Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Retour au bercail... ou presque ! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Capitaine Aline__Membre
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Deag Jörgan
Messages : 4997
Date d'inscription : 29/01/2011
Capitaine Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de *je dois compter*
Aptitudes: Reflexes accrus ; Maîtrise le corps à corps mais mal les lames traditionnelles. A l'aise dans l'eau, mal à l'aise dans les airs ou sur un cheval.
MessageSujet: Retour au bercail... ou presque ! [PV] Sam 10 Mar 2012 - 17:33

Cela faisait quelques mois que Nessa avait rejoint la côte Sud de Gwendalavir à la recherche d'un bâtiment susceptible de lui faire traverser le Grand Océan. Depuis plusieurs problèmes s'étaient imposés. Premièrement elle n'avait même pas de quoi se payer une barque. Elle avait donc envisagé de voler un bateau du port. Mais en y réfléchissant elle avait rejeté cette idée. Si elle devait remettre les pieds sur le continent hors de question que ce soit dans la peau d'une voleuse fugitive. Elle préférait ne pas se faire remarquer. Pas pour l'instant en tout cas... Alors elle s'était adressée directement aux capitaines appariant, tentant de négocier une place à leur bord. Avec son joli sourire et ses grands yeux il était rare qu'on lui dise non et elle était rapidement acceptée. Mais dès qu'elle abordait le thème de la destination les choses se corsaient et elle était irrémédiablement renvoyée à terre. Nuls marins n'étaient encore assez fous pour voguer jusqu'à l'Archipel Aline et y déposer une passagère comme si de rien n’était. Nessa ne pouvait les en blâmer et elle se réjouissait quand même de la proximité de l'Océan.

Un des gardes du port avait remarqué ses allées et venues suspectes et l'avait interrogé à ce propos. Nessa avait répondu avec courtoisie qu'elle cherchait un moyen de prendre la mer, éludant sa destination. La voyant sincèrement déterminée mais visiblement animée d'aucunes mauvaises intentions, il l'a mis en relation avec un homme chargé du bon fonctionnement du port. Un vieux marin bourré d’arthrose et mâchouillant sans cesse une pipe éteinte depuis longtemps. D'abord réticent à engager une jeune femme, les compétences de Nessa lui fit vite changer d'avis. Aussi prit-t-elle son mal en patience et décida simplement d'économiser pour s'acheter un semblant de bicoque capable de la mener jusqu'à l'Archipel Aline sans la faire couler par le fond.

Elle s'était donc résignée, attendant patiemment son heure, menant une vie honnête mais évitant de se mêler aux autres. Elle misait sur la discrétion pour ne pas risquer de tomber nez à nez avec un de ses anciens camarades Mercenaires qui n’auraient pas hésité à lui faire payer sa désertion.
Mais elle s’ennuyait terriblement et bien qu’elle aime plus que tout la proximité de l’eau, pour la première fois elle la voyait comme un obstacle plutôt que comme une alliée. Il lui fallait avancer. L’absence de Blanc Lapin lui pesait, lui aurait sans doute sût la guider et résoudre ce problème. Depuis qu’il n’était plus là elle avait quand même toujours sût quoi faire, et traçait son chemin sans hésitation. Ici elle stagnait. Et pour combler le tout elle commençait à angoisser. Jamais elle n’était restée si longtemps au même endroit, sans bouger. Ce nouvel état d’esprit lui fit réenvisager la possibilité de voler un bateau. Elle les connaissait tous, s’en occupait, savait les heures d’absences des capitaines… Il lui en faudrait juste un petit qu’elle puisse manœuvrer seule. Nessa avait déjà une cible en tête quand apparu son issue de secours. Un bâtiment qu’elle n’avait plus vu depuis… plus deux ans. Mais dont le souvenir, lui, restait brûlant.

L’ironie du sort était qu’elle allait rejoindre son île précisément comme elle l’avait quitté : sur un bateau de Mercenaires du Chaos.


* * * * *

De son éternel pas nonchalant elle inspecta les allées et venus du capitaine Mercenaire et de son équipage. Dès qu’elle perçut une brèche elle l’exploita et monta à bord, se dissimulant parmi les marchandises. Le plan était simple, ne pas se faire prendre, puis voler une chaloupe de sauvetage, s’échapper pendant la nuit une fois suffisamment proche de l’Archipel. Bien sûre si elle était découverte elle serait tuée. Mais quitte à mourir autant que ce soit en mer ! Et en y réfléchissant bien d’ailleurs, elle aimait autant ne pas mourir du tout. Ça aussi c’était une nouvelle prise de conscience ! Il n’y a pas si longtemps la notion de vie et de mort ne lui importait guère.
Mais aujourd’hui elle voulait vivre. Pour rejoindre son île.


* * * * *

Les premiers jours se passèrent sans embûche. Silencieuse et très prudente, Nessa se terrait dans la cale, les membres ankylosés à force d’être pliée comme un origami. L’avantage c’est qu’elle avait tout à portée de main. De quoi grignoter, un hublot pour ne pas étouffer, et même un seau pour… enfin bref. Il n’y avait pas beaucoup de mouvement et les pas naturellement feutrés des Mercenaires ne filtraient qu’avec peine. Au point qu’elle avait du mal à identifier leurs habitudes et leur nombre. Dur dur, dans l’incertitude, de voler une chaloupe et de prendre le large sans se faire repérer. Ce qui la força à mettre le nez dehors pour s’instruire. Cela failli lui couter la vie mais la Dame devait veiller sur elle car le matelot qui l’entendit prit le grincement de porte pour un cri de souris et ne chercha pas plus loin.
L’entreprise s’avérait plus dangereuse que prévue. Trop de Mercenaires, trop de sens aiguisés et de lames affutées. Deux nuits d’affilées ses réflexes la sauvèrent in extremis de situation pour le moins délicate, puis enfin, une opportunité ! Le mercenaire de garde endormi loin des chaloupes, Nessa ne perdit pas un instant. Mettant à profit l’enseignement reçu lorsqu’elle était elle-même mercenaire, elle se déplaça en silence, dénoua la plus éloignée des chaloupes et la descendit lentement sur les flots. Le frottement du bois et de la corde lui agressait les tympans et elle était sûre que cela allait réveiller le garde. Cela ne manqua pas. Il avait beau être novice, le mercenaire n’en était pas plus sourd au clapotis que fit la petite embarcation sur l’eau, il s’éveilla.


- Hey toi qu’est-ce que tu fais ?

Alice Tîwele ne se laissa pas trahir par la peur. Elle offrit au jeune homme son regard d’autrefois. Enfantin et pourtant luisant d’une lueur inquiétante, renforcé par un demi sourire carnassier. Ses anciens camarades pourraient en témoigner, cette attitude mettez mal à l’aise. L’effet fonctionna, elle le vit au léger mouvement de recul de l’apprenti.

- Je mets cette chaloupe à la mer. Il me faut rejoindre les Pirates.

- Je n’ai pas été prévenu de cette expédition, répliqua-t-il d’un ton cinglant dépourvu d’expérience.

- Les dormeurs sont souvent sourds aux ordres, fit-t-elle du tac o tac. Garde l’œil ouvert la prochaine fois et estime toi heureux que je n’informe pas le capitaine de tes siestes., menaça-t-elle avec aplomb tout en défaisant la dernière attache retenant encore la chaloupe au navire. Elle fit mine de passer par-dessus bord mais le jeune Mercenaire réagit. Rapide ces bougres de mercenaires, ce souvint Nessa juste à temps pour glisser son bras hors de l’étreinte de l’apprenti. Surprit celui-ci tenta de l’agripper à nouveau. Erreur de débutant. Nessa souleva l’amateurisme d’un « tt tt tt » méprisant qui le mit en rogne.

- Tu restes ici !, grogna le jeune homme. Tant que je n’ai pas confirmation du commandant tu restes à bord.

Comme si les mots la retiendraient d’avantage que des bras… Mais le jouvenceau élevait le ton et cela devenait dangereux. Hors de question qu’il ameute les autres, elle n’y survivrait pas. Nessa stoppa donc son mouvement, ré-enjamba le bastingage, et s’approcha de l’apprenti de son pas flegmatique maîtrisé tout en penchant légèrement la tête sur le côté. Cette fois ce sont ses précédentes victimes qui auraient pu témoigner : cela n’était pas bon signe du tout. Instinctivement le jeune homme fléchit les genoux et porta la main à sa dague. Nessa ne s’en formalisa pas.

- Quel est ton nom et celui de ton maître ? demanda-t-elle sur le ton de la conversation.

- Jarr. Rui est mon maître.

Nessa éclate de rire. Ainsi son ancien maître s’était trouvé un nouvel apprenti ? Piteux pour le moins, il avait dû lui être imposé, jamais Rui ne se serait abaissé à pareil élève. Et un homme en plus, elle était bien placée pour savoir qu’il préférait les jeunes filles prometteuses.

-Et bien et bien « Jarr », tu salueras Rui pour moi. Dis-lui que Nessa Minyatur le remercie…

Sur ce elle passa à l’action, si vive que l’apprenti absorbait à peine l’information quand sa tête heurta le bastingage. Il ne devait se réveiller qu’au matin.

* * * * *

Tout ne s’était pas passé exactement comme prévu…

Dans son idée, Nessa se voyait jeter l’ancre dans une petite plage à l’abri des regards, rejoindre le clan Tîwele et réclamer audience à son grand-père. Elle lui révélait ensuite son identité et recouvrait son statut de Pirate Aline. Avec tous les avantages relatifs au fait d’être l’unique petite fille de Gaeys Tîwele.
Raté.
Au lieu de ça elle n’avait jamais atteint sa fameuse petite plage. Non, elle avait été interceptée par un bateau Pirate. Celui-là même qui devait commercer avec les Mercenaires. De toute évidence elle n’avait pas fait un assez grand détour… Rapatriée à bord elle fut soumise à un rude interrogatoire qui, vu sa franchise et son don pour les emberlificotions verbales, sauva sa tête autant qu’elle la mit en péril. C’est finalement un matelot qui confirma son identité. Il faisait partie du même équipage qu’elle dans le temps. Il racontât aussi comment elle était passée chez les Mercenaires. Ce qui bien sûre ne rassura pas le capitaine qui crût à une tentative d’infiltration ou aux prémices d’une attaque. Évidemment à force de fricoter avec le chaos il était devenu un brin parano… En clair, Alice n’avait pas encore mit un pied sur l’Archipel qu’elle venait déjà de créer un incident diplomatique. Tandis qu’elle était emprisonnée dans la cale – décidément elle songeait à en faire ses appartements- les Pirates s’échauffaient, prêts à en découdre. Seule et partiellement agacée, Nessa tournait et retournait un plan dans sa tête.
Risqué.


* * * * *

Son pouls s’accélérait tandis que ses muscles se contractaient involontairement. Une boule se formait au creux de son estomac et une autre l’avait prise à la gorge. *Angoisse…*, se rappela-t-elle. Probablement le sentiment le plus désagréable qu’elle ait expérimenté jusqu’ici. Forcément, après vingt ans de néant émotionnel le retour à la réalité était parfois rude. Heureusement elle conservait son esprit analytique et il ne lui fallut qu’une poignée de seconde pour recouvrer son calme. Elle se félicita intérieurement et planifia son coup. Certes elle était enfermée dans la cale. Mais pas pour longtemps. On ne garde pas enfermée une ex-mercenaire, d’autant qu’une cale regorge d’outils pratiquent et qu’on ne l’avait pas attaché. Ce dernier point aussi aurait été des plus grotesques d’ailleurs !
Il lui fallait agir vite. Juste avant qu’on ne vienne la chercher pour l’exhiber comme prisonnière aux Mercenaires. Son gardien derrière la porte ne comprit pas ce qui se passait. Il entendit du bruit, exigea le silence, et sentit une main effleurer son cou. Une caresse plutôt agréable qui le plongea dans un sommeil de plomb. Nessa l’enjamba tranquillement.
Direction les canons…


* * * * *

Furieux, les Pirates injuriaient respectueusement les Mercenaires. Criant à la trahison sans oser ouvrir les hostilités. Nessa ne pouvait pas les en blâmer. Il aurait été fou d’agresser les serviteurs du Chaos, ce serait signer leur perte. De retour dans sa cale, elle avait ligoté et bâillonné son gardien avec qui elle partageait désormais les lieux en attendant qu’on vienne la chercher.
Compte à rebours.
Personne n’était au courant de sa petite sortie et elle riait par avance de sa surprise. Enfin… il allait falloir activer les choses quand même. De ce qu’elle entendait des « conversations » les Mercenaires croyaient à une ruse Pirate pour rompre leurs accords. De toute évidence Jarr avait tut sa mésaventure. Il fallut donc sortir la preuve et Nessa fut amenée devant les Pirates. L’un des Mercenaires la reconnu et envoya chercher Rui. Cette fois Alice avait nettement mois envie de rire. Ce n’était pas vraiment de la peur qu’elle ressentait, mais plus de la crainte. Elle n‘avait jamais terminé son apprentissage avec Rui, elle l’avait trahi en quelque sorte et elle… oui elle s’en voulait un peu. Il n’avait jamais été foncièrement méchant avec elle et elle se souvenait qu’elle appréciait sa conversation. Il était vif d‘esprit et ne s’ennuyait pas de ses palabres. Sans compter qu’ils avaient été amants. Le revoir l’incommodait. Pourtant quand il apparut, tout de noir vêtu, sa démarche souple et le regard froid, elle le trouva très séduisant et lui offrit son sempiternel demi-sourire. Elle jouait l’insolence pour dissimuler son trouble. Elle vit la mâchoire de Rui de crisper quand il la reconnu enfin, mais il se reprit bien vite et lui rendit son sourire, son regard passant d’une émotion à l’autre pour enfin s’arrêter sur le dédain.


- Tiens tiens qui avons-nous là… Nessa, cela faisait longtemps. Alors comme ça on monte sur mon bateau sans dire bonjour ? C’est très vexant tu sais.

Bizarrement un drôle de silence c’était abattu sur les deux navires. La présence de Rui faisait toujours cet effet. Les Pirates s’autorisaient tout juste quelques murmures et des ricanements fusèrent du bâtiment Mercenaire. Rui les fit taire d’un signe de main. Nessa ne se laissait pas facilement impressionner, une qualité que son ancien maître convoitait.

- Moins vexant que d’être remplacée par un incompétent, disons que nous somme quitte ![, lança-t-elle d’un ton où perçait une ironie méprisante. Elle avait conscience de jouer avec le feu mais ça faisait partie de son plan. Rui fût piqué au vif et foudroya Jarr du regard. Nessa ne s’était pas trompée, son apprenti lui avait été imposé, sans doute en gage de punition suite à son abandon.

- Il est certain qu’il ne sera jamais en mesure de me satisfaire autant que toi, susurra Rui en reportant son attention sur Nessa. Celle-ci l’honora d’un clin d’œil aguicheur qui confirma le double sens des paroles du Mercenaire. S’il avait voulu l’humilier c’était raté, elle assumait parfaitement ce genre de chose. Les Pirates ne savaient plus très bien comment réagir. Apparemment la jeune fille n’était pas ou plus une Mercenaire mais si elle était née Pirate elle avait été exilée en changeant de vie. Les Mercenaires devaient donc rendre leur justice en punissant sa désertion, et les Pirates en punissant son retour clandestin formellement interdit. Très bien messieurs Pirates, nous nous occupons de cette félonne.

Il claqua des doigts pour envoyer un de ses hommes la chercher mais le capitaine Pirate s’y opposa.

- Hum… si elle n’est plus l’une des vôtres alors c’est notre prisonnière.

La situation prenait la tournure souhaitée. Nessa comptait dans sa tête, dans peu de temps…
Voyant que Rui ne saisissait pas tout, elle mit de l’huile sur le feu.

- Et oui ! Vois-tu je ne suis plus Nessa Minyatur l’ex Pirate devenue Mercenaire que tu as connu. Permet-moi de te présenter Alice Tîwele, ex-mercenaire du chaos, née Pirate, exilée deux fois. J’ai été repêchée en Mer Aline, mon sort est entre les mains de ma Guilde.

Nessa ne savait pas ce qu’elle préférait. Les murmures à la fois excités et effrayés des Pirates en entendant son nom, ou la mine décomposée de Rui qui commençait à comprendre.
Ce qui se passa ensuite alla au-delà de ses espérances. La tension monta, le mercenaire désigné tenta de monter sur le bateau Pirate mais ils ne l’entendirent pas de cette oreille. Galvanisés à l’idée d’avoir capturé une Tîwele –leur plus farouche opposant- et d’entailler leur réputation, la vigie cria « A nous Tîwele ! » gonflant le courage de ses compagnons qui firent barrière aux Mercenaires. De leur côté ces derniers s’énervaient aussi, refusant d’abandonner une traître dont la livraison les feraient bien voir aux yeux de leur supérieurs.
La confrontation engendra un chaos qui atteint son paroxysme quand…

*Maintenant !*
…un canon Pirate explosa, crachant un boulet sur le bateau Mercenaire. Aussitôt un ange passa puis… l’apocalypse. Les Mercenaires répondirent à l’attaque en armant leurs propres canons et bientôt des éclats de bois s’éparpillèrent aux alentours. Nessa en profita pour disparaître. Elle employait rarement un vocabulaire trop familier mais, quand elle plongea se dérobant aux yeux de tous, une seule pensée lui vint à l’esprit : elle venait de foutre un sacré bordel…

* * * * *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2028-journal-de-bord-d-une-pirate-l

Retour au bercail... ou presque ! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» hope et rj retour au bercail ......ou presque (pv brooke , hope et rj)
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Vue sur l'Océan :: Grand Océan du Sud-