Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Ven 13 Sep 2013 - 22:46

Tatura touchait enfin au but. A peine un mois qu'elle était partie, et déjà elle ne rêvait que de retrouver son foyer, alors qu'il lui était déjà si souvent arrivé de le quitter pendant des années. Maintenant, ce n'était plus ses parents qui l'attendaient, mais son frère, sa belle-soeur, ses neveux et surtout sa fille. Sa petite, sa chère Taabysé de tout juste un an.
Il faisait nuit depuis longtemps, mais la route lui était désormais si familière qui s'arrêter si près de la maison lui faisait mal. Son gros cheval pommelé, Sel, bronchait, peu rassuré dans l'obscurité. Se déplacer la nuit dans les Marches était dangereux, il avait raison d'être inquiet: loups, ours et même bien pire rôdaient. Ils étaient bien plus gros que dans le reste de l'Empire par dessus le marché et bien plus agressifs, mais vraiment, Tanura ne pouvait se résoudre à s'installer pour la nuit.
Il faisait plutôt doux pour un soir dans les Marches et la route était généreusement éclairée par la lune et les étoiles. Si les environs n'avaient pas été si dangereux, la jeune femme aurait apprécié la soirée. Quoique. Elle se demandait tout de même après ses récentes mésaventures si on pouvait encore être en sécurité quelque part dans l'Empire. Elle avait tout de même manqué de se voir égorger à une journée de cheval d'Al-jeit!
Tanura frissonna. Elle avait failli mourir. Une fois de plus certes, mais son existence était désormait guidé par autre chose que par elle même. Il serait terrible de laisser Taabysé seule au monde. L'angoisse la saisit à la gorge. Peut-être ferait-elle mieux de changer de métier? Non, cette perspective aussi la terrorisait. Et bien, il fallait croire qu'elle passerait sa vie à avoir peur. Elle soupira et talonna son cheval pour le faire s'activer un peu.
Enfin, des lumières apparurent au loin: incontestablement la ferme de son frère. Sentant la proximité de son écurie, Sel accéléra sensiblement, remotivé. Les dernières minutes de voyage lui parurent interminables, jusqu'à ce qu'enfin, les sabots du pommelé retentissent sur les pavés de la cour. Son frère sortit de la maison pour voir ce qu'était ce raffut et elle mit pied à terre.

"Je suis rentrée..." souffla-t-elle.

***

Quelques jours s'étaient écoulé depuis. Tanura avait redécouvert le plaisir de se lever tôt pour s'occuper des deux créatures qui se lève de gaïté de coeur avec le soleil: les animaux et les enfants. Mais aussi, savourait la présence de sa famille et de ses amis, de la nature luxuriente autour d'eux et du calme de la ferme dans l'ombre rassurante de la Citadelle. Tanura pouvait profiter de sa fille autant qu'elle le voulait, puisqu'elle n'avait à assurer la protection de personne et qu'elle était exemptée de travail avec les autres, puisqu'elle avait mit à disposition de tout le monde la fortune qu'elle avait reçu en payement de sa dernière escorte.
La jeune femme avait donc prit pour habitude d'emmener Taabysé en promenade tout les jours. Elle prenait l'enfançonne devant elle sur le dos de Sel et elles partaient toute deux au petit trot le long des chemins, sans jamais trop s'éloigner de la Citadelle toutefois pour rester dans une relative sécurité, car Tanura ne s'embarassait pas de son armure et de ses armes lourdes, arpentant le pays dans des vêtements légers, une hachette et un couteau à la ceinture.
Un jour, la jeune femme fini par s'arrêter dans un bois. Il lui semblait si joli et si agréable qu'elle ne pouvait résister à l'envie d'un passer un peu de temps. Elle mit donc pied à terre et posa la toute petite fille au sol sur la mousse d'un rocher près d'une rivière, puis attacha Sel à une branche basse non loin.
Quand elle se tourna, Tanura apperçu une petite forme inconnue près de la fillette. Son sang ne fit qu'un tour. Elle n'avait pas identifié la créature, mais cela pouvait être n'importe quoi! Un jeune loup, un blaireau, un raïs, un bandit, une goule de petite taille. Déguainant sa hachette, elle se rua sur le présumé agresseur et l'attrapa par la peau du cou. A moins que ce ne soit l'arrière de sa tunique.

"Mama!" s'écria Taabysé en levant les bras vers sa mère.

Brisée dans son élan par la soudaine protestation de sa fille, Tanura interompit le geste qui aurait dû envoyer la créature valser dans la rivière. En effet, la chose ne semblait pas agressive du tout. En fait elle ressemblait à un enfant. Désolée de sa méprise, elle reposa la gamine par terre, puis s'accroupi pour se mettre à sa hauteur.

"Navrée petite, j'ai cru que tu en voulais à ma fille. Où sont tes parents?"
Revenir en haut Aller en bas
Petit__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 20
Date d'inscription : 06/09/2013
Petit__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Vous pouvez bien deviner le tout non ?
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Sam 21 Sep 2013 - 19:26

[HRP : Etant une petite, mon personnage ne parle pas encore l'Alavirien, donc toutes les paroles dites en Petit je les mettrai en italique pour marquer la différence ;) Oh ! Et désolé du retard ><]

- Quand l'été reviendra, nous partirons à la chasse auuux Framboiises !
Et nous les mangeront, dans la Forêt Maison !

Lifilikoualip chantait joyeusement alors qu'elle marchait dans une direction inconnue. Comme d'habitude, la Petite ne cherchait rien de précis, mais elle était contente de se promener ainsi et de voir du paysage. Il faut dire que la Gwendalavir était un très joli pays, même si il manquait un peu d'arbre au goût de la Petite.

- Loiiiiiiin des Humaiins et de... Toutes leur galèèèreeee !
Rien n'est meilleur, qu'une bonne liqueur.
Elle met du baume au coeur et nous évite tout malheurs !

Sans cesser sa chanson, Lif se rendit soudainement compte qu'elle était déjà passé par cet endroit un jour, elle tournait visiblement en rond en ce moment... Et ce n'était pas très bon pour quelqu'un qui voulait visiter les lieux. Continuant son chemin pendant un moment, Lif fini enfin par trouver un arbre qu'elle se hâta d'aller grimper pour avoir une vue d'ensemble de la région où elle se situait. L'épreuve fut surmontée en moins d'une minute. Il fallait dire aussi que comme tout bon Petits, Lifilikoualip n'avait jamais eu aucun mal à escalader un arbre. Elle était née dans une forêt après tout et donc cela aurait été un crime pour elle que de ne pas savoir se déplacer dans les arbres !

- Notre liqueur de Framboise est la meilleuure !
Elle vient droit de notre pays, celui des Petits !
Persoonne ! Ne pourra nous la voler !
Notre recette est très bien gardée !

Quand elle eu finit son refrain, la Petite scruta les horizons et a son plus grand bonheur, elle repéra une forêt au loin. Mais attendez... Cette forêt... elle la connaissait déjà ! Elle y avait même passé plusieur jours après sa rencontre avec le Grand tout moche ! Fronçant les sourcils, Lif n'aimait pas trop l'idée selon laquelle son voyage n'avançait pas, mais en même temps l'envie de retourner fouler le sol humide et rempli de feuille du bois était bien tentant. La Petite ria donc joyeusement avant de redescendre de son arbre. Elle était libre non ? Personne n'était là pour vérifier ses moindres faits et gestes ! Alors pourquoi se priver de retourner dans cette forêt ?! Lif mit donc pied à terre et reprit sa marche tout en continuant de chanter.

- Les Grands, ne comprendront jamaiiis !
Ce qu'est la vie la vraii !
Ils ne boivent pas de notre Liqueur !
Et leur Framboises ne sont même pas rougeeee !

Arrivant enfin à l'orée de la forêt, la Petite baissa la voix, même si elle n'avait pas envie d'arrêter son chant, elle était de bonne humeur et cette belle journée lui rappelait une chanson populaire Petite. Qu'y avait-il de mal à vouloir donc la chanter ? Cependant le bois n'était peut-être pas si sûr que ça alors il fallait éviter de parler trop fort où elle finirait par attirer des bêtes fort peu sympathiques. Pour avoir passé quelques jours dans ce bois, Lif savait de quoi elle parlait, pourtant l'endroit semblait très calme et agréable ! Suivant le cours d'une rivière la Petite repris alors :

- Comment voulez-vous de toutes façons,
Qu'on partage notre liqueur avec des Grands pas beau,
Ils ne portent même pas de chapeau !
AAAAAAAAAAAAAH !

Lif avait à peine finit sa chanson qu'un monstre lui sauta dessus en agrippant solidement. La Petite n'avait donc pas pu retenir un cri de surprise qui fut superposé avec un autre cri dont lif ne pu identifier immédiatement la source. Il se passa un folle seconde où la Petite pensait être perdue, dans une telle position, elle ne pouvait pas s'enfuir, elle aurait toujours pu tenter de détourné l'attention de son agresseur en usant de sa sarbacane, mais sur le moment elle n'y avait pas du tout pensé. De toutes façons son adversaire la relâcha, ainsi Lifilikoualip pu lui faire face pendant que la Grande disait :

"Navrée petite, j'ai cru que tu en voulais à ma fille. Où sont tes parents?"

Penchant la tête sur le côté d'un air incompris, Lif dévisagea son interlocutrice comme si elle venait d'une autre planète. Mais qu'est ce qu'elle pouvait bien raconté ? Regardant autour, Lif remarqua alors une autre fille qui faisait à peu près la même taille qu'elle. Etait-t-elle une Petite elle aussi ? Ou juste une enfant de Grand ? Observant ses deux opposantes tour à tour, Lifilikoualip en déduisit que la seconde solution devait être la bonne... Les deux filles se ressemblaient trop pour ne pas être du même pays. Redirigeant donc son regard vers la Grande qui lui avait parlé, Lif n'avait aucunes idée de la question qui lui avait été posée, elle ne comprenait encore rien à l'Alavirien, mais d'après ce qu'elle avait pu en entendre c'était une langue très complexe... Ne voulant pas rester sans rien faire trop longtemps de peur que la Grande l'attaque de nouveau, la Petite tenta tout de même de dialoguer :

- Nom d'une Clochinette ramollie ! Je ne comprend rien du tout à ton charabia ! Mais vous êtes tous toujours aussi violant chez les Grand ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Mar 24 Sep 2013 - 20:14


"Ôssyviolent chélesgran?" répondit Tanura, répétant les derniers mots de la petite fille sans les comprendre.

Non contente d'avoir une allure vraiment étrange, cette enfant parlait en plus une langue incompréhensible. Taabysé rampa habillement jusqu'à sa mère, puis prit appui sur son genou pour se lever. La jeune femme prit l'enfançonne dans ses bras, ne quittant l'inconnue des yeux que quelques instants pour s'assurer que la petite était confortablement installée. Tanura tourna alors à nouveau les yeux vers l'enfant inconnue.

En fait, elle avait quelque chose d'assez adulte dans le regard et dans l'attitude qui fit soudain douter la jeune femme. La créature qui lui faisait face avait la taille et les proportions d'une fillette, mais en était-ce bien une? Et si elle n'était pas qu'une petite d'homme, alors qu'est-ce qu'elle était? Car en même temps, les enfants ayant traversé des épreuves avait eux aussi un quelque chose d'adulte.
Dans le doute, Tanura fini par conclure qu'il s'agissait d'une petite fille. Comment était-elle arrivée là? Excellente question! Mais cela avait la taille d'une petite fille, le poids d'une petite fille, l'allure d'une petite fille, donc à part une petite fille, elle ne voyait vraiment pas ce que ça pouvait être!

Donc, si il s'agissait d'une enfant, il fallait agir avec douceur et gentillesse. La jeune femme avait conscience qu'elle n'était pas forcément rassurante pour les gamins inconnus, avec sa grande taille et sa grosse voix, même si ses neveux ne se gênaient pas pour lui grimper dessus et pour la taquiner sans cesse. Donc Tanura s'appliqua à faire à partir de ce moment des gestes délicats, pour ne pas avoir l'air agressive.

"D'accord ma loupiote. Tu comprend pas ce que je dis je crois, mais on va essayer de communiquer quand même, ça te dit?" dit-elle tout doucement en posant Taabysé sur le sol, puis en fouillant dans sa besace pour en tirer quelques biscuits emballés dans un mouchoir qu'elle tendit à sa petite interlocutrice. "Tiens, tu veux un gâteau? C'est la femme de mon frère qui les a fait, ils sont délicieux."

La jeune femme en prit doucement un et croqua dedans pour montrer l'exemple. Rien ne valait la nourriture pour gagner la confiance d'un enfant. Elle fit un petit signe de tête à la gosse pour l'encourager à se servir, puis donna la fin de son propre gâteau à Taabysé en lui recommandant de bien mâcher.

"Moi c'est Tanura" poursuivit-elle en appuyant sur son nom. "Et ma fille s'appelle Taabysé"
Revenir en haut Aller en bas
Petit__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 20
Date d'inscription : 06/09/2013
Petit__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Vous pouvez bien deviner le tout non ?
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Dim 29 Sep 2013 - 21:27

Olalalalah... Mais dans quelle galère elle était tombée ! Lif ne comprenait rien à l'Alavirien et elle devait bien avouer que maintenant cette Grande ne lui inspirait pas confiance du tout. Bon c'était normal en même temps elle lui avait sauté sauvagement dessus alors qu'elle ne faisait que se promener gentiment. Lif préféra donc fixer son regard sur la Petite. Cette dernière semblait mal à l'aise qu'on la regarde ainsi, Lif détourna donc le regard. Dans tous les cas, la Grande semblait être de nouveau gentille. C'était sans doute un truc d'Alavirien d'être méchant puis HOP ! Gentil ! Elle reprit d'ailleurs la parole sur un ton qui semblait bien doux :

"D'accord ma loupiote. Tu comprend pas ce que je dis je crois, mais on va essayer de communiquer quand même, ça te dit?"

N'ayant rien compris, Lif ne bougea pas d'un pouce et regarda son interlocutrice chercher dans sa besace, au nom du Boulouakoulouzek, qu'elle allait sortir de là ? En voyant le paquet de biscuit, la Petite ne savait pas trop quoi en penser de ses drôles de petits truc emballés dans un bout de tissus.

"Tiens, tu veux un gâteau? C'est la femme de mon frère qui les a fait, ils sont délicieux."

Quand la Grande prit un biscuit pour le manger, tout en faisant mine de lui tendre, le regard de Lif s'éclaircit. Quoi ? Elle voulait lui offrir de la nourriture ?! S'approchant avec prudence, la Petite saisit doucement un des biscuits et resta un moment à le regarder en ce demandant si cela se mangeait bien. Les deux Alaviriennes avaient bien avalé de cette drôle nourriture alors pourquoi Lif ne pourrait pas le faire. Mais avant que la Petite ne mette le biscuit dans sa bouche, la Grande repris :

"Moi c'est Tanura, et ma fille s'appelle Taabysé"

En entendant ceci, accompagné des gestes, Lif réussit à comprend que l'Alavirienne venait d ese présenter, elle et sa fille. Finissant donc par manger le biscuit qu'on lui avait donné, Lif mâcha tranquillement... Mais... Ce... Ce truc était délicieux ! Les yeux pleins d'étoiles, la Petite se rapprocha des deux Alaviriennes et s'assit devant elles au sol et finit de manger son biscuit avant de mettre la main sur sa poitrine et dire :

- Moi c'est Lifilikoualip !Marquant une pause, la Petite en déduisit que son surnom serait peut-petre plus simple à retenir, elle reprit donc. Lif, je suis Lif.

Elle sourit donc à son interlocutrice et se mit à chercher dans la petite bourse attaché à sa ceinture. Elle en sortit alors quelques framboises et les tendit aux deux Alaviriennes, elle en prit une pour la manger et montrer l'exemple comme l'avait fait la Grande avec son biscuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Lun 30 Sep 2013 - 18:06

Tanura sourit avec attendrissement en voyant la fillette s'assoir, le visage illuminé en mastiquant son biscuit. Elle termina rapidement le gâteau, puis posa sa main sur sa poitrine en prononçant un long mot étrange d'une voix flûtée. Non... Non quand même? Ce ne pouvait être son nom? Devant sa perplexité, l'enfant prononça à nouveau une phrase dans laquelle revenait deux fois Lif.

"Lif? C'est ça?"

Tanura éclata de rire, ravie d'avoir réussi à établir le contact avec la petite fille. Elle quitta sa position accroupie pour s'assoir confortablement en tailleur, Taabysé assise entre ses genoux, appuyée contre son ventre. La jeune femme posa ensuite les biscuits entre elle et Lif pour lui permettre se se servir si elle en voulait encore.

Elle replongea le nez dans son sac pour en sortir un petit paté de termites et du pain qu'elle avait emporté pour son déjeuner. La petite avait certainement faim, puisqu'elle était seule et ne semblait pas avoir de bagages. Elle s'apprêtait à sortir son couteau pour découper les victuailles quand Lif lui tendit une poignée de framboises.

Tanura sourit et en prit doucement deux en remerciant chaleureusement l'enfant, puis Taabysée tendit ses mains potelées et en saisit maladroitement quelques unes aussi pour les enfourner dans sa petite bouche sans manquer de s'en écraser la moitié sur le visage. Elle tendit son couteau par le manche à Lif pour lui permettre de se couper du pain et du pâté si elle le voulait.

Elle essuya ensuite consiencieusement le visage de Taabysée avec l'ourlet de sa cape, en jetant des petits regard à la dérobée à la fillette. D'où pouvait-elle bien sortir? C'était un mystère. Elle était toute seule au milieu de la région la plus dangereuse de l'Empire, sans armes, sans nourriture, sans même un sac avec des vêtements de rechange, avec juste une bourse pleine de framboise et parlant une langue sans queue ni tête par dessus le marché.

Une énigme. Même Renard, le terrien qu'elle avait escorté jusqu'à Al-jeit parlait la même langue qu'elle! Tanura avait vu beaucoup de choses mystérieuses durant ses voyages, mais jamais une petite fille sans protections, sans vivres et sans armes vagabonder dans les Marches. Cela la rendait complètement dingue! Le plus simple aurait été d'apprendre l'alavrien à Lif, mais ce ne serait pas une mince affaire et elle n'était pas certaine de pouvoir communiquer assez avec l'enfant pour lui proposer le gîte et les leçons de langue.

"C'est drôlement embêtant qu'on ne se comprenne pas. Je me demande bien d'où tu peux sortir et comment tu ne t'es pas encore faite dévorer par les loups et les ours."
Revenir en haut Aller en bas
Petit__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 20
Date d'inscription : 06/09/2013
Petit__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Vous pouvez bien deviner le tout non ?
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Mar 22 Oct 2013 - 14:23

[désolé pour mon énoooorme retard ><]

Entendant son nom prononcé par la Grande, Lif accorda à cette dernière un grand sourire en hochant la tête pour bien lui montrer qu'elle avait bon. D'ailleurs l'Alavirienne chercha de nouveau dans son sac pour en sortir du pan et du pâté que Lif regarda assez bizarrement. Mais en voyant son interlocutrice prendre deux des framboises que lui tendait la Petite pour les manger, Lif fut particulièrement contente et mangea de nouveau un de ses fruits. A chaque fois qu'elle sentait le doux goût des framboise sur sa langue, Lif ne pouvait s'empêcher une certaine nostalgie. Comment allais sa Forêt Maison ? Sa famille se portait-elle bien ?

En voyant que la Grande lui tendait un couteau, la Petite cessa de penser à l'endroit d'où elle venait et pris l'outils pour commencer à couper un bout de pain. Elle se demandait bien quel goût ce truc pouvait bien avoir et c'était bien intriguée qu'elle mis l'aliment dans sa bouche alors que l'Alavirienne s'occupait de sa fille tout en jetant de temps à autre un regard à son "Invité" si on pouvait dire ça comme ça.


"C'est drôlement embêtant qu'on ne se comprenne pas. Je me demande bien d'où tu peux sortir et comment tu ne t'es pas encore faite dévorer par les loups et les ours."

Encore de l'alavirien. Lif plissa les yeux montrant qu'elle était concentrée et tentait malgré tout de comprendre ce qu'on venait de lui dire. Décidément, si elle voulait continuer de voyager tranquillement elle devrait peut-être songer à apprendre cette langue, même si elle semblait assez complexe. Mais si la Petite avait su, avant de partir elle aurait pu demander à Boulou de lui jeter un sort pour qu'elle comprenne au moins l'alavirien... Quoique, elle n'avait pas vraiment préparer non plus son départ à vrai dire. Elle s'était plutôt retrouver du jour au lendemain hop ! Comme ça ! Dans un endroit qu'elle ne connaissait pas et ce juste à cause d'un arbre passeur. C'était vraiment de drôles de numéros ces végétaux !

Continuant de manger les délicieux mets que lui avait proposer la Grande, Lif se rendait bien compte qu'elle ne pouvait pas rester comme ça à profiter du repas sans rien dire. Réfléchissant donc un moment la Petite tenta d'imaginer à peu près ce que la Grande avait put lui demander. Oh ! Elle se demandait sûrement où Lif avait trouvé ces délicieuses Framboises ! Un grand sourire s'afficha sur la visage de Lif qui avala avant de répondre :

- Mes framboises viennent d'une prairie non lui d'ici ! Elle sont très bonnes ! Mais pas autant que celle de la Forêt Maison ! Je pense qu'il n'y a pas de meilleures Framboises que celle de la Forêt Maison ! En plus je tout les meilleurs endroit à Framboise ! Mais c'est lui d'ici alors je pense pas que je pourrais vous y emmener aujourd'hui et puis... Ça ne ferait pas très plaisir au Grand Boulou non plus...

Sans cesser de sourire, Lif aurait pu parler pendant des heures de la Forêt Maison. En même temps elle connaissait l'endroit par cœur et pas un seul arbre lui était inconnu ! Si quelqu'un voulait défier Lif à une partie de cache-cache dans la Forêt Maison, c'était presque perdu d'avance pour lui ! Reprenant un biscuit qu'elle mangea joyeusement, Lif continuait de fixer Taabysé et Tanura. Elle se demandait bien d'où elles venaient. C'est vrai quoi ! N'avait-elle pas un village où vivaient pleins d'autre humain comme le racontaient souvent les histoires que la Petite avait entendu ? Où alors elles étaient des aventurières... Comme la célèbre Ipiutiminel ! Le regard de Lifiilikoualip se remplit alors d'étoiles, mais rapidement ces étoiles disparurent car un bruit de bruissement de feuille se fit entendre. Arrêtant de manger, la Petite finit d'avaler pour diriger son regard vers l'endroit où elle pensait avoir entendu son bruit. Était-ce une fausse alerte ou non ? Suspicieuse, la Petite préférait rester silencieuse et prête à partir si ses soupçons s'avéraient être juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Mar 22 Oct 2013 - 21:44

Lif se mit à manger de bon appétit, sans rien dire. Tanura se contenta de la fixer, elle aussi muette, la tête farçie de question sur la provenance de la fillette. Cette dernière se remit alors à babiller à toute vitesse. La jeune femme l'écouta, fascinée par ce language dont elle n'aurait même pas été capable de répéter un mot. Dire qu'il existait certainement quelque part un peuple qui ne parlait que cette langue! Rien que d'y penser, Tanura en eu le tournis.

Elle écouta donc Lif pépier de sa voix flutée un bon bout de temps jusqu'à ce qu'elle s'interompe pour se remettre à manger. Peut-être lui avait-elle racontée des choses intéressante sur sa famille et l'endroit d'où elle venait, qu'elle lui avait conté une partie de son périple, mais Tanura n'en saurait certainement jamais rien. C'était frustrant, cela aurait fait une très bonne chanson. Lif la fille des Marches. Ca sonnait bien en plus.

Un silence soudain alarma la jeune femme. Lif ne parlait plus. Elle ne mangeait plus non plus. Non, elle fixait les buissons de l'autre coté du ruisseau. C'était inquiétant, un bruit dans les fourrés pouvait être un écureuil ou une drôle de fillette solitaire comme des loups ou une goule.

"Qu'à tu vu?" demanda-t-elle par réflexe avant de se souvenir que Lif ne la comprenait pas.

Alarmée, Tanura se leva et déposa Taabysé dans les bras de la fillette, puis ramassa son couteau pour le remettre à la gaine, avant de se diriger vers Sel pour le détacher et le rapprocher. L'étalon pommelé paraissait lui aussi nerveux. Si c'était un loup seul, elle pourrait certainement l'affronter, mais si ils étaient plusieurs ou si c'était une bête plus grosse ou plus dangereux, elle ne pourrait pas et il faudrait fuir.

Or Tanura ne pouvait pas laisser la petite Lif aux griffes des bêtes. Elle posa donc un genou à terre pour faire face à la fillette et à Taabysé.

"Lif, il va faloir que tu me fasse confiance. Je vais t'aider à monter sur le dos du cheval..." expliqua-t-elle doucement en pointant le dos de Sel du doigt. "...Tu va bien tenir Taabysé avec un bras... poursuivit-elle en mimant le geste de serrer quelque chose d'une main. "...Et t'accrocher à crinière du cheval de toutes tes forces avec ta main libre.

Après avoir mimé le dernier geste, Tanura se leva. Elle n'avait plus beaucoup de temps. Sans chercher à réfléchir, elle souleva Lif et Taabysé pour les poser toutes les deux sur le dos de Sel, bien calées derrière le garrot de l'étalon. Elle montra rapidement à la plus grande comment s'accrocher aux crins de leur monture et se positionner de manière à ne pas être trop déséquilibrée, puis les buissons frissonnèrent encore une fois, avant de s'ouvrir sur un couple de loups maigres et donc agressifs.

La jeune femme se redressa de toute sa taille et cria pour les effrayer. Si ça effarouchait les fauves dans le reste de l'Empire, ce n'était pas le cas dans les Marches et tout au plus, ils suspendirent leur avance, surprit. Sans attendre qu'ils se fassent plus virulents, Tanura bondit derrière Lif et prit les rênes. Affronter deux loups des Marches avec une hachette et un couteau était suicidaire. Elle ne voulait pas courir le risque de faire une orpheline.

Sel partit au galop à l'instant où les talons de sa cavalière l'effleurèrent et il s'empressa de mener ses cavalières loin du danger...

Hors-rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 29
Date d'inscription : 26/06/2013
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 24 ans, masculin
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Jeu 31 Oct 2013 - 10:24

Diantre, que ces paysages étaient ennuyeux. Jamais rien à l'horizon que la même chose que ce qu'il avait sous le nez. Tout ceci était fort irritant, et Ethan se trouvait en manque de distraction d'une façon assez peu agréable, qui pouvait s'avérer dangereuse pour ses cibles. Dans ses moments là, il désirait simplement de l'originalité, ce qui ne plaisait pas toujours aux malheureux qui en faisaient les frais.

On l'avait cette fois-ci envoyé pour s'occuper d'un Petit. C'était bien le mot qu'on lui avait donné, et si ce dernier l'avait laissé perplexe, il n'en avait laissé rien paraitre et s'était contenté d'en demander la description. De petits êtres forts sympathiques en somme, ce qui ne l'empêcherait pas de ramener ceux qu'il trouverait à son commanditaire, vivants, comme on lui avait demandé.

Il s'était donc mis en route dans la direction qu'on lui avait indiquée et commençait à s'ennuyer ferme, quand soudain il entendit le cri typique de deux loups à qui l'on vient de retirer le déjeuner. Le bruit venait de sa gauche, il fit faire un quart de tour à son cheval dans cette direction et prit le galop, jusqu'au moment où il put apercevoir sans trop de peine... Deux cavalières, une femme et une petite filles. Cette dernière pourrait très bien être une Petite. Il infléchit légèrement sa direction et les suivit sans se faire repérer de trop, mais en se rapprochant suffisamment cependant pour s'apercevoir qu'il avait vu juste : c'était bien le genre de créature qu'il avait à attraper qui se cramponnait à une femme chevalier, en armure. Très belle armure, d'ailleurs, et très belle femme, nota-t-il au passage.

Arriva un moment où il fut trop près pour que la femme puisse ignorer qu'elles étaient suivies ; mais elle comprit ses intentions un peu trop tard. Il s'était déjà déporté vers elle et avait donné un coup à son cheval pour la désarçonner. Dans le même temps, il envoya un coup de coude bien ajusté dans la tempe de la femme et rafla la Petite qui gesticulait dans tous les sens.

« Désolée très chère dame, en d'autres circonstances ce n'est pas le genre d'accointance que j'aurais aimé établir avec vous, » marmonna-t-il à l'attention de Tanura sans cependant se soucier de savoir si elle avait entendu.

Il fit taire Lif en l'assommant proprement, puis la jeta en travers de son cheval. La femme était tombée de son cheval, et ce dernier, effrayé, s'était enfui aussitôt.

Ethan s'en fut alors, son enlèvement accompli, en abandonnant Tanura au milieu de nulle part, sachant qu'il y avait dans les parages au moins deux loups des plaines qui ne demandaient qu'à la retrouver.

Une fois de plus, le soleil luisait derrière lui sur un magnifique carnage. Tanura avait une fille qui était tombée avec elle et il doutait qu'elle survivrait longtemps dans l'hypothèse où sa mère ne se relevait pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Dim 17 Nov 2013 - 17:49

Tout irait bien. Sel était lourdement chargé, mais effrayé et il donnait toutes ses tripes dans la course, emportant ses trois cavalières à toute vitesse à travers la plaine. Tanura fut encore rassurée par l'arrivée d'un homme à cheval: dans le pire des cas, à deux ils pourraient affronter les loups sans trop de dégâts. Elle s'autorisa même à lâcher les rênes pour le saluer d'une main, sans se méfier une seconde. Quand l'inconnu frappa Sel pour le faire s'emballer, il était trop tard, elle ne pu que regarder l'homme s'emparer de Lif, puis lever le bras pour la frapper.

La jeune femme se retrouva rapidement par terre sur le dos, sonnée, observant son cheval courir dans un sens et l'homme partir dans l'autre. Taabysé était tombée par dessus elle, sans se blesser heureusement, et s'agitait en pleurnichant. Au bout de quelques instants, Tanura fut à nouveau capable de se redresser. Elle espérait que les loups n'étaient pas trop près et que Sel ne s'était pas cassé une jambe en tombant dans un trou, parce que remettre la main sur ce cheval devenait vital. Elle allait lui remettre la main dessus, puis aller se préparer à pister le ravisseur de Lif.

Elle se mit donc en route d'un pas d'abord tremblant, puis se mit à courir sur les traces de Sel. Taabysé, ravie de la balade gazouillait tranquillement dans les bras de sa mère. Tanura serait obligée de la déposer à la maison. De toute manière, elle préférait s'armer correctement et rassembler quelques provisions au cas où la traque s'éterniserait. Enfin, après avoir franchit une colline, elle le vit. Portant l'index et le pouce de sa main droite à sa bouche, elle émit un long sifflement strident qui raisonna comme le cri d'un faucon dans le ciel clair.

L'étalon leva les oreilles et fit demi-tour, courant vers sa maitresse, les rênes trainant par terre. Tanura les saisit et posa son front contre l'encolure de Sel, intensément soulagée.

***

La nuit tombait à présent. Tanura avait laissé sa fille à sa belle-soeur, s'était équipée de son sabre et de sa hache, puis était retournée à bride abattue sans expliquations vers l'endroit où l'inconnu avait enlevé Lif. Elle n'avait pas de limiers avec elle, mais les sabots du cheval du malfaiteur avait laissé une piste d'herbes piétinées sur plusieurs kilomètres et elle se fit aiguiller par des paysans à plusieurs reprises qui lui confirmèrent avoir vu un homme qui correspondait au signalement de celui qu'elle cherchait. Malgré tout, il avait beaucoup d'avance et elle n'était pas sûre de le rattraper.

Tanura était proche d'abandonner la poursuite pour cette nuit et de s'arrêter en attendant qu'il fasse jour, quand la lueur d'un feu au loin attira son attention. Elle claqua de la langue pour capter l'attention de sa monture fatiguée, puis le lança au petit trot dans cette direction. Une fois à une vingtaine de mètres, elle attacha l'animal pour progresser plus discrètement. Oh certes, elle n'était pas furtive: grande, solidement bâtie et sanglée dans une armure de métal brillant et de cuir coloré, mais sans cheval au moins elle ne faisait pas trop de bruit et pouvait plus ou moins surprendre le personnage qu'elle traquait si c'était bien lui.

Tanura s'accroupit, s'appliquant à rester dans l'ombre, pour essayer de définir si c'était bien son homme qui se tenait près du feu. Elle se redressa alors en décrochant sa hache de son dos. Nochalament, elle se dressa de l'autre coté du foyer, son arme appuyée devant elle.

"Je crois que je vais être dans l'obligation de vous provoquer en duel pour récupérer Lif, n'est-ce pas?"

Hors-rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 29
Date d'inscription : 26/06/2013
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 24 ans, masculin
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Mar 19 Nov 2013 - 21:15

La nuit était tombée depuis un bon moment maintenant, et Ethan satisfait s’était laissé tomber de cheval, et avec ses piètres talents de dessinateur avait dessiné une petite étincelle qui avait suffi à allumer une bonne flambée. A présent la petite créature qu’il avait capturée se trouvait de l’autre côté du feu, et dormait comme une bienheureuse. Elle avait été incroyablement bavarde et fatigante pendant tout le trajet, mais il était étonnant de constater les effets d’une bonne baffe sur les cordes vocales de n’importe quelle créature pensante. Le mercenaire en avait usé avec Lif, et ne le regrettait pas : à présent elle lui fichait la paix. Il réprima un petit rire en constatant qu’elle était tout de même capable de dormir ligotée –et pourtant, il n’avait pas l’habitude de lésiner sur la dureté des liens.

Il aurait du être en train de dormir sans doute quand le bruit qu’il perçut attira son attention un peu plus loin, mais il songeait. Brièvement certes, mais il songeait à la femme qu’il avait mis dans un beau pétrin quelques instants auparavant ; ce qui lui faisait se souvenir ainsi, plus que la situation en elle-même en fait, c’était l’enfant. Il n’avait pas d’états d’âme, non, il n’en était pas à ce stade-là ; mais il lui semblait que c’était la première fois qu’il en mettait un autant en péril. A vrai dire, impossible de dire si cela l’affectait vraiment ou pas.
En attendant, il avait perçu un bruit mais n’avait pas tourné la tête. Ce ne fut que lorsqu’il entendit une femme qu’il s’autorisa à hausser un sourcil en signe d’étonnement. Que faisait-elle ici, à cette heure-ci ? Voilà qui n’était pas commun.

Un duel, tiens donc. Il se redressa, secoua d’un revers de main désinvolte sa chemise, avant de se tourner enfin vers la femme. C’était celle de tout à l’heure, bien sûr, qui revenait chercher la Petite ; elle s’en était donc sortie, et plutôt bien apparemment puisqu’elle avait l’air suffisamment sûre d’elle pour commettre la bêtise de le provoquer. Il la jaugea une demi seconde du regard, froidement et avec calcul, avant de décider que ce ne serait peut-être pas gagné d’avance, mais qu’il avait plus de la moitié de probabilité d’en sortir victorieux. Ce qui le dérangeait un peu plus à vrai dire, c’était d’abimer une si jolie personne.

« Bonsoir madame ! Ou bien est-ce mademoiselle ? Je n’ai pas même l’honneur de connaitre votre nom. Moi c’est Ethan. »

Il fit quelques pas dans sa direction, un sourire charmeur plaqué sur les lèvres. Ils étaient partis sur de mauvaises bases, mais après tout peut-être y avait-il moyen de rattraper le coup.

« Nous nous connaissons déjà, il me semble… ? Mais j’ai bien peur que les circonstances dans lesquelles nous nous sommes croisées n’aient été tout à fait fâcheuses. Croyez que cela me désole, mais je suis certain qu’il n’est pas trop tard pour faire plus ample connaissance ! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Mer 20 Nov 2013 - 19:52

Du coin de l’œil,Tanura aperçu un petit tas dans une position peu naturelle. Pauvre Lif. Au bruit de sa respiration, elle était simplement profondément endormie, mais elle avait certainement passé une journée des plus exécrables. Que pouvait bien lui vouloir cette grosse brute? Certainement pas du bien en tout cas. Elle était scandalisé, quelle idée d'arracher ainsi une enfant de bras rassurants pour la jeter en travers de son cheval et l'emporter comme une sauvage! La jeune femme n'en revenait pas. En plus elle s'en voulait. Lif lui faisait confiance et elle, n'avait été capable de la protéger de l'infâme personnage.

Tanura détourna son attention de l'enfant et planta son regard dans les yeux de son ravisseur, qui s'approchait en souriant. Quel culot, c'était incroyable. Après ça, il avait l'outrecuidance de s'adresser à lui comme si il l'avait simplement bousculé dans la rue la veille. Cela ne fit qu'irriter encore plus la jeune femme qui se hérissa totalement. Elle avait envie de casser une à une toutes les dents trop blanches du sourire insupportable de l'homme. Il ne se rendait visiblement pas compte qu'elle était non seulement réellement furieuse, mais en plus, absolument pas décidée à enterrer la hache de guerre et à parlementer.

"Le fait d'avoir enlevé une enfant sous ma protection, tout en me laissant à la merci des loups des marches, désarmée avec un bébé sur les bras constitue en effet des conséquences fâcheuses." Tanura désigna Lif du menton et ajouta: "Laissez-la repartir avec moi et tout ira bien pour vous."

Elle redressa sa hache et la posa sur son épaule, l'air nonchalant, mais une lueur menaçante dans les yeux. Elle repartirait avec la petite ou elle ne repartirait pas, c'était une question d'honneur. Elle avait prit cette enfant sous sa protection à l'instant où elle l'avait hissé sur son cheval pour la sauver des loups et la ramener à la ferme. Tanura défendrait Lif comme elle aurait défendu Taabysé dans le même cas, et jamais au grand jamais, elle ne se serait laissé aller à discuter avec son ravisseur. En enlevant sous ses yeux une enfant, et une enfant qu'elle protégeait qui plus est, l'homme avait fait une grossière erreur. C'était non seulement une question de bon sens, mais également d'honneur.

La jeune femme ôta sa hache de son épaule et fit un moulinet comme si elle n'avait rien pesé, puis la leva vers le ravisseur de Lif. C'était une arme thüll, qui bien que conçue à la base pour un adolescent, n'en était pas moins de dimensions assez impressionnante et plutôt pesante.

"Dernier avertissement."

Hors-rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Petit__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 20
Date d'inscription : 06/09/2013
Petit__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Vous pouvez bien deviner le tout non ?
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak] Sam 1 Mar 2014 - 0:19

Rolalalalalalah ! La suite se passa tellement vite que Lif n'était plus très sûre de savoir où elle était tombée. Dans un premier temps, elle avait repéré quelque chose de brizarre dans cette forêt. Il y avait un truc de cacher qui était près à sauter. Il devait juste attendre le bon moment, un peu comme si il voulait les surprendres ! Lif se souvînt alors de toutes les fois où elle aussi s'était cachée dans des buissons pour tenter de surprendre des Clochinettes ! Or la Grande semblait soucieuse du comportement de la Petite et elle semblait aussi avoir un mauvais présentiment.

"Lif, il va faloir que tu me fasse confiance. Je vais t'aider à monter sur le dos du cheval... Tu va bien tenir Taabysé avec un bras... Et t'accrocher à crinière du cheval de toutes tes forces avec ta main libre.

La Petite ne comprenait rien au charabia de Tanura, mais les geste qui accompagnaient les paroles de cette dernière firent comprendre à Lif qu'elle allait devoir fuir sur le dos de ce drôle de cheval en tenant fort la petite-Grande dans ses bras. Oui, Lif trouvait ce cheval drôle, elle trouvait sa couleur bizarre et... Il en ressemblait en rien à l'idée qu'elle s'était toujours faite des chevaux. Bien sûr elle avait déjà entendu parler de ces animaux, mais il n'y en avait pas dans la Forêt Maison et si la Petite en avait déjà vu de lui, de prêt elle ne les imaginait pas comme ça.

Tanura souleva alors les deux petites pour les mettre sur sa monture. Elle montra à Lif comment faire pour bien s'accrocher et la Petite suivit ses indications bien soigneusement. C'était la première fois qu'elle montait à cheval et elle était assez excitée à cette idée. Quand elle raconterai ça à sa famille... Ils n'en reviendraient pas ! Lif jeta tout de même un regard derrière son épaule, elle aurait bien aimé savoir ce qu'il se cachait derrière les buissons, c'est alors qu'elle vit apparaitre deux loups. Oh ! Ce n'était que des loups ! La Petite savait que les loups étaient rapides mais un peu débiles et qu'il suffisait de se rouler dans la terre pour qu'ils perdent sa trace. Mais bon là vu qu'elle était sur un cheval Lif ne pouvait guère fuir. Tanura poussa alors un cri si effrayant que même la Petite en frissonna. La Grande monta alors sur le cheval elle aussi, attrapa les rênes et ança sa monture au galop.

Lifilikoualip avait un grand sourire aux lèvres, elle trouvait ça trop marrant de galoper ! Si elle n'était pas obligé de se tenir pour éviter de tomber, elle aurait volontier poussé un cri de joie. Mais le plaisir fut de courte durée. En effet, un autre cavalier débarqua. Vu que c'étai tun Grand aussi, Lif pensait que c'était un ami de Tanura... Mais apparemment non. Ce dernier donna un coup dans leur cheval, la Petite ne comprit pas très bien ce qu'il se passait, le nouvel arrivant l'attrapa alors et Lif ne trouva pas de meilleure solution que de se débattre en criant pour qu'il la relâche. Malheureusement ce n'était pas suffisant et l'Alavirien la maitrisa facilement en l'assomant pour la faire taire.

Ce qu'il se passa ensuite ? Lif n'en savait rien du tout. Insconsciente, elle se laissa emmener sans autre forme de résistance. Enfin il fallut tout de même que la Petite reprenne ses esprit au bout d'un certain temps. Elle était toujours à cheval avec le Grand qui l'avait enlevé. Il n'y avait plus aucune trace de Tanura et Taabysé. Lif trouvait ça un peu bizarre au début, mais ne se souvenant pas bien ce qui s'était passé elle préféra faire comem si de rien n'était et observa tranquillement le paysage en commençant a conversation.

- Nom d'un chapeau biscornu ! C'est que vous avez de drôes de manières chez vous ! Tous le monde fais des échanges comme ça ? Dans la Forêt Maison, quand on à besoin de se déplacer rapidement, on utilise les arbres passeurs ! J'en ai utilisé un une fois et pouf ! Je me suis retrouvé ici ! C'est marrant non ?! Vous aussi vous utiliser les arbres passeurs ? Mais pourquoi vous utilisez des chevaux ? C'est plus pratique de marcher non ? En forêt ce n'est pas évident d'être sur le dos d'une bête pareille ! Mais c'est qu'y a pas beaucoup d'arbre de part chez vous... C'est vrai... Mais je préfère marcher quand même, c'est plus marrant !

Ainsi, Lifilikoualip, continua de parler un bon moment. Elle ne laissait pas son ravisseur en placer une, de toutes façons elle savait que ce dernier ne comprenait pas un mot de ce qu'elle disait. Pourtant elle continuait de raconter sa vie en posant des questions en tous genre et en comparant la Forêt Maison avant ce qu'elle avait vu de Gwendalavir. Seulement l'homme ne sembla pas apprécier la conversation. Il du même faire taire Lif plusieurs fois avant que cette dernière comprenne réellement qu'il n'avait pas envie de l'entendre parler. La Petite assimila ça encore au comportement bizarre des Alavirien qu'elle avait déjà classé comme des être bizarre, imprévisible, violant et gentil.

La nuit était tombée et c'est à cet instant seulement que l'Alavirien décida de s'arrêter. Il avait ligoté solidement la Petite avant de la laisser par terre et d'allumer un feu. Lif était épuisée par tous les événements de la journée, elle s'endormit comme une souche. Être attachée n'était peut-être pas l'idéal pour dormir, mais Lif n'était pas douillette et ce n'était pas lapremière fois qu'elle dormait attachée... Quoi vous trouvez ça bizarre que ce ne soit pas la première fois ? Non mais vous vous souvenez du nombre de frère et soeur qu'elle a ? Alors vou ne pensez pas qu'au moins une fois un de leur jeux à mal tourné ? Et surtout chez ses Petits... A croire que les accidents dans la famille Boukouyak était normaux et jamais grave à leur yeux.

Il se passa un moment avant que Lif ne soit réveillée par un drôle de bruit. Ouvrant doucement les yeux, la Petite eut du mal à vori quelque chose, il fallut quelques secondes à ses yeux pour qu'ils s'habituent à la lumière du feu. Une fois cela fait, Lif pu voir l'homme qui l'avait enlever et en face de lui... Mais oui ! C'était bien Tanura ! Cette dernière venait de sortir sa hache et au ton de sa voix, elle n'avait pas l'air très contente. Elle échangea quelques paroles avec l'homme et même si Lif n'y comprenait rien, elle se doutait à présent que l'Alavirien n'était pas un ami de Tanura. Donc... Il n'était pas l'ami de Lif. La Petite aimait beaucoup Tanura maintenant que cette dernière lui avait donné à manger et Taabysé aussi était son amie donc elle voulait repartir avec elles ! Mais apparemment l'homme ne voulait pas... Ce qui voulait dire qu'il n'était pas gentil. Qu'ils étaient compliqué les Alaviriens !

N'hésitant pas plus longtemps, Lif décida qu'elle était restée attachée assez longtemps. Elle se rapprocha dangereusement du feu qui était près d'elle avec le plus de discrétion que possible. Elle fit donc brûler ses liens sans trop de problèmes. Enfin maintenant elle s'était brûlé une partie du bras aussi, mais rien de bien grave à ses yeux. Se débarrassant de ses cordes, la Petite alla se releva et alla se cacher dans un buisson qui n'était pas très loin d'elle. Une fois bien cachée, elle sortie alors sa sarbacane et n'hésita pas à tirer en direction de l'homme. Habituée à ce genre d'exercice, Lif n'eut pas trop de mal à atteindre sa cible, qui était le cou de l'Alavirien. Elle n'était peut-être pas la meilleure tireuse de toute la Forêt Maison, mais là, elle trouvait cela affreusement facile de tirer dans le cou de l'homme... Parce que son cou était bien plus grand que celui de tous les Petits que Lif connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/

Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Dans l'ombre de la Citadelle [pv: Lifilikoualip Boukouyak]
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]
» Nous agissons dans l'ombre pour servir la lumière - evie
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Nord :: Citadelle des Frontaliers-