Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Envole moi [pv Killian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Envole moi [pv Killian] Dim 8 Jan 2012 - 22:32

[HRP : je précise que malgré que j'ai posté ce message dans les Archipels Alines, il se situe du côté Gwendalavir, sous une falaise au niveau des Grands Océans.]


Seule au milieu des vagues, perchée sur un rocher, une mouette pas comme les autres semble voler.
Un œil averti serait troublé s'il la voyait. Est-ce que cet être qui ondule au gré du vent est humain ou animal ? Cette question, la jeune fille qui se tient sur la mer ne se la pose pas. Son identité, elle la connait et c'est tout ce qui compte. Perdue dans les éléments, elle s'oublie en eux et laisse sa mémoire dériver jusqu'à son envol.

*****

Je suis moi.

Marchombre.

*****

Le soleil brille au dessus de nos têtes, et inonde nos visages aussi bien que nos cœurs. Pas un nuage menaçant ne se tient à l'horizon et la nouvelle journée qui s'annonce devant nous promet d'être aussi belle que celle qui l'a précédée.
A mes côtés se tient en silence une jeune femme d'une trentaine d'années. Mon Maitre. Celle avec qui je viens de partager presque trois ans. Trois ans de souffrances. Trois ans de travail. Trois ans de vie. Trois ans d'épanouissement. Trois ans d'harmonie. Comme moi, elle a ses pieds au bord de la falaise, tellement à la limite du vide qu'une seule erreur et elle chutera. Mais elle ne tombera pas, car c'est une Maitre Marchombre de talent. Du coin de l'œil, j'épie son corps qui se coule dans le vent, comme un poisson qui remonte une rivière. Elle m'impressionne toujours autant alors que j'ai énormément progressé depuis notre rencontre. Cependant je ne peux pas encore arriver à la cheville d'un être qui a continué à grandir en me guidant sur le Voie. Un jour j'y arriverais … et si je n'y arrive pas … qu'importe. En trois ans, j'ai appris que l'important est de se mesurer à soi et non aux autres. On ne peux trouver l'harmonie en cultivant la jalousie.

*****

Face au ciel, deux anges se tiennent leurs bras tendus pareils à des ailes.
Dans le silence, ils savourent leur liberté.
Marchombres.

*****

"Saute Val."


La journée passe et le soleil se rapproche de son zénith. Nous avons passé notre matinée à jouer avec le vent, comme deux enfants qui s'amusent avec une simple feuille. Je ne pensais pas que mon Maitre allait me donner un nouvel exercice aujourd'hui, mais si tel est son choix, alors soit.
Je me penche au bord de la falaise et contemple les rochers qui émergent des eaux, plusieurs mètres en contrebas. Ils ont l'air mortellement aiguisés et glissant. Vu la hauteur où nous nous trouvons, un tel saut serait à coup sur mortel. Alors j'opte pour le plan B, pour le contour de la règle. Je décide de désescalader la paroi.
A peine ai-je commencé que la voix d'Elva s'élève

"J'ai dit saute."

Je la regarde, cherchant dans ses yeux le sens caché de ses paroles. Je n'y vois que ce mot : "saute". Un nouveau coup d'œil en contrebas ne m'apprend rien de plus, et un soupçon de peur embrume mon esprit. Je ne peux pas.

"Non. Vous l'avez dit vous-même après mon Ahn-Ju: je suis Marchombre. Et en tant que tel, je veux être libre de guider mes actes."


"N'oublie pas que je suis toujours ton Maitre."


"Oui, et un Maitre se doit de donner l'exemple. Alors après vous."


Je laisse glisser un sourire moqueur, auquel répond Elva de la même façon. Elle laisse passer un instant avant de me répondre.

"Tu réalise qu'en refusant soudain mes ordres tu refuse d'avancer."


"Non puisque j'y obéirais après vous."


"Il te reste tant à apprendre … et pourtant …"


Son sourire se transforme, et la teinte nostalgique dont il se pare m'inquiète brusquement. Que se passe-t-il dans sa tête ?

"Et pourtant c'est ici que nos chemins se séparent Val. Tu l'as dit, tu es Marchombre. Tu es libre. Alors envole toi et ne t'arrête jamais."


Je la regarde, ne cherchant pas à cacher combien je suis abasourdie par ses mots. Nos chemins qui se séparent ? Comment ça ? Que veut-elle dire par là ? Que … l'évidence qui s'impose à mes yeux est trop douloureuse pour être réelle. Je lui ai promis trois ans de ma vie.
Il y a exactement trois ans je la rencontrais dans une ruelle d'Al-Jeit.
Elva s'approche de moi et dépose un léger baiser sur mon front, posant ses douces mains sur mes yeux pour les fermer un instant.

"Je serais toujours là pour toi. Ecoute. Apprend. Comprends."


Un murmure. Un souffle. Irréel.
Je rouvre les yeux et découvre que je suis seule.
Seule. Le poids de ce mot est trop énorme pour que je le supporte. Elva. Non. Je ne m'attendais pas à un adieu si soudain. Les larmes s'échappent de mes yeux sans que je ne fasse rien pour les arrêter. Comme un oisillon, je me recroqueville sur moi-même et laisse mon cœur s'exprimer en sanglotant. Je suis libre mais je suis seule.

*****

Se relever. Elva ne m'a pas abandonnée. Elle m'a ouvert les yeux sur un monde que je refusais de voir. C'est une nouvelle porte qu'elle a ouverte devant moi, et je me dois de la franchir. Alors je me relève et m'efforce de me plonger dans la gestuelle Marchombre.
Inspirer. Expirer.
Mains qui montent vers le ciel.
Retournent vers la terre.
Ballet incessant d'un corps qui se calme et puise sa sérénité dans les éléments qui l'entourent. Mes larmes s'assèchent et je m'ouvre à l'harmonie de cette scène de calme.
Marchombre.

*****

La course du soleil sera finie dans moins de trois heures. Ce temps est à la fois court et étrangement long. Une évidence quand à comment le remplir se faufile dans mon esprit, susurrée par une voix que je croirait être celle d'Elva.
"Saute."
Pourquoi ai-je eu peur ? Si mon Maitre m'en pensait capable, alors c'est que je le suis. Comme un souffle, je m'élance dans les airs et savoure le vent qui fait jouer le tissu de ma chemise. Mon corps décrit une pirouette simple avant de venir se poser sur un rocher presque plat, de la taille d'un tabouret. Je ne glisse pas. Je ne m'empale pas sur un des rochers pointus qui m'entourent. Je suis toujours vivante. Je suis toujours moi.
Marchombre.
Et je recommence à jouer avec le vent, heureuse comme jamais.


Dernière édition par Val Kiryia le Sam 21 Jan 2012 - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Lun 9 Jan 2012 - 14:44

[j'espère que c'est ce que tu attends de moi ! Sinon, dis le que je change !!]



Killian avait marché longtemps jusqu'à cette falaise. Limite entre Gwendalavir et les Pirates Alines, elle offrait un magnifique paysage que personne ou presque ne pouvait se targuer de l'avoir admirer. Oui, la falaise était assez dangereuse, décourageant bon nombre d'aventuriers intrépides. Mais Killian s'en fichait. Elle était Marchombre, Maître, qui plus est, ce qui voulait dire qu'elle faisait ce qu'elle voulait quand elle voulait. Et ce matin, quelque chose lui avait dit de se rendre sur la falaise.

S'approchant, elle vit la jeune fille sur un rocher, en-bas. La première pensée qu'elle eut fût de sauter la rejoindre. Mais elle se ravisa. Elle aussi, était Marchombre. Sinon, comment pourrait-elle tenir ainsi, le vent fouettant ses vêtements, l'eau se fracassant à quelques centimètres d'elle, sans pour autant se laisser emporter ? Elle jouait. Tout simplement.

Killian s'approcha de la falaise et l'observa d'en-haut. Sans un mot. Elle savait que l'autre avait entendu. Qu'elle avait conscience de sa présence. Mais ce genre d'instant étaient faits pour être silencieux. Et, justement, la fille n'était pas une inconnue pour Killian.
Il y a un an, elle lui avait fait passer l'Ahn-Ju. Il y a un an, elle lui avait permit de progresser sur la Voie.


******

-La dernière épreuve sera la plus difficile.Avait-elle dit à l'apprentie.

Une apprentie exténuée, qui avait traversé pas mal d'épreuves toutes plus dangereuses les unes que les autres, mais qui souriait. Killian était dans le jury. Sa mission était d'expliquer le déroulement des épreuves. C'était la première fois en tant que Maître Marchombre qu'elle était jury lors de l'Ahn-Ju. A ses côtés se trouvaient deux autres Maîtres, qu'elle ne connaissait pas. Et devant, une apprentie, Val, qui avait pour Maître Elva. Killian connaissait Elva. Elles s'étaient entraidées une fois. Elva était bien plus loin qu'elle sur la Voie.

-Il te faudra revenir à la salle principale. Seule. Et dans le noir total.


Les épreuves ne changeaient jamais. Killian se souvenait parfaitement de la sienne. L'apprentie acquiesça lentement, prenant conscience de l'épreuve. Les membres du jury lui fermèrent les yeux et la firent tourner sur elle-même pour la désorienter. Puis, ils éteignirent leurs torches et quittèrent la salle. Killian s'était laissée guider par les deux autres jury, qui, d'abord, connaissaient les souterrains par contre et ensuite, car l'un d'eux avait reçu du Rentaï la vision nocturne. Ils se placèrent devant l'apprentie afin de suivre son cheminement. Le Marchombre qui voyait décrivait en murmurant ses gestes. Bien sur, elle n'entendait rien, l'apprentie. Killian sur donc quand elle tombait, quand elle hésitait et quand elle se dirigeait vers la sortie.

Elle mit un peu plus longtemps qu'elle-même à réussir l'épreuve. Mais elle y parvint. Souriante. Elle n'était plus la même. Elle devenait Marchombre.
Sentiments mélangés que tout bon apprenti ressent une fois vainqueur des épreuves d'Ahn-Ju. Sentiment de triomphe, de fierté, de puissance pour certains. Pour Killian, cela avait été simplement un sentiment d'avancée. Oui, pour elle, l'Ahn-Ju avait été un pas important sur la Voie Marchombre. Killian sourit à l'apprentie. Un jour, peut-être se recroiseraient-elles. Elle assista à la fin de la cérémonie, vit les joies et les peines des apprentis et des Maîtres.

Une fois dehors, elle reprit son chemin, seule.


******

Le vent caressait ses cheveux et s'infiltrait dans ses vêtements. En-bas, l'eau se fracassait contre les rochers aux pointes acérées. Killian fit son Saut. Un merveilleux saut. Parfait. Elle atterrit près de la jeune fille et la salua.

-Bonjour, jeune Marchombre.

Allait-elle la reconnaître ?


Dernière édition par Killian Dell'Kaïron le Lun 9 Jan 2012 - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Lun 9 Jan 2012 - 20:00

Un nouveau souffle se mêle à celui du vent. Une seconde plus tôt, j'ai senti un corps se poser en douceur sur un rocher à quelques vaguelettes de moi. Marchombre. Cela ne fait aucun doute. Qui d'autre pourrait avoir réussi à voler jusqu'ici ? A se faire l'ami du vent ? Je ne me tourne même pas pour lui souhaiter la bienvenue, ou pour m'enquérir sur son identité. Tout ce que je sais c'est que sa présence est différente d'Elva. J'aurais aimé qu'elle revienne, m'annonce que c'était une blague, que nous allons passer encore trois ans ensemble. Non … en fait ce serait une mauvaise option. Je sais que je vais devoir faire ma route seule désormais, en suivant mes propres choix. Un retour de mon Maitre aurait été un retour en arrière. Un Marchombre va de l'avant. Toujours.

Les cris des mouettes au dessus de nos têtes se chargent de combler le silence qui plane au dessus de l'eau. A quelques mètres derrière moi, j'entends le fracas des vagues qui s'écrasent sur la falaise. Ces coquines ont auparavant trempé mes vêtements et déposés un peu de leur fardeau salé sur moi. Je passe ma langue sur mes lèvres et goute au sel qui les as teintées de blanc-gris. C'est étrange comme son goût est différent de celui qu'on sert dans les auberges de Gwendalavir. Là, il m'est offert nature, alors que l'homme le nettoie avant de le servir. Etrange ce besoin de purifier quelque chose de si bon.

Bonjour, jeune Marchombre.

Cette voix … je la connais … un léger sourire rêveur étire ma bouche en réalisant à quel moment je l'ai entendu.
C'était un jour de décembre … une nuit de décembre. C'était mon Ahn-Ju.

******

-La dernière épreuve sera la plus difficile.


La jeune femme qui se tient face à moi est plus jeune qu'Elva, d'au moins une dizaine d'années. Pourtant sa voix porte une certaine maturité qui explique en partie sa présence en tant que juge. Confiante, elle m'explique la prochaine épreuve, comme elle m'a expliqué les précédentes. Confiante, je la regarde et souris. Je suis peut-être trop sure de moi, mais je suis certaine de porter en moi un enseignement assez riche pour me permettre de surmonter n'importe quelle épreuve.
En effet je surmonte la dernière étape de mon Ahn-Ju: une marche dans le noir. Le temps passe, à écouter la roche et se faire toute oreille au murmure du vent dans les couloirs. Je ne vois rien mais je peux toujours utiliser mes autres sens. Cette idée si évidente me permet de revenir dans la salle où se tient le conseil Marchombre. Les trois membres du jury m'y attendent, et j'aperçois Elva au premier rang des Marchombres, calme et souriante à son habitude. C'est mon modèle et j'imite son attitude, en attendant le jugement final. Celui-ci sort par la bouche de la jeune femme aux cheveux châtains. Avec un sourire que je n'oublierais jamais, elle m'annonce que j'ai réussi. Trop émue pour parler, je lui rends son sourire et m'incline avant de retourner dans les rangs rejoindre mon Maitre.

*****

Bonjour Killian.


Je ne pense pas me tromper en disant ce nom, car c'est celui qui remonte à mon esprit en pensant à ce jour lointain. Un nom qu'Elva a prononcé une seule fois, sans juger bon de me donner plus d'informations. Pour mon Maitre, c'était un bonne Marchombre, mais elle n'avait pas eu à communiquer souvent avec elle. Aujourd'hui c'est donc à moi de me faire ma propre idée, de ne croire que mon instinct.

Je tourne enfin la tête et regarde celle qui s'est jointe à mes côtés.

Je n'ai pas oublié tu sais. Merci.


Le mot que je n'avais pas pu prononcer lors de mon Ahn-Ju sors enfin. L'officialisation de mon statut de Marchombre n'était pas uniquement du à elle, mais c'était elle qui s'en était faite le vecteur, et pour ça je lui devais beaucoup.

Quel vent t'as menée jusqu'ici ?


Sous entendu que je me demande vraiment ce qu'un Maitre peu venir faire dans un recoin de falaise, à des kilomètres du village le plus proche. Nous avons du laisser ma jument et le cheval d'Elva dans une vague cabane où des moutons séjournent en temps normal, à deux heures de marche d'ici. Cet éloignement de toute vie humaine rend donc la présence de cette Marchombre en ces lieux plus que curieuse. A moins qu'elle ait croisé Elva et que celle-ci lui ait transmis un message pour moi.
Impassible, j'attends donc la réponse de la jeune femme.


Dernière édition par Val Kiryia le Sam 21 Jan 2012 - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Lun 9 Jan 2012 - 21:13

[voilà ! dis le si quelque chose te chiffone !]


Bonjour Killian.

La voix de Val était pleine d'assurance, en comparaison avec son Anh-Ju, ou il y avait des pointes d'hésitation. Le vent continuait à mugir, faisant se fracasser les eaux contre les rochers, surtout le leur, sans pour autant les déstabiliser. Marchombre. Tout un chacun s'éloignerait au plus vite de cet endroit. Marchombre. Tout un chacun ne viendrait même jamais ici. Marchombre.
Tellement de choses contenues dans un seul mot...


Je n'ai pas oublié tu sais. Merci.

Killian hocha la tête en souriant. L'on n'oublie pas son Anh-Ju. Et encore moins celui ou celle qui permet votre avancée sur la Voie. Pour elle, le Marchombre se nommait Jaihya. Elle ne l'avait plus croisé, mais aurait aimé pouvoir le remercier à son tour, exactement comme le faisait Val en ce moment. Le soleil descendait doucement à l'horizon, teintant le ciel de couleurs orangées ponctuées de jaune d'or, nimbant la mer de multiples rayons. Un paysage vraiment magnifique.

Quel vent t'as menée jusqu'ici ?

Killian réfléchit avant de répondre.

-Disons simplement que le vent m'a murmuré que je trouverais quelque chose ici. Je l'ai laissé me guider, exactement comme l'on se laisse guider par son Maître. Si je ne me trompe pas, cela fait trois ans que tu est apprentie. T'es-tu déjà envolée ?

L'envol. Un mot utilisé par tous les Maîtres Marchombre. Le moment de la libération. Mais aussi de la souffrance. Killian s'en souvenait. Comme si c'était hier.

******

Elles sont au sommet de la plus haute Tour d'Al-Jeit. De là-haut, ells surplombent toute la ville, de la porte d'Améthyste à la porte d'Émeraude, en passant par les ruelles sombres et les Palais des nobles. Killian s'imprégnait de l'air pur qui soufflait. A ses côtés se trouvait son Maître, Hylis, grande femme au visage tendre et à l'air trompeur. Elle sourit. Ensemble, elles se mouvent dans la gestuelle, ne faisant qu'un.
Inspirer. Expirer.
Mains qui montent vers le ciel.
Puis redescendent vers la terre.
Trois fois. Elles le font trois fois. Puis, Hylis prend la jeune fille par les épaules et lui dit :


-Trois gestuelles pour trois ans.

Killian ne comprit pas immédiatement le sens de cette phrase.

-Il est temps pour toi de déployer les ailes que je t'ai faites. A toi de voler. Libre.

Enfin, elle comprit. Trois ans. Cela faisait trois ans qu'elle partageait la vie d'Hylis. Trois ans ou elle avait souffert, éprouvé de la peine, de la joie, avait vécu dans le danger, avec violer les interdits pour apprendre....Elle resta immobile, comme pétrifiée, regardant intensément son Maître. Elle voulait lui dire non. Lui dire de rester. Lui dire de recommencer. Lui dire de ne pas l'abandonner. Mais elle n'y parvint pas. Les mots restaient bloqués dans sa gorge. Aussi utilisa-t-elle le seul moyen de ce faire comprendre. Elle se pencha et inscrivit dans le sable entassé sur la Tour :

Relation de partage,
Vies entremêlées,
Unité.

Trois lignes pour lui dire qu'elles ne pouvaient pas se séparer. Pas maintenant. Hylis la redressa et serra un peu plus ses épaules en disant :


-L'on ne se sépare jamais. Un Maître ne s'éloigne jamais de son élève. Je serais toujours avec toi. Ou que tu seras. Quoi que tu fasses. Je continuerai à te guider. Mais si je reste maintenant, tu n'avanceras plus sur la Voie. Je serais un obstacle.

Killian hocha la tête. Ensemble. A jamais. Elle sentit les larmes arriver. Ne put les retenir. Hylis les essuya du bout des doigts.

-Maintenant, l'on va toutes les deux Sauter. Toi de ce côté, et moi de l'autre. Et nos chemins se sépareront à nouveau. Pour un temps. Je serais toujours là pour t'aider.

Killian ferma les yeux pour atténuer les larmes. Lorsqu'elle les rouvrit, elle était seule. Abandonnée. Elle secoua la tête. Non. Pas abandonnée. Libre. Mais elle sentait un vide en elle. Un vide qu'Hylis comblait jusqu'à présent. Elle était vide.

Le vent souffla plus fort, faisant disparaître sa poésie. Killian regarda le sable voler. Puis referma les yeux. Elle était Marchombre. Et elle était libre. La souffrance devait se terrer. Ne plus jaillir. Elle était maître de son destin. Mais elle espérait revoir son Maître, un jour.
Se mettant sur le bord de la Tour, elle se prépara. L'envol. Elle tendit les bras. Deux ailes parfaites. Sauta. Un oiseau. Atterrit. Marchombre.


******

Revenant au présent, Killian regarda Val. Et lu la tristesse. Sentit aussi. Oui. Elle s'était envolée. Et la douleur était encore vive.

-L'envol est douloureux. Mais bénéfique. Grâce à lui, tu vas pouvoir te développer. Avancer. Progresser. Et comprendre le sens de l'envol. Moi-même je ne l'avais pas compris. Mais maintenant, je sais que sans lui je serais restée un petit Marchombre. A présent, je suis loin sur la Voie. Pourtant, il me reste énormément de choses à apprendre.

Val verrait aussi. Comprendrait. Mais Killian savait que c'était un long travail sur soi. Mais elle était sure que Val y arriverait. Car elle était Marchombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Jeu 12 Jan 2012 - 11:21

T'es-tu déjà envolée ?

Le silence sonne étrangement dur à la fin de ses mots. Oui je me suis envolée. Oui … Il y a un instant j'avais presque oublié ce que signifiait le départ de mon Maitre. J'étais moi, Marchombre jouant avec le vent. Alors pourquoi est-ce que ses mots me font l'effet de flèches enfoncées dans mon cœur ? Mon ventre se serre et mes yeux s'embrument. Je me suis toujours crue forte, invincible, mais c'était du temps où je sentais cette présence à mes côtés. Même quand j'avais due escorter une caravane dans le Nord de Gwendalavir, j'avais eu l'impression de l'avoir avec moi. Maintenant c'est différent.
Non ça ne l'est pas.

"Je serais toujours là pour toi. Ecoute. Apprend. Comprends."


Sa voix résonne toujours dans mes oreilles, écho à cette femme qui m'a laissée. Je ne suis pas seule. Si elle m'a formée, c'est pour me laisser des graines de son savoir, donc des petits bouts d'elle.
J'ai toujours essayé d'être digne d'elle, j'ai toujours essayé de progresser pour elle. A-t-elle compris que j'ai besoin de grandir par moi-même ? J'ai peur … et si je retombais dans ma lâcheté passée ? Les souvenirs d'Al-Jeit remontent à mon esprit. Kaleb et tous les autres. Toutes ces fois où j'aurais du partir. Toutes ces fois où j'aurais due me libérer de mes chaînes. Oui j'ai finit par le faire … mais j'ai été lâche pendant bien trop longtemps. Et depuis, si je ne l'ai plus été, c'est grâce à Elva.

*Reviens.*

"Comprends."

Un mot dans mon cœur. L'écho d'un autre qui l'étouffe.
Oui je comprends Elva, mais je refuse de l'accepter. Ton sourire et ta voix, j'en ai besoin comme une plante a besoin d'eau pour vivre. Comment as-tu pu me faire confiance ? Croire qu'après toutes ces années j'allais survivre à une telle rupture ?
Mais l'envol n'a-t-il pas été ce vers quoi j'ai toujours tendu ? J'ai accepté son apprentissage parcequ'il m'offrait une nouvelle vie, sauf qu'au fond j'ai toujours voulu vivre par moi-même. Seule et libre.
Mon cerveau s'escrime une fois de plus à refuser de voir la vérité.

*Reviens.*

" Ecoute."

Mon cœur bat. Il est crispé mais il bat. Je me suis envolée et je suis bien vivante. Elva n'est plus à mes côtés, mais ma vie, elle, est encore là. Comme elle avant moi. Comme Killian avant moi. Comme tout ces Marchombres qui ont foulé la Voie. Je vais y survivre et mener ma vie selon ma Voie à moi.

"Comprends."

*Au revoir.*

Je souris de nouveau au vent, apaisée de nouveau.
Marchombre comme toujours.

La voix de Killian s'élève, prenant le relais de ma méditation. Elle a lu dans mes yeux la tristesse infinie qui les noyait. Ce sentiment est toujours là, même si j'apprends peu à peu à l'accepter.
Quelques mots qui s'envolent. Une pommade pour aider les blessures à guérir plus vite.

-L'envol est douloureux. Mais bénéfique. Grâce à lui, tu vas pouvoir te développer. Avancer. Progresser. Et comprendre le sens de l'envol. Moi-même je ne l'avais pas compris. Mais maintenant, je sais que sans lui je serais restée un petit Marchombre. A présent, je suis loin sur la Voie. Pourtant, il me reste énormément de choses à apprendre.

Oui je le sais Killian. Sans Elva je n'en serais pas là, et avec elle j'aurais arrêté d'avancer. Un Marchombre est un savant mélange de savoir qui se transmet et de savoir qui se partage. Nous sommes un peu comme les grands cuisiniers d'Al-Jeit, qui apprennent les bases de leur art pour mieux créer par la suite des plats qui raviront les papilles de leurs clients. Moi aussi je veux être comme eux: je veux ravir les yeux d'Elva quand elle me retrouvera.

"Y a-t-il une fin à l'apprentissage ?"

Au loin sur ma Voie, j'aperçois une lumière qui brille, abritant le sourire de mon Maitre. Elle n'abandonnera jamais mes pas, et je continuerais à avancer avec sa présence à mes côtés.

"Merci Killian."

Une nouvelle fois je lui dois des mots qui m'aident à franchir une étape importante de ma vie. L'ahn-ju. Mon envol. Et si je la retrouvais au Rentaï ? Cette idée me fait rire intérieurement. Qui sais ce que l'avenir nous réserve … et puis après tout pourquoi pas.

"As-tu déjà eu a pousser des apprentis dans le vide pour qu'ils s'envolent?"

Il y a deux ans, de ce que je me souviens, Killian n'avait aucun apprenti à guider. Je me doute donc que sa réponse sera négative, mais peut-être me parlera-t-elle d'un élève qu'elle s'est trouvé entre temps …



Dernière édition par Val Kiryia le Sam 21 Jan 2012 - 11:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Jeu 12 Jan 2012 - 16:27

Val sembla réfléchir aux paroles prononcées par la Marchombre. Finalement, elle dit :

-Y a-t-il une fin à l'apprentissage ?

Killian regarda la mer lutter contre le vent un instant avant de répondre.

-L'on ne finit jamais d'apprendre. Même lorsque l'on croit tout savoir, quelque chose nous prouve le contraire. Non. L'apprentissage ne finit jamais. Le plus ancien de tous les Marchombres t'affirmera la même chose.

C'est ce que son Maître lui avait dit, une éternité plus tôt, mots pour mots. Qu'est-ce qu'elle pouvait avoir raison...Et elle, Killian, avait été assez stupide pour penser qu'il arrivait un moment ou l'on savait tout et ou l'on était parfait. Stupide. Les Marchombres ne finissent jamais d'apprendre et de découvrir. C'est là l'essence même de leur vie.

-Merci Killian.

Merci ? Oui. Pour l'aide. Killian s'en rendait compte. Elle avait aidé Val à mieux accepter l'envol. Killian hocha la tête, incapable de répondre tant sa gorge était nouée. Personne n'avait été là lorsqu'elle-même s'était retrouvée seule, livrée à elle, sans Hylis pour la guider. Personne.

Le Rentaï avait su lui apporté la paix lorsqu'elle y était allée. Bien sur, c'était avant son envol. Mais il lui avait apporté une force supplémentaire qui l'avait sans doute aidée à mieux surmonter l'épreuve..

La voix de Val la fît sortir de ses pensées.

-As-tu déjà eu a pousser des apprentis dans le vide pour qu'ils s'envolent?

Oui. Enfin pas encore. L'apprentissage de Doubhée venait de débuter. Mais un jour, elle suvirait également cette épreuve...et connaîtrait la douleur du Maître qui se sépare de son élève.

-J'ai une apprentie, oui. Elle vient de débuter. Pour l'instant, elle effleure la Voie. Mais elle ne saurait tarder de marcher pleinement dessus. Tout comme nous.

Elle regarda Val et rajouta :

-Ne cherches pas un apprenti. Laisse le venir à toi. Moi, j'ai attendu deux ans avant de trouver Doubhée. Le bon apprenti pour le bon Maître. Et je suis sure que tu feras un excellent Maître.

Killian se demanda soudain pourquoi elles restaient sur le rocher. Qu'était la chose qui l'avait conduite ici ? Val ? Ou quelque chose que toutes les deux devaient affronter ? Inspirant calmement, Killian tenta de se convaincre que ce n'était que son imagination. Rien ne pouvait arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Jeu 12 Jan 2012 - 21:25

Killian s'est donc trouvée une apprentie depuis mon Ahn-Ju. J'essais d'imaginer quel type de Maitre elle doit être. Je la vois mal aussi boule de nerf et parfois enfantine comme Elva. Elle semble plutôt du genre calme et détendu. Contrairement à mon mentor qui était le feu, je la vois plutôt comme l'eau ou le vent. De ce qu'Elva m'a dit sur Killian et de ce que viens d'en voir, je dirais que cette femme en face de moi est quelqu'un de plus que capable de guider un apprenti sur la Voie.

"Je te souhaite de réussir à lui apprendre à marcher pleinement sur la Voie."

Elle doit en être capable, sinon elle n'aurait jamais pris une telle charge sur ses épaules. Cependant c'est toujours dans l'élève qu'on peut avoir un doute, d'où ma phrase. Etre Marchombre s'apprend, mais doit déjà être planté en soi pour se développer correctement.

-Ne cherches pas un apprenti. Laisse le venir à toi. Moi, j'ai attendu deux ans avant de trouver Doubhée. Le bon apprenti pour le bon Maître. Et je suis sure que tu feras un excellent Maître.

"Je vais d'abord essayer d'être une excellente Marchombre."


Je ris légèrement avant de réfléchir aux paroles de Killian. Seulement deux ans avant de prendre un élève sous son aile ? Serais-je assez mur dans si peu de temps pour faire de même ? Evidemment je viens à peine de quitter mon Maitre, alors je ne peux pas m'imaginer prendre à mon tour ce rôle. Comment un bébé nouveau-né pourrait lui aussi donner la vie aussitôt ? Alors comme Killian le dit si bien, je vais laisser mon futur élève venir à moi. Dans dix ans je commencerai peut-être à chercher. Avec un peu de chance je serais assez mature à cette époque là pour être capable de transmettre mon savoir, et peut-être que je voudrais transmettre mon savoir à tout prix. Pour l'instant je compte bien profiter un peu de ma liberté pour suivre mes envies. Sur ma liste il y a trois choses à faire avant de devenir Maitre : aller dire bonjour au Rentaï, retrouver Kaleb et trouver ma mère. Du plus facile au plus compliqué, mais c'est pour ces choses que j'ai envie de vivre.

Soudain je sens ma compagne se tendre légèrement. Ne comprenant pas ce qui l'inquiète, je m'ouvre un peu plus aux éléments qui m'entourent. Une vibration vient perturber le petit système bien réglé qui nous héberge, me faisant froncer les sourcils d'inquiétude.

"Attenti …"



Je n'ai même pas le temps de finir mon mot que je saute en l'air et vais me poser sur un rocher voisin.

[Horriblement cours, je m'en excuse. Val esquive un truc à la dernière ligne, je te laisse décider de ce que c'est, vu que je suppose que tu as une idée de ce qui doit arriver. Serpent de mer ou Mercenaire ? (ou aucun ? :D) ]


Dernière édition par Val Kiryia le Sam 21 Jan 2012 - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Ven 13 Jan 2012 - 20:17

[j'espère que cela te convient !!]

Toujours cette sensation. Bizarre. Killian la sentait de mieux en mieux, écoutant néanmoins les paroles de Val. Oui, elle aussi elle espérait réussir à la guider. Et oui, tu seras une excellente Marchombre, Val.

Mais Killian ferma les yeux. Sentir, écouter, ce sont des sensation que la vue ne permet pas. Elle écoute. Tente de discerner le problème. Elle ne sait pas si Val le sent aussi. N'ose pas lui demander. Qui ou quoi pourrait tenter quelque chose ici ? Cette falaise était bien trop abrupte. Mercenaire ? Peu probable. Ils étaient moins entraînés à la grimpette. Les yeux toujours fermés, elle s'ouvrit un peu plus, mais ne réussit toujours pas à mettre le doigt sur le problème. Le cri de Val la ramène violemment à la réalité :


-Attenti …

Elle rouvrit les yeux. Mais trop tard. Quelque chose la frappa de plein fouet et elle tomba à la renverse, heurtant l'eau. Plongeant. Buvant la tasse, elle fût désorientée quelques secondes avant de recouvrer un semblant de calme. Elle était Marchombre. Et Val avait peut-être besoin de son aide. Calme. Paix. Sérénité.

Elle battit des pieds et des mains et tout d'un coup elle se retrouva à l'air libre. La mer l'avait entraînée un peu plus loin des rochers. Elle nagea à contre courant, se fondant dans l'eau, exactement comme Hylis lui avait appris, et réussit à regrimper sur le rocher. Val était postée sur un autre et regardait dans sa direction. D'un signe, elle lui fît comprendre que sa allait. Juste un peu essoufflée. L'eau pouvait être aussi bien une amie qu'une ennemie. Le plus urgent n'était pas son souffle, mais ce qui avait causé tout ceci. Le vent avait grossi.

Soudain, quelque chose fondit à nouveau sur elles. Un...énorme dragon fait d'eau. Au dernier instant, il se scinda en deux, l'un pour elle, l'autre pour Val. Elle n'eut pas le temps de la prévenir. Elle sauta, roula, glissa pour l'éviter. Il s'écrasa contre la paroi derrière elle dans une gerbe d'eau pour tout de suite se reformer.
Elle comprit. Un dessin. Ce ne pouvait être que sa...Mais qui...Les Mentaïs...Pourquoi ? Question à laquelle il faudrait répondre plus tard. Elle devait d'abord rejoindre Val. A deux, elles y arriveraient. Mais le dragon semblait en avoir décidé autrement. Il voulait les séparer. Les éloigner. Surtout pas. Elle sauta à nouveau dans l'eau. Mais cette fois, elle fût une ennemie. Le courant était encore plus fort et l'empêcher même de voir correctement. Elle nagea, remonta à la surface. Elle y était presque. Val se démenait avec son propre dragon qui ne la laissait pas en paix. Le sien la suivait et s'abattit sur elle, la forçant à plonger. Ses poumons s'emplirent d'eau. Mais elle renagea à la surface et inspira longuement. Là !

Le rocher. Si proche. Ses bras et ses jambes étaient lourds. Pourtant, elle avait appris à maîtriser l'eau. Mais pas ainsi. Elle redoubla d'efforts et bientôt elle fût aux côtés de Val. Le dragon se remit dans sa position initiale mais grossit encore. Il fallait agir. Nager était trop dur. Monter ? La meilleure solution mais qui sait ce qui les attendaient en haut et si elles arriveraient à monter ? Elle ne se laisserait pas comme sa. Coincées sur le rocher, le dragon semblait rester immobile. Fronçant les sourcils, dégoulinante d'eau, Killian se prépara au pire.

Une voix retentie, amplifiée par le dessin ou alors portée par l'écho malgrée les rugissements de l'eau et du vent. Une voix glaciale.


-Pauvres de vous...Mes pauvres chéries...Vous êtes coincées ? Laissez papa Moridin s'occuper de vous....

Levant la tête, elle vit une silhouette. Un Mentaï. Moridin. Elle n'en avait jamais entendu parler. S'occuper d'elles ? Il fallait agir. Maintenant. Ou se serait fini.

Il fallait nager, et grimper de l'autre côté de la falaise. Le temps que Moridin comprenne, elles auraient grimper la moitié. Le temps qu'il agisse, elles seraient en haut. Et pourrait le tuer. Elle se fît comprendre du mieux qu'elle put grâce à des signes. Il fallait qu'elle attende l'approbation de Val pour y aller.

Elle ne laisserait pas la jeune fille derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Sam 14 Jan 2012 - 20:40

L'eau agrippa mes pieds au milieu de mon saut, me déséquilibrant dans les airs. Si j'avais été une Marchombre accomplie, j'aurais anticipé l'attaque avec une milli-seconde d'avance et aurait pu me protéger à temps. Sauf que voilà, l'espèce de vague qui m'a sauté dessus me toucha et même si elle ne put m'entrainer dans les entrailles de la mer, mon atterrissage ne fut pas aussi réussi que prévu. La pierre sur laquelle je posai mes pieds était recouverte d'algues, rendant la surface glissante. Ca ne pouvait pas être pire qu'une pente recouverte de savon. Mon pied ne tint même pas l'espace d'un battement de cœur sur la roche, et mon corps impuissant face aux lois de la gravité se retrouva implacablement attiré vers la mer.

Me voilà donc la tête dans l'eau, une entaille haute comme mon index sur mon front, due à une pierre plus aiguisée qu'une autre sur laquelle ma tête à glissée. Heureusement ce choc ne m'a pas assommée, et c'est avec tous mes esprits que je me prépare à l'attaque suivante. Le cœur affolé, j'essais de m'ouvrir tant bien que mal à l'eau qui m'entoure, mais celle-ci ne m'ouvre pas ses mystères. A croire qu'elle est désireuse de renfermer mon corps à jamais. Les vagues tentent de me noyer à intervalles rapprochés, et c'est la douleur de l'eau qui se glisse dans mes poumons qui me force à faire fi du silence de la mer pour survivre.
J'agrippe un rocher proéminent et enroule mes bras autour de lui pour me hisser un peu au dessus des vagues. De là, j'essaie d'analyser la situation avant de chercher à rejoindre la falaise et les hauteurs. La seule chose que j'ai pu voir avant de m'esquiver a été une énorme masse d'eau me fonçant dessus. Mais ce qui me dérange c’est que la mer n'ait pas présenté de perturbations. Non c'est plutôt l'air et ses vibrations qui m'ont prévenus … Je cherche une explication tant bien que mal jusqu'à apercevoir un énorme dragon aqueux s'élever à quelques brasses de moi et me fixer de ses yeux liquides. Ce genre de choses n'existe pas. Qu'est-ce que ? … la réponse atteint mon cerveau au moment même où je plonge pour éviter l'attaque de l'animal.
Un dessin.
Alors qui ?
Je lutte contre le courant qui agite les fonds, mais n'est par chance pas altéré par le dragon en surface. Qui se soit mon ennemi, il est incapable de m'atteindre en profondeur. Ca aurait été une bonne nouvelle si seulement j'avais été un poisson ou une sirène. Sauf que je suis humaine et mes poumons ne tiendront pas longtemps en étant privés d'oxygène. Le temps d'aspirer une goulée et de replonger sera suffisant pour me redonner des forces. Le dessinateur ne pourra pas orienter sa création sur moi en si peu de temps. D'un battement de jambes, je me pousse vers la surface et n'y reste qu'une seconde, juste assez pour repérer Killian un peu plus loin, elle aussi proie aux assauts du monstre. Au même moment, elle fixe son regard dans le mien et plonge. Je vois le dragon s'exploser là où elle s'est tenue une seconde plus tôt, et son jumeau foncer vers moi. Sans un instant de réflexion, je fais comme Killian et plonge, nageant dans sa direction. A la façon dont elle s'est orientée avant de quitter la surface, je sais qu'elle se dirige vers moi. Le dragon nous a séparées, alors nous allons nous réunir.

Au moment où je la retrouve sous les eaux, mes poumons sont à deux doigts d'exploser et je lui fais signe que je dois remonter. Nous devrons discuter à la surface.
En même temps que je respire une grande bouffée d'air, j'observe le visage de la Marchombre. Elle semble étrangement calme dans cette ambiance infernale … nulle blessure n'orne son front comme moi, ce qui me rassure sur son état. J'espère qu'elle n'a pas eu le malheur de s'écorcher sur un autre membre …
De mes yeux, j'essaie de repérer le dragon d'eau, en vain.

-Pauvres de vous...Mes pauvres chéries...Vous êtes coincées ? Laissez papa Moridin s'occuper de vous....

La voix est augmentée par le dessin, bien assez pour couvrir le fracas des vagues contre les rochers. Nous devons le repos à cette amplification qui occupe le pouvoir du Dessinateur. Je ne me préoccupe pas de ce qu'il raconte, profitant de ce répit pour le repérer et communiquer avec Killian. A quelques pas de là où je m'étais tenue avec mon Maitre, un homme nous observe, un sourire carnassier aux lèvres.
Ma compagne Marchombre me fait comprendre en quelques signes que nous devons toutes les deux monter et éliminer la menace.
Non.
Elle se débrouillera aussi bien sans moi.

"Hey Boule de gras ! J'suis pas ta chérie !"


D'un mouvement imperceptible de tête je fais signe à Killian d'y aller. Moi je ferais l'appât.

"Et j'suis pas coincée ! Regarde comment je vais m'occuper de toi !"

Et sans plus me préoccuper de la Marchombre qui a disparu discrètement, je me hisse sur un rocher. Un rire s'échappe de ma gorge, soutenu par le chant des mouettes au dessus de nos têtes. Surtout garder son attention sur ma personne. L'insulte a fait mouche, et, touché dans son estime, l'homme me renvoi un dragon dessus. Sauf que cette fois-ci je sais ce qui m'attend et ait déjà prévu mes quinze sauts suivants. Comme seule arme face à ce dragon qui me harcèle de rocher en rocher, il n'y a que mon rire moqueur qui se joue du monstre aussi bien que mon corps, augmentant la frustration du Dessinateur de seconde en seconde.

"Alors ? Papa ? C'est tout ce que tu sais faire ?"

Comprenant enfin que son dragon est inutile face à la Marchombre que je suis, Moridin décide de changer de tactique. Mais sure de moi comme je le suis devenue, je ne le comprends pas assez tôt, et lorsque des racines entravent mes pieds juste avant que je puisse sauter, je réalise mon erreur. Impuissante face au Dessin qui m'arrive dessus, je ferme les yeux et prie pour que Killian ait pu atteindre l'homme a temps.



[HRP : C'est parfait ! J'aime beaucoup ton rebondissement.
J'imagine Moridin comme un gars pas bien grand, un peu enveloppé, mais agile malgré tout (puisque tu as dis que c'est un Mentaï). C'est pour ça que Val le traite de boule de gras.]




Dernière édition par Val Kiryia le Sam 21 Jan 2012 - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Sam 14 Jan 2012 - 21:41

[moridin est un nom du livre que je lis, et crois moi il est bien plus terrifiant que là ! Moi je vais tenter de le tuer avant que tu ne meurs hein ! J'espère que cela te va, si jamais tu voulais prendre part au combat ou autre, dis le que je modifie !!]

Val refusa son plan. Elle avait une meilleure idée. Mais plus dangereuse. Une coupure barrait son front dégoulinant. Killian espéra qu'elle n'ait pas d'autre blessures plus sérieuses. Elle avait fait un rapide tour de sa propre personne et s'était rendue compte qu'hormis les éraflures dûes au contact avec la pierre, elle n'avait rien. Tant mieux. Parce que ce qui allait suivre nécessitait toutes ses capacités. Moridin se tient sur la falaise, les regardant de haut, un sourire cruel sur le visage. Tout en faisant signe à Killian de monter et de le tuer, Val hurla des insultes envers le Mentaï.

Elle voulait servir d'appât. Killian aurait rejeté ce plan. En d'autres circonstances. Elle plongea immédiatement dans l'eau, sans éclaboussures suspectes qui auraient alertés leur compagnon de malheur. Nageant aussi vite qu'elle pouvait, elle refit surface quelques mètres plus loin. S'approchant de la falaise, elle s'autorisa deux secondes pour regarder Val. Celle-ci sautait de rocher en rocher, évitant le dessin du Mentaï. Mais elle ne tiendrait pas longtemps. Surtout si l'autre changeait de dessin. Agrippant la pierre, Killian débuta l'escalade. Les prises étaient minimes, et ses mains glissaient sur la roche. Mais elle tint bon, s'éraflant les doigts, et se hissa de plus en plus vite, recouvrant son endurance perdue lors de la nage à contre courant. Elle priait à chaque mètre gravit pour que Val n'ait rien. Elle priait pour ne pas arriver et la voir plonger dans les profondeurs de l'océan pour ne plus jamais refaire surface. Elle priait pour que le Mentaï soit seul. Car, si des Mercenaires surveillaient les alentours, elle perdrait du temps à les éviter et les tuer. Mais son nez ne lui indiquait rien. Aucune odeur suspecte.

Elle arrivait au sommet. Sa main toucha de l'herbe. Elle se hissa dans un ultime effort et se remit immédiatement debout, prête à tout. Sauf qu'il n'y avait rien. Personne. De son côté du moins. Prudemment, aussi discrète qu'une ombre, elle avança vers l'endroit ou se situait Moridin. Derrière lui se tenait un Mercenaire. Pour veiller sur ses arrières bien sur. Se faufilant dans un buisson, Killian sors son couteau et d'un geste ample et vif, le lance sur le Mercenaire. Sans comprendre ce qui lui arrivait, celui-ci tomba, mort avant de toucher le sol. Tuer n'était pas son activité favorite. Mais lorsque cela s'imposait, elle devenait une tueuse redoutable. Hylis le lui avait dit, un jour. Elle était une chasseuse implacable et n'abandonnait pas avant d'avoir vu le sang de sa cible sur le sol. Moridin, alerté, se retourna, oubliant Val. Bien.

Au moins, elle aurait le temps de grimper. Déconcentré, il avait sans doute dû lâcher le Dessin, ce qui laissait la voie libre pour sa compagne. Il cherchait du regard la cause du meurtre. Killian sortit lentement du buisson. Gagner du temps pour Val. C'était tout ce qui comptait. Lorsqu'il l'aperçue, il dit d'une voix froide :


-Toi ! Comment as-tu pu...Je vais en finir une bonne fois pour toutes avec toi ! Je te cours après depuis si longtemps...

Il lui courait après ? Killian ne comprit pas mais ne se laissa pas perturber. S'il comptait la déstabiliser, il était perdu d'avance. Elle ne dit rien. Se préparant. Oubliant le paysage. Oubliant la mer. Faisant le vide pour ne plus voir que son ennemi. Et son objectif. Elle attendit qu'il attaque le premier. Elle était quasiment sure qu'il dessinerait. Un Mentaï montre en général ses aptitudes au dessin.

C'est ce qu'il fît. Devant lui appaurent deux sabres identiques. Ceux-ci se dirigèrent immédiatement sur la Marchombre, commandé par l'unique volonté de leur créateur. Souplement, elle évita le premier, dévia le deuxième grâce à l'épée qu'elle-même avait dégainée. Mais les attaques devenaient rapides. Il fallait qu'elle brise la concentration de Moridin pour que les dessins s'estompent. D'un mouvement souple, elle lança un couteau dans sa direction tout en évitant une autre attaque.

Il l'évita rapidement mais les sabres disparurent. Ce qui permit à Killian de se précipiter sur son adversaire. Celui-ci n'avait plus le temps de plonger dans les Spires. Il devait se battre lui-même. Il sortit son épée et le combat s'engagea réellement. Elle espérait que Val arrivait à grimper. Que rien ne lui soit arrivé. Évitant un coup d'estoc, elle attaqua et mordit la chair de l'autre qui cria. Elle lui avait entaillé la poitrine. Mais pas assez pour qu'il se vide de son sang.

Au contraire, cela n'avait qu'augmenté sa colère vis-à-vis de la Marchombre.


-Je vais te tuer. Comme tous tes copains. Toi, puis après la mauviette qui se cache et ensuite tous les autres !

Val ne se cachait pas. Elle grimpait. Du moins, Killian l'espérait. Elle reçut une entaille sur le bras, puis une autre sur la cuisse. Grimaçant, elle réattaqua. Elle ne pensait pas qu'un homme si rondouillard soit si agile. Il ricanait en voyant qu'elle ne pouvait plus soutenir son rythme effrené. Bien.

Alors ce serait elle qui mènerait. Recevant une dernière entaille au flanc, pour le laisser croire qu'il gagnait, elle brisa son attaque et d'un seul mouvement se baissa et frappa son genou. S'affaissant en grognant, Moridin ne comprit pas ce qui se passait. Killian, sans pitié, lui écrasa le poignet qui tenait l'épée. Il cria de plus belle, mais de rage. Alors qu'elle s'apprêtait à en finir, il lui saisit la cheville de l'autre main et la fît basculer en arrière. Elle tomba lourdement, haletante.

Et honteuse. Elle était Marchombre et se faisait battre. Mais les Mentaï donnaient toujours du fil à retordre. Et elle ne mourrait pas ainsi. Pas au sol, telle une proie soumise à son chasseur. Non. C'était elle le chasseur. Moridin s'était relevé et se préparait à l'achever. Elle ne bougea pas. Il s'avança. Elle ne bougea toujours pas. Il leva l'arme au-dessus de sa tête, comme un bourreau. Elle resta immobile. Il osa même dire :


-Tu as enfin compris que ta vie prendrait fin ici aujourd'hui ? Tu me facilites la tâche, misérable vermine.

Elle sourit. Imbécile. Elle sentit l'arme descendre vers elle et à l'ultime seconde roula de côté. Elle se remit debout pendant que son adversaire, déséquilibré, tombait en avant. Souplement, elle sauta sur lui, l'immobilisant au sol. Elle prit son poignard et le mit sur sa gorge. Elle lui asséna :

-On ne sous-estime jamais les Marchombres. Tes petits copains ne l'ont toujours pas compris.

Et d'un mouvement, elle lui trancha la gorge. Un gargouillement se fît entendre, puis le corps devint mou. Flasque plutôt. Se relevant, Killian rangea ses armes. Normalement, il n'y avait plus de danger. Mais elle restait en état d'alerte. Trois blessures au cours d'un combat. Plus que nécessaire. Mais elles n'étaient pas sérieuses. Du moins, elle le pensait. Il fallait maintenant qu'elle retrouve Val. S'approchant de la falaise, elle la chercha du regard, en vain. Ou était-elle passée ?

Elle n'osait pas imaginer le pire. Peut-être s'était-elle mis à l'abri, prête à intervenir au cas ou le combat tournerait mal ? Elle appela :


-Val ? Ou es-tu ?

Elle continua à chercher, attendant une réponse, son coeur battant la chamade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Dim 15 Jan 2012 - 15:59

Rien à faire. Le dragon continue de foncer sur moi, et le dessin qui bloque mes pieds ne cèdent pas. Du coin de l'œil je vois Moridin qui rit à pleine gorge de me voir à sa merci. Toujours pas de traces de Killian.

*Sauve moi.*

Je ne sais pas bien à qui s'adresse ma prière. Dieu ? Killian ? Un sauveur mystérieux ? Ou bien …
Le monstre d'eau referme sa mâchoire sur le vide, un millième de seconde avant d'exploser en l'air. La masse d'eau du dessin qui s'évanouit retombe sur le petit chat noir qui est apparu sur le rocher. A travers ses yeux, je vois une vague d'une hauteur étrangement grande nous foncer dessus. Sans plus prévenir que lorsqu'il a pris ma place, mon ami me rend possession de notre corps. C'est ainsi qu'une humaine se dresse, nue, et laisse une vaguelette lui lécher un peu plus que les pieds.

*Merci.*

Au fond de moi je sens le chat qui ronronne de plaisir, même si je sens que la douche qu'il a prise quand le dragon a explosé ne lui a pas fait très plaisir. D'ailleurs pourquoi est-ce que le dessin a pris fin ? Mes yeux ses tournent d'emblés vers le haut de la falaise, où j'aperçois un combat qui se déroule. Face à la silhouette épaisse de Moridin, la finesse d'une Marchombre se dresse. Un instant je suis saisie par la légèreté et la rapidité de ces deux êtres qui s'affrontent. Malgré sa corpulence, le vil être semble être de taille à résister à Killian. En général les dessinateurs sont de piètres bretteurs, ce qui signifie que celui-ci est particulier … Mentaï ? Serait-ce alors la raison pour laquelle il nous a attaquées ? Mais comment nous a-t-il trouvé ? Le vent a bien pu murmurer au cœur de ma compagne qu'une amie l'attendait en ce lieu, mais il n'aurait pas osé faire de même à un Mercenaire du Chaos ! Cet élément est mon allié, alors il est impensable qu'il m'ait trahi. Alors qui ? Qui donc sait que je me trouve ici ?

Plus tard les questions de ce genre ! En haut se déroule un combat tendu, et si je ne me dépèche pas d'aller porter secours à Killian, elle risque d'avoir des ennuis. "Le temps est précieux." m'a toujours dit Elva. "Saisi le et glisse toi en lui. Ainsi tu sauveras des vies. Ou a défaut tu sauveras la tienne."

En trois bonds et pirouettes épurées, je me retrouve accrochée à la falaise battue par les vagues et le vent. Qu'importe. En bonne apprentie, j'ai suivie et apprit de mon Maitre comment monter des tours en verre. Ce n'est donc pas une paroi rocheuse bourrée de prises, aussi glissantes soient-elles, qui va me désemparer. Plus surement que le lierre qui grimpe le long d'un mur et s'y accroche, je m'élève au dessus de la crique et finit par atteindre l'herbe rase qui parsème le haut des falaises.

Là, à plusieurs mètres et buissons de moi, deux combattants échangent coups sur coups. Je crois que j'ai bien fait de me dépêcher de rejoindre Killian. Pour mieux l'aider et prendre Moridin par surprise, je me laisse là mon enveloppe corporelle, me glissant dans la peau du petit chat noir que je cache en moi. Mêlant mes pensées aux siennes, je le guide en silence derrière un arbrisseau proche des deux adversaires.
C'est à ce moment là que la Marchombre exécute une attaque éclair, et d'un mouvement limpide et continue, elle le plie en deux et le désarme. "Un combat est un seul souffle." Oui, j'en ais là la plus belle preuve. Même le chat me communique que cette deux-pattes l'a impressionné. Contrairement à ce dont j'ai envie, il préfère rester caché derrière notre cachette pour observer le déroulement de son combat. Mon esprit s'y oppose fortement, lui clamant qu'il faut aller aider ma compagne. Cependant il me souffle une seule impression.
Confiance.
Héberluée par son entêtement, je me rétracte et arrête de protester, observant à travers ses yeux Killian se débattre sous Moridin. Mon esprit panique lorsque je la vois s'abandonner au bourreau qui se dresse au dessus d'elle. Les muscles du chat se tendent, répondant à mon anxiété, mais il ne bouge toujours pas.
Attends.
Je vois la lame s'abaisser vers Killian et sens la haine monter en moi envers cet imbécile de chat qui refuse de ma laisser agir. Envers ce Mentaï qui ricane. Envers Killian qui ne fait rien.

*******

As-tu bien observé jeune apprentie ? As-tu bien vu ? Le temps du Marchombre. Il ne tient qu'à toi de le comprendre et de t'en servir. Trouve le millième de seconde qui te permettra de placer ton attaque. Ni trop tôt. Ni trop tard. Trouve le rythme de ton adversaire, glisse toi en lui et brise le. Et n'oublie pas : ouvre tous tes sens, pas seulement tes yeux, et comprends.

*******

Killian est Marchombre depuis bien plus longtemps que moi. Je dois croire en elle et ses capacités. Une fois déjà elle a brisé le rythme du Mentaï, alors elle saura bien le refaire.
Cependant je suis prête à agir. Avant que la lame n'ait atteint la gorge de ma compagne, la mienne aura atteint la sienne. Sa gorge. Et sa lame.

Killian roule sur le côté une fraction de seconde avant que j'ai pu agir, et je sens la satisfaction du chat en moi qui est ravi d'avoir eu raison. Mentalement je lui assène une petite claque pour lui montrer que je n'apprécie pas qu'il se moque ainsi de moi. Pourtant je suis soulagée. Je le suis d'ailleurs encore plus lorsque la Marchombre se penche sur l'homme et lui tranche la gorge sans hésitation.

Fin de l'histoire.

Sans cacher son état aux aguets, Killian s'approche de la falaise et cherche quelque chose des yeux. Quelqu'un plutôt, ce que je réalise lorsqu'elle appelle mon nom. Touchée qu'elle ne m'ait pas oubliée et s'inquiète pour moi, je donne une impulsion à l'esprit du chat pour qu'il s'avance.
De son petit pas gracieux, la petite bête noire se faufile en dehors de sa cachette et s'avance sans bruits derrière la brunette, pour mieux se frotter contre ses jambes en ronronnant. Les émotions passées, ce petit être si mignon cherche le réconfort … je crois que je ne serais pas capable de ne pas rougir quand je reprendrais le contrôle de mon corps.

Puis, sans même chercher à savoir sir Killian a compris le message, le chat se dirige vers le corps et le renifle, vérifiant que cet être qui empeste est bien mort. En effet cela semble être le cas. Ses petites moustaches et ses oreilles s'agitent à la recherche d'un autre être dissimulé dans les alentours, ce qu'il ne trouve heureusement pas. Il me laisse alors reprendre le contrôle et revenir à ma forme humaine, toujours nue comme un ver.
Un peu confuse de mon absence d'habillement, je me tourne vers Killian et tente de cacher se gêne en la félicitant.

"Bravo pour ce combat. Tu n'as rien à envier à un autre combattant. Je suis désolée de ne pas t'avoir aidée, mais ce maudit chat ne voulait pas me laisser agir."


Je suis sure que l'apparition d'une jolie jeune femme nue aurait totalement désorienté notre cher ennemi d'ailleurs …

"Tes blessures sont-elles graves ? Besoin d'un bandage ? Ce monstre nous fera bien don d'un bout de ses habits pour envelopper ces marques qu'il t'a faite."


Et sans la laisser protester, je m'empare de la lame de Moridin et m'en sers pour découper quelques bandes de ses vêtements en tissus et vais les poser sur les différentes coupures de Killian, empêchant un peu le sang de quitter son corps. Mais heureusement elle ne semble pas aux portes de la mort, et, rassurée sur son cas, je retourne à mes préoccupations plus importantes.

"As-tu réussi à lui soutirer des informations ? Sais-tu ce qu'il nous voulait ?"


Avisant le deuxième corps un peu plus loin, je m'en approche et le fouille, à la recherche d'information. N'en trouvant pas, je me contente de lui voler sa cape et sa ceinture où pendent quelques poignards. Pas très confortable mais je n'ai pas envie d'enfiler les habits d'un Mercenaire répugnant et trop grand pour moi.
Puis je reviens sur mes pas et fouille les habits du Mentaï qui se durcit à grande vitesse. Dans ses poches, je trouve un bout de parchemin. Un plan indiquant comment trouver cet endroit où mon Maitre m'a laissée m'envoler.

"Je compte sur toi. M T'I"


Intriguée, je tends ce papier vers Killian, la laissant prendre note de ce qui s'y trouve.

"Tu connais un M T'I ?"



[Libre à toi de trouver autre chose dans ses poches ;)
Désolée d'avoir cassé ton image de Moridin xD]


Dernière édition par Val Kiryia le Sam 21 Jan 2012 - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Dim 15 Jan 2012 - 17:41

[un peu plus court que le précédent je m'en excuse ! Mais je ne pouvais pas faire grand chose sans contrôler ton personnage ! Et au fait : as-tu une idée de ce que M T'I signifie ? je pense que tu as une idée derrière la tête ...^^]

Killian cherchait toujours sa compagne et commençait sérieusement à s'inquiéter lorsqu'un chat noir se colla à sa jambe et ronronna. En d'autres circonstances, elle l'aurait volontiers caressé, mais là elle avait plus envie de l'écarter pour continuer ses recherches. Mais le chat s'éloigne vers le corps pour le sentir. Killian espéra qu'il ne commençe pas à le manger. Elle ne l'aurait pas supporté.

Mais il s'écarta du mort et soudain, devant les yeux éberlués de la Marchombre, le chat devint une silhouette informe avant de redevenir Val. Nue. Celle-ci s'approcha et dit :


"Bravo pour ce combat. Tu n'as rien à envier à un autre combattant. Je suis désolée de ne pas t'avoir aidée, mais ce maudit chat ne voulait pas me laisser agir."

Killian ne savait pas quoi dire. Ce maudit chat ? Val pouvait se transformer en chat ? Mais celle-ci continua avant qu'elle ait pu la questionner :

"Tes blessures sont-elles graves ? Besoin d'un bandage ? Ce monstre nous fera bien don d'un bout de ses habits pour envelopper ces marques qu'il t'a faite."

Blessures ? Ah, oui. Elle les avait presque oublié. Elle les observa. Non. Sans doute pas besoin de bandage. D'ailleurs, elle ne sentait plus rien. Mais Val s'était déjà occupée de récupérer des bouts de tissu. Délicatement, elle les enroula autour des bras et de la jambe de la Marchombre. Puis, elle demanda :

"As-tu réussi à lui soutirer des informations ? Sais-tu ce qu'il nous voulait ?"

Killian répondit pendant que sa compagne fouillait le corps du Mercenaire et se vêtissait de sa cape.

-Non. Il me courait après vraisemblablement. Mais j'ignore pourquoi, surtout que je ne l'avais jamais rencontré.

Elle revint bredouille et fouilla Moridin. Elle en sortit une lettre qu'elle tendit à Killian après l'avoir lue.

"Tu connais un M T'I ?"

Killian hocha négativement de la tête et se dirigea également vers le cadavre. Peut-être Val n'avait pas tout fouillé, préoccupée comme elle l'était par la lettre. En effet, Killian trouva un écusson avec un Dragon gravé dessus et derrière le même nom que sur la lettre : M T'I. Elle le tendit à Val. Au moins, elles étaient sures d'une chose : le Dragon était leur marque de fabrique. Mais pourquoi elles ? Ou n'y avait-il eu qu'une cible au départ ? Peut-être Val était désignée mais le Mentaï s'était ravisé en voyant Killian. Ou l'inverse. Peut-être suivait-il Killian et avait profité de l'occasion pour se débarrasser de deux Marchombres pour le prix d'un.

-Il faut que l'on prévienne le conseil. Et que l'on découvre qui se cache derrière tout sa. Mais la nuit va tomber. Je te propose de s'éloigner d'ici et de camper un peu plus loin. Ainsi nous pourrons discuter à notre aise. Et tu pourras m'expliquer cette histoire de chat !

Souriant, elle vola le peu d'argent que le Mercenaire et Moridin possédaient, en donna une part à Val et frissona un peu. Le vent s'infiltrait dans ses habits trempés. Ce n'était pas le moment d'avoir un rhume. Son nez ne sentait rien. Pourquoi ne l'avait-il pas prévenue de la présence d'êtres malfaisants ? Pourquoi ? L'avait-il mise à l'épreuve ? Ou n'était-elle plus Marchombre et ne méritait plus la greffe ?
Questions sans réponses. Elle regarda le ciel qui se voilait, se préparant à dormir pour la nuit. Si elle était Marchombre. Sinon, elle ne l'aurait pas vaincu. Peu de gens pouvaient se vanter d'avoir tué un Mentaï. Regardant Val, elle attendit que celle-ci donne sa réponse. Killian apprécierait vraiment sa compagnie. Et, qui sait, peut-être n'étaient-elles pas au bout de leurs surprises...

Les Mercenaires pouvaient arriver contrôler le travail de Moridin. Et à deux, elles auraient un peu plus de chances que seules...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Sam 21 Jan 2012 - 11:21

Une réponse négative. Dommage même si je m'y étais attendue. Killian ne connait donc ni ce Moridin ni le mystérieux M T'I. Inutile de lui demander si elle connait le deuxième homme étendu sur le sol, ce sera à coup sûr la même chose. M T'I. Qui peut bien se cacher derrière ces initiales ? Qui peut bien nous en vouloir au point de venir nous chercher au fin fond des falaises du Sud ?

Killian s'approche du corps à son tour et farfouille dans une poche cachée que je n'avais pas vu, toute perplexe que j'étais devant le mystérieux message. De là, elle ressort un écusson possédant un dragon gravé dessus. Serais-ce là les armes du M T'I, sachant qu'avec des initiales pareilles, l'homme (ou la femme) a des racines nobles ? Je fixe le dessin dans ma mémoire, sachant que cette découverte est le fil rouge qui va guider mes premières recherches. Ma compagne me tend l'objet que je saisis et observe. Mon doigt passe le long de la gravure, comme si un tel geste pouvait l'aider à me révéler un peu de son secret.

Connaissance.

Un sentiment vague émerge de mon esprit, alors que le chat me dit qu'il a déjà senti l'odeur que porte l'écusson. Pour lui c'est lointain, vague et il n'est pas sure que ses souvenirs correspondent à la même personne.

-Il faut que l'on prévienne le conseil. Et que l'on découvre qui se cache derrière tout sa. Mais la nuit va tomber. Je te propose de s'éloigner d'ici et de camper un peu plus loin. Ainsi nous pourrons discuter à notre aise. Et tu pourras m'expliquer cette histoire de chat !

Je hoche la tête machinalement, trop absorbée à essayer d'aider le chat à éclaircir son sentiment. Aurais-je déjà croisé le propriétaire de cet emblème ?

- Si tu permets, je vais garder cet écusson …

Je n'approfondis pas le pourquoi d'une telle demande, mais Killian semble comprendre et acquiese. Je garde donc l'objet précieusement dans ma main. Avoir perdu mes vêtements m'horripile car je ne peux pas y glisser l'écusson. Il est temps de partir et de récupérer mon cheval.

- Tu as un cheval quelque part ? Le mien est à deux heures de marche d'ici. Une heure en courant vite.

Killian me regarde, un petit sourire en coin. Puis elle siffle et laisse le vent porter son message. Intriguée, je ne pose pas de question et attends. Elva m'a appris qu'un peu de patience ne fait pas de mal, surtout quand les réponses arrivent d'elles même.
L'écho de sabots sur le sol rocailleux un peu plus loin ne tarde pas à résonner à nos oreilles. Inquiète que ce soit déjà les complices de Moridin qui viennent s'assurer qu'il a mené à bien sa mission, je me penche au sol et attrape l'épée du Mentaï, prête à réagir si le danger se confirme. Je lance un regard au Maitre Marchombre à mes côtés qui reste détendue. Comment peut-elle ne pas s'inquiéter ? Ne lachant pas l'arme, j'oublie pourtant un instant ma peur et porte mes yeux en direction du bruit. Quelques secondes plus tard, un cheval seul arrive en galopant. A mesure que sa silhouette se précise, je m'aperçois qu'il ne porte personne sur son dos. Un petit sourire se dessine sur mon regard. Elva a déjà appelé sa jument de la sorte, et je l'avais déjà oublié …

Après leurs calins de retrouvailles, Killian grimpe sur le dos de sa monture et m'invite à en faire autant. Consciente que cela va m'éviter de courir nu pendant une heure, je ne me le fais pas dire deux fois et saute lestement derrière la jeune femme. Après que je lui ai indiqué la direction à suivre, Killian lance son cheval au galop et nous quittons la scène de combat.

Mon envol semble déjà loin …

********

Les sabots des deux chevaux claquent sur le pavage de la cour de l'auberge où nous sommes arrivées. Ce n'est pas celle où j'ai passé la nuit dernière car j'avais peur que si nous allions dans le même village, une personne nous reconnaisse et avertisse les Mercenaires que nous sommes toujours en vie. Si je peux gagner un peu de temps sur nos poursuivants, alors ce sera toujours ça.

Un garçon d'une quinzaine d'années se hâte vers nous pour prendre les rênes de sa main ferme. La lumière des torches accrochées aux murs de la cour renvoie sur son visage des ombres fantomatiques peu rassurantes, pourtant il lui suffit d'une seule caresse affectueuse sur les naseaux de Nuage pour me rassurer. Qu'il aime les chevaux est tout ce qui compte.
Je saisis mon sac sur le dos de ma monture et flatte son encolure avant de le laisser aux bons soins du garçon.

- Je compte sur toi pour lui donner de la paille et de l'eau fraiche petit.

En guise d'incitation pour lui à chouchouter mon Nuage, je lui glisse une pièce dans la main et lui adresse un clin d'œil. Rares sont les auberges qui offrent de vrais services au niveau soin des chevaux. Un rapide bouchonnage, une vague gamelle et un peu de foin sont souvent tout ce qu'ils procurent. Sauf en cas de compensation, et ça Elva me l'a assez appris au cours de mes trois ans d'apprentissage. Il faut dire que je tiens à ma petite jument plus que tout, ce cadeau étant le symbole de ma liberté. Si Killian n'était pas à mes côtés après ces évènements lugubres, je crois que j'aurais passé ma nuit avec ma jument …

- Promis m'dame.


Il m'indique où se trouve la porte donnant sur l'intérieure de l'auberge, avant de partir en sifflotant vers les écuries, les deux équidés le suivant tranquillement, heureux de trouver un peu de repos après l'heure de galop rapide que nous leur avons imposée.

La porte à peine ouverte, le bruit d'une salle pleine de discussions et de cris nous happent. Heureusement, le fumet d'une bonne cuisine donne quand même l'envie de se glisser dans la douce chaleur de la salle. Ici ce n'est pas l'odeur de vomi et d'urine qui nous accueille, ce qui est un bon point comparé à d'autres lieux de Gwendalavir.
Nous nous dirigeons vers le comptoir où un homme d'au moins cinquante ans essuie des verres. Son regard se pose sur nous dès le premier pas dans son établissement et nous accompagne jusqu'à ce que nous l'ayons atteint.

-J'peux vous aider m'dames ?

-T'as une chambre à deux couches pour nous ? Pis on veut un bon repas aussi.


-Pas d'soucis, j'vous prépare ça, asseyez vous.


Je retiens un léger sourire en réalisant que j'ai recommencé à parler de manière peu soutenue au contact de cet homme. Mon passé de fille des rues ne me quittera jamais entièrement … Avec Killian, nous alignons l'argent que le tavernier nous demande, avant de nous diriger vers une table dans un recoin de la salle. De là, nous aurons une vue d'ensemble sur la pièce. Le feu est à quelques tables de là, pourtant il ne me semble pas indispensable tellement la chaleur est bonne là où nous nous trouvons.
En attendant que le tavernier nous ramène deux assiettes de son plat du jour, je réponds enfin à la question de Killian. Le trajet s'étant fait dans un silence pensif, je n'ai pas pris le temps de lui expliquer ma curieuse faculté.

- Au sujet du chat que tu as vu tout à l'heure … je ne saurais pas vraiment t'expliquer le pourquoi ou le comment, mais j'ai toujours pu me transformer dans les moments de danger. Je ne savais pas comment communiquer avec cette présence au fond de moi et j'en avais peur, jusqu'à ce que je rencontre Elva et qu'elle m'apprenne à me connaitre, et donc qu'elle m'apprenne à accepter ce qui me rend moi. Chat y compris. C'est comme si un deuxième esprit habitait mon corps et qu'il me prêtait ses facultés en guise de paiement. Je peux voir dans la nuit, pas nettement mais pour moi elle n'est jamais noire. Et parfois les senteurs semblent un peu plus fortes … le chat me transmets ses émotions et quand je suis dans sa peau, je fais l'inverse. C'est étrange … je ne suis jamais seule …

Voilà tout ce que je peux lui dire. Inutile d'ajouter que mes vêtements disparaissent à chaque transformation, ça elle a pu le réaliser par elle-même…

-Je n'ai jamais ressenti le besoin d'aller au Rentaï demander une greffe car j'ai toujours eu le sentiment que la vie m'a donné assez … mais au vu de ce qui m'attends … de ce qui nous attends, je vais peut-être me décider à aller y faire un tour. Qui sais … c'est peut-être une rencontre à ne pas manquer. Greffe ou pas greffe. Es-tu allée lui dire bonjour ?



[Désolée je viens de réaliser que tu avais parlé de camper ... ><' , mais je préfère l'auberge :P
J'édit si besoin ;) ]
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Sam 21 Jan 2012 - 13:40

Au bout d'un moment d'observation, Val lui demanda si elle pouvait garder l'écusson. Killian acquiesça. Elle l'avait mémorisé dans ces moindres petits détails, et, peut-être signifiait-il quelque chose à sa compagne qu'elle ne désirait pas communiquer. Hylis avait appris à Killian à ne pas être trop curieuse lorsque le moment n'est pas choisi. Et, en ce moment, il ne fallait pas être curieux. Se tournant vers elle, Val ajouta :

- Tu as un cheval quelque part ? Le mien est à deux heures de marche d'ici. Une heure en courant vite.

Killian la regarda et sourit. Puis, d'un geste parfait, siffla. Taï'Dashar avait été dressé de sa main. Et il ne répondait plus qu'à elle. Sauf si elle lui disait qu'il n'avait rien à craindre. Il était son seul compagnon lorsqu'elle partait en solitaire, lorsqu'elle cherchait la solitude et lorsqu'elle convoyait un convoi. Ils se connaissaient si bien, se comprenaient à la perfection…Elle ne laisserait jamais rien lui arriver. Elle entendit au loin le bruit de ses sabots martelant le sol. Elle l'a senti aussi. Son nez semblait fonctionner à nouveau. Val l'observe et commence à paniquer en entendant la course effrénée de Taï'Dashar. Killian ne dit rien. La laissa agripper l'épée de Moridin pour pouvoir se défendre. La laissa se rendre compte que ce n'était que son cheval. Taï'Dashar s'arrêta légèrement devant nous, les naseaux écumants, la transpiration nettement visible sur sa robe ébène. Il était merveilleux. Ses yeux vifs, sa crinière flottant dans le vent…Même ses balzanes étaient en adéquation avec son corps.

Souplement, elle grimpa sur la selle et, de la main, invita Val à grimper à l'arrière. Taï'Dashar ne broncherai pas. Elle le lui avait ordonné. Val ne se le fît pas dire deux fois et en peu de temps elles furent lancées à pleine vitesse vers l'endroit ou se trouvait la monture de Val.
Les cheveux au vent, Killian sentit l'adrénaline revenir dans ses veines. Enfin…


******

Le village était tranquille. Le seul bruit qu'entendait Killian était les sabots des chevaux. Elle s'était laissée guidée par Val, qui semblait connaître ce coin de Gwendalavir par cœur. Elles étaient devant une auberge qui avait l'air accueillante. Démontant lestement, Killian et Val tendirent les rênes au garçon d'écurie avec des consignes claires. Le meilleur soin possible. Sans que les deux autres, concentrés sur leur discussion, ne la voie, elle se hissa à la hauteur de Taï'Dashar et commença à chanter. Un chant que lui seul entendait. Peut-être Val si elle faisait attention, mais Killian en doutait. Grâce à ce chant, elle calma son étalon, qui paniquait à l'idée d'être emmené par quelqu'un d'étranger. Remuant les oreilles, elle le lâcha et le laissa aux bons soins du jeune homme, qui semblait vouer une passion pour les équidés.

Dans l'auberge, les gens riaient, mangeaient, buvaient. La bonne humeur était au rendez-vous. L'auberge était propre, et il n'y avait pas d'ivrogne étalé dans un coin. Killian laissa Val prendre en charge leur séjour. Elles commandèrent à manger et payèrent ensemble chambre et repas. Puis, elles allèrent s'installer à une table en retrait. Killian s'assit dos au mur. Elle aimait être sure que rien ne viendrait la surprendre par derrière. Et Hylis lui avait enseigné qu'un mur était le plus fidèle de tous les alliés inimaginables.

Val commença son récit :


- Au sujet du chat que tu as vu tout à l'heure … je ne saurais pas vraiment t'expliquer le pourquoi ou le comment, mais j'ai toujours pu me transformer dans les moments de danger. Je ne savais pas comment communiquer avec cette présence au fond de moi et j'en avais peur, jusqu'à ce que je rencontre Elva et qu'elle m'apprenne à me connaitre, et donc qu'elle m'apprenne à accepter ce qui me rend moi. Chat y compris. C'est comme si un deuxième esprit habitait mon corps et qu'il me prêtait ses facultés en guise de paiement. Je peux voir dans la nuit, pas nettement mais pour moi elle n'est jamais noire. Et parfois les senteurs semblent un peu plus fortes … le chat me transmets ses émotions et quand je suis dans sa peau, je fais l'inverse. C'est étrange … je ne suis jamais seule …

Étrange. Et intéressant. Avoir quelqu'un d'autre dans le corps. Un animal qui plus est. Elle avait déjà entendu parler d'un phénomène similaire, mais sur un garçon. Et ce n'était pas en chat qu'il se transformait. Elle avait oublié quel animal. Et lui aussi perdait ses vêtements à chaque fois. Val poursuivi :

-Je n'ai jamais ressenti le besoin d'aller au Rentaï demander une greffe car j'ai toujours eu le sentiment que la vie m'a donné assez … mais au vu de ce qui m'attend … de ce qui nous attend, je vais peut-être me décider à aller y faire un tour. Qui sait … c'est peut-être une rencontre à ne pas manquer. Greffe ou pas greffe. Es-tu allée lui dire bonjour ?

Killian réfléchit avant de répondre. Elle se souvenait parfaitement de sa rencontre avec le Rentaï. Du murmure qui s'était infiltré en elle et l'avait guidé. De la sensation de certitude et d'harmonie pures. De la douleur lorsque la Greffe avait été implantée en elle. De tout. Elle regarda Val et déclara :

-Oui, je suis allée discuter avec lui. Tu sais, le Rentaï fait parti du Marchombre. Pour moi, il est nécessaire d'y aller. Sinon, ce serait comme s'il manquait une partie de toi. J'espère que tu comprends. Le Rentaï t'offre cette part. Je te conseillerais vivement d'y aller. Je ne peux rien dire d'autre. La visite au Rentaï est différente pour chaque Marchombre qui va le voir. Et ta visite sera unique.

Le serveur arriva avec les plats. Du siffleur…miam ! Elles mangèrent tranquillement. Val semblait lutter avec elle-même, ou avec le chat, au sujet du Rentaï. Aussi Killian ajouta :

-Ne réfléchis pas. Suis ton instinct. Le Rentaï ne te laissera pas réfléchir. Si tu le souhaites, je pourrais t'accompagner jusque là-bas. Seulement si tu le souhaite. Sinon, je comptais enquêter sur M T'I. Qu'en dis-tu ?

Elle laissa sa compagne finir de manger et de réfléchir. Aller au Rentaï avait été une expérience merveilleuse, qu'elle ne risquait pas d'oublier. Et Val ne l'oublierait pas non plus, si elle y allait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Mer 25 Jan 2012 - 16:04

Tout comme Elva, Killian est donc passée par le Rentaï. Si je veux suivre la route de ces deux femmes, alors il va falloir que j'y aille aussi. Etrange la façon dont cela sonne comme une obligation … J'ai refusé d'y aller après mon Ahn-Ju l'année dernière, parce que je n'en ressentais pas le besoin. Il ne faut pas que je me mette à croire que j'y vais parce que je le dois. J'y vais parce que j'en fais le choix. Tout simplement.

-Ta visite sera unique.


Ses mots recèlent un mystère que j'avais aussi senti dans la voie de mon Maitre lorsqu'elle m'avait parlé de la fameuse montagne. Au début j'avais cru que c'était juste une façon de m'appâter pour que j'y ailles, mais maintenant que j'entends ce ton une deuxième fois, je m'aperçois que le Rentaï n'est pas une simple montagne qui offre une greffe. Il semblerait qu'elle apporte plus, et c'est en particulier pour ce "plus" que je veux tenter l'aventure.

"V'là vos plats m'dames. Bon appétit."


Le serveur pose devant nous une carafe d'eau ainsi que deux assiettes de siffleurs marinés dans une sauce au vin et aux légumes. Ce serait presque un plat de luxe après les repas improvisés sur le feu avec Elva au cours de la semaine passée. Cela fait longtemps que je n'ai pas gouté à un plat cuisiné. Au fond de moi, le chat s'empare de mes sens pour renifler lui aussi le fumet qui monte de l'assiette. Ayant son approbation sur la qualité de la nourriture, je plonge ma fourchette et embroche un morceau de siffleur. Cette viande qui est absolument infecte quand elle est sèche est ici fondante et aromatisée. Un pur régal. Fermant les yeux, je savoure en silence le morceau de viande, ravie de sentir que le chat apprécie aussi le repas.

-Ne réfléchis pas. Suis ton instinct. Le Rentaï ne te laissera pas réfléchir. Si tu le souhaites, je pourrais t'accompagner jusque là-bas. Seulement si tu le souhaite. Sinon, je comptais enquêter sur M T'I. Qu'en dis-tu ?

J'avale une nouvelle bouchée et mastique lentement pour prendre le temps de réfléchir. Elva ne m'a jamais proposé de m'accompagner, Killian si. Que choisir … la réponse s'impose d'elle-même à mon esprit et je réponds donc à ma compagne.

- Merci pour ton offre, mais je vais m'y rendre seule. Je veux que ma visite soit mienne, ne m'en veux pas. En attendant je te laisse enquêter sur ce M T'I et sur notre agresseur. Je ferai de même dès que je serais revenue du Rentaï. Je pense que nous pouvons nous retrouver dans un mois, en espérant que nous ayons avancé dans nos recherches. Qu'en dis tu ? Taverne du chat qui miaule, le soir de la fête du printemps. Au milieu de la foule notre rencontre et nos actions passeront inaperçus.

Tout en écoutant la réponse de Killian, je finis mon assiette et la nettoie avec un bout de pain, refusant d'en perdre une seul goutte. Mon ventre plein, je me penche en arrière sur ma chaise et laisse mon regard passer sur les gens qui occupent encore la salle. Aucun d'eux n'a l'air louche, pourtant après les évènements de la journée, j'ai l'impression que le moindre de leurs regards envers est une aide future pour ceux qui nous courent après. Je risque de ne dormir que d'un œil cette nuit… Même avec Killian à mes côtés, cette ombre ne manquera pas de planer jusque dans mes rêves.

- Je vais me coucher. Si tu veux rester encore un peu, ne te gêne pas. Bonne nuit.

Et sans plus attendre, je quitte la salle, adressant un dernier sourire à Killian. Les escaliers grincent à chacun de mes pas malgré mon habileté Marchombre. A croire que cette auberge date de la nuit des temps … quel bruit doit faire un homme normal en les montant ?! La porte de ma chambre par contre n'émet pas un seul bruit lorsque je la pousse, signe que le tavernier a pris soin d'huiler ses gonds. Il ne peux améliorer que ce qui est améliorable …

Dans la pièce sombre, je distingue les formes de deux lits séparés par une vague table de nuit. A part une armoire branlante et une chaise, la chambre ne contient pas d'autre mobilier. Une bassine et un pichet éclairés par la lune reposent sur le rebord de la fenêtre. Je m'approche d'elle et jette un coup d'œil à travers les vitres, observant la cour toujours éclairé par les torches. Une ombre sort de l'écurie, et dans la lumière des flammes, je reconnais le jeune garçon de tout à l'heure. Mes pensées partent vers ma monture qui s'y trouve, espérant que le boy aura suivi mes instructions et l'aura bien installée et bien bouchonnée. L'envie me prend d'aller vérifier, mais la fatigue me rappelle à l'ordre et sans plus me poser de questions, je retourne vers le lit, me déshabille et me transforme en chat. Laisser mon corps à cet animal me rassure, et le ronron qui le fait vibrer apaise mon esprit, comme la berceuse d'une mère à son enfant. Laissant le chat surveiller les environs, je laisse ma conscience divaguer et sombre dans un calme sommeil.

******

Les lueurs de l'aurore éclairent la chambre d'une lumière pale, mais de façon assez claire pour que la faculté du chat ne me soit plus d'aucune utilité. D'ailleurs celui-ci, après avoir réveillé mon esprit avec son ronron, me laisse la place et retourne se blottir au fond de mon être. J'enfile mes habits en silence et commence à m'étirer sans bruit, laissant Killian se réveiller quand elle le voudra. Je me sens frémir de bonheur en sentant chacun de mes muscles se détendre, preuve que je suis toujours en vie, et que nul Mercenaire n'a essayé de s'en prendre à moi pendant la nuit.

A mes côtés Killian se lève enfin, elle aussi bien en vie et me semble-t-il, en pleine forme. Une fois habillée et étirée comme moi, nous descendons dans la salle principale où nous attends un frugal petit déjeuner. Celui-ci est avalé en silence, vu que nous sommes toutes les deux absorbées par notre voyage à venir et les recherches qui vont suivre. A la différence de ma compagne, je sais par où commencer. Le Rentaï. Il va me falloir m'arrêter dans un autre village en chemin pour récupérer de quoi survivre à mon ascension et ma traversée du désert des Murmures.

-Peux tu me ré-expliquer comment atteindre le Rentaï, en passant par le sud des Montagnes de l'Est ? Je n'ai pas envie de remonter au Nord vers le passage qu'Elva m'avait montré …

Nous sommes à deux jours d'Al-Jeit à cheval, donc à environ quatre-cinq de la barrière rocheuse, mais un détour par la grande ville ne me tente pas. Ce nid de vermines risquerait d'aider nos poursuivants à me retrouver, et ce avant que j'ai pu atteindre le Rentaï. Mieux vaut que j'accomplisse ce voyage dans le plus grand secret.
Killian m'explique en quelques mots ce que j'ai à savoir pour arriver à bon port en vie et sans m'être perdue quinze fois en chemin. De nouveau je réalise à quel point son aide m'est précieuse.

L'étape suivante de notre matinée se trouve à l'écurie. Contrairement à la salle principale de l'auberge où le silence régnait, ce bâtiment est plein de vie. Il n'y avait pas un seul humain levé de si bonne heure dans la grande pièce, alors qu'ici les chevaux sont depuis longtemps en train de piaffer et de hennir. Un homme d'environ vingt ans, aux cheveux blonds lui aussi, se présente à nous dès qu'il nous aperçoit à travers la porte. La courbure de son nez et l'éclat dans ses yeux me rappellent ceux du gamin de la veille, et j'en déduis que ce nouveau visage doit être le frère de celui d'hier.

"On vient chercher nos ch'vaux. Un pommelé et un noir."

A l'entente de ma voix, un hennissement joyeux retentit à l'autre bout de l'écurie, ce qui fait sourire le garçon qui se hâte de nous accompagner jusqu'aux deux stalles où reposent nos montures bien-aimées. Comme promis, de la paille fraiche a été mise sous leurs sabots et je note avec satisfaction qu'ils sont parfaitement propres et bouchonnés. Cette auberge est vraiment digne de rester dans ma mémoire pour un arrêt futur.
Avec un amour non dissimulé, je caresse Nuage et chuchote quelques mots à son oreille, sans chercher à leur donner un sens autre que "Tu m'a manqué". L'animal pose sa grosse tête sur mon épaule et ne bouge pas le temps de mes caresses. Lui aussi semble ravi de me revoir.

Puis je le sors de sa stalle, le selle, le harnache et accroche mes sacs sur son dos. Je suis prête à partir, tout comme Killian qui a équipé son Taï-Dashar pour le voyage. D'un geste souple, je me hisse sur le dos de Nuage et le dirige en douceur vers la sortie, suivie par l'autre Marchombre.

"Que le vent continue de souffler sous tes pas Killian. Si je ne suis pas au point de rendez-vous dans un mois, continue tes recherches car je ne serais surement plus de ce monde. Enfin j'espère que cela n'arrivera pas … Au revoir alors."

Un dernier adieu. Un dernier geste.
La queue de Nuage fouette l'air une dernière fois puis elle s'élance en galopant vers l'est.
Vers le Rentaï.


[Voilà qui finit notre Rp. Désolée d'expédier cette fin sans te laisser trop parler, mais tu peux toujours rajouter des trucs hein ^^ Au pire j'éditerai mon post après ta réponse ;)
Si tu es d'accord, je te laisse poster à Al-Jeit nos retrouvailles, pour ma part je vais taper mon Rp pour le Rentaï]

Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Envole moi [pv Killian] Jeu 26 Jan 2012 - 19:19

Elles mangèrent en silence après que Val lui eut expliqué qu'elle préférait aller seule affronter le Rentaï. Ce que Killian comprenait. La visite au Rentaï est un moment unique, voire sacré, que chaque Marchombre garde en souvenir pour le restant de sa vie. Cette visite est l'accomplissement de trois ans d'apprentissage. Mais chaque Marchombre sait qu'avec ou sans greffe, il reste Marchombre. Il faut juste surmonter la douleur de l'échec qui est bien plus douloureuse que celle de la réussite.

Val prit congé de la jeune femme pour aller se coucher. Killian resta un moment. Seule. A réfléchir. Il lui fallait enquêter sur M T'I. Mais par ou commencer ? Il lui fallait agir avec prudence. Il pouvait être n'importe qui. Et pour avoir envoyé un Mentaï, il ne devait pas être très bas dans la hiérarchie des Mercenaires. Fatiguée et se convainquant d'y réfléchir le lendemain, elle monta se coucher. En silence. Les marches craquaient, mais légèrement. Comme une feuille de papier que l'on froisse lentement. Elle se coucha après s'être débarbouillée et s'endormit aussitôt.


******


Killian fût réveillée par deux choses. La première fût le réveil de Val. Discrète, mais Killian a toujours eu une ouïe très fine. La seconde fût un rayon de soleil dans les yeux. Mais également l'excitation. De voir Val partir vers le Rentaï.
Killian se leva donc, se lava et s'habilla. Val lui demanda :


-Peux tu me ré-expliquer comment atteindre le Rentaï, en passant par le sud des Montagnes de l'Est ? Je n'ai pas envie de remonter au Nord vers le passage qu'Elva m'avait montré …

Killian sourit et lui répondit :

-Il y a plusieurs chemins. Celui que ton Maître t'a montré. Moi je longerais la côte. Sans passer par la ville. Ou, si j'ai le temps, je monterais vers Fériane et traverserait de là-bas. Mais c'est à toi de voir.

Val acquiesça et elles se préparèrent en silence.

Une fois à l'écurie, elles sellèrent leurs montures. Taï'Dashar était impatient. Il ne tenait plus en place. Mais il savait se retenir lorsqu'elle était là. Elle lui chanta quelques mots à l'oreille et il se calma, sachant qu'il se défoulerait plus tard dans la journée. Elle attendit que Val finisse avec Nuage puis elles sortirent l'une derrière l'autre. Sur la place, Val dit :

-Que le vent continue de souffler sous tes pas Killian. Si je ne suis pas au point de rendez-vous dans un mois, continue tes recherches car je ne serais surement plus de ce monde. Enfin j'espère que cela n'arrivera pas … Au revoir alors.

Et Killian de répondre :

-Vis cette étape comme si c'était la dernière chose que tu ferais dans ta vie. Tu en sortiras grandie. Ce ne sont pas des adieux. Nous nous reverrons. J'en suis persuadée. Et le vent te guidera aussi bien qu'il me guidera. Devient Marchombre encore plus que tu ne l'es déjà. Au revoir..

Immobile sur sa selle, Killian contemple la cavalière qui s'en va au triple galop. Vers son destin. Vers sa Voie. Marchombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Envole moi [pv Killian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Et je m'envole vers d'autres cieux !
» Hé, bébé ! | PV Juliet & Killian
» La bêtise insiste toujours. [PV Roxane et Killian]
» Are you ready for this ? ? Killian
» "C'est moi qu'ils ont étendu sous cette froide pierre" [PV Killian]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Archipel Aline-