Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]

Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty18.08.13 16:49

Cela faisait maintenant plusieurs mois que l'ancien Sergent Belge , Eric Renard , était arrivé en Gwendalavir , échappant de peu a la mort.

Les rêveurs , "les médecins de ce monde" comme on lui avait expliqué , l'avaient sauvé. Mais il était resté inconscient très longtemps et ce n'est qu'après la visite d'un émissaire de l'empereur que les rêveurs l'avaient enfin fait sortir de sa longue nuit.

Il avait encore attendu quelques semaines , le temps de refaire quelques séances d’exercices pour récupérer un peu de ces anciennes facultés , et surtout pour ne pas risquer de faire une cible trop facile pour ses futurs déplacements en Gwendalavir.


Viens un beau jour ou un autre émissaire de l'empereur arriva , lui demandant de se rendre à Al-Jeit dans le cadre d'une étude de l'autre monde , le sien , l'empereur voulait qu'il participe a une discussion avec d'autres anciens terriens comme lui. Bonne nouvelle il n'etait donc pas le seul a c'etre "retrouvé" ici.
On lui précisa qu'il devrait faire une partie du chemin seul , puis qu'il retrouverai quelqu'un a une dizaine de kilomètres de Férianne , il devait laisser cette personne le guider à Al-Jeit.

Parfait ,le Sergent se mis donc en route après avoir reçut quelques vivres des rêveurs , et une vielle épée ayant appartenu a un soldat soigné ici bien des années auparavant. Ce soldat ayant vu la mort trop de fois , avait décidé de déserter , on ne l'avait plus jamais revu , certains disent qu'il est maintenant devenu Agriculteur. "bah , tant mieux pour lui" pensât Eric.

- Au revoir , et encore milles fois merci de m'avoir donné une seconde chance dans la vie !
- C'est notre vie que d'aider les autres a ne pas perdre la leur , lui répondit Maître Cermise (le rêveur qui l'avait le plus assisté pendant son long coma)


Le sergent mit en route , aucun incident majeur n'arriva , il se retrouva finalement au point de rendez vous et découvrit son escorte. "Quelle magnifique choix , je suis sur que mon trajet se passera sans encombre" pensât-il en se dirigeant vers cette inconnue en armure.
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty18.08.13 20:40

Une mission d'escorte? Bien, d'accord, ça c'était habituel. Une mission d'escorte confiée par l'empereur? Pourquoi pas, Tanura avait déjà travaillé pour des proches de ce dernier. Une mission de protection confiée par l'empereur pour protéger un homme venant de l'autre monde? Ça cela ne l'était vraiment pas, mais alors vraiment vraiment VRAIMENT.
Tanura accepta sans hésitation après s'être remise de sa surprise, par goût de l'aventure, mais aussi par appât du gain en voyant simplement l’acompte que lui proposa l'émissaire de l'empereur. Elle avait quelques jours pour se rendre au point de rendez-vous, à une dizaine de kilomètres de Fériane. Le délai était bien bref, aussi la jeune femme se mit en route aussitôt.
Tanura commença par se préparer. Durant sa grossesse, elle avait prit quelques kilos: elle constata avec un vif déplaisir qu'elle était presque trop petite: elle se condamna à une diète stricte pour les jours suivants tout en se débatant avec une sangle. Elle accrocha sa hache à son dos et son sabre à sa hanche, extrêmement satisfaite en revanche de retrouver leur poids familier. Elle fit jouer ses épaules dans ses spalières de cuir, pression à laquelle elle n'était plus habituée. Tanura enfila autour de son cou un petit médaillon qu'elle avait fait faire à prix d'or il y avait peu: il contenait un minuscule portrait de sa fille Taabysé.
Tanura rassembla ensuite quelques affaires et provisions pour la route et alla chercher son cheval dans les champs avec les vaches de son frère. Elle salua de quelques caresse son ancien destrier Shaka, qui prenait une retraite infiniment méritée après presque vingt ans de bons et loyaux servies et qu'elle avait dû laisser au pré à cause d'une mauvaise boiterie due à son age avancé. Elle attrapa donc son nouveau cheval, Sel, par le licol quand il vint à sa rencontre.
Ce n'était pas un étalon de grande qualité, pas mieux qu'une bête de labour, mais Tanura n'était pas grande cavalière, elle n'avait pas besoin d'un animal exceptionnel. Il suffisait qu'il soit assez courageux pour ne pas reculer devant le fracas des combats. La jeune femme avait profité de sa retraite pour lui apprendre à bousculer des adversaires avec son poitrail et à donner des coups de tête et de sabot.
Une fois qu'elle eu pansé soigneusement la robe pommelée de Sel, elle le harnacha rapidement, chargea sur son dos ses bagages puis entra dans la maison pour faire ses adieux.
Tanura poussa doucement la porte. C'était un jour de repos et le temps était mauvais, aussi toute la famille se trouvaient dans la pièce commune. Ses deux neveux jouaient sur le tapis devant la cheminée et son frère aîné, Léonard, était assis dans son fauteuil discutant avec sa femme Azélie. Sur les genoux de cette dernière se trouvait la petite Taabysé qui babillait en jouant avec un petit cheval de bois. L'enfant était très jeune mais elle ressemblait beaucoup de visage à son père Sogwinn, un petit regret de Tanura à qui cela rappelait de mauvais souvenirs. La petite avait toutefois les cheveux blonds et la forte stature de sa mère. Elle s'approcha et souleva l'enfant dans ses bras pour l'embrasser.

"C'est donc décidé? Tu t'en vas, Tanura?" demanda Léonard en se levant.
"Oui Léo, il est temps. Prenez bien soin de Taabysé. Vous me manquerez tous."
"Tu n'es pas obligée de partir, Tanura: tu nous es très utile et puis cela doit te fendre le cœur de laisser ta fille derrière toi!" intervint Azélie.
"Azélie a raison! Reste avec nous!"
"J'aimerais bien!" s'exclama Tanura en souriant. "Mais j'ai accepté la mission et l'acompte! Et puis vous me connaissez, je ne tiens pas en place! Je ne suis pas une fermière dans l'âme!"

La jeune femme embrassa son frère, sa belle-sœur et ses neveux, puis sa fille. Azélie avait raison: ce fut un crève-cœur de déposer Taabysé dans ses bras pour se diriger vers la cour où l'attendait son cheval. Sans comprendre, le bébé regarda partir sa mère dans les bras de sa tante.

***

Dix jours de chevauchée plus tard, Tanura se trouvait au point de rendez-vous: l'entrée d'un petit village. Pas de trace du fameux Sergent Renard qu'elle était censée retrouver. Sel broncha sous sa selle et elle lui laissa les rênes longues pour lui permettre de brouter l'herbe au bord de la route. La jeune femme bailla, se gratta la tête et déchaussa ses étriers, laissant pendre ses pieds pour détendre ses jambes. Si ce Renard ne se pointait pas dans l'heure, elle rentrait dans les Marches aussi sec et le bonhomme se démerderait pour arriver à Al-jeit en un seul morceau!
Enfin, une petite silhouette apparu sur le chemin. A mesure qu'il approchait, Tanura se rendit compte qu'il correspondait à la description de celui qu'elle attendait. Sans plus attendre, elle talonna Sel. L'énorme étalon pommelé passa docilement au trot vers l'homme, pour s'arrêter devant le sergent. Elle baissa le bras pour l'inviter à lui serrer la main, un air professionnel sur le visage, malgré la curiosité qui la rongeait.

"Sergent Renard? Je suis Tanura Deignar, chargée de vous escorter jusqu'à Al-jeit." dit-elle d'une voix ferme de celui qui a déjà vécu la même scène de nombreuses fois, avant d'ajouter sur un ton plus hésitant: "Vous n'avez pas de cheval?"
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty19.08.13 19:01

et bien , c'est a dire que ... de toutes façons .... je ne sait pas monter a cheval ... vous voyez , dans l'autre monde ... on se déplace grâce aux véhicules a moteur

Le sergent raconte brièvement son histoire a Tanura qui lui propose alors de s’asseoir derrière elle , l'intérèssé est un peu intimidé mais accepte , ne voulant pas marcher tout le monde de se trajet.
Bien que sa formation lui avait appris a marcher 50 km avec un sac de 25 kg , notre militaire était un peu , mou , a la suite de sa longue covalence , il ne se pensait plus capable de marcher de longs trajets , l'histoire nous prouvera qu'il n'avait pas tant perdu de ses capacités et qu'il en apprendra vite de nouvelles.

C'est ainsi que nos 2 compagnons se mettent en route , par un ciel dégagé de fin de matinée.
Eric s'habitua assez vite a ce nouveau moyen de déplacement , il se dit qu'il s'en acheterai bien un , mais doute qu'il puisse le faire avec seulement la bourze laissée par le 1er émisaire.
Mais pourquoi pas ? Eric demande alors a Tanura d'examiner le contenu de la bourse.
Celle-ci lui rends avec un petit sourire et l'informe que bien que cela ne suffise pas pour un cheval c'etait assez pour , par exemple , passer 3 nuits dans une auberge de qualité avec repas inclus.

"Et bien , si le temps nous le permet , j'espère pouvoir goutter de l'hospitalité des Alaviriens alors !"

Leur chemin continue , a travers de vastes étendues légèrement boisées , Eric est surpris par tant de nature a l'état sauvage , il se rapelle son enfance , son monde était déja ... tellement plus ... pollué ...
Eric se demande pourquoi ce monde reste si pur , Tanura , s'etant improvisée guide lui repondit : "l'immagination , ou comme un terrien dirait : la magie"
Le sergent veut en savoir plus mais elle lui fait comprendre qu'il faut mieux qu'il découvre pas lui même les aspects de l'imagination , l'empereur le fera d'ailleurs surement tester a son arrivée.

Quel genre de test ? , mais sa question reste sans réponse.

Voyant que son guide ne lui révèlerai pas plus d'informations il continue a observer le paysage , 7viens enfin le temps des réjouissances , un repos bien mérité après 7 heures de route , plus ou moins.

Tanura décide de les faires s’arrêter et informe le sergent qu'ils dormiront a la belle-étoile.
Celle ne le dérange pas , même si il aurait préféré avoir son sac de couchage en gore-tex garanti par moins 20 degrés centigrades ou sa tente imperméable ... Il se dit qu'après le cheval , une tente ce ne serait pas du luxe non plus. Enfin soit , Tanura l'informe qu'ils n'auront pas besoin de faire des tours de garde , cette région n'est jamais dangereuse pour celui qui sait se battre , les bandits sévissent , oui , mais plus au nord , a au moins 3 journées de cheval.
Cela réjouit Eric , il n'avait jamais aimé les tours de garde noctures , pourtant si nécessaires en opération.

Le calme ne fut que relatif , en pleine nuit un bruit réveilla le sergent , heureusement ce n'etait qu'un genre de mammifère , qui continua son chemin. Tanura ne s'etait pas réveillée , l'animal n'etait donc pas dangereux.

La 2ème alerte lui tira une réplique : " Laisse moi dormir , va paître ailleurs ! " ,

Il faillit se faire tuer pour avoir indiqué si clairement sa position , heureusement il avait aussi réveillé sa protectrice.
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty20.08.13 22:57

Le sergent Renard s'installa sur la large croupe de Sel et Tanura fut horrifiée en apprenant qu'il ne savait pas monter à cheval. Il aurait annoncé qu'il n'avait pas de jambes qu'elle n'aurait pas été plus choquée. Elle ne savait pas ce qu'était un "moteur" mais visiblement, l'utiliser ne nécessitait pas de savoir chevaucher. Elle n'était pas très bonne cavalière, mais il était nécessaire de monter à cheval pour pouvoir se déplacer facilement à travers Gwendalavir.
La matinée se passa vite et agréablement. Renard était un compagnon agréable. Il prit la peine de lui raconter son histoire, gagnant grâce à cela le respect de la jeune femme. Elle avait déjà frôlé la mort, mais jamais aussi d'aussi près que lui: il était formidablement chanceux! N'importe qui serait mort à sa place.
Tanura s'efforça de répondre du mieux qu'elle pouvait aux interrogations de son compagnon de route. Cela devait être tellement étrange d'arriver dans un monde inconnu dont on ne soupçonnait pas l’existence. Elle voyait son univers à travers des yeux neufs en l'expliquant à Renard. Il était dans ce monde comme un enfant dans un corps d'adulte, obligé de tout réapprendre. En tant que jeune mère, ça la touchait particulièrement et elle décida de prendre le sergent sous son aile, chose un peu insolite, car l'homme en question était au bas mot âgé de dix ans de plus qu'elle!
Tanura n'était pas dessinatrice, aussi quand elle s'aventura sans le faire exprès sur une pente glissante pour lui expliquer le dessin et le test, elle préféra ne plus rien et accéléra pour forcer Renard à se concentrer plus sur son équilibre que sur le monde qui l'entourait. C'était un peu lâche, mais ça eu le mérite d'être efficace.
Au bout de plusieurs heures de chevauchées, au pas, au trot, mais aussi au galop quand le terrain le permettait, Tanura fini par décider qu'il était l'heure de dresser le camp. La nuit tombait, aussi, elle se dépêcha de choisir un endroit, derrière quelques arbres, où ils pourraient s'installer tranquillement.
Elle fit du feu et plaça sa marmite au dessus de l'eau pour faire une infusion. Pour le reste, ils devraient se contenter de viande de siffleur et de pain, car elle était partie trop vite pour rassembler des provisions plus conséquente.
Mais avant tout, Tanura s'occupa de son cheval, le dessellant, et le débridant avant de le panser avec soin. Elle le laissa en liberté autour du camps, consciente du fait qu'il était assez bien dressé pour ne pas s'éloigner.
La région était calme, aussi la jeune femme s'autorisa à retirer une partie de son armure de cuir pour la nuit. Elle ôta sa braconnière, la seule pièce en métal de ses protection, ainsi que ses cuissards colorés, mais garda le corset qui protégeait son ventre, ses spallières et son gorget de mailles, qu'elle fini toute fois par retirer pour manger plus à l'aise. Prudente malgré tout, Tanura garda sa hache et son sabre à porté de main.
Quand ils eurent mangés, elle alimenta le feu une dernière fois, jeta un laconique "Bonne nuit" à Renard, puis s'enroula dans sa couverture et sombra presque tout de suite dans un lourd sommeil paisible et sans rêves. Paisible, oui, mais qui ne devait pas durer longtemps.

"Laisse moi dormir, va paître ailleurs!"
"Si Sel vous importune il faudra être plus ferme pour le chasser, Renard." marmonna Tanura à moitié endormie.
"Ta gueule grosse vache!" fit une voix désagréable, alors qu'on lui mettait un vigoureux coup de pied dans la mâchoire.

Sa main se referma sur sa hache et avant qu'elle n'ai vraiment compris ce qui se passait, elle était sur ses jambes. Tanura jeta un cou d'oeil autour d'elle: ils étaient cinq. L'un était déjà aux prises avec Renard, qui lui donnait visiblement du fil à retordre. Un autre tenait Sel par le licol, mais l'étalon, rendu nerveux par tant d'inconnus autour de lui, ne semblait pas décidé à se laisser emmener. Un troisième examinait les pièces d'armures dont elle s'était défaite et le quatrième faisait le guet. C'était lui qui l'avait frappé. Il avait certainement espéré l'assommer, mais c'était sans compter sur la résistance exceptionnelle de la jeune femme.
Tanura cria le premier mot qui lui vint en guise de cri de guerre tout en balançant un grand coup du plat de sa hache dans la tête de l'homme:

"TAABYSÉ!"

Le brigand vola à deux mètres et ne bougea plus, assommé, à moins qu'elle ne lui ait fracturé le crâne ou dévissé le col. Furieuse, échevelée et hurlante, elle devait être un spectacle tout sauf rassurant. Celui qui examinait jusque là son armure leva timidement sa dague et l’abattit sur la poitrine seulement protégée par une épaisseur de tissu de la jeune femme. Elle esquiva promptement, mais la lame traça tout de même une ligne de feu au dessus de ses seins, les mêmes qui allaitaient un nouveau-né il y avait encore quelques mois. Elle émit un mugissement de fureur et se rua vers le voleur qui détala sans demander son reste
Tanura agita ensuite sa hache en direction du dernier homme, qui tentait toujours d'emporter Sel.
Moins impressionnable, le type continua à tirer sur le licol de l'imposant étalon. La jeune femme se rua vers lui en brandissant sa hache. Il tira alors son épée en sautant en arrière pour se mettre en garde et para habilement le coup qui visait sa tête. Le duel s'engagea. Le type ne se débrouillait pas mal à avec sa lame, surtout face à une hache de dix kilos manié par une guerrière bâtie comme un cheval de trait et enragé comme une ourse blessée. Ils s'infligèrent tous deux moult petites blessures et contusions. C'est alors que les choses se gâtèrent pour le voleur.
Étendant le bras, il réussi à blesser légèrement la cuisse de Tanura, non cuirassée elle aussi. La blessure n'était pas grave, mais elle enragea encore plus la jeune femme. Elle leva une fois de plus sa hache et l'abattit. L'homme tenta de parer et sa lame se brisa nette en deux morceau. Celle de Tanura en revanche, poursuivit sa course et lui infligea une profonde blessure de l'épaule à l'aine. Il n'eut le privilège de garder ses tripes à l'intérieur de son corps que parce qu'il avait bondit en arrière à temps.
Le voleur s'enfuit à son tour, la chemise ensanglantée. Tanura soupira et s'appuya sur sa hache un instant pour reprendre son souffle, puis se tourna vers Renard.

"Rassemblez vos armes et bagages, on lève le camp avant qu'ils ne reviennent avec des renforts."

Elle se dirigea vers les pièces de son armure éparpillées au sol et enfila le tous, par dessus ses estafilades et ses meurtrissures. Elle lècherait ses blessures plus tard. Elle rattrapa ensuite Sel et le harnacha rapidement, puis monta en selle.
Tanura guida ensuite son cheval et tendit la main au Sergent Renard pour l'aider à monter en croupe.

"Dépêchez vous, si vous êtes blessé on s'en occupera après"
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty23.08.13 16:29

Mais , Mais ... c'etait censé etre sécurisé ici non ? UN hasard ou quelqu'un vous en voudrait-il a vous ou pire , a moi ? Impossible personne ne sait que je ne suis pas Alavirien a part vous , les réveurs et quelques proches de l'empereur j'imagine.

On y réfléchira plus tard , il faut mettre de la distance entre eux et nous , MAINTENANT !

A vos odres chef.


Ansi , en plein milieu de la nuit , les 2 compagnoms se remirent en route , Sel pris de la vitesse et ils ne revirent pas de trace des étrangers si ce n'est un vieux feu de camp pas tout a fait éteint a quelques kilometres au sud de la piste.
Etrange , une embuscade sur nous , pense tout de suite Tamura , mais elle ne dit rien au Sergent pour ne pas l'affoler.

pensées de Renard : "woaw , se battre a l'épée n'est pas si mal , j'ai bien faillit le tuer. Et puis pourquoi pas ? Et si je m'engageais dans leur armée ? Une place pour quelqu'uun comme moi doit bien exister ? Ils ont surement une division spéciale pour leurs "dessinateurs" , peut-etre qu'une autre l'est pour les terriens ? je ne suis surement pas le seul a etre venu ici , puisqu'un soldat comme moi le peu pourquoi pas nos politiciens ? si sa se trouve les USA ont des contacts ici ? et pourquoi pas ? on nous a tellement caché de choses ... tel leur zone 51 ... finalement juste des avions U2 ...

Revenons au voyage et laissons renard a ses questions qui resteront sans réponse tant qu'il n'aura pas rencontré l'empereur.


Nos voyageurs s’arrêtent dans une auberge " Au voleur repenti " , pas très encourageant , on espère que le vol ce n'etait pas sur les prix. Après un repas conséquent ils se remettent en route.



Finalement Al-jeit deviens visible , bien qu'encore a une petit journée de voyage.
Renard est oubli par tant de couleur , de pureté , jamais dans son monde une aussi belle création n'avait été réalisée , pas même les tours de Dubai , la Gare de Liège , le tunnel sous la manche , rien n'etait aussi grandiose !
penssées de Renard : "Comment ont-ils trouvé autant de pierres précieuses pour les appliquer en finne couche sur toutes les structures ? Le dessin y est peut-etre pour quelque chose ? Si ils peuvent soigner ou se battre avec pourquoi pas construire ? Quel monde fantastique."

Tanura le regarde , ses yeux grands ouverts , comme toute personne découvrant la capitale , un choc ! Encore pire pour ceux qui ne sont pas dessinateurs , qui plus est terrien , il doit croire rencontrer la perfection. Dommage qu'on ne puisse pas lui montrer l'arche , il serait peut-etre encore plus ébahi.


Tanura apercoit un cavalier se dirrigeant vers eux , elle ralenti l'allure et prends une posture pleine d'assurance.
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty23.08.13 20:04

Dès que Renard fut en selle, Tanura talonna Sel qui partit obligeamment au trot vers la route. Pressée par l'urgence, elle l'encouragea à partir au galop. Il tint une allure soutenue pendant plusieurs kilomètres, sensible au stress de sa cavalière, puis, essoufflé, ralenti. Elle se redressa. Sous son gorget, elle sentait sa chemise imprégnée de sang qui lui collait à la poitrine, sans parler de son pantalon qui était imbibé jusqu'au genoux.

*Si ça saigne au moins, ça ne s'infecte pas.* pensa la jeune femme pour se donner du courage en invoquant mentalement toutes les fois où elle s'était blessée bien plus gravement.

Le plus étrange était ces hommes qui les avaient attaqués. Il étaient venus vers eux avec l'évidente intention de leur voler tout ce qui avait de la valeur dans le campement, mais pourtant la région était réputée pour être reposante pour le voyageur. Il fallait bien reconnaitre que les temps sombres étaient hélas pas finis, loin de là. Maintenant les coupes-gorges, les brigands et alliés sévissaient même à deux jours de cheval d'Al-jeit. Tanura soupira. Temps durs, temps sinistres. Elle était heureuse que sa famille vive dans l'ombre de la Citadelle, sous la protection des frontaliers, un des rares endroits où, visiblement, on se risquait plus de se faire égorger dans son sommeil.
Ils chevauchèrent une bonne partie de la nuit et de la journée. Tanura fini par s'accorder une halte dans une auberge. Assez de temps pour manger et prendre un peu de repos, mais elle ne prit pas le soin de laver ses blessures et de les panser. Le plus important était de mettre Renard en sécurité à Al-jeit, si toutefois il y était en sécurité, et ce, le plus vite possible. Elle ne brulait pas encore sur ses réserves pour tenir debout, donc cela n'était pas encore trop grave.
Ils continuèrent la chevauchée, alternant entre trot et galop. A la fin de la journée, Sel renâclait de fatigue, peu habitué à avancer du milieu de la nuit à la fin du jour, avec seulement une demi-heure de pause.
Al-jeit apparaissait à l'horizon, mais était encore à une bonne journée de cheval. Jetant un oeil derrière elle, elle vit Renard fasciné, fixant la ville, qui scintillait de tous ses joyaux dans le soleil couchant. Tanura quitta pour la première fois de la journée son expression de concentration renfrognée pour sourire face à la l’hébètement de son passager.

"Ça fait cet effet là à tout le monde la première fois. En plus nous voyons la ville à un des plus beau moment de la journée!"

Un cavalier arriva au loin en lui faisant un grand geste du bras. Un peu avachie sur elle, même, la jeune femme se redressa vivement et malgré ses traits un peu tirés, prit une expression neutre et passa la main dans ses cheveux ébouriffés.
L'homme fit piler son coursier. Il avait l'air paniqué.

"Aidez nous! Je vous en supplie! Par pitié!"
"Calmez vous! Expliquez moi votre problème." répondit Tanura, d'un ton impétueux.
"Nous avons été attaqué, ma femme enceinte est blessée! Ça a déclenché l'accouchement et nous avons déjà un enfant qui est désoeuvré!"

Tanura eu la sensation de prendre un coup de poing en plein ventre. Elle était terriblement pressée, mais en tant que mère, elle ne pouvait pas laisser cette pauvre femme mourir au bord de la route et en priver son enfant. Sans se poser de questions, elle répondit:

"Menez moi là-bas!"

L'homme partit au galop en lui faisant signe de suivre. Ils prirent un chemin parallèle sur une centaine de mètres. Sur le bord de la piste, une femme au ventre gonflé était allongée, gémissante, la robe imprégnée de sang. A ses cotés, une petite créature frêle enveloppée dans une couverture pleurait toute les larmes de son corps. Tanura sauta de sa monture et alla s'agenouiller sans perdre de temps à ses cotés. Elle n'avait jamais fait office de sage-femme, mais il le faudrait. Si elle avait de la chance l'accouchement se passerait relativement bien et elle pourrait soigner tant bien que mal sa blessure.

"Tout va bien, madame, je vais vous aider!" dit Tanura sur un ton apaisant en s'agenouillant à coté de l'enfant et en saisissant doucement la main de sa mère.
"Vous êtes trop bonne, grâce à vous ma mère est sauvée!" railla une voix alors qu'une lame se posait sur sa gorge.

Tanura hoqueta et sa main se posa instantanément sur son sabre. L'enfant n'en était pas un. Il s'agissait d'une petite femme frêle, qui avait pour seul point fort, celui d'avoir sa lame sur sa gorge.

"Peste!" jura-t-elle.
"Lâchez votre arme où je vous ouvre une deuxième bouche." ordonna la "petite fille".
"Prenez la fuite Renard! Mon frère s'appelle Léonard, il vit dans les marches! Vous lui ferez rapporter mes armes et mon corps si on les retrouve!"

Mais trop tard. Déjà les fourrés s'agitaient et sortaient un homme qui immobilisa Sel, tandis ce que le prétendu père désespéré faisait tomber Renard de sa selle. La fausse femme enceinte blessée se leva en riant pour la désarmer. C'était la fin. Tanura lâcha la poignée de son sabre et leva les mains, désemparée.

"Épargnez au moins Renard. Tuez moi mais ne piétinez pas mon honneur."

Elle baissa la tête. Au moins Taabysé se trouvait-elle entre de bonnes mains.

Hors-rp:
 
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty27.08.13 18:26

Renard assistait a la scène impuissant , il avais d'abord émis quelques reproches a son guide pour ce détour , mais finalement accepté , sachant que cela n’était pas du temps perdu si l'on pouvais sauver quelqu'un.

Arrivé sur la scène il attendit , en selle , pendant que Tanura s’apprêtait a aider la femme. Il vis que Tanura avait laissé ses armes accrochées a la selle , hormis son sabre qu'elle gardait au fourreau   ,aucun danger en perspective puisque la guerrière aurait pris son matériel si l'endroit était dangereux.

Renard instantanément que quelque chose clochait quand Tanura était presque sur la femme. Il voulut crier "C'est un piège" mais quelqu'un venait de le jeter a terre en tirant sur sa jambe.

Heureusement pour lui , son agresseur le pensât assommé pas la chute , bien peu pour mettre hors course une ancienne force spéciale. Il fit néanmoins semblant d'etre sonné et ne bougeât que pour mettre la main sur le manche de son épée , tombée a 1 mètre de lui. Il se rapella ses exercices de lancer de couteau et se prépara mentalement a jeter une lame 3 fois plus longue et 5 foi plus lourd que les couteaux ABL.

Pendant se temps Tanura était désarmée , un couteau sur la gorge , 4 brigands ( dont "la femme" et "le faux père" ) autour d'elle.

Le sergent se releva lentement pendant que les agresseurs parlaient a sa protectrice.

Il se plaçat dans un angle parfait pour toucher sa cible , l'homme au couteau , et lançat son sabre , tel un couteau , il fit un vol lamentable , manquit de se mettre a la verticale a cause du poids de la garde trop supérieur a celui de la lame , restat finalement vaguement horizontal , et se fichat presque par miracle dans la jambe gauche de l'homme , très surpris , qui tomba a terre , la lame ayant transpercé ses chairs , sa jambe ne répondant plus a ses désirs.

Tanura en profita pour réprendre la main sur son sabre mais déja les 3 autres étaient sur elle , elle dut donc se défendre tant bien que mal , en reculant vers un abre.

Le sergent voulais l'aider , il saisit donc l'imposante hache et s'apprétait a donner un coup dans le dos d'un des assaillants quand il entendit un cri de guerre.

"Pour l'empire ! Massacrez moi ses créatures du chaos !


Eric se retourna et vis 10 imposants cavaliers , menés par un homme horriblement grand (a vue de nez 2,05m) , donner la charge a près d'une trentaine de brigands qui venaient de se révéler dans les  buissons a 20 mètres de sa position.

Tanura ,courrez , les renforts sont là !!!


Il se mis lui même a courir dans la direction de la force de frappe impériale , Tanura aussi courut , plus vite que lui. Les 3 agresseurs de Tanura ce jetèrent alors que lui , aidé de 2 autres qui s'étaient séparés de leur groupe pour venir en aide a ceux qui avaient tendu l'embuscade.

Eric était désarmé , Tanura et les autres trop loin de lui , déjà pris dans un combat a 11 contre 28.
Mais lui il était seul et a 1 contre 5 il n'avais aucune chance.
Il se mis donc a tenter l'impossible.
pensée:  "Tanura m'as dit qu'ici beaucoup de gens peuvent utiliser l’imagination , moi même je l'ai utilisée pour échapper a la mort en venant ici , alors pourquoi pas ré-essayer"
Il imagina une épée dans sa main et se concentra sur la vitesse a laquelle l'arme devais apparaître.

Le résultat fut surprenant , rien n'apparu dans sa main , a la place , un des brigands lâchât son arme et celle-ci fila vers éric , pour s'immobiliser dans les airs devant son bras droit.

Woaw ... énorme ce pouvoir !

Eric , maintenant armée et à 4 contre 1 , fit prendre la fuite aux brigands , non pas ses talents de guerrier mais car ils avaient eu peur en voyant son tour de passe-passe avec l'arme de leur compatriote.

Eric se tourna alors vers Tanura et les hommes venus les aider.


[EDIT NEL :
Il faut écrire tous les chiffres en lettres, deux, quatre.. pas de nombres (2, 4... à bannir des rps)! (édite rapidement tes rp précédents), et je ne sais pas si t'es ok avec Tanura, mais normalement il ne faut pas jouer le personnage de l'autre, tu peux donner quelques indications sur les actions de l'auters personnage, pour faire avancer l'histoire, mais évite de le faire parler, ou de devancer ses réaction ;) Voilà ce dernier point que j'ai remarqué sur tes rps précédents, donc pense-y pour tes prochaines réponse]
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty28.08.13 0:11

Tanura se laissa fouiller, même si s'était plutôt un pelotage en règle qu'une fouille. La jeune femme resta concentrée sans broncher, fixant le vide droit devant elle, à la recherche d'une échappatoire. Il la détrousserait, cela ne faisait aucun doute et les bandits par pelles qui venaient de sortir du bois passeraient probablement un bon moment entre ses cuisses, même si elle se débattait avec toute la conviction du monde et cela ne faisait aucun doute: ils la tueraient pour être sûrs qu'elle ne parle pas.
Et Tanura ne voyait pas comment s'en sortir, avec un couteau sous la gorge et Renard déjà précipité au sol, visiblement assommé ou tout au moins bien sonné.
Elle disparaitrait sans laisser de trace. Elle avait un bon cheval, des armes et une armure de bonne facture, tout serait distribué dans la bande ou revendu. Il n'y aurait rien à rendre à sa famille. Elle qui avait espéré pouvoir au moins laisser ses armes à Taabysé si il lui arrivait malheur! C'était fichu. Tout était fichu. Est-ce que sa fille choisirait de devenir agricultrice ou chevalier? Et si elle était dessinatrice? Continuerait-elle à ressembler à ce point à son père une fois devenue adulte? Autant de questions dont elle ne verrait pas la réponse.
Très bien. Tanura partait pour un nouveau voyage. Ce n'en serait qu'un de plus, mais elle ne redescendrait pas de son cheval après quelques mois pour embrasser les siens. C'était donc pour ça que l'idée de ce départ lui semblait si douloureux. Ses yeux s'embuèrent, mais elle renifla et releva bravement la tête. Elle mourrait en pleurant, mais au moins la tête haute.

"Pour l'Empire! Massacrez-moi ces créatures du chaos!"
"La Légion Noire!" s'exclama Tanura, soulagée et incrédule.

La fausse enfant qui tenait toujours son couteau sous sa gorge, recula soudain, laissant soudainement la jeune femme libre de ses mouvements. Elle éclata d'un grand rire jubilant évoquant presque la jouissance physique tant elle était heureuse. Elle se leva en dégainant son sabre et transperça la soit-disant petite-fille au niveau de l'estomac. La canaille enserra la lame entre des mains en crachotant, se sentant mourir. Tanura retira son arme. Cette petite catin mourrait aussi surement que son bourreau vivrait, mais elle mourrait lentement.
Elle se rapprocha des légionnaires pour faire front à leurs cotés. Elle n'avait pas le temps de chercher sa hache, accrochée au harnachement de Sel. Tant pis, Tanura s'en tirait bien aussi au sabre. N'avait-elle pas été élevée avec des fontalières?
Le combat s'engagea, sauvagement. Elle avait eu si peur de perdre la vie que sa soif de sang ne connaissait plus de limites. Elle ne se rendit compte qu'après quelques minutes que Renard était isolé et désarmé. La jeune femme commença à essayer de se diriger vers lui, sans succès. Un lame apparu soudain dans sa main. Venait-il de dessiner? Elle n'en savait rien, elle ne voyait pas bien de là où elle était. Impressionnant qu'il ai réussi à créer une épée comme ça sans rien savoir du monde dans lequel il se trouvait, alors que Tanura elle même était incapable de dessiner un feu ou une simple étincelle!
La bataille se déroula vite. La plus part des hors-là-loi furent tués et ce qu'il en restait prit la fuite.
La jeune femme regarda autour d'elle: plus un ennemi vaillant. Ceux qui n'étaient pas morts étaient bons à achever. Tremblante d'épuisement, ses blessures rouvertes par le combat, Tanura se dirigea vers les légionnaires.

"Merci beaucoup, je n'ai vraiment pas géré la situation cette fois."
"Il n'y a pas de quoi. On nous avait signalé des brigands particulièrement actifs dans cette zone. Ravis d'être arrivés à temps."

Ils se remirent en route après cela, cette fois escortés par la Légion.

***

Ce ne fut que le lendemain qu'ils parvinrent à Al-jeit. Une fois au palais de l'Empereur, il fut temps de faire les adieux. Tanura mit pied à terre dans la cour de l'écurie et tapa vigoureusement dans le dos de Renard en guise d'au revoir.

"Bien. Renard, ce fut un plaisir. Je vais vous faire mes adieux à présent. Le guérisseur local va s'occuper de mes estafilades et je vais rentrer chez moi après avoir encaissé mon payement. Puissions-nous nous revoir en de meilleures conditions!"
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty29.08.13 15:22

Tanura , attendez , je voudrais moi aussi vous remercier d'avoir mis votre vie en danger pour moi , acceptez ce présent. Et bonne route !

Eric lui tendit la bourse en cuir que l'émissaire lui avais donnée , il ne savait pas ce qu'elle contenais , mais bon , si l'empereur faisait de lui un légionnaire il ne doutait pas d’être bien plus grassement payé.

Il regarda alors Tanura lui rendre un sourire en ouvrant la bourse puis leurs chemins se séparèrent , peut être à jamais , peut être pas.

...

Bien plus tard dans la journée , après avoir un peu exploré cette capitale magnifique il se dirigea vers le palais , pour enfin y rencontrer sa majesté , tout du moins il espérait avoir affaire a l'empereur et non un de ses froids ministres.

FIN


NB : suite dans "La rencontre impériale" très prochainement
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Départ pour la capitale [Sergent-Tanura]Départ pour la capitale [Sergent-Tanura] Empty

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
»Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?
»Départ pour Chulak
»Départ de 100 étudiants pour le Sénégal fixé pour Octobre
»BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
»Moments difficiles pour nos vieillards!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Voyage dans le temps : RPs d'antan :: Est-