Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

De retour...[pv Misao, Viladra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 10 Juin 2012 - 22:06

[désolée je n'ai pas pu finir avant 50....cela m'a donné 4 pages word tout de même ^^ tu me dis si je dois changer ^^]

Misao baissa lentement les yeux, l'air coupable peint sur le visage. Apparemment, les mots l'avaient touchée. Il s'en voulut de la voir ainsi, mais en même temps, il fallait qu'elle sache la vérité tout de même.
Elle inspira et déclara :


-Désolé, je ne voulais pas me comporter ainsi. J’ai vraiment été horrible. Mais je ne pourrais jamais t’effacer et surtout pas…

-Oh ! Mais qu’est-ce que tu fais ici le toutou ?

Kem avait écouté Misao attentivement, mais la seconde phrase le fît relever la tête en sursaut. Lewis était devant eux, le regardant de tout son haut. Le silence qui s'installa fût brisé par la Rêveuse qui se releva d'un coup et vociféra :

-De un tu frappes avant d’entrer ! De deux, tu ne coupes pas la parole et de trois dis encore une fois que Kem est un chien et je te jure que tu n’auras pu à frapper à cette porte puisque tu ne reviendras jamais. Compris ?

Kem regarda Lewis et écouta ce qu'il répondit. Il consenti à frapper à la porte, mais complimenta la Rêveuse qui lui demanda ensuite ce qu'il venait faire.

-Bah ! Je voulais terminer la petite balade de hier puisqu’elle avait été interrompue par ton… Kem.

Kem serra les poings. Quel culot ! Il venait demander à se promener ? Il se contint, affichant un air calme pendant que Misao refusait dans l'immédiat et que l'autre rétorquait qu'elle devait manger. En effet, son ventre avait grogné violemment.
Le bonbon rose s'en alla enfin et Misao se réinstalla près de lui pour dire :


-Je suis désolé si je ne te montre pas assez que je t’aime mais tu sais je n’ai pas eu de mère. J’ai été élevé par mon oncle qui n’est pas tellement un sentimental, il m’engueule le plus souvent pour me montrer qu’il m’aime. Et puis sinon il y avait le troisième âge, c’est eux qui m’ont appris la plupart de mes conneries. J’étais leur élève. Pour papy tu devines que lui non plus c’est pas le genre des câlins. Y a juste Sacha que je considère comme un frère. Lui aussi, il a perdu ses parents, c’est un des rêveurs qui l’a recueilli. Donc tu vois, on m’a pas tellement habitué à être tendre… Et puis t’es pas un bon à rien, c’est juste moi qui t’es pas laissé le choix. N’hésites pas à me faire la morale quand il le faut, de toute façon j’en suis pas à une prêt.

Il baissa la tête. Oui, il pouvait comprendre. Alors il l'aiderait à s'ouvrir sur ce côté là. Ses parents n'avaient pas non plus eu le temps de l'éduquer correctement sur le plan de l'amour, ayant d'autres choses plus importantes à faire, mais ils lui avaient tout de même dit et redit que l'amour d'une femme est plus important que tous les trésors de la planète et qu'il fallait en prendre soin. Encore plus que notre propre vie. Ils lui avaient dit d'être toujours correct envers une femme, de ne jamais leur faire de tort. Et, enfin, son père lui avait dit que celle qui sera tombée amoureuse de lui devra être choyée comme elle le méritait.

C'est ce qu'il s'efforçait de faire avec Misao. Et il se promit de l'aider. Ensuite, elle découvrirait à quel point c'est merveilleux d'être doux et tendre avec celui que l'on aime…Elle pouvait rester naturelle, il n'avait rien contre. En plus c'était ce naturel qu'il aimait tant chez elle en plus…


Le cours de ses pensées fût interrompu par la Rêveuse, qui colla ses lèvres sur les siennes en un long baiser amoureux. Le plus long qu'elle lui ait donné depuis tout ce temps et de sa propre initiative. Il était aux anges, il fallait l'avouer. Elle ne s'était pas mise en colère après ce qu'il avait dit.
Lorsqu'elle se détacha de lui, elle resta près de son oreille pour lui dire qu'une femme aime se faire désirer. Il sourit alors qu'elle quittait la pièce pour manger. Se faire désirer hein ?

Il se leva à son tour et entra dans la pièce principale. Il y découvrit un blessé fraîchement soigné, Moon qui affûtait un poignard dans un coin, Dan qui réclamait à manger et Lewis assit à ses côtés. Cette vue raviva la jalousie, mais Kem la mit de côté. Ne pas tout gâcher une nouvelle fois.
Il ne fît pas attention à la dispute générale sur le calme de la maison, s'installant à table, le plus loin possible de Lewis et de ses cheveux. Ils mangèrent tranquillement, parlant de tout et de rien, surtout de rien. A la fin, Misao débarrassa puis vint se blottir dans ses bras. Il la serra contre lui, mettant ses mains autour de sa taille pour l'empêcher de tomber, bah oui elle était sur ses genoux tout de même ! et profitant du contact, tout simplement.
Mais, comme toujours, Lewis mit fin à tout ceci en rappelant à Misao qu'ils devaient se promener. Misao l'interrogea alors du regard pour savoir s'il venait aussi. Il acquiesça. Question idiote. Bien sûr qu'il venait avec.
Bref, ils sortirent tous trois, la Rêveuse lui tenant la main.
Ils marchèrent quelques minutes et Kem vit Lewis mettre sa main autour des épaules de Misao. Exaspéré, il tira doucement la Rêveuse vers lui, alors qu'elle se dégageait d'elle-même.

Lewis le regarda, l'air mauvais. Lâchant Misao, Kem se mit face à lui. Il n'allait pas le frapper. Non, il en avait un peu marre de frapper pour n'importe qu'elle raison. Et Lewis n'en valait pas la peine.

-Tu refais un truc pareil et tu diras bonjour au sol. Pigé ?

Lewis ricana et répondit :

-Tu sais, il faut se montrer bien plus serviable avec ses chéries. On dirait que tu ne le sais pas.

Kem le regarda en haussant un sourcil. Serviable ?

-Ben oui mon cher toutou, elle fait tout chez vous, faudrait peut-être l'aider non ?

Kem tapa du doigt la poitrine de l'autre, jusqu'à ce qu'il écarte sa main.

-Déjà, je ne suis pas ton chien. Ensuite, je l'aide comme je peux aussi. Et Misao est à moi. Alors tu ne la touche plus.

Il sourit une nouvelle fois.

-A toi ? Il n'y pas ton nom marqué sur son front. Tu l'as achetée combien ?

Il se foutait de lui ou quoi ?

-Lewis, je ne me répèterais pas. Boucle-là et dégage maintenant. Je ne veux plus te voir. Ni ici ni à la maison. Tu franchis le pas de la porte pour une raison autre qu'une blessure à soigner et je te jette dehors à coup de pied aux fesses.

-Tu me fais si peur que je tremble. Et puis je pense qu'elle est assez grande pour décider non ? Elle nous la bien montré. Elle te mène par le bout du nez…

Kem inspira un grand coup. Il ne voulait pas le frapper. Il voulait "faire plaisir" à Misao. Lui montrer qu'il savait se contenir. Mais vu les répliques qu'il se mangeait dans la face…et son peu de talent dans le maniement des mots…

-Je te laisse une dernière chance. Après je te frappe. Pars maintenant. Et ne cherche plus à la voir. Elle est prise.

Le bonbon fît un pas en arrière et rétorqua :

-Elle est prise ? Sûr ? Les femmes sont des menteuses Kem. Sans exception.

-Je ne te crois pas. Dégage !

-Non. Nous avons une promenade à finir il me semble.

-Je n'ai plus envie de me promener avec toi.

-Peut-être que Misao si.

Kem se retourna et regarda la Rêveuse. Elle était immobile et son visage ne reflétait pas grand chose qui pourrait dire si oui ou non elle avait envie.
Lewis, culotté comme il l'était, passa devant Kem et prit Misao par le bras, commençant à marcher, bras dessus, bras dessous. Kem ferma et rouvrit les yeux pour être sûr de ne pas rêver. Les rattrapant, il mit sa main sur l'épaule de Lewis et le tourna de force vers lui, l'obligeant à lâcher Misao qui elle-même avait voulu se dégager.

Kem le retint fermement.


-Je t'avais dit de ne plus la toucher. Que cherches-tu ? La mort ? Si c'est sa je peux t'offrir le voyage…

Lewis pâlit. Il venait peut-être de comprendre qu'il n'avait pas n'importe qui devant lui.

-Je ne veux pas mourir de la main d'un chien. Lâche-moi je te prie. Tu salis ma tunique.

Kem sourit. A bon, il le salissait ? D'un geste vif, il l'envoya au sol, s'écrasant dans une flaque de boue. La tunique comme les cheveux et le visage étaient maculés de boue.

-Désolé. Je ne suis pas un chien très propre. Déclara Kem, ironique.

Misao allait l'engueuler de nouveau. Quoique, il n'avait pas frappé. Et elle souriait légèrement.

Laissant Lewis le maudire, il reprit la main de Misao et continua la promenade avec elle. Lewis reviendrait à l'attaque, mais pour le moment, il s'en fichait.


Repensant aux paroles de Misao, il décida d'y répondre :

-Tu n'as pas été une peste. Ne culpabilise pas. Et pour ton éducation, je vais t'aider. Je vais essayer du moins. Je serais toujours là pour toi tu le sais.

Il lui sourit en caressant sa joue, ignorant les Mercenaires autour d'eux.

-Et pour Lewis, excuse-moi…il m'a énervé. Mais je me suis retenu tu vois…

Il sourit plus franchement et l'entraîna dans le coin isolé derrière les maisons, là ou il aimait être pour réfléchir. S'asseyant dans les buissons, se dérobant à la vue de tous, il la prit sur ses genoux et l'embrassa partout.

-Etre tendre, c'est déjà être avec celui ou celle que l'on aime et lui offrir son amour.
Dit-il en s'arrêtant.

Dos au rempart, Misao sur ses jambes, il était réellement bien. Tellement bien…

Jusqu'à ce qu'il entende Lewis, au loin, crier au scandale, crier des choses absurdes. Kem comprit qu'il était question d'une tricherie. Et la tricherie était très mal vue chez les Mercenaires. Alors lorsqu'il entendit une phrase, il serra les poings :

-Le combat était déloyal ! Il m'a poussé dans la boue sans que je m'y attende ! Parce qu'il sait que je suis meilleur que lui ! Quel beau chien il fait, notre Kem !

Reposant Misao de côté, Kem se releva et lui dit :

-Tu es sûre que je ne dois pas le frapper ?

Il la regarda attentivement. Elle semblait aussi exaspérée. En même temps, c'était débile de la part de l'ourson. Quoique…maintenant les autres Mercenaires allaient le rechercher pour demander réparation. Il serait obligé de tous les battre, pas à mort heureusement, jusqu'à ce que lui même n'est plus un gramme de force dans le corps.

Et s'il devait réellement le faire, il le ferait. Parce qu'il n'était pas faible. Et encore moins un tricheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 13 Juin 2012 - 20:41

Je me relevai à mon tour et regardai dans la direction de Lewis. Qu’est-ce qu’il pouvait être bruyant !

« A ta place je lui aurais déjà refait le portrait mais bon je suis non-violente alors je vais éviter. dis-je puis je hurlai dans la direction du nounours, Oh ! T’arrêtes un peu de beugler le chew gum ! Surtout si c’est pour dire des conneries ! »

Je sortis de derrière les buissons avec agilité alors que l’autre s’approchait.

« -C’est la vérité. Et puis pourquoi tu interviens ? C’est le chien qui t’as demander de le protéger parce qu’il a peut c’est ça ? dit Lewis
-Non, je voudrais juste éviter un combat, histoire d’éviter que mon PETIT-AMI, ne te casse pas la gueule et donc que je n’ai pas à te soigner.
-Ça m’étonnerait qu’il y arrive. Et puis je croyais quand même que tu serais pas plus offusqué que ça.
-Je serais offusqué par quoi ?
-Par le fait qu’il te traite comme si tu étais un simple objet. Elle est à moi et tout le reste. C’est pas ce que j’appelle une grande liberté, ça ! »


Je ne dis rien, gardant tout de même un visage impassible. Je devais avouer que je n’avais pas trop apprécié cette sur possessivité de la part de Kem mais bon… On dit que c’est mon chien alors comme on est quitte. Même si je ne suis pas son objet et que lui n’est pas mon toutou.

« Je préfère déjà être son objet que le tien. » dis-je

Il haussa les sourcils mais ne trouva rien à répliquer car il changea de sujet. Il me dit de partir car les autres allaient bientôt arrivé pour demander réparation pour cette histoire de combat et tout le bidule.

« Parce qu’il y a eu un combat peut être ? Non, y a juste eu toi et ta connerie qui êtes venue nous faire chier, ok ? Alors tu vas voir ailleurs si on y est ! »

J’avais parlé avec une voix beaucoup plus menaçante mais c’est sûr qu’avec mon apparence toute fragile ça n’avait pas dû être très crédible. Je croisai les bras et regardai Lewis de haut en attendant qu’il s’en aille. Enfin, s’il comptait le faire. Kem n’avait sûrement pas apprécié que j’intervienne ainsi mais je m’en fichais. Tout ce que je voulais c’était évité qu’il se batte pour qu’il ne soit pas blesser. Ce n’était pas parce qu’il avait été l’apprenti de Viladra qu’il était infaillible. Mais je fis un pas en arrière, je n’allais quand même pas recommencer à le traiter comme mon chien. Puis Moon arriva en courant, elle avait l’air affolé et je levais les yeux quand elle me raconta ce qui se passait à la maison. Un nouveau blessé avait été amené et il n’arrêtait pas de hurler. Alors l’autre mercenaire c’était mis à crier à cause du bruit et Dan avait fini par péter un plomb et menaçait de tuer tout le monde. Pourquoi fallait-il que les blessés arrivent tous en même temps ? Je soupirai puis me tournai vers Kem, ça m’étonnerait qu’il vienne avec moi, il devait sans doute se battre. Le regard qu’il me lança me le confirma, je le pris dans mes bras et lui demandai de revenir en parfaite forme. Bah oui, s’il pouvait rentrer à la maison entier et sans que j’ai besoin de le soigner ça serait vraiment pas mal. Puis je partis alors que Moon restait pour aider Kem. Quand je fus arriver à la maison j’entendis en effet une grande clameur, j’entrai dans la salle où j’avais mis les lits et je trouvai deux mercenaires en train de retenir mon cousin qui était furieux et couchés les deux autres qui hurlaient comme des déments. J’essayai de les calmer mais ça ne marcha pas alors je m’approchai de Dan pour commencer.

« Tu vas aller défoncer des gens dehors. Vas te calmer en aidant Kem s’il te plaît. puis je m’adressai aux de hommes qui aillaient bien, Bon alors toi, tu vas aller assommer celui qui arrive pas à dormir et toi tu vas me bâillonner celui qui souffre. Je préfère vraiment quand vous souffrez en silence. »

Puis je déroulai un rêve et bientôt la maison redevint silencieuse. Je ne doutais pas un seule instant que d’autres allaient arriver à cause du combat. En attendant je me mis à chanter accapella, ça ne me ferais pas mal. Quelques temps après je vis entrer Moon qui boitait, suivit de Dan qui avait le visage en sang vu comme ça, il s’était ouvert l’arcade sourcilière et son nez saignait aussi. Puis vint le tour de Kem qui se tenait le bras. Dans l’ensemble il n’y avait rien de grave mais je m’en voulus ne pas être resté près d’eux. Mais quand Lewis entra je me retins de ne pas pousser un cri de déception, on allait devoir se le coltiner encore plus longtemps. Surtout que lui ça avait l’air d’être grave. Je me précipitai vers mon petit-ami alors que mon cousin rallait parce que je ne pensais qu’à lui.

« C’est toi qui l’a démolie ? Bon, d’abord asseyez-vous tous ? Il y a beaucoup d’autres blessés ? Je sens la débandade arrivait ! » dis-je

Je les soignais tous même si je mis beaucoup de mauvaise volonté pour le nounours puis d’autres mercenaires arrivèrent mais il n’y avait pas tellement de blessures grave alors ils repartaient presque aussitôt après que je les ai soigné. Puis j’allais voir Kem qui était debout près de la fenêtre mais Lewis m’appela.

« -Je suis vraiment désolé, j’ai été con. dit-il
-Ça c’est sûr.
-J’aimerai me rattraper.
-Comporte-toi en adulte et ça devrait suffir.
-Ok. »


J’avais l’impression que ses excuses n’étaient pas sincères mais je préférai mettre mes doutes de côtés. J’avais déjà Midnight sur le dos pas la peine d’avoir un autre ennemi. D’ailleurs on l’avait pas revue depuis un moment celle-là, je me demandai vraiment où elle était passée. Enfin, je n’allais pas non plus me plaindre. Puis je repartis de nouveau vers mon petit-ami, le serrant dans mes bras.

« Tu sais ce que j’adorerai avoir ? demandai-je d’un coup, Un gros chat, bien paresseux comme il faut ! J’ai toujours adoré ces animaux. »

Va savoir pourquoi j’avais dit, j’y avais pensé d’un coup et ça m’avait rappelé ceux qu’ils y avaient à Fériane. La plupart était plutôt sauvage, ne passant que pour manger ou dormir mais certains étaient toujours à la même place. Ils nous regardaient nous agiter, nous les humains, avec un détachement à peine croyable, ils semblaient toujours si calmes et posés comme si rien ne pourrait jamais les déranger. J’avais l’impression que leur réalité était toujours à l’opposé de la nôtre.

***

Quelques jours passèrent ainsi, tranquillement, Midnight n’avait toujours pas ressurgit. Les joutes verbales rythmaient les journées qui me semblaient aussi calme que celle des chats ou presque. Des fois je n’avais presque plus l’impression que j’étais dans la forteresse des mercenaires. Lewis aussi s’était calmé, enfin c’était ce que je croyais. Quand il fut totalement rétablit, il se remit progressivement à me draguer et à traitais Kem ne chien. J’avais eu raison de doutait de ses excuses. Surtout lorsqu’il m’embrassa. Enfin, sur la joue parce que j’avais eu le réflexe de tournait la tête. Il était en train de s’engueuler avec mon petit-ami, pour la cinquième fois de la journée. Moon se massait, assise à côté de la table, Dan tapait en rythme sur celle-ci alors que moi j’écoutais d’une oreille distraite. Quand l’autre truc rose c’était approché de moi, s’était penché vers moi en m’attrapant. Donc là, j’avais tourné la tête juste à temps puis je mettais levé, me libérant de son emprise et faisant valser ma chaise.

«-Putain mais tu vas pas bien ou quoi ? C’est quoi ton problème ? hurlai-je
-Ben puisque tu m’as pas l’air de vouloir lâcher le toutou, je me suis dit que peut être… commença-t-il
-Peut être quoi ? T’es vraiment trop con ! Dégage ! »

Cette fois mon cousin et la lune à côté avaient relevé la tête et s’étaient tendus. Je n’osais même pas imaginer l’état de Kem et je n’osais pas tellement regarder. Il allait sûrement le massacrer. En fait pas sûrement, c’était sûr.


[Désolé mais j'ai vraiment pas le temps de mettre les codes, j'ai plein de rp à rattraper et je dois pas perdre de temps avec ça.]
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 13 Juin 2012 - 21:43

La réponse de Misao l'étonna.

-A ta place je lui aurais déjà refait le portrait mais bon je suis non-violente alors je vais éviter.

Elle était sérieuse ? Et lui qui se retenait ! Puis elle beugla sur le bonbon qui approcha d'elle. Kem restait légèrement en arrière. Il entendit des bribes de leur dispute. Et cela suffit à l'échauffer. En plus, il voyait du coin de l'œil des Mercenaires arriver, certains tout simplement curieux, d'autres avides de se battre.

Mais bon, il ne lui avait pas dit de le défendre. Il était assez grand pour cela encore. Même s'il savait qu'elle ne le faisait que pour éviter la violence. Il la vit faire un pas en arrière et il s'avança à son tour. Il y avait beaucoup de candidats à la bagarre. Un peu trop même. Ses forces n'étaient pas éternelles. Mais Moon débarqua en courant, expliquant que Dan menaçait de tuer tout le monde à la maison. Misao prit immédiatement les choses en main et y alla, non sans l'avoir pris dans ses bras en lui disant de revenir en un seul morceau. Bien sûr…qu'allait-elle croire ? Il la regarda s'éloigner et constata que Moon ne la suivait pas. Se tournant, il la vit à ses côtés, tendue. Il voulut lui parler, lui dire d'aller prêter main forte à la Rêveuse, qu'il se débrouillerait tout seul, mais n'en eut pas le temps.


-Tu as besoin d'aide toutou ?

Lewis était toujours aussi arrogant, malgré la boue. Kem ne répondit pas. Lui n'avait-il pas besoin de tous les Mercenaires pour l'affronter ?
Ceux-ci se plaçaient derrière Lewis, tous sourires, même s'ils ne comprenaient rien.
Kem resta droit comme un I, bras croisés, jusqu'à ce qu'il voie Dan sortir de la maison et courir vers eux.


-Je veux participer à la fête! Dit-il.

Kem sourit et regarda Lewis. A trois, ils auraient peut-être une chance de mettre K.O tous les Mercenaires en gardant un peu de leurs propres forces.
Puis tout s'enchaîna. Si vite que Kem faillit être débordé.
Tous les Mercenaires se ruèrent sur eux, poings brandis, criant comme des forcenés. Ils les encerclèrent et tout partit en vrille…

Il fût rapidement séparé de Moon et de Dan. Les mettant dans un coin de sa tête, il se concentra sur son propre combat. Deux Mercenaires se jetèrent sur lui, le faisant rouler au sol. Aplatit, il rua, frappa l'un avec son coude, le faisant tomber, puis d'une secousse se dégagea. Il se releva juste à temps pour voir un autre homme venir. Il se pencha et l'agrippa aux jambes, le faisant retomber derrière son dos.

Mais plus il en jetait à terre, plus il en venait. Du coin de l'œil, il aperçut Dan. Il se défendait bien et avait déjà le visage au sang. Moon était plus loin, sans blessure visible pour l'instant. Lui, il cherchait Lewis. Et le trouva. A l'écart, attendant sagement qu'ils soient affaiblis pour porter le coup fatal. Se frayant un chemin, Kem s'en approcha, le prit au col et le jeta face contre terre. La, il le rua de coups de pieds partout ou il pouvait, jusqu'à ce que deux autres Mercenaires le prenne par les bras et le forcent à reculer. Kem se débattit, mais ils le tenaient trop fermement. Et…ses forces s'amenuisaient tout de même. Lewis se redressa, le visage en sang aussi maintenant, se tenant les côtes. Il regarda Kem d'un air mauvais puis fît un signe à celui qui le tenait à gauche.

Et Kem ne put réagir qu'il lui tordait le bras, l'obligeant à se courber pour éviter une fracture. Lewis s'avança, le caressa et murmura :


-Les chiens….je les aime pas.

Puis il lui donna des coups dans le ventre, forts et violents. Si bien que, lorsqu'ils le lâchèrent, Kem s'affala à genoux, respiration coupée. Sa vision devenait floue mais il la força encore. Lewis repartait sagement, flanqué de ses acolytes. Moon boitait maintenant. Dan n'avait rien d'autre que le nez et l'arcade sourcilière en sang. Il se releva, et son bras lui fît mal. Déboité. Magnifique. Le tenant d'une main, il chercha un autre adversaire. Qui jaillit devant lui. Kem pivota sur lui-même pour l'éviter et, du revers de la main, frappa à la nuque. Paralysé ou mort, il l'ignorait et s'en fichait. Cela ferait moins de boulot à Misao. Parce qu'elle allait en plus devoir tous les soigner. Et il ne pourrait même pas lui de ne rien faire pour lui, elle n'obéirait pas. De toute façon, il avait envie qu'elle ôte cette douleur lancinante qui partait de son épaule, se propageait dans son dos et jusque sa main.
Il était essoufflé. Mais une main sur son épaule le fît sursauter. Ce n'était que Dan.


-C'est fini. Viens.

Kem fronça les sourcils et regarda autour de lui. Les Mercenaires étaient tous au sol, se tordant de douleur pour certains, les autres grimaçant de rage. Lewis se redressait. Et quelqu'un l'avait tabassé bien pire que lui. Il avait le visage en sang, se tenait les côtes et avait des griffures sur les jambes. Tant pis. Et bien fait pour lui aussi.

Dan s'éloigna vers la maison, et Moon l'aida à se redresser un peu mieux puis suivit le cousin. Avançant derrière eux, lentement, il regarda la place. Les Mercenaires se relevaient, certains aidant des compagnons, d'autres riant et se félicitant. Pour eux, c'était un entraînement, rien d'autre.


Il entra dans la maison, se tenant le bras. A peine entré, il sentit une autre présence. Se tournant, il vit Lewis. Il retint une grimace. Et encore une autre lorsque Misao se jeta dans ses bras, faisant foudroyer celui qui était déboité.

Il hocha négativement de la tête lorsqu'elle demanda si c'était lui qui avait frappé ainsi le nounours. Malheureusement, il n'avait pas eu le loisir. Il ne savait pas si c'était Dan, Moon, ou encore un Mercenaire qui affrontait n'importe qui mais s'en fichait. Un jour, lui aussi pourrait se défouler sur le bonbon.

Misao les soigna tous, en commençant par Moon, Dan, puis lui et enfin Lewis, mais il voyait qu'elle y mettait toute la mauvaise volonté qu'elle pouvait avoir. Puis il alla se mettre près de la fenêtre, alors que d'autres Mercenaires débarquaient et que la Rêveuse soignait.

Dehors, tout avait l'air si calme…Il réfléchissait à bon nombre de choses lorsqu'il sentit les bras de Misao l'étreindre. Il la serra à son tour, alors qu'elle lui avouait vouloir un chat. Un chat ? Mais ou en trouver ? Et il n'était pas sûr que Viladra ou les autres Mercenaires tolèrent la présence d'un tel animal…

Bref, la journée se déroula tranquillement par la suite, et Misao lui déclara le soir que Lewis lui avait fait ses excuses. Et, sans savoir pourquoi, Kem se doutait qu'elles sonnaient creux.


******

Les jours défilèrent, paisiblement. Enfin, paisiblement, non. Lewis était toujours là, réclamant des soins constants. Et les journées ne pouvaient se finir sans s'être engueulés au moins dix fois. Parfois, c'était les joutes amicales entre Misao et Dan, ou Moon et Dan, lui n'y prenant jamais part, n'ayant pas le sens de l'humour, mais le plus souvent c'était réellement des disputes, entre Lewis et lui. Parce que ses excuses ne valaient rien, comme promis.

Il se rétablir petit à petit, et recommença à séduire la Rêveuse, sous son nez, et à le traiter de chien. Il lui donnait des ordres, lui parlait comme à une bête, tentait même de le caresser en récompense ! Kem était à bout. Il se demandait jusqu'à quand il devrait le supporter, pourquoi Misao ne le virait pas, puisqu'il semblait guérit et surtout, pourquoi n'agissait-il pas, lui. Ses poings étaient si serrés qu'il avait peur de les délier et de se les briser.

Enfin bref, il s'engueulait une nouvelle fois avec Lewis, lui criant qu'il n'était pas son chien et ne le serait jamais, qu'il n'était le chien de personne, lorsque le bonbon se releva, mettant fin à la dispute. Kem crut qu'il avait enfin compris. Mais non. Ce fût pire.

Il s'approcha de Misao, et sans qu'il réagisse, se pencha vers elle dans une tentative de lui voler un baiser. Heureusement, la Rêveuse tourna la tête, et les lèvres atteignirent sa joue. Elle hurla, il s'expliqua, elle hurla derechef. Kem n'écoutait pas. Moon et Dan étaient immobiles, tendus à bloc. Il craqua chaque os de sa main. Lentement. Que tous entendent le bruit. Misao ne le regardait pas et avait raison. Parce qu'il était en colère. Mais réellement en fureur.

Cette fois, il avait dépassé les bornes. Lentement, délibérément, Kem passa entre les chaises, passa à côté de Dan qui tenta de le retenir par le bras, effleura la chevelure de Misao et se planta devant Lewis, un sourire carnassier sur les lèvres. Cette fois, il allait en finir. Cette fois, il ne se retiendrait plus, peu importe ce que Misao dirait.

Mais, respectant celle qu'il aimait, il n'allait pas le faire sous ses yeux. Alors il prit Lewis par le col, comme d'habitude et le souleva. Ses pieds quittèrent le sol et son regard suffisait pour montrer la peur qu'il ressentait.


-Lâche…lâche-moi, chien !

Il osait encore le défier.
Sans rien dire, Kem ouvrit la porte et sortit avec le bonbon. Se faufilant plus loin, il jeta violemment sa cible contre une maison. Puis il craqua sa nuque, les poignets…lentement, en douceur.

Lewis, à chaque os qui craquait, le regardait avec une frousse non dissimulée. Il voyait enfin qu'il avait affaire à plus fort que lui. S'approchant, Kem lui dit :


-Bien. Maintenant, le combat sera des plus loyal. Alors viens te battre, nounours.

La peur fût remplacée par la colère et Lewis se posta devant lui, tentant de paraître sûr de lui. Peine perdue. Le coup que lui décocha Kem l'envoya au sol, le nez en sang. Se relevant, Lewis repartit à l'assaut, tentant à son tour de le frapper. Kem évita, agrippa le bras, le tordit, le lâcha et frappa du pied. L'autre fût à nouveau au sol.
Kem enserra son cou d'une main et le releva, le mettant à hauteur du visage.


-Maintenant, tu vas retenir ceci : ne t'avise plus, plus jamais, de venir chez nous. Même blessé.

Kem allait le frapper lorsqu'il fronça les sourcils. Pourquoi Lewis souriait-il ?

-Bonjour, Kem.

Lâchant son fardeau, Kem se retourna. Et le coup qu'il reçut l'envoya au sol. La tête lui tournait et il vit juste Midnight se pencher près de lui, les traits d'un sourire fiché sous son masque. Mentaï…elle était Mentaï…
Sa tête le brûla et un deuxième coup l'atteignit à la tempe. Il n'eut plus la force de garder la tête relevée et s'effondra, sombrant dans l'inconscience…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 19 Juin 2012 - 20:22



♦I'm not scared!♦






Dan et Moon étaient allés se poster près de la fenêtre pour voir le combat. Ils poussaient souvent de petits cris enthousiastes, sûrement signes que Kem avait envoyé un très joli coup à Lewis. Moi, en attendant, je m’étais de nouveau assise, essayant de me calmer. J’étais à deux doigts de sortir à mon tour et d’en coller une à ce con de nounours. Il avait osé essayer de m’embrasser ! En plus, juste devant Kem. Heureusement que celui-ci l’avait sorti sinon ça aurait été moi qui l’aurais tué. Et ce n’est pas une blague ! Je suis sérieuse. Putain, mais comment a-t-il pu avoir l’idée saugrenue d’essayer de m’embrasser. Il se fout vraiment de ma gueule. Et ce que j’ai vraiment la tête d’une fille qu’on peut embrasser comme ça ? Non mais franchement !

« Misao, je crois qu’on a un problème. » souffla Dan

Je déteste les problèmes, avant j’adorais puisque c’était tout le temps moi la cause. Mais là ça me pourrie la vie, ça m’emmerde et si je pouvais avoir une représentation des problèmes en face de moi je l’étranglerais sûrement.

« Y a Midnight qui vient d’enlever Kem. »

Je me mis à rire, un rire froid, qui fait peur. Mais je l’ai ma représentation. C’est de cette connasse qu’ils viennent tous. Elle va y passer.

« -Ca va Misao ? demanda Moon
-Je vais la massacrer. Allez chercher Lewis, elle est arrivée au moment où il avait des ennuis, ils doivent être de mèche. Et puis, au moment où elle disparait c’est lui qui arrive. dis-je
-Euh ok.
-Ah oui et s’il vous plaît. Je tiens à rester polie. »

Mon cerveau marchait à cent à l’heure. Elle avait osé toucher à MON Kem. Elle l’avait enlevé après tout ce qu’elle nous avait déjà fait. Elle n’allait pas s’en sortir aussi facilement, si je devais devenir violente, je le ferais sans aucune hésitation. Une fois que je l’aurais retrouvé, je lui ferais regretter tout ça, mot après mot. Sans aucune pitié. Si en fait, déjà maintenant j’ai pitié d’elle. J’ai pitié de cette personne qui semble assez désespérée ou conne pour faire des trucs pareils.
Moon et Dan revinrent bien vite avec Lewis mais il ne voulut rien lâcher. De toute façon j’avais les étoiles, je m’en foutais totalement. L’interrogatoire c’était juste pour me faire patienter jusque que la nuit tombe parce que je n’arriverais jamais à dormir. Si seulement j’avais su qu’elles ne me diraient rien. Et quand suite je n’arriverai plus à trouver le nounours.

♦♦♦

« -Quoi ? Mais pourquoi ? hurlai-je toute seule dans ma chambre
-Ecoutes, tu n’es pas en danger et nous t’en avons déjà dit assez. Nous t’avons déjà assez depuis quelques semaines, il faut que tu te débrouilles toute seule maintenant. dirent les étoiles
-PUUUUUUTAIN ! Mais pourquoi vous me faîtes un coup pareille maintenant ?
-On va un peu t’aider quand même, mais il va falloir que tu réfléchisses, on te ne donnera pas tout. Et encore moins l’endroit où il se trouve.
-Merde ! Mais pourquoi ?
-Parce que, c’est comme ça !
-Vous faîtes chier ! »

Dan entra à ce moment-là en me demandant si je parlais aux étoiles. Je lui racontais donc la conversation puis je finis par tomber de sommeil après mettre bien défoulé, sortant toutes mes pensées en vrac à la tête de mon cousin. Mas je n’étais pas au bout de mes peines. Parce que je pensais que ce serait facile, que ça ne me prendrait que quelques jours. Bah en fait ça me prit quelques semaines. Et oui, elle l’avait bien caché Midnight, mon petit Kemounet. Tout au fond d’une cellule perdue dans les innombrables réseaux souterrains en dessous de la forteresse. Dont j’ignorais complètement l’existence bien entendu… Il fallait bien faire les choses, hein.

♠♠♠

Au début on ne cherchait pas du tout au bon endroit, les étoiles avaient dit qu’il n’avait pas les pieds sur terre. On pensait donc qu’il était caché dans les arbres. Alors pendant des jours et des jours nous avons cherché dans les arbres, autour de la forteresse jusqu’à ce que Moon ait une révélation. Il pouvait être en-dessous et qu’il y avait des galeries. Alors pendant les derniers jours nous cherchâmes dans les sous-sols de la forteresse. Et bizarrement il n’y eut pas d’illusions ou de truc dans le genre. Midnight devait se croire tellement forte qu’elle n’avait pas voulu en créer. Ou alors c’était fait expert et là ça promet. Moon ne voulait pas y aller comme ça, il fallait se préparer, faire des plans. Mais Dan et moi on a voulu foncé, de peur que Kem disparaisse à nouveau. Quand nous le trouvâmes assis au fond d’une cellule, attaché par des chaînes. Mon cousin réussit à ouvrir la porte et je me précipitai auprès de mon petit ami. Il était amaigri et semblait sans force, il avait les yeux bandés. J’enlevai donc le tissus qui le rendait aveugle et lui chuchotant que c’était moi. Mais malheureusement Midnight et Lewis surgirent d’un coup. Celui-ci m’attrapa, m’écartant de Kem. Non, pas encore. Il devait être tellement perdue, d’être resté tout seul, dans le noir. Et il avait sûrement du voir plein d’illusions. Je hurlai en tendant les mains vers lui, comme une enfant arrachée à son père ou à sa mère. Dan et Moon étaient figés, ils semblaient voir des choses. Des choses horribles bien entendu.

« Ce sont des illusions. N’y faîtes pas attention ! criai-je puis pour Lewis, Lâche-moi ! »

Mais personne ne semblait m’écouter. Pour quelqu’un qui ne peut se défendre que grâce à la parole, avoir l’impression d’être muette c’est se sentir vulnérable. Sans force, sans aucuns atouts. Et c’est horrible ! Et puis il y avait Kem, qui me regardait et j’avais envie de pleurer. Mais je ne le fis pas, ce n’était pas ça qui allait aider.

« Tu es effrayé ? me demanda Lewis, Oh ! Mais tu trembles. Tu veux que je te fasse un câlin pour te consoler. »

Je me tournai vers lui. Comment osait-il encore me poser ce genre de questions ? Etait-il vraiment con au point de ne pas voir que j’étais furieuse au point ne pouvoir le tuer maintenant.

« J’AI PAS PEUR ! » hurlai-je

Mon cri résonna un moment. Et puis il n’y eut plus un seul bruit. Ce silence aurait fait peur à n’importe qui. Ma tête aussi sûrement. C’était trop pour moi, tout ça. J’allais exploser, d’une manière ou d’une autre. En fondant en larme ou en éclatant tout sur mon passage. Mais peut-être pas tout de suite. Je savais très bien ce qui allait se passer quand on rentrerait. Kem pourra à peine marcher, sera fatigué comme jamais. Ici c’était moi la rêveuse et cette situation à venir allait bientôt arriver, cela ne faisait aucun doute. Et j’avais peur, oui, mais pas de Lewis et du loup. Non, mais que Kem reste traumatisé. C’était possible, les conséquences étaient diverses. C’est ça qui me terrifiait.
Et peut-être aussi le poignard que Midnight tenait en s’approchant de moi…
















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 19 Juin 2012 - 21:39

Il se réveilla avec un mal de crâne horrible. Et aveugle. Il tenta d'ouvrir les yeux, mais tout était noir. Entièrement. Il sentit son cœur accélérer. Et encore plus lorsque, en voulant bouger mains et pieds, il sentit le métal froid de la chaîne mordre sa peau. Attaché, aveugle, dans un lieu inconnu. Beau résumé de sa situation. Il tenta de se souvenir comment il était arrivé là.
Il chercha dans sa mémoire endolorie et revit Lewis, avec Misao…puis son combat avec le nounours. Et ensuite, une voix, un masque…et plus rien.
Misao…rien qu'en y pensant, son cœur fît une embardée. Comment le retrouverait-elle ? Et surtout, le saurait-elle jamais qu'il avait disparu ? Ou croirait-elle qu'il l'avait quittée ?


Il sentait contre son dos le mur rigide, humide et froid. Il était dans une cellule en pierre donc. Mais ou ? Forteresse ou ailleurs ?

Il voulut se relever, n'y arriva pas. Se laissant retomber, soupirant, il se demanda depuis combien de temps il était là. Quelques heures ? Jours ? Non pas longtemps. Sinon son corps ne serait pas aussi réactif.
Et comme en réponse, il entendit des bruits de pas se rapprocher. Puis le grincement significatif d'une porte que l'on ouvre. A travers la sorte de bandeau qu'il avait sur les yeux, une lumière apparut.


-Tu es réveillé. Pas trop tôt.

Lewis. C'était le nounours. Il voulut parler, ouvrit la bouche, mais une main invisible fît claquer sa mâchoire, l'obligeant à se fermer.

-T.T.T ici c'est moi qui parle, mon petit.

Une seconde voix. Féminine. Et un ricanement. Lewis ricanait tandis que Midnight jubilait. Il ne voyait rien et cela lui était insupportable !

-Tu n'ouvriras plus la bouche avant un certain temps. Continua-t-elle.

La main invisible se retira, aussitôt remplacée par une gifle. Et une seconde. Et ainsi de suite. Comme à chaque fois. Midnight semblait adorer frapper les gens n'importe où. Elle semblait même essayer de battre un record personnel. En tout cas, Kem résista comme il se fallait et ne broncha pas.

-Mmhhh….va falloir que je change de tactique alors pour t'avoir

Qu'allait-elle faire?? La lumière s'éteignit, la porte se referma. Seul. Il était à nouveau seul. Mais pour combien de temps ? Il n'eut pas le loisir de disserter sur le sujet.

Il voyait, devant lui, malgré le bandeau, une vaste prairie verte. L'herbe ondulait au gré du vent, luisait sous la caresse du soleil. Un ruisseau coulait tranquillement et les animaux étaient heureux. Et, au milieu de ce paradis, Misao.
Belle et resplendissante comme jamais. Il sourit, voulu la rejoindre, se souvint qu'il ne pouvait pas. Pourquoi il l'ignorait, mais il ne pouvait pas. Juste la regarder et l'admirer. Puis, tout bascula. Le soleil devint feu, l'herbe lianes acérées, ruisseau lave en fusion. Les animaux eux-mêmes devinrent des monstres. Leurs hurlements étaient effrayants, déchirants. Hideux. Ils n'avaient pas de tête correcte, et avançaient vers la Rêveuse…Qui ne se souciait de rien, cueillant des fleurs au milieu de l'herbe qui s'agitait et tentait de la ligoter. Lorsqu'elle se redressa, elle était entourée de créatures monstrueuses tout droit sorties des contes…
Qui se jetèrent sur elle, en même temps que l'herbe s'attachait à ses jambes, que la lave sortait de son lit pour tout ensevelir…

Les hurlements continuaient. Des cris aigus, gutturaux, terrifiants. Kem tremblait de tout son corps, se rongeait les ongles jusqu'au sang. Les cris ne s'arrêtaient pas. Il plaqua ses mains sur les oreilles, dans l'espoir vain de les faire cesser.
Et là, il cogna une surface dure, qui le fît revenir à la réalité. Il avait heurté la pierre en se redressant brusquement, ajoutant une nouvelle douleur à la tête.

Il inspira un grand coup. Une illusion, rien de plus. Midnight s'amusait.
Il ferma les yeux, ou du moins croyait-il le faire, et tenta d'oublier, de dormir un peu, de réfléchir à un moyen de s'évader…

******

Les jours passèrent, voire les semaines. Kem ne savait pas. Il était désorienté. Il avait soif, faim. Lewis lui donnait à boire, de temps en temps. Et il buvait goulûment, mais la soif revenait bien vite. Il sentait les forces le quitter jour après jour. Il était affalé au sol de sa cellule, et n'arrivait plus à se relever pour faire face à la Mentaï qui venait voir son état tous les jours. Apportant par la même occasion les moqueries, quelques coups, et les illusions. Toujours. A chaque fois plus horribles, plus effrayantes les unes que les autres. Maintenant, quand il l'entendait approcher, il se recroquevillait, terrifié. Les cris ne l'avaient plus quitté depuis la première illusion. Tout le temps ils étaient là, assourdissants, alors que seul lui les entendaient. Des cris qui l'empêchaient de se reposer. Il ne dormait plus, ne faisait rien d'autre qu'attendre la mort qui ne tarderait plus.
Mais il ne voulait pas. Pas encore. Il ne voulait pas abandonner Misao. Mais il n'avait plus de forces…il sentait qu'il avait maigri aussi. Et pas qu'un peu. Son haut flottait sur lui lorsqu'il ne collait pas son torse à cause de la sueur dûe aux cauchemars. Son pantalon glissait les rares fois ou il réussissait à se redresser.

Au début, il avait tenté de compter les jours. Mais il avait perdu le fil et maintenant, il ne savait plus si c'était jour, semaine, mois ou année. Il ne savait pas ou il était, ne savait rien. Il était perdu et aveugle. Comme un écran pour les illusions. Et cela fonctionnait.

Les cris, les images…Midnight avait réussi à l'atteindre. Il était une loque. Un débris. Il n'était plus rien à l'intérieur. Et il avait peur qu'il en garde des séquelles, si jamais il en réchappait. En vie. Peut-être que Misao trouvera un cadavre, le jour ou elle le retrouvera. Ce qu'il ne souhaitait pas.
Ses pensées étaient confuses, son ventre le tenaillait, sa bouche était sèche. Il n'avait plus parlé, ni même ouvert la bouche sauf pour boire, un simple interstice, minime, depuis qu'il était là. Arriverait-il seulement à la rouvrir ? A recouvrer la parole ?

Perdu, il sursauta en entendant la porte s'ouvrir. Tout de suite, il se tendit, ou du moins essaya. Ses muscles n'étaient plus aussi vigoureux. Les cris fusaient toujours dans sa tête et il eut peur d'avoir droit à une nouvelle séance d'illusions ponctuée de coups physiques.
Aucune voix ne s'éleva de prime abord, puis une main lui retira le bandeau et un murmure se fît entendre. Elle était venue. C'était Misao. Il n'avait rien à craindre…Elle était près de lui, il sentait son odeur, son corps près du sien…mais était toujours perdu.
Il cligna des yeux plusieurs fois et ne parvint pas à les habituer. Il faudrait un peu de temps aussi. Il voyait flou, ou en double. Il y avait deux Misao par exemple, alors que la silhouette qui semblait être Dan était floue.

Il voulut sourire, n'y arriva pas. Voulut parler, y parvient encore moins. Il était trop faible pour quoique ce soit. Puis il les entendit. Les bruits de pas. Et les cris qui augmentaient de volume dans sa tête.

Il regarda Misao, tenta de la voir nettement, n'y arriva pas plus que le sourire. Elle lui fût arrachée et il vit qu'elle parlait. A travers les cris il percevait le son de sa merveilleuse voix…
Il tourna difficilement la tête vers Dan et Moon. Ils étaient immobiles, figés.

Puis un autre cri se fraya un chemin dans sa tête. Un cri qui ne fît pas taire les autres, au contraire, mais qui figea tout le monde devant lui, lui compris.
Et lorsque, sa vue à peu près correcte, il vit Midnight pointer un couteau sur Misao, il eut peur tout d'abord. Peur d'être dans une illusion, puis peur d'entendre les vrais cris de la Rêveuse. Peur d'être inutile. Ce qu'il était, sans force et attaché comme il l'était. Il bougea, faiblement. Au moins attirer leur attention…son esprit s'en allait. Il savait qu'il était en sécurité et voulait partir. Lui non. Pas sa conscience. Il devait rester éveillé. Malgré le manque flagrant de sommeil.
Et il ne comprit pas ce qu'il se passait. Les silhouettes bougèrent devant ses yeux, l'une sautant sur celle qui était sans doute Midnight qui s'effondra. La première se releva, pas la seconde. Les cris continuaient, mais en faiblissant cette fois. Ils partaient. Oui, mais ils les entendraient encore. Il le savait. Il lui faudrait du temps pour se reconstruire. Pour marcher, parler, manger, boire, dormir…les choses courantes de la vie qu'il n'arriverait sans doute pas à faire seul pendant un moment. Et il devrait le faire endurer à Misao.

Il sentit d'ailleurs son corps revenir près du sien. Même sans bandeau, il avait l'impression d'être aveugle. Désorienté. Une voix s'éleva.


-Lewis s'est sauvé.

Une femme. Il ferma et rouvrit les yeux. Ce n'était pas Midnight. Elle était là, couchée, morte. Une voix lui disait que c'était elle. Que Dan ou…Moon ! Il avait retrouvé le prénom, qui l'avait tuée. En sauvant Misao. Il sentit qu'on lui retirait les chaînes. Tenta de se lever. Peine perdue.
Ses forces s'étaient en allées pour un certain temps.


-Peux-tu parler ?

Dan. Il fît non de la tête. Pas encore. Pas maintenant. Ses lèvres étaient collées l'une à l'autre. Il sentit des bras le prendre sous les épaules et le relever. Pour finalement le trainer derrière. Il forçait ses jambes à bouger, à supporter son corps, à aider Dan et Moon, ou Misao, à l'emmener loin de cet enfer, mais elles ne voulaient pas. Elles ne lui obéissaient plus. Ils marchèrent longuement, doucement. Et, lorsqu'ils sortirent, le coucher du soleil frappa ses yeux et il les ferma, aveuglé. Tant de lumière après tant d'obscurité…Il ne voyait pas ou ils étaient, ou ils étaient par rapport à la maison, à la sécurité, mais laissa les autres l'y conduire.

Son esprit était vague, voulait se reposer. Alors il se mit en une sorte de veille, jusqu'à ce qu'il sente qu'on le déposait sur le lit. Enfin. Un matelas. Quelque chose de moelleux sous son corps affaibli et meurtri.


-Il faut qu'il mange.

-Non. D'abord se reposer. Ce ne serait pas bon pour son estomac de manger après tant de jeun. Il ne le supporterait pas. Il faut le faire manger doucement. Et boire aussi. Il est déshydraté presque. Et de toute manière c'est à Misao de le soigner. C'est elle la Rêveuse

Moon et Dan. Il ferma de moitié ses paupières. Mais il ne voulait pas dormir. Il voulait de l'eau. A boire. Quelque chose pour l'abreuver. Mais surtout pas dormir. Ou était Misao ? Il la voulait près de lui. Ne plus être seul…

Il allait être un fardeau pour tout le monde jusqu'à ce qu'il ait des forces. Misao ne dormirait presque plus pour veiller sur lui. Il le savait. Ou s'en doutait.

Ses yeux se fermaient d'eux-mêmes, alors qu'il luttait pour ne pas dormir avant d'avoir sentit ou vu Misao, pas avant d'avoir bu un minimum. La faim à la rigueur, elle faisait partie de ses sensations qui ne le quittaient plus depuis des jours. Il sentit l'odeur de Misao près de lui. Cela le rassura. Mais les cris étaient là. Il rouvrit les yeux subitement. Non. Pas le noir. Il ne voulait pas rester dans le noir. Le noir signifiait les cris. Et il ne voulait plus les entendre. Jamais. Il regarda partout, paniqué. Non. Pas le noir. Non non non…

Ses yeux tombèrent sur Misao, et il la regarda intensément. La lumière lui faisait mal, mais il ne voulait plus être dans le noir…
Et il ne pouvait même pas le lui dire. Sa bouche refusait de s'ouvrir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 21 Juin 2012 - 21:40



Pendant que Kem avait fermé les yeux, j’avais fermé les rideaux et j’étais allé chercher de l’eau. Mais il avait bien vite soulevé les paupières et je le voyais qui paniqué. Il devait avoir peur du noir, après être resté si longtemps dans l’obscurité totale avec des illusions s’étaient compréhensible. Mais je ne pouvais pas lui donner de lumière, d’abord il fallait qu’il se repose et ensuite il pourrait se réhabitué aux choses de la vie quotidienne. Je le fis boire lui murmurer de se calmer. Puis je m’assis à côté de lui et posait sa tête sur mes genoux. Je me mis à chanter en lui caressant les cheveux pour le calmer. J’avais vu des mères faire cela pour leurs enfants apeurés quand des familles arrivaient à Fériane. Je le sentis arrêter de trembler de peur et se détendre tout doucement signe qu’il devait s’être endormit. Moon passa voir comment il allait mais son état ne s’était pas vraiment amélioré. J’avais soigné ses blessures physiques mais je ne pouvais rien pour le reste. Enfin, pas pour l’instant.
J’observai le corps faible et amaigrie de Kem. S’était horrible… Et encore, il avait une chemise, je savais que ça amélioré un peu ce que je voyais. Puis je me remis à penser à ce qui venait de se passer. Midnight était morte, je n’avais pas très bien compris ce qui s’était passé mais bon… Tout ce que je savais c’était que ce salaud de Lewis avait réussi à s’enfuir. Je serrai les poings, sentant aussitôt la colère. Je le haïssais comme personne avant lui. Mais mon petit-ami gémit dans son sommeil et se mit à bouger. Je me mis à lui décrire un magnifique paysage, espérant que mes paroles fassent leur effet et que son rêve change. Je finis moi-même par m’endormir.

♥♥♥

Je fus réveiller par Kem, qui gesticulait et essayait de parler. J’ouvris les yeux, reposais doucement sa tête sur le coussin et attrapais le verre d’eau. Je lui fis boire un peu, lui murmurant une nouvelle fois de se calmer. Puis j’entrouvris les rideaux de sorte que par-ci par-là, quelques fins rayons de soleil entrent dans la chambre sans blesser les yeux du blessé. Puis j’allais chercher une assiette et je pris un bout de pain et de fromage.

« Tu vas essayer de manger d’accord ? » lui dis-je en revenant

Il ne prit que quelques petites bouchées, il ne pouvait pas plus. Ce fut comme ça pendant plusieurs jours, Moon, Dan et moi on le soignait. Il s’était remis à marcher lentement et puis à un moment Dan entra dans la chambre s’approcha de Kem et renifla.

« Bon, il était temps que tu te laves. Je sais que c’est pas le problème principal mais là y a urgence quand même. » déclara-t-il

Je souris en levant les yeux au ciel, il n’avait rien de mieux à faire ?

« Tu es d’accord Kem ? Ou alors tu préfères essayer de nouveau de marcher ? » demandai-je au jeune-homme

Il n’avait essayé qu’une fois et ce ne lui avait pas vraiment réussit mais bon… On pouvait toujours retenter maintenant qu’il était bien reposé. Il avait passé la plupart des derniers jours à dormir, à boire et à manger, bouchée par bouchée. Il était toujours horriblement maigre et Moon avait du mal à le supporter. Ça devait être en rapport avec son passé mais en tout cas elle ne supportait pas sa vue et elle se tenait à distance. Moi, j’avais faillis exploser une bonne dizaine de fois mais je m’étais contenu. Je n’étais pas sûr que j’y arrive encore longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Ven 22 Juin 2012 - 18:01

Misao le calma comme elle pouvait, le faisant enfin boire lentement et murmurant des paroles réconfortantes. Elle posa ensuite sa tête sur ses genoux et continua à parler, même à chanter en caressant ses cheveux.
Les cris étaient là, le noir avec eux, la peur…mais le chant fît son travail. Son cœur ralentit sa course, son cerveau arrêta de tout analyser, même les cris devinrent un tantinet plus faibles. Il avait bu, et maintenant, son corps voulait du repos. Alors il ferma les yeux et se laissa emporter par la mélodie, les cris revenant de plus belle…

Les cris redoublèrent de volume, le noir l'engloutissant, le sang giclant de partout. Il revoyait tout en boucle, ponctué des cris. Son attente dans la cellule, priant pour qu'il n'arrive rien à Misao, sa peur grandissante lorsqu'il entendait les pas de Midnight…
Les cris s'approchaient et il lâcha un gémissement en mettant ses mains devant lui, faible bouclier mais qui paraissait être aussi solide qu'un mur à ses yeux.
Une voix surgit alors du néant et des images l'accompagnèrent. Des arbres sous un soleil éclatant, un ciel bleu et pur, de l'herbe verte et fournie…les cris, toujours présents, diminuèrent et lui permirent de s'endormir réellement, pour un temps du moins…

Lorsqu'il ouvrit les yeux, il était toujours sur les genoux de Misao, qui dormait elle aussi. Il l'observa en coin. Elle devait le supporter. Elle devait faire face et lui ne pouvait même pas aider comme il voudrait. Il voulait qu'elle vive normalement. Qu'elle ne s'enferme pas entre quatre murs pour lui. Elle pouvait sortir, Dan et Moon étaient là et pouvaient la défendre en cas de besoin.
Sa bouche n'étant plus aussi sèche qu'auparavant, il l'ouvrit un minimum, voulant parler. Lui dire qu'elle ne devait pas rester à ses côtés tout le temps.
Il ouvrit la bouche un peu plus grand, faisant crier ses muscles de la mâchoire et tenta de parler, émit quelques sons, qu'il ne reconnut pas comme lui appartenant, mais réussit juste à réveiller la Rêveuse.

Elle se redressa rapidement, reposant sa tête sur l'oreiller puis alla chercher le verre d'eau qu'il but lentement. Elle le rassura une nouvelle fois et alla entrouvrir les rideaux qu'elle avait fermés. De fins rayons de soleil arpentèrent la pièce, pas assez aveuglants pour ses yeux qui s'y habituèrent vite étonnamment.
Elle revint auprès de lui avec un bout de pain et de fromage, disant doucement :


-Tu vas essayer de manger d’accord ?

Son ventre hurlait silencieusement. Arriverait-il à manger sans tout rendre immédiatement après ? Il le fallait, pour reprendre des forces et ne pas rester un fardeau éternellement. Il mangea les petits bouts qu'elle lui tendit, mais au bout de deux bouchées, il n'en pouvait déjà plus.
Elle continua ainsi durant des jours et des jours, le nourrissant, l'abreuvant, le rassurant. Il n'arrivait pas à dormir convenablement. Il s'endormait, mais il fallait que quelqu'un soit là. Il fallait qu'il y ait une lumière, il fallait presque qu'ils le berce ! Et, lorsqu'il s'endormait, ce n'était que pour une voire deux heures, avant que les cris et les cauchemars reviennent, le réveillant brusquement, en sueur.
Il récupérait petit à petit ses forces. Il pouvait par exemple tenir le verre d'eau avec ses mains. Les deux. Il avait tenté à une seule, le verre lui avait glissé entre les doigts et s'était fracassé au sol. Et il avait essayé de marcher. Lentement. Mais ses jambes tremblaient, étaient flageolantes, ne le supportant pas encore, malgré tout le repos qu'il prenait.
Il voyait Misao faire face, mais il voyait aussi qu'elle n'en pouvait plus. Il voulait lui dire quelque chose…il n'y arrivait pas. Sa gorge refusait de laisser passer un quelconque mot.


Dan débarqua en trombe un après-midi, déclarant qu'il était temps de laver Kem. Celui-ci se sentit gêné. En effet, il ne s'était plus lavé depuis…ben depuis son enlèvement, près de trois semaines auparavant. Deux et demi enfermé, le reste à tenter de récupérer un minimum.

-Tu es d’accord Kem ? Ou alors tu préfères essayer de nouveau de marcher ?

Il ferma et rouvrit les yeux. Il n'avait tenté qu'une fois…et ce fût un fiasco total. Mais il le fallait. Redressant le buste, déjà essoufflé rien que pour ce geste, il écarquilla les yeux. La dernière fois il n'avait pas fait réellement attention. Mais là…il était affreusement maigre. Malgré les bouchées qu'il avalait jour après jour. Doucement, il souleva sa chemise trempée de sueur et sale, et vit ses côtes saillir de chaque côté. Il n'avait jamais été aussi maigre ! Même pas dans sa jeunesse…
Dan et Misao l'observaient. Moon gardait ses distances. Peut-être ne supportait-elle pas sa vue ? Il prit appui sur ses mains, et lentement, il sortit les jambes de sous les couvertures, tout aussi maigres l'une que l'autre. Il posa les pieds au sol et sentit tout de suite la terre tanguer devant ses yeux. Mais il ne montra rien. Il fallait qu'il y arrive. Misao ne tiendrait pas éternellement à jouer la nounou. Et il ne voulait pas rester un fardeau éternellement non plus.
Se tenant fermement aux barreaux du lit, il se mit debout. Ses jambes plièrent immédiatement et Dan le rattrapa avant qu'il ne s'écroule comme un sac de farine. Kem le remercia d'un fin sourire puis lui fît signe de s'éloigner. Ce qu'il fît, en se tenant prêt. Misao était devant, attendant devant la porte de la salle de bains. Si près, et en même temps si éloignée…
Il mit un pied devant l'autre, se cramponnant à ce qui passait à proximité de ses mains. Il se sentait faible, comme un vieillard qui n'arriverait plus à s'occuper de lui-même tout seul. Qu'est-ce qu'il pouvait s'en vouloir !

Mais il y parvint. Lentement, trop lentement même, mais il réussit à entrer dans la salle de bains, seul et sans autre aide que ses mains. Il était essoufflé comme jamais, mais fier de ce petit exploit. L'eau était prête et tendait ses bras vers lui. Dan l'aida juste à entrer entièrement dans la baignoire et les laissa seuls.


Il voulait parler. Mais pourquoi n'y arrivait-il pas ? Le cri déchira son esprit. Le plus immonde de tous. Il résonna longtemps et il ferma les yeux, comme si cela pouvait l'arrêter alors qu'au contraire, le noir le faisait grandir…Il rouvrit les yeux en serrant les poings. Ne rien montrer à Misao, elle supportait déjà assez de choses.

Il ouvrit la bouche, se racla la gorge, chercha ses mots…


-Je…dé…déso…désolé….

Il avait honte maintenant. Il avait enfin réussit à prononcer un mot, mais c'était ridicule. Il se lava comme il put, Misao l'aidant pour les endroits difficiles d'accès. Elle ne disait rien, ses gestes étaient doux, mais lorsqu'il l'observait, il voyait bien qu'elle se retenait. D'exploser ou de crier, il ne savait pas. Quoiqu'il ne voulait pas spécialement qu'elle crie. Les cris, il en avait constamment en tête, ne parvenant pas à les retirer.
Dans sa tête, il formait de belles phrases pour elle, mais sa bouche ne parvenait plus à les sortir. Comme si elle lui avait fait une faveur avant, et qu'il avait manqué sa chance. Alors il lui prit la main, délicatement, et la serra avec le peu de forces qu'il avait recouvré. Il la serra, voulant qu'elle comprenne qu'elle ne devait pas se sentir obligée de rester tout le temps avec lui. Elle devait s'occuper autrement. La vue de son corps si maigre devait la choquer également, comme Moon. Ou la dégouter. Peut-être que le contact de sa main lui déplaisait... Il ne voulait pas lui infliger cela. Il lui avait déjà infligé trop de choses…


Sa main tremblait dans celle de Misao, mais il réussit à lui sourire. Un sourire, pour la remercier et lui dire tout ce que sa bouche ne parvenait pas à dire…en espérant qu'elle comprenne.

Il termina de se laver puis elle rappela Dan pour le sortir de l'eau. Comme un petit vieux ! Mais il parvint à se sécher presque partout tout seul et se rhabilla avec des vêtements propres. Il était bien mieux ainsi en tout cas ! Et il se rendit compte que ses jambes le supportaient mieux aussi. Elles tremblaient encore, mais il tenait en équilibre, vacillant de temps en temps mais il était debout, seul !

Mais cela fût de courte durée, il dût très vite se raccrocher à quelque chose avant de se fracasser la nuque contre la baignoire et se tuer sur le coup. Il fît le chemin de retour, tranquillement, et se rassit sur le lit, une nouvelle fois essoufflé. Heureusement que Viladra ne le voyait pas ainsi…

Lorsque Misao le rejoignit, il força sa stupide bouche à parler, même si c'était d'une voix éraillée, faible et hésitante :


-Va…t'occuper…te changer…idées…

Il inspira un grand coup et avala sa salive, puis agrippa avec ses mains le verre d'eau toujours à proximité pour boire une grande lampée. Il fallait qu'elle sorte de cette chambre qui puait la faiblesse. Qu'elle prenne l'air et qu'elle discute avec Dan et Moon, qu'elle chante, joue du piano ou di violon, qu'elle se chamaille même avec son cousin…qu'elle fasse quelque chose qui la rende joyeuse.

C'est ce qu'il voulait, maintenant. Son cœur paniquait déjà à l'idée de rester seul, mais il l'ignora. Il faudra tôt ou tard qu'il reste seul. Malgré sa peur. Il gardait les séquelles, malgré les jours passés à être soigné. Les cris, les cauchemars, sa peur du noir et de la solitude…

Mais il y arriverait, même si cela devait prendre des années. Oui mais, s'il n'y arrivait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 24 Juin 2012 - 20:50

Je souris doucement, j’aurais même pu rire. Me changer les idées… Ce n’était pas si facile, dès que je sortais de la chambre j’étais terrifiée à l’idée que quand je revienne, il soit arrivé quelque chose à Kem. Déjà que j’étais inquiète même quand j’étais à côté de lui, alors je ne pourrais pas faire plus de deux mètres en dehors de la maison sans revenir en courant. Quand à aller rigoler avec Moon ou Dan, je ne suis pas sûr que ce soit le bon moment. La jeune mercenaire se sent mal tout le temps et passe le plus clair de son temps dans son lit ou alors à regarder Kem dans l’embrasure de la porte avec un regard triste et dégouté. Je ne peux pas lui en vouloir, je dois bien dire que la maigreur de mon petit-ami m’a déjà donner envie de vomir. Mais je m’étais retenue, je ne devais pas faiblir. Il fallait que je m’occupe de Kem et en plus c’était ma faute si Midnight avait pu l’enlever. Si je l’avais retenu au lieu de l’envoyer me venger il serait resté à l’intérieur avec nous et le loup n’aurait pas pu l’enlever.
Je m’agenouillai près de lit et l’embrassai sur la joue. Puis je remis le verre d’eau sur la table de chevet. J’essayai de faire en sorte que tous mes mouvements soient doux et posés mais j’étais surtout sur le point d’exploser en sanglot. Donc mes mains tremblaient un peu.

« -Kem a raison, tu devrais sortir prendre l’air. dit Dan qui était appuyé contre un mur
-Non, c’est bon. répondis-je
-Tu sais, il va pas s’envoler.
-Je préfère rester.
-Et moi je préfère qu’il meurt de peur que de te voir comme ça.
-C’est pas sympa.
-Je m’occupe de ma famille en priorité. Quand tu te seras marié à Kem, je ferais un effort.
-J’ai encore le temps…
-Comment ça ? T’as quel âge ?
-Et après tu prétends t’occuper de ta famille. J’ai seize ans, bientôt dix-sept, cousin indigne.
-Mais t’es jeune ! Et Kem il en a combien ?
- Vingt-six ans.»


Le regard que Dan jeta à mon petit-ami était assez comique. Il avait un petit sourire en coin qui promettait une déclaration qu’il ne fallait pas loupé.

« Oh ! Tu fais du détournement de mineur Kem ! C’est pas bien. » lâcha-t-il avec une tête indignée

Je souris puis mon cousin m’attrapa par le bras et me poussa doucement vers la porte en me disant d’aller faire un tour. Mais Moon arriva et me bloqua le passage, puis elle nous rappela un petit détail. Lewis est vivant. Lewis est libre, quelque part dans la forteresse et si je sortais il s’attaquerait à moi. N’ayant pas tellement envie de me faire tuer, massacrer ou violer je préférais aller m’assoir sur le lit. Dan avait décidé de changer un peu d’ambiance pour qu’elle soit un peu plus joyeuse. Je finis par me mettre à rigoler puis il commença faire des blagues un peu plus… Perverses et je le fichus dehors. Mais je rigolais quand même. Puis je demandai à Kem s’il voulait quelque chose mais bien sûr il n’arrivait toujours pas à parler. Ou presque. Je savais qu’il voulait me dire des choses, comme tout l’heure quand il m’avait pris la main mais il ne pouvait pas. Alors je sortis une feuille et un crayon et je lui tendis.

« Essaies d’écrire. Ça devrait marcher comme ça tu pourras tout me dire. » dis-je

Je me penchai pour voir ce qu’il notait.
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 24 Juin 2012 - 22:34

[j'espère que cela te convient ! sinon tu n'hésites pas hein ;)]

Misao se contenta de sourire légèrement mais ne bougea pas. Apparemment, elle ne se sentait pas le courage de partir. Mais il ne voulait pas qu'elle s'enferme avec lui. Ce n'était pas bon pour elle. Elle allait devenir folle. Il dégoûtait déjà Moon, et voyait que Misao se retenait également.
Elle réfléchissait longuement puis elle s'agenouilla et lui donna un baiser sur la joue. Le premier depuis qu'il était revenu. Il pouvait parfaitement comprendre qu'il soit repoussant au point de ne pas vouloir l'embrasser autrement. Mais justement, l'aimerait-elle toujours, si par malheur il n'arrivait pas à redevenir comme avant ? S'il était constamment terrifié dès qu'il était seul, dans le noir avec les cris qui résonnaient dans sa tête ? Si son corps ne reprenait pas assez de poil de la bête et qu'une trace de la maigreur persiste ? Il se doutait qu'il ne reprendrait pas autant de kilos qu'avant, malgré les bouchées qu'il avalait jour après jour à chaque repas ou presque.
Arriverait-elle à vivre à ses côtés ? Ou…pas ?
Son cerveau comprenait à moitié qu'elle ne puisse plus l'aimer. Mais de l'autre…il avait besoin d'elle. Besoin de sa chaleur, de sa vitalité, de son sourire…de ses yeux et de ses caresses…


Il eut une confirmation lorsqu'il vit ses mains trembler en reposant le verre d'eau sur la table de chevet. Elle se contenait. Crier ? Vomir ? Courir et fuir ? Il ne savait pas. Et s'en voulait tellement.
Et sa gorge qui ne voulait pas laisser passer un quelconque mot…sans doute un traumatisme. C'était peut-être normal. Il ne souhaitait pas réellement resté muet pour le restant de ses jours.


Dan apparut sur le seuil de la porte et lui donna raison. Misao devait prendre l'air. Respirer un air pur. La chambre puait de tous ses pores la faiblesse, la maigreur, la lâcheté…Mais elle refusa. Dan insista et ils arrivèrent sur le sujet du mariage et de leurs âges respectifs. Misao n'avait que dix-sept ans. Il en avait près de dix de plus. Dan fît même une belle remarque, qui lui tira un fin sourire. Il est vrai qu'il n'avait jamais songé à la différence d'âge. Mais bon…
Ses yeux s'habituaient à la chambre et voyaient avec beaucoup plus de netteté les objets, grâce aux rayons de soleil qui passaient par les quelques interstices que Misao avaient crées. Mais les cris fendaient toujours son crâne…les visions étaient toujours là lorsqu'il fermait les paupières, même pour deux secondes.
Dan agrippa Misao par le bras pour l'emmener faire un tour, mais Moon arriva. C'était la première fois depuis quelques jours qu'il la voyait.


Elle avait l'air fatigué et légèrement malade. Malade de le voir dans cet état sans doute…
Elle réfuta l'idée de sortir. A cause de Lewis. Au nom, Kem trembla sous les couvertures. Lewis…il était toujours là en train de rôder. Il pouvait très bien les attaquer une nuit. Dan et Moon dormaient dans une autre chambre. Et, les portes closes, ils n'entendraient rien. Et Lewis savait pertinemment que Kem était trop faible pour défendre Misao. Il pouvait alors lui faire n'importe quoi, des choses que Kem ne voulait même pas imaginer…


Alors Dan s'occupa de l'ambiance, racontant des blagues idiotes, faisant rire Misao. Enfin un rire et non des cris et des pleurs. Enfin quelque chose de joyeux. Même lui sourit plus franchement aux plus drôles, jusqu'à ce que les blagues deviennent trop perverses et que la Rêveuse mette son cousin à la porte.
Se remettant à ses côtés sur le lit, elle lui demanda s'il avait besoin de quelque chose.

Il tenta de parler, gémit, ouvrit la bouche, mais rien ne sortit. Il n'y arrivait pas. Il sentait les larmes poindre. Mais il les retenait. Déjà que la Rêveuse avait du mal à être prêt de lui, il n'allait pas rajouter une nouvelle couche…

Elle eut alors une très bonne idée. Elle lui tendit une feuille et un crayon et lui annonça :


-Essaies d’écrire. Ça devrait marcher comme ça tu pourras tout me dire.

Il se redressa du mieux qu'il put, avec ses forces, sans aide, prit les objets d'une main tremblante, ajusta le crayon entre ses doigts et le posa sur la feuille. Misao le regardait, son regard passant de la feuille à sa tête. Mais il réfléchissait.
Il voulait lui dire tant de choses qu'il ne savait pas par quoi commencer.
D'une écriture hésitante, il espérait d'ailleurs qu'elle parvienne à déchiffrer, il débuta :


"Je t'aime. Je m'en veux de te faire endurer ce que tu endures en ce moment. Je m'en veux tellement…Je sais et je lis dans ton regard que c'est dur pour toi. Je suis désolé…"

Il réfléchit et continua :

"Je fais de mon mieux pour reprendre des forces au plus vite et te libérer de ce fardeau. Mais mon corps le refuse. Tout comme la parole. Il ne veut pas. J'ai tellement peur tu sais…peur de rester un légume à vie. Traumatisé et muet. Peur quand je suis seul, peur quand je dois dormir…Je suis mort de l'intérieur je pense…il faut que je trouve le déclic pour que je revive. Ne sois pas choquée par mes mots ma douce, je te reviendrais. Cela prendra plus de temps que je ne l'imaginais."

Son écriture devenait moins tremblante, mais il commençait à avoir mal dans la main. Il n'osait pas regarder Misao. Ses mots étaient durs. Mais peut-être cernerait-elle mieux le problème et trouverait une solution adéquate. Parce qu'il ne la trouvait pas.

"Je t'aime de tout mon cœur Misao et je ne veux pas te perdre ni te quitter. Je t'ai fais une promesse, il y a si longtemps. Je t'ai promis de ne jamais partir. Et bien je la tiendrais. Coûte que coûte. Mais maintenant, ce que je veux, c'est que tu te reposes, que tu prennes soin de toi. Tu en as besoin. Tu dois te reposer, manger et boire. Il faut te changer les idées. Trouve quelque chose qui ne t'oblige pas à sortir. Joue du piano. J'aime tant t'entendre et cela te calme à chaque fois. Je sais que Moon ne supporte pas ma vue, demande-lui de t'accompagner alors. Et pour dormir, demande à Dan de me déplacer sur un lit prévu aux malades. Je ne veux pas t'obliger à dormir à mes côtés si je te choque. Ce que je peux comprendre. Je peux imaginer que mon corps n'est pas beau à voir. Encore moins que lorsque je brûlais tu te souviens ?"

Il continuait d'écrire sans relâche, tout ce qui lui venait à l'esprit. Il ignorait la douleur lancinante de sa main qui était à bout de forces et ne regardait toujours pas Misao.

"J'espère que nous arriverons à surmonter cette épreuve et que tu restes à mes côtés. Que tu m'aimes toujours. Mais si jamais tu n'y arrives plus, ne te force pas et dis le moi en face. Cela vaudra mieux que du semblant."

Il commençait à pleurer et les cris redoublèrent de volume dans sa tête. Il serra le poing et ne réussit plus à écrire convenablement. Aussi il reposa le crayon et sa main pour qu'elle reprenne des forces. Il reprit contenance et prit son courage pour regarder la Rêveuse. Elle le regardait aussi, éberluée. Et les yeux humides de larmes. De son autre main, qui avait encore un peu de force, il la leva et essuya les larmes qui coulaient sur les joues de celle qu'il aimait passionnément. Il n'osa pas l'embrasser. Même s'il en avait envie. Il ne voulait pas la dégoûter encore plus. Elle prit la feuille entre ses mains et recommença à lire.
Peut-être demanderait-elle de l'aide aux étoiles. Quoique…elles ne lui avaient pas été très utiles, pour le retrouver…


Il se battrait pour redevenir comme avant. Ou du moins plus fort et plus apte à s'occuper de lui-même tout seul. Une longue bataille. Et dure. Plus dure que les autres. Midnight avait vraiment réussit son travail. Elle l'avait détruit, comme elle le voulait. Et en le détruisant, elle détruisait à petits feux Misao…il serra une nouvelle fois les poings. Il s'en voulait tellement…

Maintenant, il lui fallait attendre la réaction de la Rêveuse. Ses paroles. Les cris étaient là, plus hideux que jamais, résonnant aux quatre coins de son cerveau. Il ferma deux secondes les yeux et les visions l'envahirent, la prairie se transformant en feu sur Misao, Misao torturée de mille façons sous ses yeux impuissants, ou alors des tortures ou il était lui-même le bourreau…
Il avait eu droit à tout. Et il les revoyait en boucle, avec les cris en fond sonore. Son ventre grogna légèrement et il mit une main dessus. Une main qui s'enfonça. Regardant, il aperçut ses côtes. Tellement maigre. Et il avait l'impression que ce qu'il avalait ne servait à rien. Il réhabituait son estomac aux aliments, mais c'est comme s'ils ne voulaient pas rester. Il n'avait même pas l'impression d'avoir pris quelques grammes depuis qu'il était à la maison. Et cela faisait tout de même pratiquement une semaine. Une semaine ou il mangeait le plus possible, deux bouchées maximum donc, matin midi et soir, et cela ne changeait rien.


Lentement, il se recoucha, essoufflé. Misao n'avait toujours pas bougé. Maintenant, il avait peur de sa réaction…
Les cris se transformèrent en hurlement dans sa tête et il se força à garder les yeux ouverts. S'il les fermait, les hurlements l'anéantiraient…
Oui, traumatisé il l'était. Mais il espérait vaincre se traumatisme le plus vite possible. Ne plus faire souffrir les autres. Misao et Moon en priorité. Dan ne montrait aucun signe de dégoût ou autre. Ou alors il le dissimulait réellement bien.


Kem comptait sur eux pour défendre Misao si jamais Lewis se pointait. Lui à la rigueur…ils pouvaient le laisser à sa merci. D'abord Misao. Lui ne servait de toute façon plus à grand chose pour le moment. D'abord Misao.
Elle était plus importante à ses yeux. Il ferait tout pour la protéger, même dans son état actuel. Il ferait tout, si jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Lun 25 Juin 2012 - 21:00

Je relus au moins cinq fois la feuille, puis je pris le stylo et écrivit moi-même quelque chose. « Je t’aime pour Kemounet chou adoré dans ma vie entière. » Bon, ça devait pas être très correct mais bon… Puis je souris, je l’embrassais doucement.

« Je ne suis pas choqué par ta maigreur, j’ai vu pire. Le même état que toi avec les jambes ou bras dans un angle assez étrange qui donne envie de dégueuler. En fait ce qui me dégoute c’est que ce soit arrivé à toi. J’aurais préféré prendre ta place. »

Puis je me levai et lui dis que j’allais lui chercher à manger. Je trouvais Moon dans la cuisine, qui regardait le ciel. Je m’approchai mais elle se retourna d’un coup et me fixa. Ouh ! Elle faisait un peu peur là ! Je me mis à trouver un truc pour Kem farfouillant dans les placards. Puis je lui demandai comment l’aider.

« T’as qu’à lui faire un strip-tease, je suis sûr qu’il sera ravi. » dit-elle

Je me tournai vers Moon et la dévisageait.

«Ça va ? Tu devrais ralentir sur l’alcool tu sais. Ça te réussit pas vraiment ! » lui répondis-je

Elle sourit puis sortit en levant les yeux au ciel. Non mais c’est moi qui devrais faire ça ! C’était quoi cette idée bizarre là ? Mais je n’étais pas au bout de mes peines.
La journée passa tranquillement, sans strip-tease bien entendu. Kem resta dans la chambre et je lui fis comprendre qu’il était hors de question qu’il aille dormir avec les autres mercenaires blessés. Je lui enlevais aussi toutes ses idées saugrenues comme quoi je pouvais le délaisser et tout le tralala, de la tête. Puis la nuit tomba. Je ne parlais plus aux étoiles, je leur faisais la tête. Elles auraient dû me dire où était emprisonné Kem, comme ça j’aurais pu le libéré tout de suite et il ne serait pas dans cet état. Bref, je m’endormis et elles essayèrent de me parler mais je les chassais de mes rêves. Je n’aurais pas dû. Je fus réveillé par une main qui vint se coller contre ma bouche pour m’empêcher de parler. On m’extirpa du lit alors que Kem me regardait avec un air affolé. Je ne savais pas ce qui se passait et j’essayais vainement de me libérer mais rien à faire. La personne qui me tenait sera encore plus fort. Je ne savais pas qui c’était mais j’avais tout de suite deviné qu’il ne me voulait pas du bien.


« Vous allez me payer pour la mort de Midnight. Kem, je vais t’achever en beauté. Quand à toi Misao, je vais te faire mienne sous les de ton cher toutou. »

Lewis, c’était sûr. Quand j’avais dit qu’il allait finir par me violer celui-là ! Au moins il n’allait pas me tué. Quoi que ! Je préférais plutôt crevé que de le laisser faire. Je voulus hurler mais quelque chose m’en empêcha. C’était comme si un Mentaï avait dessiné pour m’en empêcher. Je ne comprenais rien ! Mais quand je sentis les mains du nounours se glisser sous ma chemise de nuit j’arrêtais de réfléchir. Tout ce que je voulais c’est qu’il arrête. Je voulais m’échapper ! Mais je n’y arrivais pas et Kem ne pouvait rien faire. Lewis se mit à déboutonner sa chemise alors que j’essayais de le repousser, ça le ralentissait. Il me colla contre le mur d’une main, enlevant sa ceinture de l’autre me bloquant et me caressant toujours. Ca me dégouter tellement ! Pourquoi n’avais-je pas écouté les étoiles ? Putain ! J’étais vraiment trop conne ! Puis vint le moment où le jeune homme à la tignasse rose entreprit d’enlever ma robe. J’avais envie de hurler, de vomir, de me réfugier contre Kem. Il me l’arrachait carrément ! Quand tout à coup un énorme cri retentit. Nous nous tournâmes tous deux vers celui-ci qui venait d’émettre ce hurlement. C’était Kem. Lewis me lâcha en jurant alors que je glissais à terre, éclatant en sanglot. Je me recroquevillais sur moi-même pendant que Dan et Moon débarquaient.
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Lun 25 Juin 2012 - 22:03

Misao finit par inscrire également quelque chose sur la feuille :

« Je t’aime pour Kemounet chou adoré dans ma vie entière. »

Il sourit. Ce n'était pas très français, mais cela lui réchauffait le cœur. Elle l'embrassa tendrement ensuite, et il lui rendit son baiser, passionnément.

-Je ne suis pas choqué par ta maigreur, j’ai vu pire. Le même état que toi avec les jambes ou bras dans un angle assez étrange qui donne envie de dégueuler. En fait ce qui me dégoute c’est que ce soit arrivé à toi. J’aurais préféré prendre ta place.

Il sourit faiblement alors qu'elle partait chercher à manger. Resté seul, son cœur paniqua. Seul, dans le noir, terrifié…non. Il n'était pas dans le noir. Les lumières du soleil le prouvaient. Et il n'était pas seul. Elle était dans l'autre pièce, avec Dan et Moon…
Mais les cris résonnaient plus fort encore dans sa tête. Il serra les couvertures dans ses poings.


Heureusement, Misao revint vite et lui fît manger un peu de viande et de légume. Il réussit à faire passer trois bouts de viande et deux haricots avant de déclarer ne plus pouvoir manger sous peine de tout rendre sur le champ.
Puis elle passa l'après-midi assise à ses côtés, une main dans la sienne, à lui expliquer que jamais elle ne le quitterait et qu'il ne dormirait pas avec les blessés. Il écrivait ses réponses, d'une main bien plus assurée que la première fois.
Les cris étaient plus faibles lorsqu'il s'occupait l'esprit, en écoutant Misao et en écrivant. Ils reculaient et il en était heureux. Il l'embrassait aussi. Maintenant qu'il savait qu'elle y arriverait, il ne s'en privait pas. Malgré le peu de forces, il l'embrassait aussi passionnément qu'auparavant.


Le soir venu, elle se coucha près de lui et ils s'endormirent calmement. Enfin, calmement, pour elle. Lui était bien, dans ses bras, mais les cris étaient revenus avec la nuit. Il les mettait de côté, voulait les ignorer, n'y arrivait pas. Finalement, alors que l'odeur de Misao lui emplissait les narines, il finit par s'endormir faiblement, comme à chaque fois.

Pour être réveillé quelques instants plus tard, par un bruit sourd. Il ouvrit les yeux, paniqué. Elle était revenue. Il rêvait. Illusion. Il était affolé. Il tourna la tête et vit une grande silhouette sur une plus petite. Et…le lit ! Vide !!! Misao !!!

Il voulut hurler. N'y arriva pas. Il s'agita. Tenta de se lever. Il avait reconnu l'intrus. Lewis ! Son cœur s'emballait.

-Vous allez me payer pour la mort de Midnight. Kem, je vais t’achever en beauté. Quand à toi Misao, je vais te faire mienne sous les de ton cher toutou.

Kem haletait, cherchait une solution et n'en trouvait pas. Sa gorge était bloquée. Non ! Pas maintenant ! Il fallait qu'il agisse ! Il ne voulait pas la laisser se faire violer sous son nez. Et encore moins par ce porc de Lewis !

Il le vit retirer violemment la chemise de la Rêveuse, dévoilant sa poitrine. Elle le repoussait comme elle pouvait alors qu'il enlevait sa ceinture. Il ferma les yeux deux secondes. Les cris revinrent en dix fois plus forts qu'avant. Sa gorge eut une sorte de déclic.


Elle s'ouvrit en grand, d'elle-même, et un son strident en sortit. Un son qui se transforma en hurlement. Il crut que ses poumons allaient craquer. Lorsqu'il la referma, Lewis comme Misao le regardaient.
Il voulut bouger, frapper l'ourson, ne parvint pas à bouger de plus de deux centimètres.


Lâchant Misao, Lewis jura alors que la porte de la chambre s'ouvrait à la volée sur Dan et Moon. Ceux-ci analysèrent très vite la situation et réagirent au quart de tour. Ils se ruèrent sur Lewis qui sortit de la pièce, pour fuir sans doute. Les deux autres Mercenaires le suivirent, laissant Kem et la Rêveuse seuls. Celle-ci pleurait à chaudes larmes. Alors Kem rejeta les couvertures de son corps, oubliant la faiblesse de ses muscles et se glissa hors du lit. Il tomba plus qu'il ne sortit de celui-ci et rampa vers Misao qui était recroquevillée contre le mur.

Il leva un bras, voulut le mettre autour de ses épaules…elle le rejeta violemment en criant. Il se recula vivement, affolé. Les cris continuaient de résonner dans sa tête.


-Misao…c'est moi…il est partit…

Il arrivait à parler. Faiblement encore, mais il parlait sans que sa gorge s'y oppose. Elle leva la tête et l'observa. Puis elle fondit à nouveau en larmes et se jeta contre lui. Il faillit tomber en arrière, son corps ne réussissant pas à la soutenir, mais tint bon. Il la serra contre lui, lui murmurant des "chut" et des "c'est finit" au creux de l'oreille. Il ne savait pas quoi faire d'autre.

Il releva la tête en entendant Moon et Dan revenir.


-Il s'est enfuit.

Moon arborait une mine grave. Et elle ne regardait pas Kem directement. En revanche, elle s'avança et agrippa Misao sous les épaules, la soulevant de terre, la calant dans ses bras, l'arrachant à Kem. Non ! Laissez-là avec lui ! Elle avait besoin de lui ! Plus que quiconque !

Mais il n'eut pas le loisir d'en faire part à Moon qu'elle était déjà sortie de la pièce, la Rêveuse dans ses bras.
Dan l'aida à se remettre dans le lit en le soutenant d'une main. Kem força ses jambes à le maintenir debout puis à s'asseoir gentiment et enfin à se coucher. Dan remit les couvertures et dit :


-La prochaine fois que je le voie, je le tue.

-Non. C'est à moi de l'achever. Il a fait assez de mal à Misao. D'ailleurs, je ne pense pas que ce soit une bonne idée de l'éloigner de moi.

Dan parut surpris qu'il parle puis réfléchit et enfin annonça :

-Si. Après un choc pareil, elle ne voudra plus être touchée par un homme.

-Tu connais mal Misao. Elle a besoin de moi, Dan. Elle a besoin de se sentir en sécurité.

-Avec toi ? Pour l'instant, tu n'es pas très utile, à part pour jouer l'alarme.

Kem ne se formalisa pas.

-Dit à Moon de ramener Misao ici. Maintenant.

Dan soupira mais finit par obéir. Et, à peine assise sur le lit, Misao se jeta contre lui. L'enserrant de ses bras, il la calma comme il put puis, lui relevant la tête, l'embrassa. Un baiser lent, doux, délicat, long et amoureux. Le plus beau baiser qu'il lui eut jamais donné.

La relâchant, il murmura :


-Jamais plus il ne te fera souffrir…je t'en fais la promesse…

Souriant légèrement, il ajouta :

-Et que tu sois non-violente n'y changera rien. J'aurais sa tête Misao.

Elle ne l'empêcherait pas de le tuer. Dès qu'il aurait des forces, de l'entraînement et qu'il le revoie. Là, il mettrait fin à cette histoire. Il tuerait Lewis comme Dan avait tué Midnight.

Serrant toujours Misao qui s'agrippait à lui comme si elle avait peur de le lâcher, il la berça tendrement. Les cris étaient toujours là oui, mais il y avait plus urgent et son esprit était trop tourmenté pour y faire attention. Il avait vaincu un traumatisme. Il parvenait à parler. Un bon début. Maintenant, reprendre du poids. Se muscler. S'entraîner. Tuer.

Combien de temps cela allait-il prendre ? Il l'ignorait, mais y arriverait. Misao se calmait petit à petit et il continua à la bercer jusqu'à ce qu'elle se rendorme. Ou du moins qu'elle ferme les yeux. Il fallait qu'elle oublie cette aventure. Elle était d'ailleurs toujours nue contre lui et sa main descendit sur sa hanche par automatisme.

Elle ne broncha pas et, au contraire, se blottit encore plus contre lui. Il l'embrassa sur le front, la laissant se reposer une bonne fois pour toutes. Il espérait juste qu'elle y parvienne après le chamboulement. Parce que lui n'y arriverait plus et continuerait à veiller sur elle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 26 Juin 2012 - 20:43

Il faut savoir un truc avec moi, je ne peux pas être traumatisé plus de quelques heures. Je fais un gros dodo, oui, qu’un con ait essayé de me violé me fait dormir, comme quoi, je ne dois vraiment pas être normale. Donc, ensuite en rêve je parle aux étoiles. Oui bon ok, cette fois-ci je me suis réconciliée avec elles. Et je me réveille le matin avec des réactions auxquelles personne ne s’attend. Cette fois-ci, je me relevai en criant :

« La prochaine fois que je le vois ce hurensohn je le trucide. »

Hurensohn veut dire fils de pute en allemand, je le précise juste comme ça, hein. Ensuite je me levai sous les yeux ahuris de Kem qui pensait sûrement que j’allais rester tout la journée dans ses bras à pleurer pendant que lui pourrait mater ma poitrine mais non ! Je m’habillai en décrivant avec beaucoup de détails comment j’allais torturer cet « Hurensohn ». Je précise que je ne comptais pas le faire avec des mots.

« Je vais le découper en morceau, le faire frire et je deviendrais cannibale en le mangeant ! MOUAHAHAH ! » déclarai-je

Dan qui venait de me regarder fit exactement la même tête que moi hier quand Moon avait… Déliré…

« -Tu dis ça parce que t’as faim c’est ça ? Ou parce que t’es vraiment vénère ? demanda-t-il
-Les deux en fait.
-Dire qu’hier soir t’étais encore en train de chialer…
-Hier c’était hier ! C’est moi qui devrait faire un blocage là-dessus pas vous. Au fait, ce soir tu montes là garde et faudra que t’ailles aussi chercher à manger.
-T’as peur c’est ça.
-Je suis terrifiée, ça se voit non ? Non, mais c’est juste par mesure de précaution.
-Ouais, c’est ça ! J’ai repensé à cette histoire de mariage et…
-Mais putain ! Je suis trop jeune pour ça ! Et puis tu me vois vraiment en train de me marié. J’arriverais à envoyer le gâteau à la tête de Kem…
-Non, après j’ai pensé à toi version maman… »


Là ce fut le grand froid. Je venais de visualiser la scène, sûrement une semblable à celle de Dan. Lui tonton de gosses avec moi comme mère. Ca ne le ferait pas du tout. La maison serait en ruine en même pas deux jours. Des conneries en permanence et des disputes, amicales hein, en continue. On se tourna en même temps vers celui qui était censé être le père avec le même sourire sadique.

« -Il ne tiendrait pas deux jours ! déclara Dan
-T’es dur là.
-Tu donnes combien toi ?
-Deux jours, une heure et trente-six secondes.
-Ouh ! C’est précis ça !
-Et Moon ?
-Je sais pas...
-J’adore les enfants, je ferais la nounou.
dit la concernée en passant devant la porte
-C’est pas bien d’écouter aux porteeeeuuux !
-J’écoutes pas aux portes, c’est qui braillez tellement fort qu’on vous entend à l’autre bout de la forteresse ! »


Je lui tirais la langue, pas traumatisé pour un sous, j’avais prévenu hein, puis j’allais préparer à manger. J’avais tellement faim ! Je ne fis pas frire Lewis bien entendu, parce qu’il avait disparu. Puis je retournai auprès de MON Kem m’asseyant en tailleur à côté de lui. Je lui fis causette, évitant à tout pris ce qui c’était passé hier soir. Je n’étais pas traumatisé mais j’avais peur qu’il revienne et que cette fois je le sois vraiment. Et surtout qu’il finisse ce qu’il avait commencé hier.

***
Quelques semaines passèrent et Kem reprenait du poids, était moins terrifié à l’idée se retrouver seul. Je pouvais à présent ouvrir grand les rideaux et il commençait à se déplacer dans la maison. A la vitesse d’un escargot et en étant se tenant parfois aux meubles mais peu importe. Je me sentais soulagé. J’avais aussi essayé de sortir mais j’avais reconnu la tignasse rose parmi les mercenaires et j’avais courus jusqu’à la maison. J’étais arrivé essoufflée et les larmes aux yeux, me dirigeant tout droit dans les bras de Kem alors que Moon répétait que je n’aurais pas dû sortir. A par ça il n’y eut aucun incident. Puis un jour je décidai de faire quelque chose, ce n’était pas stupide et en plus ça allait faire plaisir à Kem…
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 26 Juin 2012 - 21:43

Kem avait fermé les yeux, mais ne dormait pas. Les cris ne le laissaient pas tranquille, et la peur que Lewis puisse revenir le maintenait éveillé. Il s'en voulait de ne pas l'avoir entendu plus tôt. De ne pas avoir pu faire autre chose que d'alerter les autres. Mais en même temps, s'il n'avait pas réussit à le faire, Misao se serait fait violer sous ses yeux impuissants et il aurait assisté à sa mort avant de mourir lui-même…
De nouvelles images qui s'ajoutaient à celles déjà présentes dans sa tête.

Blottie contre lui, Misao dormait paisiblement. Sa respiration s'était faite régulière et elle avait elle aussi posé une main sur son torse. Jusqu'à ce qu'elle se redresse en criant presque :


-La prochaine fois que je le vois ce hurensohn je le trucide.

Kem ouvrit brusquement les yeux, son cœur faisant une embardée dans sa poitrine. Il la regarda, étonné. Elle n'avait pas l'air troublée par ce qui avait failli lui arriver la veille. Au contraire, elle était encore plus déterminée à le voir mort, même pour une non-violente. Lui qui pensait qu'elle voudrait rester dans ses bras…

Se levant, elle décrivit toutes les manières possibles de "trucider", l'ourson :


- Je vais le découper en morceau, le faire frire et je deviendrais cannibale en le mangeant ! MOUAHAHAH !

Dan, qui était arrivé en même temps, engagea la conversation. Ils parlèrent du blocage qu'elle aurait dû avoir, de son appétit, pour revenir sur la question du mariage. Misao ne le voulait pas, c'était clair et net. Elle ne voulait pas se marier. En même temps, elle avait dix-sept ans. Qui assurait qu'elle reste avec Kem ? Qui lui promettait qu'elle resterait en vie longtemps ? Avec Viladra, rien n'était sûr, et leur relation n'arrangeait rien. Si son ancien Maître décidait de se débarrasser de la Rêveuse et de son oncle, il ne pourrait rien faire, même s'il tenterait le tout pour le tout. Alors se marier…raison supplémentaire d'énerver Viladra, rien d'autre. Encore pire s'il venait en lui annonçant que Misao était enceinte…
En parlant d'enfants, les cousins s'imaginaient déjà entourés de gosses hurlant et braillant dans la maison.
Et lorsqu'ils se tournèrent vers lui avec un sourire sadique, il déglutit. Il avait juste oublié qu'il serait le père, dans l'histoire…Et il ne fît aucun commentaire lorsqu'ils élevèrent ses chances de survie à deux jours grand maximum.
Il ne suivit plus rien à l'histoire et il fût surpris en voyant Moon apparaître. Elle qui l'évitait, voilà qu'elle voulait jouer la nounou…pas pour lui voyons ! Pour les enfants…si un jour il en avait…

Enfin soit, ils quittèrent tous trois la pièce pour aller manger. Resté seul, Kem ignora son cœur, sa peur, les cris. Essaya pour ceux-ci du moins. Vivement qu'il trouve le moyen de les éliminer de son cerveau…qu'il puisse dormir convenablement et reprendre encore plus vite des forces… Mais heureusement, Misao revint et s'installa en tailleur à ses côtés. Elle mangea, tout en lui donnant de petits bouts de temps en temps et parlant de tout et de rien, évitant la mésaventure de la veille. Kem n'y fît pas allusion non plus. Misao voulait oublier, alors il l'aiderait. Et la rassurerait. Il ne reviendrait pas, et ne finirait pas ce qu'il avait projeté de faire.
Il l'écouta parler, repoussant la nourriture qu'elle voulait lui faire ingurgiter. Son estomac ne supportait pas encore trop d'aliments d'un coup…

******

Deux semaines et demie s'écoulèrent sans l'ombre d'un incident. Lewis n'avait plus refait surface mais Moon et Dan continuaient de surveiller les alentours et faisaient de temps à autre des patrouilles la nuit, au cas où.
Kem avait repris du poids. Il était encore maigre, mais ses côtes se voyaient moins et il mangeait plus en une seule fois. Il était heureux de voir qu'il remontait la pente. De plus, rester seul ne le faisait plus autant paniquer. Bien sûr, si Misao, Dan ou même Moon qui acceptait de rester avec lui maintenant qu'il n'était plus aussi maigre, le laissait seul trop trop longtemps, là il se mettait à paniquer. Ce qui était un bon début. Parce que cela prenait tout de même bien un quart d'heure avant qu'il ne panique. Les cris le hantaient toujours, refusant de disparaître, mais il n'avait rien dit aux autres. Voir qu'ils étaient soulagés de le voir se remettre était plus important à ses yeux.
Yeux qui s'étaient eux aussi réhabitués à la lumière du jour et la Rêveuse avait enfin pu ouvrir en grand volets et fenêtres pour aérer la chambre.
Sa prise de poids se traduisait par de nouvelles forces dans les jambes. Elles le supportaient bien mieux et il pouvait enfin sortir du lit et se déplacer dans la maison. Lentement, se tenant aux meubles et ou il pouvait, mais il marchait. Et pour lui, c'était énorme. Il se lavait seul aussi, sauf lorsque Misao insistait pour le rejoindre. Une seule fois elle était sortie pour revenir en courant, le faisait trembler de peur lorsqu'elle avait dit avoir reconnu le bonbon. Trembler pour elle. Lui il avait ressenti toute la colère qu'il gardait au chaud en son for intérieur pour la libérer sur cet homme et le tuer comme il se devait.

Arrivés au soir, Kem s'était rallongé, essoufflé. Il avait passé l'après-midi à marcher, forçant ses jambes mais maintenant elles étaient à bout. Il était donc à moitié assis, dos contre l'oreiller, lorsque Misao entra doucement dans la chambre qu'elle ferma à clé. Il haussa un sourcil, étonné. Elle se tourna lentement vers lui, se mordant la lèvre, un air malicieux peint sur le visage…

Se mettant devant le lit, Kem put l'admirer entièrement. Elle avait revêtu un peignoir qu'elle laissa glisser le long de son corps. Qui était nu, hormis un soutien-gorge et un slip. Moulant. Dessinant sa silhouette parfaite…
Kem sentit sa bouche s'affaisser et s'ouvrir béatement. Il serra les draps de toutes ses forces. Il ne cillait même plus. Elle s'avança délicatement vers le lit, s'agrippant aux barres de bois qui se trouvaient à gauche et à droite du lit, grimpant dessus et se mettant à quatre pattes au niveau de ses pieds.

Le tout d'une façon délibérément lente et langoureuse, qui le faisait fondre. Il le sentait, il s'excitait rien qu'en la voyant. Son corps d'homme réagissait à ce qu'il voyait. Il se força à rester immobile et à la laisser faire. Les cris étaient devenus bien plus lointains, d'un coup, même s'il était sûr de les entendre encore par la suite.

Mais pour l'heure, il voulait que Misao continue. Qu'elle l'emmène au paradis….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 28 Juin 2012 - 21:02

Finalement j’avais écouté Moon et décidai de suivre son conseil. Et je n’allais pas être déçu, j’avais déjà envie de rire quand j’étais entré dans la chambre mais maintenant que j’avais vu la tête ébahie de Kem je me retenais de toute mes forces pour ne pas exploser de rire. J’avais l’impression qu’il avait vu dieu. En même temps c’est normal puisque je suis dieu ! Hum… Bref, je me mis à faire mon cirque, me déplaçant avec une grâce féline et une lenteur très calculée. Les étoiles derrière me conseillaient alors que je commençais doucement à débouter la chemise de Kem prévoyant déjà la disparition du soutien-gorge. Je voulais aussi voire combien de temps mon petit-ami allait tenir avant de me sauter dessus, parce que je savais qu’il en avait envie. Je voyais qu’il s’accrochait de toutes ses forces aux draps. Je me mis à parcourir son torse de douce caresse, aussi légères qu’une plume. Puis j’embrassai doucement ces lèvres, avant de descendre dans son cou en le léchant. Mes amies célestes me proposèrent des trucs que je refusais, leurs histoires perverses, je m’en passais… Puis alors que je glissais mes mains dans mon dos pour enlever ce qui cachait ma poitrine une voie retentie.

«Kem, fait attention à ne pas baver sur ma cousine, ça serait pas super sexy ! »

Je me retournai et vis l’œil de mon cousin dans le trou de la serrure de la porte. J’allais l’étrangler ! Pourquoi devait-il être assez chiant pour venir nous interrompre dans un moment pareil ? Il crut bon de s’expliquer disant qu’il avait voulu entrer dans la chambre pour me dire quelque chose mais qu’il avait trouvé la porte fermée à clé et qu’il avait trouvé ça bizarre. Et le fait qu’on faisait un truc privé ne lui avait pas effleuré bien entendu. Il avait dû regarder. Bon, ok, je m’étais aussi dit que Kem n’allait pas tardé à se mettre à baver mais bon… Ça aurait cassé l’ambiance ! Et puis de toute façon Dan était là pour s’en chargé !

« -Dis, si tu commences comme ça maintenant dans quelques années tu te feras payer Misao ! enchaîna l’œil dans la serrure
-Mais non ! Elle, elle ferait ça gratuitement ! dit la voix de Moon
-Oh ! Une pute bénévole ! Ça va avoir beaucoup de succès. »

Je ne pus m’empêcher de rire mais ça ne dura pas longtemps. Entre temps les deux imbéciles s’étaient fait la malle sentant les problèmes arrivaient. Je les insultai puis me retournai vers Kem qui n’avait pas l’air content. Genre je vais aller lui coller mon poing dans la figure. Bon, dans son état tout ce que j’avais à craindre c’est qu’il se fasse mal à lui-même mais moi j’avais envie de reprendre. Je pris son visage entre mes mains l’obligeant à me regarder dans les yeux.

« C’est pas grave. Fais pas attention à eux et calmes-toi. Regardes moi plutôt, je suis beaucoup plus intéressante. » dis-je avec un grand sourire

Je le vis qui se détendait un peu mais je savais qu’il allait en vouloir encore un moment à mon cousin. De toute façon je m’en fichais, Dan ne risquait pas d’être blessé. Et finalement je finis d’enlever mon soutien-gorge. Je vis que mon cousin disparaissait de l’esprit de Kem, tant mieux ! Je repris mon cirque et je sentais qu’il n’était pas loin de craquer, ses poings se desserraient autour des draps.
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 28 Juin 2012 - 21:59

Misao se glissa lentement jusqu'à lui et commença à déboutonner sa chemise, le tout d'un mouvement lent et parfaitement calculé. Lui restait agrippé aux draps, se retenant tant bien que mal. S'il s'écoutait, il lui sauterait dessus dans la seconde, au risque de se casser un membre trop fragile encore. Mais il voulait voir ce qu'elle avait prévu. Parce qu'apparemment c'était une idée qui avait germée depuis quelques temps.

Il se sentit frissonner de plaisir lorsque ses doigts fins parcoururent son torse, lentement, délicatement, le caressant d'un mouvement de va et vient incessant. Son envie augmenta d'un cran supplémentaire lorsqu'elle s'empara de ses lèvres, pour descendre dans son cou et de continuer à l'embrasser de plus en plus sauvagement.
Il tenait le drap si fort qu'il était persuadé qu'ils allaient se déchirer à un moment ou à un autre, malgré le peu de forces qu'il avait pour l'instant.


Elle l'emmenait réellement au paradis, il ne pouvait pas dire autrement. Son corps avait soif d'elle et elle faisait ressurgir toutes ses sensations enfouies depuis un long mois…
La Rêveuse se releva doucement, mettant ses mains dans son dos en un geste significatif. Il continuait à l'observer, attendant qu'elle se dévoile, qu'elle se livre à lui, mais une voix interrompit le geste :


-Kem, fait attention à ne pas baver sur ma cousine, ça serait pas super sexy !

Alors que Misao se retournait, Kem tourna le regard et vit dans le trou de la serrure un œil. Il osait interrompre ce moment d'intimité depuis si longtemps perdu ?! Dan allait le lui payer. Connaissait-il le sens du mot "privé" ? Si non, Kem allait le lui faire connaître, de force s'il le fallait.
Il jugea bon de s'expliquer, mais Kem ne fît pas attention. Pourquoi n'étaient-ils jamais seuls plus de dix minutes ?
En plus, Moon se rajouta. Et ils insultèrent Misao ! Qui rit légèrement. Kem entendit les bruits de pas s'éloigner de la porte et Misao se retourna à nouveau vers lui, lançant des insultes et menaces en tout genre aux deux autres Mercenaires qui n'avaient sans doute pas entendu.


Elle le regarda et il tenta d'afficher un air calme, même s'il était énervé. Toujours à les interrompre quand il ne fallait pas ceux-là ! Il allait créer une affiche à mettre sur la porte si cela continuait ! Quoique, pas sur que cela les stoppe…

Misao prit son visage entre ses mains si douces et le força à la regarder droit dans les yeux. Dan était toujours présent dans son esprit, ainsi que les cris, mais ils diminuaient, et de toutes manières, en voyant l'étincelle dans les yeux de la Rêveuse, ils étaient secondaires.

-C’est pas grave. Fais pas attention à eux et calmes-toi. Regardes moi plutôt, je suis beaucoup plus intéressante.

En effet. Elle était dix fois plus intéressante que Dan ou Moon. Il mit donc ces derniers dans un coin de sa tête, se détendant légèrement, les cris revenant mais repoussés également. Il laissa donc Misao reprendre, détachant son soutien-gorge avec une lenteur qui le fît trembler.
Il se retint de le lui arracher et ne s'empêcha pas d'admirer sa poitrine lorsqu'elle jeta le vêtement dans la pièce. Ses mains toujours serrées sur les draps, il avait de plus en plus de mal à les y laisser. Misao commença alors à se mouvoir sur lui, caressant son torse, le faisant frissonner de plus belle.


Au moment ou elle reprenait possession de ses lèvres, il ne se tint plus. Lâchant les draps, il glissa le long des hanches de la jeune femme, et retira délicatement le dernier vêtement qui la recouvrait, alors qu'elle faisait de même avec lui.

Elle souriait, lui aussi, oubliant pour un temps les cris, les dernières semaines, Dan, Moon et même Lewis. Il la caressait, l'embrassait, passant de ses lèvres, descendant sur le cou, embrassant chacun de ses seins doucement, partant jusque son ventre, ses cuisses…

Ses mains se promenaient partout également, sans qu'ils les retiennent.
Et, finalement, il eut bien assez de forces pour mener Misao sur des chemins de bonheur à l'état pur, unissant leurs corps, faisant battre leurs cœurs à l'unisson, lui montrant tout l'amour qu'il lui portait, tout comme elle l'avait fait en s'occupant de lui, en étant aussi patiente et en ayant pris l'initiative du strip-tease.
Jamais il n'avait connu pareille sensation….


Des heures plus tard, Kem enlaçait Misao dans ses bras. Essoufflés, fatigués, trempés de sueur, mais heureux comme ils ne l'avaient jamais été. D'un doigt, il effleurait son bras, de haut en bas. Elle avait posé une main sur son torse et s'amusait à dessiner des cercles de plus en plus petits.

-Je t'aime…

Il avait soufflé les trois mots, et ne fût pas sûr qu'elle ait entendu. Elle s'était endormie. Sa respiration se faisait régulière, et il se demandait si les étoiles lui parlaient. Il faisait toujours nuit. Et, au fait, les étoiles avaient-elles vu ce qu'ils avaient fait ? Avaient-elles compris qu'ils venaient de faire l'amour ? Et qu'en disaient-elles ?
Il demanderait Misao lorsqu'elle se réveillerait. Pour l'heure, il devait lui aussi dormir. Il ferma les yeux, immédiatement assailli par les cris et les images. Images qu'il repoussa grâce à l'acte de la soirée. Mais les cris…il cherchait toujours un moyen de les supprimer.
Finalement, il mit une heure de plus avant de s'endormir, Misao dormant paisiblement contre lui, si belle…


******

Kem s'éveilla au son des cris, comme tous les matins. Le soleil se levait à peine. Misao dormait donc toujours profondément. Il savait très bien qu'elle était une dormeuse. Aussi se décolla-t-il d'elle le plus doucement possible pour ne pas la réveiller. Il se tint aux barres du lit pour reprendre son équilibre une fois qu'il fût debout, puis alla vers la salle de bains. Là, il prit sa toilette, s'habille fraîchement, se retenant de tomber.
En ressortant, il observa le lit. Déjà, les draps étaient en pagaille…et Misao s'était étalée sur tout le matelas, dormant dans une position bizarre mais marrante. Se retenant de rire, Kem sortit de la chambre, rouvrant la porte à clé. La refermant il s'installa à table, pour reprendre un peu de souffle, une nouvelle fois, lorsque Moon débarqua.


Le sourire qu'elle arborait signifiait énormément de choses…

-Quoi ? Demanda-t-il.

Elle haussa un sourcil et posa une tasse de café devant lui en s'asseyant avec le petit-déjeuner.

-Rien rien…

Elle commença à manger et lui aussi, même s'il se stoppa au bout de la moitié. Il mangeait plus qu'avant, c'était déjà pas mal !

Le café, il n'en but qu'une gorgée, sinon il allait tout vomir directement. Moon finissait donc lorsque Dan arriva à son tour.

-Quel boucan hier soir ! Z'auriez put enclencher le mode discret !

Kem se mordit la lèvre. Ils avaient été bruyants ? Mais il ne savait pas quoi dire, jusqu'à ce que Dan explose de rire.
Il rit jusqu'à être assis et avoir mangé un bout, avant d'expliquer :



-Je rigole ! On a rien entendu et je crois qu'il vaut mieux !

Kem soupira de soulagement. Il faut dire que la veille avait été…torride.

Il se releva, rangea ses affaires et se dirigea vers la porte lorsque Moon lui demanda :


-Tu veux aller ou ?

-Me promener.

-Avec Lewis qui courre ?

-Si je le vois je lui fais dire bonjour à l'Enfer.

-Pas dans ton état, Kem. Reste ici jusqu'à ce que tu ais plus de forces. Tu as encore une mine de déterré.

Son visage était peut-être encore creusé, mais il avait envie de sortir.
Il ouvrit la porte et fît un pas dehors. Le soleil l'aveugla. Tant et si bien qu'il faillit s'écrouler si Dan ne l'avait pas rattrapé. Heureusement, il n'y avait pas trop de Mercenaires dehors pour le voir. Clignant des yeux, il réajusta sa vue.


-Tes yeux n'ont plus l'habitude du soleil.

Merci Dan. Kem ne l'avait pas remarqué. Se dégageant, il sortit, baissant la tête pour éviter les rayons aveuglants. Il s'éloigna légèrement de la maison, se raccrochant de temps en temps. Il marchait lentement, il en avait bien conscience, mais il cherchait quelque chose.

En effet, avant de s'endormir, cette nuit, il avait entendu un miaulement. Il y avait donc un chat autour de la maison et il voulait l'offrir à Misao, qui avait émit le souhait d'avoir un chat.
Contournant la demeure, il fouilla les buissons, partout. Il le trouva finalement dans une caisse, planquée derrière l'arbre qui jouxtait la bâtisse.


Lui tendant ses mains, Kem resta immobile. Le matou s'approcha, méfiant et le renifla. Kem ne tenait plus, dans la position accroupie. Les fourmis envahissaient ses jambes et il sentait qu'il allait tomber…
Mais le chat commença à lui lécher les mains, quémandant de la nourriture. Kem l'attrapa alors, le soulevant de terre alors que le matou feulait et sortait ses griffes.
Il avait un pelage blanc, orné de tâches noires, dont l'une sur un œil. Il était un peu maigre, et Kem pensa qu'ils étaient très bien assortis. Tous les deux maigres et cherchant de la nourriture…alors que lui en avait mais n'arrivait pas à la manger.


Il repartit, se sentant défaillir, mais parvint à la maison. En entrant, Dan et Moon soupirèrent de soulagement et sourirent, mais pas pour lui.

Se tournant, il vit Misao assise à table. Il sourit et s'avança en disant :


-Tiens. Il est pour toi.

Il lui tendit le chat, qu'elle attrapa délicatement et commença à caresser entre les oreilles, le faisant ronronner.
Kem prit une chaise à son tour et s'assit. Reprendre son souffle et des forces. Cette escapade l'avait éreinté. Vivement qu'il ait toutes ses forces. Qu'il s'entraîne. Qu'il cherche le bonbon. Qu'il le tue. Et qu'il redevienne comme avant. Parce que là…il était comme un vieillard…

En tout cas, Misao semblait ravie. Tout comme lui l'avait été la veille. Et il savait qu'elle avait tout autant aimé que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 30 Juin 2012 - 23:39

Je souris en prenant le chat, qu’il était mignon ! Un peu maigre mais au moins maintenant Kem n’était plus tout seul. Il n’avait pas l’air sauvage et était clairement en manque d’affection. Il me quémandait sans cesses des caresses, je finis par le donner à Dan qui paniqua presque aussitôt pour aller chercher quelque chose à manger. J’embrassai Kem en guise de remercîments. Puis je repris le pauvre minou qui feulait dans les bras de mon cousin qui ne semblait pas vraiment doué avec les animaux. Moon regardait le tout avec un sourire amusé, en fait elle l’arborait depuis que j’étais arrivé. Sûrement à cause de hier soir, Dan avait aussi fait quelques commentaires avec des haussements de sourcils significateurs.
Quand je m’étais réveillée il n’y avait plus Kem et j’avais une position très bizarre. J’avais remarqué qu’il dormait toujours aussi mal, il s’endormait tard. Je ne lui en avais pas encore parlé, sûrement parce que j’avais peur de sa réponse. Mais je n’étais pas bête, je savais très bien que ça devait avoir un rapport avec les cris et les images qui le hantaient toujours. J’allais m’assoir près de lui avec le chat. Je lui cherchais un nom. Hum…. Pom Pote ! Justement, celui-ci descendit de mes genoux pour aller manger.

« -Je vous préviens tout de suite, il est hors de question que je m’occupe de ce truc. déclara Dan en se balançant sur sa chaise
-Je ne prendrais jamais le risque de te confier Pom Pote de toute façon ! répondis-je
-Pom Pote ? Mais c’est quoi ce nom ?
-Moi je trouve ça drôle. dit Moon
-Toi arrêtes de sourire comme ça ! »


C’est vrai que ça faisait un tout petit peu bizarre mais je n’y fis pas attention. Je posais ma tête sur l’épaule de Kem.

« -J’ai envie de dormir… murmurai-je
-Misao ! Tu viens juste de te réveiller !dit Moon en levant les yeux au ciel
-Mais laisse la tranquille, vue ce qu’elle a fait hier soir, elle a bien le droit d’être fatigué !
-DAN ! »


***

Les semaines passèrent de nouveau sans incidents à retenir. Kem avait repris du poids et je surveillais discrètement s’il dormait bien. Ca s’arrangeait un peu et je ne voulais toujours pas lui parler. Je préférais que ce soit lui qui vienne me voir. Il avait repris l’entrainement avec Dan qui avait faillis tuer Pom Pote parce que les premiers soirs il n’arrêtait pas de gratter à sa porte et de miauler. Lui aussi avait repris du poids et c’était tant mieux d’ailleurs. Maintenant il passait des heures à dormir au soleil et le reste du temps à se faire caresser part Moon, Kem ou moi.
Et puis un jour où il faisait vraiment trop chaud Dan refusa d’aller s’entraîner et Kem insistait vraiment pour y aller. Je pris Pom Pote dans mes bras et m’approchais de mon très cher cousin.

« Tu vas y aller tout de suite, de un parce qu’il est grand temps que tu te muscles un peu et de deux parce que sinon je m’arrange pour que le chat vienne dormir avec toi cette nuit. Tu sais, il risque de miaulait dans le nuit pour sortir et il faudra que tu te lèves pour lui ouvrir la porte. »

La menace était assez claire, il sortit donc en grommelant. J’embrassai Kem en priant intérieurement pour que Lewis ne décide pas de pointer le bout de son nez. En attendant leur retour, Moon et moi nous mîmes à discuter de tout et de rien en se faisant les ongles. Activité très féminine, parfaitement normale pour moi mais si Viladra arrivait maintenant et voyait sa mercenaire en train de faire ça avec moi je n’imagine même pas sa tête. La conversation dévia sur mon petit-ami, forcément, ça devait arriver.
Finalement les deux jeunes hommes finirent par rentrer alors que j’avais finis depuis longtemps de peinturluré mais ongles de pieds en noir et en argenté. Ils étaient torse nu et la première chose que Dan fut d’aller s’écraser sur un fauteuil. Moi je restais bouche bée, ouah ! Kem commençait de nouveau à avoir des abdos. Là c’était arrêt total du cerveau !

« -Misao, si tu fantasmes trop sur Kem tu vas pas réussir à dormir.
-C’est sûr que je risque pas de fantasmer sur toi.»


Si je ne m’étais pas retenu j’aurais collé un poing à mon rouquin de cousin et je serais jeté dans les bras de mon très beau petit-ami. Finalement, je fis vraiment la deuxième chose mais je le lâchai aussitôt.

« Rah ! Tu sens vraiment pas bon ! Va te doucher ! »

Voilà pourquoi je déteste faire du sport, même si je cours quand même beaucoup, après on est tout suant, collant et on pue ! Quelques temps après j’entrais dans le chambre pour me prendre un tee-shirt plus léger, j’avais vraiment trop chaud, alors que je ne faisais rien. Kem sortit de la salle de bain avec un air crispé. Est-ce que c’était encore les cris ? Ou alors les images ? Je lui demandai ce qui n’allait pas, espérant que ce serait autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 1 Juil 2012 - 12:24

[tu me dis si c'est bon, et si jamais tu vois pas pour continuer tu sais ou me trouver !]


En guise de remerciements, Misao le gratifia d'un baiser amoureux, puis alla chercher à manger pour son nouveau compagnon. Compagnon que Dan n'appréciait pas tellement…
D'ailleurs il prévint tout de suite sa chère cousine qu'il ne s'occuperait jamais du chat, nommé Pom-Pote par la Rêveuse.
Kem ne dit rien et n'écouta que d'une oreille. Misao venait de poser sa tête contre son épaule en murmurant qu'elle voulait dormir, exaspérant les autres, puisqu'elle venait à peine de se lever.
Kem ignora les remarques de Dan concernant la veille. Ils faisaient ce qu'ils voulaient, s'il n'était pas content, les dortoirs l'accueilleraient à bras ouverts.

En tout cas, la journée se passa tranquillement et Kem ne demandait rien de plus, malgré les cris qui le hantaient.

******

Quelques semaines plus tard, Kem se prépara à sortir pour s'entraîner. Il avait repris du poids, ses côtes n'étaient plus visibles, ou alors juste des reflets, et ses jambes le supportaient bien plus longuement. Il mangeait de plus en plus, enfin, presque normalement d'ailleurs, même s'il avait du mal avec certains aliments qui refusaient de passer dans sa gorge.
Il avait repris l'entraînement avec Dan, courant, se battant, étirant ses muscles, se forgeant à nouveau un corps digne de ce nom. Dan n'avait pas voulu dès le départ, mais les filles l'avaient convaincu. Kem se doutait que c'était pour que Dan puisse le soutenir s'il s'écroulait, ou l'aider si Lewis apparaissait, et surtout pour se débarrasser de lui pendant quelques heures. Parce que l'entente entre le Mercenaire et le chat ne s'était pas arrangée…
Kem était toujours fatigué, même s'il ne laissait rien paraître. Les cris persistaient à hurler dans sa tête, l'empêchant de s'endormir et, une fois endormit, les images les secondaient, lui permettant alors de dormir deux heures avant qu'il ne se réveille en sursaut. Il restait discret, il ne voulait pas que Misao se réveille elle aussi. Quoique ses derniers temps il avait eu plus de facilité à s'endormir, mais la suite ne changeait pas. Il ne dormait plus aussi bien et se demandait même si ce n'était pas la seule séquelle qu'il garderait réellement.

Et il ne dirait rien à la Rêveuse. Elle ne pouvait rien faire et ce n'était pas important. Soupirant, il attendit que Dan vienne pour aller s'entraîner. Mais celui-ci ne voulait pas, prétextant qu'il faisait trop chaud.
Misao le convainquit en utilisant Pom-Pote et Dan suivit Kem dehors en grommelant dans sa barbe.

Kem l'emmena de côté. Ils n'allaient pas sur la place d'entraînement. Il y avait trop de Mercenaires, ils risquaient de croiser le bonbon et malgré son envie de le tuer, Kem savait pertinemment qu'il n'avait pas encore toutes ses chances de le battre. Alors il emmenait Dan le long des remparts, dissimulés derrière les habitations. De là, ils partaient courir bien une heure sans relâche. Au début, Kem n'avait pu courir que cinq minutes avant de devoir reprendre son souffle longuement. Puis, au fur et à mesure, il avait repris de l'endurance et maintenant, il courait une demi-heure sans s'arrêter, prenait une pause d'une minute en étirant ses muscles en feu et repartait pour la dernière demi-heure. Dan suivait, bougonnant dans son coin. Kem aimait courir. Après toutes ses semaines alité et incapable de marcher correctement tout seul sans se tenir quelque part, c'était un paradis que de sentir ses jambes obéir à ses injonctions, de sentir le sol se dérober sous ses pas, de sentir le vent fouetter son visage au rythme de la course.

Revenant à la case départ une heure plus tard, reprenant leur souffle, Kem dit à Dan :


-Un petit affrontement et on rentre.

Dan inspira un grand coup, sourit et lança :

-T'as aucune chance de me battre.

Kem haussa un sourcil.

-On parie ?

Ils sourirent et retirèrent leur haut, se mettant torse nu. Ils se battaient à mains nues pour le moment. Dan était agile, vif et rapide. Au départ, c'est ce qui avait causé les défaites de Kem, encore trop lent. Mais maintenant, ses coups avaient repris de leur vigueur, et Kem avait de plus en plus de facilité à battre le cousin de Misao. Ils s'affrontèrent ainsi et, au final, Kem mordit le sol violemment.
Se relevant il dit, essoufflé :


-D'accord, tu as gagné une fois de plus. Mais la prochaine fois c'est toi qui diras bonjour à la terre.

Dan se contenta de rire et ils rentrèrent, leurs chemises sur l'épaule. Et, en chemin, les cris recommencèrent. Faiblement, mais augmentant de volume à chaque pas qui le ramenait à la maison. Faisant tout son possible pour les ignorer et affichait un air calme, ils entrèrent et Kem se retint de rire en voyant la tête de Misao. Elle s'était vernis les ongles à ce qu'il pouvait voir, et maintenant elle était bouche bée en le regardant. Baissant la tête, il crut comprendre.
En effet, les entraînements portaient leurs fruits et la silhouette des abdos revenaient lentement se dessiner sur lui.

Il n'écouta une nouvelle fois pas la remarque de Dan qui s'était vautré dans le premier fauteuil à sa portée et serra Misao dans ses bras lorsqu'elle se jeta sur lui.
Pour vite se détacher en disant :


-Rah ! Tu sens vraiment pas bon ! Va te doucher !

Souriant, Kem obéit docilement. Enfin non il aurait de tout manière prit une douche qu'elle le lui dise ou pas alors …
Entrant sous l'eau chaude, il ferma les yeux, laissant le liquide nettoyer son corps de la sueur. Mais fermer les yeux équivalait à une invitation pour les cris et les images.
Qui se firent une joie de revenir.

Les images devinrent nettes, les cris plus violents, comme s'il était à nouveau enfermé, dans le noir total, recroquevillé sur lui-même, apeuré comme un enfant à l'approche de Midnight. Les images étaient ponctuées de sang, de mort et de chaos. En tant que Mercenaire, c'était des choses normales, mais pas pour lui. Parce que le sang était celui de Misao, la mort était la sienne et le chaos était ce qui l'attendait. Des mares de sang couleur vermeille, à l'odeur métallique, dans lesquelles il se baignait, souriant. Des cadavres par milliers, tous tués de sa main, et en regardant de plus près, il constatait que c'était Misao, des milliers de Misao, certaines tenant même des bébés dans leurs bras. Des bébés qui auraient pu être leurs enfants…
Des cris déchirants, des pleurs de bébé, de femme, puis des hurlements de monstres et de créatures toutes plus terrifiantes les unes que les autres…

Se forçant à rouvrir les yeux, Kem recracha l'eau qui lui entrait dans le nez et reprit une grande goulée d'air. Jamais les images n'avaient été aussi nettes depuis qu'il était rentré. Mais là…il sortit de la douche et se sécha lentement, recomposant un visage normal, détendu et serein.
Les cris étaient constamment là. Lewis était-il près de la maison ? En général, les cris se faisaient plus forts lorsque Midnight venait. Peut-être que le bonbon avait le même effet ?

Il s'habilla et entra dans la chambre en serrant les dents pour ne pas détruire son visage calme. Misao était là, vêtue d'un haut plus léger. Elle le regarda et il comprit à son regard qu'elle n'était pas dupe et que lui n'avait pas réussi à camoufler ses émotions. Elle lui demanda ce qui n'allait pas en continuant à le fixer.

Il inspira un grand coup en serrant les poings. Il ne savait pas quoi dire. Mentir ? Les étoiles lui parleraient et se serait foutu. Lui dire la vérité ? Non il ne voulait pas. Maintenant qu'il reprenait du poids, s'entraînait, pouvait rester seul sans paniquer, il n'allait pas l'embêter avec ces bêtises.
Mais les images étaient si nettes sur sa rétine…les cris si perçant dans son esprit…


-Je…je…tout va bien…t'inquiètes pas.

Il se mordit la lèvre. Elle n'était pas idiote. Vu son regard, elle savait pertinemment qu'il mentait. Mais il ne voulait pas l'inquiéter. Elle ne pouvait de toutes manières rien faire pour supprimer les cris et il s'y habituerait s'ils devaient rester à jamais dans sa tête.

Le hurlement déchira son cerveau de part en part. Aigu, violent, détruisant tout, Kem plaqua ses mains sur ses oreilles et se sentit tomber à genoux. Fermant les yeux en fronçant les sourcils, les images se rajoutèrent au capharnaüm du hurlement. Le sang, la mort, le chaos, lui en train de tuer ses enfants futurs, en train d'égorger Misao…en train de la brûler…la torturant et éprouvant du plaisir à le faire…

Le hurlement fût accompagné de pleurs de bébés et de cris de femmes. Kem n'en pouvait plus. Gardant ses mains sur ses oreilles, même si cela ne changeait rien, il se força à rouvrir les yeux.


Misao était devant lui et en arrière plan il vit Dan et Moon dans l'embrasure de la porte. Nouvelle décharge, il referma les yeux. Le hurlement s'en donnait à cœur joie et Kem ne comprenait pas ce qui le déclenchait d'un coup. Cela faisait des semaines qu'il les entendait et réussissait à les supporter, sauf pour dormir, et maintenant ils revenaient. Lewis était-il dans les parages ? Était-ce lui qui les contrôlaient ? S'il était Mentaï, Midnight avait du lui enseigner comment torturer quelqu'un grâce au Dessin. Et si elle avait mis les graines dans son cerveau, maintenant le bonbon pouvait s'amuser à récolter les fruits.

Toujours à genoux, Kem se retint de crier à son tour, ce n'était vraiment pas la meilleure chose à faire. Il forçait les cris à s'éloigner, à redevenir faible dans un coin de sa tête, il repoussait les images en calquant des événements heureux de sa vie par-dessus…


Il n'y arrivait pas. Il était sûr que le bonbon maniait les ficelles. Et Misao qui était devant lui, le regardant, inquiète…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 3 Juil 2012 - 10:48

Je regardai Kem avec stupeur, c’était si sérieux que ça ? Les cris étaient si forts qu’ils le faisaient hurler. Je m’approchai, m’accroupissant à mon tour près de lui. Pom Pote avait les oreilles couchées en arrière et grognait dans un coin en fouettant l’air de sa queue. Dan le fusilla du regard et je lèvai les yeux au ciel. Comme si le fait que le chat fasse du bruit avait de l’importance.

« Lewis doit être tout près. Il faut aller le chercher. » dit Moon

Je secouai négativement la tête, ce n’était pas ma priorité. Je préférais faire en sorte que Kem ne devienne pas fou. Je le pris dans mes bras alors qu’il continuait à crier. J’essayai de l’apaiser comme le font les mères avec leur enfant quand il a fait un cauchemar. Mais ça ne marcha pas. Donc il fallait que je fasse quelque chose pour me débarrasser de Lewis ou au moins le faire partir. Mais je ne pouvais pas non plus laisser Kem tout seul dans cet état. Dan proposa de rester et de s’en occuper pendant que moi et Moon allions nous occuper du nounours. Je lâchais mon petit-ami en donnant des instructions à mon cousin puis je sortis. Un fois dehors je regardai autour de moi alors que Moon sortait ses armes. Il allait falloir que j’assure et sûrement pas que je m’enfuis en courant.

« Lewis, ramène ton cul illico ! » hurlai-je

Les quelques mercenaires qui passaient par là me dévisagèrent. Rah ! Je devrais peut être pas crié comme ça mais au moins ça eut de l’effet. Je vis bientôt apparaître une tête rose devant moi et je frissonnais au souvenir de cette nuit où il avait tenté de me violer. D’ailleurs je voyais déjà qu’il voulait reprendre là où il s’était arrêté.

« Ne me parle pas comme à Kem, je ne suis pas ton chien moi. » dit-il avec un grand sourire

Qu’est-ce qu’attendait Moon pour agir. Je tournai la tête vers elle et je compris très vite qu’elle était attachée par un dessein. Maintenant j’étais certaine que Lewis était un Mentaï. La nuit où j’avais tellement pleuré je n’en étais pas sûr, ça pouvait très bien être quelqu’un d’autre. Mais là…

« -Midnight était donc ta sœur. Dans la famille vous êtes tous de la vermine. dit Moon
-Oui, c’était ma jumelle mais comment le sais-tu ? Je ne m’arrêterai pas sur cette insulte pathétique.
-Pas aussi pathétique que toi. Je l’ai découvert après que tu te sois enfui lâchement dans les souterrains, je lui ai enlevé son masque.
-Oh je vois… Tu m’as l’air bien intelligente, dommage je vais te tuer.
-Non ! T'as pas intérêt!
m’écriai-je
-Ta gueule! Tu devrais être contente, je ne me suis pas encore décidé pour ton sort, il se pourrait bien que tu restes vivante.
-Pour que tu puisses abuser de moi. Je préfère me tuer moi-même ! Je ne tiens pas à me faire enfermer par un con comme toi.»


Je fis un pas en arrière mais remarquai aussitôt que moi aussi j’étais bloqué. Putain ! J’aurais dû rester à l’intérieur, j’aurais servi à quelque chose au moins. Alors que là, rien à faire. J’allais me faire violer, Moon allait se faire tuer, Kem devait toujours hurler à l’intérieur et vu la patiente de mon cousin il allait bientôt péter un plomb. C’était le début de la fin. Qu’elle heureuse journée ! Qu’est-ce que Lewis allait me faire après ? Qu’est-ce qu’ils allaient nous faire à tous ? On allait tous crever ! Je vis Pom Pote sortir en feulant de la maison s’approchait du nounours. Celui-ci essaya de le caresser mais le chat le mordit violement avant de partir en courant dans la direction opposée. C’était exactement ce que j’avais envie de faire. Prendre mes jambes à mon cou et allais me cacher quelque part avec mes amis.
Tout à coup la porte de la maison s’ouvrit en grand, allant claquer violement sur le mur. J’avais sursauté et je tournai la tête pour voir ce qui se passait. Kem était sorti et fonçait maintenant tête baissé vers Lewis. Dan semblait énervé mais aussi paniqué, il voulait sûrement arrêter le boulet de canon qui n’était pas encore tout à fait près pour battre le nounours. Mais personne ne semblait pouvoir le retenir.

« Ah non ! Ca ne devait pas se passer comme ça ! » hurla Lewis en tapant du pied

Puis il disparut tout simplement. Je sentis les chaînes qui m’empêchaient de me déplacer disparaître mais je n’osais pas m’approcher de Kem. Il semblait tellement en colère que je me demandais s’il arrivait encore à se contrôler. Mais il m’avait promis que jamais il ne me ferait de mal et j’avais confiance en lui. Je me dirigeai donc vers lui pendant que Moon faisait un résumé rapide de ce qui venait de se passer à Dan. Je le pris par la main puis je lui caressai la joue. La vache ! Il faisait vraiment peur quand il voulait. Je frissonnais de nouveau.

« Ça va ? lui demandai-je, Viens il faut rentrer maintenant. »

Je le tirai vers la maison mais il ne bougea pas. Et moi j’étais terrifiée à l’idée de Lewis revienne. Je voulais m’en aller le plus loin possible. Dans la maison je me sentais un minimum en sécurité alors que là… J’essayai de convaincre Kem de rentrer mais rien à faire. Il ne bougeait pas, il ne parlait pas. Super ! J’avais hérité d’une statue !
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 3 Juil 2012 - 19:53

Le hurlement était strident et semblait augmenter en volume. Les images étaient si nettes qu'il se demandait si elles n'étaient pas gravées directement sur sa rétine. Il voyait encore faiblement Misao devant lui. Il la sentit le prendre dans ses bras pour tenter de le calmer. Mais rien à faire. Il lâchait maintenant des cris à son tour, lorsque celui qu'il entendait devenait bien trop fort pour rester dans sa tête, comme s'il voulait réellement sortir.

Il voulait se mettre debout, sortir et tuer Lewis. Il était sûr et certain qu'il était près de la maison, en train de le regarder et même peut-être de comploter pour terminer son travail avec Misao…

D'ailleurs, celle-ci n'était plus là. A la place il y avait Dan. Celui-ci le pris par les bras et le força à se remettre sur pieds, pour finalement le faire asseoir sur le lit.


Kem était comme dans une bulle. Il n'y avait plus que le hurlement, les images et lui. Les paroles de Dan étaient muettes. Il voyait ses lèvres bouger, mais n'entendait rien. Dan se mêlait aussi aux images, se confondant avec elle.
Il en avait marre. Il serra les poings à se les briser. Il réunit toute la force qu'il possédait, tout son courage pour surmonter le hurlement, tous ses souvenirs pour qu'il redevienne comme lorsqu'il était l'apprenti de Viladra. Bien plus froid et plus dur. Misao l'avait rendu plus doux. Mais il était Mercenaire. Et cette nature ne disparaîtrait jamais de son être. Bien sûr, il ne ferait jamais de mal à la Rêveuse.


Le hurlement repris, comme pour le réveiller. Dan le tenait par les épaules, le forçant à rester assis. Alors Kem se rendit compte que ses jambes étaient à moitié debout. D'un geste vif, plus violent qu'il ne le voulait, il rejeta Dan sur le lit et partit de la chambre d'un pas vif. Arrivé à la cuisine, même s'il ne la voyait pas, ou alors entourée de flaques de sang, il ouvrit la porte d'entrée, l'entendement se fracasser contre le mur et sortit.
Il entendit vaguement Dan le suivre en lui criant de s'arrêter. Mais la colère qui l'habitait était telle qu'il s'en fichait. Devant lui se tenait Lewis, Misao et Moon. Toutes deux semblaient être sous son emprise. Et, en lâche qu'il était, le bonbon se volatilisa alors que Kem n'avait même pas pu sortir son couteau.

Kem stoppa sa marche, le hurlement s'éloignant petit à petit et les images s'estompant. Mais la colère était toujours là. Froide. Implacable. Destructrice. Il sentit la main de la Rêveuse se faufiler dans la sienne et serrer ses doigts. Tout comme il sentit son doigt glisser sur sa joue. Mais il ne s'en préoccupa pas. Il voulait trouver Lewis. En finir avec lui. Le hurlement était toujours là, signe que le bonbon n'était pas aussi loin qu'il pensait.


Sans s'en rendre compte, il serrait la main de la Rêveuse plus fort qu'il ne le souhaitait. Et elle voulait se dégager, rentrer à la maison avec lui. L'ignorant, il commença à marcher à l'opposé, bien décidé à tuer le nounours. Misao le retint, voulut le forcer à rentrer, il la poussa en arrière. Et sans s'en rendre compte, une nouvelle fois, il l'avait presque jetée à terre.

Se détournant, il ne vit pas le regard meurtrier qu'elle lui lança, pas plus qu'il ne pensa à l'engueulade qu'elle lui réservait pour quand il rentrerait. S'il rentrait. Une partie de lui, la plus lucide, n'était pas sûre de pouvoir battre le nounours avec si peu d'entraînement…Mais la colère supplantait tout le reste et le faisait marcher, comme un automate. Un pied devant l'autre.


A chaque pas, une image clignotait dans son esprit. A chaque inspiration, le hurlement s'en donnait à cœur joie. Il ne sut combien de temps il chercha, fouillant partout, cherchant le rose, dans la masse noire des Mercenaires, mais il entendit vaguement un cri, loin. Derrière toutes les maisons. Derrière, si loin…une partie qu'il ne connaissait même pas. Cachée par les maisons, arbres et buissons, accolée au rempart, il vit deux silhouettes au sol.

Il s'arrêta à deux mètres, caché, observant. La première personne se redressa juste assez et il vit la crinière rose. Lewis ! Et en-dessous…Misao !!!! La bouffée de colère l'envahit, un feu ardent déployé dans son corps, une vague gelée rompant tout contact avec les sentiments, juste la colère et son envie de meurtre. Il vit la main du bonbon se lever et s'abaisser. Il entendit le claquement sec qu'elle fît lorsqu'elle atteignit la joue de Misao. Sortant son arme, il s'approcha discrètement. Il remarqua alors que la Rêveuse était nue et que le bonbon était déjà torse nu.

Serrant les dents, Kem voulut se jeter sur lui. A un mètre seulement, le hurlement le déchira une nouvelle fois. Il s'arrêta et faillit tomber une nouvelle fois mais se retint. Lewis se retourna, un sourire sadique sur le visage.


-J'aime tant te voir souffrir…Et je vais tellement aimer la posséder, elle…

Kem ferma et rouvrit les yeux et, tentant d'ignorer le cri, se jeta sur Lewis. Ce dernier, ne s'y attendant pas, fût déstabilisé. Mais il se reprit vite et le combat reprit réellement. Kem ne voyait pas Misao. La colère l'aveuglait. Il n'y avait que lui et Lewis.
Ce dernier ce rua sur lui, une rapière apparaissant dans sa main. Kem para, évita, dévia les coups. Mais son entraînement n'était pas assez poussé. Il ne tiendrait jamais à se rythme. Ses jambes commençaient à trembler, mais il ne montrait rien.


-Nous savons tous deux que tu n'as pas assez de forces pour me tenir tête, le chien. Abandonne, regarde-la se faire posséder et laisse-moi te tuer.

Repoussant une nouvelle fois la lame, inspirant un grand coup, Kem ne répondit rien. Pas la peine de gaspiller.
Il se baissa pour éviter le prochain coup, pivota, crocheta la jambe exposée de son adversaire, le fît tomber à la renverse.

Se redressant, Kem serra le couteau. Maintenant…c'était maintenant ou jamais. Le tuer…en finir…


Ricanant, Kem se prépara à le tuer mais le hurlement revint. Grimaçant, il le mit de côté et abaissa son bras. Il sentit sa lame entrer dans la chaire, déchirer les muscles, toucher les os. Un cri lui parvint, faisant reculer le hurlement. Lewis avait le couteau planté juste au-dessus de sa poitrine, entre son cou et son épaule. Un peu plus à droite et il serait mort…mais avant que Kem puisse retenter sa chance, il avait disparu. Le hurlement se fondit avec les autres, redevenant un murmure qui attendrait le soir pour se réveiller, comme à l'accoutumée.

La colère le quitta petit à petit, le laissant pratiquement sans forces. C'était elle qui lui avait permis de se battre si longtemps. Sinon, il serait mort…


Calmant son cœur, il chercha du regard Misao. Elle était à quelques mètres, immobiles, les bras croisés pour camoufler sa poitrine. Et le regard qu'elle posa sur lui l'arrêta. Il se rendit alors compte de ce qu'il lui avait fait. Il l'avait poussé. Elle avait dû avoir mal.

Et il ne savait pas quoi dire…il avait peur qu'elle ne lui fasse plus confiance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 4 Juil 2012 - 11:51

Kem s’était mis à avancer dans la direction opposée de la maison et j’essayais toujours de le retenir jusqu’au moment où il me poussa. Je faillis tomber par terre. Moon me rattrapa à temps et me redressa alors que Dan criait à mon petit-ami de ne pas partir tout seul, de ne pas essayer de tuer Lewis.

« -Il ne t’a pas fait mal ? me demanda Moon
-Non.
-Tu lui en veux ? Tu sais, c’est juste parce ce qu’il est colère. Tu n’as pas peur au moins ?
- Non pour les deux questions. Et ça serait bien qu’il apprenne un peu à se contrôler parce que sinon il risquerait d’arriver quelques accidents.
-Misao, il ne te fera jamais vraiment de mal, tu le sais non ?
-Il me l’a dit, je l’ai crus et je commence à croire qu’il va me falloir plus que des paroles. Bon maintenant je pars en promenade. Toute seule !
-Non, Lewis va te rattraper.
-Bah, Kem n’est pas censé s’en occuper, non ? Avec sa colère qui lui fait perdre tout son contrôle. »


Je partis, évitant la main de Dan qui voulait m’attraper pour m’empêcher de partir. Il fallait que je réfléchisse. Pour résumer, j’avais mal à la main parce que mon petit-ami l’avait serré trop fort, j’étais choquée parce qu’il m’avait poussé et j’avais l’impression que j’en faisais un peu trop. Pourtant, j’avais raison non ? Non, il ne m’avait pas vraiment fait du mal mais il aurait très bien pu. Par exemple si je l’avais poursuivis après il m’aurait peut-être claqué. Ou peut-être pas. Je n’étais plus sûre maintenant… Sa colère lui donnait peut être beaucoup de force mais elle le rendait idiot et elle me faisait peur. Malgré ce que j’avais dit à Moon… Et surtout j’avais l’impression de me trouver face à un inconnu. Face à un mercenaire comme un autre. Il fallait que je demande conseil aux étoiles. J’étais en colère contre le Kem furieux, pas l’autre. Je savais qu’une fois qu’il se serait calmé je ne pourrais pas lui faire la morale mais il fallait quand même que je le fasse. Parce que je ne voulais pas de lui ici, je ne voulais pas d’un mercenaire comme les autres.
Je marchais depuis un bon moment, ressassant toujours les mêmes pensées quand on me saisit par la taille et qu’on me souleva. Lewis bien entendu. Finalement j’avais fait la même erreur que Kem, j’étais en colère moi aussi et j’avais voulu partir seule. Le résultat le voilà, j’étais maintenant prise au piège avec le nounours et personne ne savait où j’étais. Avec Moon et Dan, j’étais venue une seule fois ici, c’était pour chercher Kem quand il était prisonnier. Mon kidnappeur me reposa au sol et je vis apparaître un sourire satisfait sur son visage. Je voulus m’enfuir mais il me rattrapa et poussa par terre. Comme Kem l’avait fait tout à l’heure. Sauf qu’au lieu de partir il m’arracha ma robe alors que je me mettais à crier. Je savais que je ne pouvais pas m’enfuir et donc ma seule chance était que mes amis m’entendent. Je me débattais quand même. Je fus bientôt nue alors que je hurlais de plus en plus fort. Je ne voulais pas que Lewis fasse ça.

« Lâches moi tout de suite salopard ! » hurlai-je

J’eu le droit à une claque suivie d’une autre. Puis il se mit à enlever sa chemise et je poussais un cri encore plus strident. Je sentis sa main me giflait de nouveau. Je ne pleurais pas, ça n’aurait servis à rien. Il se serait sûrement moqué de moi…
Tout à coup je vis Kem surgir d’un buisson. Je ne suivis pas tout après tout ce que je voyais c’était son expression furieuse. Si froide et si cruelle. Elle me faisait presque aussi peur que Lewis. J’eu le réflexe de m’écarter pour éviter d’être blessé et j’attendis la fin du combat, immobile. Je vis le nounours disparaître, sa guérison prendrait un bon bout de temps mais il n’était mort. Donc il allait revenir. Kem se mit à me regarder comme s’il venait de découvrir que j’étais encore là. Je vis qu’il se calmait lentement. J’hésitais entre me réfugier dans ses bras ou partir. A la place je lui lançais un regard qui lui fit comprendre qu’il n’avait pas intérêt à m’approcher. Sauter dans ses bras serait trop facile. Alors je remis mes sous-vêtements et je remis ma robe retenant les bouts déchirés puis je tournai les talons sans un mot.
A peine avais-je franchis le seuil de la maison que Dan se précipita vers moi. Il m’inspecta, remarqua les traces rouges sur ma joue et me fis assoir.

« -Lewis est vivant ? Tu as mal quelque part ? demanda-t-il
-Non, il est vivant. J’ai mal à la main. répondis-je alors que Kem venait de rentrer
-Ta main ? Pourquoi tu es parti toute seule ? Maintenant tu vas rester à la maison jusqu’à ce que ce fils de pute ne soit plus de ce monde.
-C’est bon ! J’ai pas envie d’être enfermer ici ! On dirait mon oncle.
-Eh ben on en aurait peut-être besoin parce que ce que tu viens de faire était idiot.
-Putain ! Je sais ! J’ai compris !
-T’énerves pas comme ça !
-Bien sûr que si ! T’arrête de me faire chier maintenant.
-Mais c’est toi qui es chiante !
-Bah oui, y en a qui quand il pète un plomb devienne violent et ben moi je deviens chiante ! Ca te pose un problème ? »


J’allais dans la chambre où Pom Pote dormait tranquillement et je claquais la porte bien fort, puis je la fermais à clé.

« -Je vois ! T’es de mauvaise humeur à cause de Kem ? C’est un mercenaire ! Et les mercenaires sont comme ça !
-NON, Y EN A QUI TIENNES UN PEU LEUR PROMESSE ! hurlai-je
-Mais c’est bon, il t’a pas tué, il était juste en colère.
-OUAIS BAH MOI TANT MIEUX POUR LUI. MOI MAINTENANT JE SUIS CHIANTE ! CHACUN SON TOUR !
-Et il dort où Kem ?
-JE SAIS PAS ET JE M’EN FOUS ! »


Je sautais sur le lit et m’enfouis sous les couvertures. J’y étais peut être allé trop fort. Je m’endormis sur cette pensée et je fus réveiller par Moon qui toquait à ma porte. Je la fis entrer après avoir revêtit une tenue en meilleure état que celle que je portais en ce moment. La jeune femme s’était assise au bord du lit et caressait le chat qui ronronnait. Il avait de la chance lui, il ne se sentait pas du tout concerné par ce qui venait de se passer quelques heures plus tôt.

« -Tu lui en veux vraiment ? demanda Moon
-Non, c’est juste que j’ai peur qu’un jour il perde vraiment le contrôle et qu’il me fasse vraiment mal. Et surtout j’ai peur de ne plus lui faire confiance.
-Il s’en veut tu sais… Tu ne veux pas lui parler un peu ? »


J’haussais les épaules et mon amie alla chercher Kem. En attendant j’allais regarder à la fenêtre. J’avais peur de découvrir une tête rose quelque part. J’avais eu si peur…
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 4 Juil 2012 - 19:42

Kem ne bougea pas alors que Misao se rhabillait tranquillement, comme si rien ne s'était passé. Comme si elle n'avait pas failli être violée une seconde fois. Mais il voyait ses mains trembler légèrement. Il voulait tant la prendre dans ses bras, la réconforter, lui assurer qu'elle n'avait plus rien à craindre. Mais le problème était que justement, elle avait toujours de quoi craindre. Elle avait eu peur de LUI. Mais il ne s'en était pas rendu compte, dans le feu de la colère…

Il n'avait pensé qu'à la sauver, la protéger, en finir avec Lewis, avec les cris et les images. Au lieu de cela il avait sûrement détruit la confiance qu'elle lui portait. Et si elle ne lui faisait plus confiance…en tant que Mercenaire…elle le verrait comme un autre, un Mercenaire banal. Ce qui le rassurait, si jamais elle décidait de….de…enfin de se séparer de lui, c'est qu'elle aurait toujours Dan et Moon pour la défendre. Voir même Pom-pote.


Toujours immobile, ses jambes flageolantes par manque de forces alarmantes, il la regarda partir, sans un mot pour lui. Droite comme une reine, elle tourna le dos et s'en alla vers la maison. Il déglutit et baissa la tête. Au sol, une tâche rouge jonchait les touffes d'herbe, le sang de Lewis. Une blessure qui mettrait du temps à guérir, puisqu'il n'avait pas de Rêveuse sous le coude. Mais dès que ce serait fait, il reviendrait. Sauf qu'à ce moment, Kem aura assez de forces et d'entraînements pour le tuer. Et qu'il ne le loupera pas.

Finalement, il se décida à bouger, à marcher vers la maison. Peut-être avait-elle agi ainsi pour ne pas fondre en larmes devant tout le monde ? Peut-être allait-elle lui sauter dans les bras dès qu'il entrerait, peut-être qu'il se faisait beaucoup d'illusions tout seul et qu'elle ne lui en voulait pas tant que ça…


Il traversa la place d'un pas trop vif à son goût et entra alors que Dan se jetait sur Misao pour voir si elle n'avait mal nulle part. Et les espoirs que Kem nourrissaient se déchirèrent en milles morceaux quand le ton monta de volume et que, furieuse, la Rêveuse entre dans sa chambre, claque la porte et la ferme à clé.

Dan continua à hurler, demandant des explications, le défendant lui.
Kem mit sa main sur l'épaule du rouquin et lui dit :


-Ne t'époumone pas ainsi. Elle a raison de m'en vouloir. Et elle a raison de s'énerver aussi. Laisse-la.

Ses épaules s'affaissèrent et ils s'installèrent tous trois à table, dans un silence de mort. Elle s'en fichait d'où il dormirait ? Lui aussi. Enfin…il ne s'en fichait pas, mais il ne pensait pas encore à dormir. Il y avait plus urgent.

-Elle n'a pas à t'en vouloir. Dit finalement Dan, bougon.

-Si, elle en a le droit, Dan.

-Non ! Tu es un Mercenaire! Un Maître en plus ! C'est une réaction normale que de t'énerver ainsi !

Kem soupira. D'un côté, il n'avait pas tort…

-Dan…il y a Mercenaire et Mercenaire. J'en suis un, mais avec Misao je ne le suis plus. Je suis un homme commun avec elle. Et là, elle a vu le Mercenaire. Le Mercenaire qui l'avait kidnappé la première fois, pour une bourse pleine d'argent. Le Mercenaire qui l'a lancé du haut de son balcon pour en finir avec elle. Le Mercenaire que je ne lui ais plus montré depuis que l'on est ensemble.

La bouche de Dan s'était affaissée et les sourcils de Moon redressés à chaque phrase qu'il prononçait. Kem baissa la tête. Ses jambes arrêtaient doucement de trembler et les cris étaient à nouveau des murmures.

-Je l'ai poussée. Je lui ais sans doute fait mal. Et, imagine qu'elle ait tenté de me retenir malgré cela. Qu'elle m'ait couru après. Et que moi, aveuglé par la colère, je la frappe ou pire…imagine Dan. Imagine que le Mercenaire supprime les sentiments et qu'il ne la voie plus que comme un obstacle à son objectif. Un obstacle à supprimer.

Moon mit ses coudes sur la table avant de dire :

-Kem…mon cher Kem…Je doute que l'homme commun aurait laissé le Mercenaire obstruer les sentiments. Je doute que tu serais allé jusqu'à la tuer. Ne fais pas attention à ce qu'elle a dit concernant les promesses. Cela fait longtemps que je suis avec vous. Tu n'es pas un Mercenaire comme les autres, Kem. Toi, tu as un honneur et une parole. Et ta parole, tu l'as donnée à Misao. Donc, tu la tiendras.

Il la regardait, éberlué. Mais cela ne changeait rien aux actes commis.

-Oui mais…je m'en veux….la confiance qu'elle me porte est importante pour moi. Et si elle ne me fait plus confiance…je ne pourrais plus rester à ses côtés…

Dan se racla la gorge alors que Moon se levait et se dirigeait vers la chambre.

-Kem…là elle est énervée. Mais après tu verras elle te sautera dessus et te fera un gros bisou !

-Je ne pense pas Dan. Pas cette fois.

Il allait continuer lorsque Moon revint, lui faisant signe de venir. Au moment où il passait, elle chuchota :

-Fais attention à ce que tu vas dire.

Kem hocha la tête et entra, laissant Moon refermer derrière lui. Il resta immobile, se tordant les mains, regardant le dos de Misao qui était à la fenêtre. Qu'allait-il dire ? Comment lui montrer qu'il s'en voulait ? Comment lui faire passer le message ?

Son cœur battait la chamade. Il fît deux pas dans la pièce, laissant le lit entre lui et la Rêveuse. Si elle s'en allait, il ne la retiendrait pas. Il laissait aussi de la place vers la porte, si jamais.

-Misao…je m'en veux….je ne voulais pas…

Il ne savait pas quoi dire. Sa gorge se nouait, sa bouche s'asséchait, ses mots s'estompaient….même dans sa tête il n'y arrivait plus. Il se doutait que les mots ne convaincraient pas Misao. Qu'il lui fallait une preuve concrète. Mais laquelle ? Que lui apporter ? Comment faire ?

-J'ai eu si peur pour toi et…je voulais en finir avec Lewis…les cris…la colère est venue d'elle-même…mais jamais je n'ai voulu te faire du mal…Je m'excuse de t'avoir poussée…

Elle ne comprendrait peut-être pas. Elle allait lui dire que la colère, cela se maîtrisait, comme toutes les émotions. Elle lui tournait toujours le dos. Avait-elle si peur de croiser son regard ? Le voyait-elle déjà comme un Mercenaire commun, un homme cruel et froid ?

Il ne l'était pas, ne l'était plus. La colère s'était évaporée. Il était de nouveau Kem.

-Je…je vais te laisser réfléchir je…je ne veux pas être un obstacle…je…

Il n'acheva pas et sortit en silence. Dans la pièce principale, Moon et Dan étaient toujours assis. Pom-pote se faufila entre ses jambes et entra dans la chambre avant qu'il ne ferma la porte.
Les deux Mercenaires l'interrogèrent du regard.


-Je ne sais pas…je lui laisse du temps. C'est préférable. La nuit va bientôt tomber. Je vais donc rejoindre les dortoirs.

-Pourquoi les dortoirs ?

-Je suis en trop pour le moment. Je ne vais pas m'imposer. Et encore moins dans le même lit qu'elle. Je préfère lui laisser du champ libre pour qu'elle réfléchisse posément et calmement. Je sais qu'elle prendra la bonne décision. Même si c'est de…

-Elle ne le fera pas. J'en suis persuadée.

Moon avait compris la fin de sa phrase, alors que Dan réfléchissait toujours et ne trouvait pas. Finalement il abandonna et reprit :

-Tu ne peux pas aller au dortoir. Et Lewis ?

-Il est blessé, gravement. Je doute qu'il y aille. Je vous demande juste de veiller sur elle. On ne sait jamais s'il a des copains aussi…

Ils acquiescèrent simplement et il sortit. Le soleil descendait à l'horizon, illuminant le ciel de rayons couleur de feu. Comme les cheveux de Misao…Son ventre se noua. Il marcha jusqu'à l'arbre qu'il affectionnait derrière la maison, d'où il voyait presque tout mais restait caché. Il n'avait pas encore envie de rejoindre les dortoirs. S'asseyant dos contre le tronc, remontant ses jambes sous sa tête et les encerclant de ses bras, il ignora la douleur de l'étirement forcé et ferma un instant les yeux. Les cris revinrent avec les images. Et la peur qu'il ressentait les nourrissait, apparemment.

Alors il rouvrit les yeux. Misao prendrait la bonne décision. Peut-être attendait-elle la nuit, justement, pour parler aux étoiles ? Oui, mais si les étoiles lui disaient que la prochaine fois il la frapperait ? Qu'il la tuerait même ? Si elles lui conseillaient de partir ou de rompre pendant qu'il était temps ? Parce que les étoiles voyaient des choses de l'avenir, si ses souvenirs étaient bons. Ou que le passé ? Il ne savait plus.


Une chose était sûre, il accepterait sa décision. N'importe laquelle se sera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 4 Juil 2012 - 21:31

« Il est où Kem ? »

Je venais de sortir de la chambre dans l’intention de lui parler mais il n’était pas là visiblement. Pom Pote était sorti en même tant que moi et maintenant il était dehors. Il était sûrement passé par la fenêtre.

« -Il est partit dormir dans les dortoirs. déclara Moon en continuant à se limer les ongles
-Ouais, il a dit qu’on devait bien te protéger au cas où des amis à Lewis décidait de venir te rendre visite et patati et patata. Le baratin d’un mec amoureux et protecteur envers sa copine. Même si elle lui fait la gueule… »

Je ne m’arrêtais pas sur la dernière phrase de Dan et me mis une main sur mon visage avec un air désespéré. Putain, qu’est-ce que Kem pouvait être con parfois et les deux autres aussi.

« -Bah quoi ? demanda mon cousin en se balançant sur sa chaise
-Si Lewis a des copains, ceux-ci penseront plutôt à le venger donc à tuer Kem. Moi, je viens après et vous l’avez laissé partir dans les dortoirs. ..
-Pas bête… Maintenant que tu le dis, je pense qu’on n’aurait pas dû le laisser partir.
-Non, sans blague ? Bon je vais le chercher.
-Ah non ! Tu restes ici toi, je m’en occupe, Moon te protègera.
-C’est bon, c’est moi qui y vais. Point final ! »


Je sortis en vitesse. Je me dirigeais vers les dortoirs quand j’entendis Pom Pote miaulait quelque part. Je suivis le bruit et le vis au pied d’un arbre. Il monta dedans et je levais les yeux. Finalement Kem était plus près que je le pensais. Il était tranquillement en train de s’étirer.

« Plus con que toi, y a pas ! Les copains de Lewis viendront te voir en premier puisque c’est toi qui l’as blessé. Ils profiteraient de moi après avoir éliminé celui qui me protège. Alors maintenant tu ramènes ton cul à la maison et tu vas dormir dans les lits des malades. Si tu ne veux pas je demanderai à Dan de venir te chercher. Et puis je me sentirais bien plus en sécurité avec toi dans la pièce à côté. »

Je détournais la tête et pris la tête de la fille qui s’en foutait complètement. Comme les gosses. Puis je me détournais et j’entendis Kem descendre de son perchoir. Il me suivait. Une fois arrivé devant la porte de la maison j’entendis le bruit d’un violon. C’était atroce. J’entendais aussi Moon qui criait d’arrêter cette cacophonie. J’entrai et vis Dan qui jouait tranquillement et échappant à la mercenaire qui essayait désespérément de se saisir de mon instrument de musique. Je levais les yeux au ciel.

« - Rends-moi ça. dis-je alors que mon cousin arrêter de jouait
-Tu t’es réconcilié avec Kem ? Si non, je le garde. »

Je pris Pom Pote que mon petit-ami portait et m’approchais du rouquin avec. Il recula avec une expression d’horreur peinte sur son visage. J’attrapais mon violon, celui que Kem m’avait acheté et lâchais le chat. Je souris. Comme je l’avais dit à Moon, je n’en voulais pas du tout au mercenaire. Et je n’avais plus peur. Il ne s’était mis en colère qu’une fois, ça arrivait à tout le monde de faire des erreurs. Surtout à moi… En fait je faisais surtout semblant d’être en colère contre lui pour le faire regretter encore plus. Histoire qu’il fasse très, très, très attention la prochaine fois.

« -Tout le monde sort, illico ! dis-je, puis je vis que Kem aussi le faisait, Mais non ! Pas toi ! Je veux te parler.
-En fait Misao ne t’en a voulus que pendant les deux premières minutes après que tu l’ais poussé.
lâcha Moon
-Dehors ! »

Je voyais mon petit-ami m’interrogeait du regard, je hochais la tête. Puis je lui expliquais tout, comme quoi il avait le droit de faire des erreurs et aussi pourquoi j’avais fait semblant de lui en vouloir et tout le tralala. Il m’écouta sans rien dire, sans broncher. Pom Pote nettoyait tranquillement son poil, sur le rebord de la fenêtre.

« En fait ça serait plutôt à moi de m’excuser parce que je t’ai quand même un peu mentit. Donc pardon. Tu as intérêt à bien te souvenir ce moment parce que c’est vraiment rare que je demande pardon quand je fais une connerie. En fait la plupart du temps je me félicite mais bon… »

Je m’en voulais un peu d’avoir joué la comédie comme ça. Ce n’était pas très juste. Je l’avais sûrement fait souffrir. Je lui demandais ensuite ce que je pouvais faire pour qu’il me pardonne.
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 4 Juil 2012 - 22:04

Toujours contre l'arbre, Kem continuait à s'étirer. Il n'avait rien trouvé de mieux à faire pour tuer le temps. Il ne pensait à rien et avait toujours peur qu'elle lui en veuille trop pour continuer. Aussi sursauta-t-il lorsque Pom-Pote apparut à ses côtés. Une voix ne tarda d'ailleurs pas à le suivre :

-Plus con que toi, y a pas ! Les copains de Lewis viendront te voir en premier puisque c’est toi qui l’as blessé. Ils profiteraient de moi après avoir éliminé celui qui me protège. Alors maintenant tu ramènes ton cul à la maison et tu vas dormir dans les lits des malades. Si tu ne veux pas je demanderai à Dan de venir te chercher. Et puis je me sentirais bien plus en sécurité avec toi dans la pièce à côté

D'abord lui ? Pas sûr. Elle n'avait certes pas tort, mais il ne s'en souciait pas. Lui importait peu, elle devrait le savoir. Il n'eut même pas le temps de répondre qu'elle s'éloignait une nouvelle fois, tête haute. Ne voulant pas dormir dans les dortoirs, malgré ses paroles, il sauta souplement et commença à suivre Misao, à une distance respectable d'elle.
Ils marchèrent vers la maison, Kem portant Pom-pote qui semblait déjà fatigué d'avoir grimpé dans l'arbre, lorsqu'il entendit le crissement de l'archer sur les cordes du violon. Il grimaça, pensant à ce pauvre instrument. Qu'il avait acheté à Misao, si longtemps auparavant….


Misao régla cependant vite le problème. Il eut même droit à un frôlement de sa part lorsqu'elle lui prit le chat des bras pour menacer Dan qui devint aussi docile qu'un mouton.

Une fois l'instrument rangé, elle mit tout le monde à la porte. Kem suivit, pensant qu'elle voulait être un peu seule avant la nuit, mais il eut juste fait deux pas qu'elle s'exclama :


-Mais non ! Pas toi ! Je veux te parler.

Kem se retourna, prenant son courage pour l'affronter. Et il fronça les sourcils lorsque Moon affirma que la Rêveuse ne lui en avait voulu que deux minutes. Ce qui le sidéra. Pourquoi ? Pourquoi avoir joué cette comédie ? Pourquoi agir ainsi ?

Et elle acquiesça en plus. Elle l'avait fait exprès…il n'arrivait pas à y croire. Elle inspira un grand coup et se lança. Elle lui dit que tout le monde faisait des erreurs et qu'il avait donc le droit d'en faire. Elle avait fait semblant de lui en vouloir pour qu'il regrette le plus possible et fasse plus attention. Des choses qu'il aurait faites sans qu'elle en rajoute…


Il la laissa parler, immobile, la main sur le dossier d'une chaise. Elle l'avait mené en bateau. Elle avait fait exprès dès le départ ! D'un côté, cela le soulageait. De l'autre, c'était difficile à avaler.

- En fait ça serait plutôt à moi de m’excuser parce que je t’ai quand même un peu mentit. Donc pardon. Tu as intérêt à bien te souvenir ce moment parce que c’est vraiment rare que je demande pardon quand je fais une connerie. En fait la plupart du temps je me félicite mais bon…

Il sourit en coin et enregistra bien le pardon. Elle semblait tout de même s'en vouloir un peu, de l'avoir manipulé ainsi. Elle lui demanda même ce qu'il voulait qu'elle fasse pour qu'il la pardonne.

Kem s'approcha lentement d'elle, mit ses mains sur les hanches de la Rêveuse, l'attira contre lui. Elle pensait peut-être à quelque chose, mais se trompait. L'acte, ils pouvaient le faire quand ils voulaient. Et ce n'était pas quelque chose que l'on demandait pour un pardon.
L'entraînant à sa suite, la laissant croire à cela, il s'assit sur une chaise et l'installa sur ses genoux. En fait, il cherchait surtout à gagner du temps pour construire sa phrase. Il voulait l'éblouir.


Mêlant ses doigts à ceux de la Rêveuse qui le regardait toujours, perchée sur ses genoux, il inspira et se lança:

-Tu n'as rien à faire pour te faire pardonner. Même si tu m'as mené en bateau, c'est moi qui t'ais fait mal. Tout ce que je souhaite, c'est que tu continues à me faire confiance. Cette confiance qui illumine notre couple, qui déploie ses ailes protectrices autour de nous, qui nous guide sur la voie. Cette confiance qui fait de nous des êtres différents dans cette Forteresse.

Il était lancé. Il n'avait jamais fait de déclaration à Misao. Et maintenant, il allait le faire.

-Tu es un rayon de soleil, Misao. Tu es mon rayon. Tu es l'arc-en-ciel, la rose en été, la caresse du vent au printemps, le flocon de neige en hiver…aujourd'hui, tu es la personne la plus chère à mes yeux. Je veux passer le reste de mes jours à tes côtés. Je veux vieillir avec toi. Mourir dans les bras l'un de l'autre…Si possible je veux me marier avec toi et avoir des enfants. Lorsque nous le pourrons. Si tu le souhaites. Jamais je ne te ferais de mal volontairement. Je t'aime…

Il sourit légèrement tout en caressant la main de Misao qui semblait légèrement émue. Comme toujours, ce n'était que pure vérité. Il se l'était juré, jamais il ne lui mentirait. Et comme il savait que les étoiles le lui diraient s'il le faisait…
Cependant, il n'avait pas fini.


-J'aime te voir sourire, j'aime te voir danser, jouer de la musique, chanter. J'aime être près de toi. Tout simplement.

Il porta la main de la jeune femme à ses lèvres et l'embrassa délicatement. Ils étaient bien, tous les deux, seuls, dans un silence agrémenté d'amour. Kem finit par le briser :

-Je voudrais pouvoir t'offrir plus, mais je ne le peux pas. Pas encore. Un jour, je t'offrirais ce qui te correspond.

Elle semblait vouloir parler, ouvrait la bouche, mais rien ne venait. L'avait-il scotchée ? Il est vrai qu'elle ne s'était certainement pas attendue à cela de sa part. Lui non plus pour tout dire. Mais il avait ressenti le besoin de le faire.

La nuit allait venir vite à présent. Les premières étoiles apparaissaient déjà. Il attendrait qu'elle se lève et aille se coucher. Puis il choisirait le meilleur matelas des malades et dormirait aussi, tentant d'ignorer les cris qui revenaient déjà avec la nuit, même s'il ne dormait pas. Elle n'était pas obligée de parler. Le pétillement de ses yeux suffisait amplement. Et si elle n'y arrivait pas, elle pouvait toujours demander aux étoiles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 5 Juil 2012 - 15:43

Je ne savais pas tellement quoi dire. Je ne m’attendais pas à une déclaration…

« J’ai déjà dansé devant toi ? »

C’était tout ce que je trouvais à dire. Mais je ne me rappelais pas l’avoir fait un jour. C’était fréquent quand j’étais à la forteresse avec Sacha pendant que le vieux nous jouait un petit air de piano. C’était lui qui m’avait appris à en jouer. Et ce n’était pas toujours une partie de plaisir. Mais ça valait le coup ! Je faisais aussi chanter les rêveurs, ce qui donnait de très jolies choses.
Bref, j’embrassais Kem en souriant, amusée et touchée par ce qu’il venait de dire. Quand à vouloir se marier… Moi, je ne suis pas sûre que ce soit un bon plan. Je voyais déjà le gros gâteau allait s’écraser sur un invité. Bon, je pense que je serais très fière de moi mais bon. Quand à avoir des gosses, je pense que la maison devrait explosée très, très vite. Bref, un fiasco total. Mais bon, je ne dis rien.

« -Tu vois Kem, j’avais raison, elle t’a fait un gros bisou.
-Ouais et elle t’a pas largué. »


Moon et Dan écoutaient de nouveau aux portes. Pas la peine de faire des enfants, on en avait déjà.

« -Tu croyais vraiment que j’allais te larguer pour ça ? demandai-je à Kem
-On lui a dit que non mais il voulait pas nous croire. dit Dan derrière la porte
-Est-ce que vous pourriez nous laisser tranquille juste deux minutes ?
-Non.
-Bon bah je vais chercher Pom Pote alors !
-RAH ! NON PAS LA BOULE DE POIL ! »


Je l’entendis courir se réfugier dans sa chambre entraînent Moon à sa suite et je soupirai. Ah ! Enfin tranquille. Ce n’est pas trop tôt ! J’étais toujours sur les genoux de Kem qui s’était mis à jouer avec mes cheveux. Non, ce n’est pas vrai ! Et dire qu’il avait perdu cette habitude. Maintenant c’était repartit… Je fis la moue. Puis, je me mis à bailler, j’avais envie de dormir. Je me laissais aller contre Kem, me sentant parfaitement en sécurité.

« Tu les entends encore ? Les cris je veux dire. Tu veux que je chante quelque chose pour essayer de les faire taire ? » demandai-je

Pom Pote qui n’avait plus du tout envie de dormir se leva et s’étira puis sauta du rebord de la fenêtre pour atterrir silencieusement sur le sol. Je me levai puis m’approchai de la fenêtre pour regarder les étoiles. Elles se mirent à discuter entre elles sur le discours de Kem, leurs commentaires me firent sourire.

« -Tu aurais pu trouver quelque chose de mieux à répondre. me dirent-elles
-J’ai été prise au dépourvue.
-A bah ça on avait remarqué ! Tu as cru qu’il allait te déshabiller.
-Dit comme ça, ça me fait penser à Lewis.
-T’inquiètes pas, il a eu des complications avec sa blessure. Préviens Kem que quand il sera remis il n’a intérêt à foncé et à rester avec toi, s’il ne veut pas que tu disparaisses.
-Dans quel sens ?
-Dans le sens où Mr pink risque de te garder prisonnière pour le restant de tes jours.
-Ah oui je vois.
-Il faudrait aussi qu’il trouve un truc pour arrêter les images et les cris.
-Mais tout ça c’est Lewis !
-En partit mais il y aussi les souvenirs des projections de son séjour au cachot.
-Super… »


Je baillai une nouvelle fois, qu’est-ce que tout ça pouvait être compliqué… Je déclarai à Kem que j’allais me coucher et qu’il pouvait dormir où il voulait. Avec moi s’il le souhaitait. C’est ce que je préfèrerai personnellement. Je me mis en pyjama puis je sautais dans le lit. J’espérai que mon petit-ami allait arriver mais il n’avait pas l’air de se décider. Ou alors il n’osait pas me rejoindre. Mais je n’étais pas d’accord, j’avais toujours peur que Lewis revienne et même avec les étoiles je ne me sentais pas tellement en sécurité. Alors je me mis à hurler, appelant Kem au secours. Sauf qu’il ne débarqua pas seul, Dan et Moon avaient suivis.

« Vous vous appelez Kem vous deux ? » demandai-je

Moon leva les yeux au ciel en disant que c’était du grand n’importe quoi et Dan grommelait que la prochaine fois que je le réveillais pour un truc pareille il m’étranglait. Bah oui, moi j’avais juste voulu attirer mon Kemounet chéri. Personne d’autre !
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 245
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 5 Juil 2012 - 19:16

[voilà ! bon je savais pas trop comment continuer alors je te laisse carte blanche et puis excuse la fin un peu..zarbie O.O]


Misao sembla complètement déboussolée par ce qu'il venait de dire. Et la seule question qui lui vint à l'esprit fût :

-J’ai déjà dansé devant toi ?

Elle plongea dans ses souvenirs alors que lui hochait négativement de la tête. Non, elle n'avait jamais dansé pour lui, mais il était sûr qu'elle dansait aussi bien qu'elle chantait. Elle l'embrassa avant qu'il puisse ajouter quoique ce soit et, une fois détachée de lui, Moon et Dan entrèrent en action. Comme toujours, ils avaient tout écouté et tout regardé. Cela fâcha Kem. Lorsque l'on disait à quelqu'un de partir, ce n'était pas pour qu'il écoute aux portes ! Et puis…Kem sentait le rouge monter aux joues. Il n'avait pas voulu que les deux autres Mercenaires entendent sa déclaration…

-Tu croyais vraiment que j’allais te larguer pour ça ?

Kem déglutit et se prépara à répondre, voulant lui dire qu'il avait eu peur, un peu oui, tout de même. Parce qu'il était à nouveau le Mercenaire…
Il commença à jouer avec ses cheveux alors qu'elle engueulait les Mercenaires. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait plus fait ! Il joua avec les mèches folles, enroulant ses doigts, s'accrochant aux nœuds…ne lui faisant pas mal, attention !
Elle chassa Moon comme Dan, comme d'habitude, et ils se retrouvèrent seuls, pour de bon. Misao bailla longuement et se lova contre lui. Il entoura sa taille de ses bras, pour qu'elle ne tombe pas. Ses jambes commençaient à être douloureuses…


-Tu les entends encore ? Les cris je veux dire. Tu veux que je chante quelque chose pour essayer de les faire taire ?

Misao s'était redressée, et, d'un coup, elle se releva et se posta à la fenêtre, que Pom-Pote venait de quitter. Kem la regarda, écouta son cerveau. Oui il les entendait toujours. Mais chanter ne servirait à rien.
Et il le lui dit :


-Pour être franc, oui je les entends. Et le chant ne servira à rien. Ne t'en fais pas. Ils ne me tueront pas.

Du moins l'espérait-il. Et s'il devenait fou ? Ou si les cris prenaient possession de lui comme dans la journée avec Lewis ?

Il ne sut pas si elle l'avait entendu. Apparemment, vu son air absent, elle écoutait les étoiles. Il se demanda ce qu'elles lui disaient. Mais c'était un secret impénétrable pour lui…
Baillant une nouvelle fois, Misao déclara qu'elle allait se coucher et que lui pouvait dormir n' importe où. Même avec elle.
Il ne bougea pas. Il ne savait pas quoi faire. Il avait envie de se coucher près d'elle, mais en même temps il n'osait pas.
Dan et Moon n'étaient pas revenus. Ils dormaient donc sûrement.
Sauf que lorsque Misao hurla, ils sortirent de leur chambre et coururent presque jusque dans la chambre à ses côtés. Kem soupira de soulagement lorsqu'il vit qu'il n'y avait rien. Pas de danger. Pas de complice à Lewis. Juste Misao qui le réclamait et virait les deux autres.
Moon s'en alla sans râler, Dan la menaça de l'étrangler si elle le réveillait une nouvelle fois. Une fois la porte fermée, Kem alla d'abord dans la salle de bains qui jouxtait la pièce.


Il se lava rapidement, se sécha, enfila un caleçon et une simple chemise, il faisait chaud, ne se coiffa même pas et revint dans la chambre, les cheveux légèrement mouillés encore.

Misao avait déjà les yeux fermés, mais sa respiration n'était pas assez régulière, signe qu'elle ne dormait pas encore. Il se glissa doucement dans le lit, et elle vint le coller tout en souriant.

Quoique le sourire était peut-être pour l'histoire que les étoiles lui racontaient et elle ne s'était pas rendu compte qu'il était là.
Fatigué lui aussi, Kem ferma les yeux. Et le même cinéma recommença. Cris, images, le noir qui l'entourait, la peur…serrant les dents, il les força à s'éloigner. Mais comme à chaque fois, cela ne fonctionnait pas. Alors il attendit, les yeux fermés, de pouvoir s'endormir. En général, il mettait une heure.

Cette fois-ci, il en mit deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

De retour...[pv Misao, Viladra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» De retour...[pv Misao, Viladra]
» Une prisonnière supplémentaire [rp Misao + Viladra]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Plaines et montagnes de l'Est :: Forteresse principale du Chaos-