Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10590
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Lun 10 Oct 2016 - 19:45


Neleam marchait au hasard des rues. Elle laissait son regard vagabonder sur les différentes échoppes et se laissait couleur au même rythme que la foule.
Il était temps qu’elle parte.

La jeune femme portait un bustier bleu, accompagné d’une longue jupe couleur chair, fendue sur le côté, et elle avait troqué ses habituelles bottes contre des chaussures ouvertes. La chaleur n’épargnait pas Al-Jeit. La capitale avait beau être agrémentée de nombreuses places d’eau et d’arbres, cela ne suffisait pas à rafraîchir l’air. Cependant, les impressionnantes tours permettaient de créer d’agréables courants d’air. C’est pour cette raison que la jeune femme avait relevé son abondante chevelure noir jais à l’aide d’un bandeau coloré, afin de dégager sa nuque.
Elle avait chaud. Au début, la guerrière s’était contentée d’éviter les armures puis en était rapidement arrivée à la conclusion qu’elle devait laisser sa peau respirer. Et éviter les vêtements sombres.
Autrement dit, la jeune femme était transformée. Sans son pendentif, qui lui confère le statut de chevalier, Neleam aurait pu passer pour une jeune femme fragile et dotée d’une grande fortune. Sa bourse était plutôt bien remplie et accrochée à sa ceinture, joliment ouvragée. Elle n’avait pas peur qu’on la lui vole, ce type de larcin était rare à la capitale et, lorsque ça lui arrivait, peu importe où, elle réussissait toujours à récupérer son bien et à refaire le portrait à ceux qui avaient cru un instant qu’elle serait une proie facile.
La guerrière n’était pas bien grande et plutôt maigre, mais elle était musclée et vive. Cela faisait maintenant plus de deux mois qu’elle était de retour à Al-Jeit et qu’elle avait repris avec sérieux son entraînement physique. Au hasard de ses périples et de ses missions, la demoiselle avait réalisé qu’elle se laissait un peu aller. Elle s’entraînait moins au maniement des armes et délaissait les entraînements physiques au profit des tâches à effectuer dans les convois. Surveillance, repos, chasse… La vie hors de la ville était palpitante et se vivait à fond, ce que la demoiselle faisait avec grand plaisir.

Neleam s’arrêta pour acheter une pomme et reprit sa route un sourire aux lèvres. Elle croqua avec plaisir dans le fruit frais, juteux et sucré.
Elle aimait sa vie. Elle aimait Al-Jeit. Mais elle avait passé suffisamment de temps enfermé entre ses impressionnantes murailles. Peu importe les exercices et les différents adversaires qu’elle rencontrait, les amants qui refaisaient surface dans sa vie, les apprentis qui désiraient apprendre d’elle et… tout ce qui lui arrivait à la capitale, elle avait besoin de galoper dans les grandes plaines. Parfois elle fermait les yeux et s’imaginait loin d’ici. Dans le nord, là où l’air doit être plus frais.
Un grand sourire sur le visage, Neleam s’arrêta dans le coin d’une place. Elle observa les gens qui vaquaient à leurs occupations, tous se mouvant avec une certaine lenteur, la chaleur était plutôt écrasante aujourd’hui et incitait chacun à rester chez soi. Mais personne n’écoutait son instinct et tous sortaient.



_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Marchombre__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 18
Date d'inscription : 26/09/2016
Marchombre__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme aux 40 printemps.
Aptitudes: Maîtrise de divers arts martiaux, maniement du poignard, du bâton de combat et du kusarigama. Ainsi qu'un petit cadeau du Rentaï.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Mer 12 Oct 2016 - 22:57

Létillios s'était rendu à la capitale de l'empire. En effet le voleur avait voyagé depuis Al-far afin de se rendre à Al-jeit. Il était d'abord descendu sur Al-vor afin de rendre visite à un de ses amis. Pour cela il avait traversé une partie de la forêt d'ombreuse en prenant garde à bien éviter la plupart des prédateurs de l'endroit. Il avait donc établis son camp et sa couchette dans les arbres, mais malgré cela il croisa tout de même la route d'un ours élastique qu'il neutralisa de part le somptueux chant marchombre. Il aurait été dommage d’abîmer une si belle bête, puis après tout c'était lui qui était entré sur son territoire, l'ursidé était donc totalement dans son droit de le chasser de cher lui. Le vieil homme était donc naturellement partis afin de ne pas plus gêner l'animal et finit le trajet de nuit. Rien ne pourrait l'empêcher de voir son ami et d'arriver à temps à Al-jeit pour l’événement majeur qui allait s'y produire. Une fois à Al-vor, il passa donc une journée là bah à pêcher sur un petit lac avec son ami, un ancien pirate s'étant reconvertis dans la chasse aux poissons.

Il quitta donc la ville de nouveau en pleine nuit sans se soucier des ennuis qu'il pourrait rencontrer. Un crieur publique dans la cité quelques heures avant son départ avait bien déclaré qu'il était déconseillé de s'éloigner des routes et chemins, car les bandits ses derniers temps se faisaient de plus en plus nombreux. Létillios avait donc était victime de nombreuses attaques qui furent toutes vaines. La plupart du temps il arrivait à les semer à pied alors que eux étaient en cheval, les payait avec des bourses remplies de cloues rouillés ou les remettaient à leur place à coup de son bâton dont il se servait de canne. Il finit par arriver à la dentelle vive où se trouvait quelque Faël de la connaissance du marchombre. C'étaient ces derniers qui lui avait enseigner que le métal ne faisait aucun mal aux goules. Ainsi avec son bâton de combat en bois d'arbre monde, il ne craignait pas ses viles créatures. Il traversa donc assez vite la chaîne rocailleuse par la "passe" et prit donc chemin vers la citée. Pour y arriver, il prit donc l'Arche qui lui rappela son maître et son "mépris" pour les objets crées par l'imagination. Pour lui il n'y avait aucun mérité en ses derniers. Au bout de l'arche, il pu apercevoir Al-jeit et ses tours en pierres précieuses. Juste sublime, décidément, il n'avait pas tord. Comme le marchombre l'avait dit la première fois qu'il était venu dans cette ville, il ne s'habituerait jamais à sa beauté.

Létillios était vêtu de pièces de tissu grises cachant son armure, elles le faisaient passé plus gros qu'il ne l'était la plupart du temps. Toutefois, il faisait ici très chaud malgré les courant d'air et sources d'eau assez fréquentes. Le vieil homme aurait peut-être mieux fait de se dévêtir un peu, néanmoins ces conditions ne le dérangeait pas. Il avait bien traversé le désert des murmures comme cela, il pouvait donc très bien garder son armure. Enfin, en ce moment à Al-jeit se déroulait un événement majeur pour Létillios. Le conseil des marchombre durant lequel seraient prises d'importantes décisions. Toutefois, le marchombre n'y portait aucun intérêt: il était là pour quelque-chose d'importance égale, voir bien supérieure. Il s'agissait du grand salon du thé où l'on serviraient tous les meilleurs thés du continent se déroulant tous les dix ans. En tant que grand amateur de cette boisson, il ne pouvait pas louper cette occasion et ne participerait donc pas au conseil.

Il marchait donc d'un pas lent dans les rues d'Al-jeit, capuche baissé et bâton dans le dos. De ses yeux de renard, il jaugeait la plupart des personnes autour de lui rapidement. Pour participer à ce salon, il devait payer une forte somme l'entré et pourrait boire gratuitement. Toutefois, il n'avait plus un sou en poche. Lui et son amis pirate c'étaient fendus la gueule sur le lac avec de l'alcool fort appelé "Eau de dragon". Une boisson très apprécier dans la région, mais loin d'avoir un prix des plus bas. Létillios comptait bien se rendre au salon, pour cela il cherchait des cibles. Non pas à abattre, mais bel et bien à dépouiller. Le vol que ce soit du cambriolage ou de simple bourses prises dans une foule, ça le connaissait. Le marchombre se caressa donc la barbe, repérant quelque pigeon, bien que l'une d'entre elle se démarquait du lot. Déjà par sa bourse bien remplie, mais surtout par sa démarche loin d'être anodin. On la sentait bien confiante, le pas marqué et une aura assez guerrière se générant de ses mouvements. C'était loin d'être une cible facile, mais qui ne tentes rien n'a rien. Il commença alors son oeuvre, bousculant quelques passants tandis que ses mains tels des serpents venaient titiller les pièces par-ci par là. Déjà, l'on pouvait entendre quelqu'un crier:

"Au voleur! Au voleur!"

Le marchombre devait faire vite, il accéléra son rythme, tout en furtivité. Il se déplaçait entre les gens sans difficulté, se faufilant à travers la foule pour enfin arrivé à sa dernière prise. Il vint vite poser sa main à la ceinture de la jeune femme pour délicatement récupérer sa bourse bien pleine. La main légère, il ne pouvait pas se faire prendre. Les cris se faisaient de plus en plus fréquent, les gens commençaient à s'affoler. Il passa alors devant sa cible, jetant un petit coup d’œil derrière lui par pure curiosité. La femme était loin d'être un laideron, assez jolie même avec son bustier bleu, sa jupe beige et sa longue chevelure noire. Ses traits étaient fins, elle était svèlte bien que musclée, mais ce qui fit tilter le voleur fut son pendentif: elle appartenait à l'ordre des chevaliers! Cela tira un petit sourire amusé à Létillios qui releva un peu sa capuche pour lui dire bonjour, la dite bourse dans sa main.

-Mademoiselle... Lança donc le marchombre d'un ton un tantinet provocateur avant de filer à travers la place sans prévenir, bien rapide pour un homme qu'on assimilerait à un viellard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10590
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Dim 16 Oct 2016 - 18:18


Neleam laissa ses yeux balayer la foule et savoura la caresse du soleil sur sa peau. Elle était bien.
La jeune femme songea à son programme de la journée. Elle allait probablement traîner encore un peu à al-Jeit, réfléchir à son prochain périple dans les détails avant d’effectuer les achats qui seraient nécessaires. Et elle voulait passer voir son ami forgeron. Idir. Elle avait besoin d’un arc et de flèches. Le sien… avait disparu. Elle ne savait pas depuis quand, ne l’utilisant pratiquement jamais, mais c’était un fait. Elle avait besoin d’une arme qui lui permettrait d’accomplir sa mission de recherche. Elle comptait partir guetter entre Al-Jeit et Al-Chen les bandits et observer leur organisation, afin de découvrir s’ils avaient un quartier général ou un chef. Et pour cela il lui fallait une arme de longue portée, au cas où.
Un arc. Neleam sourit, cela faisait longtemps qu’elle n’en avait pas tenu un dans ses mains. Elle n’était pas si mauvaise, avant, restait à espérer que c’était comme le vélo, que ça ne s’oubliait jamais.
Et si, il lui restait de l’argent, peut-être même que la guerrière s’achèterait une arme ou deux supplémentaires, comme des poignards ou d’autres armes de jet. Et il lui fallait des sacoches pour les accrocher à sa selle ! Il ne fallait pas qu’elle l’oublie. Ça serait plus pratique pour sa mission et elle pourrait laisser ses effets personnels à Firmament, en cas de besoin. …Firm lui manquait. Elle avait hâte de se retrouver seule avec lui et de renouer ce lien qui les unissait.

Perdue dans ses pensées, Neleam ne réalisa pas qu’un homme avait franchi la limite de son espace vital et qu’il était en train de lui voler sa bourse. Cependant, lorsqu’il la salua, elle lui rendit d’un geste automatique son salut, d’un signe de tête, tandis qu’elle se reconnectait avec la réalité. Le retour fut brutal. Les informations arrivèrent en même temps :
Au voleur, criaient des personnes disséminées dans la foule.
Cet homme encapuchonné la saluant, une bourse dans la main.
Le poids trop léger de sa ceinture…. Justifié par une seule chose : l’absence de sa bourse.

La réaction de Neleam fut immédiate. Cet homme lui avait volé sa bourse. Elle allait pour se jeter sur lui lorsqu’elle réalisa qu’il avait déjà filé. Elle se lança immédiatement à sa poursuite. Il était rapide et vif pour un homme aussi vieux et dodu… Il était d’ailleurs probable qu’il ne le soit pas, que cette apparence ne serve qu’à berner ses proies.
La guerrière était rapide, malgré sa petite taille, elle savait qu’elle pouvait le rattraper. Elle devait le rattraper.
Tandis qu’elle courait, son cerveau moulinait à toute vitesse. Elle était furieuse. Un lui a volé sa bourse ! A elle ! Neleam ! Un chevalier ! Quelle honte… Elle devait récupérer son bien et se venger du malfrat, sinon sa réputation allait en pâtir méchamment. Quel est avenir des chevaliers qui se font voler leurs biens ? Rien de bien sympathique, c’était certain…
L’homme était rapide. Trop. Ce n’était pas normal. C’était lui qui ouvrait la foule et Neleam qui se coulait à sa suite, il aurait dû être ralenti par les passants, mais non. On aurait même dit qu’il commençait à la distancer. Et ça, il en était hors de question !
La guerrière chassa l’idée d’appeler la garde, pour préserver sa réputation, et opta pour se débrouiller seule. Son souffle commençant à devenir un peu plus court, la demoiselle attrapa la dague qui pendait à sa ceinture et dans un mouvement fluide lança l’arme avec force en direction du voleur.

Neleam était douée au lancer de couteau, elle touchait toujours sa cible. Mais tirer en mouvement, c’était autre chose. Et tirer en mouvement sur une cible, elle aussi en mouvement… Ça devenait compliqué. Mais sa technique était parfaite. L’arme s’envola et fendit les airs le pommeau en avant. La jeune femme ne voulait pas prendre le risque de lancer la lame la première. Même si l’idée de la planter dans le dos de cet idiot lui procurait un incommensurable plaisir, le risque qu’elle loupe sa cible existait et elle ne voulait pas tuer, malencontreusement, un passant, la foule étant relativement compacte.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Marchombre__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 18
Date d'inscription : 26/09/2016
Marchombre__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme aux 40 printemps.
Aptitudes: Maîtrise de divers arts martiaux, maniement du poignard, du bâton de combat et du kusarigama. Ainsi qu'un petit cadeau du Rentaï.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Lun 17 Oct 2016 - 14:29

Létillios après avoir salué la jeune femme au corset bleu détala donc à travers la foule, rapide comme le vent et aussi fluide que l'eau il se faufilait tel un serpent entre les passants. La manière dont il se mouvait était des plus impressionnante pour celui qui avait le regard assez affûté pour le remarquer. Il se savait capable de prendre la fuite facilement, la foule couvrirait son passage et il pourrait donc échapper à ses potentiels poursuivants. Personne n'oserait tenter un coup d'épée dans la masse de peur de toucher un innocent. Il en valait de même pour l'utilisation d'un arc, quant aux fait qu'on essaies de le retenir c'était également peu probable. Après tout, le voleur n'était pas un simple criminel mais bel et bien un maître marchombre, à moins d'être un guerrier d'exception ou un frontalier, réussir à trouver le "temps" pour saisir Létillios en pleine course à travers la foule restait un exploit. Ce dernier se sachant poursuivis zigzaguait entre les personnes qu'il croisait sans les bousculer, celal ui ferait perdre du temps précieux à sa fuite. Il ne lui restait plus que quelque mètres avant d'arriver à un croisement où il pourrait soit s'échapper par les toits de la cité en escaladant, soit s'éclipser de manière plus conventionnelle en semant ses poursuivants dans les petites ruelles malfamé d'Al-jeit.

Néanmoins, notre voleur préféré avait beau être un marchombre: il était bien incapable d'esquiver quelque-chose qu'il ne pouvait pas voir ou entendre arriver à cause des bruits de la foule. Ses sens aiguisés ne lui était ici d'aucune utilité, une lame d'environs vingt à trente centimètre vint l'épingler au niveau de sa jambe gauche, traversant le cuir de son armure et ses vêtements sans toucher la chaire. Une chance pour Létillios! Mais la lame s'était également enfoncée dans un mur. Sans la sentir, il tenta d'avancer malgré tout et durant sa chute au sol voulu faire une roulade mais fut scotché dans son élan. Le vieil homme grogna, la personne qui l'avait coincé était soit une sacré bonne lanceuse de couteau, soit vraiment veinarde. L'espace d'un instant, l'idée d'utiliser de son don offert par le Rentaï lui traversa l'esprit.  Toutefois, en tombant il avait attiré l'attention sur lui et la foule s'écarter pour laisser place à la victime de son crime. La chevalier, si on pouvait l'appeler ainsi arriva et n'avait pas l'air des plus commode. Létillios releva la tête, laissant apparaître un petit sourire nerveux l'air de dire "Euh...Désolé...?"

Pendant ce temps là, on pouvait entendre au loin la garde qui arriver, le cliquetis de leurs armures retentissant dans toute l'allée. La lumière reflétée elle sur leur épées indiquaient néanmoins qu'ils n'étaient pas prêt d'arriver. Le vieil homme n'avait toutefois pas joué sa dernière carte, il baissa alors la tête et mit une main devant lui comme si il voulait éviter un coup. Tandis que sous sa cape il faisait passer son butin derrière une caisse dans une grande discrétion, un petit tour de passe passe des plus réussit. Le marchombre se mit ensuite à crier.

-Aaah... S'il vous plait madame, ne me faîte pas de mal... Ma jambe! Je souffre! Je ne suis qu'un pauvre vieillard, je vous ai juste demandé un peu d'argent!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10590
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Mer 19 Oct 2016 - 18:05


A la grande surprise de Neleam, son lancer fit mouche. Elle comptait bien le toucher, mais il semblerait que la lame ait épinglé le fuyard contre le mur, ce qu’elle trouvait particulièrement comique. Elle en aurait presque crié sa joie si elle n’était pas aussi essoufflée, et furieuse après ce type.
L’homme était tombé par terre. Neleam arrêta de courir, sentant les muscles de ses jambes la remercier tandis que ses joues se coloraient de rouge. Quelques gouttes de sueur perlèrent probablement de son front, mais peu importait, il était à sa merci.
La pression s’échappa quelque peu de la jeune femme, elle allait récupérer sa bourse.

Enfin, lorsque l’homme se mit un bras au-dessus de la tête comme s’il cherchait à se protéger, la jeune femme réalisa que l’affaire était loin d’être réglée.

-Aaah... S'il vous plait madame, ne me faites pas de mal... Ma jambe! Je souffre! Je ne suis qu'un pauvre vieillard, je vous ai juste demandé un peu d'argent!


Neleam manqua de s’étouffer. Mais quel… Furieuse, la demoiselle répliqua avec hargne.

-Non, justement le problème est là, tu t’es servi sans rien me demander.


La guerrière réfréna sa colère, elle ne devait pas perdre ses moyens. Ce type n’était pas un voleur de bourse ordinaire, elle s’en était rendu compte lorsqu’elle tentait de le rattraper. Son astuce était fine ce qui démontrait que cet homme n’était pas un simple mendiant.
La garde ne tarderait pas à rappliquer, il sembla même à Neleam, entendre le bruit de leurs pas non loin. Elle devait agir, et vite.
La demoiselle empoigna le bras du vieil homme et d’un geste ferme le releva. Sa technique avait été élaborée suite à de nombreuses soirées bien arrosées ou elle devait remettre sur pieds ses amis chevaliers qui ne tenaient plus debout ou qui refusaient de quitter l’auberge. Elle savait s’y prendre et avait suffisamment de force si bien que le mendiant se retrouva sur ses deux pieds. Mais Neleam n’avait pas fini avec lui. Elle le plaqua au mur sans douceur et plongea ses yeux bleus dans ceux de l’homme. Il avait encore sa capuche sur la tête, si bien qu’elle ne distinguait pas vraiment ses prunelles ni son expression. Peu lui importait.

-La garde arrive, alors je pense qu’il serait plus sage que tu me rendes immédiatement ma bourse. Je te laisserais repartir avant que la garde ne te mette la main dessus et je te laisserais en paix.


La demoiselle ne comptait pas lui laisser d’autre alternative. Elle ne voulait pas mettre la garde au courant, donc c’était la meilleure solution. Mais s’il refusait…

-C’est ta parole contre la mienne. Je doute que tu fasses le poids.


C’était bref et Neleam espérait que ça le convaincrait rapidement. Car la garde arrivait et qu’ils n’avaient pas toute la journée. Seulement une poignée de minutes.
Ce que la jeune femme ne souhaitait pas communiquer, c’est qu’elle avait beau être une chevalière reconnue, elle n’était pas particulièrement appréciée de la garde et elle risquait de finir elle aussi au fond d’un cachot. Elle avait blessé un inconnu et l’avait agressé en public. Ça ne jouerait pas en sa faveur. Mais quitte à bluffer, autant aller jusqu’au bout, et Neleam était du genre à faire tapi sans se démonter. Elle comptait bien gagner.

La demoiselle laissa un court instant de réflexion au voleur et le lâcha du regard ainsi que d’une main. Même dans une même, la demoiselle le savait immobilisé. C’était probablement un peu prétentieux, mais avec la foule qui s’était agglutinée, il aurait du mal à fuir.
Neleam approcha sa main de libre de son poignard et le retira d’un geste sec. Elle observa la lame, qui effectivement s’était teintée de rouge et jeta un coup d’œil à la blessure de l’homme. Ça ne semblait pas si grave, il avait trouvé la force de parler d’une voix claire et de mettre son stratagème sur pied.
Estimant que le temps de réflexion du vieillard touchait à sa fin, la demoiselle reposa ses yeux sur son visage. Celui de la jeune femme était fermé, ses yeux étaient froids et sa mâchoire contractée.

-Alors ?


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Marchombre__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 18
Date d'inscription : 26/09/2016
Marchombre__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme aux 40 printemps.
Aptitudes: Maîtrise de divers arts martiaux, maniement du poignard, du bâton de combat et du kusarigama. Ainsi qu'un petit cadeau du Rentaï.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Jeu 20 Oct 2016 - 11:01

La jeune femme lui répondit avec une grande colère, elle n'avait pas l'air très prompte à le laisser partir malgré la garde qui se rapprochait. Peu importe, maintenant que sa petite raffle avait été sécurisée bien à l'abris derrière une caisse, il pouvait se permettre de jouer son rôle de pauvre victime jusqu'au bout. Ainsi, il pourrait très bien revenir plus tard pour récupérer l'argent, décidément un vrai renard ce Létillios. Il sentis soudain quelque chose le saisir avec poigne à la main pour le relever avec une force que le voleur n'aurait pas soupçonné à cette femme. Comme il l'avait vu, elle était fine mais musclée. Bien assez musclée pour soulever un vieillard et venir le plaquer contre un mur avec violence. Décidément, elle ne faisait pas partis de la guilde des chevaliers pour rien. Durant cette action le Marchombre en profita pour appuyer un peu avec sa cuisse sur la dague, de manière à avoir une preuve de son innocence. Il se fit donc une légère entaille, une blessure des plus superficielle.

Lors du choque avec le mur Létillios gémit afin de paraître davantage crédible, son visage caché par son capuchon il n'avait pas besoin d'afficher une expression faciale particulière. Il ne lui restait plus qu'à patienter un peu , attendre que la garde arrive en espérant ne par recevoir de coups. Si cela devait arriver, il ne riposterait pas à moins d'être vraiment en danger. Une lame, un gourdin, un poignard. Tout ce qui pourrait lui coûter la vie. Le voleur laisserait donc glisser une dague le long de la manche de sa veste afin de la brandir en parade à une potentielle attaque mortelle. Il profiterait alors de la surprise pour tenter de faucher ses jambes à l'aide d'un coup de pied au ras du sol et ainsi pouvoir s'enfuir par une ruelle étroite ou les toits. De cette manière, elle peinerait à le rattraper et lui pourrait donc aisément disparaître.

Mais soudain, cette dernière lui proposa alors un marcher. Un "deal", comme le disent les terriens. Si il lui rendait son argent, elle ne le livrerait pas à la garde, le laissant alors filer tranquillement sans soucis à se faire sur les potentiels recherches qui seraient lancé par la suite. L'idée était bonne de sa part, il était selon elle en position de faiblesse et lui laisser une porte de sortie était un bon moyen de le faire coopérer. Mais là était le petit "hic", selon les faits elle lui avait jeter un poignard dessus en pleine foule alors qu'il lui avait juste demander de quoi se nourrir. C'était la version de Létillios, hors il n'avait pas un sou sur lui. Même pas un seul qui pourrait rendre crédible le vol qu'il venait de commettre. En ce moment, c'était lui qui était victime et non l'inverse. La foule même pouvait en témoigner étant donné que les cibles du marchombre ne l'avait pas remarqué leur chiper leur bourses. Il était donc en position de martyr, lui octroyant davantage de poids auprès des représentant de l'ordre.

Le voleur hoqueta, les mains sur celle de la chevalier, tenta de se défaire de sa poigne en faisant bien évidement semblant de ne pas y arriver, de part son âge.

-Mais... Mais, madame... Regardez-vous même. Je n'ai rien d'autre sur moi que ma faucille, mes herbes thérapeutique et mon bâton...

Létillios se vida alors les poches, de son pantalon et bien sûr de sa veste sans dévoiler l'étuis à étoile d'acier camouflé dans les coutures dans son dos, dévoilant alors les plantes qu'il utilisait pour faire du thé. Mais aussi son kusarigama, une faucille bien entendue mais des plus étrange, au manche de cette dernière était reliée une chaîne et la lame elle pour un simple outil semblait bien trop aiguisée. Pendant ce temps là, les bruits de pas et les cliquetis se faisaient de plus en plus proche. Un homme d'assez grande stature sans pour autant être très musclé détourna la foule. L'air sévère, il fronça les sourcils en voyant la chevalier une arme en main. Il remarqua aussi le sang sur le sol au niveau de la jambe gauche due vieillard.

-Que se passe-t-il ici? Où se trouve donc notre voleur que je me fasse un plaisir de lui couper les mains...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10590
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Sam 22 Oct 2016 - 15:42


Malheureusement, le vieillard ne sembla pas accepter le pacte que lui proposait Neleam. Il tenta vainement de se défaire de la poigne de la guerrière, mais sans succès. Lorsqu’il parla, ce fut d’une voix gémissante, qui sonnait terriblement faux aux oreilles de la demoiselle, mais probablement pas à celles des nombreux témoins qui les entouraient.

-Mais... Mais, madame... Regardez-vous même. Je n'ai rien d'autre sur moi que ma faucille, mes herbes thérapeutiques et mon bâton...

Neleam manqua de s’étouffer devant le culot de ce type, mais lorsqu’il retourna ses poches, elle réalisa que la situation devenait carrément épineuse. Il n’avait pas sa bourse. Du moins, il l’avait dissimulée d’une telle manière qu’elle semblait avoir disparu…
Une idée se fraya jusqu’au cerveau de la demoiselle, tandis que le garde les apostrophait, bien décidé à punir le voleur...
Il avait planqué l’argent.
C’était l’unique raison qui justifiait sa volonté de jouer la victime et de sembler aussi coopératif. Il savait qu’elle ne pourrait rien prouver, s'il n’avait pas l’argent sur lui. Une terreur sans nom envahit Neleam, tandis qu’elle observait d’un air presque horrifié le voleur. Il avait probablement des complices et pendant la course il leur avait remis son butin. Elle n’avait pas fait suffisamment attention et vu son agilité, il n’aurait eu aucun mal à se délester de ses prises du jour sans qu’elle le remarque.

Le chevalier lâcha le vieillard et recula de quelque pas, afin de montrer au garde qu’elle n’avait aucune mauvaise intention. Elle soupira en secouant la tête, essayant de se ressaisir. Comment est-ce que ça allait finir ? Prenant la parole afin d’expliquer la situation au garde, Neleam désigna le bijou qui ornait son cou. Un objet en cuivre qui signifiait beaucoup.

-Je suis chevalier, Neleam, et j’étais en train de profiter de la journée, lorsque j’ai réalisé que cet homme volait les bourses des passants. Il est rapide et il a la main très leste. Je l’ai immédiatement pris en chasse et en voulant mettre fin à cette course je l’ai malencontreusement blessé. Maintenant il nie tout.

La demoiselle se tut. Elle avait exposé la situation de manière parfaitement claire et attendait que le garde se décide. La demoiselle avait tu le fait qu’on lui avait également dérobé sa bourse, car il en allait de sa réputation, mais elle ne s’avouait pas encore vaincue. Pour le moment personne n’avait ladite bourse, donc… le voleur chercherait forcément à la récupérer. Elle n’avait qu’à le suivre et ensuite, elle s’attaquerait sérieusement à lui, car il lui tapait allègrement sur le système. Cette journée qui s’annonçait tranquille et prometteuse virait au cauchemar.
La garde observa les deux intrus, hésitant sur la conduite à suivre. Il opta pour écouter la version du vieillard, en sachant pertinemment qu’il embarquerait les deux zozos pour les mettre quelque temps à l’ombre, une fois là-bas ils seraient éventuellement punis. Mais il ne pouvait clairement pas les laisser troubler l’ordre public plus longtemps.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Marchombre__Membre
avatar
Masculin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 18
Date d'inscription : 26/09/2016
Marchombre__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme aux 40 printemps.
Aptitudes: Maîtrise de divers arts martiaux, maniement du poignard, du bâton de combat et du kusarigama. Ainsi qu'un petit cadeau du Rentaï.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Sam 29 Oct 2016 - 12:54

En entendant le garde dire cela, Létillios eut l'air effrayé. En apparence du moins, car intérieurement il se serait fait un plaisir de corriger ce bonhomme avec quelque coups de bâton de combat bien placé. Il hoqueta à la vue de la lame sortie que l'homme caressait doucement de son autre main d'un geste machinal. Un tic nerveux du à l'excitation surement. Rien de très surprenant venu de ce type, le voleur en avait entendu parlé. Comme il l'avait dit précédemment, il prenait plaisir à martyriser les pauvres et couper la main des voleurs. Qu'il s'agisse d'un bijou ou d'une pomme, cela lui était égale. Sa cruauté était sans nom et c'est pour cela que ses supérieur l'assignait aux heures de gardes les plus pénible dans les quartiers pauvre. Une vraie enflure ce type.

Quoi qu'il en soit, la chevalière relâcha donc sa poigne du marchombre qui tituba vers le mur, l'air peureux. Si cela tournait mal, il allait devoir trouver un moyen de s'enfuir et vite. Chose assez compliquée avec tout ses gardes ici et là. Sans parler de cette femme qui avait réussis à l'épingler en plein dans la foule. Il comptait donc sur l'effet de surprise pour s'échapper, ses personnes ne s'attendaient pas à se retrouver face à un marchombre. Pour eux, Létillios n'était qu'un pauvre mendiant pouilleux. Rien de plus. Quoi qu'il en soit, l'étrangère exposa sa version des faits. Elle raconta donc que Létillios était le voleur , qu'elle l'avait poursuivie et que maintenant il niait tout, sans oublier d'omettre qu'elle avait également était victime d'un vol à la tire. Cela aurait été un grand déshonneur pour elle, raison de plus pour ne pas en parler. Le garde pointa alors son arme vers Létillios qui se colla au mur, les mains en avant, bien en évidence:

-Toi, racontes-nous ce qui s'est passé! Ordonna-t-il d'un ton plus que menaçant.

Le vieil homme hoqueta, une main sur son cou comme si il vérifiait qu'il n'y ait aucune entaille sur ce dernier.

-Et bien, je marchais dans la rue à la recherche de quelque âmes charitables pour pouvoir me donner de quoi manger aujourd'hui, lorsque j'ai vu cette femme avec ce collier. Le collier des chevaliers. J'ai donc pensé qu'elle me donnerait quelques pieces alors je suis vite venue la voir. Je lui ai demandé de l'argent, lorsque j'ai entendu des personnes crier au voleur. Pris de panique, je me suis donc mis à courir et me pensant l'auteur de cet acte, elle m'a poursuivis et blessé. Un simple mal entendu voyez-vous... J'espères juste qu'elle voudra bien me donner quelque-chose pour se faire pardonner de m'avoir entaillé...

Il détourna alors son regard vers la chevalière, une étincelle de malice dans les yeux. Le marchombre comptait bien s'en sortir, comme toujours. Il tenait trop à la liberté pour se laisser avoir par des représentant de la loi ou un quelconque membre de la guilde des chevaliers. Mais alors que le voleur se croyait tiré d'affaire, les gardes commencèrent à les entourer. Ils n'avaient pas l'air très amicaux comme cela.

-Emmenez-moi ses deux là aux trou, c'est un ordre.

Les soldats sortirent alors leurs épées et leurs boucliers. Létillios prit une inspiration pour finalement se baisser, afin de récupérer discrètement la bourse. Il n'y avait pas une très grande distance entre lui et ses personnes qui le bloquait,il prit alors son bâton en main et en s'appuyant sur ce dernier bondit sur une caisse. Il sauta par la suite vers les gardes, s'appuyant de nouveau sur le bâton pour bondir sur l'un d'entre-eux qui leva son bouclier. Tant mieux, ce dernier lui servit alors de marche pied. Il fit une roulade en se réceptionnant au sol et se mit à courir à travers la rue d'un rythme endiablé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10590
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf Lun 31 Oct 2016 - 22:44


Le faux vieillard prit la parole, expliquant sa version des faits. Neleam manqua de s’étouffer devant un tel culot. Elle aimait que les faits collent à la réalité, ce qui n’était absolument pas le cas du récit du voleur. Bon, il lui arrivait aussi d’enjoliver ces récits, mais là c’était plus que de l’extrapolation, c’était même un énorme mensonge ! Et cette manière de tâter son coup comme s’il allait y découvrir une quelconque blessure… !
Neleam bouillonnait.

-Et bien, je marchais dans la rue à la recherche de quelques âmes charitables pour pouvoir me donner de quoi manger aujourd'hui, lorsque j'ai vu cette femme avec ce collier. Le collier des chevaliers. J'ai donc pensé qu'elle me donnerait quelques pièces alors je suis vite venue la voir. Je lui ai demandé de l'argent, lorsque j'ai entendu des personnes crier au voleur. Pris de panique, je me suis donc mis à courir et me pensant l'auteur de cet acte, elle m'a poursuivi et blessé. Un simple mal entendu voyez-vous... J'espère juste qu'elle voudra bien me donner quelque-chose pour se faire pardonner de m'avoir entaillé...


La jeune femme serra les dents et se retint de toute injure ou de lever la main sur cet abruti. Elle se concentra sur sa respiration, pour tenter de conserver son calme…. Qui explosa lorsque ses yeux croisèrent ceux du voleur qui s’amusait visiblement beaucoup de la situation.
Tandis que le chevalier ouvrait la bouche pour… elle-même ne savait quoi faire, l’insulter ? Plaider la folie de cet homme ? Lui dire qu’il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude ? Peu importait, car l’homme se mit en mouvement. Trop rapidement. Il n’avait plus rien d’un vieillard. Il s’appuya sur son bâton et profitant de la proximité des gardes sauta sur l’un d’eux et s’en servit comme d’un tremplin. L’homme fila vers le ciel.
Le cerveau de Neleam réussi à joindre les deux bouts, tout comme quelques voix, mi-horrifiées, mi-fascinées, dans la foule.

-Marchombre !


C’était un cri qui dispersa la foule, chacun s’accrochant à ses biens et filant sans demander son reste.
Neleam aurait aimé s’agripper à ses biens elle aussi, mais le voleur avait sa bourse. Ou il savait où elle était ce qui revenait pratiquement au même. Elle ne pouvait pas le laisser filer.

-Désolée, messieurs…

Neleam s’adressa à voix claire aux gardes, espérant qu’ils comprenaient qu’elle avait dit la vérité et que la personne à abattre, c’était ce pseudo vieillard. Réagissant rapidement, mais pas suffisamment, le chevalier s’élança. Profitant de son poids plume, elle prit également appui sur un garde, ça avait fonctionné une fois, pourquoi pas deux, et s’élança dans les traces du marchombres. Il avait une sacrée avance et la demoiselle savait qu’il la creuserait encore plus. Elle devait une fois de plus ruser.
Tandis que ses pieds heurtaient les ardoises, Neleam réalisa que ça faisait une éternité qu’elle n’était pas allée sur les toits d’Al-Jeit. Ils offraient des chemins alternatifs moins encombrés que les rues. Et plus sportifs, car les maisons ne faisaient pas toujours la même taille. Tout est-il que la demoiselle se repéra rapidement et se dirigea non pas dans la direction du voleur, mais dans celle d’une tour proche. La jeune femme tarda quelques instants à l’escalader, mais, une fois au sommet, elle sentit le vent caresser son visage. La colère qui l’habitait quelques instants auparavant avait disparu. La course, l’action, l’escalade.. Tout ça lui plaisait énormément. Le seul détail qui la chiffonnait vraiment c’était la perte de sa bourse.
Plissant les yeux, la jeune femme repéra sur les toits inégaux la silhouette du marchombre. Il avait beau savoir chevaucher la brume –théoriquement, c’est ce que les marchombres doués font, d’après les légendes urbaines- il ne restait pas moins qu’une silhouette se découpant sur le ciel. La demoiselle tenta de réparer où il était et vers où il se dirigeait. Il s’éloignait d’elle. Restait à espérer qu’il s’arrêterait de courir lorsqu’il réalisera qu’il n’était pas suivi et qu’il redescendrait calmement afin de s’arrêter dans la taverne juste en dessous.
En fait, si Neleam repérait exactement où il touchait le sol, elle se savait capable de le retrouver. La terre ferme c’est son domaine et Al-Jeit est une ville qui voit tout, pour qui sait trouver les bons observateurs.

Les yeux fixés sur la silhouette, Neleam croisa les doigts et adressa ses prières à la Dame et au Dragon, espérant qu’un miracle de leur part lui permettrait de récupérer ses biens, car, s’il était un marchombre, même si elle réussissait à le bloquer au sol, elle n’était pas certaine de revoir ses biens.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende

Qui vole un oeuf, se prendra un oeuf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Oeufs de la pension
» Qui vole un oeuf, vole une poule ! Mécréant !
» Qui vole un oeuf, vole un boeuf !
» Comment faire rentrer un oeuf dur dans une bouteille sans le toucher ?
» Echange 7 Debugant, 2 Draby + oeuf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Al-Jeit-