Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Thanks for the memories. [Caym Cali]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Thanks for the memories. [Caym Cali] Ven 28 Aoû 2015 - 15:54

    Comme tous les midis, le réfectoire était en ébullition.

    Comme tous les midis, Elyssa déjeunait avec ses copines. C’était leur rituel : une table exclusivement féminine pour pouvoir se tenir au courant de tous les ragots de l’Académie. Exit les camarades masculins, exit les petits-copains. Juste six amies qui déjeunaient ensemble. Le dîner était en revanche moins cérémonieux, puisque seuls les internes restaient sur place.

    Mais au-delà de cette impression superficielle, la jeune Dessinatrice se serait difficilement coupée de ce petit moment quotidien. Discuter, rire, rêver… Cette pause lui était indispensable pour se ressourcer entre deux demi-journées de cours. Surtout lors de journées comme celles-ci, après une matinée passée à tenter de s’élever dans l’Imagination pour en faire sortir quelque chose de potable. Sa grande faiblesse.

    Une poignée de mois seulement s’était écoulée depuis son entrée à l’Académie. Elle n’avait eu aucun mal à s’habituer à cette vie nouvelle, loin de l’étau familial, ni à rapidement nouer des liens avec les autres élèves.

    Elyssa passa distraitement en revue les tables, toutes occupées, de la grande salle. Son regard se promena sur les visages animés sans s’arrêter, sauf lorsqu’un quelconque intérêt le retenait sur une physionomie. Or la table exclusivement masculine, dont les occupants dirigeaient leurs regards avec insistance vers la sienne, ne l’intéressait pas. Pas sur le moment. Elle porta donc sa fourchette à sa bouche tout en continuant à sonder la salle, complètement abstraite aux conversations de ses amies. Alors qu’elle arrachait à sa fourchette le morceau de steak de coureur qui s’y trouvait, son regard s’arrêta sur un élève, dont l’attitude tranchait radicalement avec celle de ses camarades. Visage fin, yeux plus clairs encore que les siens, cheveux noirs. Un calme étonnant, au milieu de toute cette agitation bon enfant. Il ne semblait pas vouloir prendre part aux discussions de la tablée à laquelle il s’était placé.

    Juste au moment où elle allait croiser son regard, la main de Kryss sur son avant-bras détourna son attention du visage du jeune homme pour celui de son amie.

    - Elie, tu rêves ? On a fini de manger !

    L’étudiante ne s’était même pas rendu compte qu’elle avait fini son assiette. Sur un sourire, elle reposa ses couverts, attrapa la pomme qui constituait son dessert (le flan ne l’inspirait décidément pas) et se leva dans le même mouvement que ses camarades pour débarrasser son plateau.

    - Qu’est-ce qu’on a après ? demanda-t-elle, toujours aussi distraite.

    - On continue le cours sur Merwyn, lui répondit son amie et colocataire.

    - Chouette.

    Sa voix manquait terriblement d’entrain. La vie et l’art du légendaire dessinateur étaient captivants. La façon dont le professeur les leur enseignait l’était beaucoup moins.

    - Et après ?

    - Pas sur le côté. Il faut vraiment que t’arrêtes de sortir le soir, t’es à la ramasse ma pauvre !

    Elyssa sourit. Elle y réfléchirait. Tout en sachant qu’elle n’allait pas abandonner de sitôt cette vie, cette véritable vie, qui avait commencé à son arrivée entre les murs de l’Académie.

    L’annonce du dernier cours de la journée la ravissait. Le pas sur le côté était le seul domaine dans lequel elle était certaine de ne jamais se ridiculiser, tant Maître Jil' Falkhu la complimentait. Ridiculiser était un bien grand mot, chaque élève avait ses difficultés et ne pointait pas du doigt son camarade à la première faiblesse.

    Mais Elyssa avait placé tellement hauts ses espoirs qu’elle ne supportait aucun échec.



Dernière édition par Elyssa Cil' Darn le Jeu 10 Sep 2015 - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mar 1 Sep 2015 - 22:47


Entouré d'ennemis

Caym revenait d’une entrevue avec le recteur, ou du moins un de ses adjoints suffisamment puissant pour le faire virer de l’académie.

Agacé, le jeune mercenaire se dirigea vers le réfectoire et prit son repas sans prêter grande attention à ce qui était dans son assiette. Machinalement il s’assit à la table des rebelles de l’académie mais il ne leur adressa pas plus la parole qu’à son habitude.
Ils étaient vêtus de noir, pensaient connaitre le monde et vouloir y mettre un terme mais ce n’étaient que des fils à papa. Ils ne faisaient que parler, aussi gâtés que tous les autres élèves de cette académie. Ils mangeaient cinq fruits et légumes par jour et disaient s’il-vous-plait.

Caym eut un rictus moqueur, le regard plongé dans le vide. Peut-être observait-il ses légumes.

Il n’avait jamais dit s’il-vous-plait. Il ne vouvoyait personne et avait établit les bases dès le premier jour. Il ne respectait que son maître, et encore. Il n’allait certainement pas être poli envers ces vieux inintéressants qui n’arrivaient même pas à dessiner. Faute au verrou. Et alors ? Ils avaient su se défaire de ce fameux verrou des siècles auparavant, mais maintenant ils en étaient incapables ? C’était pourtant la seule raison qui le maintenait dans cette maudite académie : apprendre à utiliser son pouvoir et pas seulement pour dessiner un feu de camp.

Mais non, ils étaient aussi pitoyables qu’il l’imaginait. Ces cours ne servaient à rien sinon à perdre du temps.

Pour les autres c’était un moyen de se faire connaitre et de devenir une potentielle star. Star qui serait libre de trahir tout l’empire et de causer sa perte. Les sentinelles étaient très intéressantes, il espérait devenir l’une d’entre elles, du moins juste pour obtenir un pareil pouvoir. Il deviendrait alors un atout de taille pour le Chaos !
Mais ce n’était vraiment pas gagné.


Les contacts de son maître étaient entrés en jeu et lui avaient permis une dernière chance. Il devait faire des efforts pour s’intégrer, soit disant cela lui serait d’une grande aide.
Son maître venait d’une famille bourgeoise et lui assurait qu’il devait connaitre ce milieu avant de s’y attaquer. Quoi de mieux qu’aller à l’académie ? Surtout que cela lui permettrait de progresser avec son Don mais aussi d’être un précieux atout pour la guilde.

Soupirant, Caym baissa les yeux vers son assiette. Il n’était vraiment pas d’humeur à avaler une fois de plus ces repas infects. Une bonne viande fraichement chassée lui manquait. Des petits repas simples.


Caym se leva et laissa son plateau sur place, après avoir attrapé le pain qui trainait. Cela lui permettrait de caler sa faim. En attendant il devait aller en cours. Par habitude plus que par réelle motivation. Il était encore indécis sur le comportement à adopter. Devait-il se soumettre à ces gens qu'il détestait ? Il était à peine capable de les regarder dans les yeux, alors les toucher ou leur témoigner du respect… C’était impossible.

Arrivé devant la salle, une surprise l’y attendait, ainsi que pour tous ses camarades de classe. Une interrogation écrite. C’était inédit.
A chaque étudiant lui avait été attribuée une place. Caym rejoignit la sienne et s’y installa. Vautré sur son siège, les bras croisés il quitta sa profonde réflexion afin d’observer ses voisins de table. Il semblait que la personne à sa droite était malade, son siège était vide. Ou peu importe ce qui lui était arrivé, le mercenaire s’en moquait totalement. A sa gauche par contre se trouvait une jeune fille à l’impressionnante chevelure brune et au physique avantageux.
Caym ignorait son nom mais il l’avait déjà vu. Une vraie pimbêche. Elle se croyait supérieure au reste du monde ce qui avait tendance à irriter le mercenaire. Dès qu’elle ouvrait la bouche il se déconnectait afin de ne pas entendre sa voix.
Et c’était sa voisine.
Reportant son attention sur la feuille Caym soupira.

Quelles leçons peut-on tirer de la vie de Merwyn Ril’Avalon ?

Première question.
Caym secoua la tête d'un air navré et entreprit de rédiger une réponse courte, qui lui servirait de passe-droit pour le reste de l’interrogation qui était du même niveau.

La morale est que lorsqu’on meurt, le monde redevient aussi faible qu’il ne l’était avant notre apparition. Si en 70 ans d’études de ce mythe vous n’avez pas réussi à en apprendre suffisamment pour briser le verrou Ts’lich, ou au moins le contourner, j’ignore ce que vous attendez réellement de cette question et donc de tout votre cours.


Fier de sa réponse, Caym posa son stylo sur la table et sourit. Fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mer 2 Sep 2015 - 22:17

    Interrogation surprise. Chouette.
    La mine réjouie de leur professeur à leur entrée dans la salle de classe aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Elle regrettait déjà de ne pas avoir fait demi-tour.
    Par précaution, bien qu’ils n’eussent pas encore eu de cours sur la conversation mentale (et que cette dernière ne soit accessible qu’aux dessinateurs talentueux), un gommeur trônait fièrement sur le bureau du professeur, pour prévenir toute tricherie. Elyssa n’avait pu retenir une moue de dégoût devant l’aspect gluant et les yeux globuleux de la créature. Puis les sujets avaient été distribués.
    Chouette.

    Peut-être aurait-elle dû écouter Kryss, tout compte fait. Réviser, dormir, plutôt que d’aller traîner dans une taverne avec d’autres étudiants aussi sérieux qu’elle. La jeune dessinatrice se mordit l’intérieur de la bouche en découvrant les questions.

    Cette interrogation allait être une catastrophe. Les questions, d’apparence simplistes, étaient bien trop vagues pour que la brunette puisse étaler ses mots sur le papier sans que son professeur ne se rende compte du vide phénoménal de ses connaissances historiques.
    Pour tenter de rasséréner, elle promena son regard sur la salle, comme elle aimait le faire. Il y avait deux types d’élèves : ceux qui connaissaient leur cours par cœur, qui grattaient le papier à une allure effrénée, et ceux qui se contentaient d’attendre, bouche ouverte et yeux rivés au plafond, une quelconque inspiration. Mordillant son crayon de peur de finir par être considérée comme membre à part entière du second groupe, son regard se posa sur son voisin, à la dérobée pour que le professeur ne s’y méprenne pas. C’était le garçon réservé qu’elle avait vu au réfectoire. Elle n’avait jamais vu de type aussi coincé. Il n’ouvrait jamais la bouche. Elle était persuadée de n’avoir pas encore entendu le son de sa voix.
    Le garçon en question écrivit au tout et pour tout cinq lignes, avant de poser son stylo d’un air satisfait. Elyssa ne put s’empêcher de le fixer, tant il paraissait fier de n’avoir répondu à aucune question. Haussant un sourcil circonspect, elle sembla se dire que son voisin ne valait pas la peine de s’interroger quant à cette attitude des plus étranges, et reporta de nouveau son attention sur sa page désespérément vierge. Elle ébouriffa machinalement ses cheveux, désormais plongée dans une intense réflexion. Les mots de la question, "Quelles leçons peut-on tirer de la vie de Merwyn Ril’Avalon ?" dansaient devant ses yeux. Puisqu’elle n’avait rien à perdre, autant tenter la carte de l’humour… Elle se contenta donc d’écrire ces quelques mots de sa grande écriture bouclée. Les seuls mots qui aient étrangement réussi à capturer son attention à la tentative de lecture d’un ouvrage de la bibliothèque. « L'Art du Dessin n'est rien à côté d'une bonne salade de champignons. »

    Complètement plongée dans sa réponse, elle ne se rendit pas compte qu’un sourire étirait ses lèvres à la relecture de cette phrase. Si son prof avait de l’humour, il était certain qu’elle obtiendrait un bonus, qui rendrait sa note un peu moins pitoyable.
    Le regard de l’homme qui les surveillait lui ôta toutefois très vite cet espoir.
    Cet homme n’avait aucun humour.
    Un vice rédhibitoire d’après Merwyn.
    Merwyn avait tout compris.

    Sur un profond soupir, Elyssa passa à la seconde question.




    Lorsque le professeur frappa dans ses mains pour annoncer la fin de l’épreuve, réveillant par la même occasion un fêtard endormi sur sa copie, la jeune fille parcourut d’un rapide coup d’œil la quantité de texte qu’elle avait écrit avec soi pour tenter d’amadouer le correcteur. Pas trop mal pour une improvisation. Elle tendit sa copie au professeur sur une moue à demi convaincue.
    Une bonne chose de faite. Elle aviserait le jour de la note.
    Pour l’heure, les élèves avaient désormais un cours bien plus intéressant…




    Contrairement aux autres cours, elle fut l’une des premières arrivées.

    Comme à son habitude, maître Jil' Falkhu leur avait donné rendez-vous à un endroit différent de l’Académie, afin de repérer les élèves qui étaient parvenus à dessiner sans mal leur pas sur le côté, et ceux qui mettaient un temps plus conséquent. Cette aptitude, comme tout autre dessin, était très variable d’un élève à l’autre.
    Cette aptitude pourtant, était la seule qu’Elyssa maîtrisait parfaitement. Du moins au niveau qu’elle lui était enseignée.



Dernière édition par Elyssa Cil' Darn le Jeu 10 Sep 2015 - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Sam 5 Sep 2015 - 14:36


Problèmes de côtés
Caym marchait maintenant dans les couloirs de l’académie. Ses grandes foulées et son air morose dissuadait tous les autres étudiants de l’aborder. Il se dirigeait en marchant au délicieux cours de Pas sur le Côté.
Super…
Pourquoi y allait-il à pied ? Eh bien... c’est une histoire assez compliquée en fait. Pour commencer il avait refusé de suivre la visite de l’académie lors de son arrivée, il en ignorait donc de nombreuses partie. Actuellement il était perdu mais refusait de l’admettre ou même de demander son chemin.
Il était trop fier pour s’abaisser à ça. Cependant après plus d’une demi-heure à errer dans les couloirs il s’arrêta et soupira. S’il voulait vraiment rester dans cette académie il allait devoir aller en cours. Hors pour y aller il allait devoir demander son chemin… C’était irrémédiable. Mettant sa fierté de côté il s’approcha d’un groupe.
Trois hommes plus âgés que lui, très certainement des dessinateurs expérimentés. Ils semblèrent s’amuser de sa requête mais lui répondirent par quelques indications précises.


Lorsqu’il arriva il ne restait sur place que le professeur Jil’Falkhu et la même brunette qui était assise à côté de lui lors de l’interrogation précédente. Ils étaient pris dans une vive discussion. Il faut dire que leur professeur était jeune et plutôt jovial, au dire de certains. Caym le trouvait agaçant et insupportable.
Lorsque le professeur le vit, un grand sourire (moqueur ?) barra son visage.

-Monsieur Cali ! Quelle bonne et heureuse surprise que de vous voir parmi nous.


Le monsieur Cali en question grimaça un sourire. Il se souvenait de la raison pour laquelle il avait rapidement cessé de venir à ces cours de pas sur le côté.

-Vous arrivez en retard, vos camarades viennent de partir, mais vous pourrez les rejoindre à la porte principale.

Caym restait immobile. Il soupira. Il était donc venu ici pour rien…

-Grâce à un pas sur le côté, évidemment.

Caym fixa son professeur. Celui-ci semblait se délecter de la situation.

-Nous vous observons.

Le mercenaire crispa la mâchoire. Il détestait ça. Il avait horreur des pas sur le côté. En premier lieu il ignorait comment les faire. Il avait eu le droit à une explication lapidaire lors du premier cours qui avait semblée suffisante pour tout le monde. Mais pas pour lui. C'était loin d'être évident.
De plus, il avait peur des pas sur le côté. Mais il ne l’avouerait à personne, ni même à lui-même. Il rejetait avec véhémence l’idée d’apparaitre dans un lieu, comme ça. Qui sait ce qui pouvait se passer. Il pourrait laisser un bout de lui sur le lieu de départ, ou arriver dans un coupe-gorge à l’arrivée. C’était comme sauter du haut d’une falaise, avec un peu de chance le saut finira en plongeons. Sans chance, il s’écrasera contre les rochers ou se noiera. Super.

En attendant les regards étaient fixés sur lui. Ceux glacés du professeur et ceux curieux de l’élève. Il était hors de question pour Caym d’avouer qu’il en était incapable. Jamais.
Toujours cette fichue fierté.

Il se contenta donc de tourner les talons.


Peut-être que quitter cette académie était la meilleure solution au final.
Tandis qu’il repartait d’un pas vif, bouillonnant de diverses pensées, il s’arrêta in extremis. Quelqu’un venait de se planter en travers de son chemin. Levant les yeux de ses pieds –vision très intéressante n’est-il-pas ?- il fut surprit de reconnaitre Dame Kurtiss. Une enseignante de l’école, assez froide et distante. Il s’agissait de la seule personne qui s’était intéressée à Caym et qui l’avait forcé à participer à son cours. En règle générale le mercenaire écoutait les explications et faisait les exercices mais s’arrangeait pour que personne n’en sache rien.
Cette femme-là avait rapidement compris son petit jeu et y avait mis un terme.
L’air peint sur son visage était sévère.

-Caym, ressaisit-toi. Profite de cette opportunité pour apprendre tout ce que tu peux sur le Dessin mais aussi pour rencontrer des gens. Tu possèdes un grand Don qui mérite d’être approfondit. Le savoir est la clef du pouvoir, lit, étudie et motive-toi.


Caym pensa à lui avouer qu’il était un mercenaire du chaos, mais n’en fit rien. Il avait l’étrange intuition qu’elle le savait déjà et surtout qu’elle aussi en était une. Il y avait quelque chose dans ses gestes qui dégageaient cette douce odeur de chaos.
Mais peut-être était-ce seulement son esprit.

-Je sais que tu n’aimes pas les gens mais fait un effort pour t’intégrer, ça te sera utile toute ta vie. Si tu réussis à percer leurs carapaces et t’y découvrira des histoires incroyables et des personnes remarquables. Tu n’es pas obligé de retrancher derrière un mur comme tu le fais, il est souvent plus simple de se dissimuler derrière un masque bien que les risques soient plus grands.

Caym l’écoutait avec une attention non feinte. Ces paroles étaient étrangement celles qu’il avait besoin d’entendre.

-Et je doute que ta réponse à l’interrogation sur Merwyn soit le meilleur moyen d’assurer ta place dans cette école.

Sans attendre de réponse, elle fit demi-tour. Ses longs cheveux flottèrent un instant dans l’air, lui donnant une allure de grande dame. Dans l’air on pouvait encore sentir les délicats arômes de son parfum tandis qu’elle s’éloignait.
Caym resta immobile à contempler la silhouette filiforme de sa professeure qui s’éloignait dans le couloir. Même lorsqu’elle eut disparue il resta là, les yeux fixés dans le vide, ses pensées absentes.

-Alors, as-tu trouvé ton cours ?

Caym sursauta. Il n’avait pas entendu son interlocuteur approcher. Il s’agissait d’un des dessinateurs qui lui avait indiqué la bonne direction.
Par politesse, encore sous l’emprise des mots de Kurtiss, il lui répondit que oui, il était arrivé rapidement au bon endroit mais qu’avec un tel retard il n’avait pu assister au cours. L’homme sourit, amusé, puis lui posa avec compassion une main sur l’épaule. T’en fais pas, ça va s’arranger. Caym sourit et l’homme partit après l’avoir salué d’un signe de tête.

Peut-être n’était-ce pas si difficile.


Songeur, le jeune mercenaire parti trouver un rebord de fenêtre afin de pouvoir rejoindre un bout de toiture. Il avait besoin d’être seul au calme. Ici, personne ne le dérangerait.


Lorsque la nuit tomba, le brun quitta son perchoir pour rejoindre le réfectoire. C’était le passage obligé des étudiants qui vivaient ici. Il y avait moins de monde que le midi, seules deux grandes tables étaient occupées. Les étudiants s’y retrouvaient et discutaient joyeusement.
Pas encore certain de la conduite à adopter, Caym s’assit à l’écart et les observa. Seuls des étudiants de première année y étaient et il ne connaissait personne. La fameuse brune était encore là. Décidément leurs chemins ne cessaient de s’entrecroiser.
Le mercenaire l’observa.
Elle semblait dans son milieu, peut-être devrait-il la prendre comme modèle et se fixer comme tâche de la surpasser. Peut-être même pourrait-elle l’aider avec les pas sur le côté… Rien qu’en y pensant, Caym frissonna. Non, il n’avait vraiment pas envie de s’y mettre. Peut-être pourrait-il trouver une excuser pour être dispensé de cette matière. Mais qu’était un dessinateur incapable de faire un pas sur le côté ?

Entamant son repas, Caym garda les yeux fixés sur la jeune femme, l’observant avec attention. Ses moindres gestes, sa posture, sa manière d’ordonner les discutions, de choisir qui parlerait… Elle avait une étonnante influence sur ses camarades.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Jeu 10 Sep 2015 - 9:13

    Elyssa était en pleine conversation avec son professeur de pas sur le côté, celui avec lequel elle s’entendait le mieux. Il faut dire que celui-ci était particulièrement jeune, et plutôt agréable à regarder. Un excellent remède à la morosité que lui inspirait l’enseignant du cours précédent. Elle ne put retenir une grimace au souvenir de cette interrogation traîtresse, grimace qui n’échappa pas à l’œil avisé du jeune professeur.

    - Quelque chose ne va pas ?

    Et attentionné, avec ça.

    L’élève se contenta d’éluder la question d’un sourire charmeur charmant avant de poursuivre la passionnante discussion qui les occupait depuis maintenant dix bonnes minutes. Le cours était presque terminé. Le professeur s’était contenté d’envoyer les élèves récupérer des billes de couleur (une couleur par élève, pour éviter les redistributions) à divers endroits de l’Académie, peu éloignés, le Verrou empêchant tout pas de côté trop hardi. Malgré le Verrou, Elyssa n’avait rencontré aucune difficulté à se déplacer. Elle se doutait qu’un pas sur le côté qui la mènerait au dehors de la capitale n’était pas envisageable, mais là où certains élèves ne parvenaient pas à se déplacer dans la ville, ou même au sein de l’Académie, Elyssa pouvait voyager à son gré. Elle en était juste radicalement plus fatiguée. Aussi, puisqu’elle n’avait plus besoin de faire ses preuves dans cet exercice, avait-elle préféré rester avec le sieur Jil’ Falkhu, plus attrayant que des billes de couleur.

    - Monsieur Cali ! Quelle bonne et heureuse surprise que de vous voir parmi nous.


    Elyssa se retourna pour pouvoir associer un visage au nom qu’elle venait d’entendre. Tiens, le garçon coincé qui ricanait tout seul devant sa copie blanche ! Elle reporta successivement son attention sur le visage des deux hommes qui lui tenaient compagnie dans la pièce. Ce n’était qu’un échange rendu étrange par une intonation, par un sourire bancal, entre deux égos un peu trop prononcés.

    - Vous arrivez en retard, vos camarades viennent de partir, mais vous pourrez les rejoindre à la porte principale. Grâce à un pas sur le côté, évidemment.


    L’heure de vérité avait sonné, elle allait pouvoir voir si ce gars-là était capable de dessiner, puisqu’il avait jusque là été trop discret pour se faire remarquer. Mais le professeur se délectait apparemment un peu trop de la situation :

    - Nous vous observons.


    Pendant une fraction de secondes, la brunette ouvrit des yeux ronds. Elle n’avait aucunement demandé à être mêlée à cet affrontement d’arrogance. Toutefois, que Jil’ Falkhu la considère comme témoin au même titre que lui – n’avait-il pas dit « nous » ? – l’emplissait d’une certaine fierté, qu’elle ne se permit pas de dévoiler. La mâchoire crispée du camarade l’en dissuadait fortement.

    La réaction de l’intéressé ne se fit pas attendre. Ce ne fut qu’une fois que sa silhouette eut disparu de l’encadrement de la porte qu’Elyssa prit conscience qu’elle n’aurait pas sa réponse. Problème d’égo ou problème de Dessin ? Après réflexion, elle songea plutôt à cette deuxième option. Si Cali possédait un Don qui lui eût permis d’écœurer son professeur, elle était persuadée qu’il ne s’en serait pas privé. Un concurrent direct en moins au poste de Sentinelle, songea-t-elle avec un plaisir nullement coupable. Après tout, ce n’était sûrement pas sa copie du cours précédant qui l’aiderait à rattraper un faible pouvoir. Ce n’était sûrement pas la sienne non plus, mais elle chassa rapidement cette pensée négative de son esprit, préférant reprendre la discussion engagée quelques minutes plus tôt comme si rien ne s’était passé.


    - Elie, je crois qu’il y a un mec qui te reluque…


    Brusquement sortie de la discussion qu’elle avait lancée entre l’entrée et le plat principal, et qui était bien partie pour s’éterniser jusqu’à la fin du repas – une banale histoire de fête de fin d’examens – la jeune femme tourna un œil malicieux vers sa voisine. Elle filait le parfait amour – depuis trois semaines environ – avec Flinn, mais pouvait difficilement résister à l’idée de continuer à plaire.

    - Mais… c’est limite flippant, il ne te lâche pas des yeux.


    Le sourire s’épanouit plus largement sur les lèvres de l’intéressée avant que, dans un jeu d’actrice parfaitement huilé (le jeu, pas le corps de l’actrice), elle ne passe une main dans sa crinière châtain, en gardant les yeux parfaitement rivés sur son interlocutrice.

    - Ou ça ?

    - Nord-Ouest.

    Elie fronça le nez quelques instants le temps de se remémorer ses points cardinaux. Contrairement à sa voisine, son père n’était pas marin, et elle avait toujours eu du mal avec ce type d’orientation. Alors seulement, elle accrocha un regard.
    Celui du gars qui devait sûrement lui en vouloir à mort pour s’être trouvée au mauvais endroit au mauvais moment.

    Son sourire s’effaça instantanément, ses yeux quittant leur éclat rieur pour celui de la prudence avec laquelle on cherche à déceler les choses. Ce garçon-là ne la reluquait pas, contrairement à ce que pensait son amie. Elle avait fait chavirer assez de cœurs pour reconnaître l’attirance dans le regard d’un homme. Que lui voulait-il ? Elle n’en avait pas la moindre idée.
    Et puisqu’il n’y avait qu’un moyen de le découvrir…

    Elle laissa là la moitié de son dessert, la conversation qui attendait sa réponse, la voisine qui avait observé l’échange silencieux avec attention, et s’extirpa de l’espace restreint entre les chaises avec sa grâce naturelle. En quelques pas déterminés, qui laissèrent résonner dans la cantine ses bottines à talons, elle se retrouva appuyée sur la table, paumes sur le bord, en face de Caym. Un étrange calme s'était emparé de la tablée qu'elle avait quittée. A la vue de l’épaule gauche que dévoilait sa tunique au col large, le voisin de Caym – si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi, puisqu’il était assis à deux chaises vides de lui – en oublia de porter sa cuillère à sa bouche.

    Sans le quitter des yeux, avec une assurance qu’elle était loin de posséder, mais qu’elle maniait si bien, Elyssa rentra dans le vif du sujet.

    - Un problème ?

    Ses yeux gris reflétaient son indécision par les multiples expressions qui s’y disputaient : fierté, prudence, curiosité, appréhension, … rendant son regard tout bonnement impossible à interpréter.
    Problème d’égo ou problème de Dessin ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Sam 12 Sep 2015 - 16:48


Fleur enivrante
Une épaule dénudée et un sourire séducteur sur les lèvres la demoiselle s’avança d’une démarche chaloupée. Caym entendit son voisin s’étouffer et haussa un sourcil. Tient, il n’avait même pas remarqué qu’il avait un voisin.
Mais il ne quitta même pas la brunette des yeux. Il ignorait d’ailleurs son prénom, il faudrait y remédier.

- Un problème ?


Caym se leva, délaissant son repas, et tenta d’appliquer ses récentes observations. Jouer la carte de la séduction lorsqu’on veut déstabiliser. Paraitre aimable et sûr de soi. Bien.
Un sourire en coin il s’approcha de la jeune femme. Il passa la main dans ses cheveux mi- longs et plongea son regard dans celui de la jeune femme. Gris et bleu unis par un lien invisible, une force qui leur empêchait de détourner le regard... La tension était palpable mais Caym continua son petit jeu. Il approcha son visage de celui de son interlocutrice.
Il sentait maintenant son odeur, raffinée et fleurie.
Elle s’immobilisa, il en profita.
Alors qu’il ne restait plus qu’une dizaine de centimètre séparant leurs visages, Caym se dévia très légèrement sa trajectoire et approcha sa bouche de l’oreille légèrement rouge de sa cible.

-Aucun. Mais toi et moi, on pourrait faire équipe.


Caym n’était pas encore prêt à admettre qu’il avait besoin d’aide. Chaque chose en son temps. Il était en train de séduire, ou du moins de jouer la carte de la séduction, pour la première fois de sa vie, et qui plus est il flirtait avec une bourgeoise.
Il soupira lentement, laissant son souffle chaud caresser l’oreille délicate de la dessinatrice.
Il n’avait peut-être jamais profité des vertus des femmes, trop occupé à planifier sa vengeance, mais il avait pu observer les comportements qu’il trouvait ridicules des autres garçons. La sensualité n’avait jamais rien eu de compliqué à ses yeux, il suffisait d’être lascif. Mais maintenant qu’il mettait tout cela en pratique… c’était autre chose. Il se rendait compte qu’il avait tort, un domaine de plus qu’il devrait étudier.

Puis il se recula et offrit un sourire, qui se voulait charmeur, à la demoiselle. Il la frôla et quitta la pièce, nettement plus silencieuse qu’à son arrivée.
Juste avant de sortir, il se dit que sa sortie théâtrale pourrait être mal-interprétée. Peut-être aurait-il dû être plus explicite dans ses propos. Et si elle se méprenait sur ses intentions ? Il est vrai qu’elle avait joué la carte de la séduction en premier mais… Ses pas s’arrêtèrent un très bref instant et il ferma les yeux, alors qu’il ouvrait la porte.
Il rejoignit rapidement les spires. Dessiner n’était pas très difficile pour lui, il avait compris comment dessiner des choses simples et le verrou ne le préoccupait pas. Il avait suffisamment de pouvoir pour maintenir un petit dessin pendant plusieurs heures. Il devait juste rester concentré afin de ne pas laisser son dessin disparaitre. Son Dessin fut imperceptible aux yeux de toute l’assemblée. Il s’agissait d’une petite marguerite, cachée sous les vêtements de la brunette, plus précisément à la naissance de sa poitrine.
Elle la découvrirait très certainement avant d’aller se coucher, en se débêtissant. Elle serait alors seule et Caym serait l’unique personne à avoir l’audace de réaliser un tel Dessin.


Fier de lui, le jeune mercenaire s’élança dans les couloirs de l’académie et se fit la réflexion qu’il aurait très certainement le droit à des remarques quant à sa conduite : laisser son plateau sur la table était particulièrement grossier. Mince. Il devrait y retourner afin d’éviter de laisser trop d’arguments justifiant son renvoi.


Quelques heures plus tard alors que la nuit était noire et les couloirs déserts et silencieux, Caym retourna dans le réfectoire. Il avait toujours l’image de la marguerite à l’esprit.
Il ne se promenait que très rarement dans l’académie la nuit. Il n’y avait personne, tous avaient peur de faire de mauvaises rencontres, ils se promenaient avec une sphère lumineuse en protection. Caym n’en avait pas besoin. Il aimait l’obscurité. Il avait plus l’habitude de se promener à l’aire libre mais ces couloirs abandonnés dégageaient une ambiance angoissante qui lui plaisait. Sentir la peur, quelque part en lui, lui permettait d’être plus attentif, d’avoir les sens en éveil et surtout de dominer son imagination. La plupart des gens imaginaient dans de simples ombres les pires créatures qui soient. Mais pas lui. Il n’avait jamais pris de plaisir à rêver de ce qui pourrait peut-être être quelque part avec l’étrange idée de vouloir le tuer. Non. C’était idiot.

Caym vit son plateau. Il n'avait pas bougé depuis son départ. Il restait même de la nourriture. Peu désireux de gâcher, surtout qu'il commençait à avoir un peu faim, le jeune homme s'assit et continua son diner, maintenant totalement froid.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Dim 13 Sep 2015 - 20:32

    Elle s’était attendue à tout, sauf à ce qui s’ensuivit.
    D’ordinaire, les garçons perdaient leurs moyens devant ses iris gris. Certains détournaient les yeux, d’autres restaient rivés sur son regard avec un air béat, d’autres encore fuyaient carrément la pièce.
    A priori, celui qu’elle considérait comme un petit nouveau tant il s’était fait discret n’était pas ordinaire. Car s’il ne lâchait pas son regard magnétique, ce n’était pas dans l’attitude passive de ceux qui perdaient leurs moyens. Non seulement accrocha-t-il son regard, mais il s’offrit même le luxe de se lever, de contourner la table et de se rapprocher d’elle. Dangereusement.
    Elle ne le lâcha pas non plus des yeux. Dangereusement.

    Ses yeux s’étrécirent en un regard suspicieux alors que le garçon dont elle ignorait toujours le prénom, dans un mouvement de hardiesse, passa une main dans ses cheveux ondulés. Elle aurait aimé réagir, étaler une fois de plus sa fierté dans un mouvement de défense – et d’attaque – mais ses parents avaient toujours refusé de lui laisser apprendre les rudiments du combat. Elle aurait aimé lui délivrer ne serait-ce qu’une claque magistrale, mais le plus périlleux des états d’esprits l’avait piquée.
    Curiosité.

    La scène lui paraissait interminable, et pourtant tout se déroulait relativement vite. Se demandant si elle était prête à payer de sa fierté et de sa réputation le prix que requerrait sa soif de réponses, sa jambe droite amorça un mouvement de recul en se plaçant en retrait. Tous ses muscles arrêtèrent pourtant de lui répondre, se crispant sous le souffle chaud du dessinateur qui s’était encore rapproché d’elle. Son dernier réflexe vital fut le Dessin. Celui qui se refusait à elle, sauf dans ce genre de situation. La douche glacée qui s’apprêtait à inonder l’ensemble du réfectoire fut fort heureusement avortée par la réponse qui s’était tant fait attendre. Le dessin se désintégra juste avant de basculer dans la réalité au son d’une voix au creux de son oreille.

    - Aucun. Mais toi et moi, on pourrait faire équipe.

    Elle s’arracha à cette tension étouffante en achevant de reculer. L’amusement avait cédé sa place à la défiance. Plus aucune flamme ne dansait derrière ses pupilles. Jusqu’à son sourire qui s’était évanoui. Etrange contraste, puisque pour la première fois, un sourire s’empara des lèvres du brun.
    Qui n’était définitivement pas un élève d’une timidité maladive.

    Elyssa le suivit des yeux alors qu’il quittait la cantine sans un regard en arrière. Alors que ce qui venait de se passer aurait plutôt dû la réchauffer, elle réprima difficilement le frisson glacé qui l’avait menacée dès qu’il s’était éloigné. Elle croisa les bras et tourna les talons avant qu’il n’ait atteint la porte, affectant un désintérêt profond. Le fait était qu’elle avait beau chercher, elle ne trouvait ni les mots, ni le sens relatif à ce qui venait de se passer.

    - Elie, c’était quoi ça ?

    La voix de Kryss, assise en face d’elle pour le repas, l’empêcha de continuer à démêler ses interrogations tandis qu’elle était de retour derrière sa chaise. Elle prit soudainement conscience de la quinzaine de paires d’yeux autour de la table qui ne la lâchaient pas, jusqu’à ceux de sa voisine de table, surexcitée d’avoir contribué à déclencher l’animation de la soirée. Elle se contenta d’enfiler sa veste, d’attraper son plateau, et de repousser sa chaise avec sa hanche, avant de répondre:


    - J’en ai aucune idée.




    L’épisode de la cantine la préoccupait fortement. Bien plus que ses révisions, d’ailleurs. Elle détestait être décontenancée. Elle menait la danse d’habitude. Elle jouait avec les garçons. Elle n’était pas une proie. Toutefois, quelque chose l’empêchait d’aller rendre à ce type la monnaie de sa pièce. Ce qu’il avait dit la taraudait. Elle ne pouvait s’empêcher de penser que « faire équipe » ne faisait pas partie du vocabulaire codé pour désigner « engager une relation », ni même pour signifier « s’amuser sous les draps ». Mais que lui voulait-il alors ?

    Une fois de plus, la voix de Kryss la sortit de ses rêveries.

    - Bah alors, tu n’es pas à cette soirée à l’auberge dont tu m’avais parlée ? Tu t’es décidée à te mettre au boulot ? C’est formidable !

    Elyssa ne put s’empêcher de sourire face à l’ironie de sa colocataire. Et face à sa propre perte de la notion du temps. Pour toute réponse, elle se dirigea énergiquement vers son armoire, en sortit une robe beige aux manches longues, assez moulante pour mettre en valeur sa silhouette sans la rendre vulgaire, et ôta sa tunique pour revêtir sa tenue de soirée. Mais avant de passer sa robe, une tache inhabituelle attira son attention. Là, délicatement appliquée contre le bord de son bandeau de poitrine, une marguerite semblait avoir poussé. Elle fronça les sourcils. Depuis quand des fleurs poussaient-elles dans son décolleté ? Elle posa la fleur sur une étagère du placard, puis se remit à se vêtir, ne trouvant toujours pas d’explication à cet étrange phénomène floral, avant de chausser des bottines plates en peau de siffleur, d’attraper sa veste en cuir brun et de lancer un « A demain ! », bien consciente que son amie dormirait déjà depuis belle lurette quand elle serait rentrée. Juste avant de disparaître, elle attrapa la petite marguerite et la glissa dans sa poche.



    Le Verrou qui bloquait les Spires avait beau être terrible pour tout l’Empire, elle ne pouvait s’empêcher de songer avec une pointe de culpabilité que dans ce cas précis, il arrangeait bien ses affaires. Elle pouvait sortir sans avoir peur d’être pistée par les intendants de l’internat, qui ne soupçonnaient pas que des élèves puissent effectuer des pas de côté en dehors de l’Académie. Elle pouvait donc sortir sans que cela ne soit notifié sur son dossier scolaire…

    Les yeux cernés de la jeune dessinatrice cherchèrent à accrocher les aiguilles d’une horloge. Lorsqu’elle en trouva enfin une, au milieu de la chaleur oppressante de la salle principale de l’auberge, reconvertie en piste de danse, elle remarqua avec consternation que la nuit était plus qu’avancée. Elle salua ses amis, ceux qui restaient fidèles à toutes les soirées de la capitale, ceux qu’elle avait rencontrés pendant celle-ci, et sortit à l’air libre pour effectuer son pas sur le côté. D’abord parce qu’elle ne tenait pas à ce que tout le monde la voit être capable de pas sur le côté malgré le verrou. C’était peut-être une mesure de sécurité inutile, mais elle préférait ne pas attirer l’attention sur ce point. Ensuite, parce qu’elle n’était pas à l’abri que quelqu’un la déconcentre ou n’attrape son bras au moment du voyage. Elle préférait donc assurer ses arrières.

    Piquée par la vivacité de la fraîcheur nocturne, elle enfouit ses mains dans les larges poches de son manteau avant de dessiner son pas sur le côté. Elle sursauta en rencontrant un objet fin et inconnu dans sa poche. Elle en sortit la fleur. Etrangement, c’est en la contemplant, tout en dessinant son pas sur le côté, qu’elle comprit enfin d’où venait cette incongruité. Un épisode de sa longue journée venait de lui revenir à l’esprit.
    Sans qu’elle n’ait pensé à changer sa destination, son dessin la mena directement dans le réfectoire.



    Elle sursauta en se rendant compte que la pénombre qui l’entourait n’était pas celle de sa chambre. Un peu étourdie par la fatigue et les quelques verres qui lui avaient été offerts, elle ne sursauta pas non plus en découvrant qu’elle n’était pas seule dans la pièce. Elle attendit, sans un bruit, que ses yeux se soient habitués à l’obscurité pour découvrir qui avait apparemment ressenti le besoin de combler une fringale nocturne.
    Evidemment. Qui d’autre ?

    Décidant de jouer sur l’avantage que lui procurait la surprise, elle fit tourner quelques secondes la tige de la marguerite entre son pouce et son index, avant de lancer d’une voix claire, portée par le silence de la pièce presque vide :

    - Bon appétit.

    Un sourire amusé s’épanouit sur ses lèvres en appréciant le sursaut qu’elle avait provoqué chez le jeune dessinateur. Chacun son tour mon p’tit gars. Elle se glissa hors de la pénombre pour apparaître derrière la légère flaque de lumière générée par la veilleuse de la porte de sortie. Ainsi positionnée, elle ne dévoilait sa silhouette que sous une lumière blafarde, presque fantomatique.
    La surprise avait coupé net la concentration du dessinateur nécessaire à l’existence éphémère de la fleur, aussi la brunette regarda sa main vide d’un air détaché. Elle se plongeait dans l’attitude purement défensive qu’elle n’employait que très rarement, lorsqu’elle se sentait vraiment mal à l’aise. Le sarcasme.

    - J’ai… trouvé ton petit cadeau. Très sympa. Enfin, d’ordinaire on offre des bouquets. C’est pas très cher tu sais ?

    Avancer. Ne pas lui laisser le loisir de recommencer son petit jeu.
    Elle franchit la distance qui la séparait de sa table de quelques longues enjambées, tira la chaise voisine à celle où le garçon était attablé et, s’asseyant sur la table, croisa ses chevilles sur le siège. Son regard parvint à accrocher celui de son interlocuteur malgré l’obscurité.

    - Que me veux-tu, Cali ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Lun 14 Sep 2015 - 23:09


Ce soir sur moi tu as posé les yeux


- Bon appétit.


Caym Sursauta. Perdu dans ses pensées il n’avait pas remarquée cette personne. Il se gifla mentalement pour une telle faute d’inattention. Il avait bêtement pensé que tous dormiraient à une telle heure. Et qu’aucun mouvement de la porte signifiait qu’il était seul.
Erreur de débutant.

Heureusement pour lui, l’intrus était une femme. Il avait reconnu la voix, elle appartenait à la brunette.
Sa voisine d’interro.
Il se maudit d’avoir laissé entrevoir sa surprise et porta son regard dans l’ombre, à la recherche de la silhouette de la jeune femme. Elle se fit apercevoir, à contre-lumière (c’est un nouveau terme scientifique j’vous jure !).
Le mercenaire était énervé d’avoir été surpris ainsi. Il pensait avoir beaucoup apprit et être un bon mercenaire du Chaos mais il se rendait compte… que ce n’était pas le cas. Il n’avait pas senti la présence de cette fille. Il était pratiquement certain qu’elle n’était pas là lorsqu’il était arrivé, mais peut-être avait-il mal vu… Ou alors elle était arrivée après, grâce à un pas sur le côté. Non, utiliser la porte était trop simple pour cette gamine prétentieuse. Un Pas sur le côté. C’était son genre, Caym n’avait pas pensé que les gens pouvaient apparaitre où bon leur semblait lorsqu’ils le désiraient. C’était assez… étrange.

Il se secoua mentalement, évita l’auto-gifle cette fois-ci, et chassa ses noires pensées. Il était là pour apprendre et quitter cette apparence de tueur. Pour apporter au Chaos il devait se mêler aux autres, savoir comment ils pensaient de surtout il devait connaitre et développer ses propres points forts.

- J’ai… trouvé ton petit cadeau. Très sympa. Enfin, d’ordinaire on offre des bouquets. C’est pas très cher tu sais ?

De l’humour. Caym le nota dans un coin de sa tête.
Chercher à déstabiliser l’autre par la séduction, si ça ne fonctionne pas, user de l’humour. Tourner l’autre en dérision. Merci jeune fille pour ces précieux conseils.

Cependant elle n’avait pas fini. Caym la laissa faire. Elle s’avançait de lui dans sa robe moulante. Le peu de lumière qui éclairait la scène donnait l’impression qu’elle était nue.

Le mercenaire la regarda et soupira. Il devait abandonner ses instincts qui la trouvaient repoussante. Elle était une femme et devait la voir telle quel. Lui laisser une chance. Jusqu’à présent elle avait fait preuve de courage et peu de femme auraient eu une telle force. Caym n’était pas un homme des plus rassurants, il dégageait une aura de danger. Mais elle s’approchait de lui comme s’il était… un Dessinateur de l’académie. L’un des leurs.
Oui, il était temps qu’il la juge pour ce qu’elle faisait. Qu’elle prenne un nouveau papier, vierge cette fois-ci. Vierge de son passé à elle, mais aussi, et surtout, de son passé à lui. Qu’il oublie pendant quelque temps toute cette haine et ce ressentiment envers la société alaviriene et ces maudits bourgeois.



Fier de sa résolution Caym posa les yeux sur l’inconnue, car oui, c’était une inconnue. Il ignorait pratiquement tout d’elle jusqu'à son nom.
Elle était en face de lui, assise sur la table, les pieds sur une chaise.

Ce qui frappa le mercenaire, n’était pas son regard pénétrant ni son décolleté. Non, c’était l’odeur. L’odeur d’alcool et de sueur qu’elle dégageait. Un léger parfum qui criait « je suis allée faire la fête, je me suis collée à plein de personnes et nous avons bougés, nous avons sués, nous avons bu. Je me suis éclatée ». Elle avait une lueur dans les yeux, certainement due à l’alcool, qui pétillait.
Caym ne chercha pas à savoir où était-elle allée ni comment et encore moins pourquoi. Ce qu’elle avait fait en regardait qu’elle.

- Que me veux-tu, Cali ?

Cali. Il eut un petit sourire en coin. Au moins elle connaissait son nom.

- Eh bien, pour commencer tu pourrais m’offrir ton nom.

Il lui sourit, amusé. Il commençait à se laisser aller, à jouer son personnage, à s’ouvrir aux autres.

- Tu sembles déjà connaitre le mien à ce qu’il me semble. Cali, en effet. Caym Cali.

Caym… Personne ne l’avait appelé Caym depuis…
Depuis des années.
Depuis la mort de ses parents. C’étaient les seuls à l’appeler ainsi. Eux et leurs clients et amis.
Depuis cette nuit tragique il n’était plus que Cali. Orphelin, apprenti, monsieur… Le titre changeait mais pas le nom.

Offrir son prénom à cette femme… il ignorait si c’était une bonne idée. Il ne restait plus qu’à espérer qu’elle l’utilise à bon escient.

-Et sinon…
Il chercha ses mots, ne sachant que trop demander. Je ne suis pas très… Une fois de plus il s’interrompit, cherchant le mot adéquat. Populaire.

Non, c’était le cas de le dire. Après plus d’un an dans cette académie il ne connaissait aucun autre étudiant et n’appréciait qu’un seul professeur. Tous le détestaient, certains étudiants avaient même peur de lui, il voyait ça dans leur regard.

- Je pense que tu pourrais m’aider à être moins sauvage. En contrepartie je t’aiderais dans certaines matières. Enfin, on s’aidera de notre mieux afin que chacun d’entre nous progresse…

Il ignorait en quoi il pourrait lui être utile. Elle ne prenait clairement pas le temps d’étudier. Peut-être pourrait-il lui faire des résumés synthétiques des livres à lire ou des exercices à faire. Surtout qu’il avait déjà eu tous les cours et savait parfaitement ce qu’il fallait savoir et faire à l’examen.
Mais il garderait cette carte dans sa manche, pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Sam 19 Sep 2015 - 22:00

    J’ai accepté par erreur, ton invitation
    J’ai dû m’gourer dans l’heure,
    J’ai dû m’planter dans la saison.


    - Eh bien, pour commencer tu pourrais m’offrir ton nom.

    Haussement d’un sourcil perplexe. C’est une blague ?
    D’ordinaire, tout le monde connaissait son nom avant qu’elle ne sache celui des autres. Mais la question semblait parfaitement sérieuse, en dépit du sourire en coin qui flottait sur les lèvres de son interlocuteur.

    - Tu sembles déjà connaitre le mien à ce qu’il me semble. Cali, en effet. Caym Cali.

    La dessinatrice se contenta d’incliner la tête en guise d’assentiment. En réalité, elle venait d’apprendre son prénom, mais elle n’en laissa rien paraître.

    « Pour commencer », il n’avait donc pas clairement énoncé son intention finale. Elle n’ouvrit pas la bouche. Pas tant qu’elle n’aurait pas eu la réponse qu’elle attendait. Caym sembla s’en rendre compte, puisqu’il reprit la parole après ce court silence. Etrangement, son assurance s’était légèrement effritée ; il se mit à prendre le temps de choisir ses mots.

    - Et sinon… Je ne suis pas très…

    Les paupières de la brunette se plissèrent, en attente de la clé de cette phrase. La fatigue et les quelques verres de la soirée ne l’aidaient pas à faire preuve de patience, mais elle tint bon.

    - Populaire.

    Ses paupières conservèrent leur pli suspicieux, signifiant qu’elle voyait difficilement où il voulait en venir. N’importe quel autre élève qui lui aurait amené ce problème aurait eut pour toute réponse un franc éclat de rire de sa part. Mais l’aura que dégageait Caym, qu’elle parvenait difficilement à cerner, l’en empêchait.

    - Je pense que tu pourrais m’aider à être moins sauvage. En contrepartie je t’aiderais dans certaines matières. Enfin, on s’aidera de notre mieux afin que chacun d’entre nous progresse…


    Tu sais j'ai pas confiance ;
    J'ai pas confiance en moi
    Tu sais j'ai pas d'espérance !
    Et j’merde tout ça tout ça…

    Si tu veux on parle de toi, si tu veux on parle de moi.
    Parlons de ta future vengeance, que t’auras toi sur moi.
    Disons entrecoupée d’silence !

    Qu’on est bien seuls pour une fois,
    Qu’on est bien partis pour une danse.
    Ca ira pas plus loin, tu vois.


    Elyssa demeura silencieuse. Mains croisées sur ses jambes, elle réfléchissait. Cette réponse la prenait, une fois encore, au dépourvu. Elle qui aimait tant tout contrôler… Tous ses sens lui criaient de fuir, de ne pas se risquer sur ce terrain glissant, loin de tout contrôle.
    Lorsqu’elle prit la parole – le goût du risque, peut-être – ce ne fut malheureusement pour lui pas pour lui répondre directement.

    - Pourquoi moi ?

    Mais avant que le jeune homme ait pu répondre, son caractère reprit le dessus pour camper un peu plus sa position.

    - C’est vrai quoi ! Tu ne parles à personne, tu fuis toute forme de contact humain, à tel point que je croyais que tu étais d’une timidité maladive. De toute évidence, j’ai fait fausse route. Tu ne serais pas là sinon, pas maintenant. Pourquoi moi ?

    Mais sa fierté ne tarda pas à revenir à la charge. Aussi s’empressa-t-elle d’ajouter :

    - Et puis, qui te dit que j’ai besoin d’aide ?!

    Elle n’avait pas oublié qu’il lui avait demandé son prénom. Comme à son habitude d’enfant faussement gâtée, elle attendait simplement de voir si les réponses qu’il avait à lui proposer allaient être satisfaisantes.

    Reste à savoir si on trace un trait, un point dans notre espace
    Si j’ai pas toute ma raison.
    Si j’ai toujours raison, tu sais j’ai pas toute ma raison.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mar 22 Sep 2015 - 23:10


Le sandwhich-purée pour calmer ses envies de meurtre

Caym s’était appuyé contre le dossier de sa chaise tandis que son interlocutrice parlait. Elle ne lui avait toujours pas dit son nom. Contractant les bras il s’élança légèrement en arrière de façon à faire tenir sa chaise en presque équilibre. Ses jambes prenaient appuis sur la table afin de s’assurer qu’il ne tomberait pas, s’étaler de tout son long, de suite ne l’aiderait pas. Le ridicule ne tuait pas, certes, mais pour l’instant il devait mettre le plus de chances de son côté.

- Et puis, qui te dit que j’ai besoin d’aide ?!

N’appréciant pas sa répartie le garçon se laissa retomber bruyamment et se leva dans le même geste. Un fois de plus il pénétra dans le périmètre intime de la brune. Il planta ses yeux bleu glacés dans ceux de la jeune femme. Il ne riait plus.

-Qu’y a-t-il de si difficile à répondre aux questions que je t’ai posées ?


Il resta immobile, contractant ses muscles afin de s’assurer que prit dans l’élan il ne lui décochait pas une gifle monumentale. Ou qu’il ne lui tranchait pas la gorge. Ça serait embêtant.
Pourquoi cette pimbêche au cerveau de porc tentait de se rebeller ? Elle avait dû manquer d’éducation… Pauvre gamine.
Dans tous les cas il avait fortement envie de tourner les talons. Mais elle n’avait pas totalement tort. Pourquoi elle ?
Il n’en avait pas la moindre idée… Elle était apparue à ses côtés lors de l’interro et depuis… c’était la seule personne à qui lui correspondait. Il n’avait pas la moindre idée de pourquoi, c’était une sensation et il était hors e question qu’il admette avoir des sentiments, quels qu’ils soient. Les fils du chaos n’éprouvent rien, les sentiments les affaiblissent.
Inspirant lentement il se décrispa mais resta tout aussi proche de la jeune femme.

-T’auras besoin de mon aide pour de multiples raisons en partant du simple fait que tu es une fêtarde.


Il l’observa. Avait-il besoin d’expliciter ? Peut-être…

-Tu préfères sortir à travailler, je peux te faciliter les choses.


Elle ne lui facilitait absolument rien alors il allait garder sa carte dans la manche, il ne ferait que l’évoquer.
Puis il fit un léger pari avec lui-même, sa robe de soirée, l'odeur qui se dégageait d'elle, son arrivée grâce à un pas sur le côté...

- Tu sors, hors de l’académie après la nuit tombée. De fâcheuses choses pourraient t’arriver,
Caym faisait bien entendu référence à une potentielle agression, il pourrait lui apprendre quelques techniques de combat. Il continua cependant, implacable.En plus du risque qu’un des professeurs entende parler de tes escapades nocturnes.

Qui avait dit que le chantage n’était pas une arme puissante ?
Satisfait, Caym eut un petit sourire en coin et ses yeux perdirent leur lueur froide. Il venait de se rendre compte qu’il était peut-être asocial mais il n’était pas pour autant négligeable. Il venait de prendre soudainement de la valeur. Bon, par contre il ne partait pas sur de très bonnes bases avec la demoiselle. Tant pis. Ils auraient très certainement le temps de rectifier le tir.
A moins qu’elle l’envoie sur les roses.

La lâchant du regard un très court instant le mercenaire attrapa un bout de pain qui trainait sur son assiette et sauça ce qui restait de purée. C’était peu ragoutant mais qu’importe, il allait finir son repas, ne pas gâcher la nourriture faisait partie de ses principes. Il mordit avec force dans le pain et en arracha une bouchée puis proposa le reste de son bout de pain à la jeune femme. Signe de paix ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Dim 27 Sep 2015 - 17:24

    Elle avait voulu jouer, le pousser. Elle n’avait plus qu’à espérer que sa réaction ne dépasserait pas ses espérances. La dessinatrice ne savait pas trop à quoi s’attendre en voyant Caym se lever avec brusquerie. Elle réalisa que sa véritable nature reprenait le dessus. Car c’est bien avec un regard glacial qu’il s’adressa à elle, loin du ton mielleux qu’il avait employé jusqu’à lors.

    - Qu’y a-t-il de si difficile à répondre aux questions que je t’ai posées ?

    Son visage était fermé, et elle pouvait presque sentir toute la tension qui crispait ses muscles, et qui, avec cette tension qui résultait de chacun de leurs échanges, rendait l’atmosphère quasi irrespirable. Ca, et sa fâcheuse tendance à venir se coller à elle.
    Qu’allait-il faire ? L’insulter, la frapper ? Il n’était qu’un élève parmi les autres, tenta-t-elle de se convaincre, aucune raison de le craindre.
    Alors pourquoi ce frisson remontait-il le long de son échine ?

    Elle avait appris, à ses dépens, à ne pas parler trop vite. Si parfois cette précaution lui échappait encore, son instinct la contraignit au silence. Elle sentait bien qu’une réponse trop rapide risquait de le braquer un peu plus. Toutefois, elle se rendait bien compte que la virulence du garçon était à son avantage. Elle n’avait pas changé d’attitude. En revanche, lui était destabilisé.

    Toujours assise à côté du plateau du jeune homme, Elyssa se contentait donc de garder ses yeux accrochés aux siens.

    - T’auras besoin de mon aide pour de multiples raisons en partant du simple fait que tu es une fêtarde.

    Azur et Argent restaient versés l’un dans l’autre, attendant que l’autre cédât en premier, sans savoir si le premier qui se détacherait sortirait réellement vaincu de l’échange.

    Cette situation commençait véritablement – depuis un trop longtemps, en fait – à la rendre mal à l’aise. Tant pis pour le duel de fierté, elle rompit le contact visuel. Libérant la chaise, elle ramena ses pieds au sol. Il était tard, très tard, et la fatigue risquait à tout moment de lui faire commettre un faux pas. Elle s’apprêtait à prendre congé de son étrange rendez-vous nocturne lorsque ses mots, une fois encore, la figèrent.

    - Tu sors, hors de l’académie après la nuit tombée. De fâcheuses choses pourraient t’arriver. En plus du risque qu’un des professeurs entende parler de tes escapades nocturnes.

    Sous le coup de cette menace à peine voilée, Argent se raccrocha vivement à Azur. Animé par une flamme presque animale. Colère.
    Un partout.

    Sous le coup de cette menace à peine voilée, la brunette envahit inconsciemment les Spires. Un grondement sourd résonna dans la pièce. Tonnerre. Mais la réserve que lui inspirait la situation n’aboutit heureusement pas à une pluie d’orage. Un unique éclair fendit l’air, si bref qu’elle doutait l’avoir aperçu.

    Elle aurait pu le menacer à son tour, jouer de sa position au sein des élèves et auprès des professeurs pour faire pression sur lui et lui rendre la monnaie de sa pièce. Le peu de temps de réflexion qui lui était accordé la poussa plutôt à garder cet atout dans sa manche, pour la suite. Au cas où.

    Apparemment satisfait de son petit effet, Caym semblait se détendre, laissant même un ironique sourire étirer le coin de ses lèvres, et s’attela à finir son assiette. Le nez de la jeune femme se plissa légèrement de dégoût à la vue du pain recouvert de purée, qui plus est froide ! L’un de ses sourcils s’arqua de surprise lorsqu’elle avisa le bout de pain qu’il lui tendait. Finir l’assiette des autres n’entrait évidemment pas dans les principes de son éducation.
    L’imitant, elle laissa les braises de la colère s’étouffer au profit de ce regard à la fois concentré et pétillant, quoiqu’un peu réservé pour l’heure, dont elle avait le secret. Se replacer sur le même plan, ne pas s’avouer vaincue.

    - Si tu crois que m’aider consistera à prémâcher mes repas, je comprends mieux tes lacunes en relations sociales. On part de loin, mais tout n’est pas perdu.

    La moue délicatement moqueuse d’Elyssa s’effaça ensuite au profit d’une mine plus sérieuse, bien que son fin sourire ne l’ait pas quittée, lorsqu’elle ajouta :

    - D’ailleurs, règle numéro une : le chantage est très mauvais pour l’amitié.

    Elle se détacha de la table et, les mains dans les poches de son manteau, s’éloigna de quelques pas, lui tournant ostensiblement le dos, comme si elle s’apprêtait à rejoindre la porte de sortie. Elle s’arrêta néanmoins, juste avant de rentrer dans la mince flaque de lumière de la veilleuse et, pivotant d’un quart sur la pointe de ses pieds, lança par-dessus son épaule :

    - Au fait ! Je m’appelle Elyssa.

    Et sans plus s’attarder en terrain hostile, la silhouette de la dessinatrice disparut dans le pas de côté qui la ramenait à sa chambre.




    Le lendemain, ou plutôt, une courte poignée d’heures plus tard, Elyssa ne parut pas au petit-déjeuner, profitant du temps qu’occupait ce repas pour dormir un peu plus longtemps.

    La journée se déroula ensuite tout à fait normalement : elle fit acte de présence en cours, tentant plus ou moins vainement de se concentrer, flâna dans toute l’Académie au bras de son petit ami, déjeuna avec ses copines… loin de ce toute préoccupation nocturne. L’annonce de la catastrophe imminente se produisit lors du dernier cours de la journée.

    « Chers élèves, vous n’êtes pas sans savoir que notre premier semestre touche à sa fin. Vos enseignants auront donc le plaisir de tous vous recevoir pour vos entretiens individuels. Dès la semaine prochaine. »

    L’angoisse de l’élève, seul et désarmé, en face de professeurs qui, pour certains, étaient franchement peu sympathiques.
    Surtout quand l’élève en question était quelque peu distrait dans sa scolarité.

    Le professeur entreprit ensuite de commencer véritablement son cours, mais le rappel de ces entretiens avait achevé la maigre attention que la jeune femme avait difficilement maintenue au cours de la journée. Alors qu’elle avait, sans pleinement s’en rendre compte, plutôt esquivé Caym – qui était toujours aussi discret, il fallait le dire – elle se mit à le chercher. Une table devant, un peu sur la droite.
    La situation ne lui paraissait toujours pas plus claire. Elle n’avait d’ailleurs pas pleinement accepté la proposition de l’élève, ou son chantage (simple bluff ? véritable risque ?), mais n’avait pas non plus fermement mis un terme à leur petit jeu. Jouer l’amusait. Découvrir où tout cela la mènerait, beaucoup moins. Sa résolution vacillait à chaque pas qu’elle se décidait à faire, qu’il soit en avant ou en arrière.

    Après tout, elle n’avait rien à perdre à lui filer quelques conseils pour paraître moins flippant. Si en plus elle pouvait se servir de lui pour améliorer ses notes, où était le problème ?
    Peut-être dans l’attitude même du garçon, qui ne correspondait absolument pas à l’apparence timide et désintéressée qu’il arborait.
    Peut-être dans le choix qu’il avait délibérément arrêté sur elle, qui la plaçait dans une position où les inconnues étaient définitivement un peu trop nombreuses.

    Peut-être dans le fait qu’elle se posait bien trop de questions pour un simple échange de bons procédés.

    Irritée de sa propre indécision, et de toutes ces questions qui se bousculaient dans sa tête alors qu’elle n’aspirait qu’à profiter de la vie, Elyssa prétexta de ne pas se sentir bien pour quitter le cours. Ses yeux cernés et sa mine assombrie jouaient en sa faveur. Elle fit mine de ne pas croiser le regard désapprobateur de Kryss, évita celui de Caym, et se fraya un chemin au milieu des tables pour quitter la salle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Jeu 1 Oct 2015 - 13:52


Elle dit toujours j'veux ça, ça, ça, oh elle est fatigante. Oh elle est pour moi. Désespérante et attirante.

Elyssa.


Ce nom roulait sur sa langue jusqu’à venir chatouiller ses lèvres à peine plus perceptible qu’une brise d’été.

Caym fixait le plafond, allongé sur son lit. Le sommeil tardait à venir. Et ce nom le hantait. C’était la première fois qu’une personne se présentait à lui. Certes il avait insisté, très légèrement (hum hum !), mais c’était déjà une phase d’acceptation.
L’avenir semblait se clarifier.
Peut-être…


La dessinatrice s’était éloignée comme un songe, laissant Caym seul avec son repas froid. Il avait souri. Naturellement. Depuis quand n’avait-il pas souri ? Les mercenaires savaient-ils seulement sourire ? Alors que cette question s’imposait à son esprit il lava ses affaires, soucieux de soigner son image. Oui, ça leur arrivait. Parfois. Mais c’était un sourire malsain. Un sourire qui s’adresse à une personne qui risque de mourir. Ou de découvrir la puissance enivrante (ou terrifiante, tout dépend de quel côté vous êtes) du Chaos. Caym laissa ses affaires sécher, il était aimable, mais il ne fallait quand même pas exagérer, d’autres se chargeraient de ranger tout ça. Mais un sourire heureux, qui sort soudainement du cœur... jamais. Ce n’était pas bon signe. Pourtant Caym se sentait bien. Le chaos semblait être sa seule et unique voie. La seule qui lui corresponde et qui soit parfaitement ajusté à sa foulé. Mais pour le moment il devait faire un détour. Il devait enfiler une autre veste et s’approprier un autre caractère. Peut-être qu’il fallait qu’il se change lui-même pas uniquement la face visible du mammouth esquimaux iceberg ... du rien du tout en fait (il n’y a pas d’iceberg par là-bas, le Titanic aurait été heureux). Il ne fallait pas changer uniquement la face visible. Point. Point. Point. Trois petits points, une suspension qui en dit long.

Caym avait rejoint sa chambre et ses quelques compagnons dormaient déjà. Ils l’ignoraient. Ils vivaient leur vie sans se soucier de lui. Ils étaient en classe supérieur, ils n’avaient pas eu ses difficultés. Peu importait. Caym se sentait un homme différent. Il s’allongea et songea à son petit chantage. Cela faisait très Mercenaire du Chaos mais il avait senti le besoin de calmer cette prétentieuse.
Il sourit.


Elyssa.



Se réveillant en sursaut, Caym réalisa qu’il était seul dans la pièce. Ses compagnons de chambre avaient claqué la porte en sortant. Heureusement qu’ils faisaient du bruit (juste pour lui pourrir la vie ?) (Ben c’est raté dans tous les cas) (Blaireaux !), il avait failli rester endormi. Voilà ce qui arrivait lorsqu’il ne mettait aucune alarme. L’académie leur avait dessiné de petits objets terribles qui vibraient ou hurlaient à tue-tête (étrangement celui attribué à Caym faisait un bruit abominable) (lorsqu’il sonnait) (l’unique alarme lunatique de l’université très certainement) (tout aussi étrangement) afin de les réveiller ou de leur dire d’aller en cours.
Caym sauta de son lit d’un pas léger et partit se doucher. La nuit avait été courte mais suffisante. A vrai dire il avait hâte de revoir Elyssa. Maintenant qu’il connaissait son nom il se sentait presque fébrile. Sa première amie ! Il n’avait jamais eu d’amis. D’un pas rapide le jeune dessinateur rejoignit le réfectoire et s’attabla, un petit peu à l’écart, mais pas trop non plus. Il était bien décidé à faire des efforts de socialisation.

La jeune femme n’apparut pas.


Elle avait dû rester endormie.

Caym se senti un peu déçu, mais il imaginait que sa nuit à elle avait dû être épuisante. Et puis une petite personne de son rang devait avoir besoin d’un nombre d’heures de sommeil assez impressionnant.

Finissant rapidement son repas le mercenaire se dirigea vers sa salle de cours et y entra. Le premier. Chose inhabituelle. Exceptionnelle même. Mais il semblait bien décidé à faire changer les choses.
Surtout qu’il allait avoir une amie. Il avait déjà un pied dans la bergerie.
Et ça le faisait sourire, sans qu’il ne s’en rende compte. Il était presque impatient de revoir Elyssa.



Il guettait tous les étudiants qui entraient dans la pièce jusqu’à voir apparaitre la fameuse. L’unique. Ricanant bêtement il l’observa mais elle l’ignora. Ou ne le vit pas. Peut-être n’était-elle pas habituée à le voir dans une salle de cours, qui plus est au premier rang. Tant pis.

Tant pis…

Non, ce n’était pas tant pis.
Caym ne comprenait plus rien. Son amie était sortie rapidement de la salle de classe et avait ensuite trainé avec ses amis insipides et son animal de compagnie, euh son copain pardon. L’homme qui était autorisé à l’embrasser en publique. Celui qui officiellement pouvait passer ses nuits avec elle à approfondir leur relation amoureuse. Bon, en théorie. Parce que toutes relations « nocturnes »  étaient formellement interdites dans l’académie, les filles restaient dans leurs dortoirs et les garçons n’approchaient pas de l’aile réservée aux filles. Parce qu’elle pouvait très bien passer la nuit avec d’autres garçons, sa réputation de fille de petite vertu (vraiment toute petite) la précédait et un « amoureux officiel » ne l’empêchait pas d’aller voir ailleurs. Parce que Caym ignorait si ce gars avait eu l’occasion d’approfondir quoi que ce soit avec elle.
Tout ça pour dire qu’Elyssa ignorait magistralement Caym. Elle venait de passer juste à côté de lui sans même lui adresser un regard. Caym aurait été un garçon normal, il en aurait eu le cœur brisé. Heureusement pour lui, il était un Mercenaire du Chaos et cela ne fit jaillir que de la haine.
Sale trainée narcissique.

Pour couronner le tout l’un de leur professeur se fit un malin plaisir à leur rappeler que les examens étaient très proches.

Toute la salle avait paniqué, discrètement afin que le professeur en se rende pas compte que personne n’avait jamais vraiment appris ses cours.
Une petite voix demanda la permission de sortir et tous les regards se tournèrent vers Elyssa lorsqu’elle sorti précipitamment de la salle. Caym l’avait suivi d’un regard noir mais elle ne l’avait pas plus observé.
Tant pis. Encore une fois.
Il se débrouillerait seul. Étudier n’était pas bien compliqué, surtout qu’il avait une bonne mémoire. Lorsque le cours pris fin Caym fila rapidement à la bibliothèque. Il fut impressionné par ses formes accueillantes et légèrement colorées. Il n’y avait jamais mis les pieds.
Il entra, les sens en alerte.

L’endroit était silencieux. Un silence lourd, calfeutré. Quelques rayons de soleils savamment filtrés par la couverture semi-opaque du toit, une verrière recouverte par des moucharabiehs, éclairaient l’endroit suffisamment pour travailler sans s’abimer les yeux tout en restant dans une pénombre bienfaitrice pour les livres. Quelques étudiants y étaient, concentrés dans leur lecture. Caym s’installa à une table et sorti une feuille et un stylo. Il ne s’en était jamais vraiment servi dans cette académie. Heureusement que son maître avait insisté pour lui apprendre à lire et écrire correctement, ce que Caym avait toujours trouvé inutile pour être un bon mercenaire du Chaos.
Il écrivit. Les différents cours et les examens qui seraient demandés. Ce qu’il savait dans les grandes lignes. Il y passa plusieurs heures tandis que ses camarades allaient au dernier cours de la journée, pas sur le côté. Caym n’allait pas y aller. Ce n’était pas bon pour sa « nouvelle réputation » qu’il voulait construire mais pour le moment il devait travailler. Et moins il verrait la face de Raïs de son professeur, mieux il se porterait !



Lorsqu’il eut mal à la main à force d’écrire Caym s’étira et se rendit compte que l’endroit était pratiquement désert. Les lumières avaient été allumées et le toit partiellement vitré laissait apercevoir un ciel étoilé.
Le jeune dessinateur sorti.

Il sorti de l’académie.

Il s’aventura dans les rues d’Al-Jeit. La nuit était encore jeune et il n’avait pas dîné. Il s’éloigna des auberges proches de l’académie, il ne souhaitait pas rencontrer par hasard l’un de ses professeurs, surtout que les prix des repas étaient vraiment trop élevés.
S’avançant dans les ruelles, laissant ses pas le guider il observait les gens. Les rues étaient relativement encombrées, tous vaquaient à leurs occupations, sortaient avec des amis ou d’autre travaillaient. Caym n’avait jamais trouvé intéressant de les observer mais aujourd’hui il changeait d’avis. Il essayait de comprendre comment étaient les hommes. Quelles postures adoptaient-ils ? Leur démarche était assurée sans pour autant faire en sorte que les gens s’écartent sur son passage.
S’installant dans une petite auberge qui dégageait un agréable parfum de viande rôtie le jeune homme poursuivit son analyse. Il tenta de prendre une posture décontractée et d’être aimable avec la serveuse.

Oui bonsoir, quel est le plat du jour je vous prie. Oh, ça semble bon, j’en prendrais un s’il-vous-plait. Très aimable à vous, une brune s’il-vous-plait. Ah c’est inclus dans le menu et pas parce que vous êtes aimable… Ouais, merci.

Bon. Il avait du travail à faire, mais peut-être qu’une fois l’estomac rempli et une bière dans le sang cela se passerait mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mar 13 Oct 2015 - 15:36

    Après s’être éclipsée du dernier cours, Elyssa avait laissé ses pas la guider hors de l’Académie. Elle avait toujours aimé arpenter les rues de la capitale, que ce soit pour atténuer la colère que ses parents lui inspiraient ou pour profiter d’un après-midi ensoleillé. En général, ce simple remède était suffisant pour l’apaiser et pour l’aider à remettre de l’ordre dans ses pensées.

    Elle déambula ainsi deux bonnes heures, se jouant des pavés vicieux malgré ses talons. Lorsqu’elle se fut enfin rendu compte que le soir tombait, elle chercha un endroit confortable pour dîner, n’ayant aucune envie de devoir expliquer à ses camarades la raison de sa fuite ; elle n’aurait d’ailleurs même pas réussi à se l’expliquer clairement. Et puis… aucune envie de se retrouver de nouveau dans la cantine. Pas ce soir.

    Elle s’était donc mise en quête d’une auberge pour pouvoir dîner calmement. Ses pas la menèrent rapidement devant une enseigne qu’elle affectionnait particulièrement, et ce depuis plusieurs années. Le tenancier se faisait toujours un plaisir de la servir, lui offrant même souvent un verre de vin en guise d’apéritif, et la nourriture qu’il faisait préparer était tout à fait décente. En somme, cette auberge lui offrait un confort et une chaleur dépourvue de manières aristocratiques, et lui permettait d’échapper momentanément à un quotidien trop routinier.

    C’est ainsi que la jeune dessinatrice se retrouva rapidement attablée, dans un coin calme de la pièce, pas trop éloigné du comptoir, comme d’habitude, de façon à ce que le tenancier puisse la faire servir assez rapidement, et garder un œil sur elle. Il avait pris cette habitude après une soirée d’hiver où un homme – un voyageur solitaire – s’était montré, ragaillardi par une consommation un peu trop gourmande d’eau de vie, un peu trop insistant.

    La jeune fille dégustait tranquillement son verre de vin – une délicieuse habitude qu’elle avait prise en ce lieu – en promenant un regard distrait sur la salle.

    C’est alors qu’elle le remarqua, et se figea. Il était une des nombreuses raisons pour lesquelles elle avait eu besoin de se couper momentanément de l’Académie, et voilà qu’il se trouvait dans la pièce, prêt à dîner dans la même auberge qu’elle. Et une fois de plus, elle était incapable de répondre à cette simple question, celle qui accapare tant l’esprit des enfants : pourquoi ? . Aucun signe ne démontrait qu’il l’avait suivie, sinon pourquoi se serait-il installé à une autre table que la sienne ? A moins que ça ne soit le propre des pervers narcissiques de faire jouer les circonstances en leur faveur. Pourtant, son attitude tranchait radicalement avec celle pour laquelle il optait à l’Académie. Il semblait… détendu. Simple façade ?

    Toujours autant de questions, et pas l’ombre d’une réponse. Elyssa laissa refluer la vague d’agacement qui menaçait à nouveau de déferler en elle, et héla le serveur d’un geste de la main. De toute façon, elle ne pouvait se permettre de laisser traîner ces doutes, cette pseudo-situation dans laquelle elle s’était fourrée. Elle avait tenté, sans grand succès, de prendre du recul pour mieux comprendre les choses et mener ainsi la danse comme elle l’entendait. Mais elle refusait de fuir.

    Dans le bruit ambiant qui réchauffait l’atmosphère de cette grande salle, la jeune dessinatrice douta que le serveur ait entendu sa requête en le regardant s’éloigner, mais elle put bientôt constater d’elle-même qu’il l’avait bien comprise. En effet, l’homme ne tarda pas à traverser de nouveau la pièce, afin d’apporter un verre de vin à la robe dorée à la table de Caym, échangeant quelques mots avec lui en la désignant d’un geste de la main. Affectant un masque d’impassibilité, qui ne pouvait en être un qu’à cette distance, Elyssa leva son verre pour trinquer avec lui malgré les mètres qui séparaient leurs deux tables. Elle poussa ensuite du pied la chaise vide qui se trouvait face à elle.

    - Il semblerait que Mademoiselle m’ait chargé de vous proposer de vous joindre à elle, glissa le serveur à Caym avant de s’effacer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mer 21 Oct 2015 - 21:46


Tous les chemins mènent à Elle.

Caym regarda le serveur, un air d’incompréhension peint sur le visage. Ce dernier venait de poser sur sa table un verre remplit d’un liquide ambré. L’odeur du vin réussit à se frayer un chemin jusqu’à ses narines malgré la multitude d’odeurs qui envahissaient cette auberge. Il n’avait jamais bu un tel vin. Un vin blanc. C’était trop cher et trop élaboré pour lui, il préférait nettement la bière voir quelques alcools forts, le vin, uniquement rouge, était réservé aux repas d’occasions.
Mais pourquoi donc avait-il un verre de vin sur sa table ?

Le serveur lui désigna une personne, quelques tables plus loin. Lorsque Caym la reconnu, il senti son visage se figer et son regard devenir glacial.

Elle.

Elyssa.

Mais que faisait-elle là ?! Elle l’avait suivi ? Ne pouvait-elle pas le laisser en paix ?! Il y avait suffisamment de bars dans toute la capitale mais il fallait qu’elle vienne dans le sien !
Terriblement agacé le mercenaire porta le verre à ses

- Il semblerait que Mademoiselle m’ait chargé de vous proposer de vous joindre à elle, glissa le serveur à Caym avant de s’effacer.

Et puis quoi encore ?!
Caym bouillonnait de l’intérieur. Il hocha la tête afin de faire comprendre au serveur minable qu’il avait compris et qu’il était temps de le laisser tranquille. Son regard était toujours fixé sur Elyssa.
Que faisait-elle vraiment là ?
Il n’y avait qu’une seule manière de le découvrir… Après tout elle venait de lui offrir un verre de vin. Était-ce le premier pas vers l’amitié ?
Et quelle amitié…
Se souvenant de cette merveilleuse journée d’évitement, Caym secoua la tête et se leva. La curiosité était un vilain défaut. Auquel il lui plaisait de succomber, les défauts étaient précieux et il fallait les entretenir.

Le mercenaire rejoignit d’une démarche chaloupée la dessinatrice hautaine. Il avait tenté de reproduire les démarches des "séducteurs" de la salle. Cadrer les épaules et danser en marchant. Enfin danser… ce n’était clairement pas leur idée principale. Caym s’était contenté de sortir les épaules afin de paraitre plus massif tout en gardant sa silhouette agile et souple.
Il s’assit à la table de la brune, sur le siège à côté d’elle et ignora royalement le regard mauvais que lui jetait le tenancier. Qu’il se mêle de ses affaires ce gros lard. Et lui, il fallait qu’il sache qu’elles étaient les affaires de la demoiselle. Que lui voulait-elle ?
C’est donc tout naturellement que sa phrase fut :

-Qu’est-ce que tu veux ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Dim 25 Oct 2015 - 10:55

    N’ayant pas quitté sa posture de détachement, la jeune fille continuait à déguster son nectar, guettant par-dessus le rebord du verre la réaction de son invité. Elle sentit bientôt le poids de son regard sur elle. Un regard lourd, loin d’être amical, nuance qu’elle percevait malgré la distance qui les séparait. Ce garçon avait effectivement de gros progrès à faire en sociabilité.

    Elyssa vit le serveur se diriger vers une autre table ; Caym ne bougeait pourtant pas. Tiens donc, monsieur se permettait de la faire attendre ! Haussant un sourcil suspicieux, elle cherchait maintenant quelle attitude adopter face à cet affront. Mais le dessinateur sembla sentir la menace peser au-dessus de sa tête – du moins le pensait-elle – car il finit par se lever nonchalamment. Traversant la pièce avec une démarche exagérément vantarde – en toute objectivité, bien sûr – Caym se fraya un chemin vers elle. Elle n’arrivait toujours pas à saisir le personnage : d’une discrétion sans pareille, elle ne l’avait jusqu’à lors jamais remarqué. Mais dès qu’elle croisait sa route, il se sentait obligé de jouer les gros bras. En règle générale, les garçons usaient de ce type de stratagème pour essayer de l’impressionner. Mais quelque chose lui disait que celui-ci se positionnait toujours en marge des généralités.

    Toujours était-il qu’il parvint à la rejoindre, ignorant superbement la chaise qu’elle lui avait tirée en face d’elle pour s’assoir à ses côtés. Une convention de plus de piétinée. Le chemin risquait d’être long. Elle l’accueillit toutefois d’un sourire charmant, qui s’évanouit aussi vite qu’il s’était dessiné au contact de la froideur de la voix du dessinateur.

    - Qu’est-ce que tu veux ?

    Nouvel haussement de sourcil, interrogateur cette fois.

    - Drôle de façon de me remercier pour le verre. Mais compte-tenu de tes difficultés en matière de politesse, je me contenterai de dire : Santé !

    Un sourire se permit de redessiner ses lèvres avant qu’elle ne portât de nouveau son verre à sa bouche. Sentant que son voisin risquait d’une seconde à l’autre de perdre patience, elle ne laissa pas le silence s’installer trop longuement.

    - Tu voulais que je t’aide dans ta quête à la popularité ; je t’offre à boire et t’invite à ma table dans l’une des plus sympathiques auberges de la capitale, et voilà que tu me fais la gueule ? Il va falloir faire quelques efforts mon coco !

    Elle n’avait pas haussé la voix, mais son ton légèrement moqueur, comme à son habitude, ne laissait planer aucun doute quant à son humeur. Le sourire et le sarcasme. Ses deux meilleures armes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Jeu 29 Oct 2015 - 17:05


Préludes

- Drôle de façon de me remercier pour le verre. Mais compte-tenu de tes difficultés en matière de politesse, je me contenterai de dire : Santé !


Caym regarda son interlocutrice. S’attendait-elle réellement à  des remerciements ? Après l’avoir royalement ignoré pendant toute la journée, ce n’était pas vraiment à lui de s’excuser.
Surtout qu’il ne s’excusait jamais.
La jeune fille porta son verre à ses lèvres sans que le mercenaire ne la lâche du regard. Sa question appelait à des réponses. Il n’allait pas entrer dans son jeu sournois. Du moins pas tout de suite. Il voulait savoir où ça mènerait. Il avait besoin de croire en elle et en sa motivation.

- Tu voulais que je t’aide dans ta quête à la popularité ; je t’offre à boire et t’invite à ma table dans l’une des plus sympathiques auberges de la capitale, et voilà que tu me fais la gueule ? Il va falloir faire quelques efforts mon coco !


Caym hocha la tête, la remarque avait été entendue. Sa réaction n'avait pas été très mature, mais celle d'Elyssa non plus. Tout au long de la journée, c'était elle qui avait joué à la gamine qui se cache les yeux pour ne pas voir ce qu'il se passe.
Elle pouvait se cacher les yeux autant qu'elle le voulait, leur rencontre ce soir n'était qu'une preuve supplémentaire. Leurs vies étaient intimement entremêlées, ils feraient bien de s'entre-aider, sinon il était presque sur que tous deux échoueraient.

-Ne t’attends pas à ce que te fasse des excuses. Jamais. J’assume toujours la conséquence de mes actes et m’agenouiller pour demander pardon n’est pas dans mes manières. Cependant je pense qu’entre nous deux, tu serais plutôt celle qui devrait s’agenouiller.


Ce n'était pas tout a fait en accord avec ses pensées actuelles.. Ne devait-il pas tenter de calmer la situation et établir de bonnes bases à leur relation ? ... Si. Mais il ne comptait pas la laisser maître du jeu.

Caym haussa un sourcil en la regardant tandis que la dernière phrase montait doucement jusqu’à son cerveau. N’était-ce pas à double sens ? Tant pis. Elle comprendrait ce qu’elle voudrait.

-Tu as donc pris ta décision, j’en suis… reconnaissant. Par où faut-il commencer ?


C’était une question large, Caym avouait être un peu perdu. L’ignorerait-elle encore tous les jours ? Peu importe. Le jeune homme avait compris quel rôle serait le sien et comment fonctionnait cette demoiselle. Sa réputation ne pouvait s’entacher d’un actuel boulet comme lui. Il devrait s’en sortir seul. Et ça ne lui faisait pas peur.
Avant qu’elle n’ait le temps de répondre un homme arriva et s’appuya bruyamment sur la table et, à moitié ivre, approcha son visage de celui de la dessinatrice :

- Tu devrais plutôt passer ta nuit avec moi beauté, la larve qui te tient compagnie n’a pas le tiers de mes talents…


L’homme ponctua son misérable discours d’un rire inquiétant, qui laissait supposer un râle ou une quinte de toux.
Curieux, le mercenaire observa la brune. Son espace vital était soudain envahit par un ivrogne entreprenant, comme allait-elle réagir ?
Caym ne fit rien, mais se prépara à réagir. Au cas où… Il avait besoin d’elle vivante. Et si son précieux physique n’était plus intact, elle lui en voudrait très certainement, et adieu conseils de réussite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mer 4 Nov 2015 - 16:56

    Au vu du visage du jeune homme, Elyssa se rendit compte qu’il ne partageait ni son humour, ni sa légèreté. Du moins pas sur le moment. Il acquiesça pourtant discrètement.

    - Ne t’attends pas à ce que te fasse des excuses. Jamais. J’assume toujours la conséquence de mes actes et m’agenouiller pour demander pardon n’est pas dans mes manières.

    Un vif intérêt poignit dans les yeux de la brunette. Cette fierté viscérale n’était-elle pas un premier point commun ? Un premier pas possible vers un terrain d’entente ?
    Mais très vite, comme il savait si bien faire ses deux pas en arrière après un pas en avant, Caym brisa l’embryon de confiance qui aurait pu, grâce à cette similitude, s’installer en elle.

    - Cependant je pense qu’entre nous deux, tu serais plutôt celle qui devrait s’agenouiller.

    Les yeux gris de la dessinatrice se voilèrent d’une teinte orageuse, tandis que ses doigts se crispèrent autour du pied de son verre de vin. Elle résistait difficilement à l’idée de lui asséner une gifle magistrale et de l’abandonner là, comme un idiot face à deux verres vides et une addition à payer.

    Il sembla que l’intéressé avait remarqué son léger changement d’humeur, puisqu’il enchaîna, sur un ton des plus neutres :

    - Tu as donc pris ta décision, j’en suis… reconnaissant. Par où faut-il commencer ?

    Elyssa prépara mentalement une réponse cinglante, exaspérée par la bipolarité de l’attitude de son interlocuteur, mais ses mots teintés d’acide n’eurent pas le loisir de trouver leur expression, puisqu’un bruit, une odeur et une présence inconvenants requirent son attention : un homme, visiblement (et olfactivement, d’après son haleine) ivre vint s’appuyer au bord de leur table, l’amenant à basculer très légèrement. L’intervention aurait pu être supportable, si le bougre n’avait pas tenu à positionner sa tronche à de trop courts centimètres d’elle. Et s’il n’avait pas ouvert sa g… bouche pour laisser éclore une invitation des plus… romantiques.

    - Tu devrais plutôt passer ta nuit avec moi beauté, la larve qui te tient compagnie n’a pas le tiers de mes talents…

    Avant que son cerveau ne se mît à réfléchir à toute allure, la demoiselle en question ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel devant tant de mépris pour la galanterie. Rapidement, elle chercha à réunir toutes les informations qui lui garantiraient son échappée. Avisant le comptoir, elle remarqua que le tenancier n’était pas dans la pièce. Lui qui avait pour habitude de garder un œil sur elle était occupé ailleurs. Son voisin ensuite. Et sa fichue impassibilité. Dans son empressement, elle ne remarqua pas qu’il était tendu, prêt à intervenir si besoin était. Elle pensa plutôt qu’il voulait lui donner une bonne leçon en la laissant se farcir l’imbécile. D’ordinaire, il lui suffisait de dessiner un pas sur le côté pour s’extirper de ce genre d’indélicatesse. Mais quelque chose, ou plutôt quelqu’un, l’en empêchait. Car elle aussi avait son indomptable fierté.

    Il ne lui restait donc qu’à trouver le Dessin parfait pour se tirer d’affaire… et de le faire basculer dans la réalité. Sans que sa posture ou son expression n’ait changé, elle se hissa dans l’Imagination. Mais comme à chaque fois qu’elle cherchait à dessiner plus qu’une simple flamme ou tout autre banale création, en se frayant un chemin vers des Spires de plus en plus élevées, elle ne rencontra que des impasses. Les possibles restaient obstinément fermés, lui barrant le chemin.

    C’est alors que le malotru, lassé de cette absence de réaction, aussi bien de la part de sa proie que de sa larve, décida qu’il en avait assez de demander galamment, et accrocha le poignet d’Elyssa, alors que les doigts de la Dessinatrice étaient toujours enroulés autour du pied de son verre.

    L’air crépita soudainement. Dans un sursaut, l’homme s’effondra, libérant ainsi le poignet auquel il se raccrochait.
    La brunette perdit par la même occasion le masque d’impassibilité qu’elle tentait de se composer depuis le début de leur apéritif. La pâleur avait envahi son visage, et le scintillement amusé et moqueur qui dansait habituellement dans ses yeux fut remplacé par une lueur bien plus forte. Peur.
    Sans avoir pu contrôler son Dessin, comme toujours, la jeune fille prenait à peine conscience de ce qui venait de se passer. Une énergie sombre, qu’elle n’avait jamais employée et dont elle ne connaissait même pas la possibilité, s’était créée dans son verre (elle refusait d’admettre qu’elle-même en était l’origine). A la manière d’un courant électrique, ce flux l’avait traversée sans la toucher, pour terminer sa course dans le corps de l’homme qui la tenait. Après quelques secondes affolées, elle posa les yeux sur Caym, refusant de lui poser la question qui lui tordait l’estomac : l’avait-elle tué ? Mais trop obnubilée par ce qui venait de se passer, elle aurait été incapable de lire sur le visage du dessinateur une quelconque réponse.

    D’autres clients s’étaient retournés au bruit qu’avait fait l’importun en s’écroulant, puisqu’il avait entraîné deux chaises dans sa chute. Un murmure mi-curieux, mi-angoissé se répandit autour de leur table. Pour ceux qui n’avaient pu qu’observer la scène, contrairement à Elyssa et Caym, l’homme s’était simplement effondré d’un malaise dû à son alcoolémie.
    Mais Elyssa savait très bien que ce n’était pas le cas…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Jeu 5 Nov 2015 - 22:42


Une mort inhabituelle
La demoiselle fusilla du regard Caym, il ne comptait pas l’aider, en effet. Il eut presque envie de sourire, amusé par la situation. Il prenait un malin plaisir à la faire sortir de ses gonds, il voulait la voir perdre patience. Tout le monde sur cette terre possède un côté sombre et violent, certains cherchent simplement à l’enfouir au plus profond d’eux.
Elyssa ne se dérogeait pas à la règle. Elle avait beau venir d’une famille bourgeoise et avoir reçu la meilleure éducation possible, elle avait, quelque part sous sa carapace un côté ténébreux.

Et Caym eut la brève vision de ce côté mauvais qui l’habitait.


L’ivrogne approcha sa tête encore plus près de celle de la dessinatrice et lui attrapa le poignet. La réaction d’Elyssa ne se fit pas attendre. Enfin, c’était l’absence de réaction qui fit douter le mercenaire. Il guetta les spires, attendant un dessin haut en couleur mais rien ne vint, si ce n’était un léger frissonnement. Une noirceur qu’il ne comprit pas. En effet elle était en train de dessiner, les spires portaient sa trace, brulante, mais rien ne se matérialisa.
Revenant à la réalité Caym ne vit pas plus le dessin que dans les spires. Il semblait être aussi insaisissable qu’un courant d’air. Cependant l’ivrogne s’éloigna avant de s’écrouler au sol les cheveux dressés sur la tête. Caym fronça les sourcils.
Que s’était-il passé exactement ?
Le verre de vin de la demoiselle avait pris une étonnante teinte noire, des reflets argentés crépitaient à sa surface. Mais rapidement il reprit une couleur normale.

Elyssa cependant ne reprit pas sa couleur normale. Elle était terriblement pâle. Caym se leva, curieux, et s’approcha d’elle. Elle ne réagit pas. Elle semblait en état de choc.
Le regard du jeune homme se posa comme celui des personnes autour d’eux sur le corps affaissé. Etait-il... ? Pour en avoir le cœur net, Caym fit un signe à un des serveurs afin de l’aider à bouger l’ivrogne. Il se saisit des poignets du malotru tandis qu’il laissait le serveur s’occuper des pieds. Alors qu’il portait l’homme vers la sortie il prit discrètement son pouls.
Rien.

N’en laissant rien paraitre Caym fit comme si l’homme était tellement ivre qu’il avait sombré dans un sommeil de plomb, mais il savait que l’homme ne se réveillerait plus jamais.

Elle l’avait tué.


Lorsqu’il revint à la table ce fut un nouvel œil qu’il posa sur la dessinatrice. Il n’avait pas imaginé une seule seconde que cette fille soit capable de tuer. Comment l’avait-elle fait ?
C’était cette question qui dérangeait le plus le mercenaire, la mort pour lui n’était qu’un détail, mais ne pas savoir ce qui s’était passé était nettement plus problématique. Si un jour elle décidait de le tuer de la même manière ? Personne n’en saurait rien, et il était évident que l’homme n’avait rien vu venir…
Il se mit à regretter d’avoir vu la face obscure de la jeune femme.

Elyssa était toujours immobile à la table, le regard perdu. Caym, en homme d’action, prit la situation en main. Il la prit par les épaules et prit la parole d’une voix forte :

-Ne restons pas ici ma chère, allons trouver un endroit plus convenable où les ivrognes nous laisserons profiter de la soirée en paix.


Caym ne voulait pas paraitre trop louche mais il était hors de question de s’attarder plus longtemps dans ce lieu, Elyssa semblait en état de choc et il ne pourrait pas l’aider à reprendre ses esprits ici. Il laissa un généreux pourboire sur la table afin de s’assurer de payer les consommations et entraina la demoiselle dehors.
Elle le suivit sans rechigner.
Se rendait-elle compte de ce qu’il se passait ?

Lorsqu’ils sortirent Caym pensa que l’air frais aiderait Elyssa à reprendre contact avec la réalité mais il avait oublié que le mort était dehors lui aussi. Et bien entendu la dessinatrice ne manqua pas de le remarquer. Mince.

-Oui, il est bien mort.


Ce n’était pas hyper malin comme constatation mais il se dit qu’au moins elle serait fixée. Il était mort, personne n’y pouvait plus rien et aucun d’eux ne pleura sa disparition.
Voyant qu’Elyssa tardait à réagir, Caym l’entraina par le bras dans des ruelles adjacentes. Malheureusement ils étaient près de la place principale et les rues étaient relativement encombrées. Ils durent marcher au hasard de plusieurs rues étroites afin de trouver la première impasse. Elle était assez mal éclairée et un arbre permettait d’y trouver un peu d’intimité. Le lieu était désert.
Caym cessa de marcher et observa sa compagne.

-Elyssa.


Elle ne réagit pas.
Ne sachant que faire d’autre, Caym la regarda droit dans les yeux et la gifla.


C’était tout ce qu’il avait trouvé pour la sortir de son état de choc.

-Bonjour messieurs, dames. Tout va bien ?


Apparaissant au coin de la rue deux légionnaires s’approchèrent d’eux. Caym jura mentalement, les insultes auraient fait pâlir un charretier. Pourquoi fallait-il que les choses se compliquent toujours ? Et il était presque certain qu’ils avaient entendu le bruit de la gifle…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mar 10 Nov 2015 - 10:20

    Les yeux rivés sur la forme sans vie qui s’étalait au pied de leur table, Elyssa ne vit même pas Caym se lever. Qu’avait-elle fait ? Le corps fut débarrassé, elle ne détourna pourtant pas les yeux du sol, les doigts toujours accrochés à son verre, à s’en faire blanchir les phalanges.
    Qu’avait-elle fait ?

    Toute à sa léthargie, elle frissonna plus qu’elle ne sursauta quand elle sentit une pression sur ses épaules.

    -Ne restons pas ici ma chère, allons trouver un endroit plus convenable où les ivrognes nous laisserons profiter de la soirée en paix.

    Tel un automate, elle se leva, lissa ses vêtements et emboîta le pas du jeune homme. Dès qu’ils eurent franchi la porte de l’auberge, elle tenta d’inspirer profondément pour chasser son malaise. Mais son expiration mourut en un hoquet silencieux lorsqu’elle remarqua le corps, négligemment posé à quelques mètres de l’entrée. Comme s’il dormait.

    - Oui, il est bien mort.

    Ses yeux cessèrent de fuir le moindre point d’ancrage pour se fixer sur l’énonciateur de cette terrible vérité. Mort. Vraiment mort. Elle était devenue une meurtrière. Cette révélation tournait en boucle dans son esprit, l’empêchant de prononcer le moindre mot, ou de prendre l’initiative du moindre geste. Caym ne se démonta pas devant son regard vide et l’entraîna plus loin. Elle avait perdu toute notion du temps ou de l’espace. Elle était une meurtrière. Sans qu’elle ne s’en rende compte, ils traversèrent ainsi plusieurs rues encombrées. Elyssa sursautait dès qu’un badaud la frôlait, comme si elle avait peur d’assassiner quelqu’un d’autre d’un simple contact. Son calvaire prit bientôt fin puisqu’ils débouchèrent sur une impasse déserte. C’était donc leur point d’arrivée ? Elle n’y comprenait plus rien. Elle était une meurtrière.

    - Elyssa.

    Son prénom flotta jusqu’à ses oreilles comme un lointain écho. Difficile d’associer ces sonorités à une tueuse de sang froid. Qu’allait-elle bien pouvoir faire maintenant ? Se présenter à la garde de la capitale, sortir son plus beau sourire et un « Bonsoir, j’ai tué quelqu’un tout à l’heure ! ». Se taire, enfouir tant bien que mal cette chose au fin fond de sa mémoire ? Plus facile à dire qu’à faire. Serait-elle seulement capable de vivre avec cette faute impunie ?

    La foule de question qui la pressait intérieurement s’évanouit lorsque la paume du dessinateur se ficha dans sa joue. Il l’avait giflée ? Son visage avait enfin retrouvé vie dans l’expression outragée qui prit possession de ses traits. Un premier pas, bien qu’incertain, vers la reprise de ses esprits. Une main posée sur sa joue, elle voulut l’invectiver, mais des pas se firent entendre au bout de l’allée.

    - Bonjour messieurs, dames. Tout va bien ?

    Une patrouille. Le sang d’Elyssa ne fit qu’un tour : et s’ils étaient venus pour elle ? Non, pire qu’une patrouille. Des légionnaires. Elle était finie. Ses parents allaient devoir payer une somme astronomique pour lui éviter la prison. Ils le feraient, à n’en pas douter, trop inquiets que ses frasques ne leur portent mauvaise réputation. A moins que les Légionnaires ne fussent pas là pour l’arrêter. Sinon pourquoi ne s’étaient-ils pas directement adressés à elle ? Elle devait donner le change, au cas où ils pensaient faire face à une scène de violence conjugale.

    Espérant ne pas faire fausse route, elle se reconstitua un masque. Comme la fierté exacerbée qu’elle arborait lorsqu’elle se pavanait dans les couloirs de l’Académie, ou la froide indifférence qu’elle exhibait au nez de ses parents. Cette fois-ci, ce fut à la colère qu’elle emprunta ses traits, ce qui, dans la situation présente, n’était pas bien compliqué. Avant que les deux hommes ne fussent arrivés à eux, elle renvoya à Caym son affront. Le son de la gifle s’entendit cette fois clairement dans le silence de l’impasse ; ils pouvaient être sûrs que tous l’avaient entendu.

    - Ordure ! Parce que tu crois que je n’ai que ça à faire de mes journées que de laver ton linge ? Tu n’as qu’à retourner chez ta mèèèèère pour ça ! Elle emploie tellement de temps à me pourrir la vie que ça me permettra de respirer !

    Elle empoigna ensuite le Dessinateur, sous l’œil médusé des deux spectateurs, pour le plaquer contre le mur. Elle murmura très vite :

    - On se retrouve sur le toit de l’Académie. Côté dortoirs.

    C’était le seul endroit discret auquel elle avait pu penser, puisque le parc et les couloirs pouvaient être surveillés. Elle ajouta immédiatement, à intelligible voix :

    - Pas la peine de te presser pour rentrer, tes affaires seront déjà prêtes devant la porte !

    Elle lâcha le jeune homme et fit demi-tour sur ses talons, avec la mine suffisante de la femme qui ne s’est pas laissé marcher sur les pieds. Elle offrit toutefois une mine penaude aux deux légionnaires en passant devant eux.

    - Je vous prie de nous excuser messieurs, il fallait que ça sorte.

    Dans un haussement désinvolte d’épaules et un sourire charmant, elle quitta la ruelle de son petit pas pressé. Une fois qu’elle eut tourné à l’angle de la rue, elle s’engagea dans une autre ruelle déserte afin de pouvoir dessiner son pas sur le côté en toute tranquillité.



    Rabattant une mèche de cheveux que le vent froid de ce ciel dégagé avait dérangée, Elyssa s’emmitoufla un peu plus dans son manteau. Assise contre un muret qui encadrait une coupole de verre, les jambes ramenées contre elle, elle était à nouveau prisonnière de cette pensée. Elle avait tué quelqu’un. Même si elle avait retrouvé une certaine contenance depuis l’incident, elle demeurait obnubilée par ce qui s’était passé à l’auberge. Elle ne trouvait aucune explication à ce dessin particulier, si tant est que ce fut un dessin.
    Et cette absence de réponse l’effrayait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Mer 11 Nov 2015 - 22:06


Hier soir j'ai décroché la lune, j'ai gravi cent-une dunes

La gifle avait eu l’effet escorté.
Dans les yeux égarés de la dessinatrice Caym y voyait dorénavant de l’agitation. Ses traits immobiles se crispèrent, un mélange entre colère, peur rage, désespoir.
Fierté.
Elle avait compris que la situation risquait d’être tendue à cause de l’intrusion des légionnaires. Lui pardonnerait-elle de l’avoir frappée ?

La réponse ne se fit pas trop attendre.

Tandis que Caym échafaudait divers plans (attaquer les légionnaires mais risquer de mourir au combat, il était certes doué mais il ne faisait pas le poids, la légion noire recrutait les meilleurs des meilleurs et leur armure leur assurait une très bonne protection. Fuir était l’autre option, Caym se savait rapide, mais les maisons ici seraient assez difficile à escalader, il risquait de se tarder et les hommes auraient tôt fait de l’abattre, il restait le pas sur le côté mais… il en était hors de question, mieux valait passer une nuit dans les geôles et perdre sa place à l’académie que de tenter ce truc de malheur. Enfin, en y réfléchissant bien…) la demoiselle retrouva son air supérieur et avec force lui rendit sa gifle. Caym ne s’y attendait pas. Il était surtout préoccupé par ces gardes et quelle solution choisir, mais elle, Elyssa, était trop rancunière pour penser à leur survie ! Elle préférait lui rendre la monnaie de sa pièce, avec toute la morgue dont elle était capable.

Le jeune homme s’enflamma aussi rapidement que sa joue vira au rouge. Elle avait beau être maigre elle n’était pas moins dépourvue de force.  
Mais quelle fille de … !


- Ordure ! Parce que tu crois que je n’ai que ça à faire de mes journées que de laver ton linge ? Tu n’as qu’à retourner chez ta mèèèèère pour ça ! Elle emploie tellement de temps à me pourrir la vie que ça me permettra de respirer !


Caym marqua un temps d’arrêt, surpris. Même son insulte se suspendit.
Il crut percevoir le plan de la jeune femme. Passer pour une dispute de couple et tranquilliser les gardes ? Pas si idiot. Mais elle l’avait quand même frappé.

Mais ce n’était pas tout, une fois de plus elle fit preuve d’une force surprenante et plaqua Caym contre le mur. Celui-ci restait bras branlant, attendant la suite de la scène de ménage. Il n’avait pas la moindre idée de comment se passait ce genre de truc. N’était-elle pas un peu excessive ?

- On se retrouve sur le toit de l’Académie. Côté dortoirs.


Caym n’eut pas grand mal à prendre un air surpris tandis que la demoiselle se détournait de lui tout en continuant son spectacle. Peut-être n’était-elle pas aussi idiote qu’il le pensait. Elle avait réussi à gérer cette situation avec brio. Les gardes la regardèrent partir, un air ahuri pour l’un et amusé pour l’autre, sur le visage.
Bien, maintenant c’était à lui de partir.

Il épousseta sa veste, se frotter contre un mur est relativement salissant. Puis remarquant le regard presque inquisiteur des hommes il se passa les mains sur le visage, comme pour se redonner une constance. Cela lui permit de gagner un peu de temps. Comment agir.

-Ah les femmes…


Fut tout ce qui lui passa à l’esprit. Que devait dire un homme alors que sa femme/compagne/truc venait de le mettre à la porte en grande pompe ? Il n’avait pas la moindre idée et ne comptait pas en faire l’expérience.
Il salua les gardes et parti, le pas un peu raide. Il était stressé. Il sentait le regard des légionnaires sur lui et ça lui donnait la chair de poule. Son pouls résonnait à ses oreilles. Pourvu qu’ils le prennent en pitié et le laisse tranquille…


Heureusement pour le mercenaire, le retour à l’académie fut tranquille. Personne ne l’accosta et les rues commencèrent à sa vider au fur et à mesure que la ville se vidait. Il était vraiment loin de l’académie, il mettrait plusieurs heures à pied, surtout qu’il ne connaissait pas parfaitement bien le chemin.
Il se prit plusieurs fois à lever les yeux vers le ciel étoilé, admirant la délicatesse des tours et ces passerelles de cristal qui les reliaient. Comment les premiers dessinateurs avaient-ils pu imaginer de telles merveilles ? Merveilles éternelles. Cela avait dû demander un pouvoir exceptionnel ! Et une précision sans pareil. Ils avaient certainement dû être plusieurs. Quel talent…
Caym admirait ses hommes tout en se demandant s’il pourrait un jour les égaler. Il était entré à l’académie dans ce but, mais avec le verrou dans les spires, les dessins étaient devenus très difficiles et surtout basique. Il y avait beaucoup de théorie, et des ces de pratique assez simples, qui ne demandaient pas de pénétrer loin dans les spires. Trouvera-t-il le moyen de devenir un dessinateur redoutable et redouté ? Un mentaï... Il frissonna à l'aidée. Oui, cette plongée dans la noble vie alavirienne était répugnante mais nécessaire.

Plongé dans ses pensées, le dessinateur ne réalisa pas que les portes de l’académie étaient fermées. Enfin, il s’en rendit compte après s’être évertué à les ouvrir, pousser, tirer, re-pousser… rien à faire. Puis il se dit que le bruit avait dû attirer des surveillants ou gardes, il ferait mieux de filler. Rapidement il quitta l’entrée principale et se fondit dans l’ombre avant de commencer son inspection des façades. Il devait trouver les meilleurs prises afin de réaliser cette ascension. Les murs étaient lisses et hauts.
Sans fenêtre.
Ni prises évidentes.
Son entrainement de mercenaire du Chaos chassa la sensation de désespoir qui commençait à l’étreinte. Qu’était-il devenu pour être arrêté par un vulgaire mur et pire encore : pourquoi ça le chagrinait d’être dehors, libre. L’adrénaline afflua et Caym se mit à courir. L’enceinte de l’Académie était grande, il finirait bien par trouver son chemin. Ce fut chose faite lorsqu’il arriva à la porte de service, qui permet les livraisons, notamment de nourriture pour les cuisines. Les portes étaient lourdes et bien fermées, il ne faudrait pas que des intrus puissent s’y introduire ! Mais ce n’était pas ce qui intéressait Caym, au-dessus de la porte de trouvait un linteau, qui lui permettrait d’atteindre les rebords de fenêtres des escaliers de service.
Il jeta un coup d’œil aux alentours puis s’élança. Il bondit et croche la première prise. Il contracta ses muscles et élança son corps. L’escalade était un jeu d’équilibre. Il fallait être souple mais fort, avoir un rythme et ne jamais regarder en bas.

Une fois sur le toit il s’autorisa à profiter de la vue. L’ascension lui avait paru durer une éternité, ça faisait longtemps qu’il délaissait son entrainement, il était vraiment temps qu’il s’y remette afin qu’il retrouve son niveau d’antan. Vivre entouré de bourgeois le rendait mollasson.

Tandis qu’il se dirigeait vers les dortoirs, par les toits, Caym se demandant comment viendrait Elyssa. Il imaginait très mal la demoiselle grimper sur les toits, hors pour effectuer un pas sur le côté elle devait déjà être venue. Imaginant la demoiselle grimpant avec l’élégance d’un crapaud les murs de l’académie le fit sourire.
Mais il arrivait trop tard. Il aperçut sa frêle silhouette, assise près d’une coupole de verre.
Il la rejoint et s’assit à ses côtés.

Que devait-il dire ?
N’ayant pas la réponse, il se tu.


Mince, peut-être aurait-il dû passer par sa chambre afin de se doucher. Tant pis. La donzelle n’aurait qu’à ne pas faire la délicate. Il avait parcouru pratiquement toute la ville, en marche rapide puis fais le tour de l’académie avant de l’escalader, quoi de plus normal qu’un peu de sueur ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Ven 20 Nov 2015 - 23:09

    N’ayant pas usé du pas sur le côté, Caym fut très long à la rejoindre. Mais elle ne lui en tint pas rigueur, pour la simple et bonne raison qu’elle avait perdu toute notion du temps. Elle en avait presque perdu toute sensation, tant elle frissonnait sous cette bise vicieuse sans en prendre conscience. Les mêmes questions tournaient comme un carrousel dans son esprit, à la différence qu’aucun rire juvénile ne venait réchauffait ce manège. Le seul point positif, bien qu’elle ne fût pas en mesure de s’en rendre compte, fut que cette obsession remplaçait la précédente : qui était ce Cali, et que désirait-il ? Son camarade finit justement par apparaître dans son champ de vision.
    Ce fut tout juste si elle le sentit prendre place à ses côtés.

    Le regard perdu sur les toits qui s’offraient à sa vue du haut de ce perchoir, illuminés par les éclairages somptueux de la capitale, surtout aux abords de l’Académie, qui ne pouvait s’affranchir de la vanité des plus grands dessinateurs, Elyssa mit quelques longues minutes avant de ressentir le poids de ce silence écrasant. Aussi sa voix, peut-être pour la première fois, fut subtilement éraillée lorsqu’elle sortit de son mutisme.

    - Je l’ai tué n’est-ce pas ?

    Ses lèvres se tordirent d’un rictus qui avait tout à envier à un sourire, mais elle n’avait pas détaché son regard du point de fuite sur lequel s’étaient braquées ses pupilles, droit devant elle. Ses jambes, qu’elle avait tenues serrées contre elle tout ce temps, lui envoyèrent enfin des sensations de crispation désagréables. Elle redressa alors le menton et, croisant ses bras sur sa poitrine, étendit en soupirant une jambe, puis l’autre.

    - On fait quoi maintenant ?

    N’ayant toujours pas tourné la tête vers lui, Caym aurait pu penser qu’elle s’adressait en réalité aux formes bigarrées des toits qui les entouraient, mais la suite de sa question ne s’adressait à aucun autre interlocuteur.

    - Tu vas me dénoncer, c’est ça ? Ou plutôt me forcer à te donner ce qui t’intéresse chez moi et sur lequel je ne suis pas foutue de mettre le doigt, en me menaçant de chantage ? Si tel est le cas, je préfère te prévenir tout de suite, ça ne fonctionnera pas. Je ne suis déjà pas sûre de pouvoir assumer ça toute seule, alors hors de question que l’on se serve de cet argument contre moi.

    Sa voix s’était départie de son sourire, même sonore. La lassitude de la jeune fille triomphait sur toutes les émotions qu’elle avait pu traverser ce soir. Elle était bien loin de la dessinatrice hautaine qui aimait s’afficher à l’Académie. Elle ne s’en cachait pas plus qu’avant : elle ne faisait pas confiance à Caym. La façon dont il s’était frayé un passage dans sa vie, piétinant les conventions et les règles du jeu qui avaient bercé sa vie, n’avaient pas contribué à la mettre à l’aise dans leurs discussions. Et si elle aimait jouer, le jeu avait ce soir dépassé les limites de ce qu’elle était émotionnellement capable de supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Sam 21 Nov 2015 - 14:07


Tuer est insipide

Caym regarda ses mains, qu’il trouvait plus intéressantes que la vue sur une verrière. En fait il n’y avait rien à regarder si ce n'était le ciel, mais il n’avait pas envie de lever la tête. Le dos vouté, il se sentait en sécurité, il avait l’impression de se rapprocher de sa carapace de mercenaire du chaos. S’était dans sa nature de rentrer la tête, de chercher à ne pas se faire remarquer.

- Je l’ai tué n’est-ce pas ?


Caym ne répondit pas.
A quoi bon ? C’était une question de pure rhétorique, elle connaissait la réponse aussi bien que lui.

Se taisant, le jeune homme plongea dans ses pensées. La première personne qu’il avait tuée. La première vie qu’il avait ôtée.


Les souvenirs affluaient, lentement. Il se souvenait de sensations, mais plus des formes ni même de la tête de sa victime.
C’était un homme qui s’était aventuré dans la forêt avec ses amis et ils étaient tombés dans l’embuscade de la bande de Caym. Ils faisaient leurs débuts dans le banditisme et leur réputation commençait à se faire. Seul un individu résista. Il voulut faire le brave mais Caym fut plus rapide et lui entailla le bas-ventre avec une de ses lames. L’idiot courba l’échine et donna lui aussi sa bourse ainsi que leurs biens précieux qu’ils avaient avec eux.
Ce ne fut que quelques jours plus tard que la nouvelle de la mort du type lui parvint. La plaie avait été mal soignée, infectée, peu importait, tout est-il qu’il n’avait pas survécut à sa blessure.
Le mercenaire était allé à l’enterrement, indécis. Il ignorait ce qu’il ressentait, ça ne ressemblait pas à ce qu’il avait imaginé. Lorsqu’il avait vu le visage ravagé des parents du mort, il s’était crispé. Son acte lui apparut dans toute sa grandeur. Il avait tué un innocent.
Mais il n’avait rien ressenti, ce n’était pas de sa faute, et pourtant… Et pourtant il s’en moquait. L’homme était mort car il avait été trop faible pour survivre, Caym lui avait pourtant laissé une chance. Personne n’avait donné de chance à ses parents. Et ces parents qui aujourd’hui pleuraient leur fils disparu avaient, il y a de longues années, claqué la porte au nez de ses parents, les condamnant à une mort certaine.
Ils n’avaient que ce qu’ils méritaient.
Caym était parti, ses pensées tourbillonnant dans sa tête et son cœur sec. La mort n’avait aucun gout, ne procurait aucun plaisir. Elle chargeait seulement de culpabilité le tueur et de tristesse les proches en deuil.

Puis il avait recommencé, intentionnellement, lorsqu’il avait mené l’assaut contre la ferme fortifiée, contre ces gens qui étaient à l’origine de la mort de ses parents. Tuer avait alors été pour survivre. C’était lui ou ces gens, le choix n’avait pas été difficile, les conséquences non plus. Tuer tous les responsables n’avait pas apporté de soulagement. Ce qu’ils lui avaient ôté il ne le retrouverait plus jamais.
Les visages restaient gravés dans son esprit, mais ils devenaient flous. Ils lui importaient peu. Comme tous les morts à qui il avait ôté la vie, il était incapable de les chiffrer, encore moins de les nommer. Mais en aucun cas il n’avait eu de regrets.

- On fait quoi maintenant ?

Caym se reconnecta à la réalité. Il tourna la tête afin d’observer la dessinatrice. Elle avait le regard dans le lointain. Si elle n’était plus en état de choc, elle était loin d’avoir récupéré.
Elle aurait besoin de temps.

Et il n’avait pas la moindre idée de quoi faire maintenant. C’était elle qui avait fixé le rendez-vous sur les toits, elle devait bien avoir une idée en tête.

- Tu vas me dénoncer, c’est ça ? Ou plutôt me forcer à te donner ce qui t’intéresse chez moi et sur lequel je ne suis pas foutue de mettre le doigt, en me menaçant de chantage ? Si tel est le cas, je préfère te prévenir tout de suite, ça ne fonctionnera pas. Je ne suis déjà pas sûre de pouvoir assumer ça toute seule, alors hors de question que l’on se serve de cet argument contre moi.

La voix d’Elyssa était dure comme la pierre, tout comme les traits de son visage. Le jeune homme voyait bien qu’elle était tendue. Elle devait bouillonner de pensées contradictoires, de sensations et de rage. Elle était comme les autres.
Caym réfléchit un instant. Que devait-il dire ? Elle n’avait pas confiance en lui, c’était tout naturel. Mais devait-il faire comme elle le disait et chercher à lui mettre la pression ? Où la soutenir ?
Ni l’une ni l’autre des solutions ne lui convenait.

-Une personne un jour m’a dit que le chantage est très mauvais pour l’amitié.


Caym se leva et sourit à Elyssa.

-Je comprends que tu ne me fasses pas confiance, nous ne sommes pas de grands amis, mais peut-être qu’un jour cela changera. Je l’espère.


Il plongea ses yeux bleus, qui semblaient gris par la pénombre environnante, dans ceux de la demoiselle. Il pensait vraiment ce qu’il disait et il cherchait comment le lui dire. Il n’était vraiment pas doué avec les mots. Et encore moins avec les gens.
Mal à l’aise car incapable de savoir ce que pensait la jeune femme Caym se détourna et commença à s’en aller. Puis, il reprit la parole.

-Personne ne te fera de chantage car combien-même ils entendraient parler de cette histoire tu serais graciée, il ne s’agissait que d’un accident, un ivrogne cherchant à profiter d’une jeune noble sans défense. Tu n’as rien à craindre de ce côté-là.

Il se tu, se rendant compte que ses propos n’étaient peut-être pas ce qu’il devait dire. Il ne fallait pas qu’elle se doute du mépris que lui inspiraient tous les nobles. Ceci dit elle aurait été bien sotte de croire qu’elle risquait quoi que ce soit, son rang et son statut au sein de l’académie la laverait de tout soupçon et l’enquête s’éteindrait avant même d’avoir commencé.
Elle était née du bon côté de la barrière et ignorait tellement de choses…
Les morts étaient assez courants dans ce monde, surtout près des tavernes. Bien que les gardes d’Al-Jeit tentaient de rendre ces accidents rares, il y avait toujours des criminels et des ivrognes.

Caym se retourna brièvement afin de regarder Elyssa. Il la salua d’un signe de tête et continua son chemin. Si elle voulait discuter, se battre, l’insulter, faire quoi que ce soit avec lui, elle saurait où le trouver. En attendant personne d’autre qu’elle ne pourrait l’aider.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Dim 29 Nov 2015 - 21:54

    Elle avait beau s’être adressée à son silencieux voisin, elle restait obstinément tournée vers les toits qui s’offraient jusqu’à perte de vue à leurs yeux.
    Jusqu’à ce que les paroles de Caym ne l’atteignent.

    - Une personne un jour m’a dit que le chantage est très mauvais pour l’amitié.

    Elle aurait voulu sourire, témoigner de se contentement de constater que ses propres mots ne s’étaient pas égarés à la sortie de ses lèvres… Elle tourna simplement les yeux vers lui. Ses yeux gris, éternel maelström d’émotions contradictoires, se révélait pour ce soir dominé par le voile de la lassitude.
    En réponse à ce regard à la fois vide et plein, Caym se leva, et chose rare, lui sourit en retour. Pas de l’un de ces sourires obliques qu’ils avaient pris l’habitude de s’adresser, mais d’un sourire discret. Peut-être même sincère.

    - Je comprends que tu ne me fasses pas confiance, nous ne sommes pas de grands amis, mais peut-être qu’un jour cela changera. Je l’espère.

    Ses mots se frayèrent un chemin jusqu’à la conscience de la jeune fille, s’ancrant dans sa mémoire sans se donner la peine de se soumettre à son jugement. Elle tenterait d’y réfléchir plus tard. Pour le moment, c’était comme si un bourdonnement sourd empêchait tout pensée un peu complexe de se former de façon cohérente. Une sensation magnétique l’appelait toutefois à élever encore un peu sa ligne de mire. Quittant le fin sourire qui s’était déjà évanoui, la brunette remonta jusqu’aux deux iris bleus qui s’étaient attachés à elle. Toujours posée sur le sol froid alors qu’il s’était levé, elle n’était pas en mesure de détailler son regard. Eût-elle été à sa hauteur, elle aurait sans doute été tout aussi incapable d’interpréter le moindre signe émotionnel. Comme s’il s’en était rendu compte, Caym tourna les talons et commença à tourner les talons. Tout en elle lui hurlait de le retenir, de ne pas affronter cette insomnie seule ; pourtant elle n’amorça pas le moindre mot ou geste.

    Un maigre espoir s’anima en elle lorsqu’elle le vit s’arrêter. Peut-être n’avait-il pas eu besoin de l’entendre pour comprendre qu’elle ne voulait pas rester seule maintenant ? Qu’elle ne voulait pas non plus parler ?

    - Personne ne te fera de chantage car quand bien même ils entendraient parler de cette histoire tu serais graciée, il ne s’agissait que d’un accident, un ivrogne cherchant à profiter d’une jeune noble sans défense. Tu n’as rien à craindre de ce côté-là.

    L’idée de légitime défense commença lentement à se frayer un chemin jusqu’à sa conscience. Pendant une seconde, elle se sentit plus légère. Avant que le mot « meurtrière » n’écrase de nouveau toutes ses certitudes. Elle s’attachait tellement à se dédouaner de cet accident qu’elle ne perçut pas la nuance de mépris qui ornait la périphrase « jeune noble sans défense ». Caym aurait tout autant pu lui révéler une passion secrète pour l’art pictural raï qu’elle n’aurait pas plus réagi.

    Le vif mouvement de pivot du jeune homme attira une dernière fois son regard, mais s’il semblait vouloir ajouter quelque chose, il se contenta à son tour d’opter pour le silence et, après l’avoir saluée d’un mouvement de tête, s’éloigna jusqu’à sortir de son champ de vision.

    Ce fut alors le Vide. Un calme impitoyable, pesant, à peine émoussé par le vent qui charriait ses cheveux, son visage et son ouïe. Une extravagante envie de hurler la prit soudain à la gorge. Avant d’y céder, elle se redressa vivement, peinant à retrouver la verticalité qu’elle s’imposait ordinairement devant témoins. Il fallait dire que l’architecture qui tanguait autour d’elle et le sol qui ondulait sous ses pieds ne l’aidaient pas. Une fois qu’elle fut à peu près stable, elle dessina son pas sur le côté. Sa chambre était proche et, au vu de ses facilités dans cet exercice, elle n’eut aucun mal à arriver à destination. Sans prendre la peine d’allumer une veilleuse, elle se démaquilla machinalement, laissa choir ses vêtements au pied du lit pour passer une nuisette, et se recroquevilla sous ses couvertures, glacée malgré la chaleur étouffante de sa couette.




    Elyssa ne parut pas en cours le lendemain. Le surlendemain non plus, malgré l’insistance de Kryss. Elle se fit porter pâle auprès des intendants de l’Académie, ce qui n’était pas compliqué au vu de sa mine d’une pâleur inquiétante et de ses cernes plus prononcées qu’à l’accoutumée. Elle passa la première journée sans quitter son lit. La deuxième, peut-être pour la première fois de sa vie, elle ressentit le besoin de rentrer chez elle, cet endroit qu’elle considérait pourtant comme le moins confortable de la ville. Sa mère l’avait accueillie avec suspicion, mais sa mine avait de nouveau joué en sa faveur. Elle ne put toutefois négocier un jour de répit supplémentaire. Enfin, « répit » était un bien grand mot ; supporter ses parents ne la reposait pas, mais dans le microcosme familial, elle pouvait se permettre de moins penser à cette terrible soirée.

    Le troisième jour donc, elle fut de nouveau dans l’enceinte de l’Académie. Dans l’enceinte, mais pas dans les salles de cours. Après trois jours de silence radio, Flinn parvint enfin à croiser sa petite amie, au coin d’un couloir qui menait au réfectoire.

    - Bah alors, où t’étais passée ?


    Si son ton était partagé entre l’incompréhension et la vexation, les bras qui l’entourèrent adoucissaient son attitude. Elle ne put s’empêcher de frissonner sous la douceur du contact, mais son regard fuit de nouveau, et elle se dégagea délicatement de l’étreinte. Un pli barra le front de son petit copain.

    - Désolée, commença-t-elle d’une voix inégale, je…

    Son regard fut attiré par une ombre. Elle était persuadée d’avoir vu Caym passer, mais le couloir était de nouveau vide de sa présence. Elle secoua légèrement la tête, le regard toujours égaré, et tenta une diversion.

    - Viens, on va manger.

    Le brouhaha du réfectoire, qu’elle affectionnait particulièrement d’ordinaire, lui parut agressif tant il tranchait avec ces deux pleines journées de solitude. Elle n’allait pas mieux, mais donnait le change : elle paraissait de nouveau au déjeuner, qui plus est en compagnie de Flinn. Mais si son public était toujours aussi captivé par ses moindres faits et gestes, aucun de ces spectateurs n’aurait su déceler l’étincelle qui s’était éteinte dans son regard. Pour l’instant, seul son petit ami, attablé en face d’elle, se doutait que quelque chose n’allait pas. Sans savoir quoi. Il en eut la certitude, si c’eût été nécessaire, lorsqu’il la vit éparpiller ses aliments du bout de la fourchette, sans avoir mangé ne serait-ce qu’un tiers de la portion.




    Le quatrième jour, elle s’accorda une dernière trêve scolaire, presque sans en avoir conscience. Elle passa ainsi la matinée à flâner dans la bibliothèque. C’est en passant l’index sur la tranche des livres savamment rangés qu’elle se reprocha de ne pas accorder plus de temps à la lecture. Les professeurs les exhortaient à consulter les ouvrages, d’autant plus que la bibliothèque de l’Académie regorgeait d’œuvres précieuses, et que la pratique demeurait limitée par cette fichue méduse qui s’était appropriée les Spires. Sans qu’elle puisse l’expliquer, le contact des couvertures de cuir l’apaisait. Elle se décida à allier l’utile à l’agréable en sélectionnant des ouvrages traitant de la maîtrise du Don.
    Et se promit de venir plus souvent en cet endroit.




    L’après-midi enfin, elle reprit le rythme des cours. Un cours particulièrement pénible, qu’elle ne partageait pas avec Caym et qui traitait des questions de droit relatives à l’art du Dessin, la poussa presque à baisser les bras. Elle se força toutefois à chasser toute pensée de sa tête pour n’y laisser que les mots du professeur. Occuper son esprit pour ne pas penser était la seule solution envisageable. Elle comptait en réalité les minutes qui la séparaient du cours suivant. Celui qu’elle avait toujours préféré…




    Dès que le cours se fut achevé, Elyssa se mêla au flot d’élèves qui circulaient dans les couloirs pendant cette courte récréation. De nouveau, la silhouette de Caym parut dans son champ de vision, du moins elle était sûre cette fois de sa présence. Sans savoir s’il venait de son plein gré vers elle alors qu’elle se dirigeait vers lui, elle se retrouva à sa hauteur.
    Passant une main distraite dans sa longue chevelure, comme elle en avait l’habitude, elle entama pauvrement la conversation.

    - Hey.

    C’est alors que la situation se compliqua délicatement. Sans qu’elle ne l’ait vu arriver, Flinn apparut comme un cheveu sur la soupe et déposa un baiser sur ses lèvres, avant de saluer un peu froidement Caym. Mais il l’avait tout de même salué, malgré l’intime conviction – jalousie infondée ? infaillible flair ? – que l’élève qu’il ne connaissait que de vue n’était pas innocent à la distance qu’Elie plaçait entre elle et lui depuis quelques jours.

    La brunette, qui avait rapidement rattrapé ses réflexes malgré l’insidieux malaise qui empoisonnait lentement son être depuis cette nuit-là, coula un sourire de circonstance sur ses fines lèvres, masquant parfaitement son inquiétude face à la tension encore impalpable qui se dessinait entre les deux garçons. Car connaissant le caractère de Caym – elle ne le connaissait pas vraiment, mais connaissant son problème avec les relations humaines – et la possessivité de son petit ami, elle commençait sérieusement à penser qu’elle aurait tout autant préféré passer la journée entière à la bibliothèque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Jeu 10 Déc 2015 - 15:54


Combat de coq

Caym s’était levé le matin, après quelques petites heures de sommeil. Il s’en moquait, il se demandait comment serait la dessinatrice, quelle serait son comportement. Mais il fut déçu, la demoiselle ne montra pas le bout de son nez.
Ni les jours suivants.
Les rumeurs allaient bon train. Caym écoutait sans participer. Surtout que personne ne s’attendait à ce qu’il sache quoi que ce soit. C’est à peine s’ils le voyaient. Peu importait, il consacrait tout son temps libre aux révisions. C’était étrange, qu’il travaille aussi assidument. Qu’il suive les cours avec attention. Il avait l’impression d’être un élève de l’académie. Studieux comme élève.
Il avait donc prit ses petites habitudes à la bibliothèque, il s’agissait d’un lieu silencieux où la lumière était agréable. On avait l’impression d’entrer dans un autre monde. Le mercenaire commençait à connaitre les autres étudiants de sa promotion qui y allaient régulièrement, ils l’avaient même salué. Les choses étaient sur le point de changer. Certes ce n’étaient pas les personnes les plus populaires de l’académie mais c’était un début.

Mais ce soir-ci, en rejoignant sa chambre Caym remarqua qu’on avait déposé une lettre sur son lit. Curieux, il la lit rapidement. La nuit était déjà tombée mais il était le seul dans le dortoir.
Quelqu’un lui avait fixé un rendez-vous important à la nuit tombée dans le réfectoire. La lettre n’était pas signée, Caym ignorait qui souhaitait le rencontrer et pourquoi. Il hésita avant de jeter la lettre après l’avoir roulée en boule. L’heure de rendez-vous était assez vague mais il était certain qu’il avait manqué la fameuse rencontre. Il était fatigué de sa journée et n’avait pas envie de perdre plus de temps et de devoir sortir dans les couloirs froids de l’académie.


Puis Elyssa réapparut. Caym la croisa dans les couloirs, alors que tous sortaient de leur cours et profitaient des quelques minutes de pauses que leur accordait leur emploi du temps.

-Hey

Caym sourit et la salua d’un signe de tête. Elle lui adressait la parole en publique, c’était une grande nouveauté. Tuer des gens semblait lui avoir fait du bien ! Caym se réprima mentalement, il était évident que l’évènement de l’autre soir l’avait chamboulé, ça resterait entre eux. Leur secret.
Avant que Caym ne puisse lui répondre, un opportun embrassa Elyssa et l’enlaça. Caym pour sa part reçu un salut glacial accompagné d’un regard frigorifique. Heureusement pour lui qu’il avait été formé à coup de sabres et que les regards mauvais étaient monnaie courante tout comme les critiques. Mais cela n’empêcha pas son sang de s’échauffer. Il ne put retenir un rictus de fleurir sur ses lèvres. Ben voyons…

Le dessinateur hésita un instant sur la répartie qui conviendrait. Il hésita à remercier la brune de sa douce lettre et qu’il serait ravi de passer une nouvelle nuit en sa compagnie, ça mettrait ce sale type hors de lui à coup sûr. Mais il placerait la dessinatrice dans une mauvaise posture.
L’idée de dessiner un suçon sur le cou du gars l’effleura. A voir la très légère réaction d’Elyssa ils n’avaient pas dû passer beaucoup de temps à s’embrasser, alors voir une telle marque de passion les ferait très certainement rompre. Mais Caym ne voulait pas mentir, quitte à rompre leur couple, autant le faire bien.

Il offrit un sourire charmeur à Elyssa et laissa ses yeux la dévorer du regard. Il n’avait jamais rien fait de tel. Peut-être était-il trop entreprenant pour un simple flirt, qui plus est avec uns demoiselle accompagnée de son galant, mais il s’en moquait. Il était certain que l’autre se rendrait malade de jalousie. Il ne lui restait plus qu’à montrer sa proximité avec Elyssa dans ses bras et ça serait la cerise sur le gâteau.
Il s’inclina devant la dessinatrice et lui offrit galamment sa main.


-Me ferais-tu l’honneur de m’accompagner à notre cours de pas sur le côté, ô splendide Elyssa.

L’esprit de Caym semblait congelé par le désarroi. La surprise. L’horreur. Mais qu’était-il en train de faire ? Où était passé le mercenaire implacable ? Pourquoi se ridiculiser ainsi ?! Mais Caym avait abandonné son esprit et ignorait sourdement ses petites voies internes. Il s’était laissé porter par son instinct. Il avait envie de détruire ce type et s’il devait pour cela passer pour un terrible séducteur il le ferait.
Le petit ami était tendu, son visage crispé et ses yeux tentaient de d’intimider Caym, mais celui-ci ne lui portait pas la moindre attention. Enfin, si, il guettait la moindre de ses réactions, du coin de l’œil. Son regard à lui était posé sur Elyssa.
Elle se décida et lui tendit la main, une expression d'incompréhension ou de surprise sur le visage.

Le sourire déjà grand du mercenaire s’élargit encore plus. Il attira la demoiselle par la main, la détachant de son compagnon et sans lui laisser le temps de réagir, Caym relâcha sa main avant de passer derrière la jeune femme et de laisser glisser sa main le long de la fine taille de la demoiselle afin de l’inviter à avancer. Discrètement il poignarda du regard l’intrus, qui pâlit. Etait-ce par rage, jalousie, peur ? Tout est-il que Caym était très fier de lui.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 68
Date d'inscription : 26/08/2015
NEWBIE

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 26 ans
Aptitudes: Enchaîne sans problème les pas sur le côté
MessageSujet: Re: Thanks for the memories. [Caym Cali] Ven 11 Déc 2015 - 22:54


Put the gun down, put the gun down,
Put your finger on the trigger now,
Put it down, put it down,
Put it down, put it down,
Put the gun down, put the gun down,
Or I'mma set fire to the whole damn house,
Put it down, put it down,
Put it down, put it down,


    Ces derniers jours, Elyssa s’était tenu à l’écart de toute société, de tout rapport humain, de tout code relationnel. Ses réflexes interprétatifs des situations humaines revinrent pourtant au grand galop, sous la menace qui pesait sur elle mais qu’elle ne savait pas encore bien identifier. Car elle connaissait les règles du jeu, elle les définissait même parfois.

    Son regard pâle voletait de l’un à l’autre des deux garçons qui l’entouraient, et qui commençaient sérieusement à peser sur son espace vital. Le rictus qu’elle vit naître sur le visage de Caym ne lui augura rien de bon, tandis que le regard glacial de Flinn ne la rassurait guère plus.
    Et la situation dérapa, au-delà de toutes ses attentes. Bien au-delà. Caym, le timide, l’associal, le glaçon, carra les épaules, lui sourit de tout son visage et la fixait avec une intensité inédite. En gros, il la draguait ouvertement. A ce regard brûlant fit face deux yeux ronds – peut-être quatre, mais le comportement bizarre de Caym l’empêchait momentanément de le quitter des yeux pour guetter la réaction de Flinn – de stupéfaction et d’humeur. Comment osait-il ? Et puis… c’était quoi ça ? On aurait dit un enfant devant une vitrine de sucreries ! Il ne manquait plus que le filet de bave, et elle aurait eu devant elle le gars le plus lourd de tous les temps. Mêmes les mecs qui n’aspiraient qu’à un regard de sa part faisaient preuve d’un peu plus de retenue !

    Elle en était à ces réflexions, sentant la colère gonfler insidieusement en elle, lorsque Caym lui porta le coup de grâce.
    Il lui fit une révérence. Il lui fit UNE REVERENCE !

    - Me ferais-tu l’honneur de m’accompagner à notre cours de pas sur le côté, ô splendide Elyssa.

    Les yeux ronds de la jeune dessinatrice frisèrent l’imitation d’une crise d’asphyxie. C’était un sketch. Il ne pouvait en être autrement. Aussi prit-elle le pas de rire. Un éclat de rire presque franc, presque sincère, qui venait presque du fond de son être. Mais qui s’arrêta aussi net lorsqu’elle se rendit compte qu’elle était la seule à partager cette hilarité. Ce n’était pas une blague.
    Et merde.

    Il fallait donc trouver à réagir, avant que ces deux mâles dominants ne s’empoignent. Elle retint un soupir contrarié : Ah ces hommes ! Il fallait toujours tout faire soi-même.

    Son masque reparut, comme par magie. L’expression confiante reprit possession de ses traits alors qu’elle se penchait vers Flinn pour capturer fugacement ses lèvres, qu’elle ne put d’ailleurs s’empêcher de mordiller. Elle avait agi par réflexe, ces réflexes tout juste retrouvés, pour tenter de sauver la situation. Elle ne s’était pas forcée, loin de là, mais la nécessité de ne pas laisser la situation empirer avait prévalu. Elle saisit ensuite la main que lui tendait Caym, par précaution pour ne pas brusquer celui-ci, mais adressa un clin d’œil complice à Flinn… en espérant que ça suffirait à calmer sa jalousie. Plus que désireuse de fuir cette inconfortable situation, elle prépara son pas sur le côté.

    Deux secondes. Il lui fallait deux secondes pour visualiser sa destination, une de plus pour l’atteindre.
    C’est le temps que Caym mit à profit pour passer un bras autour de sa taille, sans doute pour provoquer un peu plus son adversaire. Elyssa tressaillit, décontenancée par ce contact soudain.

    Une fois matérialisée à destination, la jeune fille explosa, le bousculant de sa mince silhouette, se libérant ainsi de son bras possessif.

    - Nom d’un Raï en claquettes ! Ca va pas la tête ?! Mais c’est quoi ton problème ?!

    - Elyssa, c’est toi ?

    Elle s’était attendue à tout, sauf à ça. Pourquoi diable sa mère prenait-elle part à la dispute ? Oh non. Elle était de retour chez elle. Enfin, dans cet endroit qui ne lui inspirait qu’inconfort et révolte. Enfin.. ils étaient de retour chez elle. Caym et elle. Mais quelle idée il avait eu de la déstabiliser alors qu’elle dessinait son pas sur le côté ! La porte s’ouvrit à la volée, pour laisser apparaître une femme élégante, mais à l’allure trop sévère pour mettre en valeur son physique.

    - Mais où te crois-tu ? Depuis quand te permets-tu de ramener des garçons à la maison ?! Aurais-tu retenu ne serait-ce qu’un principe de l’éducation que je me suis bornée à te transmettre ?

    Et ça recommençait. Cette colère, qui enflait en elle comme si rien d’autre n’avait d’importance. Vouée à cette femme à qui elle devait la vie mais qui la poussait constamment dans ses derniers retranchements. L’air crépita. Le tonnerre gronda. Au beau milieu de la chambre.

    - Arrête ça tout de suite, tu veux !

    Une certaine appréhension s’entendait dans la voix froide de la mère Cil’ Darn. Mais sa fille n’en avait que faire, son Don s’alimentant de la moindre parcelle de rancœur qui animait son être depuis cette fameuse nuit. Le malaise, la douloureuse prise de conscience, les sentiments à fleur de peau, l’influence horripilante de sa mère… tout se mêlait dans un indescriptible chaos d’émotions.
    Qui n’attendait qu’une rupture pour éclore.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2596-chronique-d-une-dessinatrice-a

Thanks for the memories. [Caym Cali]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Rien ne sera oublié. [Caym CALI]
» The Best Memories With Memories
» L'esprit du vieux manoir [ Pour l'équipe Caruso, Rivière et Memories.]
» Souviens-toi. People change, memories don't.
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Al-Jeit :: Académie-