fit face à son élève.


-Il y a un problème ici. Et nous allons le découvrir. Reste sur tes gardes. Les assaillants sont peut-être toujours là.

Doubhée hocha la tête et elles entreprirent de fouiller la bâtisse. De nombreux corps gisaient partout, la peau ridée et crispée dans leurs derniers gestes, des cris de douleurs pour la plupart.
Doubhée hoquetait faiblement à leur vue. La première fois que l'on voit une scène pareille transmet souvent ce genre de réaction…


Elles fouillèrent tout de fond en comble mais ne trouvèrent rien. Jusqu'à ce qu'un cri se fasse entendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Ven 25 Mai 2012 - 17:09

[HRPG : Comme je te les dit par MP c'est pas top, c'est même nul, très nul, je n'en suis pas très fière, désolée :$ ]

Qu’elle spectacle épouvantable. Je n’avais encore jamais vu autant de mort. Il y avait le chat de ma voisine qui avait voulu apprendre à voler et que quand je l’avais lâcher du haut d’une tours ( en regardant pas en bas ), il n’avait pas ouvert ces bras pour voler. Il était donc tomber par terre comme masse et quand j’étais venue le retrouver, je l’avais trouver mort sur le paver. Mais des êtres vivants, je n’en avais jamais vu. Jamais. Chaque mort étaient pour moi une vision d’horreur, je savais que cette scène allez me hanter pendant des jours. Je finis par fermer les yeux, horrifié par tout ça. Si j’aurais pu, je me serais carrément cacher les yeux avec mes mains, j’avais envie de vomir. Un cris strident transperça le silence pesant qui envahissait la cité. Qui avait crié ? Pourquoi ? Tout ça, m’effrayer énormément. Je n’avais encore jamais était dans une telle situation, je me tournais vers Killian espérant qu’elle savait ce qu’il fallait faire. Elle avait sûrement plus l’habitude que moi de voir des morts et d’entendre des cris sortir de nulle part. Oui, elle allait tout prendre en main. Poule mouillé ? Oui. A ce moment la, oui. Comment ne pas avoir peur, alors que autours de vous n’est que mort et danger ?

Le cris retentit de nouveau, plus fort que le précédent. Killian ce mit à courir en direction de ce dernier. Pas rassuré je la suivis, me prenant de temps à autres les pieds dans une dalle mal mise ou a cause d’un caillou. Rien que toute ces petites maladresse, prouver que je n’étais pas dans mon assiette, dans un endroit pareille. Je n’avais qu’une hâte, partir. Partir de cette endroit horrible, et tout ces gens mort dans d’atroce souffrance, me donner des frissons dans le dos. Pourquoi un t’elle massacre ? Ce convoi n’avait pourtant rien d’intéressant, juste des rêveurs. Tout ça était bien étrange et si ce convoi n’était pas aussi normal que l’on croyait ? Si c’était le cas, tout ça expliquerais ce qui c’était passer ici, mais sa sembler si étrange. Si nous partons de cette hypothèse, les assassins auraient voulu quoi ? Et l’on t’ils eu cette « chose » ?

Nous courûmes dans les rues enseveli sous les tentacules de la mort, a la recherche de ce cri qui ce répéter a l’infini, mais à chaque fois il devenait plus aigu et on pouvait même déceler une pointe de frayeur. Qu’est-ce qui ce passait en haut ? Pris par la curiosité, je me mis à courir plus vite, je finis par ne même plus remarquer les corps autours de moi, ils étaient morts mais la haut, il y avait quelqu’un de vivant et si on n’intervenait pas, elle ne le restera pas longtemps. On courut, courut, courut, nous, nous rapprochons ainsi, chaque fouler nous rapprocher de cette rêveuse souffrante.
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Ven 25 Mai 2012 - 17:58

[ne faudrait-il pas continuer le rp à Fériane ???]


Elles courraient parmi les Rêveurs et autres membres de l'escorte et du convoi morts, se dirigeant vers la source du cri, qui se répétait et devenait même plus aigu au fur et à mesure. Killian sentait une légère peur au fond d'elle. La peur est humaine, elle l'avait dit à Doubhée pour qu'elle puisse vaincre ses vertiges. Pourquoi échapperait-elle à la règle dans ce cas ?

Elles grimpèrent une volée de marches, jonchées de cadavres. Killian faisait attention à ne pas leur marcher dessus, priant en silence à chaque visage pétrifié que croisait sa vision. Au bout des marches se trouvaient le premier couloir menant aux résidences des Rêveurs et aux des chambres des malades. Le tapis qui recouvrait le sol masquait leurs pas, ce qui n'était pas plus mal. Doubhée était terrorisée et son entraînement n'était pas assez long pour qu'elle réussisse à se maîtriser totalement. Mais, heureusement, elle essayait. Le cri était proche, à présent. S'arrêtant au coin du couloir, Killian stoppa son élève avant qu'elle ne lui fonce dedans et écouta. Le cri était derrière. Mais il y avait autre chose…son nez mit rapidement un nom sur l'odeur.
Des Mercenaires du Chaos ! Doubhée ne pouvait pas les affronter. Pas encore. Et pas seule. Killian réfléchit intensément
.

-Reste ici. J'y vais. Les hommes qui sont là-bas sont d'un niveau trop élevé pour toi encore. Ne tente pas de les battre. Surveille les alentours comme ce que je fais. Dès que je peux, je les attire loin d'ici. Tu pourras alors soigner le ou la Rêveuse blessé.

Elle lui faisait confiance pour obéir. Mais elle attendit tout de même qu'elle acquiesce pour s'élancer, à pas de loup, doucement, ondulant le long des murs, vers les ennemis. Ils étaient trois entourant une jeune femme allongée au sol. Elle souffrait et cela se voyait à ses traits crispés. Sa cuisse était sanglante. Doubhée devrait donc la porter de moitié pour s'échapper. Et les hommes s'amusaient, plaisantaient, la faisant souffrir en donnant des coups de pieds sur sa cuisse blessée. Killian s'approcha et, du plat de la main, frappa celui qui lui tournait le dos à la nuque. Il eut un hoquet et s'effondra. Le coup était assez violent pour qu'il agonise quelques instants et meure. Les deux autres réagirent vite et tirèrent leurs épées hors de leur fourreau.

Killian se glissa entre eux, évitant leurs attaques souplement, faisant attention à bien les éloigner de leur victime qui la regardait, écarquillant les yeux. Et, une fois assez loin, elle entra dans la danse. Elle agrippa le poignet du premier, tira vers elle, le tordit, repliant la lame contre son propriétaire et la lui enfonçant dans la poitrine sans qu'il comprenne. Le relâchant, elle se retourna et donna un coup de talon à l'autre. Il évita. C'aurait été trop beau sinon. Il pensait peut-être qu'en étant armé il s'en sortirait à coup sûr. Il oubliait juste qu'elle était une arme. Son corps était aussi aiguisé que n'importe qu'elle lame, ses muscles pouvaient trancher aussi bien qu'une épée et son agilité parait, défendait et attaquait en coordination avec le reste.

Mais lui aussi se battait remarquablement bien. Elle avait même envisagé qu'il pouvait être un Mentaï. Mais il n'avait pas encore usé de son don. Alors elle ne savait pas et prévoyait tout. Elle envoya à nouveau son pied, qu'il attrapa, aussi étonnant que cela puisse paraître. En équilibre sur un pied, elle sourit. Prenant de l'élan, elle s'envola. Sa deuxième jambe quitta le sol, pour se poser sur le mur et repartir tout de suite vers le visage du Mercenaire, qui ne comprenait pas. Mais qui la lâcha alors qu'elle n'avait pas fini. Elle retomba lourdement au sol, n'ayant pas prévu cette réaction. Toutes sauf celle-ci en fait. Son dos l'élançait affreusement, étant tombée dessus, ce qui l'empêcha de se relever immédiatement. Et laissa le temps à son adversaire de se mettre au-dessus d'elle, la lame relevée, prête à s'abattre sur elle. Killian pria pour que Doubhée ne tente rien.

Elle laissa le Mercenaire profiter de l'instant, de jouir d'avoir l'honneur de tuer un Marchombre, elle lui laissa le temps pour lever plus haut encore son arme. Elle le laissa l'abattre, voyant la lame approcher de sa tête à vive allure. "Le temps est un formidable allié. Et chacun à son propre temps. Humains, animaux, objets. Entre dans leur temps et tu seras maître de la situation." Hylis le lui avait appris. Elle attendait le bon moment, se fondant dans le temps de la lame.
A l'ultime seconde, elle roula de côté et, accroupie, pivota sa jambe, crochetant celle du Mercenaire, qui avait légèrement perdu son équilibre. Il se vautra au sol comme elle, mais en plus lourd encore. Alors, sans compassion, elle tira sa dague et l'acheva d'un geste vif et rapide. Nettoyant la lame, se relevant en la rangeant, elle rejoignit Doubhée et la Rêveuse. Son dos l'élançait encore un peu, mais elle tiendrait. Elle avait connu pire. Doubhée avait la bouche grande ouverte. Admiration ? Peur ? Killian sourit et dit :


-Referme la bouche ou toutes les mouches vont y entrer.

Doubhée rougit mais ne dit rien.

-Merci énormément…souffla la Rêveuse.

Killian s'accroupit près d'elle et lui demanda :

-Qui ? Pourquoi ? Comment ?

Pas la peine de faire de longue question, elle était déjà trop faible.

-Les Mercenaires. Avec des Mentaïs. Sont venus…pour nous dérober quelque chose. Je ne sais pas quoi. Ils cherchaient un vieux Rêveur. On leur a dit qu'il était parti depuis longtemps, que l'on ne savait pas ou il était ni même s'il était encore en vie, mais ils ne nous ont pas crus. Un Mentaï a dessiné des choses horribles, obligeant les Rêveurs à se tuer eux-mêmes, alors que d'autres Mercenaires empoisonnaient les plus forts, violaient les femmes et tuaient les enfants. Même les malades y sont passés…

Killian fronça les sourcils. C'était horrible. Et maintenant, les tueurs étaient en liberté.
La femme lui agrippa la manche, tremblante et pâle.


-Ils sont toujours ici. Les Mentaïs et les autres. Il y a encore des Rêveurs en vie. Certains font partie de la famille de celui qu'ils cherchaient. Ils veulent les utiliser pour qu'il vienne.

Elle reprit son souffle et implora :

-Laissez-moi m'en aller maintenant.

Killian refusa de la tête.

-Non. Je vais vous faire un garrot. Je vais vous trouvez un lieu à peu près sûr. Pour que vous vous reposiez.

La femme pleura.

- Non…je vous en prie, achevez-moi…

Killian regarda Doubhée. Elle ne voulait pas le faire. Elle ne le pouvait pas. Elle prit la main de la Rêveuse et serra fort.

-Soignez-vous. Vous êtes Rêveuse. Dissipez votre mal.

Elle venait d'y penser. Et la jeune femme écarquilla les yeux. Apparemment elle avait oublié elle-même ce détail crucial. Elle se concentra aussitôt et Killian comme son apprentie purent voir la plaie se refermer lentement.

Killian sourit. Au moins elle n'allait plus mourir.


-Je vais vous emmenez pour que vous vous reposiez. Ensuite j'irai libérer les otages.

-Ils sont trop forts pour vous. Et vous devez également être mortes de fatigue toutes les deux. Reposez vous une heure ou deux et je vous aiderai à mettre au point un plan.

A contre cœur, Killian accepta. Son apprentie avait besoin de reprendre des forces. Soulevant la Rêveuse qui mit un bras autour de ses épaules, Killian s'adressa à Doubhée :

-Surveille nos arrières.

Elle se laissa guider par la femme, jusqu'à une pièce sombre dont l'entrée était plutôt bien camouflée.

-C'est une pièce que j'ai découvert il y a quelques années, expliqua-t-elle. J'y vais lorsque je suis surmenée ou que je suis en passe de craquer.

Killian hocha la tête et entra, suivie de Doubhée qui referma la porte, plongeant le lieu dans le noir. Mais, en experte, la Rêveuse alluma une légère bougie. Pas de fenêtres, juste la porte, une petite étagère, un vieux matelas. Rien d'autre. Même pas de nourriture pour reprendre des forces plus vite.

-Dormez maintenant. Je monte la garde. Et, d'ici quelques heures je vous réveillerais.

Killian s'accroupit et s'adossa à un mur. Elle attendrait qu'elles s'endorment, oui. Mais ensuite elle s'en irait. En tant que Marchombre, elle ne pouvait pas rester ainsi à se croiser les bras alors que des innocents étaient aux mains des Mentaïs. Elle ne pouvait pas l'accepter. Elle voulait donc aller repérer au moins les lieux, voir combiens d'hommes il y avait à abattre, quels étaient les pièges, et, si elle pouvait, les libérer. Elle ne voulait pas que Doubhée soit exposée. Pas pour cela. Elle n'était pas encore assez sûre d'elle. Et dans ce genre de combat, la moindre hésitation peut être fatale…

Le souffle des deux femmes devint régulier. Killian vérifia que toutes ses armes étaient là, que son nez ne sentait rien de particulier et se releva. Elle allait sortir lorsque la voix de Doubhée s'éleva dans la pièce…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Lun 25 Juin 2012 - 18:52

    Un combat est toujours très impressionnant, surtout quand on y participe que en temps que « spectateur », du haut de se poste nous avons la chance de tout (presque) voir. Les coups fourrées, les attaques, les défenses tout ce qui fait un combat en lui-même. Mais aussi, nous pensons que c’est simple, quand nous les voyons faire sa semble tellement facile, a présent je sais que non et ce jour-là que je regardais impuissante Killian ce battre, mon cœur tambouriner contre ma poitrine à une vitesse folle, mes lèvres était rongés de partout à cause de mes dents et quand à mes points, ils étaient, les deux, fermement fermer. Cependant, je ne pouvais, absolument, rien faire. Killian avait été très clair la dessus, elle n’avait pas eut besoin d’insister, j’étais encore qu’une novice je ne pourrais jamais l’aider, et puis, elle était forte non de dieux, elle ne risquait pas de mourir ainsi ! Surtout sous des mains ennemis.

    Pourtant, voir son propre maitre ce pendre des coups est toujours très impressionnant. Killian, était à mes yeux la grâce, la puissance et encore plein d’autre chose, incarné dans une seule et même personne. Et pourtant, elle ce prit plusieurs coups assez violent, et a un moment j’ai bien crus que le mercenaire allé l’embrocher. Il y était presque, mais vif comme l’éclair, Killian c’était dégager et ce fut le sang du mercenaire qui souilla la lame de la marchombre. Bouche grande ouverte, je regardais Killian ce relever en pleine forme (quoi que, elle eut un peu de mal à ce lever, sûrement son dos, étant donner le coup qu’elle c’était prise auparavant), puis ce diriger tranquillement vers moi. Elle sourit.

    -Referme la bouche ou toutes les mouches vont y entrer.

    J’obtempérais sur le champ, le rouge me montant vite aux oreilles. J’avais vraiment été impressionner par tout ça et surtout j’avais eu une sacré frousse. Qu’aurais-je fais, si il y aurait un pépin ? Car Killian m’avait dit de ne surtout pas bouger de la ou j’étais, alors ? Que de réflexions inutile, étant donner que tout c’était bien finis, elle avait la pêche, moi je reprenais doucement mon sang-froid (grâce à cela, mon cœur repris ENFIN un rythme normal). Une fois fait, Killian reporta son attention sur la jeune rêveuse et ce qui s’ensuivit fus assez troublant quand j’y repense. A ce moment-là mes yeux avaient été grand comme des soucoupes volantes, la jeune rêveuse ne voulait plus vivre, la douleur était sûrement invivable. Choquées je regardai Killian, me demandant bien si elle était capable de faire une chose pareille. Heureusement, elle sut redonner espoir à la rêveuse, en lui rappelant qui elle était. Une rêveuse, capable de ce soigner grâce à la magie ! La jeune femme avait tellement souffert qu’elle avait oubliée ce point crucial de sa personne. Elle ce soigna et après ça, nous emmena dans un lieu sûr et à l’écart.

    Marcher dans une ville pareille était un enfer. Voir des morts de partout était un supplice et une scène qui allait sûrement me hanter jusqu’à la fin de ma vie. Encore la, en ce moment même ou je vous raconte ceci, mon corps est parcourue de frisson incontrôlable. Comment vous décrire parfaitement la mort ? Jamais je pourrais trouver les mots juste pour décrire l’horreur de cette vision, surtout dans une tel situation. Tous ici étaient morts dans d’atroce circonstances d’après ce que nous avez dit la rêveuse, alors savoir que la dernière chose qu’ils avaient vues étaient un homme violent, les visages des morts tombant à terre, les enfants, les femmes et les hommes hurlent aux désespoir. Pendant notre marche jusqu’au repère de la rêveuse, je fus pris par de violent au le cœur et à chaque instant je risquais de vomir mes tripes. C’était trop. Trop, pour une seule journée.

    Une fois arrivée, je m’assis sur le champ au sol, essayant de respirer le plus calmement possible. C’était la première fois de toute ma vie que je voyais une tel scène, c’était un choc pour moi et tout empiré de minute en minute, car je savais que tout n’était pas encore arranger. J’avais besoin de changer d’air, même ce repère m’étouffer. Il n’y avait pas de quoi manger et de toute façon mon estomac était bien trop nouée pour que je puisse avaler une boucher.

    -Dormez maintenant. Je monte la garde. Et, d'ici quelques heures je vous réveillerais.

    Dormir ? La, maintenant ? Impossible. Comment dormir après tout ça ? Manger, dormir, m’était impossible. Je me couchai cependant au sol, peut-être que si je me forçais je réussirais a m’endormir. Mais bon, plus facile à dire cas faire, comme toujours. Fermer l’œil ? Impossible. Ouvrant un œil, je pus voir Killian vérifier ces armes et ce dirigeait vers la sortis. Ou allait-elle ? Je me redressai sur ma couche pour être vraiment sûr qu’elle partait pour de bon. Elle allait sûrement faire le tours de la cité, peut-être qu’il y avait encore quelque survivant.

    -Killian, je viens avec toi-même si je ne sais pas ce que tu compte faire. Restez ici à ne rien faire ne sert à rien. Dormir ? Je ne peu pas, surtout après ce que je viens de voir. Même si dehors c’est dangereux, m’en fiche, sa va me dégourdir les patouilles et… M’endurcir…

    Je ne lui laissai point le temps de me dire quoi que ce soit, je pris ma dague en main et me dirigeai vers elle en souriant.

    -J’y pense, il y a peut-être des survivants ou que des morts avec de gentils mercenaires, dans ce cas la je ne bouge pas et j’attend, c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian ) Lun 25 Juin 2012 - 19:46

[tu me dis si cela te va !]

-Killian, je viens avec toi-même si je ne sais pas ce que tu compte faire. Restez ici à ne rien faire ne sert à rien. Dormir ? Je ne peu pas, surtout après ce que je viens de voir. Même si dehors c’est dangereux, m’en fiche, sa va me dégourdir les patouilles et… M’endurcir…

La main tendue devant la porte, Killian se retourna vers son élève qui était encore à moitié allongée. Elle l'observa longuement alors qu'elle se levait, dague en main, et s'approchait d'elle. Doubhée était déterminée, cela se voyait, mais Killian lisait aussi de la peur et sentait la peur de son élève. Une peur horrible qui ne l'aiderait pas en cas de situation périlleuse.
Mais de l'autre côté…et la Rêveuse ?


-J’y pense, il y a peut-être des survivants ou que des morts avec de gentils mercenaires, dans ce cas la je ne bouge pas et j’attend, c’est ça ?

Killian fronça les sourcils. Sa phrase n'avait pas grand sens. Le temps passait, et justement, elles n'avaient pas le temps. Killian s'approcha alors encore plus de Doubhée et lui murmura, sans appel, mais pas trop méchamment non plus :

]b]-Je t'emmène avec moi. Mais si je t'ordonne de te cacher, de fuir, de chercher la Rêveuse pour la mettre dans un lieu sûr, ou n'importe quoi d'autre, tu m'obéis. Si je te dis de m'abandonner à mon sort, tu le fais, malgré tout ce que tu pourras ressentir. Je sais que c'est dur à entendre. Mais je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose. Tu es mon élève, Doubhée. Je veille sur toi. Ne l'oublie pas. Jamais.[/b]

Elle attendit que Doubhée acquiesce pour ouvrit et se glisser dehors. Elle avait mémorisé l'endroit, ainsi elle pourrait retrouver la Rêveuse. Doubhée était aussi silencieuse qu'elle. Bien. Son nez transmettait de la détermination, du courage, mais aussi la peur de la part de son élève. Normal. Mais Killian espérait juste que cette même peur ne la déstabilise pas au moment crucial…

Elles s'avancèrent dans le Château, longeant les murs, effleurant le sol, observant chaque couloir, chaque carrefour attentivement. Des morts, il y en avait partout. Mais plus elles s'enfonçaient dans la tour, plus il y en avait. Elles approchaient donc de l'endroit.
Au détour d'un couloir, elles entendirent des voix. Killian stoppa Doubhée et pencha la tête juste pour voir cinq hommes parler entre eux. Son nez l'informa tout de suite : Mercenaire. Doublés d'un Mentaï.


Elle n'entendait pas ce qu'ils disaient, mais leurs gestes violents et saccadés suggéraient un désaccord. Cinq hommes. Il y en avait sans doute un peu plus. Déjà pour surveiller les Rêveurs. Et peut-être d'autres pour surveiller les bâtiments entiers. Justement au cas où des visiteurs comme les Marchombres viendraient…

Que faire ? Les affronter équivaudrait à un suicide de sa part. Cinq Mercenaires avec un Mentaï dans le lot était un groupe trop haut pour elle. Elle le savait et connaissait ses faiblesses. Mais une voix lui disait que les otages étaient de l'autre côté…

Le vent s'infiltra dans la meurtrière et lui murmura un mot : "attention".

Attention à quoi ? Killian sentit l'odeur du Mentaï qui approchait. Une odeur vive et brûlante. Elle se recula vivement mais une voix jaillit :


-Venez. Il y a quelqu'un ici.

Flûte ! Question discrétion c'était râpé. Les pas s'approchèrent. Se tournant vers Doubhée qui paniquait, Killian lui prit l'épaule et lui dit :

-Tu te souviens de ce que je t'ai dit n'est-ce pas ?

Son élève acquiesça lentement.

-Fuis. Cherche la Rêveuse. Sors de Fériane et va chercher de l'aide. Je les retiens du mieux que je peux et vous rejoints. Je t'en fais la promesse.

Elle inspira puis termina :

-Et je tiens toujours mes promesses.

C'était la meilleure chose à faire. Si Doubhée parvenait à chercher de l'aide et à revenir, ce serait une leçon de plus. Elle devra aussi montrer son talent de combattante. Elle pressa l'épaule de la jeune fille, lui transmis sa force d'un regard et l'encouragea à partir alors que les pas étaient beaucoup trop proches.

Killian regarda Doubhée jusqu'à ce qu'elle disparaisse au détour d'un couloir puis se retourna, dague au poing, alors que le Mentaï surgissait du virage.


-Une visiteuse ! Et une Marchombre en prime ! Vous vous joindrez à nous j'espère ?

Killian sourit effrontément. Et se mit en place. Se plaça de sorte à être prêt de la fenêtre et entourée des Mercenaires.

-Nous sommes trop forts pour toi. Rends les armes et meurt comme les tiens. En lâche !

Killian ne répondit rien. Ne pas se laisser déstabiliser. Elle priait pour que Doubhée réussisse à s'en aller sans dommages. Heureusement, les hommes n'avaient pas vus qu'elles étaient deux.
Et tout s'enchaîna. Les Mercenaires se ruèrent sur elle alors que le Mentaï reculait. Il préparait un mauvais coup, elle en aurait mis sa main au feu. Elle se baissa et crocheta la jambe du premier Mercenaire, le poussant à terre et l'achevant souplement pour se relever et faire face au second qui pointait son épée courbée sur sa gorge. Comme lors de son premier affrontement, elle pivota sur elle-même, agrippa le poignet de son adversaire, tourna et le lâcha par la fenêtre. Le bruit du corps qui s'écrase retentit nettement dans la cour. Deux en moins. Encore deux plus le Mentaï.


Qui s'avança et deux épées surgirent du néant. Deux épées enflammées. Il souriait, sûr de sa victoire. Killian était déjà bien essoufflée, fallait l'avouer. Normalement, Doubhée était avec la Rêveuse. Elle para le premier coup, sauta pour éviter le second, pivota pour le troisième, et ainsi de suite. Son corps était fluide, ses mouvements faits d'eau. Son nez lui transmettait une colère sans nom de la part du Mentaï. Elle sauta, pirouetta et décocha un coup de pied dans le visage de son ennemi. Mais au dernier moment un bouclier apparut. Le choc de son talon contre ce mur invisible la secoua de part en part et la propulsa contre le vide la fenêtre. Elle se raccrocha aux bords et se remit droite au moment ou le Mentaï sautait sur elle et enserrait sa gorge. Il avait juste oublié un détail. Elle était toujours armée. Suffoquant de moitié, elle planta sa lame dans la poitrine de l'homme qui hoqueta et s'effondra sur elle. Repoussant le corps difficilement, elle n'eut pas le temps de se remettre en garde. Les deux derniers se précipitaient sur elle en même temps. Et, acculée à la fenêtre, elle n'avait pas la liberté de mouvement nécessaire au combat.

Elle reçut donc quelques entailles avant de parvenir à tuer le premier Mercenaire. Et le second, fou de rage, parvint tout de même à planter son couteau dans son épaule, enfin, plus en-dessous, plus proche du cœur qu'autre chose. Il voulut l'achever mais elle l'agrippa et le jeta dans le vide ou elle l'entendit crier jusqu'à la chute. Lourde.


Haletante, elle mit sa main sur le haut de sa poitrine et la retira couverte de sang. Des bruits de pas résonnèrent de partout. D'autres Mercenaires ! Il fallait qu'elle fuie. Elle ne pourrait plus combattre pour le moment. Et elle avait une promesse à tenir. Retrouver Doubhée. Elle n'osa pas retirer le couteau de son corps. Pas encore. Regardant en bas, elle avisa les prises, les toits utiles et, au moment ou les voix s'approchaient, elle passa par delà la fenêtre et s'agrippa au rebord, lui arrachant une grimace de douleur. Elle se laissa tomber, se raccrocha en s'éraflant les mains, sauta alors qu'elle n'était plus qu'à un mètre du sol. En haut, des hommes criaient des ordres. Il était grand temps de sortir et chercher de l'aide pour sauver les otages…

Elle se releva lentement, la douleur revenant à la charge. Elle voyait la garde du couteau sortir de sa poitrine, juste entre l'épaule et le cœur. Elle vivait toujours, donc un organe vital n'était pas touché, elle avait de la chance. Faudrait juste qu'elle ne soit pas trop secouée jusqu'à ce faire soigner…


Essoufflée, elle se força à courir pour retrouver Doubhée. Son nez la sentait, pas loin. Et elle la vit, à l'entrée de Fériane, aux prises avec un homme. Killian se mit de côté, cachée, et observa l'affrontement. Doubhée avait progressé. Malgré quelques maladresses et des hésitations, elle était un peu plus assurée que la première fois contre les bandits. Peut-être que la peur démultipliait ses capacités au final…La Rêveuse était derrière, elle aussi à l'abri. Doubhée avait donc pensé à l'abriter. Bien. Elle espérait que son élève achève son adversaire. Killian ne se sentait pas la force d'un nouvel affrontement, même si elle le ferait tout de même en cas de besoin. Et heureusement, ses prières furent exaucées, Doubhée maîtrisa son ennemi.

Killian sortie donc de sa cachette alors que les deux autres allaient repartir. Boitillant maintenant, la vision floue, sa tunique de cuir lacérée par endroits, montrant les entailles, et le couteau dans son torse, elle leva une main et les héla :

-Attendez…je…je viens…

Approchant de son apprentie, elle réussit à mettre sa main sur son épaule et lui dit :

-Félicitations jeune fille. Très beau combat. Je te donnerais tes erreurs plus tard. Pour le moment, il faut fuir et vite. Il y a plus de Mercenaires que prévu ici et seules nous n'y arriverons pas. Et moi encore moins pour le moment.

Doubhée l'observait, ahurie.

]b]-T'en fais pas, je vais pas mourir.[/b]

Mais pas le temps d'attendre une réponse. Elle entraîna la Rêveuse et son élève en-dehors de la forteresse alors que les portes claquaient et s'ouvraient sur les ennemis. Elle siffla Taï'Dashar alors que Doubhée faisait de même pour sa monture.

Se hissant difficilement en selle, elle prit la Rêveuse en croupe et lui dit :

-Tenez-moi bien. Autant pour que vous ne tombiez pas que moi je ne m'effondre pas…

La douleur était réellement lancinante et se propageait dans son corps. Taï'Dashar sentait que quelque chose n'allait pas. Elle lui murmura quelques paroles à l'oreille et le lança au galop. S'éloigner. SE soigner, se reposer, chercher de l'aide. Tuer les Mercenaires. Libérer les otages. Former Doubhée.

Le vent charriait ses cheveux et les remous du cheval la faisaient souffrir. Elle ne s'arrêta que quinze minutes plus tard, près d'une petite grotte. Elle n'en pouvait plus, pour tout dire. SE laissant plus tomber qu'autre chose, elle s'adossa à la paroi de la grotte.
Elle respirait avec difficulté. Doubhée arriva en courant et elle lui dit :


-Fais un petit feu au fond de la grotte, j'ai froid. Et cache les chevaux. Dis à la rêveuse de venir aussi.

Elle attendit quelques minutes et la femme apparut devant elle.
Sans rien dire, elle agrippa le couteau et tira d'un coup sec dessus, faisant couler le sang à flot. Killian retint un cri et se contenta de gémir. Posant ses mains dessus, la Rêveuse ferma les yeux et Killian sentit une onde de fraîcheur se poser sur elle. Lorsque la Rêveuse se recula, la blessure n'était plus visible.


-Du repos maintenant. Quelques heures. Voire même un jour complet.

Killian ne répondit rien. Elle attendait Doubhée. Celle-ci avait sûrement des choses à dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac ( pv Killian )

Revenir en haut Aller en bas

Pris la main dans le sac ( pv Killian )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Pris la main dans le sac ( pv Killian )
» Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
» [Grade 1] [Filature] Pris la main dans le sac !
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Se promène par la main (pv Gael)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Al-Jeit-