Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

La loi de la mer [PV Neleam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: La loi de la mer [PV Neleam] Dim 16 Fév 2014 - 12:14

NOUS SOMMES DE CEUX QUI SE MAÎTRISENT DIFFICILEMENT.
NOUS SOMMES DE CEUX QUI METTENT MAL A L'AISE EN PUBLIC.

Artémis tira de toutes ses forces sur l'écoute, et la scella avec difficultés au taquet. En tant que second elle n'aurait dû prêter main forte sur le pont, mais le capitaine était un incapable, et avait, en conséquence de cela, jugé pertinent d'engager des matelots à son image. Ainsi se devait-elle de sauver tant bien que mal l'honneur des pirates. Cet objectif se remplissait notamment par l’acharnement à des tâches qui ne lui revenaient pas. Prochain arrêt, nul besoin d’affirmer qu’elle changerait de bateau. La gloire l’attendait, mais ne désirait pas la rencontrer parmi ces moins-que-riens. Comment cet équipage d'altérés attardés parviendrait-il à aborder ne serait-ce qu'une barque de pêcheurs ? Comment espérer gravir des échelons si le navire avait une telle réputation de laisser-aller et de navigateurs ratés ?

Le bateau n'était, de surcroît, pas bien grand comparé aux géants qu'elle avait pu monter par le passé, toutefois un cavalier de talent sait mettre à profit la monture la plus faible. Mais comment agit un enfant sans expérience lorsqu’il chevauche une jument docile et en bonne santé ? Il ne sait pas la ménager, il l'éprouve sans prêter attention à ses signes d'épuisement. Et Artémis dans tout cela ? Elle était la mère outrée qui tente de raisonner son fils.

La pirate prends pour témoins les malchanceux que le destin avait fait parents. Le gamin est têtu et les simples remontrances ne l'atteignent guère de là où il se trouve. Il faudrait pour cela le rattraper et lui botter les fesses avec des talonnettes, et... et…

« ANTHRACITE ! »

Artémis releva la tête à la mention de son nom de pirate. Elle répliqua, dans le vent de la tempête :

« OUI CAPITAINE ? »

Elle se refusait l'effort de franchir les quelques pas qui les séparaient. Elle le laissa plutôt s'approcher, alors qu'elle faisait un nouveau nœud autour du taquet afin de justifier son absence de révérence à l'égard du capitaine. Il va sans dire qu'un second appelé se doit de rejoindre son supérieur, et ce par l'emploi de ses propres jambes.

« Allez dans la cale du navire et mettez de l'ordre dans les relations de l'équipage nom d'une tempête divine ! »

Artémis plongea son regard dans le sien, absente, puis se résigna à suivre les ordres après un bref salut mi- respectueux mi- moqueur. Ce fils du continent n'avait rien à faire sur un bateau. Il n'avait l'âme d'un pirate. Pour autant il en avait l'argent, elle ne pouvait se permettre d'aller à son encontre. Il avait beau un imbécile qui croyait le métier facile et distrayant dans ses rêves d’enfant prônant l’aventure, il n'en demeurait pas moins qu'il détenait sa paye.

Le doux sifflement du vent se métamorphosa en brouhaha infâme alors qu'elle dévalait les escaliers, de plus en plus vite alors qu'un son alarmant de bagarre s'intensifiait. Elle se retrouva face à un attroupement de matelots qui, s'ils n'étaient pas ivres, puaient pourtant le mauvais vin et avaient le comportement d'ivrognes impudents. Elle se fraya un passage dans la foule qui s'écartait devant son rang.

Deux hommes se battaient, Artru (elle aurait dû s’en douter) et Fendus (surprenant). Elle cria un ordre dont elle oublia la formulation exacte. L'important était qu'ils cessent. Seul Fendus se retourna, et Artru en profita pour lui asséner un coup de poing violent au visage. Sans frayeur aucune, elle se rua sur Artru et l'envoya contre le mur. La surprise, comme toujours, était sa plus grande arme et elle se lut aisément sur le visage du matelot qui s'écrasa contre le mur.

« Que se passe-t-il ici ? Et comment espérez-vous battre qui que ce soit avec ce mental d'enfants mal éduqués ? Quitte à taper, tapez sur l'ennemi. Artru, pourquoi te bats-tu ?

- Il m'a volé ma ration du soir !

- Fendus, la vérité ?

- Il est allé voler dans les réserves, nous sommes trois à l'avoir pris dans le sac, M'dame. »

Deux autres s’avancèrent en acquiesçant. Une rage incontrôlable monta en elle. Ce n'était pas la première fois qu'elle attrapait ce mécréant dans une situation similaire, et son attitude était de celle qui réduit à néant le moral instable d'un équipage. Ce fut sans émotion aucune qu’elle lâcha un :

« Jetez-le par-dessus bord, on ne refait pas les imbéciles. »

* * *

Ils avaient mis trop de temps. La nouvelle s'était répandue et tout l'équipage, même les passagers s'étaient réunis sur le pont, malgré la douce tempête et la soirée bien avancée. Elle serra les dents.

« Circulez, il n'y a rien à voir ! »

Sa phrase n'eut aucun effet visible. Pourtant cela lui sembla prévisible. Tant pis, dans quelques instants ils s'exclameraient tous d'étonnement alors qu'Artru serait jeté dans les flots, certains pleureraient même ou la haïraient de si peu de scrupules. Qui sait, peut-être auraient-ils du mal à s’en remettre. Qu'importe, qu'ils restent, qu'est-ce que cela changeait pour elle ? Il ne s’agissait que de son quotidien, elle n’interdisait personne d’y assister. C’était à leurs dépens plus qu’aux siens.

Le capitaine fut l'un des derniers à apparaître, à son grand désespoir. L’attente se faisait longue, et elle ne pouvait se permettre d’y mettre fin sans l’accord de son supérieur. Sans quoi elle serait elle-même jetée par-dessus la rambarde. Ce qui, il va sans dire, était fort peu appréciable. Elle connaissait ses limites. Alors qu’il la rejoignait, elle annonça, avec assurance, et d'une voix sans appels :

« Capitaine ! Je demande l'exécution du matelot Artru, et sur le champ, pour entorse répété au bon fonctionnement du navire et à la bienséance, ainsi que pour refus d’obtempérer à l’ordre du second ici présent en ma personne. »


Dernière édition par Artémis Ash'Nyxdwaith le Jeu 27 Mar 2014 - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Mer 19 Fév 2014 - 23:26

Neleam était cachée au fond d'une barque et se concentrais pour ne pas avoir le mal de mer.
Le bois flotait, c'était un bon début. Mais il y avait des trous, que la guerrière bouchait avec différentes parties de son corps. Cependant l'idée principale n'était pas de s'allonger pour faire bouche-trou, mais pour éviter de se faire repérer par des pirates. Lorsque l'eau avait coulé au fond de la coque, contre la nuque de Neleam celle-ci s'est retenue de hurler tant l'eau glacée l'avait surprise. La solution pour éviter ce genre de désagrément, et aussi de finir au fond de l'océan était de oucher les trous.
Mais revenons-en aux pirates.

L'histoire était longue et compliquée. Neleam avait joué de malchance puis s'était attaquée aux pirates, sur leur propre île afin de sauver son honneur et surtout le butin qu'elle devait protéger. Mais comme si les pirates ne suffisaient pas, sur l'^^ile se trouvait aussi une mercenaire, ancienne amie de Neleam, et grande psychopathe, et pire encore : mentaï.

Le chevalier soupira du fond de sa barque.
Ca avait été catastrophique. Mais une faelle, sortie de Nulle aprt l'avais bien aidé. C'était... totalement absurde. Tout autant que la clocharde qu'elle devait paraitre de l'extérieur transportait une sphère graph. En plus de l'or bien entendu. Mais l'or était plus difficile à cacher alors... Elle s'était renflouée la poitrine. Méthode discutable, certes, mais personne n'irait fouiller. Du moins sans perdre un mains au passage.

Le temps passa. Les crampes n'étaient plus qu'n lointain souvenir, Neeam s'était statufiée, et êrait entre sommeil et folie. Le roulis de la barque lui tapais sur le système alors elle tentais de faire abstraction. tout en bouchant les trous.
C'est vraiment petit une barque.
Et inconfortable.

Mais le tas de bois finis par s'échouer avec douceur contre un banc de sable.
La guerrière, ne voyant rien d'autre que le ciel au dessus de sa tête se demanda un instant ce qui avait arrêté son bateau d'infortune, et pria pour ne pas couler. Ca serait la cerise sur le gâteau.
Mais après quelques minutes d'immobilité supplémentaires (vu qu'elle était déjà immobile avant, elle était devenue encore plus immobile, et respirait à peine. elle aurait été caméléon elle serait devenue barque) elle eut la confirmation que ce n'était pas des rochers.
Elle se releva, prête à quitter son navire et... En fut incapable. Ses muscles ne répondaient plus et lui faisaient terriblement mal. La jeune femme ne pu retenir un gémissement de douleur et de mordit les lèvres pur éviter d'attirer l'attention sur elle (et sa barque au cas où elle serait sur un plage bondée de pirates sanguinaires).

De très longues minutes pus tard la fière guerrière était assise. Elle s'étirait lentement, dans tous les sens. Elle avait beau être sportive elle découvrait des muscles dont elle avait ignoré l’existence jusqu'à maintenant ! Et pour être franc, elle se serait bien passé de ces découvertes.


La nuit tombait et Neleam était debout !
Elle avait réusit à s'extirper de sa barque pour ensuite faire des pas difficiles en pataugeant dans l'eau. Mais finalement elle avait réussit. la plage était déserte et au loin se découpait un port. C'était un bon début. elle trouverait de quoi manger, un endoit où dormir, certainement et... un bateau correct pour partir !
Sa chance semblait retour car une fois attablée devant un repas fumant mais guère appétissant elle eut vent d'un bateau miteux qui renait le large. Certains pirates -dont elle restait assez éloignée- se moquaient même de l'équipage du bateau mystère.
Le chevalier hésita. devait elle prendre le risque de monter à bord, Le risque n'était pas de voyager entourée de pirate mais de monter sur ce bateau.
La réponse était évidente : oui. Ses chances de survie si elle voyageait avec de pirates dignes de leur nom étaient nettement moins grandes. Donc elle monterais sur ce bateau et se fera petite, en espérant que les pirates en questions abordent Gwendalavir. Ce qui n'était pas gagné...


Neleam suivit la foule docilement. Pas qu'elle s'intéresse à ce qu'il se passait sur le bateau, mais elle ne voulait pas se faire remarquer. Alors elle pu observer une pirate proposer calmement de tuer un des matelots.
Le chef du navire grommela des mots que la jeune femme interpréta comme une négation. Elle était d'accord avec lui, cette femme semblait se prendre pour mieux que ce qu'elle était et sa posture, tout comme sa voie, suintait la suffisance.
Les gestes désordonnés du capitaine dispersa légèrement la foule de curieux et Neleam les quitta pour s'appuyer contre le bastingage. Regarder la mer détendait son estomac. Mais sa solitude fut de courte durée car la femme qui venait de se faire rabrouer s'approchait d'elle, discutant à voie basse avec quelques pirates. Leur conversation était houleuse mais le passagère ne put comprendre le sujet de la discussion.
Mais lorsqu'elle vit le fouet dans la main d'un des pirates elle se mis à craindre le pire. Elle n'avait encore jamais vu personne se faire fouetter. C'était un acte de barbarie, et elle espérait de tout son cœur que ce n'était qu'un objet aussi décoratif que le chapeau de l'homme qui le tenait.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Mar 25 Fév 2014 - 17:59

QU'IL FAIT BON AVOIR ENDURE !
QUE LE PLAISIR SE GOÛTE, AU SORTIR DES SUPPLICES !

Le capitaine avait refusé. Il avait re-fu-sé. Artémis se sentit imploser. Tant de bêtise lui reflétait le regard implorant du capitaine, qui la priait de se plier à ses ordres sans rechigner. Plutôt faire flancher une Artémis, que titiller la loyauté d’un équipage effrayé par la hiérarchie et qu’il contenait déjà avec difficultés. Tel était le lâche raisonnement du capitaine El’ Meral, qui d’autorité n’avait pas celle d’une souris.

Quant à Artémis, sa famille de sang pur et tout autre Pirate des îles Alines digne de ce titre, le décès d’un homme insignifiant aurait paru utile à leurs yeux. Voire normal, accepté de tous. Mais elle avait omis le fait qu’elle n’était pas sur un navire dirigé par de véritables pirates. En prenant l’initiative d’accomplir une mission coutumière sur un bateau de renommé, elle avait perdu. L’échec était cuisant, mais son adversaire peu combattif. S’il ne souhaitait contrarier les camarades d’Artru, il ne pouvait cependant pas laisser son second complètement insatisfait. Artémis tenta le tout pour le tout.

« Faites-le fouetter. »

L’ordre claqua, provoqua un silence dérangeant. Elle avait employé l’assurance d’un dieu, et la détermination d’un chercheur d’or.

Le sourire goguenard et le soulagement, qui s’étaient affichés sur la face affreuse d’Artru  au refus du capitaine, s’évanouirent au profit d’un frémissement pathétique et d’une expression malheureuse. Il tourna son regard vers le seul pirate au monde qui possédât un cœur : le capitaine El’ Meral.

Ce dernier se fit violence. Un choix décisif le taraudait, auquel personne avant Artémis ne l’avait confronté. Celui de s’imposer dans la douleur ou celui de se faire marcher dessus sans gémir. Mais si le mauvais choix il faisait, à l’eau il finirait ! En témoignait le regard assassin de son second, qui eut raison de son indécision. Il acquiesça, hocha la tête en signe d’approbation ; Artémis s'avança vers un homme. La tâche lui revenait, il était l'un des seuls hommes en qui Artémis pouvait compter. Elle pouvait surtout compter sur son sens de l'Honneur, ainsi que sur cruauté de ses actes lorsqu'il s'agissait de punir un pirate indigne.  

« Tu pouvais pas plus ins'ster aurpès du c'ptaine ? La vermine chez l'pirates on'aime pas ça.

- Cela aurait été préférable, mais il est et restera une mauviette devant son équipage. Il verra bien à la prochaine escale... Pour le moment, contente-toi de donner à ce gars-là sa correction.

- Combien de fois ?

- Fouette-le, c'est tout. »

Hors de question de laisser à Artru l’opportunité d’un espoir : savoir à combien de coups nous étions destinés avait quelque chose de résignant mais également de rassurant. La fin prévue d’un malheur qui nous semble infini vaut mieux qu’un malheur qui s’éternise. Mais pour le bourreau, l’affirmation inverse est vérifiée. Une expérience est plus traumatisante si l’on ne peut s’accrocher à un certain laps de temps, à un décompte …

Un … Deux … Chaque coup lancinant retentissait, tel un coup de tonnerre qui rend sourd plusieurs secondes.

Trois... Quatre... Le dos dénudé du matelot prenait de nouvelles couleurs, au fil des coups.

Cinq ... Six ... Le rouge écarlate s’y disputait au violacé, lorsque le sang commença à perler.

Sept... Huit... Des estafilades formaient un ensemble presque artistique s’il n’avait été taillé dans la chair.

La pirate, bras croisés et menton haut, observait la scène sans ciller. Le capitaine ayant pris congé, prétextant un devoir urgent, et le gros de l’équipage s’étant dispersé afin de détourner le regard de ce qui aurait pu arriver à n’importe lequel d’entre eux, il incombait donc à Artémis  de décider de la cessation de son supplice. Or sa posture demeurait ferme, et bien qu’intérieurement elle ne jubilait pas, son expression prouvait qu’elle trouvait malgré tout une certaine jouissance à se venger de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Ven 28 Fév 2014 - 23:22

Le fouet claqua.
Il fendit l'air avant de s'abattre contre la peau nu du marin. Une zébrure rouge apparue immédiatement, et l'homme serra les dents.
Le pirate qui tenait le fouet reprit en main son arme, contracta son bras puis le détendit à grande vitesse. Le fouet parti immédiatement. Il siffla avant de s'abattre toujours aussi brutalement contre le dos du malheureux. Le geste aurait presque été beau. Le mouvement courbé du cuir était presque hypnotisant. On en oubliait presque la torture.
Ca faisait trop de presque pour Neleam.

Elle avait d'abord tenté de se soustraire à cette démonstration de puissance et de cruauté, mais elle entendait le bruit du fouet et les cris de l'homme où qu'elle soit. Comme attirée par cette attraction macabre, la guerrière se retrouva de nouveau devant cet homme. Son dos était maintenant ensanglanté, il avait à peine la force de hurler lorsque le fouet s'abattait une nouvelle fois sur lui.
Mais ce qui dérangeait le plus Neleam c'était cette nonchalance. Tous regardaient la scène avec les yeux remplis de crainte et d'admiration. personne ne s'élevait pour faire arrêter le supplice. Et cette femme... Neleam sentait son sourire derrière son visage rigide. Ses yeux fixaient la scène avec attention comme pour ne pas en perdre un miette.
C'en était trop.

Son instinct de chevalier refaisant surface Neleam joua des épaules pour s'interposer.
Elle se moquait totalement d'être sur un bateau de pirate et de cacher sur elle des bien plus précieux que la totalité de ce bateau douteux.

-Ca suffit.


Les points sur les hanches, Neleam foudroya du regard cette cheftaine de pacotille. Elle releva la tête pour lui montrer le fond de sa pensée : elle ne l'appréciait pas. Pire encore, elle la méprisait.
Certes Neleam était plus petite et pouvait sembler fragile, elle n'en restait pas une guerrière, comme l’attestait sa posture. Les pieds bien ancrés dans le sol, les muscles légèrement en tension, près à réagir. Que ce soit une attaquer orale ou physique, elle était prête et en avait oublié son mal de mer.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Jeu 6 Mar 2014 - 16:50

I DON'T KNOW WHAT'S WORTH FIGHTING FOR
OR WHY I HAVE TO SCREAM.

Artémis clignait des yeux au même rythme que le fouet claquait. Elle en était au huitième battement de cils ; elle avait décidé de s’arrêter au vingtième, voire avant si les blessures semblaient trop sévères. Un homme mutilé pouvait s’avérer docile et obéissant, un homme détruit n’était d’aucun emploi. Or elle aurait peut-être encore besoin de lui.

Seulement, au neuvième coup, une femme s’avança, une simple passagère, qui osa faire sa loi et pris l’espace d’un instant le pouvoir. La pirate détourna à peine le regard, soupira. L’exaspération était un sentiment déplaisant, et celui qui la causait méritait autant punition qu’Artru à ses yeux.
Son homme de main hésita, main en l’air, et lui jeta un coup d’œil indécis. Non pas que l’intervention de Neleam changeait ses ordres, mais la situation avait pu évoluer du point de vue de la pirate. Ceci donna une idée perfide à la pirate.

Artémis lui indiqua d’un signe de tête qu’elle remettait le supplice du matelot à plus tard, et se tourna enfin vers l’insolente. Elle eut pour elle un sourire faussement accueillant et agréable. Les deux femmes se défiaient du regard. Petites toutes deux, d’apparence peu robuste mais la posture fière, il était difficile de déterminer qui pour l’autre avait le plus de haine. Peut-être Artémis la surpassait de par sa tendance à la haine plus qu’à l’amour.

« Et vous êtes ? Quelqu’un de haut rang visiblement ? Sachez que la hiérarchie indique le capitaine, puis le second, commandants incontestés. Si cela vous déplaît nous pouvons vous débarquer très, très prochainement. »

La situation l’amusait visiblement, l’ironie dans sa voie avait quelque chose de lancinant. Elle savait la passagère sans pouvoir malgré sa forte résolution. Qu’elle soit aristocrate, souveraine, simple fermière voire Terrienne, cela importait peu. La loi de la Mer n’admettait pas de hiérarchie de rang, seul le statut (en tant que marin) et la possession d’un de son équipage donnait du pouvoir. En cela Artémis avait une longueur d’avance.

« Par ailleurs, cela ne suffit point, la décision n’est pas vôtre. La Justice telle que vous la connaissez a changé depuis que vous avez quitté la terre ferme, Ma Dame. Artru ici présent savait à quoi il s’exposait en agissant de la sorte. Il est nécessaire que quelqu’un purge cette peine pour les méfaits commis. »

Elle se tourna vers son homme de main, fit mine de le relancer, et arrêta son mouvement en plein air. La jeune femme pencha la tête sur le côté, un sourire semi-rieur, semi-sarcastique à l’égard de Neleam. Du divertissement, que demander de plus ! Sa réjouissance était grande !

« A moins que vous ne purgiez sa peine, Artru en est l’unique méritant. »

Elle n’attendit guère une réponse ; il fallait faire culpabiliser la jeune impertinente. Lui faire comprendre que le dixième coup de fouet qui s’abattit sur les épaules d’Artru aurait pu s’abattre sur les siennes. La pirate ne connaissait pas grand-chose à l’empathie, mais elle savait l’humain doté d’une telle chose, et aimait en jouer. Chaque cri de souffrance du matelot aurait pu lui être épargné si la solidarité avait joué en sa faveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Sam 8 Mar 2014 - 13:23


La pirate fit interrompre le fouet et se la jaugea du regard.

« Et vous êtes ? Quelqu’un de haut rang visiblement ? Sachez que la hiérarchie indique le capitaine, puis le second, commandants incontestés. Si cela vous déplaît nous pouvons vous débarquer très, très prochainement. »

Neleam frissonna. Pas à cause de la menace à peine voilée mais du regard de cette femme. La guerrière avait l’impression d’être transpercée jusqu’à la moelle e combattait vaillamment le regard méprisant ce la pirate. Elle était persuadée de son pouvoir et en abusait allègrement.
Neleam se faisait un malin plaisir à la corriger mais… seulement en pensée. Pour le moment. Il fallait peut-être qu’elle attende avant de foncer tête baissée, surtout que la pirate n’avait pas fini son speech.

« Par ailleurs, cela ne suffit point, la décision n’est pas vôtre. La Justice telle que vous la connaissez a changé depuis que vous avez quitté la terre ferme, Ma Dame. Artru ici présent savait à quoi il s’exposait en agissant de la sorte. Il est nécessaire que quelqu’un purge cette peine pour les méfaits commis. »

La jeune femme allait pour répliquer lorsque la phrase suivant la coupa en plein vole.

« A moins que vous ne purgiez sa peine, Artru en est l’unique méritant. »

Neleam ne put retenir un éclat de rire. Elle regarda d’un œil ironique la femme et secoua la tête.

-Je ne suis personne ma jolie, et mon crédo a toujours été « si tu fais des conneries, assume ». Je ne suis pas vraiment du genre à me sacrifier pour un autre. Surtout s’il est responsable.

Le chevalier s’interrompit un instant. Son esprit carburait.
Elle n’avait pas l’intention de se faire fouetter à la place de l’autre. Elle avait beau être devenue Chevalier, elle n’en restait pas humaine et pensante. Se sacrifier pour un autre lui avait toujours fait horreur, même lorsque les personnes qui mourraient étaient des gens à qui elle tenait. Les sauver oui, mourir à leur place non.
Son sang bouillonnait dans ses veines. Elle avait envie de tous les tuer histoire de leur apprendre la déférence, mais sa tête lui disait que c’était une mauvaise idée. Pas parce qu’elle risquait d’avoir du mal à tous les mettre hors d’état de nuire, mais parce qu’elle serait bien embêtée après. Elle était incapable de conduire un vaisseau pareil alors elle mourrait aussi, mais à petit feu. Pour les tuer elle devrait peut-être attendre d’être à proximité d’une terre « sûre », ou près d’un bateau qui pourrait la secourir.
Donc… elle n’était pas plus avancée. La pirate voulait ses coups de fouets et Neleam ne voulait pas.
Des deux la pirate obtiendrait gain de cause.
Et Neleam ne tenait pas plus que ça à être fouettée. Elle saurait endurer la douleur, bien qu’elle ne soit qu’une « femme maigrelette », mais elle craignait de se dénuder. Surtout de dévoiler ses trésors. Elle aurait dû planquer son butin en montant à bord au lieu de la garder sur elle.

Se maudissant en pensée, bien que ça ne change rien, Neleam commençait à imaginer une dernière porte de secours :

-Artus-le-fouetté mérite peut-être son châtiment, je ne remets rien en cause, seulement votre façon de l’exécuter. Ses cris de demoiselle en pâmoison s’entendent de partout sur le navire, alors pour le bien de vos gars et celui de vos passagers, mettre fin à son supplice n’en sera que profitable. Torturez-le ou punissez-le comme vous voulez, mais en silence. Et loin des yeux. Nous forcer à regarder cette scène inintéressante, barbante et pitoyable ne sert à personne. Pas même à assoir votre supériorité.


Neleam serrait des dents, mentalement. Elle n’aimait pas ce qu’elle disait mais… elle le pensait. En partie. Elle n’avait pas toujours été parfaite dans sa vie, droite et juste. En trainant dans les bas-fonds on comprend le système et la loi du plus fort. On apprend à marcher dans le bon sens, ne serait-ce que pour avoir la vie sauve. C’est exactement ce qu’elle était en train de faire.
Comme un retour en arrière, dans son passé où le moindre faux-pas amène votre exécution.
Mais ici personne ne la connaissait alors elle devait mettre au point son personnage ainsi que son caractère qui lui permettrait de survivre dans ce milieu clairement hostile tout en évitant de bafouer ses principes.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Mer 12 Mar 2014 - 12:57

BUT MY DREAMS THEY AREN'T AS EMPTY
AS MY CONSCIOUS SEEMS TO BE
I HAVE HOURS, ONLY LONELY


A son plus grand étonnement, la jeune femme partit d’un éclat de rire inattendu et presque en contraste avec la gravité du moment. Artémis fit paraître sa déstabilisation l’espace d’un instant, mais se ressaisit aux propos de son interlocutrice. Un sourire ravi étira même ses lèvres. Un sourire où suintait plus la réjouissance que l’ironie. Voilà quelqu’un qui avait assez d’esprit pour ne pas subir la peine d’un autre malgré sa solidarité et bonté d’âme. Trop de bonté vous tuait, qui pouvait prétendre ne pas en avoir fait les frais ?

Elle acquiesça avec approbation aux paroles de Neleam ; elle l’avait peut-être injustement considérée jusqu’alors, il était encore temps de réparer cela.

« Eh bien, Personne, voilà une personne sensée que tu fais. »

Plusieurs membres de l'équipage rirent à la remarque d'Artémis qui signifiait sa sympathie aussi ouvertement, mais toujours avec sarcasme.
Lorsque Neleam reprit la parole, toutefois, la pirate perdit un peu de l’estime qu’elle avait gagnée auparavant. Se taire est souvent préférable. Sans même prendre la peine de répondre, Artémis commanda à son homme de main de reprendre sa tâche. Après une autre poignée de coups de fouet, elle lui fit signe de cesser et de détacher Artru. Elle s’exprima alors d’une voix forte et émanant une assurance certaine.

« Artru, est-ce la dernière fois que j’aurai affaire à toi en de tels termes ?

- Ou… ouii, lieuu ... tenant.

- Bien, que quelqu’un s’occupe de le soigner, et que celui qui souhaite désobéir aux lois pirates y repense à deux fois, ou vienne dès à présent recevoir ses propres coups de fouet. Puissiez-vous vous souvenir de la punition accordée aux déshonorés. »

L’équipage resté sur place se dispersa, certains murmurant avec un sourire, d’autres jetant un coup d’œil intrigué à Neleam et à leur second. Peu se préoccupaient d’Artru tant son supplice semblait banal comparé à l’intervention de la jeune femme.

Artémis s’approcha de cette dernière, la considéra avec hauteur du regard pendant un temps qui sembla infini alors que le silence pesait sur l’atmosphère. Les flux et reflux des vagues qui s’écrasaient sur la coque, alors que le vent sifflait sur la toile et le bois, faisaient eux aussi partie de l’absence de bruit, de l’absence de vie.

La pirate expira ; une seule question demeurait. Neleam pouvait-elle lui s’avérer utile ou simplement bonne à être écartée à la prochaine escale ? La conversation aurait raison de son choix.

« Pour votre gouverne, "ma jolie", et puisque vous n’êtes probablement pas pirate de sang pur, tout membre d’un équipage doit suivre un code d’honneur. Chacun en connaît les termes, car ils sont évidents, chacun en connaît les conséquences en cas d’entorse, car elles sont répandues et fréquentes. Dans le cas contraire, on les oublierait. Si le matelot crie fort, c’est son honneur qui paye, pas mon autorité. Les lâches sont méprisés, les voleurs perdent souvent leurs mains, et les pirates sont ainsi organisés. Dites-moi de quelle manière l’ordre doit-il régner si le désordre n’est pas châtié ? »

Elle croisa les bras, l’allure altière et l’expression dure. Elle vint à se demander pourquoi s’épuiser à expliquer des concepts qui ne pouvaient que lui être inconnus d’après sa réaction outragée et le parti pris pour Artru. Un étranger à leurs coutumes ne pouvait que diverger d’opinion. Elle choisit alors d’attaquer directement son interlocutrice, car seule la défense révélait tout le caractère d’un individu.

« Si votre âme sensible ne peut supporter ce spectacle, il vous suffisait de vous en détourner. Il n’est nul besoin de voir, pour comprendre comment le monde est régi. »

Si la discussion durait trop, Artémis déciderait de prendre congé. Elle avait un plan de renversement du capitaine à mettre en place, et une bonne partie de l’équipage clamait sa légitimité à passer capitaine. C’était du vol, du meurtre peut-être, mais ça relevait du pirate pur en soi. Elle n’avait pas le temps de converser avec une minette du Nord, bien qu’aucun allié potentiel ne fut à éliminer. Ils étaient à deux jours de la terre ferme, c’était autant de jours à ne pas gaspiller inutilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Jeu 13 Mar 2014 - 22:19



Afin de montrer que c'était elle la chef, la pirate fit fouetter quelque fois supplémentaire le pauvre martyr.
Neleam elle, continuait son combat visuel. elle ne disait rien mais sa mâchoire crispée dissimulait avec difficulté sa frustration. Sa colère. Finalement ça finit par être suffisant et tout le monde retourna vaquer à ses occupations. Même le fouetter, qui baissait la tête. Etait-il honteux d'avoir été pris en plein larcin ? D'avoir été fouetté devant tous ? Ou qu'une femme étrangère ait pris sa défense ?

Neleam secoua la tête, navrée. Elle craignait que les troisième solution soit la plus probable.

Mais la pirate semblait avoir changé d'attitude. Pas que sa position soit moins suffisante, loin de là, elle avait rehaussé le menton pour montrer sa force, mais elle acceptait la discussion. Certes le sujet semblait assez dangereux mais c'était une perche que la guerrière attraperait avec grand plaisir. Enfin "grand plaisir"... Peut-être pas. Mais c'était une occasion unique pour discuter presque librement avec des pirates et de découvrir leur mentalité. Et d'en apprendre sur leurs points faibles.
La connaissance est le pouvoir, et Neleam était extrêmement curieuse.

« Si votre âme sensible ne peut supporter ce spectacle, il vous suffisait de vous en détourner. Il n’est nul besoin de voir, pour comprendre comment le monde est régi. »


Neleam, piquée par cette pique, plissa les yeux. Elle s'approcha du bastingage, tout en parlant. Elle tentait d'employer un ton neutre, bien que passer pour une pleutre l'agace au plus haut point.

-Ce n'est pas mon âme qui est sensible, mais ma morale. Je ne remets pas en cause la hiérarchie de ce bateau, ni même ses règles. Je n'ai rien contre les chefs tant que je ne suis pas dominée et qu'on ne me donne pas d'ordre. Je m'oppose simplement au plaisir que tu prends à faire souffrir et à jouir de ton pouvoir. Il faut bien que certaines personne s'opposent aux donneurs d'ordre, sinon ils se prendront pour des Dieux.

Ce raisonnement n'était pas des plus poussés. Le chevalier en avait conscience, mais elle était incapable de faire plus pour le moment.

-Et c'est quoi ton nom ?


Mais sans pouvoir discuter plus longtemps un cris électrifia l'air : Navire en vue !
Tout le monde sur le navire releva la tête. Neleam scruta à son tour l'horizon, mais elle était incapable de voir quoi que ce soit. Cependant elle se doutait que le pont serait bientôt fourmillant d'activité, et très certainement de sang. Ignorant quelle serait sa place, Neleam ne se bougea pas, attendant des informations supplémentaires. Navire de Pirate ? De l'empire ? Fuir ou combattre ?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Mar 25 Mar 2014 - 23:16

THE ANGEL FROM MY NIGHTMARE
THE SHADOW IN THE BACKGROUND OF THE MORGUE



Artémis la laissa parler, évaluant tant son attitude et sa gestuelle que ses mots en tant que tels. Elle n’était décidément pas indigne d’intérêt, et aurait pu s’approcher de ce que la pirate aurait, par un accès de générosité, qualifié de « personne potentiellement employable, et de confiance », ou du moins s’approcher de ce que l’on appelle plus communément « une amie », « une connaissance ». Elle eut un sourire sans émotion décelable, et ce à plusieurs reprises au cours de son discours. Notamment à la mention des Dieux. Elle n’était certes pas une déesse, loin de là.

« Prends garde à ce que tu avances, tu juges avec le cœur d’un étranger, mais ta philosophie n’intéresse pas les pirates en ce lieu. J’ai de plus le nom d’un Dieu, mais qui te dit qu’il n’est pas un Dieu du mal ? Enfin, qui t’a donné permission de faire la leçon aux donneurs d’ordre ? »

Alors qu’elle achevait sa phrase, la corne de brume retentit, bien plus forte que le vent. Artémis releva la tête, presque ennuyée d’être interrompue. Mais cet ennui ne fut détectable qu’une fraction de seconde, avant qu’un sourire ravi ne le remplace. Son enthousiasme, empreint dans chaque cellule de sa peau, en était presque contagieux.

« NAVIRE EN VUE ! »

Artémis s’étira avec flegme. Comme si le signal sonore n’avait pas suffi ! Elle s’occuperait de la vigie plus tard – sauf s’il entrait dans ses bonnes grâces.

« ANTHRACITE ! »

Elle eut un léger soupir. Il lui fallait quelques secondes de méditation avant que la bataille ne commence, le calme qui précède la tempête, mais le capitaine ne souhaitait guère le lui accorder. Elle s’extirpa donc de ses pensées, et constata que Neleam se trouvait toujours en face d’elle. Diantre, sur quel sujet débattaient-elles tantôt ? Elle l’ignorait, l’anticipation de la bataille avait pris possession de son esprit, et rien de l’autre ne lui semblait plus important en cet instant.

« Le capitaine m’appelle, tu connais mon nom à présent. Je te conseille de nous joindre si tu magnes les armes, ou de t’enfermer si tu tiens à ta vie, étrangère. »

Sur ce elle s’éclipsa ; elle était à d’autres réflexions, il lui fallait entre autres élaborer un plan d’attaque. De plus, le capitaine s’approchait d’elle, et requérait sans doute son attention. Probablement… Certainement… A coup sûr.

« Est-il… pertinent de… passer à l’attaque ?

- Ce serait envisageable, mon capitaine.

- Savez-vous… mener un plan d’attaque ?

- Je le crois.

- Je n’attaquerai pas si vous ne pouvez pas nous procurer… une victoire, Anthracite.

- La stratégie est moins importante que les héros qui mènent la bataille, mon capitaine. »

Le capitaine, dans un effort surhumain, tenta alors de retrouver sa contenance perdue. Il allait passer à l’abordage ! Quel évènement pour un pirate ! Ô combien elle savait en cet instant à quel point la terreur le terrassait, partagé à son désir d’aventures. Elle eut presque de l’empathie à son égard.

« ON VIRE DE BORD ! »

Le sourire d’Artémis s’étira. Elle acquiesça avec ferveur, se détourna du capitaine et cria l’ordre une nouvelle fois, d’une voix autoritaire et portante. Elle circulait sur le pont, hurlant les ordres à s’en casser la voix, mais avec un timbre vibrant de passion. Elle était définitivement dans son élément.

Elle échangea au passage un regard entendu avec son homme de main, Liodys ; pas de plan machiavélique, pas de soulèvement organisé comme ils l’avaient tous deux prévu, seulement un accord tacite. Au premier qui assassinait -discrètement, il va sans dire- le capitaine ! La conquête du pouvoir n’admettait pas de règles, et au milieu des combats, l’épée alliée devenait aisément létale.

Le navire attaqué tenta dans un premier temps de fuir, mais le vent favorisait la trajectoire des pirates, et une manœuvre requérait trop de temps dans leur situation. Au loin, Artémis les vit préparer leur défense.

* * *

« A L’ABORDAGE ! »

Sa phrase favorite. Elle sentit l’euphorie s’emparer de son corps alors qu’elle prononçait les mots sacrés. L’extase commença à s’écouler, insidieusement, dans ses veines. Elle se sentait vivante, dans l’attente du combat épique qui se déroulerait en contrebas, sur le pont du navire ennemi.

Cependant, à son plus grand désespoir, le capitaine apparut à ses côtés, alors qu’elle s’apprêtait à s’élancer à la suite de l’équipage. L’entrechoc des armes assourdissait déjà le bruit des vagues, et exerçait une attraction telle sur la pirate qu’elle ne formulait en elle qu’un seul et unique désir : celui d’attaquer, blesser, tuer. Mais la voix apeurée du capitaine retint son mouvement (non pas qu’elle tremblât plus que d’habitude).

« Dois-je… les joindre ?

- Certes, mon capitaine. C’est un signe de cohésion, et votre présence incarnerait le moral de fer des matelots. »

Et sans attendre de réponse aucune, elle sauta, transcendant l’air qui la séparait du navire, sans émettre de cris pourtant souvent associés aux abordages. Elle devait en effet se montrer furtive et silencieuse, le combat loyal signifiait plus facilement une défaite pour elle.

Elle se reçut sur un genou, dégaina instantanément un poignard qu’elle lança dans le même élan. Sans s’assurer que les gémissements de sa cible correspondaient à ceux d’un mort, elle se détourna vers un autre duel, poignardant lâchement dans le dos, telle la Mort subite qui frappe impunément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Ven 4 Avr 2014 - 23:00



Qui t'as donné la permission ?

Neleam haussa un sourcil balancée entre surprise, amusement et colère. Personne ne lui donnait de permission, ni d'ordre ni d'interdiction. Elle était libre te hors de ce système. Avec ou sans permission elle pensait et ne tenait pas à arrêter.
Et comme elle aimait parler... elle disait ce qu'elle pensait. Ce n'était pas compliqué et elle n'avait pas besoin de mentir continuellement. Et elle ne faisait passa la leçon, enfin elle n'en avait pas l'impression. Elle défendait juste son point de vue. Argumentait plutôt.

Enfin ce n'était pas son problème actuel. Les pirates allaient aborder et Anthracite n'était pas un nom de Divinité. Enfin, pas qu'elle sache. Elle pensait avoir comblé correctement ses lacunes historiques et "mythologique" (il n'y avait rien de mythique en ces terres à part Merwyn et Edwin) (d'ailleurs, ne devrait-elle pas s'appeler Nelwyn afin de devenir elle aussi mythique ?) mais elle se renseignerait sur une certaine Anthracite.. A moins que ce ne soit qu'un nom d'emprunt, un pseudo qu'elle utilise pour faire régner la terreur. Mais c'est pas très terrifiant.
Enfin ce n'était pas vraiment le moment de réfléchir philosophie nominale.

Les pirates allaient attaquer un bateau, et Neleam allait.. devoir prendre une décision.
Sauver ce navire attaqué et rejoindre leurs rangs en espérant qu'ils l'amène sur le continent Alavarien, ou sauver sa peau et rester du côté des attaquants en attendant qu'elle puisse débarquer et leur fausser compagnie. Cruel dilemme...

Tandis qu'elle hésitait encore sur sa conduite à adopter, les pirates s'étaient préparés. Neleam n'était pas armée mais elle refusait de s'enfermer dans une cale, surtout si jamais les pirates étaient submergés elle changerait de camps sans aucun remords mais pour cela il fallait qu'elle puisse assister aux combats.
Elle resta donc dans un coin du navire, profitant de la ve qui s'offrait à elle, prête à réagir.


Anthracite donna le top départ en sautant par-dessus la balustrade. Se ruant à la suite de leur second les pirates l'imitèrent, hurlant comme des démons.
Aux visages terrifiés des assaillis, le chevalier senti ses espoirs de liberté disparaitre. Ils étaient terrifiés donc personne pour faire le poids face aux pirates. Peut-être savaient-ils que dans tous les cas seule la mort les attendaient. Mais la bataille n'était pas gagnée d'avance car la mort est une excellente motivation, et les assaillis n'attendirent pas plus longtemps avant de sortir de leur torpeur.
Ils savaient se battre. D'ailleurs certains avaient fuis sur le bateau des pirates profitants de leur désertion momentanée.
Trouver le capitaine peu assuré sur leur chemin sembla les réjouir. Neleam qui n'était pas loin de le scène ne réalisa le geste du capitaine qu'une fois qu'il se fut caché derrière elle. Appréciant peu de servir de bouclier, la guerrière n'eut d'autre choix que de se lancer elle aussi dans la bataille, et du côté des pirates.

Désarmée mais pas désemparée la jeune femme jaugea ses assaillants. Ils étaient deux, et semblaient peu aimables. Leurs sourires révélant des dents gâtées et les yeux luisants ne laissaient aucun doute quant au chemin que prenaient leurs pensées.
Mais Neleam n'étais pas une proie facile. Elle eut un sourire mauvais et s'avança sans que le capitaine ne puisse la retenir. Elle pivota légèrement le buste, évitant une lame aiguisée et frappa. Un fouetté, puis un crochet au menton, la garde de son attaquant était ridicule. Bouger rapidement. Ne jamais s’arrêter. Esquiver et se glisser le long du sabre jusqu'à ce que sa main rejoigne la poignée du sabre maintenue fermement par une main velue. Sans attendre le chevalier pivota brusquement, entrainant avec elle la main dans un angle peu naturel. Fier de son réflexe l'attaquant lâcha son sabre, peu désireux de se faire briser le poignet, mais il déchanta lorsque Neleam planta son sabre jusqu'à la garde entre ses côtes. Tué par sa propre lame...
Et ce n'était que le début. Voir son compagnon mort sembla redonner de la force à l'homme à terre, il se releva et attaqua avec rage. Ce n'en fut que plus facile. Il heurta le vide et, emporté dans son élan, il ne pu que s'étaler de nouveau au sol, mais cette fois-ci avec un couteau planté dans l'abdomen. Son couteau...

Neleam n'avait pas combattu sans sabre depuis longtemps et désarmer ses assaillants afin de retourner leurs armes contre eux était instructif. Il fallait gérer le temps, contrôler sa force et maitriser sa vitesse. Il fallait aller là où personne ne l'attendait.
Un nouvel assaillant força Neleam à se remettre au combat, sans savoir si elle devait tuer ces hommes ou simplement les blesser car ils pourraient servir de main d’œuvre à la fin de l'abordage. Mais ce qui était certain c'est qu'elle défendrait chèrement sa peau.


HRP : désolée pour le retard ! J'étais persuadée d'avoir répondu il y a belle lurette... --' (dans ces cas là n'hésite pas à me MP, sinon c'est un coup à attendre trèèèèès longtemps)

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Lun 7 Avr 2014 - 12:03

ON TUE NON POUR TUER, MAIS POUR NE PAS ETRE TUE.
Qui a proféré de telles imbécilités ? Artémis.




Le combat faisait rage, mais plus le temps s’effilait, plus les défenseurs du navire marchand périssaient. Artémis poursuivait sa dance macabre, ses gestes avaient été forgés par l’habitude et ses attaques n’épargnaient pas le moindre centimètre de chair. Tuer n’était pas plaisant, mais tuer était satisfaisant. Il y avait dans une mise à mort quelque chose d’indescriptible, un sentiment sans nom, une victoire sur la Faucheuse en personne et sur son adversaire. Il était risqué d’être assassin, mais cela donnait un sens à nos agissements et ajoutait à l’orgueil. Un orgueil que beaucoup n’avait su tempérer.

Portée dans son élan, la pirate manqua y laisser sa vie car la fierté, trop grande et constante, l’avait distraite de sa mission. Tuant sans répits, elle avait, l’espace d’un instant, oublié qu’il était possible qu’elle soit tuée. Une armoire à glace lui fendit l’avant-bras de sa lame, et elle crut que sa main en était tombée tant la douleur fut aiguë. Elle s’écarta à temps pour éviter le second assaut, luttant contre la panique et son cœur battant qui la déconcertait.

Elle restait humaine, et un humain qui n’a pas peur est un imbécile, aimait-elle souvent se rappeler pour se pardonner la crainte qu’il lui arrivait de ressentir et qui lui faisait manquer de discernement. Mais cette fois-ci la peur était de son côté, amplifiait ses sens et prenait empire sur son corps, lui insufflant les réflexes intuitifs de survie. Elle échappa à un nouveau coup, et contre-attaqua d’un coup de pied bien placé dans le ventre. L’homme qui lui faisait face avait dû la croire désarmée lorsque, au premier coup porté, elle en avait lâché sa lame, mais –et si je puis m’exprimer ainsi- la pirate était recouverte de plus d’armes que de vêtements. Elle s’accroupit en un éclair pour dégager le poignard (ou un des poignards) de sa botte et l’instant d’après il se plantait exactement là où son pied avait frappé.

Avec stupeur elle put constater qu’une deuxième lame, celle d’une épée, était apparue à quelques centimètres à peine. L’épée se retira, l’armoire à glace s’écroula, et Liodys, son homme de main, fit son apparition. Pourtant grand, son adversaire avait complètement caché sa présence.

« Je l’ai tué avant ! »

Liodys se permit un sourire et repartit à la charge. Artémis récupéra son poignard. Les combats touchaient à leur fin. Son objectif n’était plus réduire les effectifs ennemis, mais réduire le leur en éliminant le capitaine. Elle le repéra bien tôt, prenant la jeune passagère rencontrée plus tôt pour son bouclier humain. Elle soupira, eut un instant de compassion, puis sortit une arme que personne ne pourrait la soupçonner détenir : une sarbacane. La première fléchette manqua sa cible, mais la seconde s’empala dans son cou. Artémis disparut dans l’ombre avant que l’on ne puisse lui jeter un coup d’œil. Avec regret, elle se sépara de sa sarbacane et des fléchettes, les déposant sur le cadavre d’un soldat ennemi. Elle fila dans l’ombre, et acheva avec ses compagnons le massacre bien entamé. Le capitaine ennemi se rendit. On accepta sa soumission ; il l’avait probablement déclarée plus tôt mais les pirates avaient besoin d’exercice régulier sans quoi ils seraient rouillés. Accepter les pourparlers c’était les priver de leur exutoire.

* * *

Le navire ennemi s’était rendu (à l’évidence ?). Il fallait procéder aux négociations, longues délibérations souvent raccourcies par l’impatience pirate. Bien que la violence soit proscrite par convention, les menaces étaient allègrement employées lorsqu’il s’agissait d’économiser du temps. Ils avaient d’autres bateaux à aborder.

Or le capitaine manquait, vous pouvez vous-même en expliquer la cause profonde. Artémis, imperturbable, et quelque peu sans cœur, feignit un agacement mesuré alors qu’elle crachait :


« Trouvez le capitaine ! On a besoin de lui. »


Elle dissimulait son enthousiasme avec un soin appliqué. A vrai dire, pas vraiment, puisque ses émotions transparaissaient que trop rarement. Refouler sa joie était plus que tâche aisée, surtout en ces circonstances. Elle affichait un air agacé, qui lui donnait des traits presque sérieux. Qui aurait pu penser d’elle qu’elle n’était pas crédible ? Elle aurait pu annoncer un mariage ou un enterrement qu’elle aurait exprimé les mêmes émotions.

Artémis finit par négocier elle-même la paix avec l’adversaire, en l’absence de leur représentant. Les termes étaient simples, et bien que le capitaine tenta la discussion, la pirate ne lui fit guère de concessions. Il était à sa merci, il ne pouvait ultimement qu’accepter.

« Anthracite Ash’Nyxdwaith vous demande en personne, à vous et à vos hommes, de transporter tous biens et vivres quels qu’ils soient sur mon navire. Il ne restera dans votre cale que le nécessaire de vivres afin que vous atteigniez Al Jeit, à deux jours d’ici, sains et saufs. »

Le capitaine argumenta avec raison que leur navire n’atteindrait Al Jeit que dans quatre jours au plus tôt, et que le manque de nourriture se ferait sentir. Mais Artémis ne flancha pas, un sourire en coin était presque perceptible à ses lèvres. Le capitaine comprit qu’elle le mettait au défi de survivre, et que les deux jours de nourriture auraient pu lui être cédés sans problèmes : mais la pirate aimait faire passer des épreuves, l’apprentissage de la vie commençait par là. N’est mature que celui qui a souffert. Toute personne sensée aurait pu trouver cela cruel, mais un pirate n’était pas une personne douée de sens.

Elle salua le capitaine, et s’en retourna sur son propre navire. Elle aurait pu couler le bateau, comme beaucoup de pirates avaient la coutume de le faire. Mais elle savait qu’un navire de moins en mer, cela signifiait un navire de moins à aborder, moins de richesses à piller, moins de marchandises à intercepter. Les pirates étaient imbéciles parfois.

« Mon lieutenant.

- Fendus ?

- Le capitaine… Il est, ehm, mort. Un soldat ennemi l’a tué d’une fléchette. »

Artémis feignit la surprise, mais pas l’émotion. Cette nouvelle ne la peinait pas, elle était seulement ennuyeuse. Enfin officiellement vous voyez ? Elle réfléchit l’espace d’un instant, puis redressa la tête avec résolution :

« Je prends le commandement. Fendus, prépare les funérailles, du capitaine et des autres matelots. Envoie deux hommes fouiller leur navire de fond en comble afin de vérifier qu’ils ne conservent que deux jours de nourriture, rien d’autre qui ne soit de valeur. »

Et les pirates s’activèrent. La banalité de la tâche assourdissait la tristesse des corps, et la mort misérable du capitaine, comme si rien n’avait perturbé leur quotidien. Les corps furent enroulés dans des draps blancs, et jetés à la mer où on leur rendit hommage.
Artémis détenait enfin l’autorité, et son propre bateau. Une petite voix, de très loin, lui murmurait la culpabilité de son crime, mais elle y répondait que ce n’était qu’un meurtre de plus, et un qui ne changeait pas la donne. Elle avait accumulé les cartes, et les avait toutes en main à présent.

* * *

Le soir-même, sur le pont, elle croisa la passagère exactement là où elle l’avait laissée plus tôt. Sur le ton de la conversation, elle lança :

« Pas traumatisée ? Dans trois jours environ on débarquera. Je ne t’ai pas demandé ce que tu faisais là. Sur ce bateau, et en direction du continent j’entends. »

/HRP/:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Jeu 10 Avr 2014 - 21:34



Neleam en avait oublié le capitaine pleutre et se battait dorénavant pour sa vie.

Son butin la gênait dans ses mouvements et elle craignait de finir par se faire empaler, ce qui... ne l'arrangeait pas du tout. Mais elle refusait de s'en débarrasser, craignant d'une part se faire surprendre, de l'autre... ne pas réussir à le récupérer. C'était très frustrant car elle ne voyait pas comment se sortir de se guêpier. Lorsqu'elle se fit plaquer violemment contre le mat elle senti son coeur s'arrêter un court instant.
Elle était ridicule. Ecrasée comme un vulgaire insecte, incapable de se défendre. Et son butin n'en était pas responsable. Elle était comme.. molle, privée de force.

Son adversaire la maintenait avec une poigne de fer mais ne semblait pas trouver dans le regard de sa victime la peur qu'il espérait susciter. Les yeux bleu cristallins de la guerrière étaient las.

-Merci.


Le pirate ne sembla pas comprendre elle s'en moquait, il avait tellement de poignards à sa ceinture qu'elle pu aisément se servir de le poignarder avec habileté. Se débarrassant de son oppresseur et de ses lames Neleam inspira un goulée d'air marin, heureuse d'être toujours en vie. Elle lança ensuite le couteau souillé du sang de son agresseur vers un des assaillants. Du moins il ne semblait pas très.. aimable. La lame fendit l'ai et se ficha dans la nuque de l'homme. Sa mort fut plus rapide que celle de celui qui agonisait lentement près de son mat.
La jeune femme s'assit ensuite dans un coin, profitant du calme qui semblait revenir.
Les pirates avaient vaincus.

Anthracite s'était occupée des négociations, tandis que Neleam restait silencieuse. Elle avait remarqué le sang qui maculait les vêtements de celle qui serait bientôt capitaine, mais n'y porta pas attention. Un animal blessé est plus dangereux, il sent l'odeur de la mort et paniquera, il deviendra imprévisible.
Mais Artémis n'était pas si imprévisible. Le capitaine était mort et la guerrière savait que la pirate y était pour quelque chose. Instinct ou évidence, tous les pirates s'en accommodèrent.

Rapidement tous retournèrent à leurs activités. Les morts ennemis étaient jetés à l'eau tandis que les frères pirates étaient allongés sur des draps aux côté de leur capitaine. Neleam imaginait aisément le rebouteux du bateau en train de s'occuper en même de temps de tous les blessés. y avait-il seulement quelqu'un capable de s'occuper d'eux ? Le bateau était trop misérable pour abriter un rêveur, alors certainement un des pirates s'était proposé à la couture, et l'autre au désinfectage à l'eau de vie. Dans tous les cas Neleam ne voulait pas le savoir, dans les cales ça deviendrait rapidement infecte.
La jeune femme se leva et marcha sur le pont. A sa surprise, Anthracite vint lui parler.

-Pas traumatisée ? Dans trois jours environ on débarquera. Je ne t’ai pas demandé ce que tu faisais là. Sur ce bateau, et en direction du continent j’entends.

Neleam eu un petit sourire triste et répondit avec lassitude.

-C'est très aimable à toi de ne pas demander, je me contenterais donc de te féliciter pour ce post de capitaine.

L'ironie dans sa voie ne pouvait pas tromper, mais elle ne tenait pas spécialement à parler. En fait... elle avait envie d'un gros calin accompagné d'un repas chaud et qui sente bon.

-Je crois que je me fais vieille...

Neleam s'appuya sur la balustrade et regarda l'immensité bleue. Se lassait-elle des combats ? Etait-elle devenue insensible à l’adrénaline ? Était-elle désespérée par cette mer ? Tant de questions qu'elle n'aimait pas et auxquelles elle n'avait pas de réponse.

-Serait-ce abuser de ton hospitalité que de te demander quelque chose à boire ? Il me faut quelque chose de fort, capitaine.



[HRP : n'hésite pas à l'être, c'est pour la bonne cause ! :D]

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Sam 12 Avr 2014 - 14:35

I FEEL SOMETHING SO RIGHT
DOING THE WRONG THING […]
I COULD LIE, I COULD LIE, I COULD LIE
EVERYTHING THAT KILLS ME MAKES ME FEEL ALIVE



Artémis, pour une fois, accepta humblement l’ironie de son interlocutrice. Sa curiosité était d’un caractère maladif pourtant, mais quelque chose de bien plus attractif détournait son attention de ce que dans toute autre situation elle aurait appelé « effronterie d’une altérée ». Certes, la jeune femme se jouait d’elle, mais c’était avant tout par sécurité semblait-il qu’elle refusait de répondre à la question sous-entendue par ses propres propos. Ses raisons demeuraient inconnues et pour le moins intrigantes. Habituellement, les passagers non pirates n’étaient que de lointains cousins pirates venus en visite, des négociateurs courageux, des naufragés désespérés… Aucun de ces statuts n’expliquait ce mystère, et sa résolution à résoudre cette énigme était trop prenante pour qu’elle se vexe d’une réponse détournée.

Elle grommela quelque chose, qui s’apparentait vaguement à une réponse favorable à sa requête, et se détourna de la jeune femme. Il ne fallait pas clairement répondre « oui » à quelqu’un qui venait de vous répondre « non ». Elle croqua dans la pomme qui se trouvait dans sa main, elle ignorait pour quelles raisons (après l’euphorie des combats venaient de longues minutes de torpeur).
Elle n’avait pas même bronché lorsque la jeune femme l’avait félicitée. En son for intérieur, elle l’en remerciait, mais rien ne lui disait qu’elle avait été honnête, que la phrase n’avait pas été empreinte d’ironie ou n’avait été que le fruit (pomme !) d’une politesse bien placée. Ou tout simplement qu’elle n’était que la résultante des trois. En ne tiquant pas, elle acceptait son soutien dans son monde de solitude, et refusait qu’on le remît en doute. C’est ainsi qu’elle construisait sa confiance, au jour le jour.

Elle poussa la porte fatiguée de la cabine du capitaine. Quelqu’un avait déplacé ses affaires, et par intimité, elle espérait que Liodys en personne s’en était chargé. La pièce était relativement grande, du moins proportionnellement aux cabines habituelles. Elle fit un signe de tête vers la table, où des aliments de toute sorte reposaient déjà (peut-être sa pomme venait-elle de la coupe de fruits qui trônait en son centre ?), l’invitant à s’asseoir, pendant qu’elle se dirigeait vers les placards. Elle en ouvrit plusieurs avec une douceur contestable, et lorsqu’elle trouva la réserve, un sourire –oui, un véritable sourire- s’empara de ses lèvres. Il eût pu être plus rayonnant mais sur Artémis c’était assez choquant pour qu’il soit d’un caractère extraordinaire, hors du commun.

Presque absente, elle resta immobile de longues secondes, ses yeux glissant d’une bouteille à une autre. Elle avait bu du vin de mauvaise qualité depuis le début du voyage, et en quantité trop faible si l’on considérait ses besoins grandissants. L’assemblage de bouteilles d’alcool de toute sorte, et de concentration très diverse, prenait l’allure d’un rêve fréquent, qui revenait chaque nuit dans son sommeil pour soudain prendre un aspect matériel dans une réalité qui était sienne. L’espace d’une seconde, elle imagina le capitaine se tenir en ce même endroit, savourant d’avance la première gorgée d’eau-de-vie. Son cœur manqua un battement, et elle abandonna ses pensées dans un recoin de sa mémoire.

« Rhum, vin -… haha, non, pas de vin-, Whisky, bordel de la liqueur, l’alcool des pleutres. »

A chaque bouteille qu’Artémis observait elle joignait un commentaire à voix basse, presque pour elle-même. La multiplicité des options était déstabilisante lorsqu’on n’avait pas même eu le droit de choisir tantôt. On finissait par perdre l’habitude. Elle finit par ramener les bouteilles d’eau-de-vie les plus concentrées en alcool, les posa sur la table, servit deux verres de whisky, puis y ajouta du citron. Alors qu’elle en était à ses préparations, elle fit, plaçant par un effort surhumain toutes les bonnes manières dont elle était capable :

« Mange, ma vieille. »

Le surnom était gentiment moqueur. Une femme de la vingtaine, vieille ? Tant qu’elle marchait sur deux pieds, et pouvait encore s’occuper d’elle-même, c’est que l’inutile vieil âge n’était pas encore atteint. Or elle avait vu la jeune femme se débarrasser de ses agresseurs, de très loin, et sa ruse lui avait plu. Il valait mieux l’avoir dans ses amis que sur sa liste noire. Elle planta ses yeux profondément sombres dans ceux profondément clairs de la jeune femme.

« Voilà ton alcool fort, tu as le droit de boire seulement si tu acceptes de jouer à un jeu. Un jeu d’alcool. Ça s’appelle La Vérité ou la Boisson. »

En quelques phrases concises, elle expliqua les règles, qui étaient au nombre de deux.
Primo, un joueur affirmait une phrase à propos de son partenaire. Si cette assertion était affirmée par le partenaire, ce dernier buvait, si elle était infirmée, le premier buvait.
Deuxio, le premier à finir le deuxième verre (car ils étaient ici deux participants) se voyait demandé une faveur par l’autre. Faveur du moins raisonnable, cela s’entendait. Les meurtres et autres crimes eurent été nombreux sous d’autres conditions.

« Si tu acceptes le jeu, ma première affirmation sera que tu viens du Sud de Gwendalavir. »

Elle repoussa les couverts vides disposés devant elle, pour rapprocher son verre rempli, poussant le second vers Neleam. A vrai dire, elle mourait d’envie de le boire cul sec, mais elle désirait être en pleine possession de ses moyens, du moins pour le commencement du jeu. Plus celui-ci avançait dans le temps, plus ses sens seraient altérés, plus les affirmations seraient ridiculement illogiques. Elle avait de longues années d’expérience à la matière, et ne souhaitait pas finir soûl avant une inconnue, qu’elle se devait de ne pas sous-estimer. Aussi bien il s’agissait d’une alcoolique déclarée et résistante à toute sorte d’alcool quel qu’il soit. Il lui fallait donc appliquer un mot qu’elle ne connaissait guère, la modération. Du moins si ce principe se nommait bien ainsi !

La pirate déposa au milieu de son assiette vide la pomme croquée une fois et qu’elle avait oublié détenir dans sa main. Elle ne mangerait que si les risques d’ivresse n’étaient pas trop grands. Elle se rendrait rapidement compte si l’alcool agissait trop vide à jeun. Il lui fallait trouver le juste équilibre entre l’amusement de son éthylisme et l’intérêt du jeu, qui n’avait que pour visée d’en apprendre plus sur sa camarade, quitte à sacrifier des informations sur elle.

Quant à la possibilité du mensonge ? Seriez-vous à même de vous demander. Elle était à écarter. Un pirate engageait implicitement son honneur dans ce genre de beuveries. Les plus perfides pirates ne mentaient pas, seuls les plus lâches ou les plus craintifs d’en révéler trop mentaient, et, révélés, ils auraient été couverts de honte. Or les secrets d’Artémis étaient difficilement devinables pour qui n’était pas télépathe, et il lui importait peu de donner des informations insignifiantes sur ce qu’elle était, ce qu’elle avait fait et ce qu’elle désirait. Pouvait-on en dire autant de Neleam ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Dim 13 Avr 2014 - 15:35



La pirate la conduisit ensuite vers une cabine. Neleam n'ayant pas eu l'honneur d'une visite guidée fut obligée de faire des suppositions. Vu la taille de la pièce, c'était un haut gradé qui habitait là.
Puis lorsqu'Anthracite se mit à ouvrir tous les tiroirs à la recherche d'alcool, Neleam tira la conclusion que ce n'était pas sa chambre (à moins qu'elle est caché ses bouteille un soir de grande beuverie, mais c'était peu probable). Ca devait-être celle du capitaine.

La guerrière sourit à Anthracite lorsqu'elle sorti, victorieusement, une bouteille de whisky. Le liquide ambré vint remplir les verres posés au sol.

« Mange, ma vieille. »

Neleam sourit, amusée par la pique. Il est vrai qu'elle n'était pas vieille, mais... à l'intérieur elle se sentait lasse. Elle devait donc trouver une autre réponse à cette soudaine flemme qui l'envahissait.
Mais pour l'instant elle avait à boire et une camarade de beuverie, que demander de plus ?

« Voilà ton alcool fort, tu as le droit de boire seulement si tu acceptes de jouer à un jeu. Un jeu d’alcool. Ça s’appelle La Vérité ou la Boisson. »


Neleam se senti légèrement déçue. Elle ce qu'elle voulait, c'était boire. Mais... Ca pouvait s'annoncer très amusant, surtout que les jeux d'alcool étaient les plus mémorables (qui a dit que l'alcool faisait oublier ?). Sentant une sorte d'adrénaline couler dans ses veines, Neleam s'assit en tailleur, devant son verre, et écouta les règles. Très simples. Il leur faudrait du temps avant d'être ivres, mais au moins leurs esprits resteraient assez lucides, du moins suffisamment pour pouvoir poser des questions.

« Si tu acceptes le jeu,

Neleam hocha la tête, ma première affirmation sera que tu viens du Sud de Gwendalavir. »

Un sourire vint étirer les lèvres de la guerrière. Ses yeux plongés dans ceux ce la pirate, elle se sentait en pleine forme, sa courte dépression était passée et loin de ses pensées.

-Bois.


Neleam était presque fière d'elle, bien qu'elle n'y soit pour rien. Mais elle se doutait qu'il lui faudrait s'expliquer. C'était ce qu'il y avait de plus intéressant, savoir pourquoi on avait faut.

-Je suis originaire de l'autre Monde. Je viens de terre et plus précisément de Paris. A mon tour... Tu es orpheline.


Neleam fixa ses yeux bleus dans ceux de la jeune femme en face d'elle, attentive. Elle aurait du mal à deviner beaucoup à son propos car maintenant, elles avaient toutes deux fermé leur visage pour en montrer le moins possible. Mais elle voulait percer ce masque, le faire tomber. Ca serait une belle découverte.
Dans son cas... la découverte risquait de s'avérer dangereuse. Mais elle avait toujours été joueuse, et il faudrait qu'Anthracite pose exactement les bonnes questions pour qu'elle se dévoile.
Tout était dans la question, du moins l'affirmation. Il fallait une piste, trouver un fil qui dépasse pour tirer dessus. La nuit s'annoncerait longue.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Dim 13 Avr 2014 - 19:59

I HITCHED A RIDE, UNTIL THE COAST
TO LEAVE BEHIND, ALL OF MY GHOSTS
SEARCHING FOR SOMETHING, I COULDN'T FIND AT HOME


Artémis fit la moue, détailla du regard sa partenaire. La confiance était-elle possible ? La question n’était pas la confiance, comment espérer placer sa foi en une personne que l’on connaissait depuis quelques heures à peine. Cela eût été déraisonnable. Il était plutôt question de lui porter croyance ou de la lui refuser. Elle n’était pas pirate, un jeu restait un jeu à ses yeux, et la garantie de ne pas mentir pour un pirate n’était pas vérifiée pour un individu lambda.

Qu’importe, finit-elle par admettre. Elle la faisait boire en infirmant son allégation, pourquoi se plaindre ? Et aussi bien ne venait-elle pas du Sud. Elle prit donc une gorgée, goûtant avec délice l’exquis breuvage. Le whisky n’était pas d’une qualité légendaire, mais cela faisait amplement l’affaire.

« Tu as dû t’égarer, si tu ne viens pas des environs. »

Elle ne croyait pas si bien dire. Non seulement elle n’était pas du Sud de Gwendalavir, mais elle n’était de plus pas de ce monde. Artémis n’avait pas envisagé cette possibilité, mais si ce manquement était puni par de l’alcool, elle s’en tirait plutôt à bon compte. Elle décida en cet instant que la jeune femme disait la vérité ; traditionnellement, on n’expliquait que rarement en quoi l’affirmation était fausse, et elle choisit d’associer cet effort à de l’honnêteté.

A l’affirmation de Neleam, elle fit mine de prendre son verre, le rapprocha un peu. Avait-elle jamais eu des parents ? La question était matériel, ses parents étaient-ils en vie. A cela elle ne pouvait répondre qu’à l’affirmative :

« A ton tour de boire. »

Son attitude avait changé. Sa voix était soudain plus chaleureuse, dans l’intimité relative de la cabine. Elle ne semblait plus dissimulée derrière son masque d’autorité et de froideur, elle avait ce quelque chose de plus avenant et aimable qui contrastait avec son comportement de tueur à gages insensible. Il fallait tout de même prendre en compte qu’elle avait commandé l’exécution d’un matelot, puis assassiné quelques dizaines au cours de l’abordage. Ces faits auraient été aisément dissociables de la personne qui se divertissait en toute confiance avec une passagère. Passagère qui, de toute évidence, savait se battre et tuer. Avec camaraderie, elle lança une nouvelle pique :

« C’est assez fort ? »

La question avait deux objectifs ; à la fois s’enquérir de sa résistance à l’alcool (stratégie de jeu), mais également par plaisanterie. Nul doute alors qu’elle était d’humeur à plaisanter. Les jeux d’alcool, il n’y avait rien de mieux pour révéler une Artémis surprenante et inouïe, voire déconcertante tant son visage semblait heureux.

« Liam et Kelyane Ash’Nyxdwaith sont encore en vie, du moins à ma connaissance et cependant à mon plus grand malheur. Je te souhaite de ne jamais les rencontrer, ils sont aussi scrupuleux que je peux me vanter d’être lâche. Ils ont leurs propres bateaux, je n’ai donc pas dû les croiser depuis six mois. Mais je peux t’assurer que s’ils étaient morts je serais au courant. »

Il n’y avait aucune tristesse décelable dans sa voix. Elle n’éprouvait aucune peine par ailleurs. Toutefois, ses yeux s’absentèrent l’espace d’une fraction de seconde, et reprirent de leur intensité lorsqu’elle croisa le regard de la jeune femme. Une part d’elle-même la questionna sur ses intentions. La deuxième part répliqua que la guerrière n’était pas de mauvaise compagnie, et qu’elle avait besoin d’une partenaire de jeu dans sa mélancolique solitude. Qu’y avait-il de mal à cela ? Sa raison se défiait ainsi de sa méfiance, lorsqu’elle réalisa qu’il lui fallait poser une question.

« Tu es venue sur les Îles pirates par intérêt personnel. »

Elle ne perdait pas de vue que sa curiosité se voulait satisfaite. La guerrière possédait des secrets, et diantre comme elle ne se complaisait guère dans l’ignorance ! Elle ne ferait pas tourner ses affirmations qu’autour de cela, mais elle comptait en apprendre plus à ce sujet. Et elle ne souhaitait pas offrir une faveur à la jeune femme, alors autant gagner le jeu.

Elle savait sa prochaine question porter sur sa profession (à moins d'un changement de tactique) : ses capacités guerrières l’intriguaient. Elle n’était pas Frontalière, car Terrienne, alors comment expliquer ses compétences ?
Artémis aimait les récits, elle aimait les histoires qui racontaient une vie et expliquaient une personne, et Neleam était sa prochaine victime au compteur. Ce qui nous définit c’est l’histoire de notre vie, pas ce que l’on veut bien montrer de sa personne.

Le passé en lui-même n’est que futilité à écarter. Mais ses conséquences sont bien grandes sur notre présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Dim 13 Avr 2014 - 22:57


Ce tour-ci, ce fut à Neleam de boire. Elle s'était trompée.

« C’est assez fort ? »


Neleam haussa un sourcil et vida son verre d'un trait. Le liquide lui brula la gorge et elle se senti descendre jusque dans son estomac. Elle souffla et reposa le verre avant de le remplir de nouveau.
Oui c'était assez fort.
Ca ne valait pas du rhum, car le gout du whisky était fort et restait en bouche, mais elle sentait l'alcool qui commençait doucement à faire effet. Une légère vague de chaleur vint rougir ses joues. Elle n'avait pas mangé de véritable repas depuis longtemps, l'alcool mettrait moins de temps à lui monter à la tête, bien qu'elle soit plutôt résistante. Il lui faudrait faire attention à ne pas baisser sa garde. Certes l'endroit était plutôt intime et poussait aux révélations, elle n'en demeurait pas moins sur un bateau de pirate avec un superbe butin contre sa poitrine.

La guerrière était déçue d'avoir eu faux et se demandait comment une jeune femme avait pu devenir aussi hautaine et violente. Elle eu sa réponse lorsque la pirate lui parla brièvement de ses parents. De véritables pirates comme dans les histoires.

« Tu es venue sur les Îles pirates par intérêt personnel. »

Neleam ne put retenir une grimace. C'était le terrain sur lequel elle ne souhaitait pas s'engager.
Mais pourquoi avait-elle joué à ce jeu idiot alors qu'elle cachait sa véritable identité ?! Par défi, ça ne pouvait être que ça. Le plaisir de jouer et de boire.
La jeune femme regarda le verre, réfléchissant à une réponse à formuler.

-Si par là tu entends que je suis venue sans véritable équipage et de mon plein grès pour mes petites affaires alors...

Le chevalier vida son verre d'un trait. Ca valait tout les discours.
Posant ses mains de chaque côté de son verre, la jeune femme prit appuis dessus. Le bois et le poids de ses épaules l'aidaient à reprendre contact avec la réalité. Elle n'était pas saoule, loin de là, mais elle sentait que l'alcool faisait effet et elle ne voulait pas se laisser aller dans une douce euphorie. Elle devait rester en pleine possession de ses moyens, du moins autant que possibles.

-Ta faveur capitaine ?


Son regard planté dans celui de son adversaire, Neleam attendait. Elle devait déjà commencer à réfléchir à sa prochaine question. Mais quelques cadavres une femme, pirate et capitaine de suroit, pouvait-elle cacher dans son placard ?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Mar 15 Avr 2014 - 17:32

AND ALL I CAN TASTE IS THIS MOMENT
AND ALL I CAN BREATHE IS YOUR LIFE
'CAUSE SOONER OR LATER IT'S OVER



Neleam avait de l’audace, Artémis put le constater. Deux verres d’une traite, en dépit des règles élaborées. Sa ruse était certaine, elle avait ainsi trouvé le meilleur moyen d’éviter l’interrogatoire tout profitant de l’alcool gratuit. La pirate partit d’un éclat de rire, et lui resservit une troisième rasade de bon cœur, buvant le reste à la bouteille alors même que son verre débordait encore de whisky. A peine quelques minutes après le début du jeu, la bouteille était entièrement vide, et Artémis commençait à sentir les prémices de l’ivresse. Les sensations tant attendues refaisaient surface, son bonheur se pressait à leur suite.

« Une faveur… »

Une vague pensée, très lointaine, lui rappela qu’elle avait gagné le jeu. En un temps record, et probablement pas grâce au miracle de ses compétences, mais tout de même gagné. Il lui aurait alors été aisé de demander le nom de sa coéquipière, la raison de son voyage. Mais elle se serait sentie traîtresse de détruire tous les efforts que Neleam avait employé à dissimuler ces deux points. Que lui demander dans ce cas ? D’un œil morne, elle fixa la bouteille vide, et Eyrim lui vint en mémoire.

Une idée surgit, une idée stupide et probablement enfantine, mais une idée tout de même, et qui, de surcroît, n’avait pas de conséquences directes sur Neleam. Elle s’était prise de sympathie pour elle, malgré son incompréhension des coutumes pirates, et ne souhaitait guère lui faire de tort par égoïsme.

Mais cette pensée s’évapora bien vite, remplacée par une autre. Elle se mit à rire sans raison apparente, poussa sa chaise, la raclant sans ménagements contre le parquet de bois, et piocha une bouteille dans la réserve. Elle était déjà presque vide, mais tout de même, c’était de l’alcool de pomme ! Peu réputé, et pourtant si savoureux si l’on savait où se fournir ! Or les pirates savaient se fournir en alcool. Elle crut bon de commenter le breuvage.

« Tiens, hé, prends un verre de ça. Mais là j’veux que tu savouuurees… ! Tu comprends hein ? SA-VOU-RER. Oui tu comprends, t’es maligne. Mais me prends pas à la légère, hé. Il faut laisser le goût dans ta bouche, c’est l’un des seuls alcools qui brûlent p’s ta langue, et qui t’écœurent pas tant y’a du sucre pour masquer le goût ignoble. Et Anthracite, capitaine d’un navire pirate désolé et pitoyable, sans famille ni réel ami, j’peux t’dire qu’elle s’y connaît en alcools, donc bois lentement. »

Artémis n’était pas complètement soûle, mais laissait délibérément la boisson faire son œuvre. Elle ne combattait pas l’ivresse, appréciait sa chaleur, et acceptait sa présence. Cela la rendait plus prolixe et plus insistante. Elle riait à cœur joie, et cela paraîtrait étrange pour qui la fréquentait de jour. Ses histoires étaient logiques, mais racontées avec désordre et force de pauses, hésitations, et rires joviaux.

« Y’a un jeu d’alcool, tu vois, qui consiste à euh… Ben boire –normal- mais jusqu’à ce que l’autre en peut… euh… puisse plus. Faut boire verre par verre, et pour ça (sa voix devint plus claire, comme si un éclair de lucidité la frappait), j’t’explique, chacun a une bouteille identique, tu vois ? Avec la même quantité dedans, donc même si tu verses des verres plus grands au bout d’une bouteille tu sais que t’es à ex aecquo dans les quantités. C’était important ce jeu, j’avais juré mon honneur qu’un non pirate ne pouvait battre ma constitution lorsqu’il s’agissait d’alcool. Donc là tu vois au bout d’une bouteille, je commence à me sentir un peu bizarre, et lui que dalle. Pas même un flanchement à aucun instant, il faisait son dur… » Raconter l’histoire provoquait son hilarité plus que le sujet de l’histoire en lui-même. Jusque-là rien ne changeait de ce qui semblait être le quotidien d’Artémis Ash’Nyxdwaith, seule son infériorité ressortait, qui plus est face à un Alavirien lambda demeurant visiblement insensible à l’alcool. « Mais on m’la fait pas à moi quand on parle d’alcool ! Après avoir ingurgité tant de verres de rhum sans rien manger, tu sens l’alcool -tu me suis toujours ? -, mais là son haleine, on aurait dit qu’il avait ajouté des extraits de fleurs tellement elle était fraîche –m’enfin c’était pas très viril non plus. Du coup, j’ai demandé un second tour –j’allais pas abandonner si vite. Et une fois que le pirate a posé les bouteilles sur la table, j’ai demandé à ce qu’on les échange. Ils ont insisté pour pas l’faire, j’te dis moi, pauvres fous… Et lui il est dev’nu pâle ! J’ai cru qu’il avait vraiment bu une bouteille de rhum tant ça l’a foutu mal que je prenne la bouteille qu’y était pour lui. Et on a continué la partie, personne a osé rien dire, mais ils étaient tous au courant ces fils d’Altérés. »

Elle resservit son verre et en dépit de toutes les précautions prises tantôt, dans l’unique but de goûter aux délicieux arômes de l’alcool, elle le finit d’une traite. Faut croire qu’elle était déshydratée d’avoir trop parlé, et que le premier verre suffisait à la dégustation. Il fallait bien qu’elle se bourre pour les quelques heures à venir, rien ne valait une nuit après avoir ingurgité de l’alcool de pomme (Paroles d’Artémis).

« Et là, bah, à la mi-bouteille, il a commencé à se sentir mal. Et moi, devine ce que je buvais à ce moment-là ? De l’eau. Les enflures hein ? Mes camarades l’ont payé pour qu’il joue la comédie, me provoque, et m’humilie en buvant de l’eau. Tout le monde était de mèche, faut pas croire ! Donc je disais, à la fin de la bouteille, le pauvre gars, il s’est mis à vomir ses tripes. J’en ris encore ! Du coup il a perdu, et je lui ai demandé de me donner son foulard. C’était chaud cette fois-là, mais ça valait la leçon. »

A ces mots elle avait désigné le foulard qu’elle portait autour du cou. On ne battait pas Artémis à un jeu d’alcool, sauf par chance ou par tricherie, et ce ‘trophée’ servait de mise en garde, à sa façon. Si jamais elle avait échoué face à l’Alavirien, les conséquences auraient été grandes. Elle avait en effet promis quitter le navire et recommencer en tant que mousse novice au service d’un capitaine du choix de l’Alavirien (conseillé par ses camarades d’équipage évidemment).

Elle avait pourtant entrepris l’idée par une fois toutefois. Il lui avait plus de s’enrôler en tant que débutant sans capacités, à la suite de cet évènement riche en apprentissage d’après elle. Me demanderiez-vous les raisons, que je ne saurais précisément vous les exposer. Peut-être par défi, par ennui, voire même par envie. Peut-être tout simplement afin de se rappeler de ce que tout pirate a été, ou bien de constater comment un capitaine traitait chaque membre de son équipage, et agir en conséquence une fois qu’elle prendrait la tête de son propre bateau. Mais pas du navire sur lequel elle se trouvait cependant, cela n’aurait eu aucun sens d’après elle.

La pirate but un dernier verre, prit une longue inspiration, et s’étira avec flegme. Elle attrapa les deux bouteilles, sortit et s’absenta le temps d’une demi-minute. Lorsqu’elle revint, ses mains étaient vides. Elle détenait seulement deux bouchons, qu’elle enroula, avec un bracelet, dans un morceau de carte usagé. Elle glissa un mot à l’intérieur et empaqueta le tout avec une absence de créativité poignante. La pirate était à nouveau en pleine possession de ses moyens. Elle délaissa son ‘œuvre d’Art sur la table, et prononça la dernière phrase de la soirée.

« Allez bonne nuit. »

En ces mots elle s’écroula sur la banquette située contre le mur du fond, un sourire presque béat sur les lèvres. Neleam se retrouva seule ; le lit était toujours disponible ; la respiration lente et profonde de la pirate indiquait que les bras de Morphée la berçaient déjà avec une délicatesse maternelle. Elle n’avait guère satisfait son estomac vide, dans l’unique objectif de goûter avec délice aux aliments le jour qui suivrait, afin d’atténuer ou compenser la gueule de bois qui se ferait ressentir alors.  

Le jour d’après, les conditions seraient probablement optimales pour atteindre la côte à la tombée de la nuit, ce qu’elle espérait grandement. Artémis comptait mettre de l’ordre, et offrir un navire présentable afin de la revendre, et repartir à l’aventure, mêmes les Dieux ne savaient où.[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10591
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Mer 16 Avr 2014 - 20:16


A la grande surprise de Neleam, la pirate ne demanda rien et se contenta de fouiller dans le tiroir pour en ressortir, victorieusement, une nouvelle bouteille.
Cette fois-ci c'était de la liqueur de pomme. Anthracite commença à lui apprendre à boire de la liqueur. Neleam l'écouta, amusée. Un grand sourire détendu fleurissait sur ses lèvres tandis que la pirate parlait plus pour elle même que pour Neleam.
La guerrière gouta la liqueur de pomme, sans précipitation.
C'était sucré. Le gout de l'alcool disparaissait presque, mais n'empêchait pas le liquide de bruler.

Le reste de la soirée fut délicieusement embrumé.
Les jeunes femmes papotaient allègrement, monologuaient plus concrètement étant donné que chacun racontait diverses anecdotes personnelles sans vraiment rebondir sur ce que disait l'autre, et buvaient pour étancher leur soif. Le tiroir d'alcool devait être bien amoindrit.
Finalement, Anthracite s'allongea tandis que Neleam étendue par terre. Le bateau tanguait sans que ça ne la dérange, puis lorsqu'elle trouve le sol trop dur et que le lit d'à côté était désert elle déménagea. Au prix d'un effort sur-humain la guerrière réussit à s'allonger sur le lit, qui était moins confortable que ce qu'elle espérait.
Rapidement elle rejoignit Anthracite aux pays des songes.

Neleam se réveilla avec un terrible mal de crâne. Elle mit quelques minutes avant de prendre compte de la situation. Elle était allongée sur le ventre, bras et jambes écartée. Sur un bateau de pirate.
Rien de tout ça n'était bon.
Et le bateau faisait un boucan du diable. Le bois craquait et l'ensemble tanguait... Neleam cru qu'elle allait vomir. Elle se mit rapidement sur ses pieds, tangua un peu, puis réussit à sortir de la cabine. Regagner le pont sembla une terrible épreuve, mais une fois à l'air frais, elle se senti mieux. Pas qu'elle soit en meilleur forme, mais le vent la fouetta et elle se senti un peu moins pale. accrochée aux bastingage elle recracha son repas liquide de la veille, puis resta ainsi, trop mal en point pour faire quoi que ce soit d'autre.
Alors qu'elle était penchée par dessus-bord, elle senti son précieux butin se faire la mal. Affolée elle tenta de le plaquer contre son corps, mais ne put empêcher la chute d'une des pièces d'or. La guerrière se redressa et tenta de le caler de nouveau (un foulard serré autour des pièces d'or au niveau de sa poitrine) sous les regards suspicieux des pirates autour d'elle. Fuyant une situation qui pourrait devenir très dangereuse, Neleam se réfugia en proue.

La terre ferme semblait encore si loin...
La guerrière sentait l'atmosphère tendue. Elle n'était plus invisible comme avant, et ne pouvait pas se faire respecter sous peine de devoir dévoiler ce qu'elle cachait sous son t-shirt. La situation l'agaçait au plus haut point et elle se fit la promesse de ne plus boire autant lorsqu'elle avait la protection d'un butin. elle perdait le contrôle de la situation, avait du mal à appréhender ce qu'il se passait et... Elle avait encore plus le mal de mer qu'à l'ordinaire.



HRP:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Pirate Aline__Membre
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 32
Date d'inscription : 23/01/2013
Pirate Aline__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans ~ Féminin.
Aptitudes:
MessageSujet: Re: La loi de la mer [PV Neleam] Dim 20 Avr 2014 - 22:15

I'M STRONG ON THE SURFACE
NOT ALL THE WAY THROUGH
I'VE NEVER BEEN PERFECT
BUT NEITHER HAVE YOU



Un œil s’ouvrit, puis le second. Une douleur au crâne l’élança lorsqu’elle se redressa sur la banquette, beaucoup trop vite au goût de son corps. Elle se refusa le luxe de s’asseoir ; jeta un coup d’œil à Neleam, endormie sur le lit. La nuit précédente lui parut soudain embrumée et festive, effrayante mais agréable. Jusqu’où s’était-elle rendue dans la discussion ? Artémis haussa les épaules, ramassa la pomme délaissée au centre de l’assiette et en découpa la partie oxydée. Le jus se joignit à sa salive, dans un mélange goûteux et réconfortant. Sa joie s’était tarie, son expression était maussade. On ne peut jamais que repousser les ennuis.

« Liodys, fais hisser la deuxième grande voile. Je veux arriver tôt. »

Traduction, elle ne souhaitait pas donner suite à son amitié avec la jeune femme qui, paradoxalement, dormait dans son lit. Ce qu’elle ignorait, c’est que celle-ci ne lui en donnerait pas l’occasion.

Que savait-elle d’elle cependant ? Mis à part les quelques anecdotes échangées la veille au soir ? Que lui prenait-il d’abandonner ses principes, sa méfiance tant chérie ? Peut-être cela ne lui suffisait plus, elle était déchirée entre deux mauvaises solutions. L’une impliquait de se consacrer à l’ascension du pouvoir, l’autre de croire en l’humanité et de vivre par procuration, à travers des amis, des connaissances.

Son réel problème, n’était pas de s’isoler du monde ou de l’intégrer. Il fallait qu’elle dissocie ses sentiments de ses faits. Si le pouvoir et l’argent étaient son but, elle ne pouvait trop répandre sa confiance, il lui faudrait se faire des alliés sans s’impliquer personnellement, il faudrait manipuler sans jamais être suspecte. Neleam avait servi d’essai, qu’importe qu’elle l’ait laissée pénétrer ses défenses. Elle n’était pas un danger. A l’avenir, elle saurait comment s’y prendre.
En cet instant, l’objet de ses pensées fit irruption sur le pont, le visage presque vert tant on y lisait son mal-être. La pirate se permit un sourire ; elle avait voulu quelque chose de fort, ceci était le prix de l’avarice.

En parlant de prix, était-ce des piécettes qui s’échappèrent de son décolleté ? Toute trace d’amusement s’effaça de son visage au profit d’une déception profonde. Si cet argent lui appartenait, pourquoi le dissimuler ? Ainsi avait-elle accordé sa confiance à une chapardeuse.
Les matelots alentours s’en étaient rendus compte, tous les regards se braquèrent peu à peu sur elle. Personne ne savait que faire, et Artémis laissa les secondes s’écouler sans intervenir. Elle se laissait bercer par l’atmosphère tendue, l’incompréhension des pirates et la peur irradiante de Neleam. Ce moment faisait partie de ces souvenirs qui sont à assimiler pleinement.

« Liodys, faut-il la jeter par-dessus bord ou bien la fouetter ?

- Prenez son or d’abord, mon capitaine ! »

Artémis répondit d’un sourire triomphant. De tout son cœur, elle espéra que la jeune femme sentait son coeur battre à toute allure contre sa poitrine, et que la terreur était telle qu’elle se sentirait redevable à vie de lui sauver la vie. Ainsi la pirate ordonna qu’on l’enferme dans sa cabine, avec un verre de vin pour ne pas la laisser mourir de soif (elle découvrirait le délicieux alcool qu’on servait aux sous-fifres), et que Fendus monte la garde devant sa porte. Il lui était possible de se jeter par la fenêtre, mais elle ajouta qu’elle ne doutait pas de son discernement pour ne pas agir de cette manière. Ses yeux se portèrent ailleurs, inexpressifs, signalant la fin de l’ordre à exécuter. A voix basse, son homme de main s’empressa de demander :

« Pourquoi tant de clémence, mon capitaine ?

- Elle pourrait nous être utile à l’avenir. »

Elle ne jugea pas utile de développer sa pensée, car l’idée n’était que naissante. Mais tout de même, elle avait une combattante hors pair, et visiblement une voleuse, à sa merci. Elle eut pu lui demander aussitôt de prendre part à ses ambitions, mais elle ne la croyait pas d’un tempérament à offrir sa loyauté sans rechigner. Le changement a besoin de notre temps, le temps requiert de notre patience.


* * *


« TERRE EN VUE! »

Artémis leva les yeux au ciel, marmonnant un « Merci, on a vu !» agacé. Liodys la regarda d’un air interrogateur, « Quoi ? », auquel elle se contenta de répondre par un hochement de tête négatif. Plus qu’une poignée d’heures à supporter cet équipage en mousse, et tous deux (voire tous trois) recouvriraient la liberté pleine et entière. Elle avait parlé à Fendus, au cours de l’après-midi, et celui-ci s’était montré favorable à sa requête. Avec l’argent du bateau, ils formeraient un nouvel équipage. Le risque était grand, mais elle n’en avait que faire. Le risque lui plaisait.

« Va me chercher un cheval, puis va t’enquérir auprès des commerçants, des navires, des riches gens, partout. Je veux vendre ce bateau au plus vite. Mais ramène le cheval d’abord, avec des vivres si possible. »

Liodys cligna des yeux. Une fois. Puis s’en alla. Artémis sourit. Son caractère contrastait tant avec le sien, que parfois elle se demandait comment ils pouvaient se comprendre si parfaitement. Peut-être inversait-il ses pensées, pour interpréter les siennes ? La pirate soupira, alors que la brise coulait sur ses bras, entre ses doigts, caressait ses cheveux et nettoyait son visage de toute trace d’émotion.
La nuit était noire, et les lumières de la ville trop brillantes. L’Homme semblait défier la nature et l’obscurité avec ses torches, prolongeant les activités de chacun jusqu’au milieu de la nuit. Le soleil s’était couché une heure plus tôt, pourtant le port était encore surveillé et organisé.


* * *


Plusieurs heures après, cependant, le silence était redevenu roi, et la ville avait enfin recouvré son calme naturel. Des lumières brillaient encore, mais seuls quelques courageux bravaient la nuit noire dans le port. Les matelots, après le déchargement tardif, s’étaient réunis dans des tavernes voisines afin de boire en leur gloire, et fêter leur nouveau salaire. Seul Liodys ne s’était joint à eux. Il lui avait dans un premier temps ramené l’étalon ; il lui avait ensuite demandé permission, et Artémis le lui avait accordé sans hésitation aucune. Il s’était alors enfoncé dans la pénombre, et la pirate le soupçonna d’avoir quelque amante à prévenir de ses dernières péripéties.

Artémis le regarda s’en aller jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’une ombre, et bien après ; elle aussi se devait de donner des nouvelles, maintenant qu’elle y repensait. Elle soupira, et rejoignit Fendus devant la cabine. Là, elle lui fit un signe de tête. Il s’éloigna à son tour. La pirate ouvrit la porte, indiqua à la jeune femme de se taire. Elle attrapa son bras ; ses mains étaient liées entre elles, lui empêchant toute protestation.

D’après sa généreuse poitrine, personne n’avait osé toucher à son butin. La capitaine s’en félicita ; elle n’avait eu besoin de formuler un contrordre afin que les pirates ne prennent pas d’initiative tendancieuse. Il faut croire que les coups de fouet restaient présents dans les mémoires. Elle guida sa prisonnière jusqu’au cheval, sur le quai. Elle sortit une dague de sous sa manche et défit la corde qui lui retenait les mains. Ses yeux noirs se distinguaient à peine dans l’obscurité.

« Fuis. Ne me demande pas pourquoi je t’aide, je l’ignore. Mais ne recroise pas mon chemin pour le moment, j’ai beaucoup de choses à entreprendre avant cela. »

Elle mentait effrontément, mais elle n’avait aucune envie de s’expliquer. Parler l’épuisait déjà constamment. Elle l’aida à monter sur le dos du cheval, le retenant par la bride. Elle caressa son encolure, sans réellement prendre conscience de son geste. L’émotion manquait sans doute dans sa voix, mais pas dans son cœur. Cette nuit-là était le début d’un grand périple. Elle sortit le paquet, enroulé du morceau de carte, et le mit dans la main de Neleam.

« Envoie ça à Eyrim Earring. Je ne sais pas comment fonctionne le système de messagers sur ce continent, je m’en remets à toi. »

Sa requête lui sembla ridicule, faible. Mais en vérité elle espérait ainsi mesurer le degré de dévouement de la jeune femme à s’acquitter de ses dettes. Elle la libérait sans rien en échange que cette faveur, qui lui était due par le jeu. Elle n’avait qu’un moyen de savoir si elle s’en était préoccupée, c’était Eyrim, mais aucun de garantir qu’elle lui rendrait service. Si ce n’était pas le cas, il vaudrait mieux, en effet, qu’elles ne se recroisent jamais.

« Fais-moi une dernière faveur. Ne joue plus à des jeux d’alcool et d’argent avec les pirates. (Elle asséna une tape sur l’arrière-train de l’étalon, qui hennit et commença à avancer, avalant la distance à une foulée si rapide qu’Artémis dut hurler ses dernières paroles.) JE TE TUERAI SI TU ME DÉÇOIS ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La loi de la mer [PV Neleam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» EVENT guerriers [Deag Garrus Neleam]
» Survivre [Hash Tilissy+ Neleam]
» Voyage non organisé [PV Heath + Neleam]
» Quatre guerrières aux portes de Fériane [Aelys,Erys,Neleam]
» Neleam, une femme de légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Vue sur l'Océan :: Grand Océan du Sud-