Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Mer 6 Juin 2012 - 22:05

DESCENTE DANS LES GLACES


I. DÉPART ET PREMIÈRES ESCALES

  • Trajet. — suite à Al-Poll
Spoiler:
 

    Son pas sur le côté achevé, Thowind sentit encore cette douleur brûlante l’assaillir sur le côté droit de son ventre. Il ne comprenait pas pourquoi, à chaque effort de déplacement, en particulier pour les Marches du Nord, il avait à souffrir d’un essoufflement terrible comme s’il avait participé à une épreuve des Dix Tournois et d’un de ces points de côté éphémères et lancinants parfaitement dispensables. A chaque fois, il sentait son orgueil en prendre un coup et regardait dans de grands mouvements de tête furtifs et menaçants si quelqu'un le surprenait dans cette situation. Personne ne devait le voir ainsi, haletant après un simple pas sur le côté qu’il exécutait pourtant régulièrement, preuve indubitable et humiliante de son manque de concentration et de travail… Si le Pouvoir ne rejoint pas l’effort de Créativité dans une création similaire à un pas sur le côté, la Volonté initiale ne tient pas le coup et le corps en est directement affecté. Combien de fois s’était-il répété cela ? Des millions, mais cela ne changeait rien. Thowind se rasséréna et regarda le lieu désormais familier où il avait pris pied, reprenant lentement son souffle.

    La clairière des seuls rougeoyeurs à quelques dizaines de mètres de la Citadelle était la même que dans son dessin, soit la même que d’habitude, pourpre et sèche, où résonnait la fluctuation des Spires dans une fluidité bienveillante. Pas de Hiatus à plus de trois kilomètres, sinon les frontières scellées par l’immense forteresse, pas de horde de Loups du Nord connue dans les parages, juste l’herbe craquante de givre et la forêt de feuilles écarlates qui s’étendait au loin. Le seul fragment de territoire apaisant et rassurant des Marches du Nord à la hauteur de la Citadelle, la seule place idéale, presque, où faire un pas sur le côté pour s'y rendre.

    Il avait enfilé son armure légère d’Al-Jeit, blanche et argentée, forgée sur l’enclume d’un grand maître armurier de la capitale avec lequel il avait travaillé quelques années avant d’entrer à l’Académie. Les morceaux de métal étaient d’une qualité exceptionnelle et lui avaient coûté une fortune ; il n’obtint son armure qu’à ses vingt ans et prit la décision de s’en revêtir seulement pour les occasions officielles et sérieuses ou les longs voyages à travers Gwendalavir. En essayant de calmer la douleur de son point de côté stupide qui déjà commençait à moins se faire sentir, il avait joué des épaules et des rotules, testant une énième fois les jointures métalliques de la brillante panoplie. L’armature, fine et modestement ouvragée, était incroyablement légère, améliorée par les talents secrets des forgerons d’Al-Jeit, des forgerons que désormais Thowind connaissait bien ou au contraire méconnaissait à en rougir, tant il était ignorant des arcanes de leur art malgré les longs mois passé à nager dans la sueur entre les fours et les coups de marteaux.

    Il fit jouer la lame de son sabre dans son fourreau bleu marine attaché à la ceinture de l’armure, songeant avec un rictus satisfait aux rumeurs de Raïs traînant aux alentours de la Citadelle, trop peu nombreux pour représenter une quelconque menace aux voyageurs, aux marchands et encore moins aux murs invincibles de la cité des Frontaliers. Si l’un ou l’autre venait à sa rencontre, espérant goûter la chair fraîche d’une cible facile, il aurait de quoi s’échauffer avant de pénétrer pour la cinquième fois des deux dernières semaines l’impressionnante enceinte de la Citadelle. N’entendant rien venir et remarquant qu’il ne sentait plus la moindre fatigue, il poussa un soupir de soulagement et de déception et se mit en route vers la porte de la Citadelle, se repassant dans la mémoire les enjeux nouveaux de sa visite.

    C’était la première fois qu’on le conviait à venir de lui-même à la Citadelle, chose qu’il avait pourtant déjà pris l’habitude d’entreprendre par sa volonté pour revoir quelques-uns de ses amis, s’y entraîner, y séjourner même ; la fascination du jeune dessinateur pour la culture et le mode de vie frontalier n’était plus à prouver. Il aimait ce monde sans dessin, de rigueur et de fraternité, où les valeurs centrales différaient tellement de celles d’Al-Jeit, d’Al-Vor ou même d’Al-Chen ; il aimait les regards et les vêtements, l’architecture de la Citadelle et les richesses qu’elle recelait. Cette fois cependant, il était invité, presque convoqué, et l’honneur que lui prodiguait cet appel était infini. Un courrier du seigneur Til’ Illan en personne ! Troublé par le nom de l’expéditeur écrit en lettres pourpres sur l’enveloppe dessinée par une Sentinelle, faite pour durer jusqu’après son ouverture, il avait lu et relu l’écriture rêche et effilée du maître de la Citadelle en tentant de garder son calme. Le seigneur des Frontaliers avait organisé une expédition dans les territoires du Nord en direction de l’ancienne cité d’Al-Poll et Thowind en était le premier invité. Il expliquait dans sa lettre que les Sentinelles étaient déjà trop affairées avec des activités de plus en plus nombreuses relatives au Continent de l’Est, aux Pirates alines ou au Royaume Raïs et au-delà pour qu’aucune d’elles ne daigne se joindre à cette quête. De plus l’entreprise était une idée nouvelle et secondaire dans les priorités de l’Empire, pensée suite à une relecture du récit de la première quête d’Ewilan ; Al-Poll, l’ancienne Al-Jeit, le premier cœur de vie des dessinateurs de Merwyn, était désormais déserte et explorable. On a su, à travers les écrits de Duom Nil’ Erg, qu’elle pouvait receler des secrets ancestraux ou d’antiques richesses inestimables à la connaissance de l’histoire passée de Gwendalavir. Les Iaknills, démons de feu sortis de terre ayant ravagé la cité et massacré ses habitants, pourtant endormis, avaient une place trop ardente dans l’histoire de l’Empire et apparaissaient comme de trop grandes menaces pour qu’une telle quête eusse été envisageable plus tôt. Quand Ewilan Gil’ Sayan, Edwin Til’ Illan et leurs compagnons avaient pénétré dans les ruines de la cité et malgré les combats qu’ils y avaient mené, aucune créature pouvant répondre à la description des Iaknill n’était apparu, et suite à ce voyage, Nil’ Erg déposa l’hypothèse que leur existence relevait plus d’une légende qui expliquait la destruction d’Al-Poll que de monstres ayant réellement existé, bien qu’il y ait encore aujourd’hui toute les raisons de les craindre. C’est devant ces propos que Hander Til’ Illan prit la décision de braver la peur des légendes en organisant un voyage d’exploration vers Al-Poll, regroupant quelques braves invités dans une liste nominative ou quelques volontaires en provenance de guildes aptes à atteindre la plus optimale réussite de l’expédition. Surtout des volontaires, à vrai dire, car la somme promise au retour de l’expédition se limitait à une part du trésor ramenée d’Al-Poll, si trésor il y avait, et rien d’autre. Argument léger pour un lieutenant frontalier quotidiennement occupé à bouter du Raïs ou pour un officier haut placé de l’armée impériale, déjà payé à risquer sa vie chaque jour sur les champs de bataille aux quatre coin de Gwendalavir. L’économie impériale avait beaucoup souffert de la guerre contre la dernière unification des Raïs par les Ts’lichs, qui reste dans toutes les mémoires, et surtout celle du seigneur des Marches du Nord. Il était hors de question de promettre une fortune à quiconque.

    Néanmoins Thowind Kil’ Muirt n’était pas attiré par l’argent. Bien au contraire ! L’occasion d’une quête, de découvrir des territoires inconnus, de travailler son dessin ou de dégainer son sabre pour transpercer les coques de quelques guerriers cochons était infiniment belle. Le froid du Nord ne l’effrayait plus, après toutes ces années à vagabonder dans la Citadelle, et l’été s’achevait à peine. C’était une magnifique expédition qui s’annonçait... Une véritable aventure comme il en avait vécu peu.

    En arrivant devant les portes de la Citadelle, il fut accueilli par un Frontalier à la mine sérieuse, pourtant souriante devant la figure familière de Thowind, qui sortit à cheval de la petite porte pour émissaires. Le jeune dessinateur le salua d’un « Force et Honneur ! » coutumier, sans lever le bras — il n’était pas Frontalier —, révérence que le cavalier lui rendit avec la conviction de fer habituelle des enfants de Merwyn.

    La Citadelle était toujours aussi monumentale. Le pouvoir du Dessin se faisait peu à peu inaccessible, Thowind le sentait progressivement à chaque pas de plus de la traversée de la porte, derrière le cheval puissant du Frontalier, en s’enfonçant à moitié dans les Spires, sentant ce mélange bien connu entre la glissade des Hiatus ou le mur des Gommeurs. Il était incapable de dessiner et cela ne le dérangeait d’aucune manière et, comme pour confirmer ce sentiment alors qu’il pénétrait dans la grande place centrale de la Citadelle, il posa la main gauche sur le manche de son sabre et sentit le contact du tissu ferme dont il était recouvert sur sa paume. Voyant autour de lui les hommes du Nord traverser la place en direction de la Haute Prairie, il n’hésita guère et s’y rendit immédiatement.

    La Haute Prairie était une grand-place tristement symbolique pour les dessinateurs de Gwendalavir et en particulier pour celui que nous suivons. C’est en ce haut lieu de la Citadelle que s’était un jour déroulé le duel entre Ewilan Gil’ Sayan et l’oncle de Thowind Kil’ Muirt. Peu se sont cependant intéressés au rapport familial entre celui-ci et la Sentinelle Déchue, et à dire vrai, peu étaient au courant du lien de sang entre les deux dessinateurs d’Al-Jeit à la Citadelle. Pourtant Thowind eut un reniflement dédaigneux en imaginant Holts, lame en main, se faire bouillir le cerveau, déshonorant la descendance de la famille pour une génération supplémentaire en cet endroit cerclé de tribunes et de balcons où quelques badauds, presque tous un sabre derrière le dos, se tenaient attentif en cette après-midi de septembre à peine ensoleillée, des nuages tapissant le fond d’azur pâle du ciel. Au centre de la place, sur une grande tribune, se tenait Hander Til’ Illan, les traits émaciés, ridés et les yeux d’un gris métallique contemplant l’assemblée totalement hétéroclite, séparées en des groupes de nombre différent. Il n’y avait clairement pas que des Frontaliers dans la Haute Prairie, mais des Alaviriens d’Al-Jeit et d’autres cités impériales, sûrement représentants politiques et militaires venus à cette occasion et très probablement pour en profiter : cela faisait quelques mois que les instances de l’Empire avait prévu une réunion primordiale sur les prochaines dispositions des Frontaliers par rapport à la nouvelle situation raïs et aux autres menaces à considérer. En traversant la foule pour rejoindre la tribune, Thowind entendait parmi les discussions des rumeurs enthousiastes — malgré le sérieux des tonalités et la volonté qui se lisait dans les regards les invités — on parlait d’ « assaut », de « Valingaï », de « Chaos » et de « Septentrion ». De sérieux enjeux allaient être discutés ce soir à la grande salle de la Citadelle, et le départ de la troupe pour Al-Poll n’était certainement pas l’événement majeur de la journée.

    Il commençait à s’approcher de plus en plus vite de la tribune, élancé et nerveux par la promesse d’aventure et l’adrénaline d’être vu par le grand maître des Frontaliers, quand, peu attentif, il tenta de couper un groupe et son armure entra en collision avec quelqu’un. Navré par cette maladresse qu’il ne se connaissait pas, son premier réflexe fut de s’excuser immédiatement...


Dernière édition par Thowind Kil' Muirt le Jeu 28 Juin 2012 - 17:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15915
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Jeu 7 Juin 2012 - 19:32

[dites si c'est bon ^^]

Il n'y avait rien à dire, la Citadelle était comme dans ses souvenirs. Grande, invincible, merveilleuse et belle. Juchée sur Taï'Dashar, Killian l'observait de loin. Elle se remémorait sa vie d'avant. Lorsqu'elle était Frontalière. Elle avait fait partie de ce peuple courageux et brave, qui osait braver bien plus de dangers que quiconque. Elle avait vécu de fabuleux moments, tout comme elle avait souffert.

Elle revoyait ses entraînements, revoyait le tournoi, sa rencontre avec Neleam, avec le vieux juge, avec Edwin Til'Illan, même si cela n'avait été que pour s'inscrire…
Et surtout, il y avait Natael. L'homme qu'elle avait tant aimé et qui lui avait été arraché. Elle se souvenait de la déchirure, en découvrant son corps. Elle se souvenait du temps qu'il lui avait fallu pour l'accepter et avancer. Elle se souvenait de ses errances à travers l'Empire, cherchant un but dans sa vie. Elle avait quitté les Frontaliers. Elle avait compris que ce n'était pas sa place. Et elle n'aurait pas pu continuer, pas avec les souvenirs de Natael gravés sur tous les murs de la Citadelle. Elle se souvenait être allée chez des Rêveurs et avoir rencontré Misao et Roxane. Puis…la rencontre avec Hylis. Fabuleuse. Lumineuse.

Elle avait fait le bon choix, en la suivant sans rien connaître de ses attentions. Mais bon…à l'époque, elle s'était surtout dit qu'elle n'avait rien à perdre, et sa curiosité avait fait le reste. Talonnant sa monture, elle trotta jusqu'à la porte de la Citadelle. Vêtue de son habituelle tunique de cuir propre aux Marchombres, elle avait également mit une cape fourrée. Elle ne craignait pas le froid, loin de là, mais elle prévoyait. Elle ne savait pas pourquoi elle allait chez les Frontaliers. Le vent la guidait comme toujours. Et, quelques jours auparavant, se demandant justement où aller, il lui avait dit que les Frontaliers auraient une surprise pour elle. Enfin, il ne l'avait pas dit ainsi. Mais elle l'avait compris. Le vent cinglait ses vêtements, apportant la fraîcheur du Nord. Taï'Dashar suait à force de galoper jusque là. Le stoppant à l'approche d'un Frontalier, elle inclina la tête, et donna la formule nécessaire, "Force et Honneur". Il lui rendit son salut et l'accompagna dans l'enceinte de la Citadelle.

Et elle n'avait jamais vu autant de monde. Des Frontaliers s'entraînant, oui, mais aussi toutes sortent d'Alaviriens, de commerçants, vêtus richement, montrant leur appartenance, politique, militaire ou autre. Ils étaient tassés devant une immense tribune, discutant entre eux. Le nez de la Marchombre apporta de l'excitation, de la curiosité, un peu de peur, et de l'impatience. Ils attendaient sans doute que l'homme qui leur faisait face ouvre la bouche. Cet homme, tout le monde le connaissait. Hander Til-Illan, Seigneur des Frontaliers. Ses yeux gris balayaient l'assemblée, mais son visage ne transmettait aucune émotion. Son odeur, en revanche, Killian réussit à l'isoler en passant à deux mètres de la tribune, alors que son guide lui prenait les rênes de Taï'Dashar pour aller le dorloter. Il était…excité, calme et imperturbable. Excité, elle ne savait pas trop pourquoi. Il avait peut-être quelque chose de si important à dire que lui-même ne tenait plus en place, même si ce n'était pas son genre.

Le reste était habituel. Curieuse, Killian se dit qu'elle allait voir ce qu'il se tramait. S'asseyant un peu à l'écart, juste à portée pour entendre tout, et surtout, pour tout voir, elle regarda sa première demeure. Les murs étaient inchangés, la place d'entraînement non plus. Même l'arbre sous lequel elle s'installait lors des pauses était là, l'invitant à recommencer. Un bruit de collision la fît revenir à la réalité.
Par terre se trouvait, à quelques pas d'elle, un homme, vêtu entièrement d'armure, une armure luisante qui allait magnifiquement bien sur sa personne. Ses cheveux étaient bruns-noirs. Elle ne vit rien de plus. Il se releva et s'excusa platement, son odeur transmettant un peu de gêne.

Elle sourit en coin. Au moins, il restait des gens un tant soit peu polis…

Elle regarda le Seigneur des Frontaliers, discutant avec une autre personne, hochant la tête de temps à autres. Vivement qu'il débute, elle était trop curieuse !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haïnouk__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 252
Date d'inscription : 04/01/2011
Haïnouk__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme; 26 ans.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Jeu 7 Juin 2012 - 21:13

- Ça te dirait, Iaknill, de rencontrer les créatures qui sont à l’origine de ton nom ?

Le cheval gris ne répondit pas. Il continua à brouter, la tête à ras de sol, à la recherche d’herbe supplémentaire. Lavrenti était appuyé du dos sur son flanc, une main dans la crinière de sa monture, l’autre qui gesticulait à mesure qu’il parlait.


- Trois semaines déjà ont passé depuis que nous avons livré notre dernier courrier. Moi au moins, je me suis occupé à sculpter des branches dans la forêt, pour passer le temps, mais toi tu restes là à manger, et tu fais semblant de ne pas m’entendre. Oui, il est grand temps que nous regagnons la route. Peu importe laquelle, pour le bien de notre relation, et pour mon bien individuel, nous repartons.

Le Sculpteur de branches se trouvait dans un village perdu qui longeait le Pollimage, bien au nord du lac Chen. Il avait livré un courrier d’Illuin à Al-Far puis s’était retrouvé sans responsabilités immédiates et avait donc décidé de poursuivre sa route plus au nord encore. L’homme était tombé sur ce village puis, ayant été bien accueillit, avait décidé d’y rester quelques temps. Jamais trop longtemps, cependant, car l’envie d’explorer et de côtoyer la nature lui revenait toujours, et l’incitaient à repartir. Lavrenti n’avait jamais été de ceux qui demeuraient à un même endroit toute leur vie ; en effet, dès l’âge de treize ans il avait sentit qu’il fallait qu’il quitte les Fils du vent.


- Demain on met les voiles, mon gars, annonça-t-il à mi-voix, à la fois pour lui-même et pour son cheval.

En entrainant Iaknill avec lui, il quitta l’arbre qui les avait abrités de la pluie et se dirigea vers le village. Le Sculpteur de branches croisa un couple qui revenait des champs avec des paniers remplis de fruits cueillis, se hâtant à trouver un abri. Ils saluèrent Lavrenti mais celui ne les entendit pas, quoi qu’il fût près d’eux. L’homme circulait dans un labyrinthe de pensées et se laissait guider, les yeux dans le vague, par Iaknill qui avait sentit que son maître était retombé dans ses semi-transes habituelles. Le couple poursuivit son chemin, ayant compris dès son arrivée que le nouveau venu était plutôt particulier. Lavrenti pensait à toutes les courbes qui forgent une vie, aux expériences qui créent l’existence, et se demandait à quel point deux personnes allaient être différentes, si elles avaient vécu exactement les mêmes expériences. C’était illogique comme pensée car le fait était impossible, mais ne restait-il que Lavrenti se demandait si l’on pouvait se changer intentionnellement et spécifiquement en se mettant dans certaines situations ; en vivant des expériences qui allaient rendre nous rendre plus solide, ou plus doux.

Lavrenti arriva, trempé, chez la vieille femme qui avait insisté de l’héberger le temps de son séjour, afin de lui annoncer son départ le lendemain matin. Il grimpa les quatre marches en émergeant de sa méditation. Alors qu’il entrait, un homme, manifestement un Frontalier si Lavrenti se fiait aux apparences, se leva prestement. Il déposa la tasse de thé que lui avait offert la vieille femme qui, assise, observait la situation. Puis, le Frontalier le salua à la façon propre à son peuple, et Lavrenti répondit d’un hochement de tête distrait en déposant son sac au sol.


-Vous n’êtes pas facile à trouver, Lavrenti Esmerol.
-Ne croyez pas que je cherche à me cacher, répondit l’ex-Fils du Vent, mais plutôt que j’ai une tendance à errer anormalement, ce qui rend mon chemin difficile à suivre pour ceux qui me suivent. Vous m’en excuserai, quoi que selon moi ce n’est pas quelque chose dont j’aie à m’excuser, que d’être soi même et de suivre sa voie, aussi étrange soit-elle.

La réponse de Lavrenti surprit le Frontalier une fraction de seconde, puis il sourit et répondit :

-Eh bien, dit-il, je ne vous excuserai pas puisqu’il n’y a manifestement rien à excuser. J’ai un message pour vous. Je vous propose de normaliser votre errance et de me suivre à la Citadelle car Hander Til’Illan prépare une mission secondaire et vous offre d’en être le guide. Vous seriez particulièrement convenable pour cette mission car justement, il serait idéal d’être discret et difficile à suivre si on cherchait à vous suivre.

Lavrenti éclata de rire.

-J’accepte donc, j’aime les missions, secondaire ou octénaire, et je vous aime bien.

En route, Lavrenti trouva la situation quelque peu ironique car Al-Poll, la cité qui était à explorer, selon le Frontalier, était plus près d’eux que la Citadelle. Les deux hommes avancèrent à un rythme accéléré étant donné que le Frontalier avait perdu deux jours à retrouver sa trace, et que le jour de l’assemblée arrivait rapidement. Le Sculpteur de branche avait déjà participé comme guide à de telles excursions ; cela lui plaisait que ses années de vagabondage puissent servir aux autres. Les deux hommes ne croisèrent de danger, car ils s’assuraient d’êtres invisibles aux animaux ou aux ennemis qui pouvaient surgir.
Ce ne fut pas long, donc, qu’ils arrivèrent à la Citadelle des Frontaliers. Lavrenti observa les hautes tours en se demandant ce qu’il y avait eu sur le terrain avant qu’elles ne soient construites. Le peuple animé vaquait à ses maintes occupations, alors qu’ils traversaient la ville pour se rendre à l’assemblée. Le Sculpteur de branches respectait la détermination et la force de peuple, mais ne comprenait leur amour des armes et du combat. En les voyant se donner cœur et âme à l’entraînement du sabre, Lavrenti prenait davantage conscience de son profond respect pour les Faëls qui vivaient unis avec la nature, qui n’allouaient pas d’importance à la richesse ou aux classes sociales. Qui combattaient, certes, mais par nécessité, qui ne prenaient pas plaisir à trancher des artères. L’ex-Fils du vent était conscient que sa conclusion reposait surtout sur des généralisations, mais il lui semblait qu’elle était tout de même vraie.

Le Frontalier qui l’avait accompagné le dirigea vers l’entrée de la salle ou se déroulait l’assemblée. Lavrenti posa une main sur son épaule en guise de remerciement, puis le Frontalier prit les brides d’Iaknill.


-Il t’attendra dans les écuries du palais, dit-il, bonne route.

Le Sculpteur de branches pénétra la salle de l’assemblée comme une ombre, et se tint contre le mur les mains dans le dos, silencieux et à l’écoute, ne voulant pas déranger l’assemblée qui avait déjà débutée.


¤Step from the road to the sea to the sky-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 8 Juin 2012 - 19:22

Vous êtes arrivée.

La voix de l'homme qui m'a conduite jusqu'à la Citadelle de Frontaliers m'a tiré de mes songes. Lentement, je descendis de l'arrière de la charette et dis sans me retourner.

Merci beaucoup.

Seul un claquement de langue lui répondis, ainsi que le bruit des sabots des chevaux, qui s'évanouirrent rapidement. Mais je ne bougeai pas tout de suite, laissant mes souvenirs revenirent en mémoire.

A peine installée à Fériane, on m'a envoyé ici. Pour une mission, secondaire mais peut un porte, car même si je n'ai passé que quelques jours à Fériane, j'y ai ressenti l'impression d'emprisonnement. Donc je n'ai pas dis non à la proposition de la mission. Un marchand qui passait par là m'a déposé jusqu'à ici, mais le problème a été Lobo... Car un loup du Nord en plein milieu de Frontaliers n'était pas une super bonne idée, donc je lui est fais comprendre de rester dans les bois.
Un bruissement de feuille, suivit d'un discret grognement me fis sourire. Quand on parle du loup... Mais je ne pus aller plus loin dans mes réflexions car un main se tapota mon épaule.

-Je peux vous aidez?
-Oui. Où se trouve la salle où dois se passer l'assemblée?
-Suivez moi.


L'homme, qui devait être un chevalier, me guida parmis les nombreux couloirs de la Citadelle. J'avais pris mon baton en main, et le fis taper, sans bruit devant moi pour reperer les obstacles, ou personnes que je ne pouvais voir. Je sentis le sol se modifier, pour devenir herbe, donc je m'arretai bien avant que mon guide le fasse, sachant qu'on était arrivés. De nombreuses voix qui me parvenait. Après avoir remercié l'homme, je mis en marche, lentement mais surement, ne voulant pas attirer l'attention des gens sur moi en rentrant dedans. Mais quand ma main rencontra l'ecorce d'un arbre je m'arrêtai, profitant de ce point de repaire. Me trouvant assez proche, je me mis à écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Sam 9 Juin 2012 - 17:22

Ophys retint d'une main adroite le galop de Flamerole, alors si jovial. Il était tellement heureux de traverser tel une flèche cette route qu'il avait tant parcourut auparavant qu'il libérait toutes ses émotions. Ophys avait eut l'occasion de faire le trajet entre Al-Jeit et la Citadelle de nombreuses fois, pour le même objet que cette fois-ci, elle était convoquée à la Citadelle pour participer à une mission volontaire dans la découverte d'Al-Poll. Enfin, mission volontaire pour qui voulait l'entendre. Les membres de la Légion Noire avaient bien été incités par l'Empereur qui tenait à ce que les forces légionnaires soient représentées dans l'excursion. Seule Ophys s'était proposée, poussée par ses camarades trop peu intéressés par cette mission secondaire. Ils n'avaient vu en cette mission qu'une sale besogne sans conséquences. Mais pour Ophys, partir vers le Nord était une libération enviée depuis longtemps. Elle avait besoin, comme certaines personnes, de quitter les rangs retenus de la Légion Noire pour s'évader dans des lieux plus subtiles, plus aimants. Et le Nord de Gwendalavir, sauvage comme il était, était une des terres les plus aimantes qu'Ophys n'est jamais foulée. La légionnaire se laissa glisser avec douceur du dos de Flamerole qui trépignait d'impatience, ses crins roux voletant autour de sa tête fière. Très rapidement, Ophys retira tout le harnachement du cheval pour qu'il puisse enfin souffler. Ses armes et son sac attachés dans son dos, portant le filet de Flamerole sur son épaule et sa selle maintenue contre sa hanche, la guerrière se mit en route, à pied. L'étalon suivait tranquillement derrière elle, trottinant pour la rattraper lorsqu'il s'arrêtait pour brouter. Ophys se retourna pour le regarder, caressa sa joue et d'une voix chantante, s'adressa à lui :

-Allez, file.

Avec joie, l'étalon hennit et se dressa sur ses postérieurs, montrant toute sa grandeur. Il se détourna et partit au galop dans les Plaines qui entouraient la Citadelle. Ce cheval était libre et la légionnaire aimait à le voir partir ainsi, à l'encontre du vent. Elle aimait d'autant plus lorsqu'il partageait ces moments avec elle ou encore, lorsque ensemble ils bravaient les lois de l'équilibre, comme des partenaires de danse. Ophys retira son regard de la flamme qui foulait le paysage et observa la Citadelle, grande et majestueuse, s'élevant pour atteindre le ciel au sommet de la Vigie. Elle aimait beaucoup l'architecture de cette Citadelle, toute de verre et de métal. Dans la nature hostile du Nord, la Citadelle resplendissait. La légionnaire agrandit la foulée de ses pas, il ne fallait pas qu'elle soit en retard pour le commencement de la réunion où elle était conviée et attendue. Les fouilles de la ville d'Al-Poll était bien une mission secondaire aux yeux de tout bon alavirien. Elle ne représentait peut-être rien de bien important face aux voyages d'exploration et de communication que menait l'Empire avec les Pays de l'Est. Elle était bien faible, aux côtés de la protection que menaient les alaviriens pour préserver leur pays. Cette mission, c'était un mystère posée sur une ville meurtrie depuis des années et des années. Qu'importe ce qu'on y trouverait, des Iaknills légendaires, des révélations historiques, une raison au poison qui tentait de s'approprier un Empire sous tension.

Ophys atteint la porte de la Citadelle qui s'ouvrit pour elle, saluant au passage un Frontalier avec tout les honneurs et le respect qu'elle lui devait. L'enfant de Merwyn répondit à son geste avec la fierté et la conviction avec lesquelles lui et les siens vivaient. Le Frontalier lui désigna un écuyer auquel Ophys expliqua sa situation. Elle s'amusa de voir dans l'oeil sérieux du Frontalier, une fraction de seconde, l'éclair d'une surprise lorsqu'il la vit, embarrassée d'un harnachement complet et d'une selle, sans cheval. Avec l'habituelle assurance frontalière, il dissipa sa curiosité et ne laissa rien transparaître, s'éloignant avec les affaires de Ophys. Cette dernière, escortée par une Frontalière, s'enfonça dans les couloirs de la Citadelle de verre. La légionnaire connaissait l'existence du sceau qui interdisait l'accès aux Spires, mais elle n'en ressentait pas la présence. En effet, elle n'était douée d'aucun don d'Imagination. Elle avait tenté, une fois, de s'attaquer à la base même de l'Imagination, créer une flamme. Elle eut beau tourner son esprit dans tous les sens inverses, elle n'avait obtenu, au bout de quelques heures, le faible bruit d'un crépitement. C'est pourquoi, au sein de la Citadelle, Ophys n'eut aucune gêne, aucune pression et s'engageait sereine aux côtés de la Frontalière. Cette dernière, s'arrêta devant une porte, lui sourit et appuya sur la poignée de la porte pour qu'Ophys puisse rentrée.

La Haute Prairie était bouillonnante d'interpellations et de toutes évidences la réunion n'avait pas commencée. Plusieurs discussions fusaient autour d'Ophys qui avançait silencieusement jusqu'à une place qui lui conviendrait. La légionnaire avait peint son visage d'une émotion qui lui était devenue familière à la Légion, un visage inerte dont seuls les yeux observaient son entourage avec vivacité. Un regard vert qui se donnait le droit de fixer l'Assemblée toute entière. L'attitude guerrière d'Ophys rappelait celle des Frontaliers. Sa démarche était mesurée, son regard sans limite, son assurance soutenue et le visage marquant. On aurait pu la croire Frontalière, mais tout en elle criait Légion. Comme ses hôtes, elle portait son sabre dans le dos, mais la poignée de sa lame vers le bas. Cela lui donnait une façon de dégainer qui n'appartenait qu'à elle. Dans la foule, Ophys à la fois s'imposait et glissait hors de portée des membres de l'Assemblée. Ils n'y avait pas que des Frontaliers, mais aussi bon nombre d'alaviriens ; sûrement des représentants politiques ou militaires, venus de diverses contrées de Gwendalavir. La légionnaire laissa ses lèvres lui tirer un sourire, elle venait d'apercevoir dans la foule, une chevelure qu'elle avait appris à connaître il y a peu de temps. Ophys s'approcha en silence et comme la première fois qu'elle avait rencontré cette personne, posa avec délicatesse sa main sur son épaule. Hash tourna la tête dans sa direction, la légionnaire sourit.

-J'avais le pressentiment que l'on se retrouverait plus tôt que l'on ne l'avait pensé.

Elle ne put en dire plus que déjà, l'Assemblée s'apaisait et laissait un silence impériale envahir la Haute Prairie. Hander Til'Illian, assit sur un imposant trône en avant de la Haute Prairie, venait de se lever pour parler à son Assemblée. Til'Illian était peut-être bien plus qu'un homme dans son regard acier. Avec les formulations convenues pour les ordres politiques et militaire, il salua poliment la foule qui s'était réunie face à lui. Il fit une très courte introduction sur la mission qui se préparait et appela, tour à tour, les membres volontaires qui s'étaient proposés pour y participer. Le nom de la légionnaire faisait partie des premiers et elle libéra l'épaule de Hash de sa prise amicale. Elle marcha aussitôt en direction du trône, arborant sa démarche guerrière. Ses pieds s'imposaient sur le sol dans un silence absolu, son regard absorbait celui que la foule portait sur elle. Elle s'arrêta à une distance respectable de Hander Til'Illian, le salua avec honneur, faisant retentir dans la Haute Prairie le « Force et Honneur » frontalier. Ophys inclina la tête, pour offrir son salut à tout les autres représentants politiques et militaires. Elle redressa la tête lorsqu'elle entendit auprès d'elle, venir ses compagnons de voyage dont le nom suivait dans la liste dictée par Hander Til'Illian.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 15 Juin 2012 - 20:56

      « Ah ! je suis désolé... vraiment ! »

    Comme toujours très confus après une maladresse, Thowind peinait à reprendre consistance. Il se releva presque d’un saut, très ennuyé d’avoir perdu l’équilibre, entreprit de s’épousseter machinalement l’armure, sentit le rouge lui monter aux oreilles et, régulant son souffle et constatant que personne d’autre n’avait fait attention à lui, il jugea bon de regarder celle contre laquelle il avait trébuché, une très jeune femme aux yeux d’un noir profond, le corps fin, loin d’être gracile cependant, les cheveux châtains encadrant un visage difficile à définir, habillée de cuir. Elle ressemblait étrangement aux Frontaliers par sa posture et la lueur indéfinissable dans ses yeux quand elle répondit d’un sourire à ses excuses ; Thowind, en lui rendant son sourire, ne put s’empêcher de constater qu’elle avait une connaissance de la valeur des mots et des regards. Dans le ciel, le soleil était à moitié dissimulé par d’imposants nuages gris, quand au détour d’une brise montagnarde, un large rayon de chaleur se dégagea des cumulus pour se disperser sur la Haute Praire, moment précis que choisit Hander Til’ Illan pour se lever de son trône.

    Le seigneur des Marches du Nord se tenait haut sur la tribune, droit et souriant, levant simplement le bras pour intimer la foule au silence.

    Tous, à l’Académie, connaissaient le nom de Hander Til’ Illan. Son passé mettait à l’honneur la franchise de ses paroles et son imperturbabilité légendaire, qui semblaient être la source même du mode de vie frontalier. Thowind ne lui avait jamais adressé une seule parole, le croisant de loin dans l’une des places de la Citadelle, une fois dans un bâtiment, entouré de conseillers et de généraux alors qu’il traversait hâtivement un couloir. Son allure était décidée, sérieuse, solennelle ; malgré son âge avancé, il conservait un charisme et une majesté fascinants ; cette haute personnalité de l’Empire à l’aura de volonté qu’on eût dit de verre et de métal semblait à l’épreuve de toute menace. Avec un tel homme aux commandes de la Citadelle des Frontaliers, il n’était guère étonnant que les plus grandes armées Raïs ne soient jamais parvenus à traverser la Chaîne du Poll…

    Une fois que le tumulte des conversations fut devenu bourdonnement, le bourdonnement rumeur et la rumeur silence, Hander prit la parole, ses conseillers, juchés derrière lui sur la tribune et la foule l’écoutant attentivement.

      « Alaviriens, alaviriennes, Frontaliers, Frontalières, Force et Honneur ! Je suis heureux de vous voir réunis en ce jour aux Marches du Nord, dans notre radieuse Haute Prairie, heureux de voir, pour une occasion exceptionnelle, tant d’hommes d’action de l’Empire — nous regrettons l’absence de Sil’ Afian, que je sais trop occupé ces derniers temps — pour célébrer le départ d’une troupe d’exception pour une ancienne cité regrettée de Gwendalavir. Une ville de légende, ruinée et hantée nous dit-on, par d’ancestrale créatures de feu plus redoutables que tous les Raïs réunis (un frissonnement de colère parcourut le petit groupe de Faëls de l’assemblée), donc assez grotesques, et encore nous en savons peu sur eux, si ce n’est qu’à la venue d’Ewilan Gil’ Sayan il y a longtemps déjà, on ne releva aucune trace de leur présence. Ainsi ! vous devez tous déjà connaître les enjeux de ce regroupement : former la troupe qui se rendra jusqu’à Al-Poll pour rédiger un rapport de l’état réel des lieux et assurer la première véritable exploration au nom de l’Empire. Je veux l’expédition discrète. Je n’ai pas ajouté un de nos régiments aux Alaviriens qui se sont nommés volontaires et, pour tout dire, je ne peux m’accorder ce luxe. Les Raïs menacent encore les Frontières de Glaces et de nombreux hommes des Marches sont demandés au-delà des limites de l’Empire. J’appelle désormais les volontaires qualifiés dédiés à cette tâche ! »

    Il y eut quelques chuchotements intéressés dans la foule et les seigneurs du Nord derrière le maître de la Citadelle se concertèrent du regard, quand le premier nom retentit dans la Haute Prairie :

      « Thowind Kil’ Muirt, de l’Académie d’Al-Jeit ! »

    Les chuchotements se muèrent en un marmonnement surpris, un bourdonnement dubitatif que le regard sévère de Hander Til’ Illan ne calma pas. Avait-on bien entendu ? Kil’ Muirt ? Ici, à la Haute Prairie ? Qui était ce jeune homme de l’Académie ? Son fils ? Holts avait un fils ? Et ce fils a été admis à l’Académie ?

    Thowind se mit en marche après quelques regards graves de chaque côté de la foule. Il gravit les quelques marches de la tribune et le Seigneur de la Citadelle eut un sourire de compassion. Le jeune dessinateur le salua, trop tendu pour lui rendre le sourire, d’un hochement solennel de la tête. Sa carrière de Sentinelle allait beaucoup dépendre de son impression auprès des Frontaliers, aucun écart de conduite n’était tolérable. Il regarda la foule dont les chuchotements se désagrégèrent aussi vite que résonna le deuxième appel de Hander Til’ Illan.

      « Ophys Ellüdril, de la Légion Noire ! »

    La légionnaire se dégagea de l’assemblée, lâchant l'épaule d'une autre jeune femme, et marcha immédiatement vers la tribune. Au début, il y eut un flottement, un long silence, on n’entendait seulement la marche de la nouvelle venue, mais dans le sillage de son mouvement, on vit des mouvements des têtes et des regards étonnés. Deuxième nom, deuxième longue rumeur outrée de la foule ! Une femme dans la Légion Noire ? Cela existait donc ? Bjorn Wil’ Wayard se défaisait-il des maillons faibles de ses régiments ? Cherchait-on à se jouer de Hander Til’ Illan ? Et après un « Thowind Kil’ Muirt », en plus ! Que signifiait cela ? Envoyait-on en exil à Al-Poll tous les membres de l’Empire dont on veut se débarrasser ? Qui viendra après ? Une marchombre boiteuse, un chevalier mutilé, un Frontalier manchot ? Des rires légers traversèrent l’assemblée tandis que Thowind regardait avec attention la jeune femme s’approchant de la tribune en ignorant royalement toute remarque, le visage impassible, plus fidèle à ceux des autres légionnaires que l’on eût cru. De la volonté pure ; féminine, mais pure. Guerrière. Le dessinateur eut alors un sursaut auquel il ne s’attendait pas. Ses traits qu’il avait voulu durcis pour ne rien laisser paraître aux yeux de la foule se figèrent de surprise. Il se perdit dans la contemplation de la jeune femme. Il chercha ses yeux dans son visage aux traits doux que démentait son expression, pleine de professionnalisme ; ils étaient d’un vert que le soleil réfléchissait de ses rayons mordorés. Des cheveux d’un violet clair, étonnants, coupés assez courts malgré une longue mèche rebelle, encadraient sa physionomie terrible de paradoxe, où la grâce se mêlait à l’apathie contractée. Elle avait des lèvres incroyables, presque trop sèches, sans doute recluse aux baisers depuis trop longtemps, et un corps que le vargelite léger de son armure de la Légion Noire ne cachait pas aux yeux dévoreurs de Thowind tout l’aspect sensuel et intimidant. Plongé dans sa description, il en avait oublié la foule et le fait qu’Ophys était désormais à quelques pas de lui, saluant Hander Til’ Illan avec force et s’inclinant devant la foule. Thowind Kil’ Muirt rougit l’espace d’une seconde, tressaillit avant que ses yeux ne se dirigent machinalement vers les méandres des nuages entrelacés du ciel.

      « S’il vous plaît ! » lança le Seigneur des Marches avec force, une main fermement posée sur son trône, un froncement de sourcil, qui avait disparu le temps de saluer Thowind et Ophys, resserrant une seconde fois les rides burinées de son visage.

    Il poursuivit l’appel en toisant l’assemblée avec sévérité, levant le bras pour nommer le prochain élu…


    Dernière édition par Thowind Kil' Muirt le Sam 16 Juin 2012 - 15:56, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Mercenaire__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 24
    Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
    Messages : 15915
    Date d'inscription : 18/04/2011
    Mercenaire__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
    Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 15 Juin 2012 - 21:47

    L'homme à l'armure s'excusa une nouvelle fois en souriant, s'époussetant machinalement. Killian lui répondit d'un sourire et le laissa s'en aller vers les autres. Se mettant une nouvelle fois à l'écart, elle attendit que le Seigneur des Marches décide de prendre la parole. En tout les cas, lorsqu'elle regarda les quelques Frontaliers présents, elle eut un sursaut en reconnaissant l'un d'eux. Grand, près de deux mètres, il avait de rares cheveux blancs et une carrure imposante. Et elle s'en souvenait comme si c'était hier. Il les avait conseillés, Natael et elle, lors de l'entraînement au vu du tournoi.
    Il regardait partout lui aussi, elle ne savait donc pas s'il l'avait vue. Et, de toute manière, il ne la reconnaitrait pas. Du moins le pensait-elle. Elle avait trop changé pour. En près de sept ans loin des Frontaliers, il en avait vu d'autres. Sept ans…Trois d'apprentissage, quatre en tant que Maître. Sept ans que Natael était parti…

    Mais ses pensées furent interrompues par Hander Til'Illan qui se levait. Malgré son âge, ses mouvements étaient tout aussi fluides que le plus jeune de ses hommes, sa carrure tout aussi impressionnante. Il était vif, prenait les meilleures décisions, et dirigeait la Citadelle d'une main de fer. Killian ne l'avait jamais approché en tant que novice. Elle ne lui avait jamais adressé la parole. De toute manière, qu'aurait-elle dit ? Il était bien trop haut placé pour parler à une fille comme elle.
    Elle se fît attentive et écouta ce qu'il avait à dire.

    Ainsi donc, il projetait une expédition vers Al'Poll. Ville fantôme, déserte depuis belle lurette. Une belle expédition pour ceux qui iraient. Que des volontaires qui plus est.

    Ayant fini, Hander commença à énumérer les participants :


    -Thowind Kil’ Muirt, de l’Académie d’Al-Jeit !

    Elle fût surprise en voyant l'homme qui l'avait heurtée s'avancer vers l'estrade. Et elle fût encore plus surprise lorsqu'elle vit et entendit les murmures de la foule.
    Qui était-il ? Elle ne connaissait pas de Kil'Muirt à l'Académie. En même temps, elle était plus souvent sur les routes qu'autre chose. Comment connaître tout le monde dans ce cas ?
    Hander continua :


    - Ophys Ellüdril, de la Légion Noire !

    Une jeune femme se détacha du groupe, lâchant l'épaule d'une autre. De loin, Killian vit les cheveux violets coupés courts. Aussi courts que les siens apparemment. C'était plus pratique lors des affrontements, même si la Marchombre s'était déjà laissée séduire par l'idée de les laisser pousser un tantinet…

    Sa démarche était gracieuse, assurée. Elle ignora elle aussi les murmures des gens. Mais qu'avaient-ils donc tous aujourd'hui à râler sur les volontaires ?
    Fronçant les sourcils, Killian se dit qu'après leur départ, elle interrogerait des personnes, pour assouvir sa curiosité. Quoique, pour Ophys, cela pouvait peut-être s'expliquer par le fait qu'elle était une femme, et qu'elles étaient rares à entrer dans la Légion.
    Levant la main, le Seigneur des Marches réclama le silence, un "s'il vous plaît" s'échappant de sa gorge. Il n'avait même pas haussé le ton, mais tout le monde se tut.
    Il était prêt à donner un troisième nom, lorsqu'elle vit du coin de l'œil le Frontalier s'avancer. Qu'est-ce qu'il mijotait ? Se portait-il lui aussi volontaire, pour représenter les Frontaliers, même si son Seigneur préférerait qu'il aille aux Frontières de Glace ?

    Il s'avança jusqu'à être devant tout le monde, au bas de l'estrade. Et, avec sa taille, Hander ne put l'ignorer…

    Il commença :


    -Force et Honneur, mon Seigneur. J'ai un dernier volontaire à vous proposer.

    Elle vit Hander lever un sourcil et elle, elle sentit son estomac faire un salto. Le vent lui murmura :

    "A ton tour…"

    Elle avait compris. En tout cas, Hander ne refuserait jamais un volontaire non inscrit sur sa liste. D'un geste, il indiqua au Frontalier de continuer.


    -J'ai vu tout à l'heure une personne que je connais. Et je sais qu'elle sera parfaite pour l'expédition.

    La foule murmurait à nouveau, se posant des questions sur ce volontaire inconnu. Killian, quant à elle, ne s'en posait pas. Elle sut pourquoi le vent l'avait conduite ici…

    -Et bien, donne nous ton nom et le sien. Dit Hander, calme comme du roc.

    -Je me nomme Leik. Et la candidate était une Frontalière.

    Là, sur le coup, même Hander haussa un sourcil. L'emploi du verbe être au passé l'étonnait encore plus que la foule. Mais bon…Leik n'était pas obligé de dévoiler toute sa vie…

    Gardant le suspens, Leik se retourna et la regarda. La montrant du bras, il termina :


    -Killian Dell'Kaïron. Ex-Frontalière. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue, mais elle est parmi nous aujourd'hui.

    Killian était gênée. Tout le monde la regardait à présent, l'analysant. Mais, plongeant dans l'Harmonie, la Voie et le vent, elle se redressa et avança vers Leik.

    Sa démarche fluide prouvait qu'elle avait été Frontalière. Mais rien ne laissait deviner qu'elle était Marchombre. A moins qu'il n'y ait des connaisseurs dans l'assemblée.
    Elle s'arrêta à côté de Leik et regarda les deux volontaires déjà là. Ils la regardaient également. Puis elle reporta son attention sur Hander qui l'observait, comme s'il tentait de se souvenir d'elle en tant que Frontalière.
    Et la question inévitable ne tarda pas :


    -Ainsi tu étais des nôtres…je ne te demanderais pas pour quelles raisons tu es partie, pas en public, en revanche nous aimerions, je pense, tous savoir ce que tu es aujourd'hui. A qu'elle guilde appartiens-tu désormais ?

    Ses yeux semblaient lire en elle. Mais, étrangement, elle était parfaitement calme. Il ne la jugeait pas, il était curieux. Comme elle. Et sans doute comme tout le public maintenant, regard braqué sur son dos, impatient de connaître la nature de la jeune femme.

    -Mon Seigneur. Ma Voie n'était malheureusement pas celle que vous parcourez avec tant de grâce.

    Elle s'interrompit, cherchant la meilleure manière de le dire. Quoique, être Marchombre n'était pas un secret.

    -Aujourd'hui, j'ai trouvé la mienne, et je la suis depuis pratiquement sept ans. Je suis devenue une Maître Marchombre.

    Le silence retomba d'un coup. Sur un signe et un sourire d'Hander, elle gravit les marches et se posta aux côtés des deux autres volontaires.

    Voilà. Elle faisait partie de l'expédition. Une Marchombre. Pas mal non ? Au moins, la majeure partie des Guildes seraient représentées. En admettant qu'il y ait encore beaucoup de volontaires…
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Haïnouk__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 23
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 252
    Date d'inscription : 04/01/2011
    Haïnouk__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Homme; 26 ans.
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Sam 16 Juin 2012 - 23:03

    Hander Til’Illan venait de terminer son mot de bienvenue lorsque Lavrenti Esmerol se joignit à l’assemblée. Le vagabond n’était pas vraiment au courant du but de l’expédition ou de son intérêt dans la politique du Seigneur des Marches du nord. Tout ce que le Frontalier lui avait dit c’était que la destination était Al-Poll, et qu’il s’agissait d’effectuer une sorte de rapport. « Al-Poll est oubliée, digérée, classée. Mais qu’est-elle devenue ? Et les Iaknills qui la hantent ? Se manifestent-ils toujours ? Sur ses collines reposent les ruines d’une histoire ancienne ; qu’ont-elles à révéler ? Est-ce un endroit trop dangereux, trop près des Raïs pour considérer y rebâtir une communauté ? Sommes-nous les seuls à revenir pour relever de l’information ? » Ce fut les mots du Frontalier, lorsque Lavrenti lui avait demandé des précisions sur l’expédition. L’ex-Fils du vent n’en savait pas plus que ces questions, et cela lui convenait, il n’avait pas besoin d’en savoir plus. Il savait comment se rendre à Al-Poll, et il aurait guidé le groupe qui allait se constituer dans l’assemblée que ce soit pour Hander Til’Illan que tous semblaient vénérer, ou pour un pauvre vieillard inconnu. Lavrenti se demanda un moment si le Seigneur n’avait pas d’autres choses plus importantes à faire que d’annoncer les noms de ceux qui se joindraient à l’expédition. Était-il présent pour montrer que, bien que l’expédition soit d’une importance secondaire, il tenait tout de même à sa réussite ? Ou bien voulait-il simplement se détacher des hommes importants qu’ils côtoyaient quotidiennement, et observer les jeunes ambassadeurs des guildes de Gwendalavir ? L’ex-Fils du vent se rendit compte qu’il préférait de loin juger l’homme qui était l’attention de tous par rapport à la réponse à cette simple question que par rapport à son statut et sa célébrité.
    À cet instant, la voix du Seigneur retentit pour annoncer le premier nom.


    - Thowind Kil’Muirt, de l’Académie d’Al-Jeit !

    Le nom en question provoqua une réaction mal dissimulée chez les gens présents. Lavrenti Esmerol ne réagit pas ; ce nom n’évoquait en lui aucun souvenir. La clameur finit par se calmer, puis les noms continuèrent à défiler, les personnes à se présenter, tendues et fières, puis à se placer parmi les autres. La surprise surgit à nouveau lorsqu’une femme se présenta comme étant de la Légion Noire, puis à nouveau lorsque la jeune femme ex-Frontalière révéla qu’elle était Maître Marchombre. Lavrenti était désolé de voir de tels individus devoir supporter l’ignorance des gens, qui, selon leur réaction, semblaient baser leur vision du monde sur les généralités : une Frontalière demeure une Frontalière et la Légion Noire est constituée d’hommes uniquement. Le Sculpteur de branches respectait ces individus qui avaient choisis leur avenir.

    On avait donc nommé une Marchombre, un Dessinateur manifestement habile au combat, une combattante de la Légion Noire, et d’autres soldats. Lavrenti questionnait la constitution des membres du groupe ; ne manquait-il pas un scribe ? Un historien qui connait tous les détails du passé d’Al-Poll, qui saurait interpréter les signes et en faire un rapport digne de ce nom ? Certes, il était important qu’ils puissent se défendre, mais ces efforts étaient inutile si un expert ne les accompagnait pas pour évaluer efficacement ce qu’ils allaient trouver à Al-Poll. Mais à ce moment, comme s’il lisait dans les pensée de Lavrenti, Hander Til’Illan annonça le prochain nom ;

    -L’historiographe Marwen Sil’Feudin.

    Le nom était encore une fois inconnu au jeune errant ; il n’était manifestement pas familier avec les personnages connus du pays. Cela ne le dérangeait pas le moins du monde ; il en connaissant plusieurs qui, à ses yeux, étaient tout aussi importants qu’Hander Til’Illan.
    La femme nommée, âgée d’une quarantaine d’années, sinon plus quoique cela ne paraisse mise à part quelques rides, s’avança vers le Seigneur. Elle avait la peau hâlée de ceux qui passent beaucoup de temps au soleil et une stature, fine mais musclée, qui suggérait qu’elle était habituée à l’endurance physique. Deux éléments qui correspondaient aussi au Sculpteur de branches. En observant la réaction de ceux présents à l’assemblée, Lavrenti constata qu’au moins la moitié d’entre eux ne connaissaient pas non plus cette historienne. Elle avait sous le bras droit un épais cahier, et Lavrenti fut soudain éprit d’une grande curiosité ; il avait bien l’intention de lui poser des questions sur ses voyages et ses connaissances. Cela dit, il faudrait tout d’abord qu’il fasse partit de l’expédition. L’homme n’était pas certain que le Seigneur avait été avisé de sa présence à l’Assemblée. Il était arrivé en retard et n’avait pu, ni lui, ni le Frontalier, avertir un des maîtres du Nord qu’il acceptait de se joindre à l’expédition. À moins que l’on ait pris pour acquis qu’il accepterait et que l’on avait mis son nom sur la liste de volontaire, Lavrenti ne croyait pas être en mesure de se joindre à l’expédition. Cela n’était pas grave, les participants connaissaient sans doute tous la route vers Al-Poll. L’ex-Fils du vent saurait les guider par des raccourcis et des routes isolées de dangers, mais il n’était pas indispensable.

    Un des maître du Nord qui siégeait derrière Hander Til’Illan prit la parole.


    -En ce qui concerne le ou la guide, nos guides primaires étant tous occupés, nous avons convoqués trois individus qui ont, selon des sources, les habilités requises pour mener l’expédition. Omeria Gil’Lussian, Lavrenti Esmerol et Réomer Wil’Paven. L’une ces personnes est-elle présente ?

    Lavrenti jeta un bref regard autour de l’Assemblée ; personne ne semblait se manifester. S’il était le seul présent, la position de guide lui reviendrait ; était-ce ainsi que cela allait se produire ? Il caressa sa barbe de son index un instant, murmura un « Bon. » décisif, puis s’avança vers les maîtres du Nord. Une ou deux secondes s’étaient écoulées ; pas assez pour que l’on présume qu’il y ait de l’hésitation dans son geste. Il se faufila tant bien que mal dans la foule, en disant des « excusez-moi, désolé, pardon » plutôt chantants, qui, dans le silence qui régnait étaient entendus de tous. Le Sculpteur de branches s’arrêta devant Hander Til’Illan.

    -Bonjour, messieurs. Je suis Lavrenti Esmerol, dit-il simplement.
    -Et qui es-tu, Lavrenti Esmerol ? demanda Hander Til’Illan.

    « Qui es-tu, Lavrenti Esmerol? ». Il fut amusé par le fait qu’une question qu’une telle importance fut posée ainsi, comme si la réponse était simple et allait venir mécaniquement. Mais la réponse à cette question était longue. Longue et compliquée. Cependant Lavrenti savait que le Frontalier ne recherchait pas cette réponse, mais une autre : son titre, sa guilde. C’est embêtant, pensa-t-il. Il n’avait pas étudié à une académie, avait été Fils du Vent, avait vécu chez les Faëls, mais n’appartenait pas une guilde digne de ce nom. Il était un Sculpteur de branches ; un errant. Lavrenti ne pouvait offrir au Seigneur des marches du Nord une réponse qu’il désirait.

    -Je suis Lavrenti Esmerol et je peux vous mener à Al-Poll par les routes les plus discrètes et les plus éloignées des dangers et des observateurs indésirables.

    Il semblait à l’homme que c’était là tout ce qui importait ; ils avaient besoin d’un guide, Lavrenti avait les compétences d’un guide. Le Seigneur hocha la tête; personne d'autre ne s'était avancé.

    -Soit. Cependant ce ne sera pas moi que tu guideras, dit Hander Til’Illan avec un sourire, mais la troupe qui se forme. Prends ta place.

    L’homme eut un sourire en coin puis rejoint ceux qui avaient été nommés.
    Il voit déjà la route devant lui qui sillonne entre les collines, les montagnes de la chaîne du Poll à sa droite qui s’imposent au loin, il sent le vent dans ses cheveux, le courant d’un ruisseau sur sa main alors qu’il remplit sa gourde, il entend déjà le son des sabots d’Iaknill contre le sol ; la mélodie de sa harpe qui s’élève dans la nuit. La sérénité de celui qui est chez lui dans le mouvement constant de l’avancée vers le nulle-part.


    Dernière édition par Lavrenti Esmerol le Mar 19 Juin 2012 - 5:07, édité 2 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Sam 16 Juin 2012 - 23:46

    Je ne prettai pas vraiment attention au discours du seigneur de la Citadelle. Mais je devins plus attentive quand il commenca à nommer les différents membres de l'expedition. Le premier: Thowind Kil’Muirt, de l’Académie d’Al-Jeit. Inconnue pour elle, mais pas pour les personnes qui constituaient la foule. Des murmures emplirent le silence qui s'était crée. Et ils devinrent encore plus présents quand mon amie s'avanca. Le seigneur du élever légèrement la voix pour refaire le calme. Puis il eu une ex-Frontalière.. On ne peut pas être ex-Frontalière, on est Frontalière, on le reste. Mais on dirait que celle-ci à choisit une autre voie. Celle de l'Harmonie. Marchombre. Cette femme attira mon attention. Etre aveugle m'avait permi de déceler certaines choses chez les gens que je croisais. Et celle-ci à quelques chose de spécial... Je fus désolée par le manque de savoir des gens, et la peur et la moquerie que cela entrainait..

    Mais je ne pus m'attarder sur la question car l'appel continuait. Il eu aussi une historienne qui calma les ardeur, car il sembla que peu de monde la connaissait.Et enfin le guide qui devait nous mener à Al-Poll où devait se trouver des êtres aussi fantastiques que dangeraux...
    De nombreuses histoires dans ces lieux ont bercés mon enfance. Sans aucun mal je pourrais les ressortir de ma mémoire, car on les racontait souvent autour d'une feu avec un thé encore chaud.

    Un sourire étira mes lèvres quand j'entendis la progression du guide être par des bouts de phrases. Elles résonnèrent comme des chants à mes oreilles. Déjà je sus que cet homme ne serait lui pas non plus quelqu'un de "normal". Que dis-je. Tous notre groupe n'était pas "normal" d'après certains critères. Mais es-que le célèbre groupe d'Ewilan était lui aussi "normal"? Non.

    -Hash Tilissy, Réveuse.

    Les paroles de Hander Til'Illan me sortirent de mes songes. Le silence s'était mis en place, lourd. Attente. Je pris une bouffée d'air et fis un pas en avant. Je remis mon bâton légèrement en avant, je me faufillai lentement à travers cette marée humaine. Mais plus je m'approchai, plus je me demandais comment j'allais faire pour me placer... Enfin il n'eu plus de foule, suivant mon instinct, je réussis à me trouver une place au c^^oté des autres membres de l'expedition, sans marcher sur des pieds.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Mar 19 Juin 2012 - 18:29

    Ce fut surtout la volonté d'Ophys qui l'amena jusqu'à l'estrade, tant les murmures teintés de reproches de la foule avaient fusés à l'annonce de son nom et de sa guilde. Certes, elle était femme légionnaire et assez âgée pour avoir la moitié de l'âge de Bjorn Wil'Wayard, mais elle avait intégré la Légion Noire par choix et par envie. Elle avait désiré cette vie guerrière à toute autre pour atteindre la Maîtrise comme d'autres atteignaient l'Imagination, un désir qu'elle enviait depuis sa jeunesse. Pour cela, elle avait depuis longtemps affronté les généralités populaires et ce n'était pas aujourd'hui, devant Hander Til'Illian et une foule, qu'elle trouvait sur le moment grotesque, qu''Ophys allait avoir honte du chemin qu'elle avait pris. Aussi, les messes basses marquèrent d'autant plus ses pas et sa volonté d'exister dans cette forme de vie.

    D'une attitude toujours impassible, la légionnaire vint se placer aux côtés d'un jeune homme appelé quelques secondes plus tôt et qui avait, lui aussi, avait soulevé les discussions de l'Assemblée. Il portait le nom de Thowind Kil'Muirt, et avait été décrit comme Dessinateur à l'Académie d'Al-Jeit. Il portait le même nom que Holts Kil'Muirt mais son apparence laissait paraître tout autre chose. Ophys, comme tout les soldats de la Légion Noire connaissait la liste de tout les ennemis de l'Empire et en quelques sortes, l'homme qui portait le nom de son voisin était l'un d'eux. Mais la légionnaire ne préféra pas s'interroger et d'un regard habitué elle le scruta sans émotion, son visage dissimulé sous son masque guerrier. Il avait quelque chose d'aérien, sûrement dû à son corps fin, qui le rendait élégant. Malgré l'imposante et rutilante armure dont il s'était paré pour l'occasion, on lui imaginait un corps quelque peu efflanqué et doté d'une musculature sèche, comme la plus grande majorité des jeunes hommes de son âge. Bien que Dessinateur, ses mains polies et nerveuses ainsi que l'épée qu'il portait au côté témoignaient d'une escrime pratiquée depuis plusieurs années. Ophys resta fascinée devant l'allure élancée et déterminée du Dessinateur qui lui donnait le même maintient que celui d'un oiseau prêt à l'envol et la certitude que cet homme irait loin. Il avait un visage fier et tendu aux traits captivants qui laissèrent Ophys admirative, émerveillée aux côtés de cet homme charmant. Thowind Kil'Muirt tourna la tête et, surprise, la légionnaire pu observer ses yeux. Ils avaient la couleur des eaux du Pollimage un jour de pluie, aussi sombres et aussi envoûtants, avec les mêmes reflets irisés, portes-paroles de sa conscience. Ophys offrit au Dessinateur un regard respectueux et un sourire poli, mais il avait détourné le regard avec brusquerie, surprenant Ophys.

    Quelque peu étonnée la légionnaire reporta son attention sur l'Assemblée qui s'agita lorsqu'un Frontalier prit la parole. Il proposait un nouveau volontaire à l'expédition. D'un geste mesuré, Ophys déplaça une mèche de ses cheveux rosés qui lui barrait le regard. Une jeune femme sortit de la foule, gracieuse et en silence. Cette femme était une ombre majestueuse dans cette Assemblée maladroite. La volontaire s'arrêta aux côtés d'Ophys qui l'accueillit d'un hochement de tête, le visage ouvert par un sourire aimable. Elle se présenta comme étant Maître Marchombre et la légionnaire ne pus retenir sa surprise. Il était rare de rencontrer des Marchombres, et il l'était encore plus qu'ils se présentent sous leur véritable identité. Ces personnes étaient très mystérieuses mais comme n'importe qui, Ophys savait que leur présence en Gwendalavir n'était pas à négliger.

    Le second appelé fut un homme aux cheveux longs, portant une courte barbe, au regard alerte. Il avait quelque chose d'étrange, de suspendu au dessus de tout, comme s'il ne souhaitait pas atteindre les choses de manière précise, mais de toutes les façons possibles. Beaucoup de songes semblaient l'habiter, ils hésita même lorsqu'il dû prendre la parole pour se présenter. Il paraissait ne pas faire partie de ce pays, mais il fut désigner comme le Guide de l'équipe d'exploration. Son corps semblait avoir été sculpté par le vent, usé par l'eau, tanné par le soleil, cet homme était beau et ne venait pas d'ici. La dernière a se présenter fut Hash, en tant que Rêveuse. Ophys sourit à la vue de sa chevelure de feu se détacher lentement, mais sûrement de la foule. La légionnaire craignit que la jeune aveugle ne percute ou ne se trompe de chemin, mais Hash arriva à bon port et Ophys pu souffler. Le silence retomba dans la Haute Prairie, les volontaires étaient tous rassemblés devant l'estrade, n'attendant plus que les paroles décisives d'Hander Til'Illian pour ce mettre en route.
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Jeu 21 Juin 2012 - 11:31

      Les derniers voyageurs montèrent sur l’estrade. Thowind resta longtemps ainsi, les yeux concentrés sur le ciel et l’ouïe à l’écoute des nouvelles arrivées. Il levait des fois les talons avec nonchalance et souhaitait de tout cœur que tout le monde le croit décontracté et attentif à la fois. Heureusement, on ne fit guère attention à lui. L’audience fut surprise par l’arrivée impromptue d’une maître marchombre, aussi le guide de l’expédition se présenta sommairement, seul homme présent parmi les trois personnes mandées à cette tâche, et la dernière appelée, une rêveuse aveugle — ce qui surprit Thowind, pourtant sans préjugé quelconque : l’expédition allait être certainement dangereuse. Pourquoi convoquer une jeune femme aussi désavantagée ? — gravit les marches de la tribune, achevant de détourner le dessinateur de sa machinale contemplation des cieux. Ainsi, les membres de l’expédition étaient finalement réunis et l’appel achevé. La foule s’ébroua, commença à se disperser, et Hander Til’ Illan eut un sourire bienveillant devant sa troupe. Il précisa à tous que le départ allait se faire dès cet après-midi. Thowind ne put retenir un mouvement de surprise, les sourcils froncés : partir dès l’après-midi incluait de camper dès cette nuit. C’était risqué, et les routes du Nord n’étaient pas connues pour être tendres, et malgré la saison avenante, la température restait, elle, peu affectueuse. Pourquoi déjà risquer leurs vies alors qu’ils pourraient dormir cette nuit dans l’enceinte de la Citadelle, au chaud et en totale sécurité ?

      Le sourire du Seigneur des Marches s’élargit. D’un geste ample et désinvolte en opposition parfaite avec son âge et sa physionomie, il tranquillisa le dessinateur et les éventuels surpris.

        « Voyons, il est inutile que vous perdiez du temps ! regardez, le soleil fait une apparition. Et puis partir maintenant sera le meilleur moyen de faire connaissance, non ? Une nuit de plus dans les plaines, une nuit de moins ! Nous sommes seulement en début d’après-midi et vous serez encore trop près des avant-postes frontaliers pour craindre une attaque de Raïs ou de Loups du Nord, c’est une certitude ! Ce qui, en revanche, ne sera pas le cas si vous partez demain matin et progressez toute la journée. Vous ai-je convaincu ? Allons ! préparez vos chevaux, le chariot avec les vivres doit être déjà prêt à la porte de la Citadelle. Ne vous faites pas attendre ! »

      Considérant que la conversation s’achevait ici et que personne n’avait l’intention de contester ses instructions, Hander Til’ Illan descendit de l’estrade d’une démarche prompte, par les marches à sa gauche, en direction des appartements frontaliers, accompagné du reste des seigneurs du Nord qui étaient restés à l’écouter (et qui, semblait-il, avaient surtout grande hâte de s’entretenir avec le maître de la Citadelle). Le second homme le plus puissant de l’Empire avait parlé, d’une voix claire, presque avec bonhomie, mais bien fou serait celui qui ignorerait ses avertissements, ses conseils ou la lueur sans équivoque de ses yeux d’acier. Thowind remarqua que certains de ses futurs compagnons de voyage se dirigeaient déjà à l’opposé de Hander Til’ Illan, vers l’écurie, sans qu’il ne s’en soit rendu compte. Il força le pas et se mit à leur hauteur, content d’une telle équipée et finalement pressé de partir, rajustant sa botte en faisant cliqueter les rouages légers de son armure, bien satisfait de la savoir l’armature assez fine et souple pour cette entreprise, et se lança :

        « Ah ! je n’ai pas beaucoup d’expérience en matière de voyages comme celui-ci... Mais il semblerait que ce soit le cas pour vous, non ? »

      Le dessinateur eut un nouveau regard troublé pour Ophys, très rapide, ne sachant pas vraiment si elle l’avait vu, et se tourna vers la marchombre, Killian, contre laquelle il avait lourdement trébuché. La jeune femme avait toutes les dispositions physiques à cette qualification qu’il n’aurait pas deviné, ne connaissant personnellement aucun marchombre mais s’étant bien gardé d’établir la moindre réflexion sur la guilde avide de liberté, saluant, quand les discussions pouvaient virer sur eux, leur individualisme respectueux et le peu de notions qu’il savait de la confrérie.

      Parmi leurs compagnons, Marwen Sil’ Feudin semblait plongée dans ses pensées, dame d’âge mûr à l’allure sérieuse et confiante, se tenant droit, son cahier fermement sous le bras. Thowind connaissait seulement quelques bases de l’histoire alavirienne, n’écoutant que rarement les cours des chroniqueurs de l’Académie, et se promit de s’intéresser plus sérieusement à la légende d’Al-Poll auprès de l’historiographe pendant le voyage. Celle-ci s’était immédiatement dirigée vers la grande porte de la Citadelle, n’ayant apparemment pas de monture et ne projetant clairement pas de s’en approprier une. Alors qu’il la vit partir discrètement, Thowind fit tourner son regard vers Livrenti Esmerol. Il ressemblait sur quelques de points à l’historiographe et plaisait déjà au dessinateur, bien qu’ils n’eussent encore l’occasion de vraiment converser ; son visage, sa corpulence et ses sourires qui en cachaient autant qu’ils en exprimaient captivaient Thowind. Il ne semblait pas d’ici et portait des regards curieux et attentifs autour de lui. Une fois encore, il se jura d’en apprendre plus sur cet intrigant compagnon et ses yeux se posèrent enfin sur Hash Tilissy, la jeune rêveuse. Elle ressemblait aux autres rêveurs qu’il avait déjà rencontrés, réservée et un peu en retrait, bien qu’elle semblait connaître la charmante Ophys, ce qui convainquit définitivement Thowind de faire ample connaissance de chacun des membres de l’expédition, sans exception.

      Alors qu’ils entraient dans l’impressionnante écurie aux mille compartiments de la Citadelle, chacune des montures attendait calmement leur propriétaire. Thowind eut un sourire apaisant en voyant Canton, son cheval à la ramure marron, le regarder depuis l’un des box. Il avait décidé de le laisser à la Citadelle plutôt qu’à Al-Jeit, chevauchant plus volontiers dans les plaines du Nord auprès des Frontaliers que dans l’agglomération, certes vaste, mais trop bondée de la capitale. De toutes façons, Thowind ne montait qu’occasionnellement. Il avait reçu le cheval de la part de ses parents quelques années plus tôt, mais n’était jamais vraiment tombé sous le charme des galops effrénés ou des chevauchées contre le vent ; pourtant il avait une relation amicale et sereine avec Canton à laquelle il tenait beaucoup. Ils étaient comme deux vieux amis d’enfance ou deux frères qui se voient à peine et semblent se connaître par cœur. Canton n’avait rien d’un cheval de guerre ou de vitesse, n’était d’aucune race ; monture simple, assez commune, c’était un cheval doux et obéissant, tout juste un peu froussard. D’ailleurs, Thowind n’avait jamais combattu voire même dessiné sérieusement sur son dos. Cette fois, la balade allait être plus longue, aussi préféra-t-il en informer Canton à voix basse, ne sachant jamais s’il le comprenait, mais lui accordant la simple confiance que l’on a entre deux amis.

        « Je ne suis pas très bon cavalier, par contre, lança Thowind en attachant la selle. Il ne faudra pas trop espérer de moi si certains des assauts seront des charges à cheval, mais je ferai de mon mieux. »

      Une fois tous les chevaux prêts et équipés — Canton supportait à la hauteur de sa croupe une gourde, une boîte de désinfectants (sans doute inutiles avec la présence de Hash, mais ne sait-on jamais) et l’arc de Thowind et son carquois en plus de la selle et du dessinateur —, les différents cavaliers se rendirent vers la grande porte. Quelques Frontaliers, certains hauts gradés, les attendait là, ayant poussé les herses de l’imposante ouverture qui s’ouvrait sur l’horizon des Marches du Nord. Le chariot à provision, rempli également de quelques livres et d’un tonneau d’eau, tiré par deux lourds canassons aux poils longs et au regard doux se tenait là ; Marwen Sil’ Feudin, assise à la place du cocher, griffonnait quelques phrases dans son cahier.

        « Bonne chance ! dit un Frontalier. Je pense que votre guide le sait déjà, mais essayez de contourner le plus possible l’embouchure des Frontières de Glace. Hander Til’ Illan tient à recevoir des messages réguliers sur l’avancée de la troupe, tant que vous ne rencontrez pas trop de Hiatus. Que l’âme de Merwyn vous accompagne ! »

      Et sur ces mots, les cavaliers et le chariot s’engagèrent dans les plaines, la porte de la Citadelle se refermant dans un bruit sourd dans leur dos.
    Revenir en haut Aller en bas
    Mercenaire__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 24
    Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
    Messages : 15915
    Date d'inscription : 18/04/2011
    Mercenaire__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
    Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Jeu 21 Juin 2012 - 19:12

    Killian resta droite tout le temps de la cérémonie. Droite, oui. Mais pas au garde-à-vous. Elle observa ses compagnons, allant du Dessinateur à la Légionnaire en passant par leur guide, un certain Lavrenti Esmerol. Seul homme demandé pour l'expédition, il avait hésité à se présenter. Timidité, ou crainte après avoir vu la réaction de la foule pour la Légionnaire, le Dessinateur ou elle-même ?
    Une historiographe fût également nommée, femme sèche serrant son cahier dans les bras. Une professionnelle qui ne se laisserait pas déconcentrer par les autres. Et enfin, une Rêveuse. Aveugle. Killian l'admirait, rien que pour réussir à marcher et se débrouiller sans la vue. Mais l'expédition n'était-elle pas trop dangereuse dans ce cas ? En la voyant, elle voyait Roxane, son amie Rêveuse. Même si elle était l'inverse de la jeune aveugle. Cette dernière était calme et posée, alors que Roxane virevoltait et montrait à tout le monde qu'elle était là. En tout cas, Killian se promit de retenir les noms. Elle avait du mal.

    La foule se dispersa bien rapidement et le Seigneur des Marches leur dit qu'ils partiraient dès l'après-midi. Donc, tout de suite en gros. Killian sourit. Vivement qu'elle soit sur le dos de Taï'Dashar, le vent dans les cheveux, l'aventure devant elle, de nouveaux amis en devenir à ses côtés…
    Elle repéra Leik qui s'éloignait avec les autres. Elle aurait bien aimé lui dire le fond de sa pensée…c'est-à-dire le remercier.

    Revenant à la réalité, elle suivit les autres membres de l'expédition vers l'écurie, pour récupérer leurs montures. L'historiographe se dirigea immédiatement dans le sens inverse. Ainsi, elle n'avait apparemment pas besoin de cheval.

    Dans l'écurie, les chevaux piaffaient d'impatience, comme s'ils savaient ce qui les attendait. Elle sentit Taï'Dashar avant de le voir et se dirigea vers lui immédiatement, alors que Thowind, normalement c'était son nom, allait vers un cheval alezan, qui n'avait rien d'un cheval de guerre, mais qui allait merveilleusement bien avec son cavalier. Qui les prévint que, justement, il n'était pas cavalier émérite.

    Killian sourit sans rien dire. Elle était une bonne cavalière. Elle ne s'en vantait pas, mais elle avait appris au cours des ans. Déjà chez les Frontaliers, puis par ses longs voyages en solitaire.
    Elle entra dans le box de son cheval qui hennit doucement. Elle était heureuse. Elle flatta son encolure et lui murmura de douces paroles au creux de l'oreille. Sa relation avec l'animal dépassait l'entendement. Il la comprenait. Elle le sentait. Et n'obéissait qu'à elle. Il avait une merveilleuse robe noire ébène, qui luisait, montrant des muscles vigoureux et aptes à surpasser les meilleurs.
    Elle l'étrilla, passant sur les balzanes blanches qu'il avait aux jambes, décrassant la longue liste qui courait entre ses yeux alertes, peignant sa longue crinière qui volait si bien au vent. Puis elle le sella et le sortit de l'écurie, avant de grimper elle-même sur son dos. Certains chevaux avait en plus de leur cavalier de quoi se nourrir, boire, ou se soigner. Elle aussi. Mais en plus discret. Ses armes également. Les épées se voyaient nettement chez Ophys, Légionnaire si elle se trompait pas, et Thowind, mais pas elle. Dague, poignard, petits couteaux. Et son corps. Cela servait et elle n'avait pas besoin d'une arme si lourde qu'une épée.

    Les Frontaliers ouvrirent les portes, le grand chariot contenant les provisions et autres produits s'engouffra vers l'extérieur, suivit des autres. Killian vit l'historiographe assise à la place du cocher, son cahier en main, griffonnant déjà. L'histoire, elle ne l'apprenait pas dans les livres. Non, la Marchombre vivait l'histoire. La sienne, comme celle des gens qu'elle rencontrait.

    Un Frontalier leur souhaita bonne chance et les portes se refermèrent délicatement, en silence, malgré leur poids. Ils commencèrent ainsi leur marche, au pas, en silence. La Rêveuse était près d'Ophys. Elles semblaient se connaître. Thowind était à l'avant avec le guide. Et elle, un peu partout. Sous ses jambes, elle sentait le cheval vouloir galoper, loin devant, sentir le vent et admirer le paysage.
    Elle se rapprocha alors de leur guide et dit tranquillement :


    -Je vais vite partir un peu en éclaireur si cela ne vous gêne pas. Je reviens vite.


    Sans leur laisser le temps de répondre, elle lança Taï'Dashar au triple galop, le laissant prendre sa vitesse maximale. Le vent s'engouffrait dans ses cheveux, dans ses vêtements, partout. La crinière de l'étalon faisait des vagues délicieuses qui claquaient sur ses cuisses.

    Le paysage défilait, sous un soleil éclatant. Elle galopa ainsi bien cinq minutes, et arrêta le cheval sur un petit monticule. Juchée debout sur ses étriers, elle observa les alentours. Rien. Pas signe de vie, a part la fumée que dégageait le chariot au loin. Elle prit le trot et revint donc vers lui en disant :


    -Rien à signaler pour l'instant.

    Elle resta près d'eux au cas où ils poseraient des questions. Le guide avait l'air sûr de lui, tout comme elle le paraissait. Elle l'était, mais son instinct de Frontalière n'était jamais partit et elle se méfiait naturellement de tout et craignait légèrement une attaque à chaque instant, même si c'était plus faible.

    Ils apprendraient à se connaître au cours de ce voyage. Elle ne parlait pas spontanément, n'engageait pas la conversation d'elle-même lorsque le besoin ne se faisait pas ressentir.

    Derrière, elle entendait les murmures d'Ophys et …Hash, la Rêveuse si elle se trompait pas.

    Un voyage extraordinaire s'annonçait. Elle en était sûre. Et le vent ne la contredisait pas. D'ailleurs, les autres lui poseraient-ils des questions sur les raisons de son départ de chez les Frontaliers ? Seraient-ils curieux ? Elle ne dirait sans doute pas tout, mais répondrait. Hylis lui avait appris à répondre comme il fallait. Sans trop dévoiler, sans trop camoufler. Marchombre. Finesse, poésie et liberté. Killian était heureuse. Réellement. Et sentait les autres l'être également.

    Cette fois, c'était son nez qui le lui disait. L'odeur générale était de l'excitation. Peut-être de la crainte de la part de l'historiographe, sans plus.

    Il leur faudrait également trouver un endroit ou dormir…
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Faël__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 21
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 2292
    Date d'inscription : 16/08/2010
    Faël__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: 20 ans; Fille B]
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 22 Juin 2012 - 16:00

    Il faisait doux dans la chambre spacieuse. La fenêtre était ouverte, et les longs rideaux blancs ondulaient, doucement soulevés par l’air frai de l’extérieur. Les rayons de soleil, lumineux, caressaient le visage de Süraby, encore étendue sur son lit à cette heure tardive, ses épaisses boucles brunes reposant sur son oreiller en une masse indistincte. Elle ouvrit les yeux alors qu’une bouffée d’air plus forte s’engouffrait dans la pièce et venait la faire frissonner, se glissant sous les draps légers. Inspirant profondément, la faëlle referma les yeux pour apprécier pleinement l’odeur des fleurs sauvages provenant de l’extérieur. Cela faisait prés d’une semaine qu’elle et son amie étaient arrivée d’Al Jeit à la Citadelle. Elles avaient été directement dirigées auprès de Hander til’Illan car Vie avait finit par être appelée aux côtés des sentinelles qui avaient besoin de son aide. Süraby n’avait put l’accompagner, n’étant d’aucune utilité là où elle se rendait. Elle avait alors eu un petit pincement au cœur en adressant ses adieux à la dessinatrice, s’étant attachée à elle durant les jours précédents passés à ses côtés. Une fois son départ pris, Süraby fut attirée par le fait de pouvoir ce reposer et découvrir la Citadelle et ses moindres recoins. Ainsi que la culture Frontalière, naturellement. En vue de la classe sociale dont provenait Vie, la jeune fille avait put disposer d’une chambre tout à fait convenable, et à vrai dire modeste mais très, très confortable, ce qui ne lui arrivait jamais, elle qui passait ses nuits et fin de soirées dans les auberges aussi douteuse que leur fréquentation, dans les quartiers mal famé des grandes villes qu’elle visitait lors de ses voyages. Comme celle où elle avait rencontré Vie.

    Elle s’extirpa lentement de son lit, déliant doucement ses jambes, encore endormie. Elle se pencha par la fenêtre qui donnait vue sur une place dont elle ignorait le nom. Une effervescence qu’elle ne connaissait pas à cet endroit c’était emparée des lieux. Vaguement surprise elle ne prêta pas réellement attention au discours du roi de la Citadelle pris en route, frissonnant dans sa chemise légère sous les pâles rayons de soleil. Il faisait un peu frai pour une fin d’été. Elle rentra dans sa chambre et troqua sa tenue de nuit contre une robe marron et . En effet ces derniers temps elle avait eu la nostalgie des fêtes passée dans les villages et ne revêtait plus ces tenues de voyages ni ne s’attachait les cheveux. Elle avait passer le clair de son temps à flâner, admirant l’architecture superbe des bâtiments, observant les frontaliers s’entrainer - elle avait d’ailleurs était sidérée par le plaisir qu’ils prenaient à combattre, étant très pacifiste de son côté malgré ses excellentes aptitudes - ou encore sortant Elundrïl dans les immenses plaines voisines, mais là encore refusant de se compliquer la vie elle le sortait en simple licol et prenait la longe en guise de filet, ne souhaitant pas perdre de temps à harnacher en entier le petit cheval. Il allait falloir remédier cet état oisif ou elle sombrerait dans la fainéantise. Une fois habillée elle faisait rapidement son lit et descendait dans la salle commune où se prenait les repas. Dans ces parties de la Citadelle qui accueillait les étrangers on pouvait trouver à peu prés n’importe qui. C’est comme cela qu’elle avait rencontré un petit groupe de faëls. Elle n’en connaissait aucun car il ne venait pas du même endroit du Pays que sa mère, le grand père de Süraby étant chef de clan de son village elle aurait reconnu n’importe quel faël en provenant, même si après la fugue de sa mère elle et sa famille n’était pas allé très régulièrement là bas. Intrigués par la peau presque laiteuse de Süraby et sa grande taille - elle tournait autour du mètre soixante mais faisait bien une demi tête de plus que le plus grand - ils étaient venus à sa rencontre et ensemble avaient parlés et rit un petit moment. Cet esprit soudé entre eux, Süraby aurait finit par le fuir un jour si elle avait choisit de vivre à leurs côtés car elle l’aurait trouvé étouffant à long terme. Mais leur vision des choses approchait tout de même beaucoup de celle de la demi-faëlle et elle passait un agréable moment avec eux.

    Le serveur l’observait de l’autre côté du petit comptoir de la salle, un sourire étirant ses lèvres. Süraby n’était pas d’un naturel bavard mais elle était souriante ainsi elle lui rendit le sien avec entrain. C’était un homme d’une trentaine d’année. Frontalier retraité prématurément pour la perte de sa jambe, elle l’avait trouvé un peu envahissant aux premiers abords mais il s’était avéré sympathique et respectueux. Juste curieux car en effet si Süraby, en ville, était la plupart du temps vue comme une faëlle et on se contentait de la regarder curieusement, pas toujours discrètement soit dis en passant. Elle n’y était pas habituée mais les gens d’ici prêtaient plus d’attention aux détails, et les demi-faëls ne couraient pas les rues...


    - Alors, on a encore trainé au lit ?

    Elle rit pour toute réponse et saisie une viennoiserie sur le comptoir avant de mordre dedans. Elle menait une vie de profiteuse, il fallait bien l’avouer. Elle jeta un coup d’œil dehors ou l’assemblée commençait à se dissoudre, un groupe se détachant et se rendant vers les écuries. Elle n’avait plus aucune notion de l’heure, cela en devenait presque affligeant. Après s’être renseignée à ce sujet auprès du serveur qui parti d’un grand rire face à la mine déconfite de la jeune fille lorsqu’il lui annonça l’heure, elle rit avec lui et repris son habituelle décontraction, son moment d’indignation passé. Tout de même intriguée par se mouvement inhabituel, elle voulu demander des informations. Elle désigna l’attroupement à l’homme :

    - Pourquoi ce rassemblement, et en plus avec la présence du grand Chef en personne ?

    - Tu sais que ça fait plusieurs semaines qu’on en parle de partout !

    Là encore elle eu droit a de faux reproches. Apparemment cela faisait un moment que le seigneur des lieux avait convoqué des alaviriens de renom pour organiser une quête vers Al Poll pour lever le voile de mystère qui s’était déposer sur la ville au fil du temps. Le convoi aller partir d’une minute à l’autre et Süraby avait peu de temps pour se décider. Ce type de voyage la connaissait bien. Elle vivait presque essentiellement de cela, allant de convoi en convoi, occupant différentes taches : les défendre ou tout simplement faire la cuisine, aider à l’entretient du matériel, des bêtes... Mais cette fois c’était bien différent, une mission officielle, à laquelle elle n’avait certes pas été conviée mais d’après ce qu’avait dit le serveur elle ne devrait certainement pas déranger vu la situation actuelle de l’équipe. Vers une ville inconnue, entourée de mystère. Elle mourrait d’envie de s’y rendre mais elle allait devoir se dépêcher. En fait elle finit son petit pain, demanda ou plutôt ordonna littéralement à l’homme de lui préparer des vivres avant de monter les escaliers quatre à quatre et entra en rafale dans la chambre. Il fallait être méthodique, dans son empressement elle ne pris pas le temps de se changer ni de se coiffer, réfléchissant plutôt aux arguments pour convaincre les convoyeurs de la prendre avec eux. Ça ne serait pas compliqué, elle en avait aidé beaucoup et ses employeurs avaient toujours étaient satisfaits. De plus, véritable tête brulée, elle réussirait forcément à les faire craquer. Elle fit son baluchon à la hâte, sortit rapidement ses poignards d’un tiroir qu’elle rangea dans son sac, se jeta à quatre pattes pour saisir son arc, dissimulé sous son lit.

    Elle sortit en trombe de sa chambre, vola au dessus des marches, atterrit souplement au sol et récupéra le sac de provisions que lui tendait le serveur, le remercia de son plus beau sourire et lui lança un ‘adieu’ rapide avant de s’élancer en direction des écuries, courant sur la route dallée. Les regards interloqués se retournaient sur elle. En effet, une demi faëlle chargée de bagages dans une robe corsetée et courant comme si ça vie en dépendait avec sa crinière folle bâtant son dos le tout au beau milieu de frontaliers ne passait pas inaperçue. Elle arriva devant le box d’Elundrïl qui la contempla, surpris, habitué à un certain calme et une certaine sérénité venant de la faëlle. Elle souffla de soulagement en constatant qu’il ne s’était pas coincé cette nuit comme il avait l’habitude de faire lorsqu’il dormait en box. Elle lui fit un pansage grossier, privilégiant les zones fragiles et l’harnacha rapidement, c'est-à-dire une fois de plus qu’en licol. Peut importait, elle récupérerait sa selle au retour... Elle le fit boire à l’abreuvoir disponible au dehors de l’écurie, se mit en selle et arriva devant la grande porte. Elle se présenta comme l’accompagnatrice de Vie Van’Keullian et exprima le souhait de rejoindre le convoi pour Al Poll. Les gardes en poste lui indiquèrent la direction prise par le chariot non sans lui faire remarquer qu’elle était la deuxième retardataire à passer par là, et cette pensée sembla les faire sourire. Elle ne se posa pas de question, suivant le chemin indiqué. Elundrïl était très motivé. Tant mieux. Elle le lança au galop et arriva bientôt à la hauteur d’une jeune femme... à pied ? Intriguée, Süraby repassa tranquillement au trot se qui fit renâcler El’ et s’approcha de la coureuse. Car en effet, elle courait et avait l’air un peu essoufflée. Les paroles des gardes et leur hilarité revinrent alors à la faëlle.


    - Excusez moi, c’est vous qui êtes voulez rejoindre le convoi ?

    Elle avait de longs cheveux blond/roux et continuant de courir elle tourna sa tête vers elle, posant sur elle ses yeux émeraude. La faëlle fut frappé. Elle l’avait déjà vue quelque part, elle avait bien la mémoire des visages. Son air jovial, un peu estomper par l’effort de la course, lui ramena son prénom. Roxane ! La rêveuse rencontrée à Feriane, retrouvée accrochée à un arbre au beau milieu de la nuit. Haletante, elle souffla avec difficulté :

    - Je... je... s... uis... en... retard !

    - Grimpe, j’y vais aussi...

    Elle tendit la main et la fit grimper à derrière elle. Elle allait engager la conversation avec la rêveuse mais Elundrïl qui s’impatientait en décida autrement. Il partit dans une course folle et bientôt le seul bruit que purent entendre les cavalières fut le vent... El’ était petit, plus musculeux que fin, une robe pie qui attirait l’hostilité mais pourtant il possédait un grand cœur... et un caractère de poney têtu. Il hennit de plaisir et se redressant de toute sa hauteur lança un peu plus avant les antérieurs. Süraby se mit à rire et grisée par la vitesse, ne se rendit pas tout de suite compte du convoi qui s’approchait maintenant rapidement, ni de l’étau qui lui broyait les côtes. Avant qu’elle n’a eut le temps de se redresser ils dépassaient le chariot et ses accompagnateurs. Reprenant le petit cheval, elle l’arrêta, flattant son encolure et retournant vers l’attelage, s’arrêtant devant celui-ci. Elles avaient tous ses arguments en tête, déterminée. Elle mit donc pieds à terre en passant souplement ses pieds par-dessus l’encolure de son cheval qui, maintenant avec des compagnons de son espèce, resta tranquille. Elle fit descendre Roxanne et lui avança un sourire navré. Elle s’excusa devant sa petite mine et se tourna vers les convoyeurs.
    Elle leur fit face chacun leur tour, analysant tranquillement les différent membres juste pour se donner une idée, conservant un sourire détendu. Une femme sèche, d’un certain âge, dédaignant à peine levait la tête de son cahier posé sur ses genoux. Peu avenante. Une jeune fille rousse à l’aspect fragile. Elle ignora ce qu’elle pouvait bien accomplir au cœur du convoi. Un homme que Süraby se plut à comparer aux danseurs et chanteur qui accompagnaient à l’époque l’attelage de sa famille à cause de ses longs cheveux et de sa légère barbe. Il arborait cependant un air trop réservé et sa peau basanée témoignait d’une activité d’extérieur. Non, il n’était là ni pour chanter ni pour danser, peut être assistant de la femme, qui sait... Un autre homme, en armure. Celle-ci était la première qu’on apercevait lorsqu’on posait les yeux sur lui, rayonnante. Guerrier, assurément. Une autre cavalière, sur un cheval, il fallait le dire, juste magnifique. Elle se démarquait elle-même par de magnifiques yeux verts et une chevelure violine peu commune. Une guerrière également, par le port des armes et la posture. Enfin une jeune femme brune plus discrète et gracile, certainement guerrière elle aussi mais quelque chose de plus subtil l’indiquait, que la faëlle ne sut identifier. Parfois les choses lui échappaient.


    - Bonjour ! Nous souhaitons nous joindre à vous.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Haïnouk__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 23
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 252
    Date d'inscription : 04/01/2011
    Haïnouk__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Homme; 26 ans.
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 22 Juin 2012 - 21:32

    Lavrenti se pencha légèrement vers l'avant, examinant la troupe qui était à présent complète. Un homme un peu plus jeune que lui qui dégageait à la fois nervosité et maîtrise de soi, intelligence et puissance, et impatience. Quoi qu'il portait un long sabre, il n'était pas tel un guerrier, de marbre face à toutes émotions, à toutes situations. Le sculpteur de branches sentait que le dessinateur voulait bien paraître, qu'il était important pour lui de faire bonne impression -contrairement à Lavrenti qui avait été, et était, tellement solitaire qu'il n'était que lui, dans toutes situations- mais Lavrenti aimait quelque chose en lui, quoi qu'il ne l'avant que deviné; son humanité. Puis il y avait la Marchombre. Lorsque la jeune femme avait annoncé son appartenance à la guilde, Lavrenti avait sourit. D'ordinaire, les Marchombres ne se déclaraient pas ainsi ouvertement. Celle-ci était plus ouverte, lui semblait-il, moins ordinaire. Moins mystérieuse, pensa-t-il en premier lieu, avant de se rectifier; mystère il y avait dans l'abandon de l'identité frontalière, dans son regard, sa démarche. Le voyageur aimait bien le mystère qui englobe ceux que l'on rencontre, comme une sphère solide et tout d'abord impénétrable qui recouvre un individu, puis qui, à mesure que le temps passe, se désintègre par espaces pour laisser entrevoir les vraies couleurs qui composent la personne. Les vraies couleurs, au lieu de la couleur de la sphère, vue de tous, qui est teintée intentionnellement et stratégiquement par l'individu. Les individus, Lavrenti savait qu'ils possédaient tous leur série de couleur qui leur était propre. Il aurait fait la comparaison avec le spectre de lumière que chaque élément chimique émet de façon unique, s'il l'avait su. Et pourtant, malgré ces magnifiques combinaisons, l'homme voyait trop souvent ces individus se construire une sphère, grise, qu'ils arboraient en société. Et le monde devenait gris. En voyant ces gens autour de lui, toutefois, l'ex-Fils du Vent vit plutôt des couleurs au lieu d'un gris. Cela le rassura.

    Il continua à observer les membres de la troupe, alors que cette réalisation devenait plus prononcée dans son esprit. La jeune rêveuse aveugle se tenait parmi eux, tranquille, calme. Sereine. Le respect se forma en lui; cette rêveuse était jeune, elle avait une dizaine d'année de moins que lui, et malgré cela elle se trouvait là, avec eux, à participer à une expédition dangereuse. Elle était aveugle, mais elle voyait d'une façon bien différente; son indépendance et son courage le prouvaient. Puis la légionnaire attendait, droite, qu'Hander Til'Illan prononce la conclusion de l'assemblée. L'attention de l'errant fut capté un instant par le bleu éclatant de ses yeux, sur lequel il dévia, comme si son regard glissait sur la concavité du globe oculaire. À son côté se trouvait l'historiographe qui patientait, puis qui se tourna vers le Seigneur des Marches du Nord lorsqu'il prit la parole. Lavrenti Esmerol le regarda aussi, de ses yeux perçants d'intérêt et de focalisation désinvolte.


    -Voyons, il est inutile que vous perdiez du temps ! regardez, le soleil fait une apparition. Et puis partir maintenant sera le meilleur moyen de faire connaissance, non ? Une nuit de plus dans les plaines, une nuit de moins ! Nous sommes seulement en début d’après-midi et vous serez encore trop près des avant-postes frontaliers pour craindre une attaque de Raïs ou de Loups du Nord, c’est une certitude ! Ce qui, en revanche, ne sera pas le cas si vous partez demain matin et progressez toute la journée. Vous ai-je convaincu ? Allons ! préparez vos chevaux, le chariot avec les vivres doit être déjà prêt à la porte de la Citadelle. Ne vous faites pas attendre !

    À l'annonce du départ imminent, le voyageur eut un rire discret, joyeux.
    Spontanéité. Comme il respectait ce mot; en effet, il avait été, sans que l'homme ne le fasse exprès, à la base de son existence. Comme pour se le souligner, il caressa le bandeau qui repoussait sa chevelure; un tissu qui avait un jour capté le vent d'un navire des Fils du vent. Qui avait été tissé par son peuple et qui était devenu voile. À présent il était vestige profond et puissant du passé, parmi ses souvenirs et son identité. Spontanéité. Lavrenti était ravit d'entendre que le départ se ferait ce jour-même, alors qu'ils pensaient tous qu'il aurait lieu le lendemain, ou le surlendemain.
    Hander Til'Illan se leva puis sortit promptement; il avait, en effet, autres choses à faire. L'assemblée se termina donc soudainement; par l'absence du Seigneur, et tous se levèrent et se dispersèrent. Marwen __ quitta aussitôt l'endroit, comme si elle était habituée à de tels voyages que le geste devenait mécanique. Lavrenti sortit au hasard, sans destination précise. Il s'arrêta dans le grand air et respira un moment les restes de l'air du matin, puis gagna les écuries. Les écuries de la Citadelle étaient énormes. On avait placé leur chevaux dans une partie séparée, mais liée, de l'endroit où étaient placés les chevaux des maîtres du Nord et les chevaux de guerres de Frontaliers. En entrant, Lavrenti avait l'impression d'être en présence de centaines de bêtes qui piaffaient, mangeaient, respiraient. Ce n'était pas opprimant cependant, loin de là. Le Sculpteur de branches retrouva Iaknill sans problème, car ce dernier hennit en sentant de son odorat affiné l'odeur de Lavrenti qui s'approchait. L'ex-Fils du vet se dirigea vers lui et tapota son flanc gris.


    -On vient à peine d'arriver et on repart. J'espère que tu es reposé, mon gars.

    Il s'empara de sa selle, puis petites que les selles ordinaires, et la posa sur se dos du sa monture. Il passa la main sous son cheval pour attraper l'attache, en se parlant à lui-même, et termina de seller Iaknill. L'homme fut soudain prit d'un besoin de s'étirer, ce qu'il fit, puis par ses mouvements il reçut soudainement une odeur, légère mais malodorante, qui provenait de son propre corps.

    -Hm. Pas le temps de prendre un bain, désolé Iaknill, va falloir que tu endure. De toute façon, tu pues toi aussi.

    En moins d'une minute, Lavrenti attacha ses possession -outils de sculpteur, gourde. nourriture, poignard- à la selle et fut prêt à partir. Il sortit donc de la case dans laquelle on avait placé son cheval et se dirigea vers la sortie, en regardant une fois derrière lui pour s'assurer que Iaknill suivait. En sortant, le Sculpteur de branche fut éblouit par la lumière du soleil, ce dernier prenant sa place dans les hauteurs du ciel, qui faisait raccourcir les ombres. Au moins la température n'est pas écrasante, se dit-il. Le voyageur marcha vers ses compagnons de voyage qui se rassemblaient autour du chariot. L'historiographe rédigeait déjà quelques lignes. Iaknill arriva derrière lui et lui mit son nez dans le cou. L'homme attendit que la troupe soit complète et prête à partir, puis se mit en selle. Ils se dirigèrents vers les portes de la Citadelle qui s'ouvraient sur la nature sauvage qui les observait, accueillante -aux yeux de Lavrenti. Un Frontalier leur souhaita bonne chance, en leur conseillant d'éviter les Frontières de Glaces. Puis ils furent seuls dans la plaine, à l'extérieur des murailles de la Citadelle. Se crurent seuls. Deux cavalières sur une même monture surgirent soudainement, les dépassèrent puis revinrent à leur hauteur.

    -Bonjour ! Nous souhaitons nous joindre à vous.

    Il fut bientôt évident qu'elles étaient les bienvenues et la troupe s'agrandit à nouveau. Lavrenti, heureux, chevauchait à l'avant aux côtés de Thowind . L'air était calme et l'errant avait le coeur léger; l'expédition débutait. La Marchombre s'approcha à leur hauteur puis décida de partir en éclaireuse. Elle revint au bout d'un moment, sans rien à signaler. Lavrenti hocha la tête, par vraiment inquiet. Ils étaient encore à proximité de la Citadelle, peu nombreux étaient les bêtes qui s'y risquaient. À côté de lui, le dessinateur semblait s'accoutumer graduellement à l'équitation. Cela dit, il était loin, très loin, et Lavrenti aussi d'ailleurs, de posséder l'adresse de Killian qui avait filé comme une flèche quelques instants plus tôt. L'arrivée de la Faëlle avait aussi été pour lui une joyeuse surprise. Il ne la reconnaissait pas, cependant. Cela faisait déjà six années que Lavrenti avait mis fin à son long séjour chez ce peuple, aussi peut-être n'avait-il pas vécu au même endroit qu'elle. Le Sculpteur de branche était enchanté par les différentes personnes qui composaient la troupe, fasciné par chacun.
    Le voyageur avait une idée où la troupe pourrait s'arrêter pour la nuit, mais ne savait c'était à qui de l'approuver. Ils n'avaient désigné de chef d'expédition, ce qui ne dérangeait aucunement Lavrenti, aussi bien annonça-t-il à qui voulut l'entendre :


    -Je connais un endroit où l'on pourrait s'arrêter pour la nuit. À ce rythme, on y serait un peu avant le coucher de soleil. Ça nous ferait une longue chevauchée mais c'est un endroit abrité et plus ou moins sécuritaire.

    Au loin, la Citadelle s'éloignait alors qu'ils s'immergeaient dans la nature, dans le danger de l'imprévisible, dans l'aventure de l'incertain. Lavrenti crut que cela pourrait rassurer ceux qui ne voyageaient pas souvent de savoir qu'ils auraient un endroit où se reposer.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 22 Juin 2012 - 23:08

    L'appel cessa et Ophys fit disparaître son sourire d'accueil pour arborer avec fierté l'allure légionnaire. Certainement pas pour écraser ses compagnons de sa présence, mais pour marquer l'Assemblée de l'activité de la Légion Noire au sein de l'Empire. Dans l'esprit de la guerrière, il s'agissait d'une question d'étiquette et de tenue lors d'une réunion politique, et non pas de prétention. Ophys respectait énormément l'étiquette mais il lui était insupportable de contraindre son corps à l'asphyxie, tenaillé par les plaques de métal que formaient son armure de vargélite. Lors de son voyage jusqu'à la Citadelle, elle avait pris l'habitude de se vêtir uniquement de quelques pièces de métal et de cuir assez souples, qui lui avaient rendu le chemin agréable. Lors de cette réunion, elle avait retrouvé la rigueur militaire. Hander Til'Illian, avec la finesse dont son esprit était façonné, annonça souriant le départ de la petite expédition. Sans ajouté quoi que ce soit, Ophys se dirigea aux côtés de Hash à l'écurie. La légionnaire ne jeta pas même un regard à la foule qui avait déjà détourné ses yeux de la troupe. Elle dirigeait simplement et avec bonne humeur son amie rêveuse, qu'elle avait retrouvé avec délice, dans les couloirs de la Citadelle en direction de l'écurie. Elles étaient arrivés auprès des chevaux, entourées de leurs nouveaux compagnons, lorsque la légionnaire se tourna vers Hash et lui demanda avec gentillesse :

    -Tu as pu te procurer un cheval pour l'expédition ? Au regard de Hash, elle comprit bien que non. Alors, dans ce cas, va demander au frontalier qui se trouve au fond de la salle, à gauche. Elle ajouta dans un murmure amusé : Et ce Loup, où se cache t-il ?

    Dans un sourire, elle laissa Hash partir à la recherche de l'écuyer qui patrouillait près de la porte de sortie. Ophys était certaine que le frontalier laisserait à la rêveuse une monture, aussi elle se détourna d'elle dans le but d'aller chercher ses affaires. Mais la voix du Dessinateur l'avait distraite et elle lui jeta un coup d'oeil enjoué et lui répondit doucement :

    -C'est vrai, j'ai fais quelques voyages de ce genre là, mais très peu et jamais aussi loin dans le Nord. Je suis encore bien trop jeune et trop peu reconnue à la Légion Noire pour avoir de telles responsabilités. Je voyageais avec uniquement un guide et une troupe de quinze légionnaires, tout l'opposé de cette expédition en somme. La voix de la légionnaire avait été teinte d'une ironie amusée et le coin de ses lèvres était plissé.

    Son regard se perdit et elle poursuivit très rapidement la quête de ses affaires, qu'elle avait confié auparavant à l'écuyer. Ophys vagabonda entre les chevaux et leurs cavaliers sans dire mot, trop affairée à retrouver en vitesse son harnachement et son sac. Elle les retrouva et s'en saisit très rapidement, ses compagnons étant en train de quitter l'écurie avec leurs chevaux. Ophys les suivit de loin, portant sur son épaule le filet de Flamerole et dans ses bras, sa selle de cuir. Elle trouva la situation pittoresque, elle, guerrière à la célèbre Légion Noire et cavalière émérite, marchant derrière ses camarades, parée des nombreuses affaires de son cheval. Sans cheval. Elle en sourit et, arrivée à la Grande Porte, elle rattrapa le chariot pour y poser son matériel. Sans se justifier, elle grimpa à l'arrière du chariot en un bond gracieux et s'installa confortablement en regardant tout ces volontaires qui l'accompagnait. Thowind, le Dessinateur, avait enfourché un cheval alezan, robuste, loin de l'allure nerveuse d'une monture de guerre, et c'était peut être cela qui rendait le Dessinateur si à l'aise sur ce cheval à la tête agréable. Le Maître Marchombre, elle, montait un cheval bien différent de celui de Thowind. C'était un grand cheval ébène, doté de quelques marques blanches. Ophys, en regardant ses pieds dansant sur le sol, l'imagina nerveux.

    L'ébranlement du chariot tira Ophys de ses songes et elle jeta un regard piqué à la conductrice, l'historienne du groupe, qui semblait conduire cet attelage avec nonchalance, n'ayant sûrement pas remarqué la présence de la légionnaire à l'arrière. Ophys traversa le chariot de toute sa longueur et vint s'assoir aux côtés de l'historienne, celle-ci crispée par son arrivée surprise . Elle l'avait sûrement pensée à cheval, comme tous les autres. La guerrière la rassura et lui expliqua que, pour l'instant, elle n'aurait pas de cheval, mais que ce problème n'en serait plus un dans quelques temps. Enfin, elle l'espérait. Le galop déchaîné d'un petit cheval pie traversa ses paroles et les estompèrent. Le poney dépassa le chariot et les cavaliers de tête, s'arrêta face au convoi et Ophys aperçu une ombre gracieuse bondir de son dos. La jeune femme, car il s'agissait bien d'une femme à peine majeure, aida une adolescente à descendre de la monture et se tourna vers eux, déterminée. La plus âgée des deux était une belle fille rousse, habillée d'une robe marron, étrange pour une cavalière. Enfin, la plus jeune, avait encore l'air dépassée par la cavalcade. Elles se proposaient pour participer à l'expédition. Ophys ouvrit aussitôt la bouche dans l'intention de dire quelque chose, mais elle fut prise de court par ses compagnons et les demoiselles furent conviées à intégrer la troupe. L'historiographe avança un peu le chariot pour s'approcher des deux jeunes filles pour qu'elles soient à proximité. Ophys se pencha aussitôt hors du chariot et sourit aux demoiselles.

    -Bonjour, je n'ai rien contre votre présence mis à part que je souhaite tout de suite savoir votre nom, votre guilde et pourquoi vous souhaitez nous rejoindre, dans une expédition vers Al-Poll. Je m'appelle Ophys, dit-elle en un sourire et en leur tendant la main. Dans son geste, elle tourna la tête vers la plus petite et lui dit avec franchise : Et toi, je veux savoir ton âge.

    La troupe se remit en route, laissant derrière eux la Citadelle et s'enfonçant dans le paysage à la fois somptueux et parasite de la nature du Nord. Ce fut lorsqu'elle questionnait les deux jeunes femmes sur leur envie de les accompagner jusqu'à Al-Poll qu'elle vit du coin de l'oeil la Marchombre partir au galop, droit devant le chariot, espaçant la distance entre eux. Elle avait prétexté une courte escapade en éclaireur, mais Ophys avait bien vu que son cheval n'avait eut qu'une envie : partir affronter le vent dans une course effrénée. Killian revint quelques minutes plus tard, sans annoncer un quelconque danger ce qui rasséréna explicitement la voisine d'Ophys dont les mains s'étaient subtilement mises à trembler au départ de la Marchombre. Replongée dans ses pensées, la légionnaire voyait désormais très mal la Citadelle et elle décida d'aller chercher son étalon, qui devait ben s'amuser dans les plaines nordiques. Elle le savait près d'eux, elle savait pertinemment qu'il les regardaient, les sentaient et les suivaient de loin, attendant avec impatience qu'Ophys siffle pour l'appeler. La légionnaire rajusta son épée dans son dos et dans un bond, quitta le chariot. On aurait pu la croire lourde de métal et de disgrâce, comme tout bon soldat de la Légion Noire, plus terre à terre que aérien. Ophys retomba souplement sur ses pieds, sans un mot et s'éloignant de l'attelage. Un peu éloignée, elle regarda autour d'elle et ne vit que l'équipage et une nature sauvage, absorbante, mortelle. La légionnaire siffla une mélodie, son sifflement, comme d'habitude, embrassa l'air et envahit l'espace. Un hennissement lui répondit et avec joie et soulagement, Ophys vit sortant d'un bosquet la masse flamboyante de son étalon qui la rejoignait avec engouement. Arrivé à elle, il piaffa de ravissement devant la guerrière et celle-ci flatta généreusement son encolure et ses flancs. Elle lui murmura des mots pleins de son amitié et de douceur et sans élan, se jucha sur son dos roux. A cru, elle laissa Flamerole partir dans un petit galop très lentement pour rejoindre le convoi. Elle sentait bien que son compagnon était heureux de partir en voyage, tout comme sa cavalière qui elle, intérieurement, exaltait de joie. Elle vint se placer aux côtés de Hash, qui montait avec assurance son nouveau cheval.

    -Alors, as-tu ouvert le cadeau que je t'ai offert ?
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Dim 24 Juin 2012 - 15:14

    La réunion finit, tous le monde partit pour se préparer. J'allai au écurie avec Ophys, que j'avais retrouvé avec joie. Arrivées devant me demanda si j'avais un cheval. Je refléchissai un moment. Au départ je voulais voyager en charette, comme l'historienne, mais maintenant que Ophys me le dit. Monter à cheval me manque. C'est décider, j'irai trouver le frontalier dont elle m'a parlé. Je lui réponds, avec une sourire amusé aux lèvres.

    -Il est pas bien loin, mais je préfère qu'il se montre pas tout de suite. Je préfère qu'il se montre plus tard, et je crois qu'il peut nous être utile. Mais je ne t'ai rien dis n'es pas?

    Je posai un doigt sur mes lèvres, partis derrière l'écurie. Après avoir regardé autour de moi, je sifflai un air bref. Des foulées presque silencieuse s'approchèrent. Lobo vint se blottir contre mes jambes. Je m'accroupis, enfouissant mon visage dans son collier épais de fourrure.

    -On va pas tarder à y aller. Mais je vais te dmander quelques chose, et s'il te plait fait le. Ne te montre pas. Suis nous de loin. Promis je viendrai te voir tout les soirs. Daccord?

    Une dernière caresse et je me redressai, entrant par la porte de derrière dans l'écurie. La chance me souriais car je ne mis pas longtemps à trouver le frontalier que m'avait Ophys. Je lui exposai ma demande. Il réfléchis quelques instants, puis m'entraina jusqu'à un box. Il ouvrit la porte, l'occupant ronfla.

    -Je vous présente Hérebus. C'est un étalon qui est peu monté car il a un caractère très particulier. Selon les personnes il peut être sauvage, comme être aussi doux qu'un agneau. Et je ne sais pas si cela va vous aider, mais il est blanc truité..

    Lentement je posai mon bâton sur le sol, et entrai dans le box. Les sabots du cheval se mirent à piétiner la paille qui recouvrait le sol de pierre. Mais je continuai à avancer, levant ma main devant moi. Quand il ne bougea plus, je m'arrêtai. Je l'entendis avancer, il souffla par les naseaux. Son souffle vint me chatouiller le visage, et voler mes cheveux. Je ris, et cela sembla lui convenir, car son museau vint se poser contre ma paume. J'arrêtai de rire, et commencai à le "regarder". Son chanfrein était droit, ma main continua le long de sa joue, son encolure musclé lui permettai de tenir sa tête d'une allure fière, provoquante. Sa crinière coupée en brosse presque inexistante. Son était solide, ses jambes étaient longues et solide. C'était un cheval qui était fait pour mener des combats, foncer sans peur sur les troupes ennemis. Pas à porter une jeune fille aveugle. Mais pendant tous mon examen il n'vait pas bouger, et c'est cela qui me toucha. Il avait ressenti que je n'étais pas comme les autres... Sans me tourner vers le frontalier, je le remerciai. Il nous laissa seuls, en me souhaitant bonne chance. Toujours avec douceur, je le pensai et l'anarchai. Après eu fini, je ramassai mon bâton et le guida par la bride.. Non rectification, il me guida dehors, près des autres qui étaient prêt à partir. Sans aucune aide, je grimpai sur Hérebus. Dès qu'il me sentit sur son dos, heureux, il se mit à piaffer sur place. Je souris, ne touchant pas aux rênes, je le laissai se calmer. Mais ses quelques pas me fis penser à une dance, et me fis sentir toute la puissance qu'il possédait. Quand on se mit en route, je n'eu qu'a serrer les jambes pour qu'il se mette en route.

    Je decidai de rester au côté de la charette. Le dessinateur et le guide se tenaient à l'avant, et la marchombre était parti en éclaireuse. Elle revient en disant qu'il n'avait rien vu. On était encore trop proche des zones habités, mais le danger n'allait pas tarder à venir. Je tendis l'oreille, mais je n'entendis pas Lobo, mais je sentais qu'il était proche, invisible. Il pourra surement nous être utile avec les loups du Nord qu'on va surement rencontré.
    L'historienne ne prononcai aucunes paroles, et ceci m'allai tous à fait. Je pus me plonger dans une réminicense. Mais j'en fus sorti par un coup de vent provoqué par un galop. De nouveaux arrivants? Ils attisèrent ma curiosité. Quelqu'un vint marcher à mes côtés. Ophys.

    -Oui je l'ai ouvert, et merci. Attends.

    Je plongeai une de mes mains dans les fontes posées de chaque côté des flancs de Hérebus, derrière ma selle. Des petites pattes griffues vinrent prendre se poser dans ma main. Lentement je sortis le cadeau de mon amie à l'air libre. Faisant toute confiance en ma nouvelle monture je mis mes mains en coupe, le rongeur en leur creux.

    -Même si je n'ai pas encore essayé d'envoyer un message avec, simplement le fait qu'il soit une compagnie en plus me suffis largement. Mais comment l'as-tu eu? Et toi que deviens-tu depuis la dernière fois, même si cela fait peu de temps, et en enfin qui son les nouveaux venus?
    Revenir en haut Aller en bas
    Rêveur__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 21
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 8130
    Date d'inscription : 22/09/2010
    Rêveur__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Femme, 20 ans
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Lun 25 Juin 2012 - 13:46

    -YAAAAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !

    Pour ceux qui espèrent que ce cri est simplement un cri de joie venu du plus profond du cœur, remerciant une quelconque personne…C’est rapé.
    Faute de quelqu’un qui accompagne notre jeune Roxane, il ne peut tout simplement pas s’agir d’un « merci » lancé gaiement. Non…Je dirai plus que cette onomatopée figure dans les innombrables bêtises de la rêveuse.
    En effet, en ce merveilleux jour ensoleillé, la jeune femme s’était fait un pari à elle-même : puisque arrivée depuis peu, ne connaissant absolument personne à Al Jeit. Et quelle était la meilleure façon de se faire pleins d’amis ? Amuser le publique, bien évidemment. Et, pour ceux qui connaissent Roxane, c’est chose facilement faite.

    -C’est qui cette cinglée ?!

    -Johnyyyy ! Fais attention ! Elle va t’écraser !
    Sauf que sa mise en situation avait mal tourné. Elle s’était imaginée chantant en plein milieu d’une fabuleuse place et se voyait déjà en train de saluer sous les multiples applaudissements…Et même des bouquets de fleurs lancés à son attention !
    Seulement…Avec sa maladresse, cela avait légèrement dégénéré. Et part légèrement, je veux dire sérieusement.
    La demoiselle s’était bien présentée au milieu de la place et avait bien commencé à scander des chansons plus idiotes les unes que les autres, de sa propre création. Mais les hommes et les femmes, de mauvais poils, n’appréciaient guère son sens inné de l’art de la chanson et certains même l’avaient poussée…Dans un chariot de foin. Qui, évidemment, n’avait pas les freins enclenchés (y’a des freins à l’époque ?…Bwah !).
    Et, inévitablement, sous le poids de la rêveuse, il avait déboulé toute la place, sans qu’elle ne sache le contrôler.
    Maintenant, trop heureuse de la vitesse de l’engin, elle hurlait à qui voulait l’entendre, assise sur le tas confortable de la paille.
    Vous imaginez tout de suite la suite.

    -Attention mademoiselle !

    Le mur était fatal. Sa descente entre les rues d’Al-Jeit, les passants évitant comme ils le pouvaient la furie du chariot, se termina contre un mur de pierre…Vous me direz, il y a plus sympa comme atterrissage…Mais soit. Il faut bien que Roxane soit punie.
    Pour ceux qui s’inquiètent, je les rassure tout de suite : la demoiselle n’a absolument rien du tout. Grâce à la paille, elle évita soigneusement toute forme de blessures. Par contre, pour ce qui est du chariot…
    Vous pouvez prier en sa faveur.

    -Ouaw…ohoh…haha…

    Roxane se releva comme elle put, vacillant dangereusement. Et c’est en reprenant ses esprits qu’elle entendit des gens non loin parler d’un certain convoi…Comme elle entendait aussi une foule en colère crier après elle, elle ne demanda pas son reste et questionna rapidement les passants sur les caravanes parties apparemment le matin même.
    Elle saurait les rattraper si elle courait.
    Avec les furieux-man et girl à ses trousses, cela lui donnait une autre raison de se mettre à cavaler…

    *******

    -Excusez moi, c’est vous qui êtes voulez rejoindre le convoi ?

    Roxane tourna la tête vers son interlocutrice. Elle était fatiguée, et n’avait aucune envie de lui répondre. Plissant les yeux pour discerner le visage de la jeune femme à ses côtés, elle crut reconnaître quelqu’un rencontré il y a…Longtemps. Très longtemps.
    Une demi-faëlle du nom de…SÜRABY !
    Elle n’avait vraiment pas changé, si ce n’est qu’elle avait pris des années. Ses traits se faisaient plus adultes, et ses longs cheveux bruns bouclés avaient encore poussé. La demoiselle se demandait si elle se souvenait ne serait-ce qu’un peu d’elle.
    Enfin, il fallait dire que leur rencontre était assez inoubliable…Elle, coincée sur un arbre en train de chantonner un air pour se donner bonne figure. Et Süraby, en bas, la questionnant sur la raison de ce cirque…Même si cela remontait à quelques années, la rêveuse fut sûre qu’elle la reconnaissait. Le tutoiement soudain que la demi-faëlle lui fit lorsqu’elle lui indiqua qu’elle était en retard n’en démontrait pas moins.
    Mais elles n’eurent pas le loisir de faire la discussion car son cheval (quel était son nom déjà ?) se mit à galoper comme un fou.
    Roxane, s’accrochant aux hanches de son ancienne amie, profita une nouvelle fois de la vitesse qui s’offrait à elle. Et rapidement, trop rapidement, elles arrivèrent aux charrettes… Süraby descendit et l’aida ensuite à faire de même, offrant une moue désolée à la demoiselle. Pourquoi ? Elle l’ignorait. Mais soit !
    Ce fut par ailleurs elle qui indiqua aux voyageurs la raison de leur soudaine venue :

    -Bonjour ! Nous souhaitons nous joindre à vous.

    La rêveuse hocha énergiquement la tête et fit des petits yeux suppliants à celui qui semblait être le chef de troupe. Grand, tout d’armure vêtu, il possédait des cheveux courts bruns. Guerrier ? Est-ce que…un guerrier pouvait craquer face à la petite mimique suppliante de la demoiselle ?
    Il fallait croire que oui car il accepta vivement qu’elles se joignent à eux. Aaah…ok. Hé bien, il devait avoir une confiance absolue envers les personnes pour ne pas les refuser ! Si ça tombe, elles étaient deux méchantes fifilles prêtes à les tuer la nuit…Enfin, presque. Il fallait dire aussi qu’elles ne faisaient absolument pas peur.
    Roxane détailla ensuite, s’installant dans un des chariots, le reste de la troupe. Un autre homme, un peu plus âgé que les autres se tenait droit sur son cheval. A l’allure un peu bohème, il semblait néanmoins assez sûr de lui.
    Par contre, une autre jeune fille lui sembla tout de suite beaucoup plus fragile. Rousse elle aussi, Roxane se demanda un moment si le but du convoi n’était pas de la protéger…Après tout, pourquoi pas ?
    Une autre femme se tenait sur un cheval, très surprenante. Aux yeux verts, elle arborait des cheveux…tadadam, tenez-vous bien…VIOLETS ! Ahah ! Si, je vous promets. Coloration ? La rêveuse ne put néanmoins s’empêcher d’hausser les sourcils et d’ouvrir grand la bouche, prête à gober les mouches.
    Elle dut prendre beaucoup sur elle pour parvenir à détourner le visage sur une autre femme, plus âgée. Elle semblait elle peut avenante, la tête plongée dans un cahier. Roxane lui tira discrètement la langue, persuadée de son antipathie.
    Une autre guerrière les accompagnait, jeune brune discrète et enfin…Une Killian était assise sur son cheval, le ventre encore assez plat. Elle lui souriait, heureuse de la revoir. Mais ses fonctions passèrent avant tout car elle indiqua à tout le monde qu’elle allait partir en éclaireuse…Roxane ne cacha pas sa déception, et bouda pendant une partie du chemin, jusqu’à ce que la jeune femme aux cheveux roses arriva à la hauteur d’elle et Süraby.

    -Bonjour, je n'ai rien contre votre présence mis à part que je souhaite tout de suite savoir votre nom, votre guilde et pourquoi vous souhaitez nous rejoindre, dans une expédition vers Al-Poll. Je m'appelle Ophys.

    La rêveuse lui sourit de toutes ses dents, s’empêchant de fourrer ses doigts dans sa chevelure. Aaah, mais comprenez-la ! C’est tellement étrange !
    Comme si elle lisait dans ses pensées, la demoiselle tourna son visage vers elle. Roxane retint sa respiration, persuadée qu’elle avait deviné ce qu’elle souhaitait faire.
    Et elle lâcha un énorme soupire de soulagement, très peu discret, lorsque la dénommée Ophys lui demanda :

    -Et toi, je veux savoir ton âge.

    -Ouaah ! Mon dieu ! J’ai trop trop trop eu peur là ! J’ai cru que t’allais…Que t’allais…J’ai cru…seize ans. Depuis peu.

    La jeune fille baissa vivement la tête, pour cacher le rouge qui lui montait aux joues. Idiote qu’elle était ! Elle avait failli se dénoncer elle-même.
    Pendant que Süraby répondait elle-même au début de la question, Roxane se mordit la lèvre en signe de profonde hontitude (je sais, ça existe pas. M’en fous !). Puis comme le silence revint, elle dut bien lever la tête.
    Les deux filles l’observaient. Pourquoi ? Ils avaient réussi à s’infiltrer dans son cerveau ? Elles connaissaient son plan ? Elles connaissaient le moindre de ses pensées ? La rêveuse écarquilla les yeux, et toussa bruyamment.
    Puis, l’air de rien, elle se décida à répondre aux premières questions d’Ophys…Après tout, même si elles connaissaient ses intentions ‘machiavéliques’, elles pouvaient tout de même l’apprécier.

    -Je m’appelle Roxane et je suis rêveuse. Pas la peine de me demander mon nom de famille, je l’ai…oublié. Oui je sais, c’est bête mais c’est pas ma faute ! Si tu trouves ça vraiment stupide hé ben t’auras cas te plaindre à mon cerveau ! …Hum. Pour ce qui est de la raison et bien…Heuu…Disons que c’est…

    Moment de pause. Avouer ? Pas avouer ? Lui dire que c’était juste pour échapper à une cohorte de fous seraient un peu…honteux. Et pour ce qui était de la honte, Roxane en avait déjà assez soupé aujourd’hui.
    Alors…Hmmm…Cacher !

    -Soudain. J’ai entendu des gens en parler et je me suis dit…Je me suis dit…‘Aaah, mais quelle bonne idée ! L’air frais de la campagne et la compagnie de personnes supers agréables aux cheveux violets me feraient tellement du bien ! Et puis, une rêveuse ne serait pas de trop !’

    Elle se tut, laissant ses paroles en suspens. Et elle profita de l’arrivée de Killian, n’indiquant aucun danger, pour s’éclipser discrètement. Süraby et elle pourraient pourrait parler une autre fois, après tout…Elle était sûre qu’elle lui pardonnerait !
    La rêveuse sauta sur le cheval de la marchombre et lui fit un énorme câlin. Elle eut même droit à un léger bisou sur la joue, avant une explication :

    -Ca fait quoi ? Un, deux mois qu’on s’est pas vues ? Oh, Kiki, tu me manques déjà !

    Elles se parlèrent ainsi un long moment, jusqu’à ce le convoi s’arrête pour la nuit. Après quoi, elles se séparèrent, Roxane s’asseyant près du feu.
    Et elle commença à chanter pour la troupe, convaincue que ça leur ferait plaisir…
    Il faudrait peut-être lui avouer un jour qu’elle chante faux, non ?

    _________________


    Je te vois, Invité! As-tu besoin que je te soigne?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Jeu 28 Juin 2012 - 17:29

      Le soleil n’était pas de plomb. Il irradiait doucement la grande plaine traversée par les vents froids des montagnes. Des arbres aux écorces craquelées se tenaient çà et là, gris et impassibles devant la troupe qui avançait au pas, tandis que lentement la lueur du ciel virait à l’orangé, heure après heure de progression. Il n’y avait rien à signaler. Killian l’avait confirmé dès le départ, et un silence que seules les quelques conversations de l’équipée régnait sur le sentier de terre grise aux herbes frissonnantes. Thowind frissonna. Certes, sous son armure, il avait sa veste rouge habituelle et quelques fourrures, mais la brise s’insinuait entre les plaques de métal aux rebords finement ouvragées et l’absence absolue de mouvement autre que celle du vent dans les hautes herbes à peine givrées l’inquiétaient un peu. Il savait les Loups du Nord absolument discrets, mais c’était plus le manque de traces de Raïs dans ce lieu, traces extrêmement courantes, qui occupaient ses pensées. Il haussa finalement les épaules avec un mouvement de sourcils nonchalant. Il fallait prendre ce manque comme une bonne nouvelle. Au vu de la direction peu usuelle de la route ancestrale et sauvage que le chariot et les chevaux traversaient, ce n’était pas si étonnant, même si les Raïs avaient l’indiscrétion pour seconde nature. La première étant bien sûr leur bestialité.

      Thowind, haut sur Canton, dévorait Ophys du regard par à-coups. Elle avait grimpé dans le chariot, entamant une petite conversation avec l’intrigante historiographe qui tenait très professionnellement les rênes des deux sympathiques chevaux de trait. Elle semblait tendue en ces lieux. Le dessinateur, lui, avait fait un effort monumental pour paraître en confort parfait sur sa selle à ses yeux et à ceux du reste de la troupe, surpris de voir la légionnaire sans monture, — on connaissait les hommes de la Légion Noire aussi pour leur aptitude redoutable de combat à cheval. Fronçant le sourcil, il échangea un sourire mi-figue mi-raisin avec Lavrenti (à qui rien ne semblait échapper) qui se tenait à sa hauteur.

        « Aha, drôle de soldate sans cheval ! » dit Thowind au guide, d’une voix assez discrète pour ne pas être entendue par quelqu’un d’autre, tournant la tête vers lui comme pour s’il demandait une information officielle, le regard droit sur l’horizon, comme pour intimer le guide de ne pas la regarder.

      Il avait voulu la remarque amicale et un brin seulement ironique, mais il eut juste l’impression de manifester son admiration bien trop envahissante pour Ophys. Tant pis. Il se sentait déjà en confiance avec Lavrenti Esmerol. Qu’il pense qu’un jeune dessinateur, apprenti Sentinelle, tombe amoureux, (ce qui, il faut bien se le figurer, n’est pas encore le cas ; Thowind a vite appris à mesurer l’écart entre charme et amour, et il ne doutait pas que leur guide au sourire calme le sache aussi), aussi vite, ne dérangeait en aucun cas. Il semblait sage, car il avait dans les yeux cette lueur simple et réfléchie d’un homme qui avait déjà vu des millions d’hommes, jaugé des millions de comportements, fait des millions de fautes pour s’en relever et choisir la voie qui lui était réservée ; il semblait sage, car il semblait avoir conscience qu’il ne l’était pas. Pourtant il apparaissait amusé, souriant. Il avait voyagé. Beaucoup... peut-être même au-delà de Gwendalavir et même de ses frontières terrestres.

        « Est-ce que tu as déjà trave... », tenta de reprendre Thowind, s’interrompant d’un coup.

      Un cheval au galop venait de dépasser le convoi à toute vitesse, supportant sur son dos deux demoiselles, l’une arc-boutée sur l’encolure et l’autre crispée sur le dos de la première. Le chariot stoppa, le reste des chevaux également, et les deux arrivantes mirent pied à terre. La première était une faëlle ; Thowind méconnaissait le peuple, auquel il ne s’était jamais vraiment intéressé — une erreur qu’il admettait volontiers, comme tant d’autres ; rousse, la peau un peu basanée, pas si petite que ça, suivie de près d’une seconde jeune fille à l’allure nerveuse et enjouée, guère plus vieille qu’une adolescente.

        « Bonjour ! Nous souhaitons nous joindre à vous. »

      Ce fut simple, clair, direct, aussi Thowind tourna la tête vers Lavrenti Esmerol, qui eut un sourire d’acquiescement en hochant la tête. Si elles étaient là, c’était parce qu’elles étaient au courant, et donc sans doute invitées à venir. A sa grande surprise, le dessinateur vit la plus jeune des deux la regarder avec de grands yeux suppliants. Il lui répondit d’un sourire et prit la parole au nom du groupe, qui tacitement approuvait l’évident accord :

        « Soyez les bienvenues. »

      Alors Ophys prit la parole ; Thowind sursauta presque en entendant la voix de celle qui lui avait accordé une heure plus tôt ses expériences de voyage passées en tant que légionnaire.

        « Bonjour, je n'ai rien contre votre présence mis à part que je souhaite tout de suite savoir votre nom, votre guilde et pourquoi vous souhaitez nous rejoindre, dans une expédition vers Al-Poll. Je m'appelle Ophys. Et toi, je veux savoir ton âge.

        — Ouaah ! Mon dieu ! répondit la jeune fille interpellée. J’ai trop trop trop eu peur là ! J’ai cru que t’allais…Que t’allais…J’ai cru…seize ans. Depuis peu. »

      Le problème fut vite réglé, la jeunesse de la dénommée Roxane ne posant guère de problème, bien que Thowind nota vite qu’en cas d’assaut, il allait devoir lancer auprès de Lavrenti — pouvait-il seulement combattre ? maintenant qu’il se posait la question, cela ne coulait plus tellement de source — ou d’Ophys des ordres de sécurité clairs pour elle, au même titre que pour Hash. Les deux jeunes filles étaient des rêveuses, inaptes à se défendre en toute situation menaçante ; le fait qu’elles soient deux assurait à la troupe des soins réparateurs d’urgence au défi de tout type de blessure, mais elles étaient vulnérables. L’explication de leur présence le tira de ses réflexions :

        « Soudain. J’ai entendu des gens en parler et je me suis dit…Je me suis dit… “Aaah, mais quelle bonne idée ! L’air frais de la campagne et la compagnie de personnes supers agréables aux cheveux violets me feraient tellement du bien ! Et puis, une rêveuse ne serait pas de trop !” »

      Thowind éclata de rire à cette annonce, à la fois surpris et satisfait. Cette jeune fille allait faire une recrue atypique mais sans nul doute intéressante, de quoi donner un peu de fraîcheur à l’expédition, et peut-être même dérider la silencieuse Marwen Sil’ Feudin, que le dessinateur trouvait captivante malgré son apathie (la dame dégageait une aura de connaissance brute digne d’un maître dessinateur de l’Académie). Roxane semblait certes cacher des choses, mais présentait le tout naïvement, comme une enfant, et cela ne dérangeait personne, trop attachante dans cette candeur pour que personne ne pense à faire des remarques. Elle allait cependant devoir faire ses preuves, c’était une certitude.

      L’équipée avait repris son chemin, imperceptiblement revigorée par l’arrivage. Thowind, qui relaçait des coups d’œil plus occasionnels sur les cheveux et le visage d’Ophys, la vit alors se lever du chariot, sauter d’entre les vivres d’un seul bond, agile et féline malgré l’armure de vargélite, avant de s’éloigner dans un petit bois à proximité de la route. Thowind, qui supportait avec une difficulté progressive sa propre armature, resta béat devant l’acrobatie, se reprenant très vite ; la légionnaire revint comme si de rien n’était, ne s’étant éloignée du champ de vision du chariot, après avoir grimpé sur un cheval fascinant à la robe de feu. Thowind fit un geste des avant-bras en prenant un air sérieux, fit quelques tapes amicales à Canton pour se rasséréner. Il avait presque l’air d’un baladin, cavalier en armure maladroit, comparé à l’agilité d’Ophys.

      Après que Killian, cavalière émérite, se soit lancée, bride abattue, en éclaireuse au loin, sous le regard admiratif de Thowind qui avait eu tant de mal à se réhabituer à une simple marche, puis revenue, les cheveux décoiffés par le vent, Lavrenti fit sa première déclaration de voyage.

        « Je connais un endroit où l'on pourrait s'arrêter pour la nuit. À ce rythme, on y serait un peu avant le coucher de soleil. Ça nous ferait une longue chevauchée mais c'est un endroit abrité et plus ou moins sécuritaire. »

      Sous l’approbation de chacun, la troupe finit par atteindre le lieu promis par Lavrenti au crépuscule. Un lieu calme selon toute vraisemblance, un peu en hauteur, sous un entrelacs impressionnant de branches d’épineux ; des ruines en pierre délavée, certaines calcinées, les encerclaient plus ou moins, palissade de fortune franchissable d’un saut calculé. Cela ressemblait aux fondations d’une assez grande maison, disparue, peut-être incendiée (pourtant le sol ne présentait aucune trace de calcination, contrairement à certains assemblages de blocs, noircis apparemment depuis des années) ; l’espace, rectangulaire, était tapissé d’une herbe rase et foncée. Derrière les arbres, à l’opposé de la direction pour la Citadelle, le soleil, d’un orangé ténébreux, tremblait dangereusement vers du sol. Profitant des derniers rayons, Thowind et quelques compagnons ramassèrent, du bois pour le feu. De quelques gestes de sabre, le dessinateur trancha des branches de pin ; aussi vite que le soleil disparaissait, le tas pour le feu fut prêt, le camp dressé, les provisions pour le soir partagées (il n’y avait guère de gibier dans les environs), et tous se mirent en cercle autour des branches, un pain d’herbe et de la viande de siffleur dans la main. Aussi Thowind entreprit sa première escale dans les Spires du voyage et dessina un feu immédiat. Un jeu d’enfant. La difficulté résidait même plus dans le fait qu’il devait limiter la taille de la flamme pour ne pas incendier toute la forêt.

      Le repas se fit dans la bonne humeur. Chacun partageait quelques histoires de son passé. Ainsi Thowind raconta l’histoire de son armure à laquelle beaucoup s’étaient intéressés, sans omettre son précieux sabre. Il leur avoua alors son objectif de devenir épéiste de talent, mais n’aborda pas sa furieuse ambition de vouloir surpasser au moins un membre de la Citadelle des Frontaliers, laissant cela en réserve pour de futurs repas (et pour ne pas passer pour un prétentieux).
      Soudain Roxane se mit à chanter, et Thowind remarqua avec adresse qu’elle chantait certes avec entrain, mais faux. Terriblement. Il ne put retenir, avec un sourire dur :

        « Doucement, doucement ! ce n’est que le premier soir ! Tu nous chanteras cela plus tard. Nous devrions d’abord décider du tour de garde et... »

      Un sifflement, un éclair. Une flèche traversa les arbres et se planta dans son épaule droite avec un bruit mat. Il tomba à la renverse sans retenir un cri de surprise et de douleur, porta instinctivement une main à son sabre et l’autre à la blessure, à quelques bons centimètres de son cou. Déjà Killian s’était levée, Ophys et Süraby également, armes en main.
      La flèche s’était insérée dans un défaut infime de l’armure, tranchant sa clair, dérangeant ses articulations. Dans un coup d’œil flou, il vit les rêveuses faire un geste vers lui. En se relevant, il les repoussa de la main gauche, tandis que la droite tirait immédiatement le sabre de son fourreau. Il arracha la flèche dans un cri difficilement étouffé, la jeta au loin avec rage, le sang coula sur ses vêtements, et il regarda aux alentours. Une autre flèche se ficha dans l’écorce d’un arbre à quelques centimètres de Roxane. Une autre encore, et une autre, dans le sol, dans le feu de camp. Sans attendre, Thowind plongea dans l’Imagination. Il fit apparaître une large bâche d’un vert foncé deux mètres au-dessus de leurs têtes, attachée aux arbres et toute une nuée de flèches vint s’y planter dans un clapotement d’averse brutal. Des archers se tenaient à l’écart, dans la nuit, et visaient la source du feu, se basant sur la fumée... il était inutile de l’éteindre désormais. Sa main crispée sur son sabre, grimaçant légèrement, il s’élança hors de la clairière, accompagné des combattantes, en direction de la source des tirs. Il n’y avait que quelques mètres de forêt, leurs ennemis n’étaient pas loin. D’autres flèches vinrent se planter dans la bâche. Thowind en vit une s’abattre dans le sol à quelques mètres de leur trajectoire, il courut la prendre et, sans s’arrêter de courir, la regarda ; elle était artisanale, presque abîmée ; la pointe était d’un métal grossièrement taillé, sûrement avec des outils rudimentaires. Une flèche raïs. Les archers raïs étaient rares, pourtant. La plupart préférait risquer leur peau dans la fureur d’un corps-à-corps sanglant et bestial. Presque tous. Ces bestioles humanoïdes sont trop appâtées par la promesse de sang et de chairs déchirées. Ce n’était pas normal. Aucun Raïs n’était assez intelligent pour prendre les ennemis de cette manière. Tous les assauts connus se rapportent à des charges. Au vu des deux premières volées de flèches, ils étaient au moins une douzaine avec arcs et flèches. En danger. Il dégagea une branche du bras et virent sur le sentier leurs ennemis... une horde de Raïs. Entière, vingt-cinq guerriers cochons. Et derrière eux, la grosse dizaine d’archers promis ; à virer du paysage.

      Il dessina une vague immense d’eau à l’arrière du régiment d’archer (eux-mêmes en retrait au reste de la horde) aux verdâtres épidermes qui s’éclata dans un fracas d’écume bouillonnante. La position des fantassins était trop militaire, trop rangée. Quelqu’un les avait encadrés. Sans doute un homme. Thowind voyait difficilement un Raïs dans un commandement stratégique, mais ne niait pas cette possibilité. Néanmoins l’heure n’était plus aux tergiversions.

      Il raffermit la prise sur son sabre et échangea un regard sans équivoque avec ceux qui s’apprêtaient à combattre. Les guerriers cochon s’élancèrent d’un seul élan vers les arbres, leurs yeux torves et sanguins rivés sur eux, dans un hurlement inhumain.
    Revenir en haut Aller en bas
    Mercenaire__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 24
    Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
    Messages : 15915
    Date d'inscription : 18/04/2011
    Mercenaire__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
    Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Jeu 28 Juin 2012 - 19:41

    [vous me dites si cela vous convient !]


    Killian chevauchait aux côtés du guide et du Dessinateur, pensant à tout et à rien, mais toujours en alerte. Son nez ne sentait rien, le vent ne murmurait rien de dangereux. En réalité, elle songeait surtout à son enfant. Elle ne l'avait dit à personne. Et surtout pas à ceux de l'expédition. Déjà, ils ne se connaissaient pas et elle n'était pas du genre à se dévoiler à n'importe qui, même si elle avait annoncé haut et fort son appartenance aux Marchombres, chose rare dans la guilde. Et son ventre était encore plat. Pratiquement un mois depuis qu'elle avait quitté Roxane. Cela n'était pas encore visible. Il faudrait juste qu'elle fasse extrêmement attention lors des attaques. Car elle était sûre qu'il y aurait des affrontements quelconques.
    Le vent lui dit soudain : "de côté". Taï'Dashar, d'une pression de genoux, se décala, juste à temps pour éviter d'être culbuté par le cheval qui dépassa le convoi pour s'arrêter un bon mètre plus loin. Thowind fît stopper le chariot et tous attendirent que les cavalières descendent et s'approchent. Il y avait une faëlle, même si elle était un peu grande pour en être une à part entière, avec des cheveux roux.
    La seconde, en revanche, fît naître un sourire sur les lèvres de la Marchombre.
    Roxane !
    Elle ne s'était réellement pas attendue à la voir ici !

    Mais elle était plus que ravie. Elles demandèrent à Thowind de se joindre à eux, ce que tout le monde accepta. Sauf Ophys qui les interrogea tout d'abord. Killian n'y prêta qu'une oreille. Elle était heureuse que Roxane soit là. Au cas où. Elle seule savait qu'elle était enceinte et pourrait agir en conséquence s'il y avait un souci. En espérant qu'elle ne le hurle pas à toute l'équipée…
    Et, en parlant du loup, la Rêveuse sauta sur la croupe de Taï'Dashar, qui ne broncha pas, enserra la taille de Killian et lui fît même une bise avant de se lancer :


    -Ca fait quoi ? Un, deux mois qu’on s’est pas vues ? Oh, Kiki, tu me manques déjà !

    Killian sourit alors que le convoi se remettait en marche. Elle ne faisait pas attention aux faits et gestes des autres. Chacun et libre d'agir comme il l'entend. Elle détourna juste la tête en entendant un bruit de galop. Qui provenait du cheval flamboyant de la Légionnaire. Tout le monde était surpris par cette arrivée improviste, mais aucun commentaire ne fusa. Avant de répondre, Killian entendit leur guide affirmer qu'il connaissait un endroit pour dormir, qui offrait de la sécurité. Tout le monde, une nouvelle fois, approuva son choix. Il n'était pas guide pour rien, et Killian sentait dans son odeur et voyait dans son regard toute l'expérience qu'il avait acquise durant des années d'exploration, de rencontres, d'aventures, de déboires, de bonheur…

    -Un mois et une semaine pour être exacte ma chère Roxane. Moi aussi tu m'as manquée.

    Elles continuèrent à discuter, évitant le sujet du village incendié, trop d'oreilles indiscrètes, et finirent par atteindre l'endroit indiqué au crépuscule. C'était un endroit en hauteur, entouré d'épineux, le sol couverts de ruines à moitié brûlées, alors que le sol n'en montrait aucun signe. Killian analysa le tout d'un rapide coup d'œil. Les sauts seraient aisés, l'escalade tout autant, du moins pour elle, et de nombreux endroits permettaient de se dissimuler pour agir en surprise, le cas échéant.
    Le soleil caressait l'horizon de ses derniers rayons lorsque le campement fût terminé. Thowind alluma le feu en Dessinant, pendant que les autres départageaient la nourriture. Chacun avait donc un bout de viande de siffleur et un pain d'herbe en main.
    Roxane commença à chanter dès la fin de ce repas convivial et enjoué, avec beaucoup d'énergie, mais également des fausses notes. Et Killian ne pouvait pas lui en vouloir…elle-même chantait comme une casserole !

    Thowind commenta, d'une façon des plus habiles, demandant de se réserver pour les soirs suivants, sous-entendant qu'elle chantait faux.
    Mais Killian n'écouta que la moitié. Son nez la brûla. Elle se leva à moitié, ouvrit la bouche pour prévenir tout le monde, lorsqu'une flèche perça le néant pour se loger dans l'épaule de Thowind qui s'affaissa dans un cri. Killian était déjà debout, ainsi qu'Ophys et la Faëlle. Dague, épée ou couteau en main, elles observèrent le paysage. Killian les sentait. Ils puaient. Comme pour le convoi. Des Raïs.
    Mais elle n'eut à nouveau pas l'occasion d'informer la troupe qu'une volée de flèche s'abattit sur le camp. Le feu, les arbres, eux, tout était visé. Et, soudainement, une bâche se tendit au-dessus de leur tête. Thowind. Il avait retiré la flèche de son épaule et les Rêveuses étaient près de lui. Il avait sans doute refusé leurs soins. Idiot !

    Elle voulut le lui hurler, cela prendrait deux minutes et elles étaient trois pour les retenir jusqu'à ce qu'il puisse se battre, avec toutes ses forces. Là, il en avait déjà perdu une bonne partie et s'il se battait ainsi, il s'affaiblirait encore plus vite.

    Elle se reconcentra sur la nuit qui leur faisait face, les flèches se plantant dans la bâche dans un bruit mat. Le feu les avait dénoncés. Mais si c'était des Raïs, comment pouvaient-ils être si…intelligents ?

    Les questions trouveraient des réponses plus tard. Elle suivit les autres qui sortaient de l'abri. Elle ne voyait pas beaucoup dans le noir, mais elle était silencieuse. Elle entendait le frottement des armures de ses compagnons à chaque pas qu'ils faisaient. Les silhouettes se dessinèrent progressivement, et elle put admirer une horde Raïs au grand complet, une trentaine de cochons donc, avec des archers en arrière ligne. Les flèches pleuvaient toujours, mais ils ne semblaient pas avoir compris que les humains s'avançaient sur eux.

    Ils les virent lorsqu'ils furent à un mètre d'eux. Et, aussitôt, ils s'élancèrent d'un même mouvement hurlant de leur cri bestial, armes au clair. Killian avait peur pour ses compagnons et pour son enfant. Sinon, elle se sentait en paix. La Voie brillait et le vent soufflait de doux mots à ses oreilles. Son nez brûlait à cause de la proximité des Raïs, mais elle ne s'en formalisa pas.
    Regardant ses compagnons d'armes, elle hocha la tête à Thowind qui les observait aussi. Au camp, seul Lavrenti pouvait encore défendre les Rêveuses et l'historiographe…

    Le choc fût lourd. Le boucan énorme, comme à chaque fois. Cela lui faisait penser à ses débuts chez les Frontaliers, les premières sorties qu'elle faisait, les premières attaques qu'elle essuyait. Mais maintenant, tout avait changé. Elle était Marchombre. Se décalant à droite, elle évita un cochon pour en embrocher un suivant. Et elle remarqua que les archers avaient arrêtés de tirer. Thowind avait sans doute du dessiner et elle ne l'avait pas remarqué, trop absorbée à réfléchir.

    S'éloignant de ses compagnons, entrant dans la danse, elle tua tous les Raïs qui osaient l'approcher. Les hurlements étaient inhumains, et ils frappaient n' importe où, désorganisés. Elle, elle tuait aussi bien avec sa dague que ses mains ou pieds. Elle était une arme.

    Elle espérait que le Dessinateur tienne le coup, qu'Ophys ou la Faëlle reste près de lui pour veiller à ce qu'il ne s'effondre pas. Elle était bien trop loin d'eux pour pouvoir le faire. Les Raïs l'entouraient, l'encerclaient, se ruaient sur elle sans parvenir à la toucher. Elle évitait, paraît, se baissait, sautait…et tuait. Inlassablement. Mais la journée de monte les avait tous légèrement épuisés. Et elle n'était pas invincible, toute Marchombre qu'elle était. Ses muscles commençaient à donner de vilains signes d'épuisement et elle forçait, toujours plus loin, toujours plus vite, toujours plus fort.

    Haletante, elle para à grand peine une hache qui devait la décapiter, tourna, emporta dans la danse le propriétaire, tordit son poignet, crocheta sa jambe, l'envoya à terre, le tua. Moins de dix secondes. Mais déjà un collègue prenait la relève et elle recommençait.
    Le noir n'aidait pas, elle voyait de moins en moins à force de s'éloigner du feu. Les silhouettes se fondaient dans la nuit aussi bien qu'elle dans sa tenue de cuir.
    Donc, les deux adversaires étaient désavantagés. Elle distingua un Raïs en tuer un autre, pensant surement que c'était un humain.
    Mais elle ne vit pas l'arme qui s'abattit dans son dos. Au contraire, elle sentit la longue ligne de feu s'ouvrir de haut en bas de son dos, partant de la nuque jusqu'aux reins. Se retournant en gémissant, elle tua le Raïs avant qu'il ne constate qu'il avait manqué son coup.

    Combien de temps encore? Elle sentait le sang couler dans son dos. Mais l'odeur des Raïs s'estompait petit à petit. Elle chercha du regard ses compagnons et vit la Faëlle, au loin. Le feu reflétait encore ses cheveux, faiblement. Elle s'avança donc vers elle, enjambant les corps, priant pour ne pas voir celui d'Ophys ou de Thowind, ou d'aucun de ceux qui étaient restés au camp et qui aurait, par malheur, eut la mauvaise idée de prêter main forte.
    Mais il n'y avait que des cochons. Elle en tua un qui agonisait, et atteint enfin la Faëlle, essoufflée. Le sang ne s'arrêtait pas et elle espérait qu'il n'y aurait pas de conséquences pour son enfant.


    -Tout va bien ? Pas de blessures ?

    La Faëlle sursauta mais se calma en reconnaissant Killian. Au loin, elle aperçut deux autres silhouettes s'approcher. Ophys et Thowind. Mais elle ne voyait pas s'ils étaient blessés ou avaient besoin d'aide. Elle-même ne tenait plus correctement sur ses jambes qui recueillaient le sang s'écoulant de son dos…
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Haïnouk__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 23
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 252
    Date d'inscription : 04/01/2011
    Haïnouk__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Homme; 26 ans.
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 29 Juin 2012 - 19:48

    Lavrenti eut un sourire amusé. Autour de lui, les membres de la troupe discutaient; la légionnaire sans monture avec l'historiographe, la Marchombre avec une des nouvelles venues -qui s'était présentée de façon plutôt enthousiaste et qui avait fait sourire le Sculpteur de branches-, le dessinateur et lui-même. Parmi ces conversations, il y avait le son des sabots, et surtout, les roues du chariot qui grinçaient, tressautaient. Comme une musique de fond qui est constamment présente, qui encadre tout autre bruissement. Le Seigneur des Marches du Nord avait voulu une expédition discrète. Dès que Lavrenti avait vu le chariot, il avait su qu'atteindre la discrétion allait être ardu. N'importe qui à des kilomètres à la ronde qui connaissait l'endroit et qui possédait dans sa manche les astuces d'un espion, détecterait leur présence sans mal. Subséquemment, l'homme souriait, amusé. Soit, ils se mettaient ainsi en position plus vulnérable, mais de toute façon, ils marchaient droit vers le danger en s'engageant au Nord. Comparé à l'immobilité des ruines d'Al-Poll -ainsi qu'elles étaient lorsque Lavrenti les avaient observé quelques années plus tôt- leur arrivée soudaine serait assourdissante. Visuellement, pour ceux qui sont aux aguets. Chacun des membres avait accepté le danger en se joignant à la troupe; l'ex-Fils du vent pouvait-il regretter le bruit d'amitiés qui se forment, même s’il les rapprochait du péril ?

    - Non.

    Lavrenti avait parlé à voix haute, sans s'en rendre compte -à son habitude. Le fait d'entendre le son de sa propre voix, un "non" prononcé comme s'il était une évidence, le fit émerger de ses pensées. Il respira lentement et longuement en regardant autour de lui. Derrière, l'horizon s'était refermé, avait retrouvé l'autorité sur l'indocilité du relief du paysage. La Citadelle n'est plus, se dit-il. Puis une petite voix dans sa tête ajouta "là" à la fin de phrase. Mais Lavrenti repoussa ce petit mot qui altérait le sens de sa phrase. L'homme était de ceux qui vivaient intégralement dans le moment présent; quel naturel il était donc pour lui de se dire que "la Citadelle n'était plus", puisqu'elle appartenait au passé. Certes, il était conscient que c'était absolument faux, mais n'était-ce pas tout de même absurdement vrai ? Lorsqu'il avait moins de sept ans, Lavrenti avait vu pour la troisième fois des hommes sédentaires. Il s'était perché sur le haut de sa voile pour capter les chants de la forêt que le navire contournait par la plaine, la forêt qu'il voyait à distance. Puis il avait aperçu deux hommes, à l'orée, qui avaient été engloutit par les arbres épais, par la distance. Le Sculpteur de branches ne les avaient jamais revus, naturellement. Il les avait oubliés. Même s'il savait qu'ils existaient encore, quelque part, pour Lavrenti, ces hommes n'étaient plus. Comme un village dont personne ne connait l'existence. De la même façon, la disparition des édifices de la Citadelle était, pour lui, comme si elle n'était plus. Peut-être était-ce ce besoin de témoigner de l'existence des gens qui le poussait à voyager ainsi, de façon atypique.

    Autant les hommes qu'il avait vus à l'orée de la forêt n’étaient plus pour Lavrenti, autant Ophys était pour le dessinateur. Le comportement de Thowind à l'égard de la jeune fille incita le Sculpteur de branches à la regarder à nouveau. La légionnaire était jeune et très élégante, ses traits déclenchaient en chacun qui l'observait la mélodie de la beauté de la rosée, d'une goutte qui perle sur une feuille courbée, mais aussi celle de l'intensité d'un ciel peint de gris et d'orage à venir. Chacun avait sa mélodie, c'était ce qui reliait l'humanité, qui faisait d'elle plus que de simples animaux; le fait que l'âme du premier réponde aux ondes de l'âme du second. Que les notes propulsées par l'un soient jouées dans l'esprit de l'autre.

    Le soleil déclinait lorsqu'ils atteignirent ce qui serait leur campement pour la soirée. Ils durent pénétrer ce qu'il restait d'un village, le chariot avançant sur ce qui avait un jour été une route foulée par des pieds d'enfants, de femmes, d'hommes. Marwen Sil'Feudin sembla très intéressée par ces ruines, qu'elle scruta très attentivement pour retenir le plus d'information possible, afin de les transcrire ensuite dans son cahier. Par moment, elle dut encourager les deux chevaux qui tiraient le chariot car ils montaient à présent une pente sur un sol inégal, mais au bout d'un moment ils arrivèrent à destination. Ils s'installèrent dans les restes d'une habitation, alors qu'autour d'eux le soleil provoquait l'allongement d'ombres noires, qui paraissaient encore plus sombres à côté de la lumière qui était devenue orangée. Lavrenti se joignit à ceux qui amassaient du bois pour le feu -à l'eau la subtilité !- en faisant attention à prendre uniquement le bois qui avait déjà tombé au sol. Il marchait, seul dans les ombres chancelantes des arbres qui ondoyaient dans le vent, plié en deux. Il mit les pieds dans un ruisseau, curieusement silencieux, que Lavrenti n'avait décelé. Il émit un "Ah !" ravi puis posa son bois au sol, y trempa ses pieds. L'homme, quoi qu'il ressemblât plutôt à un enfant si on l'avait vu, s'avança et découvrit que le ruisseau était en fait beaucoup plus large qu’il ne l’avait cru au départ, et assez creux. Il se dévêtit et lança ses vêtements sur la berge puis entreprit de se laver rapidement. Il s'habilla puis s'assit sur un rocher en chantant des chansons de l'Est, puis entreprit de frotter son bandeau qui avait jadis été blanc.
    Lorsqu'il retrouva le campement, le feu était fait et la troupe était entière, rassemblée autour du feu. Lavrenti se fit une place et, alors que la dénommée Roxane se mettait à chanter, fit sécher son bandeau près du feu. Bien que le chant méritait quelques bonnes améliorations, l'ex-Fils du vent apprécia la personnalité de la jeune rêveuse qui ressortait clairement de sa voix. Le voyageur considérait l'accompagner de sa harpe, qu'il gardait toujours en trois pièces détachées dans un sac attaché à la selle d'Iaknill, mais Thowind interrompit gentiment.

    Avant que quiconque puisse ajouter quelque chose au commentaire de Thowind, ce dernier fut happé par une flèche qui avait sifflée, rapide et inattendue. Il bascula vers l'arrière, alors que la crainte s'installa sur le campement, la panique chez certains, le calme chez d'autres. Dans la lueur du feu, seul source de lumière car les nuages empêchaient la lune et les étoiles d'écarter la noirceur, ils faisaient de proies faciles. D'autres flèches suivirent, et s'ils n'agissaient pas bientôt, d'autres allaient atteindre leur cibles. Thowind, Killian, Ophys et la Faëlle s'activèrent aussitôt, étant d'habiles combattants habitués à de telles situations.
    Lavrenti était infiniment reconnaissant à la Faëlle de s’être jointe à eux; il avait vu ces êtres tirés à une rapidité inconsidérée, dans la noirceur, à distance, dans la panique, sans jamais manquer leur cible. Elle s'écarta pour se retrouver en hauteur, tandis que les trois autres se lançaient à la rencontre des attaquants. Le dessinateur imagina une énorme vague d'eau qui s'écrasa un peu derrière les raïs qui déferlaient sur eux, mettant hors jeu, pour un moment au moins, les archers.

    Lorsque Thowind reçut la flèche, Lavrenti s'était levé; prestement. S'était dirigé vers l'arbre le plus proche, à deux mètres du feu. Il avait soupiré, vidé son esprit et posé ses deux paumes sur le tronc, le dos incliné vers l'arbre. Lavrenti Esmerol était maître Sculpteur de branches; il pouvait imposer aux arbres les émotions qu'il voulait, comme son maître lui avait appris et comme lui-même l'avait appris à d'autres. L'art ne se limitait en rien à l'aspect physique que pouvait donner les sculpteurs aux arbres; mais aux émotions et aux souvenirs que les arbres suscitaient chez les humains, chez les animaux; chez les raïs. Il demeura ainsi positionné, immobile, pendant près d’une minute. Sculpta de toute sa volonté pour concentrer son œuvre envers les monstres cochons.
    Une émotion, un pressentiment. La peur, le danger.
    Puis, il regroupa les deux rêveuses puis leur dit d'une voix dure :


    -Restez près de cet arbre, vous y serez en sécurité.

    Les raïs pénétraient déjà les environs. Lavrenti chercha son cheval des yeux.

    -Iaknill !

    Sa monture surgit des ruines ou elle s'était réfugiée et s'approcha de son maître. Avec de mouvements vifs, Lavrenti passa un second poignard à sa ceinture, puis s'empara de sa trousse à outils. Déroulée, elle s'étendait sur plus d'un mètre. Un mètre d'outils pointus, de lames effilées, dangereuses. Il l'étala et la lança sur son épaule, puis couru vers ses compagnons qui combattaient. L'homme prit un outil au hasard, une courte lame courbée qu'il utilisait pour tailler les plus petites branches, et se lança au combat.
    Lavrenti Esmerol était agile, car quiconque grandissait parmi les Fils du vent acquérait une agilité hors normes, et il savait manier des poignards par les dangers qu'il avait subit lors de ses voyages. Ses outils de sculpture devenaient, dans ses mains, aussi des armes dangereuses. Mais il n'était pas un combattant. Il n'aimait pas tuer, même si c'était des monstres cochons. Aussi ne fût-il pas un support incroyable à ceux qui virevoltaient comme des feux follets en détruisant tout ce qui les approchaient.

    Il regarda derrière lui vers l'arbre qu'il avait transformé, quoi que physiquement il fut le même, et fut soulagé que son œuvre ait fonctionné. Aucun raï ne s'en approchait, quoi que plusieurs réussissaient à dépasser les combattants et avaient l'intention ferme de mettre fin à la vie des deux jeunes filles. Cependant, ils se retournaient tous en courant lorsqu'ils étaient à trois mètres de l'arbre, pris par une peur soudaine, comme si leur instinct d'animal leur annonçait un danger imminent.


    Puis se fut le silence.
    Les respirations haletantes, les regards qui cherchent, inquiets, à retrouver des amis en vie.
    Par terre, les raïs gisaient.

    Lavrenti s'éloigna de la mare de sang, dégoûté, et s'appuya sur un rocher, retira un poignard qu'on lui avait planté dans la cuisse, commença à panser sa plaie. Il ne doutait pas qu'il en eut d'autres, comme le désarroi de devoir farfouiller dans les corps à la recherche de ses précieux outils.

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Faël__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 21
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 2292
    Date d'inscription : 16/08/2010
    Faël__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: 20 ans; Fille B]
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Ven 29 Juin 2012 - 22:23

    -Bonjour, je n'ai rien contre votre présence mis à part que je souhaite tout de suite savoir votre nom, votre guilde et pourquoi vous souhaitez nous rejoindre, dans une expédition vers Al-Poll. Je m'appelle Ophys.

    La jeune femme aux cheveux rose/parme c’était avancée, souriante. Roxane eu une attitude un peu étrange au contact d’Ophys, réprimant fougueusement l’envie de toucher les cheveux de la jeune femme. Süraby rit de bon cœur en observant le combat que menait la jeune fille contre elle-même. Certes une rêveuse ne serait pas de trop, mais son entrain et sa bonne humeur contagieuse leur serait aussi certainement d’une aide précieuse. Elle sourit sincèrement à Ophys, la jeune femme dégageant un sentiment avenant et sympathique :

    - Je m’appelle Süraby. Je passe mon temps à voyager un peu partout et j’apprécie les convois. Comme je me laissais un peu aller ces derniers temps...

    Elle fit un geste large et élégant englobant le licol, le dos nu d’Elundrïl et sa tenue aussi inappropriée que sa coiffure, offrant un sourire plein de fossettes à Ophys.

    - ... j’ai cru bon de me remettre un peu en mouvement. De plus j’ai rarement participé à des missions officielles.

    Roxy expliqua à son tour les raisons de sa présence dans le convoi, inventant plus ou mois son histoire. Décidément c’était une vraie flèche... Elle partit rejoindre la jeune femme qui se faisait discrète sur son étalon noir, visiblement enjouée de la retrouver. Elle aurait tout le temps de lui adresser la parole plus tard... Elle prit alors ses distances avec le chariot et laissa pendre ses jambes mollement, se reposant sur El’, elle s’abandonna à son passe temps favori : tresser les crins du petit cheval tout en observant le paysage qui passer devant ses yeux.

    - Je connais un endroit où l'on pourrait s'arrêter pour la nuit. À ce rythme, on y serait un peu avant le coucher de soleil. Ça nous ferait une longue chevauchée mais c'est un endroit abrité et plus ou moins sécuritaire.

    Elle se tournait vers l’homme aux cheveux longs, s’arrachant à sa tache minutieuse. Ça proposition laissait sous entendre qu’il connaissait bien les lieus. Peut être était ce la raison de sa présence dans le convoi. S’arrêtant sur le personnage, elle le détailla faute d’aller lui parler. Sa peau tannée, sa silhouette assez élancée. Il émanait l’assurance et la tranquillité, si bien que s’en l’observer en devenait presque reposant. A ses côtés, le jeune homme à l’armure. Elle le trouva... étrange. Il retournait en permanence la tête en direction d’Ophys par brefs à-coup, ce qui la fit sourire. Son armure était décidément belle, même si Süraby ne s’y connaissait en rien, et sa monture, solide et porteuse, n’avait pas le profil du cheval de guerre qui aurait d’avantage correspondu à l’accoutrement du cavalier. Elle se redressa, concluant sa tresse avec un brin d’orge qu’elle avait cueillit au sol. La vie à la citadelle l’avait décidément complètement endormie...
    Ils arrivèrent rapidement sur un petit plateau où se dressaient des ruines. L’endroit était assez morbide et Süraby désira le quitter à peine étaient ils arrivés. Elle s’élança, seule vers les bois. Là elle se changea rapidement, troquant sa robe et corset contre sous vêtement simple et, tirant une cordelette en cuir de son sac, dompta sa tignasse brune, la retenant par le cordon. Elle était sure que quelques boucles rebelles s’échappaient encore du chignon d’appoint mais son apparence correspondaient déjà bien plus à ce que l’on pouvait attendre d’elle. Elle rejoignit le joyeux attroupement après avoir remplit sa gourde dans un point d’eau environnent. La soirée se déroulait sans encombre, et elle apprit à connaître chacun des membres dans une ambiance plutôt agréable, restant tout de même silencieuse dans son coin, préférant observer en conservant son éternel sourire paisible aux lèvres...

    Puis il y eu le sifflement qui fit tout basculer. La flèche se planta dans l’épaule de Thowind alors que celui-ci discutait joyeusement. Elle réagit au quart de tour, se leva, silencieuse et ses yeux transperçant l’obscurité, tenta d’apercevoir d’où provenait le projectile. La source était cachée à sa vision et elle réagit lorsqu’une deuxième flèche atterrit prés d’eux, récupérant ses armes sur Elundrïl qui paissait plus loin, et suivant Thowind ainsi que Killian et Ophys. Elle se tourna vers Roxy, ne connaissant pas trop ses intentions où celles de Hash. Encore moins celles de Lavrenti.


    - Il faudrait éteindre les flammes, vous n’avez pas besoin de voir mais de vous cacher et de ne pas faire un bruit.

    Sur ce elle se lança à la poursuite des trois combattants. Pour arriver face à une armée de raïs. Ca première réaction, naturellement peu constructive, fut : « Beurk, c’est dégueu ». Mais lorsqu’ils passèrent à l’attaque elle n’eut d’autre choix que de dégainer et se mit à trancher et couper tout ce qu’elle jugeait un peu trop prés d’elle, ou trop chargé en armes à son goût... Vivace et précise, comme à son habitude, elle voyait parfaitement dans le noir, et son coté faël lui permettait de se tenir hors de portée du danger. Elle n’aimait pas se battre, encore moins tuer. Mais quelqu’un qu’elle considérait déjà comme un ami avait été blessé sauvagement. Si les guerriers cochons tués sans faire de sentiment, elle ferait de même... Seulement elle ne servait à rien ainsi, les raïs affluant en nombre considérable. Il lui fallait prendre du recul. Ou plutôt de la hauteur.

    Elle se fraya à coup d’épée un passage dans cet enfer de fer et de sang, rapide et implacable. Atteignant enfin son but, elle inspira profondément, prit son élan, saisit la branche du grand chêne la plus proche et élançant sa silhouette à travers les branchages feuillus, elle atterrit souplement sur une large branche. Le contact de l’écorce lui offrit un réconfort inespéré. Ce qu’elle observa la laissa bouche bée. L’attroupement raïs était ordonné. Enfin, autant que ses créatures stupides pouvaient l’être. Elle les voyait : les archers cochons. Ne perdant pas une seconde, elle entreprit de les mettre hors d’état de nuire. Elle banda son arc, ouvrit les yeux, ralentit les battements de son cœur, qui passèrent de mesurés à infimes. Il n’y avait plus qu’elle et ses cibles. Non, ses cibles n’étaient déjà plus. Elle liquida les archers, ne ratant pas un seul raïs. Les trois derniers vivants comprirent trop tard qu’ils étaient pris à leur propre jeu. Une fois cette tache accomplie Süraby entrepris de prêter main forte au autre, tirant lorsqu’un de ces compagnons se retrouvait trop encerclé ou gêné. Elle constata que Lavrenti c’était joint au combat, plutôt habile mais il semblait... réticent. Elle vit aussi Thowind. L’idiot avait visiblement négligé de faire soigner sa blessure dans un accès d’orgueil avant d’aller combattre. La marchombre avait l’air mal en point, fatiguant, tout comme Ophys et tous les autres.

    Et c’est ainsi qu’elle l’aperçu. Un grand loup sortit de nulle part, déchiquetant les raïs qui avaient le malheur de se trouver à la portée de ses crocs, dansant au milieu de la confusion régnante. Il était magnifique, tout en force et souplesse. Il possédait également quelque chose que Süraby ne sut identifier, quelque chose... d’humain ? Une étincelle bien présente, et il semblait choisir ses victimes avec soin. Le faëlle admirait les loups, attirée vers eux par une force irrésistible. C’est donc avec peine qu’elle détacha son regard de l’animal. Quelques raïs restant choisirent de prendre la fuite. Le fait qu’ils aient été organisés lors du combat ne présageait rien de bon. Elle prit donc la décision de les réduire au silence. Définitivement.
    Elle descendit promptement de l’arbre, cherchant du regard ses compagnons. Sa tunique était imbibée de sang, l’odeur était répugnante. Mais à l’instant ses pensées étaient ailleurs, perdant son assurance passée en ne trouvant aucun des combattants.


    -Tout va bien ? Pas de blessures ?

    Elle sursauta puis sourit de soulagement. La faëlle plaisanta en lui faisant remarquer que si elle n’avait rien du tout, on ne pouvait en dire autant pour la marchombre. En effet elle progressait péniblement parmi les carcasses nauséabondes qui trainaient sur le sol. Süraby s’avança pour la soutenir, passant son bras autour de la taille de la marchombre. Thowind et Ophys les rejoignirent bientôt, et elle aperçu Lavrenti adossé à un arbre. Elle emmena donc Killian jusqu’au chariot et la déposa avec toute la délicatesse dont elle était capable. Adressa un clin d’oeil à Roxane qui s’était précipitée jusqu’à eux et retourna prêter main forte à Lavrenti qu’elle retrouva prés du même arbre, un bandage de fortune autour de la cuisse. Elle lui sourit et le soutenu à son tour jusqu’aux rêveuses. Une fois de retour à leur campement de fortune elle se posa dans la chariote avec Hash et Roxane, les laissant œuvrer et appliquer leur art. Désireuse de dérider l’assemblée, elle se détendit enfin, sourit et même rit :

    - Au moins on ne risque pas de manquer de viande fraichement découpée avec toute cette histoire ! Encore mieux servit que chez le boucher !!

    Enfin le combat sanglant était terminé. Elle reprit plus sérieusement :

    - Vous aviez déjà rencontré des raïs comme ceux là ? Enfin je veux dire, leur rangs étaient organisés, et, des archers...

    Y repenser l’empêcha de continuer. Ça n’était pas normal. Les complications commençaient déjà, ce combat n’avait pas eu lieu d’être. Soupirant, elle prit conscience qu’avoir quitté l’état oisif et insouciant qui l’animait à la citadelle ne lui manquerait pas tant que ça...
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Rêveur__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 21
    Autre(s) Compte(s) : xxx
    Messages : 8130
    Date d'inscription : 22/09/2010
    Rêveur__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Femme, 20 ans
    Aptitudes:
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Sam 30 Juin 2012 - 13:01

    -Doucement, doucement ! ce n’est que le premier soir ! Tu nous chanteras cela plus tard. Nous devrions d’abord décider du tour de garde et...

    Il n’eut pas eu le temps de terminer sa phrase…Une flèche transperça sa peau, arrachant un hurlement à notre chère Roxane…Qui hurla une deuxième fois lorsqu’une autre flèche vint lui faire une traînée sanglante sur la joue…Encore un peu et le menu du soir aurait été du Rêveur à la broche !
    La pauvre ne sut pas quoi faire, ni ou donner de la tête. Tenter de se battre équivalait à un suicide…Et elle se trouvait trop jeune (et avait un trop bel avenir dans la chanson) pour mourir maintenant !
    Paniquant, se réfugiant près de la jeune femme qui semblait toute fragile, elle demanda :

    -On doit faire quoi nous ??? Aah ! Ils viennent de tâcher mes chaussures ! Dégeulasse !

    La rêveuse fronça les sourcils mais n’eut guère le temps de faire d’autres réflexions. L’homme à l’allure bohème les appela, les regroupant près d’un arbre. Puis il leur confia d’un air totalement sérieux :

    -Restez près de cet arbre, vous y serez en sécurité.

    Roxane ouvrit la bouche pour parler, mais il disparut avant même qu’un son ne se produise. Heuu…Attendez une minute ?
    Un arbre ? Un arbre était censé les protéger ? Et quoi, un remake du Seigneur des Anneaux ici ? Hinhin…Comment voulez-vous que des branches et des feuilles puissent les protéger des assauts raïsiens ? (rajoutez ce mot au dico !)
    Il allait se secouer et envoyer des glands en espérant les assommer ? Erreur ! Erreur !
    Bref, vous l’aurez compris…Notre rêveuse n’était pas du tout convaincue.
    Aussi fut-elle énormément surprise lorsque des raïs arrivèrent pour les attaquer mais se retournèrent rapidement, complètement apeurés.
    Et elle ne put s’empêcher de lâcher un ‘…wow’ étonné.

    -Dis-moi, t’as déjà vu ça ? Mon dieuu…Incroyable.

    En fait, elle se rendit compte qu’elle ne connaissait pas le nom de son interlocutrice. A vrai dire, elle ne connaissait le nom que d’Ophys, Killian et Süraby…Quand à leur fonction…Fallait qu’elle leur demande, un de ces quatre ! Si elle s’en souvenait…

    -C’est vraiment pas beau, un raïs. Je me demande si y’en a qui se sont déjà suicidés par désespoir…Oh ! Tu penses qu’ils ont un concours de beauté ?

    La jeune fille pouffa toute seule. Incapable de retenir son sérieux une minute, dirait-on ! Mais soit… On ne peut pas vraiment lui en vouloir. Elle était certaine de l’issue du combat. Vu comme ils étaient tous en train de gérer…
    Cependant, quelques uns commençaient sérieusement à fatiguer. Comme Killian qui était à bout de souffle.
    Roxane retint d’ailleurs un cri lorsqu’elle faillit se faire trancher la tête ! (enfin, façon de parler vu qu’ils sont assez pitis) Mais fort heureusement, la jeune marchombre remarqua le guerrier-cochon au dernier moment.

    Puis les derniers cris de guerre s’achevèrent, laissant place à un silence oppressant. Süraby courut vers Killian pour la soutenir, et l’amener près d’une des charrettes. Elle en fit de même avec tous les blessés, pour que la rêveuse se mette au travail…
    Encore une fois, la surprise l’atteignit lorsqu’elle découvrit que la jeune femme fragile appartenait à la même classe qu’elle !
    Ce serait moins de boulot, donc…Plus de repos !
    Mais Roxy n’eut pas le loisir de lui parler car la demi-faëlle lâcha pour dérider la troupe, qui affichait une mine d’enterrement :

    -Au moins on ne risque pas de manquer de viande fraîchement découpée avec toute cette histoire ! Encore mieux servit que chez le boucher !!

    L’adolescente sourit, puis continua de s’occuper des blessés pendant qu’ils parlaient. Elle était en train de soigner Lavrenti, s’empêchant comme elle pouvait de ne pas regarder sa petite barbe. Puis finalement, comme tout le monde le devine, elle n’y tint plus et lâcha :

    -Ca fait quoi d’avoir une barbe ? Ca doit être vachement bizarre !

    Elle fronça les sourcils et se mit à chipoter avec, jusqu’à ce qu’elle se rende compte de son geste…
    Elle se mit à rougir fortement et baissa la tête, honteuse.

    -'Scuse…Je suis…trop curieuse.

    Bizarrement, ses pieds lui parurent d’un intérêt tout à fait remarquable…Si intéressant, en fait, qu’elle n’avait pas l’intention d’en détacher son regard avant disons…Une centaine d’années ? De quoi, en réalité, faire dissiper sa honte…

    [HS : je sais, c’est court mais j’ai pas trop d’idées…Dur quand on fait pas le combat hein XD]


    _________________


    Je te vois, Invité! As-tu besoin que je te soigne?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Sam 30 Juin 2012 - 22:31

    Dans un sourire, Ophys attendit comme lui avait demandé la Rêveuse. Elle la regarda se laisser glisser sur le côté pour atteindre une des sacoches attachées à sa selle dans le but de la fouiller de ses doigts délicats. Elle en sortit doucement une petite masse de fourrure qui étonna la légionnaire. Ainsi, le Chuchoteur était resté aussi longtemps aux côtés de la jeune femme ? N'avait-elle pas encore eu besoin de son aide jusqu'ici ? Du bout des doigts, Ophys caressa la minuscule tête du messager, soufflant chaleureusement de tout son étonnement. Ce petit animal la fascinait, comme l'Art auquel il était lié et dont elle n'avait aucun contact. Ophys, n'avait jamais eu l'instinct du Dessin, n'avait jamais touché à l'Imagination. Non pas parce qu'elle ne le souhaitait pas mais parce qu'elle en était parfaitement incapable. Mais la jeune femme n'avait aucun regret à ce sujet, au contraire, elle avait trouvé sa propre voie, celle qui la glissait dans sa vie, en elle. La voix de son amie la tira de ses songes et perdue un instant, Ophys chercha son visage.

    -Même si je n'ai pas encore essayé d'envoyer un message avec, simplement le fait qu'il soit une compagnie en plus me suffis largement. Mais comment l'as-tu eu ? Et toi que deviens-tu depuis la dernière fois, même si cela fait peu de temps, et en enfin qui sont les nouveaux venus ?

    Les doigts de la légionnaire finir de glisser de la fourrure douce du Chuchoteur et ils regagnèrent la crinière de feu de Flamerole dans laquelle ils se lovèrent. Son regard vert observa leurs compagnons qui les entouraient, tous à cheval ou assis dans le chariot, faisant la conversation à la conductrice qui semblait peu à peu se détendre et apprécier la compagnie des voyageurs. La légionnaire avait laissé fondre son sourire amical, peignant son visage de cette attitude neutre et imperturbable qui lui était si commune. Ses yeux observaient les visages, les statures mais surtout les mains de ses compagnons. Les dictons avaient beau dire que les yeux étaient les fenêtres ouvertes de l'âme, Ophys avait toujours trouvé que les mains, elles, en disaient beaucoup plus sur la personne. Sans quitter les nouvelles venues du regard, Ophys répondit d'un ton posé à Hash :

    « C'est l'homme qui m'a amené jusqu'à la Légion Noire qui me l'a envoyé un jour, pour me dire au revoir. Il partait vers l'Est. Ophys fit une courte pause dans laquelle elle retint sa respiration, jetant un coup d'oeil aux nouvelles. Ce sont deux jeunes filles, la plus âgées doit avoir ton âge, à peine. C'est une demi-faëlle a l'allure guerrière. La seconde n'est même pas majeure, elle est jeune et Rêveuse, comme toi. Encore espiègle. »

    Ophys avait ponctué la fin de ses paroles d'un petit rire mutin, se rappelant les paroles de l'adolescente à son égard. La légionnaire savait que la présence de Roxane allait faire du bien à l'expédition en apportant toute sa fraîcheur. Détendue, Ophys soupira posément et remarqua du coin de l'oeil le regard que lui portait le Dessinateur. Elle n'y fit pas vraiment attention, prenant ce coup d'oeil comme une observation sur la troupe. Elle, de son côté, en profita pour regarder les deux hommes qui chevauchaient à l'avant. Ils fixaient tout deux l'horizon, Thowind ayant détourné le regard de son visage. Ophys, comme beaucoup de femmes, aimait à observer les hommes et tout le charme qu'ils pouvaient avoir. Elle aimait à être charmée par eux, appréciant leur présence comme nulle autre. Mais ces temps-ci, elle ne portait strictement aucune attention à leurs regards, trop préoccupée par le perfectionnement de sa Voie et le bon déroulement de l'expédition. Malgré cela, elle était parfaitement consciente qu'elle ne restait pas insensible à la séduisante aura du jeune homme. La légionnaire eut un sourire en coin, un sourire candide au goût de miel qui lui réchauffa le coeur.

    L'expédition jusqu'alors avançant dans une allure lente, Lavrenti annonça la présence proche d'un abris qu'ils pourraient atteindre au terme d'une courte chevauchée, pour arriver avant la tombée de la nuit. Derrière les cavaliers de tête, Ophys acquiesça en silence et pressa légèrement ses jambes contre sa monture pour la mettre au galop. Un galop qui les mirent en mouvement et qui les réchauffèrent tout deux, les arrachant au froid qui avait commencé à engourdir leurs membres. Le froid du Nord était sans échappatoires, on avait beau le fuir ou l'oublier, il restait malgré tout toujours présent et meurtrissait les corps qui le craignaient. D'une main habile, Ophys ajusta le col et les manches de sa veste de cuir très fine, dont la doublure était en fourrure. Sur la veste d'Ophys, parfaitement ajustée à son corps, étaient appliquées des plaques de métal vargélite en guise d'armure ; protégeant essentiellement ses épaules, son thorax ainsi que ses avant-bras. Ne faisant que la protection des zones les plus sensibles de son corps, elles lui permettait de se mouvoir à sa guise, mais certainement pas de la protéger du froid. Et c'était bien cela qui la perturbait, elle avait froid et réfléchissait au pourquoi du comment elle pouvait avoir froid. Ces pensées, incohérentes venant de sa part et dans la situation passive du voyage, laissa un pâle pressentiment envahir Ophys, le même pressentiment depuis des années. La légionnaire semblait toujours emprise du froid à chaque fois qu'un malaise était à venir. Perturbée par cette nouvelle sensation, Ophys jeta un coup d'oeil à ses camarades qui ne reflétèrent aucune trace d'inquiétude. La sienne se dissipa aussitôt, lorsqu'elle rencontra le sourire espiègle de Roxane qui délivrait toute sa fraîcheur à l'expédition.

    Un moment plus tard, le chariot s'arrêta dans un tel capharnaüm de bruits tous plus désagréables les uns que les autres qu'ils tirèrent Ophys des rêveries auxquelles elle s'était abandonnée. Elle retint Flamerole et descendit de son dos avec souplesse, le laissant aller brouter à sa guise et faire la connaissance de ses nouveaux compagnons de voyage. Suivant le mouvement et en compagnie de l'historiographe Sil'Feudin, Ophys se chargea d'évacuer le chariot et partager les provisions pour la soirée tandis que les autres s'occupaient du bois. Occupée à sa tâche, elle se plût à observer les autres. Certains, comme Thowind, mettait beaucoup d'initiative à l'installation du camp : mise en place du feu, partage de la nourriture. D'autres, faisaient des repérages immédiats, analysant, observant leur nouveau camp. Ophys sourit, regardant tout ses compagnons monter le camp qui serait le leur et qui serait totalement étranger à un camp de légionnaires. Elle avait eu l'habitude, lors des excursions avec la Légion Noire, de camps plus structurés et surtout, plus sécurisés. La sécurité, dans ces camps, était mise de façon immédiate et c'était bien ce qui manquait à celui-ci pour l'instant.

    Thowind alluma le feu et Ophys s'assit très rapidement, pour éviter de montrer à tous qu'elle en serait tomber d'admiration. Le Dessinateur avait embrasé le bois avec indifférence, un jeu d'enfant pour lui comme pouvait le démontrer son petit sourire pincé et satisfait. Ne tombant pas dans l'hébétude devant autant de talent, la légionnaire fit passer les rations de nourriture à tous les voyageurs qui s'étaient enfin réunis pour le repas. Ils commencèrent à dîner dans la bonne humeur, Roxane chantait, Thowind racontait avec engouement l'histoire de sa rutilante armure, le sourire de Lavrenti dansait au rythme du chant de la Rêveuse, les autres écoutaient les histoires, d'autres les racontaient et Ophys restait silencieuse, regardant les ruines qui formaient le camp. La maison, emplie de vie, avait été écrasée, brûlée par la hargne et la volonté de mort du Nord. Cela lui rappelait son enfance, passée dans un village près d'Al-Poll. Les mélodies de Roxane déclenchèrent en Ophys un rire amusé, et même après que Thowind est repris les choses en main, elle conserva son sourire.

    Et puis, elle eut froid, très froid. Le cri de Thowind et le hurlement de Roxane combinés la tirèrent de son engourdissement soudain. Elle se leva d'un bon et évita une flèche qui se planta sèchement dans le sol. Elle jeta un coup d'oeil à Thowind, qui venait de retirer la flèche fichée dans son épaule quelques secondes auparavant. Lorsqu'elle le vit refuser l'aide des deux Rêveuses, dessiner une protection rapide et se jeter hors du camp, épée au poing, Ophys poussa un juron et bondit vers Flamerole. Experte, elle sella et harnacha son étalon avec rapidité et regarda une dernière fois le camp. La faëlle, Killian et Thowind avait disparus et elle offrit un dernier regard inquiet aux deux jeunes rêveuses qui avaient été prises sous la responsabilité de Lavrenti et de l'historiographe. Les voyant prises en charge, Ophys se jucha sur son cheval de guerre et le talonna vivement. Elle devait rattraper les autres guerriers, mais surtout le Dessinateur qui, blessé à l'épaule, montrait une grave atteinte près du cou, beaucoup trop sérieuse pour pouvoir assurer un pareil combat. Elle quitta en trombe la pluie de flèches qui se déversaient sur le camp et arrêta violemment Flamerole sur le sentier. A une centaine de mètre, une gigantesque masse d'eau venait de frapper de plein fouet des archers raïs, la pluie de flèches cessa et ses camarades se jetèrent à l'assaut des ennemis. Le vacarme du choc assourdit la jeune légionnaire qui ne put retenir Flamerole davantage, le lâcha et chargea.

    Le chemin que l'étalon flamboyant traçait dans la horde était jonché par les corps des raïs que tuait Ophys de ses poignards. A cheval, elle voltigeait, disparaissait, bondissait de sa selle pour mieux y revenir, tuait sans état d'âme les raïs qui attentaient à sa vie. Ophys était une légionnaire et une guerrière telle qu'elle ne tuait pas par plaisir, mais par nécessité. Pour elle, l'Art du combat n'était pas le massacre, mais un aboutissement à la Maîtrise. La légionnaire se laissa glisser sur le côté droit de Flamerole pour éviter le coup mortel d'une épée, se redressa et frappa à son tour, laissant un nouveau mort sur son passage. Flamerole avait fini de traverser la horde de raïs, ayant avec sa cavalière tracé une ligne de cadavres. Hors du champ de combat et perchée sur son cheval trépignant d'impatience, Ophys observa tant bien que mal au travers de la nuit la mêlée dans l'espoir d'y retrouver ses compagnons. Elle remarqua du premier coup d'oeil l'armure étincelante de Thowind dans la pénombre. Elle eut un soulagement en le voyant encore debout, tenant vaillamment tête aux raïs, son épée bravant encore les ennemis. Elle s'apprêtait à sauter de cheval et s'enfoncer dans la cohue meurtrière quand le hurlement inhumain d'un raïs fondant sur elle la surprit.

    Le raïs la frappa de plein fouet, faisant rouler Flamerole et sa cavalière au sol. En tombant, Ophys ne put retenir son hurlement qui s'éteignit quand la douleur de sa jambe écrasée par le poid du cheval la submergea. Le monstre se redressa, debout sur les flancs de Flamerole, l'empêchant de s'échapper. Ophys se débâtit, tenta de libérer sa jambe écrasée par le poids des deux bêtes, jetant par à-coups des regards vers le raïs. Il venait de réchapper à ses camarades, son corps velu suintait de transpiration et de sang, ses yeux porcins roulaient, fous, dans de immenses orbites. Il brandissait une barre de fer rouillée et déjà souillée par le sang, avec laquelle il avait la ferme intention de l'embrocher au paysage. Bestial, le monstre tordit son cou et poussa un cri de mort. Ce fut son dernier cri. Une lumière éblouissante avait transpercé les airs, s'était fichée comme une flèche enflammée dans ses yeux inhumains et l'avait déstabilisé dans sa frappe. Profitant de ce court instant, Ophys avait réussi à dégager un poignard de sa ceinture et l'avait lancé avec force dans la gorge de son agresseur. Le raïs s'effondra, agonisant. Enfin libre, Flamerole se releva d'un bond et piétina, brisa le corps du raïs expirant. Maladroite, la légionnaire se mit sur pied et sans plus attendre, couru en boitillant jusqu'à la mêlée qui faisait encore trembler le sol de par sa violence. La lumière persistait, tellement forte et si pure que l'on pouvait voir chaque détail de la cohue. Et cette lumière ne pouvait venir que d'un seul homme. Ophys dégaina enfin son sabre et dans son geste, mis à terre deux raïs qui l'entourait. Sabre à la main, elle devint intouchable. Ophys paraît, frappait, esquivant avec une adresse polie depuis des années. Même sa boiterie était devenue bénigne, inexistante à ses yeux. Elle retrouva vite Thowind, qui maniait encore son épée avec beaucoup de bravoure. Mais Ophys était arrivée au bon instant ; épuisé, le dessinateur perdait ses appuis, ses coups devenaient impuissants, le sang coulait encore abondamment de son épaule blessée. Il n'y avait plus que ses yeux, aussi puissants que les eaux du Pollimage, qui intimaient le respect à ses adversaires. La lame du dessinateur tua un monstre, mais, à bout de force, il ne put parer l'attaque d'un deuxième qui était bien déterminé à le décapiter sur place. Ophys, imperturbable, se glissa comme une ombre entre Thowind et le raïs qu'elle égorgea de sang froid. Sans dire un mot de plus, Ophys se rangea à ses côtés et ils exterminèrent les raïs qui se risquèrent à les tuer. Tout le temps aux côtés du jeune Dessinateur, la légionnaire l'avait soutenu lorsqu'il s'effondrait, livide ; mais la volonté de l'homme n'avait pas d'égale et sa lame fut la dernière a frapper l'adversaire. Même lorsque le dernier raïs tomba, Thowind ne dit rien. En avait-il seulement la force ? Son visage était blême, fixant désormais un vide que lui seul pouvait voir. Une fois de plus, ses jambes cédèrent sous son poids et Ophys le rattrapa tant bien que mal, le mettant à genou face à elle. Rangea son épée dans son fourreau, elle tira son poignard et entreprit de démonter l'épaulette de l'armure de Thowind, qui cachait la plaie béante de son épaule. Le camp était trop loin pour qu'elle puisse le ramener jusqu'à là-bas avant qu'il ne s'effondre une dernière fois, mort. Elle devait dès maintenant arrêter l'hémorragie pendant qu'il était encore temps. A l'aide de son poignard, elle coupa les liens de cuir qui assemblaient les morceaux de l'armure ensembles. Elle arracha l'épaulette de fer et découpa prestement un morceau d'un vêtement raïs qu'elle appliqua sur la blessure de Thowind. La plaie, très mal placée, aurait pu le tuer s'il avait encore combattu quelques secondes. Alors qu'elle pansait la blessure pour éviter les écoulements de sang abondants, elle lui murmurait avec froideur des reproches qu'il n'entendait sûrement pas, peut-être plongé dans un état second.

    «Imbécile. Il faut vraiment être orgueilleux et insensé pour avoir la prétention de manier le Dessin et le sabre de cette manière, après avoir refusé le soutient de deux rêveuses. En te conduisant comme ça, tu mets ta vie en danger et celle des autres. »

    Lorsqu'Ophys eut arrêté l'effluve de sang, elle se releva, passant le bras du Dessinateur autour de son cou pour pouvoir le soutenir lorsqu'elle l'emmènerait jusqu'au camp. Elle l'avait mit du côté inverse à sa propre jambe boiteuse et se mit en route. Elle voyait leurs camarades, à une centaine de mètres. La légionnaire espéra aucun d'eux n'avaient été gravement touché, du moins, pas autant que le Dessinateur. Ce dernier, appuyé contre elle, mettait ses efforts à se soutenir par lui-même et à ne pas l'encombrer lorsqu'elle marchait. Elle n'écouta pas même si il lui adressait la parole, calant sa tête brune contre son épaule pour éviter les efforts inutiles. Un silence s'était étendu sur le sentier, le carnage tempétueux été terminé, le calme était revenu. Ophys arriva aux près des ses voyageurs tremblante, soutenant encore à grande peine le jeune Dessinateur qui expirait. Elle le déposa auprès des rêveuses et s'éloigna pour respirer longuement. L'énervement, découlant certainement d'une peur impulsive, dont elle avait été emprise en rejoignant Thowind sur le champ de bataille venait peu à peu de s'estomper. Elle regretta les paroles qu'elle avait dit au semi-mourant, peut-être ne les avait il pas entendues et c'était mieux ainsi. Elle marcha un peu, pour détendre sa jambe raidie par la douleur et se rapprocha de ses compagnons. Il fallait s'en douter, mais il y avait foule au guichet des rêveuses. Seules Süraby, la faëlle, ainsi qu'Ophys n'avait été que très peu touchées lors de l'affrontement. Killian, supportait tant bien que mal sa blessure au dos, qui, cela se voyait sur son visage, la faisait atrocement souffrir. La légionnaire se mit à côté de la faëlle pour pouvoir répondre à ses doutes sans hausser la voix.

    « Non, les raïs sont trop bestiaux pour pouvoir faire preuve d'une intelligence d'organisation. Ces monstres vivent en troupeau par nécessité, seuls ils ne peuvent pas survivre. Mais ils peuvent être facilement dominés par quelqu'un qui a décidé de les asservir. Réunir autant d'archers dans un escadron aussi organisé a du prendre du temps. Cela veut dire que la personne qui les dirigeait était au courant de l'excursion bien avant notre départ et cela touche directement les administrations de l'Empire. Nous sommes suivis depuis le début, et ce genre d'attaques ne vont être plus que fréquentes. C'est certain. »
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    Invité
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Dim 1 Juil 2012 - 20:45

    Une demi-faëlle et une autre réveuse.. Interressant. Ceyye rêveuse es que je l'avais croisé sans la voir à Fériane? Peut-être. Elle avait hâte de faire sa connaissance. Le départ au galop de la troupe me sortits de ma rêverie. Et je ne fis rien pour ralentir Hérebus, qui ne fis rien de mal, juste suivre la vitesse des autres. Un air glacé s'incrusta dans mes vêtements. Je portais ma robe épaisse gris perle, en plus d'une cape en cuir fourrée, mais le froid me pénétrait quand même. Je resserrai un peu les pans de cuir sur moi, lacant les lacets qui me premettai de la fermer. Mais un frisson dans le dos me fis stopper mon geste. Les autres avaient ralentis, je me redressai sur ma selle. Mon cheval comprit tous de suite, il repassa au pas. Mes mains se ressèrent sur les rênes, et j'avalai péniblement ma salive. Je ne savais pas où nous avait ammené le guide, mais il s'était passé des choses ici. Des morts, des pleurs, des cris...
    On s'arrêta. Lentement je mis pied à terre, retira l'hanarchement de Hérébus et alla les ranger. Après l'avoir caliné et passer un licou. Tous les autres autour de moi s'affairaient, mais moi. Qu'es que je pouvais faire? Rien. Et pis même si je le pouvais, je ne le pourrai pas. Je m'éloignai un peu du reste de la troupe, pour rester debout à découvrir le lieu. L'herbe qui s'était remise à pousser, ne cachait pas l'odeur du brulé. L'odeur de la cendre, et de la chair imprégnait encore les lieux. Ma main glissa sur un bloc de pierre. Autrefois le mur d'une maison. Que s'était-il passé ici? Pourquoi il y avait tant de tristesse, de peur en ces lieux? Je refugis mes mains dans ma cape en retournant vers les autres, pour cacher mes mains qui tremblaient.

    Le feu diffusait une douce chaleur, réchauffant nos corps gelés. J'avais remonté mes genoux contre ma poitrine, les entourant de mes bras le repas finit. Ecoutant d'une oreille distraite les échanges, souriant parfois. Mais l'ambiance des lieux me pesais. Ce qui me manquais était la présence de mon loup. Alors que cette pensée me traversait l'esprit, un sifflement dans l'air me ramena cruellement à la réalité, ainsi que les cris de douleurs de Thowind et de la rêveuse. On nous attaquait. Tous alla très vite, les flèches pleuvaient, certaines se ficha àa à peine quelques mètres de ma position, mais je les ignorais, me levant. Les "guerriers" partirent à la charge contre l'ennemie caché dans les bois nous entourant. Il ne restait que la rêveuse, Lavrenti, l'histographe et moi. Le guide nous amena jusqu'à un arbre. Mais cet arbre n'était pas normal. Un aura l'entourait, comme si il était vivant. Je ne dis pas qu'un arbre n'est pas vivant, mais là, c'était comme si il était "humain". Un pressentiment impregnai tout son être: le danger. Mais il était dirigeait vers l'extérieur, donc cela ne nous affectait aucunement. Je ne me posai pas de question quand le guide nous intima de rester là. Je savais qu'il savait ce qu'il fesait, mais je me promi à lui poser quelques questions..

    On entendis plusieurs minutes. Minutes qui me parurent longues. Je me fis glisser contre l'écorce, m'assaillant dans l'herbe. Essayant d'ignorer les bruits des combats au loin. Ils me rappelaient trop de mauvais souvenirs. Le silence se fit. Un silence de mort. Je me relevai, attendant les autres qui ne tardèrent pas à arriver. Mon instinct de rêveuse me conduit jusqu'à un blessé, deux quand j'entendis Ophys réprimander le Dessinateur. Qu'elle déposa contre le chariot. Je voulu la retenir mais elle était déjà loin, laissant les bléssés les plus gravement touché la priorité. Je m'aggenouilla face au jeune homme. Je ferma brièvement les yeux, pour repérer ses blessures. Une était plus grave que les autres, donc je m'occuperais déjà de celle-ci. Sans cérémonie, je fis glisser mes doigts sur son épaule, touchant le pansement sommaire. Le retira délicatement, planquant mes deux mains sur la blessure retenant quelques peux le sang. Puis mon pouvoir se mis en route, rattachant les tissus déchirés.
    Je fermai les yeux, pour "voir" chaques plaies. Mes mains allèrent chercher chaques blessures pour les refermer. Quand j'eu fini, je me redressai.

    -Ne bouge pas ton épaule trop violement, ou lui demande pas trop de tension. Je te l'ai refermé mais elle peut de nouveau se déchirer. Je commencai à me détourner, pour aller vers les autres blessés, laissant Killian à Roxane, mais je me stoppai. En disant d'une voix dure.La prochaine fois essaye de réfléchir avant de foncer tête baissé, te vider de ton sang ne nous aurrait pas aider. Et la vie est trop précieuse et courte pour la gâcher inutilement, alors que tu as encore la chance de vivre un peu plus.
    Je repartis, mes pas foulant surement le sol. Je trouvis sans peine Ophys. Tous en lui posant la main sur l'épaule je lui dit, un sourire aux lèvres:

    - Assis-toi que je m'occupe de toi.

    Installée, je lui soignais ses plaies. Nous eûmes fini, Roxane et moi à soigner tous le monde quelques minutes plus tard. Et là un débat se mit en route, sur l'attaque. Cela ne me consernais pas, où je ne voulais pas y faire attention, mais en tous cas je m'éloignait un peu. Les sens aux aguets. Un grand sourire étira mes lèvres quand j'entendis un bruit de galopade. Je m'accroupis, mais déjà Lobo m'avait fais basculer sur les fesses. Son museau venait se loger contre mon visage, changeant tous le temps de place. Il frétillait, mes doigts allèrent se loger dans la fourrure de son cou. Sans me relever, je déclara aux autres, car j'avais senti la tension se mettre en place quand il avait apparu et courru vers moi. Les armes cliqueter.

    -C'est un ami!
    Revenir en haut Aller en bas
    Mercenaire__Membre
    avatar
    Féminin Âge : 24
    Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
    Messages : 15915
    Date d'inscription : 18/04/2011
    Mercenaire__Membre

    Mon personnage
    Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
    Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
    MessageSujet: Re: Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales] Dim 15 Juil 2012 - 14:02

    [il n'est pas super....mais bon...c'est pour débloquer un peu hein ^^]


    Süraby aida Killian à s'asseoir près du chariot pour ensuite aider les autres. Elle n'avait pas l'air d'être blessée, tant mieux. Thowind était avec Ophys, qui le soutenait. Il était tout aussi épuisé, et sa blessure n'était pas jolie. C'était peut-être courageux, mais c'était aussi stupide de sa part. Mourir dès le premier combat ne lui aurait rien apporté.

    Son dos la faisait souffrir, mais elle tentait de ne rien montrer. Les deux Rêveuses s'activèrent rapidement, et Killian vit Roxane apparaître au-dessus d'elle. Sans un mot, elle souleva son vêtement et déroula son rêve. Une onde de fraîcheur se déversa dans le corps de la Marchombre quand la douleur s'en alla. Bien sûr elle aurait une légère marque, mais elle remercia tout de même Roxane du regard, alors qu'elle allait s'occuper de leur guide. Mettant sa main sur le ventre, Killian se dit que c'était une bonne chose, d'avoir été blessée au dos. Parce que si c'avait été au ventre, l'enfant ne serait plus là. Et heureusement pour elle, personne n'était au courant pour sa grossesse. Et, à un mois, cela ne se voyait pas.

    Restant assise, elle observa le camp. Roxane était penchée sur Lavrenti et triturait la petite barbe qu'il avait. Killian ne put s'empêcher de sourire au vu de son regard innocent. Jusqu'à ce qu'elle rougisse en comprenant ce qu'elle faisait. Elle ne comprit pas les paroles prononcées par la Rêveuse, mais se retint de rire.

    Son dos tiraillait encore légèrement, mais rien de méchant. Elle se redressa donc, son nez l'avertissant d'une arrivée inconnue.
    Killian se tendit, prête, sans pour autant dégainer.
    Alors, lorsque le loup fendit la nuit pour se jeter sur Hash, tout le monde sortit les armes, prêts à le tuer, mais la Rêveuse leur dit qu'il était son ami.
    Les armes furent rangées, mais la méfiance restait. C'était un loup tout de même. Mais Killian avait toujours trouvé ses bêtes captivantes. Peut-être qu'il était la même chose pour Hash que Taï'Dashar pour elle.

    Les jambes encore mal assurées, Killian s'approcha du loup, regarda Hash et lui dit :


    -Il est vraiment magnifique ton loup. Je peux le toucher ?

    Elle attendit le hochement de tête pour le caresser entre les oreilles. Il était tout doux.

    Lorsqu'elle se releva, un débat avait lieu pour comprendre le sens de l'attaque. Killian réfléchit puis annonça :


    -Je pense que quelqu'un nous épie. Et ce quelqu'un nous suivra, tendra les pièges et les embuscades. Il faut se méfier et être encore plus prudent. Et si cette personne a les moyens de contrôler des Raïs, et des Raïs Archers, c'est qu'il est encore plus dangereux que ce que l'on peut penser. Je conseillerais de repartir tout de suite.

    Les autres semblaient dubitatifs. Elle n'avait fait qu'exposer son point de vue. Libre à eux de l'accepter ou non. Elle se rassit, son dos brûlant encore un peu. Ce n'était pas elle le chef de l'expédition. Elle ne prendrait donc pas de décision. Aucune.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
    Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

    Sujets similaires

    -
    » Descente dans les glaces [I : Départ et premières escales]
    » BELLE TAPISSERIE
    » Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
    » Il y a une part de vérité dans chaque mensonge ^^
    » Quelque part dans le Val d'Anduin [Flashback PV Sefir]

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Le Monde d'Ewilan :: Terres du Nord :: Citadelle des Frontaliers-