Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty11.05.12 22:55

Tanura était à une vingtaine de kilomètres de Fériane. Quand elle ouvrit les yeux, elle découvrit la toile de sa cape qu'elle avait tendu entre trois arbres pour se protéger du mauvais temps. Visiblement, une des fixations avait lachée, car ladite toile de cape lui tombait sur les yeux. Elle la repoussa et se releva, encore toute ensomeillée. Shaka, son grand étalon noir hennit pour la saluer. La jeune femme se tourna vers lui. Le cheval n'était plus au mieux de sa forme en raison de son grand age, mais il n'en était pas moins courageux et puissant.

"Bonjour à toi aussi mon grand...Ainsi qu'à toi, petit."

Elle caressa distraitement son ventre à travers sa chemise légère, puis se leva. Comme elle l'avait deviné la veille, il avait plu car le feu était tout à fait éteint et l'herbe, humide.
Tanura s'employa donc à lever le camp. Elle enfila son corsage de cuir par dessus sa chemise, ajusta autour de ses hanches les protections métalliques qui protégeaient ses jambes et enfila ses bottes. Elle s'affaira ensuite à lever le camp: roulant les couvertures, détachant la cape qui l'avait abrité de la pluie et vérifiant qui ne lui manquait rien dans ses affaires. La jeune femme mangea quelques mûres qui poussaient au bord de la route en guise de petit-déjeuner. Ce soir, elle dinerait à l'hotellerie des rêveurs! Elle ramassa ensuite la selle de Shaka, une lourde pièce de cuir et de bois pyrogravée sur laquelle étaient fixée sa hache et son sabre. Ce système était plus avantageux pour elle, car il soulageait son dos.
Tanura mena Shaka jusqu'à la route à une dizaine de mètres de là, puis monta en selle. La piste était encore déserte, la jeune femme talonna l'étalon pour lui faire prendre un bon galop avant que la chaussée soit encombrée de monde. Les sabots du cheval claquaient joyeusement sur les pierres. Sa cavalière profitait de ce petit moment de complicité en se disant que sitôt arrivée à Al-Jeit, elle lui ferait refaire une ferrure digne de ce nom, ce qu'elle n'avait pas fait depuis qu'elle avait quitté Al-Chen.
Shaka galopa à bonne allure pendant plus d'un kilomètre, puis ses vieilles articulations le commencèrent à le faire souffrir et son vieux coeur à s'épuiser. Tanura le fit passer au pas pour le reposer, jusqu'à ce qu'ils croisent un affluent du Pollimage qu'un pont de bois permettait de traverser. Elle mit pied-à-terre et fit boire sa monture, en profitant pour se désaltérer elle même. Ils continuèrent leurs chemin, jusqu'à ce que vers midi, elle décida de s'arrêter dans une auberge charmante au bord de la route. La jeune femme confia les rênes de son cheval à un palfernier qui le pansa et lui donna un bon foin frais ainsi que de l'avoine. Elle se restaura dans d'une délicieuse salade de crustacés d'eau douce et repris sa route.
Tanura fini par arriver à Fériane, en même temps qu'un chariot, qui lui, arrivait d'Al-Jeit. Elle leva la main pour saluer les voyageurs, qui étaient en majorité des voyageuses et s'écria:


"Bonjours mesdames!"
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty28.05.12 10:32

[HRP : Désolée du temps de réponse ! >_< Avec le blocus et les exams qui approchent à grands pas, j'ai plus le temps...]


Erys était moulue. Le chariot passait sur tous les cahots possibles et imaginables de la route et elle avait l'impression d'être une balle magique à rebondir en tous sens. Elle ne sentait que trop ses fesses ! Et, en plus, Aelys ne perdait pas une occasion pour la narguer, juchée sur sa grosse bestiole qui caracolait. Bon sang, ce cheval avait tenté de la mordre plus d'une fois ! La sale bête ! Et sa propriétaire qui était morte de rire à chaque fois ! Aussi, à chaque fois que la caravane s'arrêtait, Erys allait se planter devant les chevaux, les deux pieds bien campés dans le sol, pour prouver qu'elle n'avait pas peur de cette viande sur pattes. Si bien, qu'au bout d'un moment Neleam l'avait forcée à se jucher sur l'un d'eux. La sale bête était partie au triple galop, la faisant crier de peur. Au bout d'une centaine de mètre, Erys avait atterri sur la route poussiéreuse sur le dos, ce qui lui avait coupé le souffle. Elle s'était redressée douloureusement sous les éclats de rire de la rousse - qu'elle avait copieusement insulté - et évitait les chevaux depuis.

Mais son calvaire prenait fin, heureusement. Erys ne rêvait plus que d'un bon bain chaud. Après un dernier tournant, la caravane arriva en vue de Fériane. Le chateau était apparu brusquement. Imposant, mais sans plus. Il n'avait rien de bien particulier par rapport aux merveilles d'Al Jeit.

Alors que les deux Chevaliers mettaient pied à terre, Erys sauta du chariot et se dérouilla les jambes en faisant quelques pas.


- Bonjour mesdames.

Erys se tourna, fronçant les sourcils, une main sur le couteau dissimulé dans sa manche. Elles avaient eu de mauvaises surprises au cours du voyage.
Une jeune femme venait vers elles, tirant par la bride un vieux cheval. A son armure et à sa démarche, Erys, comme les deux autres, sut immédiatement qu'elles avaient à faire à un autre chevalier. Les visages se détendirent et elles acceuillirent la jeune femme.
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty02.06.12 22:38

Le voyage s'était passé rapidement et calmement.

Enfin calmement, cela ne voulait pas dire que la petite troupe était calme, car avec Erys et Aelys dans la même caravane le "calme" était impossible. Ce qui s'en rapprochait le plus était ...
était....
C'était lorsque l'une (Aelys) partait en éclaireur en fait. Sinon elles se chamaillaient, s'asticotaient et s'insultaient à longueur de journées. On pourrait croire que la nuit, elles dormiraient, permettant à tout le monde de reposer leurs oreilles mais non ! Lorsque c'était leur tour de garde (à l'une ou à l'autre), elles chantaient, ou faisaient tout leur possible pour empêcher l’autre (et tout le reste de la caravane par la même occasion) de dormir. Même dispensées de tour de garde, elles arrivaient se prendre le bec.
Neleam ne savait comment réagir, elle hésitait entre l'agacement profond, voir la colère, comme la plupart des personnes avec elles, ou bien le rire, car elle ne pouvait s'empêcher de s'amuser de ces petites joutes. Mais elle avait aussi besoin de repos et de silence, ce qui était assez rare.

Cependant elle ne tenait pas à la brider sachant que leur convois n'avait essuyé aucune attaque. rien ! Pas même un hérisson rebelle, se dressant sur leur passage ! Le calme plat. La cheftaine sentait une vague de mélancolie et d’ennui s'abattre sur elle, et seules les pitreries des deux autres guerrières parvenaient à la dérider.
Elle était donc de méchante humeur, surtout que le cuisinier du chariot avait attrapé une maladie inconnue (et incongrue), et était devenu incapable de préparer la moindre chose mangeable. Alors non seulement ils ne mangeaient rien de bons (interdiction de chasser !! Mais à qui servaient-elles ?! a rien ! vraiment.. Cette mission était des plus nulles!) mais en plus, leur seul tonneau d'alcool avait été mis à sec par ce fichu cuisinier qui l'avait mis à bouillir avec quelques racines.
Neleam avait été à deux doigts de l'étriper.
Au moins ça aurait été plus comestible...

La jeune femme était vraiment impatiente d'arriver chez les rêveurs. Elle craignait par contre d'être légèrement de mauvaise humeur. Légèrement...


- Bonjour mesdames.

Neleam avait à peine mis pied à terre qu'une jeune femme les apostropha.


- Demoiselles.

Elle n'avait pu s’empêcher de répondre d'un air revêche, très peu avenante. Elle ne la regarda à peine, incapable de faire preuve de sociabilité pour le moment. Cependant elle senti la curiosité de ses recrues pour l’inconnue alors elle se décida à lui accorder un peu de son temps.
Mais pas trop non plus.

Une blonde.

Neleam tenta un sourire, mais vu la réaction de la jeune femme, cela ne devait pas être des plus rassurant. Elle la vit froncer légèrement les sourcils, tentant de deviner ce qu'elle était, reculer légèrement un pied, dans une posture de défense, genoux légèrement pliés, prête à réagir au quart de seconde, et une main perdue. Elle était devant elle, près du ventre. Pas l'endroit idéal pour parfaire sa position de garde... alors pourquoi cet endroit là ? Cela semblait vraiment lui importer alors ..?
Sa mauvaise humeur sembla s'évaporer (momentanément) à la rencontrer de cette intrigue. Car il ne faisait aucun doute que cette femme était une guerrière, la tenue en plus de la posture le démontrait. Mais ... Elle avait quelque chose de différent, de plus... Sensible ? [i]

- Désolé, Neleam grimaça un sourire d'excuse,
un voyage très... éprouvant, et je suis légèrement sur les nerfs.

La jeune femme hésita avant de poursuivre. Elle n'était pas vraiment en état de faire la papote, et elle aurait aimé se décontracter et évacuer sa colère avant. Et puis l'inconnue ne risquait de s'évaporer.


- j'espère que nous aurons l'occasion de discuter plus logement plus tard, pour le souper.


Elle lui sourit puis se détourna pour s'adresser aux deux comparses, pour une fois silencieuses.


- Bon les filles, quartier libre jusqu'au souper. Soyez gentilles avec les rêveurs, ne les dérangez pas, ne les choquez pas, n'en abusez pas. Ne vous battez pas, ne vous chamaillez même pas ! Par contre si vous voulez faire la peau à ce qui nous servait d'escorte, ou toute autre personne avec nous dans la caravane, faites-vous plaisir !


Neleam parti d'un pas rapide. Elle voulait que les jeunes femmes fassent bonne impression auprès des rêveurs qu'elles montrent qu'elle savent se tenir un minimum. Elles auraient toute la soirée pour prouver qu'elles n'étaient pas chevaliers pour des prunes.
La cheftaine s'engagea dans un couloir, puis s'orienta avec une facilité qui l'étonnait. Elle trouva rapidement les informations qu'elle voulait.
Roxane n'était pas là pour le moment. Dommage...
Le repas serait servi à la tombée de la nuit, dans deux petites heures.
Leur chariot aurait 3 chambres. Dommage... Neleam grimaça à l'idée de la future répartition des chambres. Enfin elle verrait plus tard. Au pire elle ferait dormir toute la compagnie d'incapables dans la paille avec les chevaux. Ceux-ci étaient d'ailleurs entre de très bonnes mains.
Le rêveur en chef lui avait fixé un rendez-vous le lendemain matin. Pour la mission sans aucun doute. Elle allait devoir convaincre ce petit bourge de les suivre sans faire d'histoire. Elle soupira puis décider de remettre tout cela au lendemain. Pour le moment un bain s'imposait !

Neleam trouva rapidement les bains, se dévêtit et entra dans l'eau claire. Elle soupira de plaisir, et s'installa confortablement, heureuse de profiter de ce répit. Elle ferait peut-être une séance d'entrainement et échauffement avant le repas, mais pour le moment elle se sentait juste sale. Le maître de caravane avait refusé toutes les pauses pour se laver, trop pressé de finir cette mission infernale. La jeune femme ferma les yeux, savourant ce moment de paix. L'eau était légèrement parfumé, et à une température idéale.

_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty07.06.12 21:15


Tanura carressa son ventre, les rênes de Shaka dans l'autre main. L'étalon tiquait à l'ours à cause de ses douleurs articulaires. Elle ôta la main de son ventre et flatta l'encolure noire mêlée de poils gris de son vieil ami. Il était vraiment temps de le mettre au vert, le pauvre vieux. Elle imagina un instant acheter un jeune cheval fringuant et vigoureux la prochaine fois qu'elle en aurait l'occasion et emmèner le vieux Shaka chez ses parents pour qu'il finisse sa vie calmement en broutant l'herbe des marches du nord. La jeune femme chassa vite cette idée de son esprit: même si il avait été cheval de trait, il était maintenant cheval de bataille. La vie du vieil étalon devait se terminer dans l'ouragan du combat dans un henissement beliqueux pas pendant une nuit calme de printemps au millieu de calmes vaches. Peu être devrait elle acheter d'ici peu un cheval de rechange, mais chaques choses en son temps.
Tanura sourit aux jeunes femmes et plus particulièrement à la jolie brune qui lui avait répondu. A n'en pas douter, il s'agissait de guerrières. Leurs chevaux, leurs armes, lui indiquait qu'elles étaient des chevaliers.
La jeune femme se réjouit interieurement de croiser enfin d'autres membres de sa guilde.

"Demoiselles bien entendu! Excusez moi! En effet, j'espère que nous nous reverons au diner."

La jeune femme conduisit Shaka dans l'écurie. Elle aurait pu jeter les rênes à un palfrenier et aller se reposer, mais choisi de s'occuper de la vieille bête elle même malgré la fatigue. Un garçon d'écurie lui indiqua un boxe inoccupé dans lequel elle installa le brave vieil étalon. Tanura le débarassa de sa pesante selle qu'elle posa sur la porte du boxe, puis défit sa bride et le laissa se rouler. Elle le pansa soigneusement et massa avec soin ses articulations raides avec de l'argile verte.
La jeune femme fixa ses armes sur son dos ramassa ses sacs. Après avoir embrassé Shaka entre les naseaux. Le responsable de l'hotellerie lui indiqua une chambre où elle s'installa.
Tanura sortit une tunique longue et une paire de sandales. Tranquillement, elle se dirigea vers les bains.
La jeune femme qu'elle avait croisé avec le chariot à l'entrée de Fériane se prélassait déjà dans l'eau.

"Oh! Ben re-bonjour!"
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty28.06.12 16:49

Neleam était en pleine méditation (autre façon de dire qu'elle était en train de dormir) dans l'eau des bains qu'une personne la rejoint. La jeune femme tenta de deviner de qui il s'agissait, juste à son pas, mais une voix cassa tout le suspense.

-Oh! Ben re-bonjour!

La nouvelle arrivée qui les avait accostée un peu plus tôt... Neleam plongea la tête sous l'eau pour se réveiller un peu puis sourit à la nouvelle.

- Il me semble que les présentation n'avaient pas été faites tout à l'heure... Je suis Neleam, et toi ..? Qui es-tu et que fais-tu ici ?


La demoiselle n'avait pas précisé qu'elle était chef de guilde, ni même chevalier. Elle s'en moquait un peu. Son titre n'était rien pour la jeune femme, elle préférait que les gens la voient comme "Neleam" plutôt que comme "Chef de Chevaliers". Et puis elle n'avait pas l'intention de dévoiler sa mission. Cette fille était une inconnue, et peut-être une mercenaire alors méfiance !
Neleam secoua la tête à cette idée. Une mercenaire ?! Et puis quoi d'autre ? une fille de t'slish ? un Raïs en infiltration ? pfff... N'importe quoi ! Elle n'avait rien de maléfique ni de calculateur, commun aux mercenaires. Elle avait de l'allure, soignée, qui montrait qu'elle se donnait de l'importance. Et une armure de cuire. marchombre ? Non elle ne possédait pas ce petit quelque chose qui faisait les marchombres se démarquer du tas. Cette tenue lui laissait penser que cette femme avait l'habitude des combats. Une dessinatrice de haut vol, ou sentinelle ? Ou peut-être qu’elle aspirait à une voie plus dynamique (et tellement plus merveilleuse), celle des chevaliers...
Neleam l'observa en attendant qu'elle réponde. Si c'était un chevalier, elle s’étonnait qu'il y en ai quatre à Fériane, et toutes des femmes ! Elles allaient finir par dominer le reste de la guilde !
Bon c'était un rêve irréalisable, car elle savait que les chevaliers étaient nettement plus masculins, la proportion devait être d'environ 90% d'hommes... La plus grande preuve était que le nom de Chevalier n'existait pas au féminin. A sa plus grande déception, elle était un chevalier fille. Ce qui n'avait pas trop la classe. Elle tentait d'instaurer un nouveau nom pour elles, mais leurs rebus de compagnons en riait à chaque fois qu'elle évoquait le sujet, disant que de toutes manières une femme n'avait pas sa place parmi eux. Puis après ça dégénérait, et elle lui rappelait qui elle était, et que si elle était chef ce n'était pas parce qu'elle avait couché !

Elle sorti de ses pensée lorsque l'autre femme prit la parole.

_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty02.08.12 13:51

[HRP : désolée les filles pour l'attente - et la longueur de ce qui suit - ! Mois de juillet très chargé... Et je voulais voir si Aelys allait répondre ou pas]



Après sa bruque réponse, Neleam parut s'apercevoir que la jeune femme s'était mise sur la défensive - avec une garde curieuse d'ailleurs, remarqua Erys - et fut moins brusque :

- Désolé, un voyage très... éprouvant, et je suis légèrement sur les nerfs. J'espère que nous aurons l'occasion de discuter plus logement plus tard, pour le souper.

Erys eut un sourire crispé. Oh oui, très éprouvant malgré le nombre nul d'obstacles en chemin. Tout ça de la faute de cette rouquine ! Neleam se tourna ensuite vers ladite rouquine ainsi que vers Erys :

- Bon les filles, quartier libre jusqu'au souper. Soyez gentilles avec les rêveurs, ne les dérangez pas, ne les choquez pas, n'en abusez pas. Ne vous battez pas, ne vous chamaillez même pas ! Par contre si vous voulez faire la peau à ce qui nous servait d'escorte, ou toute autre personne avec nous dans la caravane, faites-vous plaisir !

Faire la peau à la caravane ? Oh, elle en mourrait d'envie ! Ces troufions ne leur avaient strictement rien laissé faire et après étaient venus se plaindre du bazar ! Non mais oh, on était où là ? Cependant, Erys était trop lasse pour le faire séance tenante et se contenta de hocher la tête, d'autre préoccupation à l'esprit. Comme un lit et un bain par exemple.

Une fois cela dit, Neleam s'éclipsa rapidement, bientôt suivie de l'inconnue qui mena sa monture aux écuries. Erys, elle, se dirigea d'un pas vif vers l'intérieur du château et demanda poliment à quelques rêveurs où se trouvait sa chambre. Visiblement, elle devait faire peur à voir - ou c'était dans leur nature - car les rêveurs s'empressèrent de lui répondre le plus rapidement possible avant de mettre de la distance entre eux et la Chevalier. Après quelques instants de réflexions, Erys trancha pour le fait qu'elle devait faire peur à voir. Ces dernières semaines avaient été... éprouvantes, comme l'avait dit Neleam. Cette Aelys était vraiment une emmerdeuse ! ... Mais Erys l'aimait encore bien, à la réflexion.

Avec un soupir, elle posa ses affaires dans sa chambre - enfin plus d'Aelys à devoir supporter vingt-quatre heures sur vingt-quatre ! - puis prit le chemin des bains. Là, c'était tout ce dont elle rêvait : un bon bain et puis une bonne nuit de sommeil... Tranquille...

Cependant, en arrivant aux bains, elle vit qu'ils étaient déjà occupés par sa cheffe et l'autre jeune femme. Elle les interrompit d'ailleurs alors qu'elle était en pleine conversation mais ne s'en soucia pas, n'ayant aucune envie de faire la conversation, et se dévêtit pour entrer dans l'eau avec un soupir de soulagement. Être entièrement propre, enfin !
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty07.11.12 17:33

[bon... On continue notre mission chevaleresque avec les chevaliers survivants.. j'ai tenté d'expliquer les absences, et de redonner un peu de dynamique à tout ça !]





C'était la panique.
Les rêveurs couraient en tous sens, un air effrayé sur le visage. Les couloirs habituellement silencieux, bruissaient de pas pressés, de chuchotements angoissés et de bruits sourds provenant de l'extérieur.

Neleam était dans cette foule, et la remontait, de façon à atteindre la petite troupe de chevalier. Ne restaient qu'Aelys et Erys, toutes deux attendaient Neleam afin de mettre au point une stratégie. Et aussi d'être plus au courant de la situation.
La cheftaine entra dans le vif du sujet, élaborant une stratégie au moment même où elle parlait.

- C'est bien une attaque, certainement des bandits de grands chemins. Cependant on ne peut pas toutes aller au front prêter main forte (faire tout le boulot plutôt, il s'agit de rêveurs, pas de guerriers) à cause de notre colis. Donc je propose qu'on se sépare, une restera ici afin de régler ce problème, je doute que ce soit très difficile. mais on ne peut prendre aucun risque, alors j'irais avec l'une de vous m'occuper du gosse.


Aelys sautillait sur place, impatiente de se battre, ce que certainement toutes trois avaient fortement envie, mais il fallait bien se décider. Sur un signe de tête la rouquine se détacha du groupe et fila vers les lieux d’affrontement, tandis que les deux autres femmes se dirigeaient rapidement à la recherche de leur cible. Le chef rêveur était parti le chercher, et leur avait dit qu'ils les rejoindrait dans la cour, près de la sortie de secours. une porte dérobée, avec des souterrains. Les chevaux étaient scellés dans la cour, et piaffaient d’impatience. Neleam sourit;, Il faudrait bien à sa new monter à cheval, pour fuir ce serait plus pratique et rapide... Sinon il lui faudrait courir à côté.

Les jeunes femmes n'eurent pas longtemps à attendre avant de voir le rêveur supérieur arriver vers eux, tout rouge, essoufflé, et l'air paniqué. Seul. Neleam compris immédiatement le problème.
Le jeunot avait fait une fugue. mais pourquoi ...?
Dans tous les cas il leur fallait partir immédiatement en chasse. Si ça se trouvait, les attaquant en voulaient après lui, dans quel cas, mieux valait retrouver cette tête brulée avant eux. Sinon...

Sans prendre le temps d'imaginer les conséquences d'un tel acte, la guerrière prit la parole.

- tant pis, il faut qu'on fille et qu'on le retrouve. C'est urgent ! J'espère que tu as de bons talents de pisteur Erys...


Neleam enfourcha ensuite Firmament, et, après un rapide signe de tête au rêveur, elle le talonna.




_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty11.11.12 12:48

A la sérénité du lieu avait succedé la panique. Les rêveurs couraient en tous sens, affolés, et dans la cour régnait un désordre sans nom. Erys soupira en se frayant un chemin dans cette masse : décidément, ces rêveurs étaient des poules mouillées ! Pire, ils gênaient ceux qui auraient pu les protéger et, totalement désorganisés, ne suivaient pas les conseils qu'on leur fournissait ! Mais comment diable avaient-ils bien pu survivre jusqu'ici ?

La jeune femme s'arrêta à côté d'Aelys, qui semblait aussi déconcertée qu'elle par le manque de courage des rêveurs. Et, comme Erys, son épée semblait la démanger. Mais Neleam leur avait demandé de rester ici tandis qu'elle allait à la pêche aux renseignements. Mais quel besoin, franchement ? On les attaquait, il fallait simplement y répondre ! Justement, la cheftaine revenait. Pas trop tôt !


- C'est bien une attaque, certainement des bandits de grands chemins. Cependant on ne peut pas toutes aller au front prêter main forte (faire tout le boulot plutôt, il s'agit de rêveurs, pas de guerriers) à cause de notre colis. Donc je propose qu'on se sépare, une restera ici afin de régler ce problème, je doute que ce soit très difficile. mais on ne peut prendre aucun risque, alors j'irais avec l'une de vous m'occuper du gosse.

Aelys tira presqu'aussitôt son épée, certaine d'être choisie. En effet, Neleam la désigna. Erys étouffa un soupir : s'amuser à jouer la nounou pour un gosse de la haute au lieu d'aller se battre, quelle joie ! Cependant, la jeune femme ravala ses protestations et suivi sa cheftaine : elle avait plus ou moins saisi comment celle-ci fonctionnait au cours de leur voyage et savait que protester ne servirait à rien.

Cependant, elle ne put s'empêcher de tressaillir lorsqu'elles durent attendre aux côtés de chevaux. Elles allaient vraiment devoir partir sur ces bêtes là ? Son teint vira à un pâle verdâtre. Bon, avec un peu de chance, l'attaque serait terminée rapidement et ils n'auraient pas à partir à toute allure sur les bestioles.

Malheureusement, ses espoirs furent vite déçus. Le chef des rêveurs arriva en courant vers elles, seul. Ca, ça signifiait des ennuis. En effet, il confirma vite que le gosse avait fait une fugue. Erys leva les yeux au ciel : Ah, les gens de la haute, toujours près à tout pour se faire remarquer !

La jeune femme se tourna vers son chef et ouvrit la bouche, mais celle ci la devança :


- tant pis, il faut qu'on fille et qu'on le retrouve. C'est urgent ! J'espère que tu as de bons talents de pisteur Erys...

Aussitôt, Neleam sauta sur son cheval et partit au galop, ne laissant pas le choix à Erys. Elle voulait bien courir, mais pas soutenir toute une journée l'allure d'une de ces sales bêtes ! Avec répugnance et maladresse, elle se jucha sur le dos d'une des grosses bourriques encore là. A peine eut elle enfoncé ses talons dans les flancs de sa monture que celle-ci s'emballa et partit à toute vitesse. Avec un juron et une malédiction à l'encontre de Neleam et du gosse, elle se cramponna de toutes ses forces à sa selle et ferma les yeux.

Par elle ne savait quel miracle, sa monture suivit celle de Neleam et la rattrapa. Erys rouvrit les yeux juste à temps pour voir sa cheftaine éclater de rire devant son assiette et la jeune femme grommela entre ses dents, ballotée de toutes parts par cette foutue bestiole qui semblait vouloir s'acharner à la faire tomber !
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty30.11.12 16:30



La guerrière chevauchait, regardant droit devant elle. Ou était parti leur fugueur..? vers le nord certainement, car le Sud il était connu et il en venait. Il fallait rapidement le retrouver, avant que les routes ne s'écartent de trop, sinon ce serait impossible de le retrouver. Enfin rien n'est impossible, Neleam le savait.
Un bruit de sabot à ses côtés lui fi tourner la tête. Erys était juchée sur un cheval. Rien que cela était étonnant, mais i leur fallait aller vite, alors la raison l'emportait. Surtout que l'effort que faisait la jeune guerrière était visible. Elle avait les yeux fermés et les dents crispées. Elle était couchée sur l'encolure de sa monture, comme sil elle priait intérieurement qu'il s'arrête et qu'elle continue à pied. Neleam ne pu retenir un éclat de rire devant ce spectacle. Les yeux d'Erys s'ouvrirent brièvement et la fusillèrent rapidement, avant de se fermer de nouveau, comme si rester ouvert était au dessus de ses forces.
Un drôle de couple ... Mais elles avaient une mission, alors il n'y avait aucune seconde à perdre. tandis qu'elles galopait, la chetfaine aperçu un petit campement de fortune. Un foyer et un cheval. Une seule personne. Neleam ralenti l'allure, de façon à ne pas effrayer l’individu, qu'elle ne voyait toujours pas...

Finalement, surgissant de nulle part, une femme se mi en travers de leur route. Sa posture était défensive et elle était armée d'une hallebarde. Neleam la détailla rapidement. Cheveux châtain, peut-être roux clair, un visage poupon, moins de vingt ans.
Elle hésita à mettre pied à terre, opta pour rester en selle, sinon Erys ne remonterais jamais.

- Bien le bonjour Damoiselle, nous sommes deux chevaliers en mission et nous sommes à la poursuite... enfin recherche pour le moment d'un jeune homme brun, une vingtaine d'année. Yeux marron, taille banale et...


La jeune femme s’arrêta, se rendant compte que sa description était celle de la moitié des habitants du continent. Comment pourrait-elle les aider. Elle soupira, se rendant compte que la tache ne serait pas des plus aisées...
Miraculeusement, l'inconnue, après avoir hochée la tête négativement, sembla avoir un flash et leur indiqua une direction. En plus le môme avait un cheval... Au moins il n'avait pas été enlevé. Du moins, pas encore...
Neleam sourit, contente de retrouver une piste, et invita la jeune femme à les accompagner. Plus elles seraient de folles, plus elles riraient. En fait, cette inconnue était la seule à savoir exactement à quoi ressemblait leur cible... Donc elles avaient besoin de son aide.

Elles partirent rapidement, cependant à une vitesse raisonnable, qui leur permettait de discuputer. Et à Erys de se redresser un eu. Neleam ne savait pas si elle avait ouvert les yeux pour profiter du paysage, mais ça valait le coup.

- Alors, comment t'appelles-tu ..? et que fais-tu dans ces contrées ?


Neleam était lancée, et commença ses questions envers la nouvelle venue.
Discuter faisait passer le temps et il était long. Elle aurait aimé se téléporter, oumême faire un pas sur le côté, mais en étant incapable, il lui fallait chevaucher, simplement. Et prendre son mal en patience...
De plus la nuit ne tarderait pas à tomber, il leur faudrait trouver une auberge, pour manger, et se reposer. Mais avant, il fallait avancer le plus possible, et retrouver ce fichu gamin avant qu'il ne fasse une erreur impardonnable.



_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty24.12.12 21:32

[HRP : Joyeux Noël :D)

La fille n'était pas vraiment bavarde, loin de là. Après avoir indiqué la direction du jeune fuyard, elle avait grimpé à cheval sur une proposition de Neleam et n'avait plus pipé mot, même devant les questions de la cheftaine.

Erys ne savait pas si c'était inhabituel ou si la jeune femme était tout simplement une timide invétérée, mais elle trouvait ça louche. Pourquoi avoir indiqué le chemin et les suivre, si ce n'était pour ne plus piper mot par la suite ? Aussi, Erys la gardait à l'oeil, tout en s'agrippant à la selle. Son cheval, un grand hongre placide à la robe baie, semblait avoir compris que sa cavalière était tout sauf à l'aise sur son dos et évitait de trop la balloter de tous côtés. Erys en ressentait une vague gratitude pour ce gros canasson qui ne faisait pas exprès de mettre les sabots dans tous les trous de la route. Mais elle s'agrippait quand même : on ne savait jamais, c'était vicieux, ces bêtes là.

Au bout de quelques kilomètres parcourus dans un silence pesant : la nouvelle arrivante s'entêtait à regarder la route, Erys essayait de ne pas tomber de la sale bête et Neleam avait renoncé à toute tentative de conversation, l'étrangère tira sur les rênes de son cheval et annonça tout de go qu'elle les quittait là pour prendre une vague piste qui sinuait les sentinelles savaient où.
Erys fronça les sourcils.


- Et si l'autre crétin est parti par là ?

La cheftaine lui fit les gros yeux.

- Quoi ? Ce n'est qu'un crétin - et encore je suis gentille ! Il a fugué !

L'autre promit de trouver un moyen de les avertir si elle retrouvait le jeune noble, et on se sépara là.

Dès que la jeune femme ne fut plus à portée de voix, Erys lança :


- N'empêche, je trouve ça louche. Rencontrer une fille comme ça au bord de la route pour qu'elle s'en aille de son côté après quelques milles... Et si elle était de mèche avec le jeune coq ? Non, je dis des bêtises, les nobles pareils ne s'abaisseraient pas à demander de l'aide.

Elle fronça ensuite à nouveau les sourcils et regarda autour d'elle. Le paysage était beau, plein de potentielles cibles d'entrainement, et son arc se mit soudain à la démanger. Elles pouvaient bien faire une pause, non...? Cela faisait des heures qu'elle supportait de se faire trimballer par l'une de ces foutues bestioles et elle avait le derrière en compote, tout ça pour une saleté de noble qui, elle en était sûre, n'allait même pas être reconnaissant. Elle avait bien le droit de faire une petite pause, non ?
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty26.12.12 12:45



A sa grande déception la nouvelle venue ne pipa pas un mot. La guerrière ne lâcha pas l'affaire, mais le mystère restait toujours aussi dense, et l'inconnue préféra pister le fuyard. Neleam soupira et laissa le temps passer, vérifiant toute fois les environs.

La voie de l'inconnue fit presque sursauter Neleam, perdue dans ses pensées. Elle l'observa, écoutant ce qu'elle avait à dire, d'une oreille distraite. Une autre piste, blablabla, se séparer, trukchouette, prévenir, amen.
Sans attendre de réponse l'inconnue fila sur le sentier tortueux.

Le crétin... Ce mot code lui plaisait, malgré tout. Elle avait beau tenté de sauver les apparence et de rester polie, ce terme lui allait à merveille. Ce gosse de riche ne leur simplifiait rien, et elle détestait le baby-sitting. Mais ce n'était pas n'importe qui, et tous lui devaient un minimum de respect. Du moins à l'oral. Et si ça se trouve, c'était simplement un aspirant à la chevalerie ! Il rêvait de découvrir le monde et de sauver la veuve et l'orphelin !
Bon... ce n'était qu'une infime possibilité. Mais quand même !

Neleam allait pour se remettre en route lorsque le regard du moineau l'arrêta.
Elle la regardait avec les yeux tout humide, comme Potté. Elle la suppliait du regard, attendant une réponse de sa part. La jeune femme se demanda selle n'avait pas loupé la question, et hésita à répondre un "oui". Erys était comme les enfants, lorsqu'ils regardaient leurs parents devant le marchand de glace. "Tu veux une glace ..? Ben moi aussi !". La jeune femme retint le rire qu'elle senti monter en elle et revint au temps présente : Erys.
La guerrière opta pour la solution télépathie. Par encore très au point, mais avec de l'entrainement.. ça fonctionnerait peut-être ! Elle plongea ses yeux bleus dans ceux ce sa compagne. Elle se concentra très fort. Fit le vide dans son esprit. Tenta de penser en Erys. Plissa les yeux. Et... nan toujours rien.
Soudain, le cheval sur lequel se trouvait Erys aperçu un joli bosquet e fougère et fit un brusque demi-tour, désireux de se rassasier. Il n'en fallut pas plus à l'apprenti cavalère pour basculer. Neleam tenta de la rattraper et elles finirent toutes deux par terre, les bras et jambes emmêlées, la tête dans le terre. youhouu.

- Si tu voulais mettre pied à terre, il suffisait de le dire Moineau...

Neleam se dégagea et aida son amie à se remettre debout. Elles se déterrèrent, et laissèrent les chevaux se poser. Enfin, ils n'avaient pas attendu leur autorisation et étaient déjà en train de se régaler.
Neleam n'aimait pas que Firmament broute n’importe quoi, mais pour le moment, Erys lui avait mis le doute. Et si l'inconnue lais avait trompées..?

- Bon quartier libre ! Si tu veux nous chasser un petit truc pour le déjeuner, ne te prive pas !

Puis le jeune femme entreprit d'escalader un arbre. Elle n'était pas gracieuse, mais elle y arriva. Elle se fit la remarque qu'il faudrait qu'elle s'entraine.
Enfin pour le moment, il lui fallait retrouver l'inconnue. Mais.. elle ne voyait rien. Son arbre était trop petit par rapport aux autres. Et puis elle ne pouvait pas montrer plus haut. Elle avait beau être petite et pas grosses, il flancherait sous son poids si elle tentait de continuer l'ascension.
Neleam se laissa tomber à terre et opta pour une solution moins sportive. La réflexion. Elle s'installa confortablement et vit sa compagne, Tendre la corde de son arc. Zut. Elle allait passer pour une grosse fainéante... La guerrière se releva et parti en quête de baies, et de petit bois. Elle fit le tout en quatrième vitesse, en évitant de s’éloigner de trop, et revint s'assoir contre son arbre. Là, elle avait fait un peu, et maintenant elle attendait Erys.
Sa réflexion.. il lui fallait penser comme un garçon. Pas forcément très mur, très couvé, surprotégé. Fils d'un personne riche et très influente. Que ferait-elle ..? Enfin il.
Elle laissa les idées affluer, lentement mais surement. Il y avait les idées idiotes et les improbables. Mais elle cherchait les plus folles, celles qui permettrait au jeune coq qu'elle incarnait de prouver sa valeur, de savoir qui il était, et s'il était vraiment important. S'il avait du caractère et de la force. Volonté.
Les lieux dangereux. Le Nord... La Citadelle, les Plateaux, les montagnes... L'Oeil d'otolep.

Elle en discuterait avec Erys, et elles iraient devancer leur crétin.



_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty05.01.13 20:01

Aussitôt hors de selle, Erys se sentit nettement mieux. Bon, certes, elle avait toujours les fesses en compote, mal à peu près partout et elle n'était pas vraiment descendue comme elle le voulait, mais elle avait enfin les pieds au sol !

- Bon quartier libre ! Si tu veux nous chasser un petit truc pour le déjeuner, ne te prive pas !

Erys n'attendait que ça ! Elle s'étira en soufflant de soulagement et, aussitôt après, attrapa l'arc qui ne la quittait jamais. Cela faisait bien trop longtemps qu'elle ne s'en était pas servi... La jeune femme vérifia la corde en jetant un oeil à Neleam qui tentait d'escalader un arbre, ce qui lui arracha un sourire amusé. Si un Faël pouvait voir la cheftaine en ce moment, nul doute qu'il se serait déjà esclaffer !

Après s'être assurée que la corde ne la lâcherait pas en cours de route, Erys partit à la chasse. Le tout, c'était de ne pas se faire repérer. Silencieuse, elle s'avança jusqu'à repérer une proie. Petit oiseau posé sur une branche, il ne suffirait certes pas pour le dîner. Erys s'avança plus avant dans l'herbe haute, prudente, silencieuse.

Au bout de quelques minutes, après s'être fortement éloignée de la route, elle repéra un troupeau de siffleurs, pas méfiants pour un sou. Stupides bestioles. Erys s'accroupit, banda son arc et attendit d'être certaine de toucher sa cible. Elle était loin, mais elle avait déjà fait mouche à plus longue distance. Son bras commençait à trembler lorsqu'elle lacha la flèche. Celle-ci fusa se planter en plein dans le cou de l'animal qui s'effondra avec un cri effrayé. Ses congénaires s'enfuir aussitôt.

Erys se redressa et replaça l'arc dans son dos avant de se masser l'épaule. Ca faisait vraiment trop longtemps qu'elle n'avait plus tiré à l'arc. Elle se rapprocha ensuite de sa proie, plus grande qu'elle ne le pensait de prime abord, puis se gratta la tête :


- Bon, c'est bien beau tout ça. Mais comment est-ce que je m'arrange pour le ramener près des canassons avant que les tigres des prairies débarquent ?

Erys réfléchit. Elle ne pouvait pas l'abandonner là et aller chercher Neleam, autrement la bestiole aurait disparu avant son retour. Et si elle commençait à la dépecer, elle allait mettre du sang partout et les tigres des prairies rappliqueraient aussitôt. Deux solutions à éviter, donc. ... Et elle était trop lourde à porter. Restait plus qu'à la tirer.

La jeune femme soupira. La prochaine fois, elle amenerait son foutu canasson pour qu'il serve enfin à quelque chose ! Elle saisit ensuite une des pattes du siffleur et tira. Fort. La carcasse glissa de quelques mètres avec difficulté avant qu'Erys ne s'arrête. Ca lui prendrait des heures ainsi ! Mais elle n'avait pas trop le choix. Le chevalier rajusta sa prise, l'amenant jusqu'à son épaule et se mit à tirer en pestant entre ses dents contre les canassons qui n'étaient jamais là quand il le fallait et les siffleurs trop gros pour leur propre bien.
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty28.01.13 17:37



Au bout d'un temps qui lui paraissait extrêmement long, Neleam commença à se demander si Erys ne s'était pas perdue. La pauvre enfant n'était peut-être jamais sortie de son petit village et une si grande forêt pouvait lui avoir semblé très... grand. La guerrière soupira. Une môme en fugue et un autre perdu... Elle n'était pas vraiment aidée. Mais ça occupait ses journées !
Et puis elle avait connu pire.. Une de ses quête avait été de retrouver toutes les poules d'une bonne femme qui avait oublier de fermer leur enclot la nuit. Et au petit matin.. il n'y avait plus personne. La vieille était acariatre et elle avait gagné en totu et pour tout... Joey, la poule édentée. Bon techniquement les poule n'ont pas de dents, mais celle-ci avait tellement mauvaise mine qu'elle ne devait plus avoir grand chose que son bec... Et encore, celui-ci devait fuir lorsqu'elle buvait. Et la vieille devait avoir peur que Joey ne contamine les autres alors elle s'en était débarrassée.
Bon elle était peut-être mauvaise langue, mais elle s'était épuisée à courir après des poules pour une bien maigre récompense. Enfin, plongée dans ses pensées, elle ne réalisa pas immédiatement la scène qui se déroulait sous ses yeux.

Elle avait retrouvé Erys. Qui n'était pas perdue.
La demoiselle tirait de toute ses force sur.. une patte d'un énorme siffleur, en tentant de le faire avancer. Arys était en déséquilibre énorme, pour faire bouger la carcasse de la bête. Et elle pestait comme un charretier.
La cheftaine explosa de rire devant cette scène toute aussi surprenant que comique.

Lorsque son fou-rire fut passé, la guerrière aida sa compagne et toutes deux réussirent à faire avancer la carcasse de plusieurs mètres. Neleam souffla un gros coup et refusa de continuer ainsi. Elle siffla Firmament, en espérant que celui-ci débarque rapidement.

- Bon alors moineau, c'est une belle prise que tu nous as là... Mais au cas où tu aurais oublié...
Elle baissa la voix, comme si elle était sur le point de lui révéler un secret d'état, on n'est que deux.

Elle ouvrit grand les yeux, attendant que son amie ne lui conte son aventure dans les moindres détails. Elle était extrêmement curieuse.
Firm' finit par arriver et elle attachèrent tant bien que mal leur déjeuner et le fidèle destrier se mit à avancer. Les jeunes femme le suivirent, continuant à deviser. Maintenant la question était que manger maintenant, comment préparer le tout ..?
Elles arrivèrent rapidement au campement et Neleam laissa le siffleur près du foyer. Le rallumer ne prendrait pas trop de temps, et elle laisserait Erys gérer la cuisine. Elle ne s'était jamais occupée de dépecer une telle bestiole... Mais à deux elles y arriveraient !

- Alors on commence par où ..?


Dépecer un lapin lui semblait beaucoup plus facile... La tache allait être longue, certainement leur prendre plusieurs heures... Ca serait une sacrée pause !

- Tout ça pour ne pas remonter à cheval..!


Elle adressa un clin d'oeil amusé à Erys, et elles se mirent au travail. En papotant bien entendu, sinon ça serait ennuyeux au possible.



_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty02.02.13 11:07

Finalement, Erys avait fini par trainer sa proie sur un petit bout de chemin déjà. Et bon sang, c'que c'était lourd ! Alors, quand Neleam la rejoignit, elle en fut soulagée... Jusqu'à ce qu'elle s'avise du sourire en coin qu'elle abordait. Du coup, elle se renfrogna et n'accueillit sa cheffe que d'un regard blasé, attendant la plaisanterie qui ne tarda pas.

- Bon alors moineau, c'est une belle prise que tu nous as là... Mais au cas où tu aurais oublié... On n'est que deux.dit-elle d'un ton qui ne laissait aucune ambiguité sur son intention de se foutre de sa campagne.

- Dans ce cas, la prochaine fois c'est toi qui t'occupe de nous attraper quelque chose, proposa gracieusement la jeune femme, et pendant ce temps, moi je me tournerai les pouces au camp.

Elle s'attira un regard surpris de Neleam mais elle n'était pas d'humeur. Elle avait quand même trimballé cette bestiole puante sur plus d'un kilomètre ! Puis, sur la demande de la cheftaine, elle raconta en détail son "aventure". Elle avait à peine fini que le canasson de la cheftaine arrivait, tout fringant, et s'arrêtait près d'elles. On le chargea de la carcasse avant de retourner au camp et de l'installer près du feu de camp.

- Alors on commence par où ..?

Erys lui décocha un regard amusé. Visiblement, sa cheffe n'était pas très à l'aise avec le siffleur et n'avait jamais dû dépecer quelque chose de plus gros qu'un lapin Ravie de pouvoir diriger les opérations, Erys rangea d'abord soigneusement son arc avant de s'asseoir et d'inviter Nel' à faire de même.

- Tout ça pour ne pas remonter à cheval..!

Erys releva brusquement la tête, prête à protester, et s'aperçut que sa compagne la charriait.

- Ah, ah. Très drôle. Si on s'occupait de notre souper maintenant ?rétorqua Erys.

Les deux jeunes femmes se mirent à la tâche et se trouvèrent bientôt à papoter de tout et de rien pendant que la besogne avançait. Les bras ensanglantés jusqu'aux coudes, les deux jeunes femmes terminaient de saler la plus grande partie de la viande que le soleil était déjà tombé. Force avait été de faire alors de ranimer le feu et Erys se dévoua à la tâche. Après plusieurs longues minutes à se débattre avec les spires les plus basses, le dessin avait enfin donné vie à un début de flammes.

Une fois que les lanières de viandes de siffleur aient été dûment salées et mise à sécher et leur repas du soir mis à cuir, Erys et sa compagne se lavèrent les avant-bras à l'eau de leur gourde, comme il n'y avait pas de cours d'eau suffisamment près pour les aider. En attendant que la viande fut à point et pour penser à autre chose qu'à leurs estomacs qui gargouillaient, elles reprirent leur conversation et Neleam fit remarquer à sa compagne, après qu'elles aient parlé du Don, des Sentinelles et du Dessin en général, qu'elle ne l'avait toujours pas nommé. La jeune femme baissa alors la tête, dissimulant le sourire suffisant qui venait s'y inscrire.


- Il était quelqu'un de très compétent, mon maitre, Sayan Ril' Moriandit-elle en décrochant les morceaux de siffleurs d'au-dessus du feu.

Erys jeta un regard à sa compagne et fit mine de ne pas remarquer sa réaction. Elle lança sa part à la cheftaine et piqua la sienne au bout de son épée avant de souffler sur ses doigts. Que c'était chaud nom d'un Ts'liche !

- Il m'en a fait voir de toutes les couleurs, avant d'accepter de me prendre comme apprenti, [i]continua-t-elle avec arrogance, son caractère reprenant le dessus, avant de mordre dans sa viande.

Mauvaise idée, c'est que ça brulait bon sang ! Erys se retint de justesse de recracher et s'empressa de boire à sa gourde en lorgnant sa compagne. Elle ne parlait pas souvent de son maitre mais c'était toujours drôle de voir la tête que faisaient ceux à qui elle en parlait. Pendant longtemps, Sayan avait refusé de lui dire pourquoi il évitait les autres chevaliers. Puis, elle avait fini par le savoir : son maitre était un paria parmi ses pairs, parce qu'il avait tué un autre chevalier et parce qu'il avait un grand Don qu'il n'employait pas toujours de la meilleure manière. Ceci mis à part, il avait été un excellent maitre et c'était de lui qu'elle avait tout appris, même si c'était de sa faute si Erys faisait à présent un blocage sur ces foutus chevaux. La conversation, après s'être essoufflée un temps pendant qu'elles mangeaient reparti bientôt de bon train, sur d'autres sujets.

Finalement, elles partirent dormir, Erys prenant le premier tour de garde. C'est alors qu'elle prit le jeune intrus la main dans le sac...


Dernière édition par Erys Eiffel le 26.03.13 19:45, édité 1 fois
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty12.02.13 22:43

Erys ne se laissa pas intimider par sa cheftaine, et répliqua avec tact. La guerrière était amusée de voir sa petite protégée réagir ainsi, surtout qu'elle prenait confiance en elle en montrant comment dépecer un coureur. Neleam en avait déjà chassé, mais ne s'était jamais occupé de ce qu'il y avait entre "le coureur mort une flèche dans l'oeil" et "la cuisse de coureur dans son bouillon". Et au final ce n'était pas très compliqué ni différent d'un lapin, seulement plus gros. Et elle ne se voyait pas s'occuper de ça toute seule. Et Erys s'ouvrait, discutait de tout et de rien, rendant ce moment sanglant assez sympathique. Lorsqu'elles eurent achevé leur besogne la nuit était tombée.
Elle se rincèrent puis patientèrent que la viande soit bien cuite. De délicieuses odeurs commençaient à s'élever des morceaux de viandes, que Neleam avait saupoudrés de fines herbes. Puis vint le moment de la question fatidique. Celle qui démangeait la guerrière depuis qu'elles avaient évoqué les grandes lignes de leur enfances, et les tristes conditions de femme chevalier. Qui était le maître d'Erys ?


- Il était quelqu'un de très compétent. Mon maitre, Sayan R'il Morian.

Neleam haussa un sourcil surprise. Elle observa son amie, qui se concentrait sur la viande. Sayan... La jeune femme se souvenait bien de lui. Comment l'oublier ? Bien sur qu'elle l'avait connu ! C'était un des chevaliers les plus connus. malheureusement pas en bien. Un incident l'a rendu extrêmement populaire, détruisant de se fait sa réputation.
La cheftaine se souvenait du jeune homme. Enfin jeune... Il était fringuant, bien entretenu, joyeux et de bonne compagnie. Ils s'étaient rencontrés lors d'un convois. Ils avaient immédiatement sympathisés, et les attaques violentes subies lui avait montré la grande valeur guerrière de cet homme.
C'est une rumeur qui a tout boulverseé. Sayan avait tué un autre chevalier grace au Don. Neleam avait nié cet act, connaissant la valeur moral de celui qui était son ami, mais devant sa brutale disparition et son silence, elle s'était plié aux on-dits. Elle ignorait tout ce l'évènement, comme presque tout le monde. Personne ne savait vraiment ce qu'il s'était passé, qui avait engagé le combat le premier... Seul le résultat comptait, et Sayan avait piétinné son honneur. Neleam avait fini par pensé qu'il s'était suicidé, mais non. Et tant mieux, il avait fini par prendre quelqu'un sous son aile.


- Il m'en a fait voir de toutes les couleurs, avant d'accepter de me prendre comme apprenti,

Neleam sourit. Oui c'était normal. Il était peut-être rejeté par les siens, il ne restait pas un guerrier de haut niveau, avec un très grande estime de lui-même. Cette fille ne payait pas de mine.... Puis une phrase lui revint à l'esprit. Il était mort...
Sayan était mort.

Cette nouvelle glaça son esprit, tandis qu'Erys recrachait son morceau de viade qui semblait brulant. Elle savait enfin la vérité... Et c'était un "ami" de plus qui disparaissait. La vie dans ce mode était si rapide, si fragile.. Mais ce n'était pas le moment de penser à de tristes pensées !
La guerrière saisit elle aussi un morceau de siffleur à l'aide de son poignard et souffla longtemps dessus avant de tenter de l'avaler. Erys en avait fait l'expérience et elle ne tenait pas à se bruler elle aussi.

La conversation reprit ensuite, d'abord difficilement, puis plus naturellement. Elles rediscuteraient de Sayan plus tard, un autre jour. Chaque chose en son temps.
Le temps passa, eur repas fut achevé. Neleam finit les baies qu'elle avait ceuillit plus tôt et accepté qu'Erys prenne le premier tour de garde. La demoiselle avait certainement besoin de solitude pour réfléchir. Elle avait évoqué des souvenir qui pouvaient être douloureux.


Comme après un bon repas, Neleam s'endormit rapidement. Ce fut un bruit de chute qui la tira de son sommeil sans songe. Comme toute guerrière qui se respecte, elle se leva d'un bond, arme en main. Erys avait déjà tout fait, et l'intrus était immobilisé à terre.
Le guerrière sourit à Erys,comme un compliment sur son beau travail.

-Qui est donc notre petit bandit ..?

Erys libéra sa prise et toutes les deux observèrent d'un oeil critique l'inconnu. Celui-ci portait une barbe de plusieurs jours, pleine de terres en conséquence de sa rencontre brutale avec le sol. Il se massait l'épaule, comme vexé du mauvais traitement que la jeune femme lui avait fait subir. Il était vêtu de haillons. Ils avaient du être de beaux vêtement. Il y a longtemps. Ils étaient maintenant sales, plein de terre et troués. Malgrés ses traits fatigués et ses mains sales, Neleam arrivait à voir qu'il était encore assez jeune. Et cela ne faisait pas très longtemps qu'il était livré à lui-même, il en était encore à tenteer de survivre en suivant ses habitudes, il n'avait pas encore créé ses propres habits, ni ses propres armes. Il ne chassait pas ni ne cueillait. normal qu'il ai si mauvaise mine.
La guerrière soupira. Elle allait faire son devoir et partager son souper avec ce terreux dont elle ignorait tout.

- Cher voyageur, sache que cette jeune femme qui ta si aisément maîtrisé s'appelle eryx, et elle est chevalier tout comme moi. Nous n'allons pas te tenir rigueur de ta piteuse tentative de voler, et te proposer de manger un peu de notre chasse. Enfin de la chasse d'Erys. Moi c'est Neleam.

L'homme semblait un peu surpris et la guerrière en profita pour faire une rapide fouille. Il n'avait sur lui qu'un simple couteau à la lame ébréchée.
Il n'avait toujours pas décroché un mot et Neleam l'observa se goinfrer. Depuis combien de temps n'avait-il pas mangé ..?

Un léger silence brisé par un bruissement de feuille.

Neleam échangea un regard avec Erys. Elle aussi avait perçu le danger. Leur invité mangeait toujours à sa faim, sans réaliser ce qui l'entourait. La guerrière se prépara à encaisser l'attaque. Il ne restait du feu que quelques braises, pas suffisamment de lumière pour permettre à un archer d'utiliser ses flèches. A moins qu'il ne puisse voir dans le noir. Ce qui est supposé être impossible.
Alors serrer les dents et repérer l'infime distorsion du temps lorsque leurs assaillants lanceront leur attaque. Neleam ferma les yeux et inspira lentement, ses doigts caressant ses armes, prêtes à s'en servir, mais en laissant croire qu'elle n'avait rien remarqué.


_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty17.02.13 18:24

Neleam sauta sur ses pieds dès qu'elle entendu Erys maitriser le jeune homme, pas très doué il fallait bien l'avouer, qui avait tenté de les voler. Elle sourit à sa compère en voyant qu'elle maitrisait la situation et Erys eut à son tour un sourire. Suffisant et un peu condescendant. Bien sûr qu'elle maitrisait la situation. Elle était la meilleure.

- Qui est donc notre petit bandit ..? demanda la cheffe.

Erys relâcha le gamin qui se redressa d'un air penaud et l'observa. Il avait quelques touffes de poils éparses sur les joues qui formaient un semblant de barbe de deux-trois jours et portait des vêtements de bonne qualité mais tous crottés et déchirés. Il ne semblait pas le moins du monde penaud de s'être fait attrapé à essayer de voler mais, au contraire, jetait un regard noir à Erys en se massant l'épaule. Eh bien quoi, il n'allait pas lui piquer leur nourriture aussi facilement !


- Cher voyageur, sache que cette jeune femme qui ta si aisément maîtrisé s'appelle erys, et elle est chevalier tout comme moi. Nous n'allons pas te tenir rigueur de ta piteuse tentative de voler, et te proposer de manger un peu de notre chasse. Enfin de la chasse d'Erys. Moi c'est Neleam.

L'individu louche, comme Erys, furent surpris. Ou plutôt, l'individu louche semblait surpris et Erys était furieuse. Pourquoi partager sa chasse avec ce gars là ?! Elle allait dire sa manière de penser lorsqu'un bruissement de feuille se fit entendre. Dans un coin de son cerveau, une petite voix lui cria "Danger !" et elle échangea un regard avec Neleam. Elle l'avait également perçu.

Les deux jeunes femmes se tendirent imperceptiblement et scrutèrent les environs mine de rien pendant que l'autre continuait à se bâfrer. Il y avait peu d'arbres ou de fourrés dans le coin, juste des herbes hautes. Les nouveaux arrivants devaient donc surement ramper pour arriver jusqu'à eux.

Nouveau bruissement, sur le côté opposé cette fois. Ca c'était mauvais. Erys se déplaça pour protéger un côté du camp tandis que Nel' faisait de même de l'autre. Le silence était pesant, uniquement rompu par les bruits de mastications du terreux. Et puis, d'un seul coup, six hommes surgirent des herbes, trois de son côté et trois du côté de Neleam, en brandissant une épée en hurlant. Question discrétion on repassera.

Aussitôt, Erys dégaina sa lame et se mit en position. Le premier assaillant se jeta sur elle. Il empestait pire qu'un raï et Erys fronça le nez avant de réaliser. Il n'empestait pas pire qu'un raï ; c'était un Raï ! Mais comment était-ce possible qu'ils soient arrivés si loin de ce côté de a frontière ?!

Erys n'eut guère le temps de se poser la question plus avant et repoussa son adversaire d'un violent coup d'épée avant de l'attaquer. Elle le faucha après une poignée de secondes seulement et manqua de se faire raccourcir par une épée qui ne coupa que quelques mèches grâce à une esquive de dernière minute.

Avec un juron elle fit un bond en arrière et manqua de s'effondrer. Elle avait oublié le terreux. Celui-ci s'accrocha à sa jambe les yeux brillants de peur.


- Sauvez moi ! Je suis riche ! Je peux vous payer ! Mon oncle vous sera reconnaissant ! S'il vous plait !

Erys le repoussa sans ménagement.


- Pousse-toi, tu gênes ! On sauvera ta peau en même temps que la notre, maintenant va te planquer dans un coin et ne viens pas dans nos jambes ! s'exclama la jeune femme en repoussant une nouvelle épée.
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty26.02.13 12:12



Les fourrés se déchirèrent, ouvrant le passage à trois individus. Lourdement armés, appâtés par le sang. Ils se mirent à hurler et chargèrent.
Mais il était trop tard. Neleam s'était mis en mouvement à peine ils avaient avancé leur premier pied. Enfin sabot, mais la guerrière, dans le feu de l'action, n'avait pas encore réalisé l’invraisemblable. Leurs attaquants étaient des Rais.
Le premier chuta, la lame de la jeune femme le traversant de part en part. Une seconde d'hésitation se peignit sur le faciès repoussant des créatures. Et Neleam n'était pas en reste. Elle savait comment en découdre rapidement avec les guerriers cochons, et Erys aussi apparemment.
Un bon et la guerrière s'envola, son sabre traçant un arc mortel. Un autre à terre. Le dernier de ses attaquants rua, fou de rage. Ses forces décuplées, Neleam évita de justesse l'arme en roulant au sol, et en profita pour tailler les tendons de la créature qui s'offraient à elle. Le cri inhumain du Rais se transforma bientôt en un gargouillis sanguin.
Un autre cri emplissait l'air, malgré les trois cadavres au sol. La guerrière trouva rapidement la source de ce bruit atroce. L'invité. Aussi connu comme "presque voleur de repas"... L'homme était en larme. Neleam était ébahi. Elle n'avait jamais quelqu'un d'aussi... Effrayé ? Terrifié ? Malheureux ? Triste ? Mort..? Bref elle était comme devant un enfant en pleine crise de larme.
Elle s'accroupit devant l'individu alors que celui-ci était accroché à un tronc d'arbre comme si sa vie en dépendait. "Sauvez-moi ! Je veux pas mouriiiiir ! Aidezzzz-moiii ! Vous serez riches ! Je vous payerais ! Tout ce que vous voulez !"
La jeune femme mit une main qui se voulait réconfortante sur son épaule. Elle n'avait qu'une envie, de lui dire d'être un homme, de se relever, d'arrêter de pleurer et de se battre. Mais il parlait de son "oncle" avec une telle ferveur que la jeune femme sut que c'était le gosse qu'elle devait raccompagner à Al-Jeit. Une grosse déception, elle s'attendait à une tête brulée, qui fonçait dans le tas, voulant vivre toutes sortes d'aventures... Mais non. Ou alors il avait vécut amplement assez "d'aventures" et il était mûr. Le bon côté de la chose c'est qu'il ne leur poserait pas de soucis quand à retourner à Al-Jeit.

- Bon le petit fugueur, quand t'auras fini tes jérémiades, tu nous rejoindras. Le danger est écarté, et avec Erys on va te ramener à AlJeit, mais par pitié, conduits-toi comme un homme de ton rang. Je doute tonton soit fier de toi...

Neleam retourna vers le campement, maintenant jonché de cadavres. Six. Erys s'était très bien débrouillée et Neleam avait pu observer sa technique, quoi qu'un peu.. élémentaire, mais très efficace. Contre des raïs du moins.
Des Raïs...
La guerrière avait fini par connaitre le nécessaire sur ces créatures, quelles régions elles préféraient et... jamais elles n'avaient autant pénétré sur le continent. Étaient-ils les seuls ? Comment avaient ils pu survivre jusqu'ici et ne jamais être vu ni remarqué... Rien.
Sa conscience n'était pas tranquille, son instinct lui disait qu'il y avait anguille sous roche, c'était un cas impossible. Mais... c'était arrivé donc..?

- Bon boulot Moineau. On va récupérer nos affaires, on scelle les chevaux et on dégage. J'aime pas rester près des cadavres. Même si ce ne sont que des Raïs, on sait jamais vraiment quels charognards peuvent se pointer... Et avec notre boulet il vaudrait mieux éviter les affrontement. Sinon... Je crains qu'il ne soit grièvement blessé durant un combat.

Elle faisait bien sur référence aux hurlements du noble. Une de ses lame pourrait facilement, dans la bataille, lui échapper et aller malencontreusement finir dans la gorge du jeune sot. Ce serait vraiment dommage. Et puis ce n'était pas n'importe qui, et elle aurait des ennuis. Alors autant éviter la tentation.

- C'est parti ! On va se trouver un autre petit coin plus... Tranquille. On installera un campement de fortune, histoire de récupérer un peu. Ensuite on commencera notre voyage pour Al-Jeit. Des objections ?


_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty02.03.13 10:33

Après s'être débarrassée de l'encombrant personnage, Erys se reconcentra sur son combat. Un des Raï était déjà à terre mais les deux autres étaient encore en pleine possession de leur moyen et lui tournait autour. Heureusement, les hommes-cochons n'étaient pas réputés pour leur grande intelligence, sans quoi ils auraient sans doute tenté de la prendre en tenaille. Mais bien sûr, elle s'en serait sortie. Elle était la meilleure après tout.

En attendant, les deux Raïs se contentaient de l'attaquer, parfois séparément, parfois ensemble, se gênant mutuellement la plupart du temps. Un dernier coup d'œil derrière elle pour s'assurer que le guignol n'était plus à proximité immédiate et Erys passa aux choses sérieuses.

Son épée volait dans les airs, gracieuse dans sa danse mortelle. L'un des deux raïs chargea une nouvelle fois mais Erys l'attendait calmement. Comme à chaque fois où elle se battait sérieusement, pour sa vie, ce grand calme l'envahissait. Plus aucune pensée parasite, pas de joie non plus, juste la nécessité de terminer l'ennemi rapidement. Le Raï perdit son bras armé, impudemment découvert, puis la tête. Littéralement. Le second ne sembla pas être affecté par la perte de son compagnon et l'attaqua en passant sur le corps de son compagnon d'arme. Il finit rapidement comme les deux autres.

Un cri résonnait toujours dans l'air et Erys se tourna en direction du campement, l'épée dégouttant de sang toujours au poing. Un assaillant avait-il réussi à pénétrer le camp ? Mais non. Il n'y avait que le peureux qui avait enserré un tronc d'arbre à plein bras et chialait. Erys réprima un soupir agacé et essuya sa lame avant de la ranger. Allons bon, qu'avait-il encore ?


- Sauvez-moi ! Je veux pas mouriiiiir ! Aidezzzz-moiii ! Vous serez riches ! Je vous payerais ! Tout ce que vous voulez !

Apparemment il n'avait toujours pas compris que l'attaque était terminée. La jeune femme s'avança pour le prévenir et le secouer un peu mais s'arrêta, un soupçon naissant dans son esprit. Le terreux ne devait pas être très âgé sous toute cette crasse. Et il parlait sans cesse de son puissant oncle. Et si c'était le gamin qu'elles cherchaient ? Neleam semblait avoir fait la même conclusion car, après avoir posé une main sur son épaule, lui dit :

- Bon le petit fugueur, quand t'auras fini tes jérémiades, tu nous rejoindras. Le danger est écarté, et avec Erys on va te ramener à AlJeit, mais par pitié, conduits-toi comme un homme de ton rang. Je doute tonton soit fier de toi...

Le morveux se redressa d'un air penaud et regarda autour de lui. Son regard tomba sur le bras du Raï que j'avais tranché et il sursauta, une expression dégoûtée sur le visage. Quelle petite nature. Pendant ce temps, la cheftaine allait examiner les cadavres des assaillants. Erys fronça les sourcils. Comment se faisaient-ils que les Raïs aient pu parvenir jusqu'ici sans problème d'ailleurs ? Il y avait anguille sous roche. Mais aucun début de piste...

- Bon boulot Moineau. On va récupérer nos affaires, on scelle les chevaux et on dégage. J'aime pas rester près des cadavres. Même si ce ne sont que des Raïs, on sait jamais vraiment quels charognards peuvent se pointer... Et avec notre boulet il vaudrait mieux éviter les affrontement. Sinon... Je crains qu'il ne soit grièvement blessé durant un combat.

Encore ce surnom... Mais bon. Elle s'y était faite depuis le temps. Elle accusa le compliment d'un simple signe de tête.

- Bonne idée. Bougeons.

Erys jeta un coup d'oeil au môme braillard qui s'était remis debout et manqua de lever les yeux au ciel. Pourquoi est-ce qu'elles avaient du tomber sur un type pareil, franchement ? Bon, d'accord, comme c'était un noble elle aurait du s'y attendre mais il aurait quand même pu être un peu moins... lavette !

- C'est parti ! On va se trouver un autre petit coin plus... Tranquille. On installera un campement de fortune, histoire de récupérer un peu. Ensuite on commencera notre voyage pour Al-Jeit. Des objections ?

Erys réfléchit quelques secondes avant de secouer la tête. Elle n'en voyait aucune. Le noblion, lui, s'avança :

- Oui. Je ne viendrai pas avec vous. Je ne sais même pas qui vous êtes !

La jeune femme soupira. Non mais quel abruti.

- On vient de te sauver la vie, tête d'eau. Alors tu pourrais être un minimum reconnaissant. Et on a été mandaté pour te ramener à la maison, alors tu nous suis.

Erys ne dit pas "et si tu ne veux pas, je t'attache avec plaisir" mais elle le pensait très fort. Ce jeune sot lui déplaisait déjà. Ne fut-ce que parce que c'était un petit con de noble qui pensait que tout lui était dû. D'ailleurs, il prit un air offensé.

- Comment osez-vous ? Vous ne savez même pas qui je suis et...

- Tu es le gamin qui braille pendant que les femmes se battent.

Il rougit violemment et la Chevalier eut un sourire supérieur avant de se tourner vers Neleam.

- Je crois qu'on peut y aller.

Enfin. Elle le pensait jusqu'à ce souvenir qu'elle allait redevoir monter sur ce cheval de malheur. Maintenant elle avait une objection ! Son visage prit la couleur du lait caillé mais il n'était pas question de perdre la face maintenant. Avec le jeune con qu'elle venait de rabattre le caquet en plus. Elle gagna d'abord du temps en éteignant le feu et emballant les provisions puis tenta de paraitre à l'aise en grimpant sur la bestiole et s'agrippa à la selle, bien droite pendant que Neleam prenait le noblion sur sa monture.

Ils s'ébranlèrent ensuite pour se remettre en chemin et Erys pria tous les dieux de Gwendalavir pour ne pas s'étaler comme une crêpe. Sa prière dût être entendue puisque le chemin se déroula calmement et ils s'arrêtèrent quelques kilomètres plus loin pour établir un nouveau camp. Une fois un nouveau feu allumé et les couvertures sorties, le jeune noble s'endormit directement.


[HRP : Désolée de ne pas avoir répondu plus tôt. J'avais commencé à rédiger ma réponse et puis j'ai eu un trou d'inspiration ^^"]
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty12.03.13 11:50



- Comment osez-vous ? Vous ne savez même pas qui je suis et...

- Tu es le gamin qui braille pendant que les femmes se battent.


Erys avait répliqué rapidement, avec un air hautain. Le jeune homme n’eut d’autre choix que de s‘écraser. Il venait de prendre compte qu’il était on ne pouvait plus ridicule alors le mieux qu’il pouvait encore faire c’était

- Je crois qu'on peut y aller..


La cheftaine jeta un coup d’œil à sa sœur d’arme et sourit. Vraiment surprenant la petite… Elle cachait bien son jeu ! Et c’était nettement plus drôle lorsque sa timidité disparaissait. A creuser.
Ils replièrent rapidement bagage, et nettoyèrent leurs armes. Elles seraient utiles Neleam en avait la certitude. Le retour jusqu’à Al-Jeit ne sera pas des plus paisibles. Elle sourit tandis qu’un silence lourd s’abattait sur la petite troupe. Elle s’installa sur Firmament et fit rapidement monter le fugueur.
Ils se mirent en route rapidement et parcoururent une bonne distance avant que la cheftaine ne décide de faire une pause. Une surface dégagée, à côté d’un ruisseau. L’endroit idéal pour monter un campement. Ils mirent pied à terre et à peine installé le fugueur s’endormi.
Neleam haussa les sourcils, surprise. Elle regarda Ers et se retint de tout commentaire. Non elle ne critiquerait pas. Motus et bouche cousue ! Si seulement elle avait un appareil photo avec elle.. !

-Va dormir Erys, je monte la garde. Ta nuit a été presque inexistante et tu as beaucoup chevauché, alors tu le mérites.

La jeune femme sourit. Oui, elle avait réussi à surmonter sa peur du cheval –poney pour être plus précis- alors elle avait le droit à une petite récompense.
Neleam une fois seule et toutes les tâches liées à l’installation de leur campement finies, sorti son arc. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’en était pas servi… Elle encocha une flèche et banda l’arc. Elle senti la corde raide sous ses doigts et la tendre au maximum lui demandait des efforts. Il était temps qu’elle s’y remette.
Elle pivota à la recherche d’une cible et finit par trouver ce qu’il lui fallait. Un lapin. Celui-ci sentait qu’il allait bientôt faire jour alors il sortait grignoter de l’herbe fraiche. La flèche siffla. Le lapin bondit. La guerrière s’approcha de l’impact et retrouva sa flèche. Seule.
Elle soupira, déçue. Elle avait vraiment perdu la main…

Le reste de son tour de garde se déroula ainsi. Les chevaux broutaient ou dormaient un peu plus loin, et la guerrière était à l’affut. Elle tendait l’oreille peu désireuse de refaire une mauvaise rencontre. Mais les environs restaient calmes alors elle tirait. Sa visibilité était affaiblie par la nuit mais elle voulait vraiment réussir. Les flèches s’enchainèrent, jusqu’à ce que ses gestes redeviennent fluides et naturels. Ses cibles s’éloignèrent de plus en plus. L’aube finit par faire son apparition et la guerrière avait retrouvé tout son aplomb. Un sourire barrait ses lèvres. Une agréable douleur musculaire lui paraissait légèrement le bras, mais elle était heureuse.
Elle finissait son tour de garde, des baies et des fruits dans les bras. Lorsqu’elle s’installa avec ses provisions Erys s‘éveillait.

-Bien dormi ?


Elle sourit à la jeune femme qui avait encore les yeux embrumés. Neleam alluma ensuite un petit feu pour faire chauffer de l’eau et distribua quelques fruits à Erys. Elle croqua une pomme et regarda le paysage qui s’offrait à eux. Reposant. Elle senti la fatigue tomber. La jeune femme tendit à Erys sa récompense : un morceau de bois flotté sur lequel Neleam avait gravé avec difficulté un cheval et une main amicale. Bon elle n’avait jamais été douée en dessin, encore moins en sculpture, alors c’était un peu de l’art figuratif. Mais bon c’était déjà ça ! Un cadeau inutile mais qui attestait de la valeur du moineau.

Neleam s’allongea ensuite, après avoir discuté un peu avec Erys qui s’était mieux réveillée. Elle sombra rapidement dans un sommeil lourd.

Elle fut réveillée par un bruit de course. Elle s’éveilla une nouvelle fois, les sens aux aguets. Elle vit Erys poursuivre le noble. Elle lui fit un magnifique plaquage et le ramena aux chevaux avec une poigne d’acier. Neleam n’eut besoin d’aucune explication : le noble avait tenté d se faire la malle.
La guerrière soupira et jeta un regard froid au garçon qui bouillonnait.

-je pense qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure.


Elle sorti de sa sacoche une corde qu'ellee secoua sous le nez du fugueur avec un sourire froid. Voilà, il l’avait mérité. Les jeunes femmes installèrent le noble au travers de la selle de Firm puis le ligotèrent. Puisqu’il était incapable de bien se tenir, elles allaient le kidnapper.
Un fois leur besogne terminée Erys et Neleam plièrent bagage sans prendre garde aux gémissements du garçon. Alors qu’elles allaient pour se remettre en route, une masse surgit.
Encore des Raïs.

Neleam senti son peu de bonne humeur s’envoler et jeta un coup d’œil à Erys. Rapidement elles se séparèrent, de façon à couvrir plus de terrain sans s’éloigner de trop. Veiller sur son partenaire est toujours utile.
Elles entamèrent leur combat avec une froideur qui contrastait à celui de la nuit passée. La joie de taper du Raïs était partie. Surtout que le gosse hurlait toujours. Neleam avait les nerfs à fleur de peau. Elle fit un signe à Erys avant de retourner vers les chevaux. Elle bâillonna le jeune sot Après l’avoir fusillé du regard et lâcha les chevaux. Ils avaient plus de chance de survivre seuls. Et elle saurait les retrouver. Firm avait la lourde mission de veiller sur le paquet.
La guerrière revint rapidement aux combats. Eys commençait à être noyée sous les attaques. La guerrière n’aurait pas tenu bien plu longtemps seule. Elles étaient en infériorité numérique. Neleam n’hésita pas et se jeta dans le combat avec une précision mortelle. Elle entendit derrière elle une autre troupe de Raïs arriver. Elle regarda brièvement, et vit les chevaux fuirent. Les raïs tentèrent bien de les rattraper mais échouèrent. Ils revenaient vers l’attroupement.
Neleam regarda Erys et elles se mirent dos à dos. Leurs forces commençaient à diminuer et les raïs étaient toujours présents. Comment était-ce possible ? Neleam n’en avait aucune idée et l’ignorance commençait à lui taper sur les nerfs, lui donnant la force de continuer le combat. Un autre raïs au sol. La cheftaine ne prenait même pas le temps de les achever. Le but était de tous les faire chuter, et qu’ils ne se relève pas. Les jeunes femmes se déplaçaient à un rythme tranquille, toujours en mouvement. S’arrêter c’était signer leur arrêt de mort. Et comme ça les cadavres ne s’empilaient pas tous au même endroit. Les raïs avaient commencé par comprendre comment attaquer : en synchronisant leurs attaques. Pour échapper à leur stratégie hautement réfléchies les jeunes femmes attaquèrent en même temps, du même côté. Le raïs ciblé fut décontenancé et mourut sans réellement comprendre comment. L’étau des Raïs était brisé. Elles allaient y arriver.

Un raïs s’écroula au sol. La carotide tranchée. La guerrière inspira profondément. Ses blessures étaient presque toutes superficielles, mais elles commençaient à la faire souffrir. Plus tôt elle pourrait se soigner mieux ce serait.
Soudain Firmament surgit. Seul. Il n’y avait plus personne sur son dos. Le destrier tait agité. Pas seulement par la présence des Raïs.
Comment le noble avait réussi à se détacher ? Avait-il des complices ?
Encore des questions. Neleam grimpa avec difficulté sur son cheval, réalisant qu’il était bien grand… Elle grimaça et talonna sa montre. Elle passa aux côtés d’Erys qui combattait encore. Elle l’attrapa comme elle pu et la hissa devant elle. Elle senti Erys hésiter, mais ne reçut aucune remarque.
La guerrière attrapa son arc qui était resté en travers de la selle s’occupa de tuer les derniers assaillants. Son travail la nuit passée avait porté ses fruits. Elle fit mouche presque à chaque fois. Lorsqu’elle fut hors de portée elle se retourna et s’accrocha à Erys. Celle-ci était presque couchée sur l’encolure de Firm et Neleam s’allongea presque sur elle.
Firmament connaissait le chemin. Lui seul savait où il allait alors la guerrière en profita pour faire un petit somme. Elle était épuisée.. Oublier la douleur un court instant et reprendre des forces lui serait profitable.


[voilàààà ! :D alors à toi de voir pourquoi le noble n'était plus saucissonné, si des raïs l'ont kidnappé pour l'amener à un grand méchant ou si il s'est libéré tout seul que ce grand méchant qui contrôle les rais est son "ami" ... enfin à toi de voir !]

_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty16.03.13 13:05

-Va dormir Erys, je monte la garde. Ta nuit a été presque inexistante et tu as beaucoup chevauché, alors tu le mérites.

La jeune femme hocha de la tête, reconnaissante, puis s'enroula dans sa couverture et tenta de s'endormir. Cependant, l'adrénaline de leur combat n'était pas encore tombée et elle eut beaucoup de mal à fermer l'oeil. Lorsque ce fut le cas, Neleam avait fini d'installer le campement et faisait visiblement joujou avec un arc.

Quelques heures plus tard, bien trop tôt aux yeux d'Erys, un rayon de soleil vint la réveiller en lui chatouillant le visage. Elle s'assit en baillant et s'étira en regardant tout autour jusqu'à ce que son regard se fixe sur la cheftaine qui revenait les bras pleins de baies et de fruits en tout genre. Leur déjeuner sans aucun doute.


-Bien dormi ?

La jeune femme acquiesça et se frotta les yeux pour en faire partir les dernières traces de sommeil et alla rapidement se décrasser au ruisseau tout près pendant que Neleam allumait un feu et répartissait ses provisions.

Lorsqu'elle revint, la cheftaine lui offrit un bout de bois flotté. Erys le prit en fronçant les sourcils et découvrit avec surprise qu'un dessin y était maladroitement gravé. Elle remercia Neleam. Même si elle était sûre de ne jamais parvenir à être à l'aise sur les canassons, elle était fière d'avoir pu tenir sur l'un d'eux longtemps, suffisamment pour avoir les fesses et les cuisses en compote.

Après quelques minutes passées à discuter avec sa camarade, celle-ci s'endormit et Erys monta une fois de plus la garde, gardant à l'oeil le jeunot qui dormait toujours. Il n'avait pas l'air de s'inquiéter pour sa sécurité en tout cas ! Franchement, pourquoi devait-elle jouer les nounous pour noble ?

Après un soupir, elle secoua la tête et se concentra plutôt sur le cadeau de Neleam. Un bout de bois flotté avec un canasson dessus, qu'est-ce qu'elle pourrait en faire sérieusement ? Néanmoins, elle le glissa avec un sourire dans ses affaires.

Peu de temps après, alors qu'elle finissait de croquer le dernier fruit que Neleam lui avait apporté, un mouvement lui signala que le noble se réveillait. Celui-ci s'assit lentement puis observa le camp, le regard passant de la cheftaine endormie à Erys près du feu et enfin aux chevaux qui broutaient paisiblement non loin. Finalement, il se décida à s'approcher de la chevalier qui lui désigna son petit déjeuner. Le noblion haussa un sourcil incrédule.


- Vous pensez vraiment que je vais manger ça ? Des racines boueuses tout juste bonne à donner aux bêtes ?

Ca y est. Il l'énervait déjà.

- Tu n'avais pas l'air de faire tant de manière hier avec le siffleur, lui rappela sèchement Erys.

La nuit avait du rendre son aplomb au jeune homme car il ne se démonta pas.


- Il ne me semble pas que je vous aie autorisé à me tutoyer.

- Je n'ai pas besoin de l'autorisation d'un gamin braillard pour le tutoyer.

Il s'empourpra.

- Mon oncle...

- N'est pas ici. Alors maintenant tu manges ou tu continues l'estomac vide mais ce n'est pas mon problème.

Malgré son air indigné, il capitula et dévora tout le restant de ce que Neleam avait ramassé sans faire plus de chichi. Quand il eut fini, il demanda :

- Où puis-je me laver ?

- Le ruisseau est là.

Il eut l'air horrifié puis un air qui se voulait sans doute malin apparut sur son visage et il se leva.

- Très bien.

Erys leva les yeux au ciel mais le laissa aller. Dès qu'il lui eut tourné le dos, elle se redressa et le suivit sans bruit. Aussi lorsqu'il se mit à courir, elle n'eut que quelques mètres à faire pour le rattraper et le ramener de force vers le chevaux. Le bruit avait réveillé Neleam.

- Je pense qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure.

- Bonne idée. Cet imbécile commence à sérieusement me taper sur les nerfs.

La cheftaine sortit alors une corde de ses fontes et, avec un sourire carnassier, Erys l'aida à ligoter le noble. Cependant, alors qu'elles allaient quitter le camp, des raïs surgirent de nouveau, bien plus nombreux. Erys en fut stupéfaite et laissa tomber les couvertures qu'elle tenait en main pour dégainer son épée.

La suite fut tout à fait confuse pour Erys. Passé les premiers raïs, la joie de taper sur les hommes cochons la déserta et elle ne lutta plus que pour sa vie. A un moment, Neleam était à côté d'elle puis elle disparut avant de reparaitre. Tout n'était qu'un méli-mélo confus et la chevalier avait l'impression que pour un raï abattu deux autres surgissaient.

Finalement, alors qu'elle commençait à être noyée sous le nombre, Neleam surgit sur son canasson et lui tendit une main. La jeune femme l'attrapa sans hésiter, s'extirpant de la mêlée, prenant un coup de masse sur la botte qui, heureusement, fut dévié. Pas suffisamment pour que son pied ne se transforme pas en poid mort, momentanémenet endormi.

Erys se retrouva assise devant la cheftaine, comme une enfant. Mais ce n'était pas le moment de faire une quelconque remarque et elle préféra se concentrer sur leur fuite. Dans son dos, elle entendit Neleam faire siffler la corde de son arc un bon nombre de fois avant de s'allonger contre elle.

Le cheval filait à bonne allure et bientôt, le seul souvenir qu'elles eurent des rais fut l'odeur qui leur collait à la peau. Ca et le sang avec en plus, pour Erys, son pied engourdi.

Après ce qui lui sembla être des heures, le canasson ralentit avant de s'arrêter. Erys comme Neleam se redressèrent et le cheval s'ébroua avant de bouger la tête puis faire encore quelques pas pour s'arrêter définitivement.

Erys sauta au sol, toute ankylosée, et faillit tomber lorsque son pied droit, celui qui avait reçu le coup, céda sous son poid. Elle jura mais parvint à se rétablir in extremis et parcourut les environs du regard.


- Neleam, regarde ! s'exclama-t-elle en désignant un bout de tissu au sol.

Elle s'approcha en trainant un peu de la patte (la prochaine fois, elle mettrait une armure sous ses bottes tiens... Non mais quel coup foireux de traitre !) et s'aperçut qu'il s'agissait de toute évidence d'un baillon. La cheftaine aurait-elle eut marre des cris de leur ... prisonnier ? invité forcé ? récompense sur patte ? Des traces de pas se distinguaient à côté, suivit d'une trace plus profonde comme un objet lourd trainé. L'herbe ne s'était pas encore redressée, ce qui voulait dire que c'était encore récent. Le canasson de Neleam avait du s'y mettre à fond pour les emmener ici au plus vite...

Les deux jeunes femmes échangèrent un regard puis suivirent la piste jusqu'à un bosquet puis, plus loin, une clairière. Une clameur leur en parvenait et elles se cachèrent, avançant en rampant jusqu'à voir ce qu'il se passait.

Le petit con qu'elles avaient sous leur garde était toujours saucissonné et un air de pure terreur marquait ses traits. Un individu à l'air 100% louche se tenait à côté, un grand bâton de bois à la main et une grande cape sur le dos. De l'avis d'Erys il avait l'air complètement loufoque. Deux raïs l'encadraient, pareils à deux toutous dociles, le regard dans le vide et le grand loufoque -elle pariait sur un Dessinateur !- parlait au gamin :


- ... riche. Après tout, Sil'Afian aura sans doute la main lourde pour récupérer son neveu.

... Sil'Afian ? L'empereur ?! Ce gamin braillard était le neveux de l'empereur ?!

Erys espéra de tout coeur qu'il n'était pas son héritier. Sinon Gwendalavir était mal barré. En attendant, il fallait qu'elles récupèrent le gosse...

Le cerveau d'Erys carburait à toute allure. Elle n'était pas un génie mais il ne fallait pas en être un pour s'apercevoir qu'elles étaient mal barrées. Ni elle ni Neleam ne maitrisait vraiment le Dessin et le gars en face avait lui, au contraire, l'air assez doué. Suffisamment que pour contrôler des raïs. Elle ne savait même pas que c'était possible !

Elle recula sans bruit en même temps que Neleam et prit l'initiative d'établir un plan. Après tout, sa compagne avait beau être la cheffe des Chevaliers, Erys était quand même incontestablement plus douée (*ça va les chevilles ?*) :


- Il faut qu'une de nous face diversion pendant que l'autre récupère le gosse... Une suffisamment grosse diversion pour que le Grand Méchant, là-bas, ne se contente pas d'envoyer ses raïs mais aille voir lui même ce qu'il se passe. Je propose que tu t'en occupes avec ton canasson. Pendant ce temps, je cours sauver le braillard en m'occupant de quelques raïs au passage au pire. Puis on file sans s'arrêter à Al'Jeit. Si ça tombe l'autre là-bas est capable de faire un pas de côté.

Si c'était le cas, elles étaient vraiment fichues mais elles n'allaient pas abandonner comme ça ! Elles étaient des chevaliers, par Bjorn le Terrible ! Aucune chance qu'elles laissent passer une occasion de se couvrir de gloire !

Sans attendre la réponse de Neleam, Erys avança de nouveau dans les fourrés, se rapprochant le plus qu'elle osait et se mit à guetter, se ramassant sur elle même pour être prête à bondir quand Neleam agirait.

Cela ne tarda pas et il y eut bientôt un grand tapage de l'autre côté de la clairière. Le Dessinateur - Erys était quasi sûre que c'en était un - envoya un raï qui... ne revint pas. De là où elle était, Erys put voir ses sourcils se froncer et il se détourna pour s'avancer vers la source du bruit. La jeune femme regretta de ne pas avoir son arc sous la main. Cette andouille lui tournait le dos et était à portée de tir ! Il disparut derrière les arbres et Erys bondit.
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty03.04.13 13:34


Neleam se redressa. Firmament avait ralenti l'allure et semblait leur dire que c'était à elles de jouer maintenant. Les guerrière mirent pied à terre rapidement. La douleur se rappela à elles et Neleam grimaça. Elle aurait aimé faire une pause pour se retaper un petit peu mais... c'était à bannir, elles avaient du pain sur la planche.

Retrouver leur saucisson, euh, leur prisonnier, non plus, leur.. protégé voilà! bref, le retrouver ne fut pas très difficile et elles réalisèrent rapidement dans quelle bouse elles étaient. Ils était toujours saucissonné (mmh! j'ai faim !) et terrorisé, pour changer. Il était face à un homme plein de morgue, et de haine. Il puait le dessinateur. Neleam plissa le nez lorsqu'elle compris que les raïs étaient sous ses ordres. Comment avait-il réussit un tel tour de passe-passe ..? Enfin heureusement pour elles que ces cochons n'étaient pas très futés et incapable d'établir un vrai cordon de sécurité, sinon elles auraient été repérées depuis belle lurette.
Après avoir jaugé la situation les jeunes femmes se replièrent afin d'établir un plan. Erys, que le danger semblait stimuler, prit la parole d'une voix faible mais bien assurée.
- Il faut qu'une de nous face diversion pendant que l'autre récupère le gosse... Une suffisamment grosse diversion pour que le Grand Méchant, là-bas, ne se contente pas d'envoyer ses raïs mais aille voir lui même ce qu'il se passe. Je propose que tu t'en occupes avec ton canasson. Pendant ce temps, je cours sauver le braillard en m'occupant de quelques raïs au passage au pire. Puis on file sans s'arrêter à Al'Jeit. Si ça tombe l'autre là-bas est capable de faire un pas de côté.


Neleam l'observa. Oui, c'était un plan. Un peu... léger. Disons qu'il fallait survivre à la diversion, et réussir à semer le dessinateur. Mais la base était correcte. Et puis Neleam n'avait pas le temps d'établir un autre plan, surtout que celui proposé tenait la route.
Neleam s'éloigna de façon à attirer le vilain méchant. C'était un ordre implicite, mais la guerrière cherchait un moyen de le mettre hors d'état de nuire. Au moins momentanément.
La solution lui tomba dessus, au sens premier du terme. Un rais déboula et elle failli se faire embrocher. Puis éventrer. Mais la guerrière avait ses sens affutés et ses réflexes lui avaient sauvés la vie. Le raïs se mit à hurler tandis qu'une ébauche d'idée s'établissait dans l'esprit simplet de Neleam. Elle emprunta la hache ou.. le truc en métal du guerrier cochon et lui tapa dessus. C'était difficile à manier comme truc. Ca demandait de la force et.. de la précision. Ses bras avaient beau être musclés, elle commençait déjà à avoir mal à force de soulever ce truc. Elle l'envoyait contre les plaques d'acier qui recouvrait le corps du monstre. Le boucan produit était... puissant. On aurait dit qu'elle tapait des casseroles les unes contre les autres... Et le Raïs commençait à s'énerver. Il attaquait de plus en plus fort, et les bruits produits par ses protections faisait de plus en plus de forts. La femme voyait presque l'armure vibrer, et se fit la remarque d'essayer, ça pourrait peut-être être une super technique de massage. Tout est-il que Neleam énervait le guerrier cochon, en guettant l'apparition du dessinateur.
Celui-ci finit par surgir et la guerrière lâcha son arme de fortune. Elle parti en direction du dessinateur et disparu de la vue du cochon (et du dessinateur, elle ne tenait pas à être remarquée). Le raïs chargea mais ne remarqua pas que sa cible n'était plus la bonne. Le dessinateur ne lui laissa aucune chance. Seulement les autres raïs avaient aussi entendu tout ce raffut et avaient surgi juste au moment où le dessinateur écrabouillait leur camarade. Comme Neleam l'avait espéré, ils apprécièrent moyennement, et leur corps réagit immédiatement à la vue et odeur du sang. Ils se retournèrent vers leur "employeur" qui commença à les exterminer. Ou tenter de reprendre le contrôle... La guerrière ne savait pas trop, mais elle était sure qu'il ne fallait pas rester dans les parages. Fuir le plus rapidement possible.

Elle retrouva Erys et le neveux morveux. Elles installèrent le noblion sur Firm, à l’abri dans les fourrés et... elles ne pourraient pas monter toutes les deux.
Tandis que les jeunes femmes se regardaient, réalisant la situation, le canasson d'Erys fit son apparition.
Neleam sourit, soulagée, et elles grimpèrent sur leurs montures respectives.

Les chevaux galopaient comme ils le pouvaient, ils étaient un peu fatigués et le terrain n'était pas des plus pratique. La guerrière tenait le noble devant elle de façon à ce qu'il ne leur fausse pas compagnie tout en guettant les fourrés.





[désolé pour la mise en page et tout, j'ai pas eu le temps de relire, et je me dis que je t'ai fait assez attendre comme ça, désolé encore pour le retard]

_________________

La Fin n'est que Commencement...


Dernière édition par Neleam le 25.05.13 12:02, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty03.05.13 20:36

En la voyant surgir des fourrés tel un beau diable, le gamin ouvrit de grands yeux où apparaissaient une pointe de soulagement. Erys courut à toute vitesse vers lui - en jurant entre ses dents sur cette saloperie de raï qui lui avait amoché la jambe - et l'attrapa par la peau du cou sans prendre le temps de le détacher. Il ne restait aucun raï dans la clairière pour surveiller le prisonnier - quelle erreur !- mais elle ne savait pas combien de temps ça durerait. Et puis, il était bien moins encombrant comme ça. Surtout que le Grand Loufoque l'avait sagement baillonné - à nouveau. Donc, pas de braillements.

Erys fut ralentie dans sa course avec le poids du gamin à tirer, même s'il restait nettement loin lourd qu'un siffleur, et elle mit bien plus de temps que ce qu'elle aurait voulu à quitter la clairière.

De loin en loin, elle percevait des bruits sourds, comme ceux d'un combat, et espéra que Neleam s'en était bien tirée. Elle fut bien vite rassurée sur ce point puisque, dès qu'elle eut quitté le bosquet où s'était caché le meneur de raï, elle la vit débouler à toutes jambes.

A elles deux, elles n'eurent aucun mal à hisser le noblion sur la monture, remarquant au passage que le gosse avait compissé dans ses chausses (trouillard !), mais elles se retrouvèrent alors avec un problème majeur : la bestiole ne pouvait pas porter trois personne en même temps. Quand elle disait que ces canassons ne servaient à rien !

- Allez-y, je vous suis à pied !

Neleam eut l'air d'hésiter sur la conduite à tenir. Mais elles n'avaient pas le temps pour ça ! Heureusement - ou malheureusement - le canasson d'Erys décida de pointer son museau à ce moment-là. Elles purent donc s'élancer au grand galop (Plus jamais, plus jamais, plus jamais! songea Erys en serrant les dents et la crinière de son cheval) sur les routes.

Après quelques heures, elles se mirent au petit trot. Les chevaux étaient fatigués et elles n'étaient plus très loin d'Al-jeit. Cependant, Erys, comme Neleam, restait sur ses gardes, tendue. Si un Dessinateur était capable de soumettre des raïs et de les faire surgir à l'improviste, il devait être capable de fair un Pas de côté... Non ?

Visiblement non. Ou alors, la diversion de Neleam avait été plus qu'efficace et les raïs avaient massacré le Dessinateur - quand la cheftaine lui avait raconté ce qu'elle avait fait, Erys avait failli tomber de cheval, morte de rire. Quoi qu'il en soit, le Dessinateur ne pointa pas le bout de son nez crochu.

Par contre, d'autres ennuis se présentèrent. Des ennuis qui prirent la forme de gardes de la Légion Noire - facilement reconnaissables à leur armure de Vergalite - qui, par manque de chance, reconnurent le gosse.


- Halte ! Délivrez le Prince, où nous utiliserons la force !

Erys échangea un regard avec Neleam. Elles avaient "oublié" de détacher le neveu de Sil'Afian. Mais quelle chance y avait-il qu'elles tombent sur une patrouille de la Légion Noire ? Et surtout que celle-ci reconnaisse dans ce gamin crotté le neveux de Sil'Afian ? Et puis, de toute façon, qu'est-ce qu'ils avaient tous avec ce môme ?!



[Désolée, je tape ça vite fait... J'espère que ça te convient ! De nouveaux ennuis en perspective ! Par contre, niveau discret on repassera... ^^"]
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty25.05.13 11:57


La fatigue se faisait sentir. Neleam avait les jambe raide et mal aux fesses. Le noble devant elle ne lui permettait pas vraiment de profiter du voyage, mais heureusement Erys était là. Les jeunes femmes avaient discuté, de tout et de rien, et beaucoup rit.

Il leur serait certainement difficile de rallier Al-Jeit dans la journée, mais Neleam connaissait une auberge de confiance pas très loin. Ils pourraient y dormir en sureté. Voilà, le plan était parfait, ils arriveraient pile au moment du déjeuner, et de la sieste.
Malheureusement une troupe leur barra la route.

La guerrière mit quelques secondes avant de comprendre que ceux qui les apostrophaient étaient des légionnaires.

- Halte ! Délivrez le Prince, où nous utiliserons la force !

Délivrer ? Ce mot tourna dans la tête de la cheftaine jusqu'à ce qu'elle réalise que le fameux prince était déguisé en homme de boue, ligoté et bâillonne. Un regards à Erys et elle sut qu'elles étaient sur la même longueur d'onde.

- Ben on vient juste de le libérer, on le ramène à la maison...! Puis, feinta la surprise. Oh ! mai sil est ligoté ! Pourquoi ne t'es-tu pas plein bigorneau ? Ohh.. mais t'es bâillonné en plus ! Sacré flute ! On n'avait pas remarqué...

Le ton ne devait pas être assez convainquant que les gardes attaquèrent. Neleam savait qu'elle n'aurait pas la force de résister à leur attaque. Déjà en pleine forces, deux chevaliers avaient peu de chance de faire le poids contre plusieurs légionnaires sur-entrainés, mais alors maintenant que leurs forces étaient amoindries....
L'attaque des armures noires fut fulgurante, et Neleam n'eut que le temps de se jeter à terre. Le temps qu'elle se relève, elle avait déjà une lame sous la gorge. Un cheval était malheureusement très haut, et avec la fatigue elle n'avait pas su encaisser le choc. Néanmoins, elle était fière d'avoir réussit à éviter le coup qui l'aurait tuée à coup sûre.

Le combat prit rapidement fin, Erys était submergée et pas bien plus en forme que sa partenaire.
Les chevaliers furent ligotées, et le noble ne fut pas libéré. Neleam avait beau être fatiguée, elle trouvait tout cela... Louche.

- Bon écoutez les gars, on veut tous que le gosse rentre chez lui à Al-Jeit, alors on vous le laisse, hein, mais pourquoi ne pas le libérer ? c'était ce que vous vouliez, surtout que si vous le ramenez comme ça, vous pouvez dire au revoir à la promotion et bonjours aux corvée épluche-patates. Donc si vous ne le faites pas c’est que vous êtes...

Il n'en fallu pas plus aux légionnaires pour la bâillonner. Mais au vu de leur réaction, elle savait qu'elle avait vu juste. Ce n'était pas de vrais légionnaires. Ou alors ils œuvraient pendant leur temps libre pour une personne avec de mauvaises intention. Et peut-être même que cette personne était... un dessinateur.

Neleam regarda Erys. Il leur fallait se libérer avant qu'elles en rencontre le dessinateur.
Elles étaient à pied, tandis que les légionnaires montaient des montures puissantes. Elles devaient faire de grandes enjambée, voir même trottiner pour réussir à les suivre. C'est pas comme ça qu'elles se reposeraient...
Au moins les légionnaires commençaient à faier moins attention à leurs prisonnières. Il était temps de s'évader...

Leurs armes avaient été confisquées et posées sur Firmament. Mais Il était stupide ne croire que la guerrière aux mèches blanches n'avait pas d'autres lames sur elle. Toujours avoir des petits lames, cachées à droite, à gauche. Neleam réussit à attraper, malgré ses mains emprisonnées sa lame de secours, au niveau de sa cheville. Maintenant il leur fallait se détacher, récupérer le môme et... ne pas se faire massacrer par les faux gardes.
L'idéal aurait été une diversion, histoire qu'elles puissent filer à l'anglaise.

Comme en réponse à sa prière un groupe apparu à l'horizon...



_________________

La Fin n'est que Commencement...
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty27.06.13 12:06

- Ben on vient juste de le libérer, on le ramène à la maison...! Oh ! mais il est ligoté ! Pourquoi ne t'es-tu pas plein bigorneau ? Ohh.. mais t'es bâillonné en plus ! Sacré flute ! On n'avait pas remarqué...

Erys se mordit l'intérieur de la joue devant l'intervention de sa compagne de route. Eclater de rire devant une troupe de la Légion Noire qui les suspectaient de kidnapping n'aurait pas été du meilleur effet. Mais elle dut lutter.

Les hommes (d'ailleurs, pourquoi n'y avait-il que des hommes gros-tas-de-muscles à la Légion ? Ils avaient un problème avec les femmes ?) ne parurent pas très convaincus. Dommage. Ils regardèrent vers le plus grand des gros tas de muscles, sans doute leur chef, qui esquissa un signe. L'instant d'après, ils attaquaient.

Erys sauta de cheval et tira son épée, prête à défendre chèrement sa peau, mais ne fit pas long feu. Seule et épuisée, contre des soldats de la Légion, elle ne pouvait rien faire. Elle écopa d'une enfilade à l'épaule et se vengea d'un vicieux coup d'épée dans un des défauts de l'armure de son agresseur, avant d'être arrêtée, une lame sous la gorge. Elle se retrouva bientôt ligotée aux côtés de Neleam.


- Bon écoutez les gars, on veut tous que le gosse rentre chez lui à Al-Jeit, alors on vous le laisse, hein, mais pourquoi ne pas le libérer ? c'était ce que vous vouliez, surtout que si vous le ramenez comme ça, vous pouvez dire au revoir à la promotion et bonjours aux corvée épluche-patates. Donc si vous ne le faites pas c’est que vous êtes...

Avant qu'elle n'ait pu finir, la cheftaine se retrouva baillonnée, sa compagne avec. Erys ne tenta même pas de protester. Elle était fatiguée et n'avait même pas remarqué que le gamin était resté ligoté. Quand il ne disait rien, on l'oubliait assez facilement en fin de compte.

Cependant, les paroles de Neleam s'imprimèrent peu à peu dans son esprit et la conclusion qui allait avec aussi. Ce n'était pas de "vrais" soldats de la Légion (pourtant, ils tapaient aussi fort, aoutch !) ou du moins, c'étaient des traitres. Naïvement, Erys n'aurait pas cru que la Légion pouvait être corruptible : c'était l'élite de Gwendalavir, l'instance qui assurait la protection de l'Empereur, comment imaginer que même là, dans ses soldats soigneusement sélectionnés, il pouvait y en avoir des pourris ?

La jeune femme sentit le regard de Neleam peser sur elle et elle tourna la tête. Elle avait l'impression que son cerveau pédalait dans la semoule, mais elle savait que ce qui leur arrivait était mauvais. Surtout que les méchants, là, semblaient vouloir repartir à l'opposé d'Al-Jeit. Vers là d'où elles venaient. Erys eut une illumination : étaient-ils à la solde du Dessinateur ? Si ce dernier avait survécu à la bataille contre les Raïs, il devait être de mauvaise humeur. Et elles, elles étaient dans de sales draps.

Leurs épées avaient été confisquées et posées sur la monture de Neleam, mais elle avait toujours son poignard de secours dans sa manche. C'était son arme des situations désespérées... Un peu comme celle qu'elles étaient en train de vivre quoi.
Malheureusement, ses mains ligotées l'empêchaient de fouiller sa manche et la lame était bien accrochée. Aussi, elle dut se débrouiller avec ses dents, tout en courant à moitié pour suivre le train qu'imposaient les soldats perchés sur leurs canassons. Du coin de l'oeil, elle vit que Neleam était à moitié pliée en deux, penchée sur une de ses bottes. Vraissemblablement, elle avait aussi une lame cachée quelque part.

La jeune femme aux cheveux noir striés de blanc se redressa, un couteau en main. Erys avait eu raison. Mais elle, elle n'arrivait toujours pas à attraper sa lame. Ses dents se refermèrent sur le manche et elle le détacha, mais l'arme lui échappa et tomba dans la poussière, perdue. Elle jura à mi-voix avant d'apercevoir un groupe de cavaliers se diriger au grand galop vers elles.

Leurs ravisseurs s'arrêtèrent en discutant à mi-voix entre eux, pointant parfois du doigt le groupe de cinq personnes. Les nouveaux venus furent bientôt à leur hauteur et s'arrêtèrent. Ils avaient un accent rude du Nord et semblaient connaitre les gardes. Mauvaise nouvelle. Quoi que...

Le ton commençait à monter, entre les deux groupes. Les nouveaux menaçant les gardes pour elle ne savait quoi. Erys en profita pour se placer devant Neleam et la cacher, pendant que celle-ci s'attaquait à ses liens.


- Dépêche-toi, murmura-t-elle. C'est sans doute notre seule chance.

Elle regarda vers le gosse, toujours ligoté. Celui-ci les regardait, les yeux toujours écarquillés. Il fallait trouver un moyen pour lui sauver de nouveau les fesses, à celui-là.

Elle se cassa la tête de longues secondes, avant de s'apercevoir que la corde qui la retenait était attachée au cheval où se trouvait le gosse. Leurs assaillants avaient mis pied à terre, se dressant d'un air menaçant face aux autres. Elle tira doucement sur la corde, et le canasson tourna la tête.


- C'est bien, viens par ici, allez viens... murmura-t-elle entre ses dents.

La bestiole se tourna à demi vers elle... Puis secoua la tête et hennit. Sale bête !



[HRP : Désolée, c'est pas du grand art et ça fait des plombes que j'aurais du poster...]
Neleam
Chevalier__Admin
Neleam
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10752
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty08.07.13 20:12


Mission réussie !
Neleam s'était défait de ses liens. Erys aussi. Et leur diversion était là. Un groupe de nordistes qui se battait pour des cacahuètes. Bon c'était peut-être plus important que des cacahuètes, et c'était peut-être même à propos ds prisonniers (qui ne le resteraient pas longtemps). Un groupe voulait les amener vivantes à leur chef, l'autre voulait s'en servir pour des combats de coureurs.
Dans tous les cas elles allaient les mettre d'accord très bientôt.

Erys pris les rênes du cheval sur lequel se trouvait le noblion et entreprit de le guider loin du groupe. Cependant le cheval ne semblait pas apprécier Erys énormément et hennit. Suffisamment pour qu'un des faux légionnaires se tourne vers eux.
Neleam, avec une rapidité surprenante lança son poignard et l'homme s'écroula.
Heureusement pour elles, il était sur son cheval et derrière les autres, personne ne semblait avoir remarqué quoi que ce soit. Mais ça ne durerait pas.

La guerrière siffla Firmament et celui-ci s'approcha. Maintenant qu'ils étaient au complet il était temps de prendre la fuite. Le petit groupe de fuyards talonna leur monture et s’élancèrent dans un nuage de fumée. Au même moment le légionnaire tomba de sa monture pour ne jamais se relever.
Le temps que leurs tortionnaires réalisent ce qu'il venait de se passer, elles étaient déjà loin.
Mais pas assez à leur gout.
Les ravisseurs avaient miraculeusement oublié leur querelle et s'étaient lancé à leur poursuite.

Le vent ébouriffait les cheveux bicolores de la guerrière qui, penchée sur l'encolure de son destrier, essayait de semer ses poursuivants. Cependant ce n'était pas gagné.
Surtout qu'au loin une patrouille venait d'apparaitre.
Neleam jeta un coup d’œil à Erys. Encore un groupe... elles étaient vraiment mal parties.
Elles dévièrent légèrement leur trajectoire de façon à ne pas s'approcher de trop des nouveaux venus, mais ceux-ci les avaient repérées et s'avançaient vers elles. Et leurs poursuivants n'étaient pas si loin.
Lorsque le nouveau groupe fut à distance raisonnable Neleam remarqua qu'il s'agissait de légionnaires. Encore...

Mais cette fois ce devaient être des vrais car leur poursuivants ralentirent l'allure.

-Halte, Qui êtes vous et où allez-vous à si vive allure ?!


Un homme venait de parler. Neleam ne voyait pas son visage, caché par l'armure et le casque en varguelite, mais elle imaginait ses traits durs, et son air peu aimable.

-Bonjour à vous ! Nous sommes... poursuivis par des tueurs, et nous avons pour mission de ramener cet enfant, elle désigna le garçon ligoté et terrifié qui les accompagnait, à une personne haute placée à Al-Jeit.


Neleam réalisa après avoir finit de parler que cette présentation... pouvait mettre en doute sa santé mentale. Trop tard...
Il y eut un léger flottement dans le groupe des légionnaires, qui fut brisé lorsque les hommes de main du dessinateur corrompu arrivèrent.
Les vrais légionnaires se mirent immédiatement en position. Ils firent face aux arrivants, sans toute fois négliger les deux jeunes femmes et leur drôle de butin. Qui sait, peut-être avaient-elles menti, surtout qu'il y avait des légionnaire face eux.

Neleam réalisa qu'elle allait devoir attendre. Leur sort n'était plus entre leurs mains. Qu'est-ce qui allait se passer ? Et elle doutait réussir à s'enfuir une fois de plus. Il fallait vraiment que les légionnaires les aient confiance en elle.



_________________

La Fin n'est que Commencement...
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam] Empty

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
»La guerrière blessée
»[Finie avec succès] Cellule de Cériane
»[UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
»Asuki guerrière jusqu'au bout !
»Des Profils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Voyage dans le temps : RPs d'antan :: Est-