Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mercenaire du Chaos__Membre
avatar
Féminin Âge : 17
Autre(s) Compte(s) : Shadita Lozielle
Messages : 29
Date d'inscription : 18/03/2016
Mercenaire du Chaos__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 25 ans
Aptitudes: Don du dessin, maitrise du sabre
MessageSujet: Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras] Sam 19 Nov 2016 - 12:00


Nalia et Taël se trouvaient dans la forteresse lorsqu’ils furent convoqués. La jeune dessinatrice n’avait pas l’habitude d’être directement convoqué par Tryss Shalion, celui-ci avait l’habitude de faire passer les messages par Benfrakys, leur ancien chef de clan. Nalia se demanda si Taël n’avait pas encore fait une connerie mais elle se dit que Cali aurait été l’auteur de cette convocation si ça avait été le cas. Les relations entre Taël et le chef des mercenaires du chaos s’aggravaient à chaque fois que les deux se voyaient. La mercenaire commençait sérieusement à s’inquiéter. Si son compagnon continuait à provoquer leur chef, il risquait de lui arriver malheur. Cette idée apeurait la jeune femme qui n’avait pourtant pas l’habitude d’être dominée par ses émotions. Pour cette fois, elle était rassurée, l’entente de son acolyte et Shalion leur donnait un minimum de répit.

C’était une mission qu’on leur donnait. Un inconnu roderait non loin de la Forteresse, marchombre peu expérimenté ou espion de l’Empire. Dans tous les cas, Nalia était prête à s’en débarrasser, elle avait besoin de se dégourdir les jambes. Cela faisait bien des mois qu’on ne leur avait pas confié une mission si intéressante, celle-ci arrivait donc au bon moment. Nalia n’échangea aucun mot avec son supérieur, elle laissa son compagnon poser les questions et régler tout le reste. Comme à son habitude, moins elle parlait, mieux elle se sentait. Le départ fut immédiat, Nalia avait juste récupérer quelques affaires et ensemble, ils avaient pris leur chevaux et étaient partis. Pas besoin de pas sur le côté, ils allaient devoir chercher l’ennemi aux alentours de la Forteresse, c’était donc proche. Si on leur avait donné les endroits où l’inconnu avait été aperçu, le lieu de recherche restait très étendu, et la mission risquait de prendre pas mal de temps.

Cela faisait déjà une semaine que les deux mercenaires étaient sur cette mission mais ils ne trouvaient rien. Nalia avait beau avoir un bon sens de l’observation, le marchombre, si il en était un, restait introuvable. Loin de perdre espoir, la jeune mercenaire continua ses recherches. Ses efforts furent récompensés le soir-même. Si marchombre il était, son entraînement avait du être fortement négligé. Les restes d’un feu de camp se trouvait là, ils étaient récents, l’inconnu n’avait même pas essayé de les masquer. A croire, qu’il voulait se faire repérer. Nalia ne put retenir un sourire. Après une semaine à n’avoir rien trouvé, cette piste allait les mener directement à leur ennemi.

« J’ai du mal à croire que l’on ait pris toute une semaine à retrouver sa piste alors que ce gars stupide n’est même pas capable de masquer un feu de camp. Il cherche des mercenaires mais ne prends même pas de précaution. Il ne mérite que la mort pour sa stupidité. Franchement, ce n’est pas ce genre d’imbécile qui va trouver l’emplacement de la Forteresse. »

Si ce qu’elle disait pouvait ressembler à de l’humour, ça ne l’était pas. Nalia avait parlé de son habituel ton neutre et avait simplement partagé son point de vue avec son compagnon. Comme elle le disait, son inquiétude s’était envolé. L’homme qu’ils poursuivaient avait clairement l’air inexpérimenté. Peut-être même était-ce une fausse alerte et que ce n’était qu’un simple voyageur sans histoire. Non, aucun voyageur ne venait habituellement dans le coin. Nalia avait le pressentiment que c’était bien un ennemi du chaos. Il fallait s’en débarrasser au plus vite. Une chose qu’on lui avait apprise était de ne pas sous-estimer ses adversaires. Il fallait qu’elle se montre prudente.

« Restons prudents, il n’a peut-être fait qu’une simple erreur d'inattention. On ne sait pas encore ce qu’il vaut. On devrait continuer à chercher ce soir. Si il a fait un feu cette nuit aussi, on devrait pouvoir le repérer. »

La lumière du feu permettrait de le repérer immédiatement. Mais, il était possible que l’inconnu se soit déjà beaucoup éloigné d’ici, et il faudrait beaucoup marcher pour le retrouver avant qu’il ne se remette en marche. Les duo reprit donc ses recherches, Nalia était sûre qu’ils retrouveraient le dit marchombre cette nuit. Elle comptait bien lui régler son compte. Si il cherchait des mercenaires, il n’allait pas être déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire du Chaos__Membre
avatar
Féminin Âge : 14
Autre(s) Compte(s) : Wilelmine Moonglane
Messages : 151
Date d'inscription : 18/03/2016
Mercenaire du Chaos__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 25 ans
Aptitudes: Insolent, charmant, combattant, persévérant... Toussa, toussa...
MessageSujet: Re: Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras] Ven 28 Juil 2017 - 19:35

« Restons prudents, il n’a peut-être fait qu’une simple erreur d'inattention. On ne sait pas encore ce qu’il vaut. On devrait continuer à chercher ce soir. Si il a fait un feu cette nuit aussi, on devrait pouvoir le repérer. »

Ouais, bah rester prudents, rester prudents, si on restait toujours prudents, on s'amuserait jamais.

« Attends là, je vais prendre de la hauteur pour voir. »

Je descendis de cheval – ENFIN!!!!- et grimpais dans le grand...Chêne? Non...le...Sapin... Il était grand, un tronc large, et ses premières branches étaient basses. Je montais rapidement, tout en essayant de me souvenir du nom de cet arbre.

Je regardais où était Nalia, tout en attrapant une branche au dessus de moi. La corne de mes doigts de rencontra que la paume de ma main. Je manquais tomber, et lâchais un petit cri, puis me tournais vers Nalia

« [color:0e18=#[color=#ff6600]TOUT VA BIEN ! »lui criais-je.

J'étais arrivé en haut. Je regardais les environs, à la recherche d'une lumière. Mais la seule chose que je voyais, c'était la branche sous mon pied droit qui craquait. Je le posait sur une autre prise, puis donnais un grand coup dedans, pour descendre sans encombres.

« Y a rien du tout. Je vois rien, y a trop de feuillage. C'est pas grave, on va pouvoir avancer tranquillement en marchant. »

Je ne remonterais pas sur ce cheval. D'accord, on avance plus vite, quand on augmente la vitesse, mais au pas je vais aussi vite que ce saucisson. Et j'ai pas envie de perdre mes petites choses si précieuses. Et encore moins à cause de la colonne vertébrale d'un canasson pareil ! J'attrapais donc sa bride et commençais à marcher, bien décidé à ne pas remonter dessus avant demain, quoi qu'en dise Nalia.

On marcha un assez long moment, en cherchant tout les recoins, partout où auraient pu passer nos intrus.

« Il ne doit pas être si difficile à trouver, quand même... »

J'avais une très grande envie de dormir. Il avait laissé les traces d'un feu. Pourquoi on ne trouvait plus rien maintenant ? Ou alors c'était un piège. Non, si c'était un piège, on serait déjà tombé dedans. De toute façon faut être sacrément débile pour tendre un piège à un mercenaire.

« Bon, on trouve rien, et il reste plus longtemps à dormir. On s'installe là, c'est assez couvert, on est entre deux sapins...ou chênes ? J'en sais rien...Faudrait que je relise ce livre qui parle des plantes de la foret... Alors ? On reste ici ? » Et avant d'entendre sa réponse, j'attachais mon cheval à un tronc, puis montais dans un arbre. « Je prends le premier tour, je te réveille dans trois heures, et tu veilleras jusqu'au matin. Comme d'habitude, en fait. Sauf que la on a qu'un seul tour chacun. Bon, bonne sieste ! »

Je cueillis une feuille et la dépeçais jusqu'à n'avoir plus que son squelette. Les trois heures allaient être longues... Ne pas s'endormir, ne pas s'endormir, ne pas...Oh ! Une idée !
Je testais d'abord la résistance de la branche, puis me mis en position du cochon pendu, pour faire le plus d'abdos possible. Au bout d'un moment, je lâchais prise, puis m'étendis sur le sol, et regardais les étoiles. La lune avait bien bougé, ça allait être le tour de Nalia...

Dans une heure et demie. Je me levais et fit des tours de ronde autour d'elle, puis m’arrêtais pour bailler. Je la regardais dormir. Elle était magnifique. Je n'ai eu qu'à la sauver, le jour de l'attaque, et nous sommes devenus inséparables...

Après une heure de veille, je la réveillais doucement, puis pris sa place encore chaude, et m'endormis comme un bébé. Nalia assurait toujours sa partie de la ronde, donc pas de soucis à se faire..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire du Chaos__Membre
avatar
Féminin Âge : 17
Autre(s) Compte(s) : Shadita Lozielle
Messages : 29
Date d'inscription : 18/03/2016
Mercenaire du Chaos__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune femme de 25 ans
Aptitudes: Don du dessin, maitrise du sabre
MessageSujet: Re: Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras] Sam 29 Juil 2017 - 17:50


La traque des fameux inconnus s'est arrêtée alors que la nuit était déjà bien avancée. Nalia n'avait rien contre le fait de continuer un peu plus longtemps mais elle avait remarqué la fatigue de son ami. Ainsi lorsque celui-ci lui demanda de s'arrêter pour dormir, Nalia n'avait pas bronché. Taël prit le premier tour de garde, comme ils en avaient l'habitude. Elle se sentait en sécurité en sa présence, si bien qu'elle trouva le sommeil en seulement quelques minutes. Taël la réveilla quelques temps plus tard avec sa douceur que la jeune femme aimait tant.

Elle se sentait désormais totalement reposée, elle fut d'abord très attentive à ce qui l'entourait, aux moindres bruits. Mais peu à peu, elle commença à relâcher son attention, et elle se retrouva bientôt perdue dans ses pensées, profitant de ce moment de calme. Elle se remémora cette journée de traque, avec l'escalade maîtrisée de ce fameux sapin par son compagnon, elle était toujours impressionnée par sa force, peut-être même envieuse, elle se sentait toujours trop faible. Heureusement qu'elle pouvait compter sur lui, il l'avait déjà sorti de situations bien dangereuses et désormais elle ne savait pas si elle pourrait s'en sortir sans lui. En tant que mercenaire évidemment mais moralement elle avait aussi besoin de lui. Sa seule présence lui faisait du bien.

Son corps se crispa brusquement lorsqu'un bruit inhabituel lui parvint. Un bruissement de feuille qui pouvait très bien provenir d'un humain tout comme d'un animal. Toujours est-il qu'il était bien trop près et trop bruyant pour l'ignorer. Elle se tourna vers Taël mais constata qu'il dormait profondément. Il semblait si paisible que Nalia en oublia presque la menace qui les guettait. Elle n'osa pas le réveiller. Le bruit ne s'était pas renouvelé et on entendait désormais plus que les habituels bruits de la nuit.

Nalia décida d'aller jeter un coup d’œil, préférant prendre quelques précautions, elle attrapa son sabre après avoir fixé son fourreau à sa ceinture. L'obscurité était loin d'être totale avec la forte lumière de la pleine lune mais la forêt était dense et les formes se confondaient. Mettant son sabre bien évidence devant elle, prête à frapper en cas de problème, elle avança le plus furtivement possible vers la source du bruit. La jeune femme avait au moins l'avantage d'être discrète presque totalement silencieuse avec sa démarche maîtrisée.

La mercenaire guettait tout ce qu'elle pouvait voir et étendre mais elle ne détecta rien d'inhabituel. Et lorsqu'elle arriva près du lieu où elle avait repéré le bruit, elle n'y trouva rien. Ni homme, ni animal. Elle fronça les sourcils, la situation lui échappait. Elle aurait du entendre la bête fuir, non ? Alors qu'elle s’interrogeait un peu plus sur l'origine du bruit, elle releva brusquement la tête lorsqu'elle attendit quelqu'un fuir un peu plus loin. Aussitôt alertée, Nalia se précipita à la poursuite de l'inconnu. Elle était quasiment sure que c'était l'homme qu'ils traquaient depuis quelques jours. Elle gagna peu à peu du terrain, elle était prête à lui trancher la gorge à tout instant. Il ne lui manquait plus que quelques mètres.

Le choc qu'elle reçut la fit tomber sur le côté. On lui avait tendu une embuscade. Elle avait reporté toute son attention sur l'inconnu qui la fuyait et avait totalement manqué l'homme qui venait de lui mettre un violent coup de poing dans les côtes. Ce lâche s'était caché au milieu des arbres et avait juste attendu le bon moment pour frapper. Il avait bien réussi son coup, Nalia était au sol, totalement tordue de douleur. Elle était à deux doigts de céder à la panique. Mais, elle retrouva totalement son sang-froid lorsqu'elle entendit l'un des deux inconnus dire qu'il allait tuer Taël. Sans défense, durant son sommeil, elle était sure que son ami ne survivrait pas. Elle se plongea dans l'Imagination et envoya un message à Taël pour l'avertir du danger.

Réveille-toi ! Des inconnus m'ont attrapée, ils foncent sur toi, ils veulent te tuer.

Elle n'ajouta rien, priant pour que le message l'ait bien réveillé. L'inconnu le plus musclé était parti, si bien que Nalia pouvait tenter de se battre. Elle se releva tant bien que mal et tenta de lui assener un coup de sabre. L'inconnu esquiva sur le côté sans mal, et assomma la mercenaire d'un coup de poing. Avant de perdre connaissance, Nalia pria pour que Taël s'en sorte, puis tout devint noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire du Chaos__Membre
avatar
Féminin Âge : 14
Autre(s) Compte(s) : Wilelmine Moonglane
Messages : 151
Date d'inscription : 18/03/2016
Mercenaire du Chaos__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 25 ans
Aptitudes: Insolent, charmant, combattant, persévérant... Toussa, toussa...
MessageSujet: Re: Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras] Jeu 3 Aoû 2017 - 0:54

« Réveille-toi ! Des inconnus m'ont attrapée, ils foncent sur toi, ils veulent te tuer. »
je n'avais plus que cette phrase dans la tête. L'homme était là, devant moi, et la seule chose à laquelle je pensais, c'était Nalia. Il était musclé, mais sa garde avait un nombre impardonnable de failles. Après, plus qu'à savoir lesquelles étaient des pièges, lesquelles non. Je me mis en garde et attendis que l'homme attaque. Je n'arrivais pas à discerner qui il était. Tant qu'il ne bougeait pas, je ne pouvais pas savoir à qui j'avais à faire. Je fis un pas de côté, pour voir s'il allait bouger. Non. Bon. Alors j'avançai. Aucun mouvement. Une fois à huit mètre de lui, je dégainai doucement mes dagues. Il choisit ce moment pour porter son premier coup – ce n'était sûrement pas un Marchombre... – que j'esquivais sans mal, et ripostai en portant un coup de taille vers son bras gauche. Il para, puis mis son poids sur son arme pour me faire basculer. Une fois qu'il eu posé assez de sa masse dessus, je me décalai, puis, avant de lui laisser le temps de reprendre son équilibre, je frappais le haut de sa colonne vertébrale avec le pommeau de ma dague. Il lâcha un petit couinement amusant et s'écrasa au sol. Il s'autorisa quelques secondes à terre. Secondes que j'utilisai pour monter dans un arbre au dessus de lui. Il se releva, sembla me chercher, puis leva la tête au moment où mon pied percutait son menton. Il tituba, puis se remis en garde. Je tournai autour de lui en lui assénant des coups légers. Il essaya de me blesser avec une taille, mais j'attrapai sa main, la retournai et lui assénai un coup de pied dans le plexus solaire – vive la souplesse –. Il desserra sa prise sur l'arme quand je tournais encore son poignet. J'attrapais donc sa lame et le jetai au loin, puis tournai plus son poignet. L'homme sembla résister, puis se tourna, espérant atténuer la douleur. Loupé. J'appuyai sur son coude alors retourné jusqu'à ce que le « crac » signifiant « os cassé » retentisse. Il lâcha un cri de douleur. Je lâchai donc son poignet et attrapai ses épaules, puis envoyai mon pied dans son genou. Il bascula son poids sur l'autre jambe, retenant un cri de douleur. Alors je plantai ma dague dans la cuisse de sa jambe valide. Il tomba à genoux – quel dommage, le pauvre – et je m'accroupis à ses côtés, laissant ma lame dans son membre.

« Alors mon coco, t'en veux plus où tu peux me parler comme ça ? »

Un grognement me signifia qu'il en voulait sûrement plus...Je tournais donc ma dague d'un quart de tour dans la plaie.
« Je te demande une deuxième fois. Tu peux parler ? »
« Ou..Oui... »
Un sourire peignit mon visage
« Alors dis moi où sont partis tes copains et combien ils sont. »
« ...Va au... »
Mon visage s'assombrit, ma bouche forma une grimace et j'appuyai plus sur ma lame. Il m'en empêcha en me poussant. Je repris mon équilibre en me levant, mais lui extrayait la dague plantée dans sa cuisse et l'utilisait comme arme en se relevant péniblement.

« Réveille-toi ! Des inconnus m'ont attrapée, ils foncent sur toi, ils veulent te tuer. »

Nalia avait besoin de moi. Ca ne m'amusait pas de devoir tuer un homme, mais là il fallait que je fasse vite. En même temps, si je le tuais, je n'avais aucune chance de la retrouver. Je fondis sur lui, bloquant sa lame avec mon bras et sa gorge contre ma dague.

« Réponds à mes questions. MAINTENANT ! »
Il fit glisser sa lame sur mon bras, mais j'avais prévu. Mon « armure » en pris un coup, mais pas moi. Je plantais alors son bras dans le tronc, puis récupérai l'arme qu'il m'avait prise.
« Indique moi leur nombre et où ils sont partis, ou je m'amuserais à couper tous tes membres un pas un. »
« Ils sont partis à l'ouest. »
« Qui sont-ils et combien ils sont. »
« Il est tout seul avec la fille. J'ai pas bien compris qui c'était, mais c'est un genre de barbare, je crois, un mercenaire. »
« Son nom. »
« Je sais pas... » Ses paroles moururent en même temps que lui.

Je me lançais dans la direction indiquée après avoir récupéré mes armes.

« Des inconnus m'ont attrapée »

Si j'allais assez vite, j'avais une chance de les rattraper. Maintenant, est ce que l'homme disait vrai ? J'essayai de contacter Nalia par je sais pas quoi dans sa tête, son Don, sûrement...Ah mais non, je peux pas moi, je suis pas un être extraordinaire...En même temps heureusement, parce que j'utiliserais quelque chose que je ne comprendrais même pas...

Il fallait que je bouge. Mais si je me lançais dès maintenant dans une mauvaise direction, je n'aurais aucune chance de les retrouver. Je regardai donc d'abord les alentours. Les deux chevaux étaient toujours là. C'était une bonne chose. Je n'étais pas très loin de la forteresse, est ce qu'il valait mieux que j'y retourne pour signaler la disparition de mon équipière, ou partir seul à sa recherche ? Non, je n'avais pas le temps d'y retourner, il fallait que j'agisse tout de suite. Je regardai le sol, je cherchai une piste pour quitter cet endroit.

Sans véritable indice, je décidai de monter sur mon cheval et de garder l'autre, puis partis au galop vers l'ouest. Je n'y croyais pas vraiment, mais c'était ma seule piste, et le mot est grand. Alors que mes yeux étaient concentrés sur ce qui m'entourait, mes pensées vagabondaient.

* Tu n'as pas été capable de remarquer qu'il y avait du bruit, que Nalia était en danger. *
* Mais tu dormais, ce n'était pas ta faute, c'était son tour de garde. *
* Mais si, bien sur que c'était de ta faute, si tu n'avais pas fait l'imbécile pendant ton tour, peut être que tu aurais entendu quelque chose... *
* Je suis sûr qu'il est arrivé après ton tour. *

STOP !!! Des avis contradictoires se bousculaient dans ma tête, et je n'arrivais plus à réfléchir correctement. Maintenant, tout ce qui importait, c'était de retrouver Nalia. Et rien d'autre. Je m'efforçais de faire le vide dans mon esprit mais c'était impossible. Cette phrase persistait.

Après de longues heures de chevauchée, je sentais que mon cheval fatiguait. A vrai dire, moi aussi, je sentais que ma tête était de plus en plus pesante sur mes épaules. Une pause s'imposait donc. Nous étions en fin de matinée, mais qu'importait. Nous avions bien besoin d'une pause. Justement, j'entendais une rivière couler non loin. Je fis donc halte à cet endroit, où je laissais boire les chevaux, puis m'allongeai à l'ombre d'un arbre. Je ne sentis pas le sommeil me prendre, m'envelopper, et je m'abandonnai à un rêve improbable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Misérable
» FINI - | - Etre misérable ou ne pas l'être... - | -
» Mis, Misère, Misérable... [Noah]
» Crains Moi, misérable Vermisseau.
» Viens boire un coup et t'en auras pour ton argent [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Plaines et montagnes de l'Est :: Montagnes de l'Est-