Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Lun 16 Jan 2012 - 21:50

[je m'excuse pour la longueur qui n'est pas superbe, mais bon pour débuter...^^]

Kem attendait devant la Tour de la Forteresse.
Viladra lui avait intimé l'ordre, indirectement bien sur, d'être à l'heure. Et maintenant, elle était en retard. Cela faisait dix minutes qu'il attendait patiemment qu'elle vienne. Il ne savait même pas pourquoi ! Elle avait parlé d'une épreuve importante qu'il devait passer.

D'un côté, cela l'effrayait. Mais de l'autre, il s'en réjouissait. Depuis qu'il était apprenti auprès de Viladra, son corps avait changé. Ses muscles s'étaient épaissis, sa façon de combattre s'était nettement améliorée, même s'il restait encore pleins de choses à apprendre et à paufiner, son esprit lui-même s'était transformé. Ce n'était plus le garçon des rues qui volait pour manger. Il n'était plus L'Enfant de la Mort. Enfin, pas avec le même sens qu'à l'époque du moins.

Souvent, il essayait de s'imaginer la vie qu'il vivrait s'il n'avait pas suivi Viladra. Il pouffa. S'il ne l'avait pas suivie, il serait mort. La question était réglée. La Forteresse était constamment en mouvement. Les Mercenaires s'entraînaient à longueur de journée, les forgerons fabriquaient les armes, les patrouilles partaient et revenaient...Une communauté soudée mais sans pitié.

Personne ne lui avait encore posé de questions sur ses yeux. Ce qui n'était pas plus mal. Il n'aimait pas parler. Et encore moins de lui. Il soupira, mais pas trop fort. Qui sait si Viladra ne l'observait pas de quelque part comme à son habitude ?

Il pouvait être patient parfois. Ce qu'il n'était pas à l'époque. Pas autant. Tant de choses avaient changé...Il se retourna.

Enfin, elle arrivait. Il aurait enfin des réponses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mentaï__Membre
avatar
Féminin Âge : 37
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 683
Date d'inscription : 24/07/2011
Mentaï__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 28 ans - féminin
Aptitudes: dessin // greffe // sabre et corps à corps
MessageSujet: Re: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Sam 21 Jan 2012 - 21:49



.:I Un nouveau pas en avant I:.


"Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides."



Aujourd’hui était un grand jour… Pour moi ? Non pas vraiment. Ma vie était telle que je n’étais plus surprise de rien… Il s’agissait néanmoins d’un évènement important pour on élève et indirectement pour moi-même. Pourquoi ? Et bien… J’allais faire monter en grade l’un de mes apprentis pour la première fois. Vous savez, je suis un peu comme une mère avec ses enfants bien que certains aient presque mon âge. Quand une mère voit son enfant bien grandir, le bonheur qu’elle ressent est incomparable tant il est puissant… Et bien quand je vois l’un de mes protégés s’apprêter à faire le grand saut, mon sang bouillit dans mes veines et je suis encore plus excitée qu’à l’habitude.
Afin de garder la surprise pour Kem qui ne s’attendait pas encore à cela puisque je faisais toujours en sorte de montrer à mes élèves qu’il leur restait encore beaucoup de choses à apprendre, je lui avais donné rendez-vous quelques jours auparavant et l’avais laissé à lui-même, m’en allant m’occuper de tous les préparatifs nécessaires à son passage. S’il réussissait, bien sur… La majorité y arrivait, mais avec lui je me montrerai beaucoup plus exigeante. Les membres de mon petit cercle rapproché se devaient d’atteindre l’excellence, et si je leur laissais assez de marge pour qu’ils puissent souffler de temps en temps, il était hors de question qu’ils se reposent sur leurs acquis. Nous n’avions jamais terminé de progresser…

« Je me demande s’il va réussir !
J’espère pour lui, les éléments inutiles ont rarement leur place près de moi.
Un peu de compassion, Vila’, tu es désespérante, parfois. »

Esquissant un sourire froid, je regardais la place centrale de la forteresse qui grouillait de monde. Le soleil déclinant petit à petit dans le ciel, il teintait les nuages d’une lueur rougeâtre qui s’accordait parfaitement au lieu dans lequel je me trouvais. Les renâclements des chevaux qu’on rentrait et les cliquetis des armes s’entrechoquant des entrainements me ramenèrent à la réalité et je vis la porte principale se fermer dans un grondement sourd, se barricadant d’elle-même sous l’effet d’un dessin d’un amateur. Notre base était renforcée par des sphères graph et personne jusqu’à présent n’avait réussi à nous localiser… Pour cela il aurait fallu qu’il existe une gemme spirituelle d’un niveau incroyable et ça, il ne me semblait pas que ça existait… De plus, les gens avaient beaucoup trop peur de la forêt Ombreuse. C’était à peine s’ils y mettaient un pied ne serait-ce qu’à la lisière.
Perchée sur le rempart, j’entendais les pas réguliers des mercenaires faisant leur ronde dans mon dos, et je ne tardai pas à apercevoir une petite silhouette souple se faufiler entre les guerriers pour s’arrêter au pied de la tour s’élevant dans le ciel comme une flèche de métal acérée. Kem Al’ran avait un niveau désormais correcte ce qui, pour un élève sortant de l’enseignement, était un exploit en soi. Piteux dessinateur, il ne serait jamais Mentaï mais excellerait dans le combat et deviendrait par la suite un maitre mercenaire incroyable. Peut-être le plus puissant de sa catégorie, qui sait ? Sa musculature élevée lui avait conféré dès les premiers véritables pas de sa vie à se sortir des situations les plus invraisemblables. Si au départ elle avait freiné sa vivacité et sa souplesse, les longues séances d’étirement et d’esquives lui avait permis de combiner ces deux qualités sans qu’elles ne se gênent l’une l’autre. Oui, j’avais réussi là un beau travail… C’était désormais un combattant confirmé qui avait tout le temps de se spécialiser dans la branche qu’il voudrait plus tard. J’avais déjà de grands projets, pour lui…

Il est temps d’aller voir notre petit apprenti, non ? Murmurais-je amusée.

Disparaissant sur le rempart, je réapparu trente mètres plus bas au milieu d’un groupe d’envoleurs qui consultaient une carte. S’inclinant sur mon passage, je m’arrêtai quelques minutes afin de vérifier leurs plans histoire qu’ils ne fassent pas de bêtise et repris ma marche. Mettant plus de temps que prévu à arriver tant j’avais du m’arrêter pour répondre à des questions ou m’occuper d’autres problèmes de ce genre, il se retourna vers moi, tentant de garder un air calme malgré le mécontentement qu’il ressentait. Ne quittant pas on sourire fin, je le dépassai en lui faisant signe de me suivre.
Nous avions dépassé toutes les cellules des prisons, nous enfonçant peu à peu dans la terre quand je me tournai vers lui avant d’ouvrir la porte.

Nous allons dans un lieu que tu n’as jamais vu. Lui dis-je alors. Notre sol est parcouru de centaines de galeries qui, pour la plupart, terminent en cul de sac sur une sortie effondrée. Certaines d’entre elles débouchent à l’air libre et sont surveillées mais difficile est de les repérer. Nous verrons dans les entrailles de la terre ce dont tu es véritablement capable, Kem…

« Allez petit, courage !
Ne te laissez pas avoir par une psychopathe dégénérée !
Hé ho… ! »

Une demi-heure plus tard, il se tenait au centre d’une caverne de dimension moyenne mais où le plafond, si haut, disparaissait dans l’obscurité. Des gouttes de condensation tombant ça et là dans des éclaboussures cristalline, il régnait dans la salle un silence de mort contrairement au nombre de personnes qui s’y trouvait.
Comportant une cinquantaine de mercenaires, tout grade confondu, ils se tenaient contre les murs, laissant un espace dégagé au milieu duquel Kem me faisait face. Juchée sur une estrade naturelle, assise nonchalamment sur un siège, la salle était éclairée par quelques lumières bleues dessinées qui donnaient un aspect spectral à la cérémonie… Car c’en était une.
Quand les derniers murmures se furent étouffés, je me penchai légèrement en avant et pris la parole d’une voix posée où une pointe de jubilation perçait par moment.

Kem Al’ran… Commençais-je. Ce soir est un grand moment pour toi. Tu vas avoir le choix entre vivre et ressortir de ces épreuves grandi ou bien fermer les yeux à jamais. Faites donc sortir notre invité…

« Le pauvre…
Je lui laisse une chance de s’en sortir !
Comme si tu comptais le laisser vivre même s’il réussissait…
Tiens, le voila qui arrive ! Il semble être en meilleur état que je ne le pensais ! »

Un homme maintenu par deux mercenaires fut avancé au milieu de la salle, son teint creusé lui donnant un air encore plus revêche qu’il n’affichait déjà. Torse nu, il affichait des marques de fouet mais une aura de combativité l’entourait toujours. Marchombre capturé il y avait quelques semaines de cela, je l’avais maintenu tout spécialement pour mon élève… Ordonnant à mes mercenaires de lui retirer ses chaines, je lui rendis même deux poignards qu’il empara vivement, se mettant en garde et défiant tout le monde de son regard.
Tournant mon visage vers Kem, mes yeux suffirent là où les mots étaient inutiles. Il savait désormais ce qu’il fallait faire… Afin d’accéder à la deuxième épreuve, il était vital de réussir la première.

Que personne n’intervienne. Annonçais-je avant de m’adresser au prisonnier. Si tu le tues, tu es libre.

Il en allait de sa vie… Je lui mettais en face un adversaire de valeur qui avait le double de son âge. Rompu aux combats réels, il avait l’avantage de l’expérience sur lui… Mais Kem avait celui d’avoir reçu un enseignement féroce en plus de sa jeunesse. Rien n’était gagné d’avance, mais ma déception serait immense s’il venait à perdre… Si énorme que je ne prendrais sans doute pas la peine de le sauver.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Dim 22 Jan 2012 - 11:23

[j'espère que cela te convient !]


Elle ne dit rien en arrivant mais lui fît signe de la suivre. Il s'en serait douté. Avec elle, les mots étaient devenus pratiquement inutiles tant il la comprenait. En même temps, ils avaient passé tant de temps ensemble que les gestes ou les regards avaient remplacés les mots. Elle l'emmena dans les prisons, mais sans s'attarder. Devant une porte, elle se retourna et lui dit :

Nous allons dans un lieu que tu n’as jamais vu. Notre sol est parcouru de centaines de galeries qui, pour la plupart, terminent en cul de sac sur une sortie effondrée. Certaines d’entre elles débouchent à l’air libre et sont surveillées mais difficile est de les repérer. Nous verrons dans les entrailles de la terre ce dont tu es véritablement capable, Kem…

Il la suivit dans les entrailles de la forteresse, une boule naissant au fond du ventre. Que lui réservait-elle ? Ils marchèrent un certain temps. Kem mémorisa mentalement le chemin, même s'il était long et assez sombre. Des galeries, de l'eau, des culs-de-sac…Il se demandait ou elle le menait lorsqu'ils débouchèrent dans une vaste caverne remplie de Mercenaires. Elle était éclairée par des petites lumières bleues. Viladra le laissa seul, au centre de la place. Il tenta de garder un air calme. Mais ai fond de lui, il commençait à avoir peur. Et si elle avait décidé de se débarrasser de lui, au final ? Elle se plaça sur une estrade, les dominant de toute sa hauteur. Kem serait vraiment toujours impressionné par tant de puissance. Elle attendit patiemment, pour une fois, que tout le monde se taise pour déclarer, d'une voix très solennelle :

Kem Al’ran… Ce soir est un grand moment pour toi. Tu vas avoir le choix entre vivre et ressortir de ces épreuves grandi ou bien fermer les yeux à jamais. Faites donc sortir notre invité…

Épreuves ? Une idée folle lui vint en tête…Cela signifiait-il qu'elle avait terminé son apprentissage ? Non. Impossible. Il n'était pas apprenti depuis assez longtemps pour. Mais ses pensées furent interrompues par l'arrivée de deux Mercenaires tenant un homme entre eux. Il était torse nu, et Kem voyait les marques de coups qu'il avait eus. Et il sentit une force dans cet homme qui lui assura une chose. Il était Marchombre. Les Mercenaires le lâchèrent et lui donnèrent deux poignards. Il se mit aussitôt en place, prêt à défendre chèrement sa peau. Se tournant vers son Maître, Kem comprit dans son regard ce qu'elle attendait de lui. Qu'il le tue. Une épreuve. Le Marchombre était bien plus âgé que lui, donc plus expérimenté. Avait-il une chance ? Bien sur. Tout le monde avait une chance s'il s'en donnait les moyens. Et il n'allait pas décevoir Viladra. Elle avait mis bien trop de sa personne dans cet apprentissage pour qu'il s'effondre maintenant.

Que personne n’intervienne. Si tu le tues, tu es libre.

Les derniers mots étaient formulés à l'adresse du Marchombre. A l'inverse, si Kem le tuait, ce serait lui qui aurait gagné son épreuve. Kem sortit lentement son poignard, dessiné par Viladra après qu'un paysan eut jeté le sien dans les égouts, et se concentra. Il oublia les Mercenaires qui le regardaient. Oublia Viladra. Il ne restait plus que lui et le Marchombre.

Celui-ci ne tarda pas à passer à l'attaque. Il voulait être libre. Ce que Kem aurait pu comprendre…Avec les deux poignards, il tenta d'embrocher l'apprenti, qui se baissa souplement pour les éviter. Du même mouvement, il frappa du pied dans le genou de l'autre. Mais il ne broncha pas. Évidemment. S'eut été trop simple sinon…

Se redressant vivement, Kem eut juste le temps d'éviter un coup de pied, mais reçut une entaille au bras d'un des poignards. Fronçant les sourcils, il se remit à se battre. D'un coup de main, il tordit le poignet de l'autre, qui cria et lâcha le poignard. Un en moins. Ne lâchant pas le poignet qui cassa d'un coup sec, Kem frappa de son autre main, celle avec l'arme. Le flanc du Marchombre se mit à saigner abondamment. Mais cela augmenta sa détermination. Avec un poignet en moins, il réattaqua. Kem évitait tous ses coups, comme s'ils étaient devenus bien plus lourds qu'auparavant. Kem reçu un coup de pied dans le ventre. Le souffle coupé, il se plia en deux pour tout de suite se redresser. Il reprendrait sa respiration un peu plus tard. De sa main libre, il frappa la poitrine de l'homme, du pied il écrasa son genou déjà meurtri. Il s'affaissa. Kem n'avait plus qu'à le tuer. Mais au dernier moment, le Marchombre lui agrippa la cheville et le fît tomber à la renverse. Heurtant le sol dans un bruit sourd, Kem gémit mais se releva. Le Marchombre aussi était debout. Il semblait plus hargneux que jamais. Kem sentait le regard de Viladra sur ses épaules. Il y arriverait. Il le tuerait. Marchombre ou pas. Plus fort ou pas. Plus vieux ou pas. Lui sautant dessus, Kem le martela de coups, jusqu'à ce qu'il s'effondre une nouvelle fois. Là, il ne lui laissa pas le temps de se remettre. Il lui trancha la gorge dans un geste parfait. Net et précis.

Se relevant, Kem s'inclina face à Viladra et ne dit rien. Il avait gagné son combat. Il avait remporté l'épreuve. Et il doutait que ce soit la seule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mentaï__Membre
avatar
Féminin Âge : 37
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 683
Date d'inscription : 24/07/2011
Mentaï__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 28 ans - féminin
Aptitudes: dessin // greffe // sabre et corps à corps
MessageSujet: Re: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Mer 25 Jan 2012 - 21:50



.:I plonge dans l'obscurité... I:.


"Les poètes, devant mes grandes attitudes,
Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,
Consumeront leurs jours en d'austères études;

Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles:
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles!
"



Mon sang se glaça dans mes veines lorsque je crus sa dernière heure arrivée. Comme je le dis souvent, j’aime profondément mes élèves… Alors forcément, l’idée de les perdre me met dans une rage indescriptible, d’autant plus que je sais très bien qu’en sein-même de la forteresse, beaucoup de mercenaires souhaitent discrètement me voir échouer. Pourquoi ? Par jalousie… Ayant atteins le plus haut grade, je bénéficiais d’un respect et d’une aura de crainte non négligeable mais cela n’empêchait pas le fait que certains éléments, mécontents du changement de chef, ne se priveront pas de se gausser de moi si l’un de mes apprentis finissait par périr. En ayant cinq pour le moment, les statistiques générales pourraient me permettre d’affirmer que deux ou trois d’entre eux finiraient forcément par mourir car être mercenaire était un risque, mais avec la formation que je leur donnais, je faisais en sorte qu’ils atteignent le sommet… Afin de fermer les bouches trop bavardes de ces stupides pseudo-mercenaires.
Quand je le vis se plier en deux sous le choc reçu au ventre, je me penchai en avant, légèrement anxieuse. Il était l’un de mes élèves les plus prometteurs… Quel gâchis.

« S’il meurt tu fais quoi ?
Déjà je tue le marchombre, ainsi que tous ceux qui auront ne serait-ce qu’esquisser un sourire.
Cruelle !
Rire de lui, c’est rire de mon enseignement, et donc de moi…
Cruelle et susceptible qui plus est. »

Quand je le vis reprendre le dessus, j’esquissai un sourire satisfait et me ré-adossai contre le fauteuil afin de profiter de l’exécution, car tout montrait qu’elle n’allait pas tarder…
Quand la lame effilée de son poignard trancha la chaire de sa gorge comme du beurre, je vis des regards effrayés parmi les mercenaires présents dans la salle. On ne dirait pas, mais l’adversaire que Kem avait combattu était de taille à tenir tête à un mercenaire qui était confirmé depuis un petit moment… Kem sortait tout juste de son apprentissage, assez court qui plus est, et semblait avoir acquis des compétences égales voire supérieures à certains d’entre nous. Oui, observez donc mon œuvre… Regardez un peu ce que j’ai développé chez lui et craignez la nouvelle génération d’enfants du chaos.
Quand il se redressa et me fit face malgré le sang qui coulait le long de son bras, je balayai l’audience d’un regard plein de morgue, savourant chaque personne qui baissait la tête pour ne pas le croiser. Enfin, je plongeai mes yeux pâles dans ceux bicolore de mon apprenti, car il l’était encore, et esquissai un sourire froid.

Ca a mis plus de temps que je ne le pensais… Commençais-je, mais ce qui compte c’est le résultat. Première épreuve réussie, Kem.

Me levant alors, je fis signe à trois de mes mercenaires les plus fiables de s’approcher et disparus de l’estrade pour réapparaitre plus bas. La moitié de la cérémonie était passée. Il ne manquait plus que les tests de vérification et tout serait prêt pour faire de lui un maitre parmi ses pairs.

Je crois que nous allons pouvoir commencer les tests. Commençais-je tranquillement. Tu vas suivre ces messieurs, ils vérifieront que tu es apte à poursuivre notre voie. Au vu de ton enseignement, je serais très déçue si tu ne passais pas ces épreuves avec facilité… Elles ne devraient être que de simples formalités dans ton cas.

« Je ne l’ai pas entrainé aussi durement pour rien…Attends un peu de voir au lieu de craindre un échec qui n’a pas encore lieu.
Je ne crains pas, j’anticipe le mécontentement que je pourrais ressentir par la suite. »

Les trois mercenaires lui jetèrent à peine un regard et l’entrainèrent dans des galeries, quittant la grande salle, le brouhaha des conversations s’éloignant pour faire place au silence complet. (Viladra n’est pas là, mais je continue quand même ne narrer l’histoire xD) Aucun d’entre eux ne parlait… Ils étaient de ceux qui avaient suivi Viladra dès son ascension au sommet. De ce fait, elle leur avait accordé un minimum de confiance et ils bénéficiaient d’avantages que les autres ne possédaient pas. Mercenaires confirmés et compétents, ils ne faisaient pas parti de l’élite mais savaient fort bien se débrouiller pour mener leur mission à bien. Il était donc naturel pour Viladra que le rôle de juges pour son apprenti leur revenait…
Ils finirent par s’arrêter après un quart d’heure de marche. Face à eux s’ouvrait une immense galerie aux dimensions
Assez grande pour que votre voix se perde dans les profondeurs. Un lac souterrain ondulait cinquante mètres plus bas tandis que le plafond de roche se perdait dans l’obscurité. D’énormes stalagmites et stalactites transformaient la caverne en gueule béante hérissée de crocs acérés et seule la luminosité créée par l’un des trois mercenaire permettait d’y voir à peu près clairement. Lentement, de part et là des petites lumières apparurent sur des morceaux de roches, traçant un itinéraire complexe à l’aspect impossible. Les consignes étaient claires… descendre la falaise jusqu’en bas, traverser le lac à la nage en faisant attention à ce qui se trouvait dedans car même des créatures nocturnes et non carnivores pouvaient se montrer dangereuses, gravir la paroi opposée et revenir par le haut en utilisant les dents naturelles de ce lieu.


Les marchombres croient à tord que l’harmonie les sauvera le l’obscurité. Enonça l’un des juges. Ils ont tord… Le chaos représente le noir absolu. Si tu te l’appropries, tu seras digne d’en être l’enfant. Si tu échoues… Personne ne viendra te sauver.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Jeu 26 Jan 2012 - 20:58

Viladra observa toute l'assemblée avant de reporter son regard vers lui. Il y lut une fierté de le voir réussir. Mais lorsqu'elle annonça que la première épreuve était réussie, Kem sentit une boule dans son ventre. Que lui réservait-elle encore ?

-Je crois que nous allons pouvoir commencer les tests. Tu vas suivre ces messieurs, ils vérifieront que tu es apte à poursuivre notre voie. Au vu de ton enseignement, je serais très déçue si tu ne passais pas ces épreuves avec facilité… Elles ne devraient être que de simples formalités dans ton cas.

Commencer les tests ? La mise a mort n'était-elle qu'un échauffement ? Kem obéit prestement et accompagna les trois Mercenaires désignés. Si Viladra les avaient choisis, c'est qu'elle leur faisait confiance. Un cadeau précieux de sa part…
Ils arrivèrent dans un dédale de galeries sombres et débouchèrent dans une caverne au centre de laquelle se trouvait un lac. Kem entendait l'eau en contre bas. Des lumières s'allumèrent tout le long de la falaise. Abrupte, mais faisable. A l'opposé du lac se trouvait un promontoire d'où il pourrait repartir pour grimper.


-Les Marchombres croient à tord que l’harmonie les sauvera le l’obscurité. Enonça l’un des juges. Ils ont tord… Le chaos représente le noir absolu. Si tu te l’appropries, tu seras digne d’en être l’enfant. Si tu échoues… Personne ne viendra te sauver.

Kem comprit les règles. Descendre, traverser, remonter et retraverser par le haut. Très clair. Les lumières s'affaiblirent, rendant le lieu pratiquement obscur. Kem ne paniqua pas. Il savait qu'il y arriverait. Il s'approcha de la première petite lumière de la falaise et commença la descente, suivant le chemin établi. Les prises étaient minimes, il s'écorchait les doigts, faillit tomber plusieurs fois, mais réussit à descendre. Les lumières devenaient-elles de plus en plus faibles ? Il ne voyait pas l'autre bout du lac. Il était plat, rien ne perturbait l'eau qui dormait. Que contenait-il ? Il réfléchit. Ne pas agir dans la précipitation. Il avait du temps. Les monstres pouvaient dormir. Dans ce cas, il lui faudrait être extrêmement prudent. Tenter l'impossible chose de ne faire aucune éclaboussure. Ou alors les monstres étaient nocturnes mais non carnivores si on ne les dérangeait pas. Si. Même non carnivores, elles pouvaient se montrer féroces. Un monstre reste un monstre. Il opta pour le hasard. De toute façon, il faudrait qu'il plonge. Il prit son poignard, dessiné par Viladra dans la main et entra dans l'eau. Qui était gelée. Aussitôt, tous ses membres tremblèrent, comme s'ils voulaient se rompre et se détacher de son corps. Respirant profondément, oubliant le froid et la peur qui l'avait saisi un instant, il se mit à nager. Doucement mais sûrement. Il devait être à la moitié lorsqu'il entendit du bruit, sur sa gauche.

Il se retourna à temps pour voir une nageoire foncer sur lui. Il plongea. Un requin. Ici ? Il voyait flou mais avait pu distinguer la bête. Un requin était carnivore. Et nocturne. ET il était sa proie. Son dîner. Il remonta à la surface et se mit à nager le plus vite possible. Le requin le suivit. Et accéléra. Kem sut qu'il n'avait aucune chance de battre le requin à la course. Il s'arrêta net, laissant le requin le dépasser. La, Kem plongea une nouvelle fois et attaqua. Il ne voulait pas le tuer. Le blesser. Pour qu'il s'en aille. Il donna un coup sur la queue, sans grand effet. En revanche, le revers que le requin envoya lui coupa le souffle. Si l'on peut dire cela lorsque l'on est sous l'eau. Paniquant, Kem remonta à la surface et accueillit l'air pur. Il avait une belle marque sur la poitrine et son haut était déchiré. Tant pis. Il se remit à nager, ne voyant plus le requin.

Sans comprendre, Kem arriva sur le promontoire. Ou était passé la bête ? Avait-elle reçu des ordres ? Mercenaires ? Viladra ? Non. Bizarre. Il resta assit un moment, réfléchissant en reprenant son souffle. Il rangea son poignard, qui par miracle n'avait aucune bosse due au choc et se releva. Il était bleu à la poitrine. Cool.

Les lumières étaient toujours là. Il leva la tête pour voir les stalactites qu'il emprunterait pour revenir à son point de départ. C'était haut. Mais tout à fait jouable. Aussi débuta-t-il la remontée. Il voulait montrer à Viladra qu'il était doué. Qu'il avait retenu quelque chose de ses leçons. De sa souffrance mais aussi de sa joie de l'avoir elle pour Maître. Intransigeante, sévère, dure, compréhensive d'un côté, aimante. Il sentait nettement l'amour qu'elle portait envers ses apprentis. Il voulait lui faire honneur. La remercier, en quelque sorte. La remercier de l'avoir sortie des bas-fonds, de lui avoir ouvert une Voie pour lui, de lui avoir permit de se découvrir lui-même.

Il se rendit compte qu'il avait atteint le sommet. Il avait tant réfléchi ? Facile. Maintenant, le retour. Il regarda le parcours qui l'attendait. Les stalactites n'étaient pas très éloignées. Les sauts seraient aisés. Mais arrivera-t-il à s'agripper ?
Inspirant à fond, il se lança. Sauta. S'attrapa à la première roche. Glissa. Se cramponna. Tint bon. Continua. Tout le long. Se griffant les mains. Heurtant les jambes et les pieds aux stalactites. La dernière fût une libération. Il sauta souplement devant les trois Mercenaires, qui n'avaient pas bougé d'un pouce. Haletant, mais fier de ce qu'il venait de faire, Kem se redressa et les regarda. C'était à eux de parler. Et non à lui. Il sentait encore la marque du requin sur son torse. Mais peu lui importait. Un souvenir pour plus tard. Comme toutes les cicatrices de Viladra.


-Épreuve réussie. Dit simplement le Mercenaire qui avait parlé tout à l'heure.

Ils se détournèrent, lui faisant signe de suivre. Les lumières s'éteignirent brusquement lorsqu'ils quittèrent la caverne. Ils réempruntèrent le même chemin que l'aller pour retrouver le lieu ou tout avait commencé. Les Mercenaires étaient toujours là, dans un silence de mort, Viladra sur son estrade, attendant son retour. Ils entrèrent dignement, Kem tentant de ne pas montrer son essoufflement.

Il se remit à sa place, au centre, et attendit la suite des épreuves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mentaï__Membre
avatar
Féminin Âge : 37
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 683
Date d'inscription : 24/07/2011
Mentaï__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 28 ans - féminin
Aptitudes: dessin // greffe // sabre et corps à corps
MessageSujet: Re: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Dim 29 Jan 2012 - 18:40



.:I Relève toi, enfant du chaos. I:.


"Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine
Et lorsqu'il eut donné son obole à Charon,
Un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène,
D'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron.

Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes,
Des femmes se tordaient sous le noir firmament,
Et, comme un grand troupeau de victimes offertes,
Derrière lui traînaient un long mugissement."



Les juges l’avaient vu descendre la falaise et non sauter directement dans l’eau. Un bon point pour lui… Bon nombre de personnes faisaient la sottise de directement plonger du promontoire où ils se trouvaient afin d’arriver plus rapidement en bas. Ne faisant que supposer la profondeur de l’eau, il n’était pas rare que certains d’entres eux s’écrasent contre des rochers ou contre le sol trop près. Au moins, Kem avait eu l’intelligence de réfléchir avant d’essayer… Bien sur, cela pouvait être du hasard mais ce qui comptait, c’était le résultat.
Les trois mercenaires ne dirent rien quand ils le virent entrer dans l’eau. Ils virent approcher que squale bien avant lui, bénéficiant de leur vision en hauteur, mais se gardèrent de prévenir le jeune apprenti qui nageait en direction de la rive opposée. Quand l’attaque commença, le plus âgé d’entre eux se contenta de cligner des yeux au moment où Kem prit un coup d’aileron. Ces bêtes là mangeaient la viande blanche et légère des petits poissons souterrains. Un être comme Kem ne les intéressait pas ; en revanche, ils n’aimaient pas que l’on empiète sur leur territoire… Alors quand le jeune homme aux yeux vairons accéléra la nage pour s’éloigner, la créature des profondeurs sembla satisfaite et n’insista pas, consciente qu’elle avait réussi ce qu’elle voulait : le mettre en déroute. Petit chanceux… Tu n’avais reçu qu’un coup de nageoire, certains perdaient une jambe ou un bras.

Etonnant… Murmura l’un d’eux.
…Mais satisfaisant. Termina un deuxième.

Le dernier ne dit pas un mot et le regarda tandis qu’il escaladait la falaise avec des gestes aussi souples que machinales. Viladra avait bien formé cet élève… Mais survivrait-il longtemps dans le monde du chaos lorsqu’elle ne serait plus là pour l’aider ? Il était en passe de devenir l’un des meilleurs de part ses capacités et son enseignement supérieur aux autres, mais son niveau n’égalait pas encore les meilleurs combattants de Gwendalavir. Viladra prenait beaucoup de risques à se séparer de cette future élite. Elle aimait les risques autant qu’elle aimait ses élèves… Tout le monde le savait. Ce fut pour cette raison que le mercenaire silencieux n’esquissa aucun geste lorsque le jeune homme faillit se laisser tomber de la première stalactite. Viladra lui avait dit de le juger et non de le sauver… Il exécuterait les ordres comme elle l’attendait de sa part.
Après plusieurs longues minutes silencieuses dans lequel fusait parfois une respiration saccadée de la part du jeune homme testé, Kem arriva enfin de leur coté et se laissa tomber devant eux. La marque bleue que lui avait causée le squale promettait de gonfler encore un peu avant de disparaitre. Il en aurait pour un peu plus d’une semaine à vu d’œil mais heureusement, ses cotes ne semblaient pas atteintes.

Epreuve réussie. Annonça enfin le mercenaire qui n’avait pas dit un mot depuis qu’il avait donné les consignes.

J’étais toujours assise à ma place, le cadavre du marchombre reposant lui aussi toujours à sa place au milieu de la place. Les mercenaires parlaient tous en même temps et je ne prenais pas la peine de m’intéresser à ce qu’ils disaient… Je le savais déjà. Nombre d’entre eux attendaient avec impatience le retour des juges qui leur annonceraient alors la mort de mon apprenti. Peut-être vous demanderez-vous pourquoi je ne les tuais pas, ces ridicules mercenaires qui se permettent de me vouloir du mal ? Et bien tout simplement parce que nous sommes tous des enfants du chaos… Nous n’éprouvons que haine, mépris et colère contre les autres. Il n’y a aucune fidélité basée sur les sentiments, ici… Seule la loi du plus fort nous menait. Alors forcément, lorsque cinq apprentis débarquaient de nulle part et faisaient exception à la règle, ils n’attiraient que jalousie et envies malsaines. Etre dans les petits papiers du chef était comme se placer soi-même devant un bruleur en secouant un drapeau rouge. On déclenchait l’envie et le danger…

Regardez… !

L’exclamation feutrée d’un de mes mercenaires me ramena à la réalité et je tournai mon regard vers l’entrée. Apparu alors en file indienne mes trois mercenaires et mon cœur rata un battement quand je vis que Kem n’était pas directement après. Me détendant quand je le vis enfin arriver, trois pas après les autres et une vilaine ecchymose sur le torse, j’esquissai un sourire satisfait et défiai du regard quiconque avait une remarque à faire. Un silence de mort régnait dans la salle et les plus malins évitaient de se faire trop remarquer quand je me levai à leur approche.

Parle donc, mon très cher Eryon. Dis-je alors. Explique-moi en quelques mots le succès de mon élève…

L’obscurité fait parti intégrante de lui, ma Dame. Répondit-il d’une voix monocorde. Ses gestes sont précis et efficaces… L’enseignement qu’il a reçu est exceptionnel, sans vouloir me montrer hypocrite…

« Juste à peine ! Il tient à se faire bien voir, lui !
En même temps, c’est vrai que Kem a bien progressé !
Mouais ! Quand même… ! »

… Mais sans vouloir vous offenser, ses réflexes manquent encore un peu de rapidité… D’où la blessure qu’il a reçue. Il a néanmoins réussi avec succès cette dernière épreuve.

Mon sourire s’agrandissant alors, je fis un pas sur le coté pour réapparaitre en face de mon élève. Mon regard était glacial, ma voix était froide comme le givre et chacun de mes gestes évoquaient la mort en mouvement. Pourtant, sous les yeux de l’assistance du chaos, j’entourais les épaules de mon élève de mes bras et le serrai contre moi. Ma voix était toujours aussi cruelle et mon regard n’avait pas changé, seulement… La fierté que je ressentais égalait ma nature même de mercenaire.
Je sentis des âmes s’hérisser autour de moi, de l’incompréhension, de la jalousie, une pointe de dégout… Qui était-il pour se trouver aussi proche de la chef ? Cet inconnu ramassé dans les ordures d’Al’far ? Qu’était cette poignée d’élèves arrivée de nulle part ? Et bien… Ils étaient l’avenir du chaos. Alors inclinez-vous donc devant car bientôt, ils vous surpasseront tellement que de vos yeux pervers vous n’arriverez plus à les voir…

Mercenaire du chaos. Enonçais-je alors en me détachant de lui. Veuillez compter dans vos rangs Kem Al’ran, ancienne apprenti de Viladra Memphis, enfant du chaos et mercenaire accompli… Comptez-le parmi vos frères… si vos cœurs vous le permettent.

Pour ça, je n’y comptais pas trop… Mes élèves sortaient trop du lot pour qu’ils soient correctement admis par les autres mercenaires. Mais j’avais été comme eux. Ancienne jeune fille exubérante qui refusait de se plier aux lois, j’avais vécu dans le luxe étant jeune contrairement à beaucoup d’entres eux et avais même reçu la formation d’un marchombre. Autant dire qu’il m’avait fallut faire couler beaucoup de sang avant de me faire respecter…. C’était pour cette raison que je ne m’inquiétais pas pour l’avenir de mes apprentis qui désormais, se comptaient au nombre de quatre. Ils deviendraient bien assez puissants pour que les autres les craignent autant qu’ils les respectent…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...] Dim 29 Jan 2012 - 19:19

Kem vit avec stupeur Viladra disparaître pour reparaître devant lui. Cette technique le surprendra toujours. Sans un mot, elle le serra contre elle. Kem fût abasourdi. Malgré son ton froid et son regard neutre, elle avait eu de l'affection pour lui...Avait eu..est-ce qu'elle continuerait ? Ou le verrait-elle comme un Mercenaire banal à partir de maintenant ? Malgré la souffrance, il avait aimé les entraînements à ses côtés.

Le lâchant, elle annonça à l'assemblée qu'il était des leurs. Qu'il devait être accueilli comme l'un des leurs. Ce qui suscita des murmures et autres commentaires. Kem devrait se faire respecter d'une façon ou d'une autre. Etre l'apprenti de la chef se méritait. Une fois fini, les Mercenaires s'en allèrent par groupe, parlant entre eux. Kem et Viladra furent les derniers à sortir.
Elle le regarda une dernière fois, avec le même regard froid et s'éloigna.

Elle lui avait tout de même sourit. Elle était fière. Heureux, Kem marcha vers l'endroit ou il dormait. Il était épuisé. Et le requin avait laissé une belle marque qui mettrait des jours à disparaître...

Il était Mercenaire. Mais il se sentait seul. Qu'allait-il faire ? Viladra occupait toujours ses journées. Et maintenant ? Elle avait d'autres apprentis encore. Il fallait qu'il se fasse un nom chez les Mercenaires. Qu'il aille en-dehors de la Forteresse. Mais ou ? Et faire quoi ?

Soupirant, il marcha sous la lune, heureux et inquiet à la fois.


[j'espère que c'est bon !]


Dernière édition par Kem Al'Ran le Dim 29 Jan 2012 - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Quand l'heure est venue de monter en grade....[rp Vil' +...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lord of Ultima
» Demande pour monter en grade
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]
» Monter son stuff soi même
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Plaines et montagnes de l'Est :: Forteresse principale du Chaos-