Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Mer 30 Oct 2013 - 18:00

[HRP : sujet lié à la mission "Un voyage mouvementé" (premier post, en l'occurence). Vienne qui veut !]


     Tranquillement attablée devant l'unique auberge du coin, Cadwain sirotait en rêvassant l'étrange breuvage qu'elle avait commandé. On lui avait annoncé la chose comme étant "de la poire. Enfin, surtout de la poire" mais ce truc était tellement aggressif qu'elle se demandait quels outrages avaient été infligés aux fruits pour arriver à... à ça. Elle s'efforça de ne pas s'attarder sur les trois gouttes tombées sur la table qui fumaient doucement.

     Elles étaient bientôt arrivées ! Ce trou paumé était à un jour de marche d'Al-Vor, et avec un peu de chance, son "apprentie" et elle pourraient rallier Al-Jeit en deux ou trois semaines. Et ce n'était pas trop tôt ! Depuis deux mois qu'elles voyageaient par monts et vaux, sa petite chaumine et, surtout, sa tranquillité, lui manquaient. Esk' pouvait être charmante quand elle le voulait, mais avait un réel don pour se mettre dans des situations impossibles. Suivant l'accord qu'elles avaient conclu, la gamine était partie de son côté pour s'occuper le temps que Cadwain refasse le plein de vivres pour la suite du voyage et avait quartier libre jusqu'au début d'après-midi. Dans un village aussi petit, aucune chance qu'elle se fasse remarquer ; l'endroit avait un côté Trifouillis-les-oies, mais dont les oies seraient mortes d'ennui.

     Soudain, un vacarme retentit depuis une ruelle proche. Un cri caractéristique que Cadwain n'avait que trop entendu ces derniers temps s'éleva.
     "Reviens ici, sale petite peste !"
     Ah, erreur. Note pour plus tard : ne jamais sous-estimer le potentiel mise-dans-pétrin de la gamine. Cadwain soupira, fouilla dans sa besace, posa sur la table de quoi payer la consommation, et fouilla les environs du regard. Une flèche châtain surgit d'une ruelle, pourchassée par la pataude garnison locale. Non, elle n'avait quand même pas fauté à ce point ? Quelle irresponsable ! Savait-elle à combien s'élève la caution pour sortir de geôle, ces temps-ci ? Oh, tant pis, qu'elle se débrouille. Vu son agilité naturelle, elle s'en tirerait bien mieux toute seule.
     Cadwain s'apprêtait à reprendre son sirotage rêveur quand soudain un des poursuivants pointa le doigt dans sa direction.

     "Là ! La femme en rouge à table ! Elles étaient ensemble !"

     Bon, il allait sans doute falloir rembourser aussi les réparations de la table. L'interpelée sortit quelques pièces supplémentaires qu'elle déposa sur une table voisine, fit basculer sa besace sur l'épaule, attrapa son fidèle bâton de marche et se lança dans les basses Spires. D'abord, les ralentir. Hmm... On va peut-être les prévenir, qu'ils aient une chance d'esquiver. Pas la peine d'avoir en plus des blessés sur les bras... Changeant sa prise sur son bâton, elle le leva à la manière d'un golfeur s'apprêtant à frapper sa balle et l'abattit théâtralement en direction de la table en une élégante courbe remontante.

     "Projette !"

     L'esquisse, nette, prit instantanément vie. L'air frémit sous la brève apparition d'une fine spirale claire juste sous la table, qui se ramassa sur elle-même puis se détendit d'un coup sec, projetant dans un bel ensemble la table, la choppe et son abominable contenu en plein sur le chemin des gardes qui s'arrèterent brièvement dans un concert de jurons avant de contourner l'obstacle pour reprendre la course de plus belle. Profitant du temps gagné, Cadwain emboîta le pas juste derrière son apprentie qui venait de la dépasser. Elle la foudroya du regard.

     "Qu'as-tu encore fait, cette fois ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Jeu 7 Nov 2013 - 22:31


            Esk' considéra un moment les trois gamins : de son âge, à peu de choses près, ils étaient vêtus comme n'importe quel sale (dans tous les sens du terme) mioche des rues qui se respectait. La jeune fille se gratta la tête avant de leur faire un de ses sourires de chat dont elle a le secret. Elle jeta un coup d'oeil vers le ciel : le soleil se allait bientôt se coucher. Déjà ? * Cala faisait depuis midi qu'elle s'amusait avec ses nouveaux camarades de jeu. Depuis midi, elle relevait défi sur défi, les battant à plate couture en solitaire sur leur propre terrain. Le jeu était simple : ils lui donnaient une épreuve, si elle la réussissait, elle leur en donnait une à son tour. Trois contre un. Les garçons pensaient être gagnants avec ce genre d'accord. Résultat des courses, Esk' les avait détroussé d'une bonne partie de leur économie, récupéré quelques objets de valeurs et avaient mis les petits voleurs dans de sales draps . Cela dit, jamais au point que la rouste de retour soit considérable. Elle tendit un mouchoir au plus petit, Timmy, un blondinet d'à peine huit ans, qui saignait encore du nez. Il l'accepta avec méfiance, craignant une substance étrange accrochée dessus. Nath', l'aîné de la bande, un grand brun aux yeux de givre, fleurait bon la poiscaille pourrie depuis qu'il avait du y faire un plongeon depuis la fenêtre de l'épicerie dans laquelle il devait dérober une clochette. Pour finir, le dernier, Brän, un jeune damoiseau à la frimousse parsemée de tâches de son et à la tignasse de flamme, finissait de se décrotter sa veste : son épreuve était de voler la pelle de l'égoutier. Eskarina en riait encore.
            Malgré tout, ils n'étaient pas si mauvais que ça. Ils avaient réussi leur épreuve. En étant pris la main dans le sac mais réussi quand même. Ses épreuves à elle au nombre de trois avait été d'une facilité déconcertante. Bande de petits joueurs. Vol à l'étalage simplissime (un bijou mis en place prestigieuse. Mais le marchand ne gardait pas l'oeil ouvert bien longtemps face au baratin de Eskarina. Il s'est rendu compte un peu trop tard qu'en vérité, elle ne l'avait pas payé, ce collier) récupérer une pièce dans une bourse sans la prendre avec ses mains (elle n'avait eu qu'à faire des yeux doux à une vieille dame en lui disant que sa mère avait besoin de médicament et qu'il lui manquait un tout petit peu d'argent qu'un ignoble voleur lui avait pris ), dérober la broche d'argent à chapeau d'un noble sans que ses pieds ne touchent le sol (plus difficile, celle-là, mais elle l'avait finie en chevauchant un des chevaux de traits qui tirait la carriole d'une tisserande). Un jeu dont elle ne se lassait pas et que les trois autres avaient mal pris. Une fille meilleure qu'eux. Leur orgueil en prenait un méchant coup. Mais ils l'avaient cherché. L'épreuve qu'ils lui proposaient maintenant était attrayante et potentiellement très amusante. Mais le risque de taille si jamais elle se faisait prendre. Rien à voir avec les baffes des bonnes gens de cette cité.
Car elle devait dérober. Le trousseau de clefs du garde de l'entrée.
            Elle pouffa de rire. Avec un bon appât, un cruchon de vin aromatisé, un sourire et quelques fleurs, ça devrait faire l'affaire. Quelque chose n'allait pas.

« — Pour sûr mon gars que je peux le faire. Facilement d'ailleurs. Tu as des contraintes à me faire respecter ou j'ai carte blanche ? »

            Les trois comparses se consultèrent du regard avant de s'écarter légèrement pour tenir un conciliabule secret. Eskarina les fixa du regard un instant. Ils se donnaient de bien grands airs, ces mioches, comme si leur petite bande était importante et redoutée. De ce qu'elle en avait vu, leurs talents n'étaient pas vraiment remarquables mais on pouvait reconnaître leur imagination quand il s'agissait de créer de petit défis stupides. Nath' se redressa et lui adressa d'un ton assuré :
            «  On te laisse le choix. Tête de chou n'est pas un gars facile à duper »
**Ca, c'est ce qu'il croit**
            « Très bien. Ca va être facile. Préparez-vous pour votre propre épreuve, les gars. Me semble que c'est au tour de Timmy »
Le blondinet lâcha un regard inquiet à son aîné qui continuait de fixer inlassablement Eskarina.

            « On compte sur toi. Comme d'hab', un butin acquis est un butin acquis. Si tu garde le trousseau, t'as accès à tout le village ! »

**Magnifique, je vais avoir accès à tous les petits secrets d'un trou paumé au milieu de nulle part**
            La récompense n'est pas attrayante mais le challenge valait le coup d'oeil. Elle quitta la ruelle où elle s'était planquée avec les trois autres, réajusta son sac en bandoulière où trainaient ses récents larcins, puis se dirigea vers le poste de garde. « Tête de chou » puisque visiblement, c'était son nom de code, roupillait paisiblement, ses pieds avoisinant la choppe traînant sur la table.
**Ils m'ont vraiment prise pour un bleu, c'est pas possible**
            Eskarina soupira profondément. Un bien volé est un bien mérité, comme disait Brän. Elle retroussa ses manches et chercha des yeux le fameux trousseau de clefs. Rien à son coté, rien sur la table... Le mur. Accroché sur l'armoire à l'aide d'un misérable clou, son futur butin était légèrement trop haut pour qu'elle puisse l'atteindre en tendant simplement le bras. Bien décidé à gagner son pari, elle s'approcha du garde endormi. Là, elle allait faire un truc qu'elle détestait faire lorsqu'elle devait chaparder un truc.
            Elle bascula dans les Spires. Toujours aussi lumineuses, toujours aussi colorées, elles n'avaient pas changé d'un pouce. Eskarina dessina rapidement un bâton d'un vingtaine de centimètres qu'elle plaça dans sa main puis le fit rebasculer dans le monde réel. La jeune fille secoua la tête pour se remettre les idées en place. Ce genre de dessin même très léger, avait tendance à la fatiguer sans aucune raison. Elle s'approcha silencieusement du trousseau et à l'aide de sa nouvelle rallonge, le fit glisser jusqu'à elle tout aussi silen-....

" — TETE DE CHOU ! C'EST ELLE C'EST LA VOLEUSE ! ON TE L'AVAIT DIT QU'ELLE VIENDRAIT !"

            La gamine fit volte-face, le visage en flamme. TRAHISON !

" — ESPECE DE SALE TRICHEUSE ! T'AS FAIT APPARAITRE UN TRUC ! T'ES UNE TRICHEUSE !"

            Quelle bande de sales petits chi--. La politesse inculquée par sa mère à coup de tisonnier la retint de justesse de lui balancer une réplique cinglante en pleine poire. L'arroseur arrosé. Cette phrase collait parfaitement à la situation. La gamine fulminait intérieurement mais d'autres problèmes se profilaient à l'horizon. Grossomodo, un mètre quatre-vingts, des dents jaunies et qui tenait ferment son poignet avec sa main gauche. De l'autre, il fouillait nerveusement le sac de la fillette et finit par en tirer la broche d'argent et le collier. Eskarina continuait de tirer sur sa main, dans un vain espoir de l'en tirer. Elle jeta un regard haineux aux garçons qui se tenaient tout fiers devant l'entrée, ricanant de leur méfait. Saletés de bons à rien, traîtres... Elle hésitait à utiliser le Dessin. Si jamais elle le faisait, elle n'aurait peut-être même plus la force de courir. C'était le souci de savoir en faire aussi jeune. C'est crevant ces bêtises. Le garde émit un bruit à mi chemin entre un gloussement et un rôt quand il trouvé dans son registre les déclarations de vol. Là, elle était vraiment dans la mouise jusqu'au cou. Tant pis.
            Elle profita du bref instant durant lequel Tête de chou était en équilibre précaire pour se saisir du reste de la chope, la lui jeter en pleine figure et lui mordre sauvagement la main. Le garde poussa un hurlement de douleur tandis qu'Eskarina enchaînait avec un violent coup de pied dans le tibia pour finalement attraper son sac et s'échapper en bousculant les trois jeunes voleurs.

            "— VOUS ALLEZ ME LE PAYER ! JE VOUS LE PROMETS !"

Ca pour sûr, ils allaient en voir des vertes et des pas mûres dans les jours qui venaient ! Eskarina traversa le marché à toute allure, bousculant un ou deux badauds au passage et renversant une caisse de fruits pour freiner les gardes qui la poursuivaient. Car oui, Tête de chou avait des copains. Tout aussi bedonnants que lui pour la plupart.

«             — Reviens ici, sale petite peste ! »
            Tiens ? En tout cas, ils ne sont guère plus originaux que les autres d'autres villes. Elle continua son chemin en faisant tomber un tonneau cette fois-ci. Au moins, elle gagnait un peu de temps. Elle passa devant la taverne. Et mince. La fillette ne jeta même pas un regard à Cadwain, priant pour que la punition ne soit pas trop... douloureuse.

«             — Là ! La femme en rouge à table ! Elles étaient ensemble ! »

            Bon. Ca allait de mal en pis. Du coin de l'oeil, elle vit son professeur se lever tranquillement avant de projeter la table violemment grâce à une esquisse dans le Dessin. Eskarina le sentait. Le dessin était brouillon mais diablement efficace. La gamine ralentit légèrement pour reprendre un peu de son souffle. Elle tournait la tête et se retrouva nez à nez avec Cadwain.
«             — Qu'as-tu encore fait, cette fois ?
             — Mais rien ! Je te le promets ! J'ai fait comme tu m'as dit ! Je passais le temps ! J'me suis même fait des amis. Mais ils ont vendu la mèche ces sales petits saligauds ! Mais j'ai gagné le pari ! »
            En disant cela, Esk' brandit fièrement le trousseau de clef dérobé, son visage arborant un radieux sourire.
«             — Mais c'est pas grave, hein ? Ils veulent juste jouer ! »
Eskarina esquiva une pomme lancée en désespoir de cause et se saisit de la main de Cad' pour l’entraîner dans un virage serré.
«             — Et le jeu, là, c'est pas se faire prendre ! »
Elle lâcha le poignet de son instructrice et s'arrêta brusquement. Cul de sac. Hmm... Un arbre à coté du mur. Ni une ni deux, elle s'accrocha aux branches basses puis le gravit sans problème pour retomber de l'autre coté.
«             — A TON TOUR ! »
Là, le spectacle allait être intéressant. Cadwain. Qui. Escalade. Un arbre. Il y a toujours moyen de s'amuser, même dans le tragique des instants. Et il fallait qu'elle fasse vite, elle entendait des bruits de pas s'approchant de leur position.

(HRP : bon, c'est un peu long. Mais à priori, les suivant seront beaucoup plus courts ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Jeu 14 Nov 2013 - 22:39

Cadwain, toujours en courant, jeta un bref coup d’œil à la gamine. Puis à l'arbre. Aux branches frêles. Jouer les singes ? Avec un sac plein à craquer et un bâton de marche ? Juste pour éviter un abruti et sa clique de lourdauds ? Et puis quoi encore ?

Elle continua donc sa course, essayant d'économiser son souffle. Elle ne savait pas ce que la sale mioche avait fichu, mais ils étaient vraiment collants. Voyons voir... Si elle tournait à droite, puis encore à droite... Encore une longue ligne droite... Première à gauche... Voilà ! La place du marché ! Et encore pleine à craquer. Pas de conteur ? Parfait. Elle croisa les doigts pour que les riverains ne se sentent pas l'âme citoyenne et se jeta dans la foule, bousculant sans ménagement quand la faufilade polie devenait impossible. Derrière elle, des exclamations indignées redoublées lui indiquèrent qu'au moins un garde avait continué à la courser au lieu d'essayer de suivre la gamine. Et... Ah ! A en juger par les cris du marchand ulcéré, un maladroit avait renversé un étal ! Un peu de temps de gagné. Pour l'instant. Elle continua de longer la place au pas de course.

Entre deux étals, elle aperçut l'entrée d'une ruelle dérobée légèrement plus loin. Ça allait mal se finir... S'extrayant de la foule tant bien que mal, elle s'y engagea, suivie de près. Elle ne se donna même pas la peine de vérifier de qui il s'agissait. Perdre du temps de la sorte n'est jamais une bonne chose, et elle ne courait de toute manière pas assez vite pour pouvoir se permettre ce genre de luxe. Soudain, elle jura. Quelle poisse ! C'était une impasse ! Sentant que toutes ces esquisses allaient se payer par un mal de tête carabiné au soir, elle esquissa une coupure sur la barre rouillée maintenant vaille que vaille une lourde enseigne de bois. La gravité faisant le reste, l'enseigne s'effondra, manquant de peu d'écraser le poursuivant. Sans se retourner, elle courut aussi vite que possible vers le mur qui fermait la rue, amorça son saut et l'amplifia du mieux qu'elle put. Le saut suffit tout juste à passer. Elle s'écrasa lourdement de l'autre côté et se releva laborieusement, s'aidant de son bâton. Pour l'instant, d'après ce qu'elle pouvait entendre, son poursuivant s'était, au moins temporairement, arrêté. La situation était abominable. Le mal de tête commençait à poindre, elle avait mal partout et ses genoux lui avaient courtoisement envoyé un message de type "encore un coup comme ça et on te lâche !". Tant pis. Si elle se faisait coincer par un bonhomme malintentionné, il tâterait du bâton. S'adossant au mur, la main soigneusement agrippée à son fidèle compagnon de route, elle tâcha de reprendre son souffle, attendant soit un miracle, soit un garde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Jeu 28 Nov 2013 - 22:06

Une pluie battante inondait tout le pays, et Elwyn, trempée jusqu'aux os, avaient dû trainer par la bride sa jument. Noctis n'était effectivement plus capable de la porter sans trébucher dans cette fange infernale, et ce fut aussi épuisée qu'humide qu'elle parvint à Illugar, ce village dans la périphérie d'Al-Vor où elle allait, enfant, chasser les pigeons.
Elle avait pris une chambre à l'auberge du coin. La maîtresse de maison, à son plus grand dam, se souvenait très bien d'elle et de ses frasques puériles - le jour où elle avait ajouté des insectes dans la soupe, surtout, devait lui rester en mémoire. Ce ne fut que grâce à son état lamentable, les dents claquant furieusement les unes contre les autres et le corps tout entier tremblant sous les assauts de l'air, qu'elle obtint d'avoir une chambre.
Elle remarqua à peine la femme en rouge, attablée avec une enfant aux allures volatiles.

Le lendemain matin, en revanche, elle les vit plus que jamais. Bien reposée, elle commençait déjà à s'ennuyer : marcher paisiblement sous le couvert des arbres, ce n'était marrant qu'une fois dans l'année.
Elle fut témoin d'une scène qui la ravit au plus haut point ; soudain, la femme qu'elle avait vue la veille se leva vivement, et son regard défia les gardes qui venaient de faire irruption dans la pièce, précédant l'enfant. Apparemment, elle avait fait une légère petite bêtise pour parvenir à réveiller le vieux Tête de Chou, garde d'Illugar depuis quelque chose comme... Toujours. Et poivrot notoire.
Et puis la table s'envola vers eux, rompant la pensée vagabonde d'Elwyn. Émerveillée, la jeune fille réalisa que cette dame aux nobles airs était une dessinatrice - toute l'admiration qu'elle vouait à l'Art se réveilla dans son cerveau juvénile, et elle se décida à la suivre, elle et l'autre fille, qui semblait plus agile.

La suite des évènements le lui prouva magistralement. Alors que la petite gravissait un mur comme on enjambe une marche, l'adulte, elle, fit demi-tour afin, certainement, de trouver un autre moyen de semer ses poursuivants.
Elwyn trouvait admirable que l'on puisse, en marchant plus bruyamment qu'une armée, échapper aux gardes. Ils n'étaient certes pas très lestes, mais la dessinatrice jouait un jeu dangereux.
La jeune alavirienne faillit même se prendre une enseigne sur le coin du nez, filant de trop près l'objet de son intérêt jusque dans une ruelle discrète. Elle entendait très vaguement les halètements du garde, derrière elle - Tête de Chou sûrement, pour une fois qu'il se mettait à courir !
Rasant les murs, se croyant à l'abri des ombres, elle patienta d'un œil observateur. La femme se mit à courir, et sauta finalement le mur ; Elwyn grimaça quand elle entendit le bruit mat qui s'ensuivit et voulut immédiatement la suivre.
Mais Tête de Chou débarquait déjà.
Une pointe d'agacement distordit ses lèvres. Pff. Même pas drôle.
Quoique...
Elle émergea de l'obscurité, un sourire impertinent peint sur le visage, et héla le garde avec insolence :
- Hé ! Tête de Chou ! Tu te souviens de moi ?
Il se tourna vers elle, surpris jusqu'au ridicule. Sa mâchoire tomba, donnant moins de crédit à un poisson hors de l'eau.
- Euuuh... Nan.
Elwyn poussa un long soupir, déçue. Elle pensait que les exploits de son enfance avaient une certaine renommée ici ! Ou peut-être qu'il était juste sénile.
De toutes les façons, elle n'avait pas envie d'attendre. Elle s'élança d'un bond, accrocha le faîte du mur et, dans un volte face, envoya son pied heurter violemment les tempes du garde. Il s'effondra alors qu'elle passait tout à fait de l'autre côté.

- Et voilà ! fit-elle avec un sourire victorieux. A plus d'garde !
Elle attendait, toute joyeuse, un mot de reconnaissance de la dessinatrice, mais la poursuite n'était pas terminée. D'autres pas, plus nombreux, se dirigeaient vers elle, et l'inquiétude remplaça vite l'enthousiasme sur les traits d'Elwyn.
Pas vraiment consciente de la précarité de la situation - comme d'habitude - elle prit tout de même la temps de glisser dans un murmure :
- Vous êtes qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Lun 9 Déc 2013 - 20:27

Cadwain, d'abord sur le qui-vive, jeta un bref coup d'oeil à la nouvelle venue et, voyant que ses intentions étaient relativement amicales (surtout du point de vue de quelqu'un qui venait de se faire courser par la moitié des gardes de la ville), baissa son bâton pour s'appuyer de tout son poids dessus, à bout de souffle.

- Alors c'était... ...vous, juste derrière ? Désolée... ...pour l'enseigne. Je suis... ...Cadwain. Une... ...voyageuse.

Des bruits de pas se rapprochaient vivement. Evitant avec soin de trop prendre appui sur son pied gauche, qui avait mal supporté son saut, elle se tourna vers l'entrée de sa petite impasse, puis regarda de nouveau brièvement l'inconnue providentielle. Au bruit qu'elle avait pu entendre plus un peu plus tôt, au moins l'un de ses poursuivants avait été mis hors-jeu. Son souffle repris, elle se redressa, toujours en appui sur son bâton.

- Oh, et je suppose que le garde qui me suivait est tombé sur vous ? Merci.

Tournant la tête du côté de la rue, elle écouta attentivement. Au moins deux personnes. En train de courir. Une plus légère que l'autre. Au moins, ce ne sont probablement pas deux gros costaud, autant voir les choses du bon côté. Elle ne se sentait pas capable de fuir, encore moins de se battre et le mal de crâne carabiné caractéristique de trop nombreuses utilisations d'esquisses puissantes en trop peu de temps s'était déjà bien installé. Mais ce n'était pas une raison pour impliquer de... possiblement honnêtes gens dans ce genre d'affaires.

- Ca se présente mal. Un bon conseil : fuyez. Les gardes ne devraient pas vous suivre. A moins que vous aussi n'ayez tenté de leur subtiliser quelque chose... Maudite gamine. J'espère qu'elle a réussi à semer les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Jeu 26 Déc 2013 - 19:26

[HRP] Désolée pour l'attente, l'absence... Et pour le post. Mais j'ai pas trop d'idée de comment enchaîner.  Si Neleam veut venir là-dessus, j'imagine que ça ne posera pas de souci.  De toute façon, on a tous besoin d'un miracle >.>

Esk était profondément déçue. Elle qui s'attendait à une magnifique et hilarante escalade de la part de Cad'... Quelle amère déception. Cela dit, ni elle ni sa maîtresse n'étaient sorties d'affaire. Et si la dame n'avait pas voulu gravir l'arbre, un des gardes avait décidé de la poursuivre. Pestant bruyamment, Eskarina réajusta son sac sur ses épaules et continua sa course. La suite de la ruelle était assez bien dégagée étrangement. Pas de balais, pas de reliquat d'eau de pluie amassée dans une flaque croupie, en somme, rien pour ralentir le gus qui la suivait avec un acharnement diablement horripilant. La jeune dessinatrice longeait les murs, impatiente de trouver ce qu'elle cherchait : un de ses petits espaces qui sont caractéristiques des villages de cette partie du continent. Elle se rappelait encore des rabâchages incessants de sa sœur sur l'architecture. Nom d'un chien, qu'elle était heureuse qu'elle soit partie pour les pays de l'est. Esk' senti un sifflement dans l'air : une pierre. Ca ne pouvait pas venir d'un garde. Ils ne s'abaissaient généralement pour se saisir d'un vulgaire caillou pour le balancer sur leur proie. De toutes façons, il y avait même des chances pour qu'en se baissant, ils ne puissent même pas se relever.
La gamine se retourna. Les trois mioches. Décidément. Se retenant de faire demi-tour pour leur flanquer un coup de poing dans leur sale petite frimousse de garnement, Eskarina accéléra le pas : elle avait toujours au moins un garde à ses trousses. Et elle devait retrouver Cadwain. Elle aurait dû sauter par-dessus le mur tout de même. D'un autre coté, se séparer signifiait aussi séparer leurs forces. Et donc se débarrasser des gardes plus facilement.
Cela dit, ça semblait plus facile à dire qu'à faire.

Elle jugea rapidement de ce qu'elle pourrait faire : elle n'était pas assez costaude pour affronter de face ni pour monter sur le toit avec une pierre assez grosse ; dessiner pour le moment semblait hors de question : si elle se fatiguait maintenant, elle ne pourrait plus courir après. Et puis il y avait la question du trio infernal. Si elle faisait preuve d'inattention, elle était certaine qu'elle n'échapperait pas à leur vengeance. Restait la prière. Mais Esk' n'aillant jamais été particulièrement pieuse, elle continua de courir. Elle pourrait passer par les toits, encore. Mais Illugar étant un village du fin fond tréfonds du fond, elle n'avait pas foi en la solidité de leur plafond.
Elle tourna dans un coin de ruelle, entendant derrière elle le fracas métallique de bottes de combattant. La fillette était de moins en moins rassurée quant à ses chances d'en échapper. Primo, Illugar était un petit village où tout le monde se connaissait. Deuxio, Illugar en plus d'être petit n'avait certainement que deux sorties : une sur la route menant à Al-Vor, la plus grande ville du coin, et l'autre à l'opposée. Sans doute une formation circulaire, comme dans son ancien village, entourée par des champs immenses. Si elle prenait Perrigan comme village de référence.
Bref. Il n'était pas heure à se focaliser sur l'architecture ou l'organisation d'Illugar. D'autres soucis plus urgents, plus rapides se rapprochaient à vitesse grand V.

Niveau choix, elle n'en avait pas beaucoup : rendre ce qu'elle avait volé et... dur de dire ce qui se passerait ensuite. Prison ? Rouste ? Pas question. L'autre choix était de retrouver Cadwain et de faire un pas sur le côté en priant ne pas tomber dans un endroit dangereux. Et il fallait que quelqu'un dessine dans le coin. Et qu'elle ne soit pas trop fatiguée. Sinon, c'était l'aller assuré pour le monde des rêves. Ce qui n'avait rien d'encourageant.
Eskarina ne voulait pas baisser les bras. Et la solution, c'était de se réfugier dans les jupes d'un autre... Quelle horrible perspective pour elle qui n'aimait vraiment pas devoir quoique ce soit à quiconque. Avec un léger pincement au cœur, elle suivit les rues qui menait, à son sens, vers la sortie la plus proche de la « ville ».
Un bruit de l'autre coté du mur. Un bruit qu'elle connaissait bien : celui d'un coup de pied puis de quelqu'un qui s'effondre. Suivit de quelques voix étouffées. Sans en saisir parfaitement le sens, la fillette en reconnut au moins une.

— CADWAIN ! JE SUIS DE L'AUTRE COTE !

Elle s'arrêta en haletant, la course poursuite lui avait coupé le souffle mais n'était toujours pas finie. Ca s'annonçait mal : séparée de Cad', éreintée, privée de son Dessin sous peine de s'évanouir... Elle pria pour un miracle. Ca ne mangeait pas de pain et ça marchait parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé] Sam 28 Déc 2013 - 18:02

[Hé, moi de même '.' Je serai plus présente à l'avenir !]

Les nuages qui, depuis le matin, s'amoncelaient au ciel, étaient maintenant dispersés par une bise indiscrète. L'azur se dégageait, et paradoxalement, Elwyn se fourrait dans un pétrin magistral.
Elle détailla avec attention la Dessinatrice qu'elle avait suivie : essoufflée, visiblement très agacée, et étrangement vêtue. Bien que les gardes fussent aux trousses de cette femme, Elwyn était heureuse d'être tombée sur elle : c'était un peu de piment à une journée qui s'annonçait fort fade.
Oh ! Elle aussi était une voyageuse ! La jeune fille opina du chef et renchérit qu'elle-même, depuis peu, parcourait la campagne. Pendant ce temps, l'inconnue reprenait son souffle fuyant (effarouché par une course folle, mieux adaptée aux pieds lestes d'une archère qu'aux mollets d'une Dessinatrice). Elle poursuivit :

« Oh, et je suppose que le garde qui me suivait est tombé sur vous ? Merci.
- Ah, certes, sourit Elwyn. C'est une vieille connaissance, mais nous n'avons plus à nous inquiéter de lui : il en a pour quelques heures de sommeil. »

Elle s'impressionnait toute seule. Jamais, dans une telle situation, elle n'avait été aussi sereine - l'air des forêts lui faisait visiblement le plus grand bien, ou alors c'était ce goût d'aventure, diffus, sur ses papilles et ses prunelles.
La dénommée Cadwain avait également saisi le bruit de pas derrière elles, se rapprochant peu à peu. Après avoir tendu l'oreille, elle conseilla à Elwyn de fuir, mais surtout, un sous-entendu quelque peu amer éveilla l'attention de la jeune fille : Cadwain serait empêtrée dans cette affaire à cause d'un vol ?
L'archère haussa un sourcil et déclara, trop tentée par l'aventure pour en discerner les dangers :

- Je n'ai rien volé, non, mais je me dois de vous aider !

Bien qu'elle fut à cent lieues d'être une âme chevaleresque, cette histoire semblait marrante. Illugar était un ancien terrain de jeu où elle voudrait bien que l'on se souvienne d'elle.

- Vous, continua-t-elle, et qui que soit cette, euh, "maudite gamine". Mon cheval est en ville et les gardes ne me connaissent pas. Si vous voulez, je pourrais aller le chercher et distraire les gardes... Il y a une brèche dans le mur Est, par laquelle vous pourriez passer.

Elwyn releva son foulard noir jusqu'à ce qu'il couvre tout le bas de son visage, jeta sa capuche sur ses courts cheveux sombres, et lança un regard malicieux à Cadwain :

- Je sais semer la discorde.

Au moment même où elle achevait son petit numéro, une voix retentit de l'autre côté du mur, haletante. Elwyn tourna des yeux surpris vers la Dessinatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé]

Revenir en haut Aller en bas

Illugar, à un jour de marche d'Al-Vor [Un voyage mouvementé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Haiti en Marche: Haiti et neo-liberalisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Grandes Plaines :: Al-Vor-