Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez|

Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2015
NEWBIE
MessageSujet: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Sam 7 Jan 2017 - 22:32

Carte situant le RP en Gwendalavir:
 


La terre craquelée s’étend à perte de vue.

On distingue au loin, vers le Nord, un impressionnant relief montagneux et enneigé : les frontières de glaces. Et au pied de ces montagnes se trouve la légendaire cité d'Al-Poll, en ruine depuis des décennie, abandonnée par les hommes. C'est à cet endroit qu'étaient retenues les Sentinelles, gardiennes de la Paix en Gwendalavir quelques années au paravent. Un Dragon montait leur garde, dissuadant toute tentative de sauvetage (pour ceux qui auraient sû où se trouvaient les sentinelles, ce qui n'était pas le cas). Aujourd'hui le Héros (nom du Dragon dans les légende) est parti et les ennemis de l'empire ont de nouveau délaissé ce territoire maudit, lui rendant à sa solitude.
Les frontières de glace sont les limites de l’Empire Alavirien. Les hauts pics sont éternellement enneigés et constituent une barrière naturelle pratiquement infranchissable, au soulagement des hommes car de l'autre côté se trouve le territoire des Raïs, des créatures mi-hommes mi-cochon, assoiffées de sang qui tentent depuis la nuit des temps d'envahir l'empire alavirien. Ces créatures sont heureusement repoussée grâce à des soldats sur-entrainés, se trouvant devant l'unique faille des frontières de glace. Mais cette histoire n'est pas la notre, elle se déroule un peu plus loin.
Notre histoire, se déroule le long du Pollimage, avant que celui-ci ne rejoigne le lac Chen, entre les plaines Shaal et les plateaux d'Astariul. Ces plateaux sont désertiques et font partie des endroits les plus dangereux en Gwendalavir. Les dangers y sont nombreux, les animaux sont les maîtres de ces territoires et même eux n'y sont pas en sécurité.
Seuls les fous s’aventurent sur ces terres maudites, et la mort est une promesse.

Les conditions climatiques sont très dures dans cette zone. Le froid est mordant et le vent omniprésent. Même les arbres ont du mal à survivre à ce vent qui vous gèle jusqu’aux os. Leurs branches squelettiques se secouent au rythme du blizzard, cherchant avec difficulté le soleil. Celui-ci est présent, mais ne saurait réchauffer ces terres gelées. Au pied des zones qu’on pourrait qualifier de « boisées » se trouve encore de la neige, vestige de la tempête de quelques jours au paravent. Malgré la présence du fleuve qui devrait apporter la vie, tout n'est qu'herbe seiche, terre fendues ou roches.

Rien ne pousse à cet endroit, nulle vie humaine n'a cherché à s'y établir. La ferme fortifiée la plus proche se trouve à une journée de marche de l'autre côté du fleuve, loin des grandes villes du continent. Les Terres du Nord sont des terres difficiles à vivres et bien que les paysages soient magnifiques, parfois presque désertique tandis que d’autres on y trouve des reliefs montagneux et des bois, cela ne suffit pas à attirer les voyageurs. Chaque communauté vit en parfaite autonomie et l’Empereur est un lointain sujet de discussion, qui ne les concerne pas tellement. L’empire semble devoir affronter de nouvelles menaces alors les aides financières, alimentaires et armées n’arriveront pas jusqu’à ces terres reculées, bien que des promesses aient été faites par le passé.


***


Dans le froid, chacun reste seul, à écouter le silence, parfois troublé par le cri déchirant d’une goule. Mieux vaut ne pas s'éterniser au milieu de nul part, car c'est là où vous êtes.
La vie est une flamme qu’il est si facile de souffler sur ces terres, alors vous qui venez d’y arriver, prenez garde. Fuyez tant que vous le pouvez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caryl Lightwood
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Mar 17 Jan 2017 - 23:39


“Bienvenue en Gwendalavir.”

Cross RP

Comme d’habitude Caryl avait franchi un portail, pour un chasseur d’ombre, un Nephilim c’était le moyen de déplacement couramment utilisé et pratique… À condition de connaître est bien visualisée sa destination.

Et pourtant Clay (son petit surnom), avait bien fait attention de se concentrer sur son point d’arrivée. Maintenant qu’il avait passé ce portail brillant, permettant de franchir ainsi aisément les dimensions, le jeune blond devait se rendre à l’évidence… Il n’était pas à Idris.
Tout habillé de noir, dans sa tenue de combat, de traque aux démons, armés toujours de ses poignards Séraphiques, sorte de long poignard à la lame brillante, semblable à du verre mais aussi tranchante que des lames de rasoirs, et bien campé sur ses pieds, il faisait ainsi face à un tout autre paysage qu’il n’avait jamais vu.

… Sérieusement c’est quoi ce bin’s ? lâcha-t-il contrarié. C'est alors qu'une bourrasque plus forte et glaciale le força à lever un bras pour se protéger les yeux. Ses cheveux blonds se mirent à danser autour de son visage fouettant l'air polaire. Clay ne portait qu'une tenue de cuir épais mais rien de bien chaud pour supporter un tel climat. Il n'avait pas prévu que ce portail soit défectueux et se trompe de dimension. Normalement à cette époque de l'année à Idris, et tout particulièrement à Alicante, la belle cité de verre des Nephilims, terre sacré et invisible des Terrestre, il faisait bien meilleur que dans ce patelin inconnu.

Mais par l'ange… Où il avait atterri au juste ? Le chasseur d’ombre totalement paumé, brava le souffle mordant et polaire et fit quelques pas dans ce paysage totalement inhospitalier, cherchant des indices, quelques traces d’une civilisation dans le coin. Et comble de malchance, il n’existait pas à son sens une rune pouvant lui éviter de mourir d’hypothermie. Des marques magiques que ses guerriers angéliques pouvaient se tatouer sur la peau avec leurs stèles ( La stèle: objet magique de forme allongé au bout pointu composé de la même matière que leur poignard, qui leur permettait ainsi de dessiner les runes sur leurs corps.)

fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Hope T. Gathercole
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Jeu 19 Jan 2017 - 0:39

“Bienvenue en Gwendalavir
Cross RP

La chasseuse d’ombres n’eut même pas le temps de dire de crier qu’elle se retrouva aspirée par un Portail. Ses engins, utilisant la technologie des chasseurs d’ombres et la magie des sorciers étaient étudiés pour se déplacer d’un point A à un point B, en utilisant la force de la pensée, c’est à l’utilisateur de visualiser sa destination, où il arrivera un clin d’œil plus tard en un seul morceau. Mais qu’arrive-t-il aux utilisateurs qui n’arrivent pas à visualiser leur point B ? Et bien on dit qu’ils finissent perdus, coincés entres deux dimensions.

Et c’est exactement à ça que penser Hope au moment où elle reconnue les sensations que provoque un Portail. Plutôt que d’imaginer de toutes ses forces sa maison, Idris ou un quelconque autre endroit, la seule chose à laquelle elle pue penser fut : « Je suis perdue ».

Tout s’était passé si vite ! Elle se battait contre un sorcier renégat quand ce scélérat réussit à ouvrir un Portail dans son dos sans qu’elle ne le remarque et l’y avait poussé. La jeune fille s’en retrouva toute étourdie et incapable de penser à sa destination, elle ferma les yeux et s’abandonna à sa destinée.

Lorsque l’air lui revient, il était si froid que s’en était douloureux et le cri qu’elle n’avait pas pu sortir, retentit dans le silence de ce qui ressemblait vaguement à une forêt d’arbres morts. Incapable de trouver ses repaires, son corps tomba, attiré par la gravité terrestre. Le choc lui arracha un gémissement de douleurs, déjà blessée par son combat, elle pouvait sentir au moins deux blessures importantes à l’épaule et à la cuisse, quelques vilaines égratignures, dont une entaille le long de sa joue.

Le temps de reprendre ses esprits, elle se mit sur ses pieds difficilement puis regarda autour d’elle pour tenter de se repérer. Elle referma bien la cape sur elle, tentant de garder un minimum de chaleur corporelle même si elle sentait déjà le froid gagner le cuir de sa tenue de combat. Par tous les anges, où avait-elle atterrie ?! Elle ne reconnaissait rien, aucun paysage, même les plantes lui étaient inconnues. De plus, son instinct lui soufflait à l’oreille qu’elle était loin de chez elle, loin, très loin. Dans un autre monde. Hope regarda dans le vide, pétrifiée, et si elle était perdue à jamais ?
Dans tous les cas, elle était vivante, et il fallait qu’elle le reste si elle voulait comprendre ce qui venait de se passer et surtout rentrer chez elle. Pour le moment, sa priorité était de trouver un endroit plus abrité du vent qui fouettait ses vêtements et faisait claquer ses cheveux noirs sur son visage, sale de terre et de sang. Temps qu’elle pouvait marcher, ses blessures pourront attendre l’iratze salvatrice, qui viendra guérir chaque plaie [une iratze est une rune de guérison]. Elle avait besoin d’un abri !

Hope rabattit sa capuche pour se protéger un peu plus du froid et maudit le sorcier qui l’avait mit dans cette galère avec un peu de chance, l’ange Raziel le châtiera peut être pour avoir envoyé un de ses soldats dans une autre dimension. Mais elle savait très bien qu’il n’en fera rien, les anges ne descendent pas du ciel pour venger leurs soldats. Elle lâcha presque un cri de frustration mais ne s’autorisa d’un grognement.

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Frontalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Elyssa Cil'Darn
Messages : 125
Date d'inscription : 02/01/2014
Frontalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Frontalier - 46 ans
Aptitudes: Résiste au chant marchombre
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Sam 21 Jan 2017 - 14:15

Edwin - MDJ:
 


Goule, définition:
 

Le prédateur se redresse. Un clignement d’yeux et un froissement dans l’air : une proie potentielle est venue occuper son champ de vision. Ses longues griffes frémissent par anticipation. La créature se terre. Elle guette. Cherche à savoir si ce gibier est envisageable. Aucune fournaise autour de lui, aucun danger immédiat. La proie est immobile, si ce n’est un mouvement défensif des membres supérieurs, et semble peu véloce. Elle tient bien deux lames dans les mains, mais le chasseur n’en a que faire ; les lames ne l’effraient pas. Un repas aisé.  
Une décision rapidement prise.

La goule observe sa cible se mettre en mouvement sans but précis et se précipite en avant, attaquant de front. Elle avale les mètres sans effort en dépit de son allure décharnée. Elle n’a plus qu’à refermer ses bras sur sa proie et attendre que le froid anesthésie son cœur. Douce sensation.






Il existait réellement des voyages plus agréables que d’autres. Traverser les plateaux d’Astariul n’entrait définitivement pas dans la catégorie des périples reposants. Edwin avait beau avoir traversé les plateaux à plusieurs reprises, il n’en était que plus conscient du risque omniprésent. Il savait parfaitement que la moindre erreur ici pouvait s’avérer fatale. Le souvenir du voyage jusqu’aux Figés avec Ewilan et tout le groupe avait d’ailleurs bien failli connaître une fin prématurée en ce même endroit.

N’importe qui d’autre, aperçu errant seul dans ce paysage craquelé par le gel, serait considéré comme un fou, ou un suicidaire. Mais Edwin n’était pas n’importe qui, et il avait une mission. Le temps imparti lui avait imposé la traversée de l’une des zones les plus dangereuses de l’Empire mais comme toujours, le devoir primait sur son confort personnel.

Le jour déclinait inéluctablement, aussi pressa-t-il le pas de son cheval. Il était certain de retrouver la vieille bâtisse de pierre qui lui avait sauvé la mise à plusieurs reprises, mais espérait la rejoindre avant que la nuit ne soit tombée.

Il arrêta sa monture d’un mouvement du buste. Attentif au moindre mouvement et au moindre bruit, il avait perçu une silhouette. La lame de son sabre chanta discrètement en sortant du fourreau qui siégeait entre ses omoplates tandis qu’il plissait les yeux pour tenter de mettre une identité sur la menace qui se situait encore bien loin du poitrail de son cheval. Une goule ? La silhouette se tenait un peu trop droite. Un voyageur ? Qui d’autre qu’une personne complètement aliénée pouvait se promener seule ici ? A pieds ! Il se servit du pauvre couvert de quelques arbres désossés par le froid pour approcher par l’extérieur et ainsi vérifier sa théorie. La silhouette n’était définitivement pas celle d’une goule, quoiqu’elle fût un peu fermée, probablement dans le but de se réchauffer. De plus, son attitude n’était clairement pas celle d’un prédateur. Elle semblait… perdue ?

Bien que toujours sur ses gardes, le maître d’armes mit sa monture au trot, sabre au clair mais sans se montrer plus agressif que nécessaire. Il s’arrêta à quelques mètres de la femme qu’il découvrait sous la capuche, le visage vide de toute expression dans son habituelle concentration. Il détailla l’étrangère, vêtue de cuir sombre mais pourtant il aurait mis sa main à couper qu’elle n’était pas marchombre. [Marchombres = guilde d’esprits libres et surentraînés qui mettent leur vie et leurs capacités physiques à conquérir leur liberté et à suivre la voie de l’Harmonie]. A sa position et à ses traits crispés, il pouvait déceler qu’elle était blessée. Comment était-elle encore en vie, affaiblie au beau milieu des plateaux ?

- Qui êtes vous ?

Sa voix ne dégageait aucune information, si ce n’est un calme qui résonnait  étrangement au milieu des courants d’air glacés qui se jouaient d’eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2324-journal-de-bord-d-edwin-til-il
Hope T. Gathercole
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Mar 24 Jan 2017 - 17:29

Hope Gathercole:
 

“Bienvenue en Gwendalavir
Cross RP

La chute avait été trop rapide pour que Hope puisse se rattraper convenablement. Le choc réveillant ses douleurs, elle eut du mal à se mettre en retour mais elle avait vu pire, vécu pire, ce n’était pas ça qui allait l’arrêter, elle était dans un territoire inconnu, même pas sûre d’être encore sur Terre, il lui fallait un abri et vite car le paysage hostile dans lequel elle évoluait ne lui disait rien de bon. Tout ici ne semblait être que froid, mort et désolation. Était-ce une farce ? Une hallucination ? Le sorcier lui aurait-il joué un mauvais tour ? Non, elle était bien passée dans un portail. Alors par l’Ange où était-elle ?

Concentrée sur son avancée, elle sentit les petits cheveux de sa nuque se dresser, au début, mit sur le compte du froid, l’idée qu’elle était épiée ne lui vient à la tête que quelques instants plus tard. Mais elle ne s’arrêta pas pour autant, le froid commençant à gagner de plus en plus son corps, si quelqu’un voulait l’agresser, qu’il vienne. Elle referma une main sur le manche froid du poignard accroché par un holster sur le haut de sa cuisse. Elle préférait utiliser une lame en acier plutôt qu’un des poignards séraphiques lassés dans son dos.

Le son des sabots d’un cheval se fit entendre, Hope se contenta de ralentir son avancée, courir était trop risquer et s’arrêter pourrait aussi être dangereux. Mentalement, elle comptait la distance qui la séparait du cheval, tout en se remémorant les meilleures techniques à utiliser contre un cavalier. Alors qu’elle le sentit proche, la jeune fille se retourna pour découvrir un homme adulte qui aurait largement pu être son père. Il est imposant sur son cheval, aussi expressif d’une tombe mais ne semblait pas vouloir s’attaquer à elle, bien que son sabre soit prêt à sortir de son fourreau. Quelque chose dans sa façon de se tenir lui laissait sous entendre qu’il savait s’en servir et n’hésiterait pas à l’utiliser. Elle lâcha le manche de son arme, inutile d’attiser les braises, si elle pouvait se passer d’un combat, elle le ferait volontiers. Une des premières choses qu’elle a apprit : ne pas jouer aux héros on y perde des plumes. Les règles du jour : pas d’imprudence, pas d’insolence, profil bas, trouver des réponses aux questions.

« Qui êtes vous ?
-Je m’appelle Hope, j’ai été attaquée et je me suis perdue. Je ne suis pas d’ici. »

Elle avait hésité à lui donner un faux prénom, à mentir, mais si cet homme pouvait l’emmener en sécurité, elle n’avait rien à gagner à le baratiner, surtout si il était l’une de ses personnes à pouvoir déceler les mensonges. De plus son instinct lui criait de se méfier de lui.
Elle découvrit son visage, dévoilant sa peau de porcelaine couverte de terre et de sang, l’estafilade qui courrait le long de sa joue,  ses yeux sombre, de longues mèches de cheveux noirs tombés de son chignon dissimulaient les runes de son cou. Elle remit sa capuche, afin de préserver son visage du froid.
D’un coup elle se sentit loin de chez elle, loin de ceux qu’elle aime. Loin de se douter que d’autres qu’elle s’étaient vue transportés ici, un vague instant elle se demanda si elle arriverait à rentrer chez elle.

« Si vous pouviez m’indiquer l’abri le plus proche cela se serait utile. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Frontalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Elyssa Cil'Darn
Messages : 125
Date d'inscription : 02/01/2014
Frontalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Frontalier - 46 ans
Aptitudes: Résiste au chant marchombre
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Lun 30 Jan 2017 - 15:30

@ Caryl : N'hésite pas si tu as besoin de plus de renseignements sur la goule, je comptais sur notre rencontre juste après pour venir te donner un coup de main !

L’inconnue lâcha le manche de l’arme qu’elle avait eu pour réflexe de saisir, démontrant ainsi qu’elle ne chercherait pas l’affrontement. La pointe de son propre sabre s’abaissa de plusieurs centimètres, ses réflexes assurant toujours sa protection au cas où elle sortirait d’autres armes, comme les lames qui se croisaient dans son dos. Sans un mot, il demanda à sa monture de s’approcher de quelques pas tranquilles.

- Je m’appelle Hope, j’ai été attaquée et je me suis perdue.

Drôle d’endroit pour se perdre, mais par Merwyn, il avait appris à écarter ses certitudes le jour où Ewilan était apparue sous son nez, au beau milieu de la forêt. La jeune femme qui lui faisait face était-elle capable d’effectuer des pas sur le côté ?

- Je ne suis pas d’ici.

Sa dernière précision était une évidence, qui ne lui en apprenait toutefois rien de plus sur la façon dont elle s’était retrouvée au milieu des terres les plus hostiles de l’Empire. Etait-elle arrivée par un Grand Pas, comme seuls les plus grands Dessinateurs employaient ?
Quoiqu’il en fût, les premiers mots de Hope lui paraissaient francs, et s’il ne comptait pas lui accorder sa confiance de sitôt, il ne la considérait pas comme une menace. Comme pour le lui prouver, elle découvrit son visage, laissant apparaître à la pâleur du jour déclinant son état de fatigue. Les iris gris acier du Frontalier glissèrent sur les traits de son visage, effleurèrent l’estafilade qui zébrait sa joue, s’accrochèrent à une mèche rebelle qui débordait de son chignon, avant de venir plonger dans ses pupilles d’encre.
Son sabre retrouva le chemin du fourreau entre ses omoplates.

-  Si vous pouviez m’indiquer l’abri le plus proche cela se serait utile.

Toujours aussi taciturne, le maître d’armes mit souplement pied à terre. Il dénoua l’attacha de la cape fourrée qui le coupait des assauts vicieux du vent d’ici pour la tendre à la jeune femme, dont les lèvres viraient lentement mais sûrement vers le bleu.

- Je connais un endroit qui pourra nous permettre de passer la nuit sereinement. Il ne devrait plus être très loin.

En vérité, il était soulagé qu’elle ne cherche pas à savoir où elle se trouvait avant de l’accompagner, car le temps qu’il aurait passé à lui décrire l’Empire sans être capable de répondre à toutes ses questions sur son apparition aurait constitué un danger non négligeable. Voire mortel s’ils ne parvenaient pas à l’abri avant que la nuit ne se soit installée. Il se jucha d’un bond sur son cheval, tout en légèreté et sans le moindre effort, geste qui témoignait de son habitude, avant de tendre le bras à Hope dans l’idée de l’aider à mettre le pied à l’étrier pour se placer derrière lui.

- Vous savez monter ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2324-journal-de-bord-d-edwin-til-il
Hope T. Gathercole
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Jeu 2 Fév 2017 - 19:14

“Bienvenue en Gwendalavir
Cross RP


Hope sentit un moment de tension entre les deux, on en apprenait beaucoup en regardant les gens, même si ces derniers étaient aussi fermés que des huitres. Elle savait qu’il l’analysait le moindre de ses gestes, et avec son sabre au clair, un mouvement mal interprété pourrait déclencher un affrontement, chose que la jeune fille ne pouvait s’offrir le luxe d’essuyer des coups avec ses blessures, peut être finalement aurait-elle due soigner ses blessures.
Après un léger flottement, ce n’est qu’une fois sûre que ni l’un, ni l’autre n’avaient des idées dernière la tête que le cavalier s’approcha et lui demanda de décliner son identité, ce qu’elle fit, nul besoin de chercher les ennuis quand on se sait en difficulté.

Elle n’avait certainement pas peur de l’homme, elle laissait ses yeux gris inspecter son visage, se demandant ce qu’il voyait, une espèce de sauvageonne ? Après tout elle était couverte de terre et de sang… Ou bien voyait-il la guerrière qui se cachait sous la crasse et la fatigue. Peut être juste une ado… armée certes. Heureusement que ses vêtements cachaient ses runes, pas sûr que des lames en adamas* et un corps couvert de tatouages étranges entremêlés sur une peau couverte des fines cicatrices jouent en sa faveur tant qu’elle n’en savait pas plus sur où elle se trouvait, comment rentrer et qui était cet homme qui avait rangé son épée et descendait de cheval.

Il lui tendit sa cape fourrée que Hope enfila sur son dos, elle était imprégnée de l’odeur de l’homme mais au moins elle était abrité sur froid qui commençait à lui geler les os.

« Je connais un endroit qui pourra nous permettre de passer la nuit sereinement. Il ne devrait plus être très loin. » La jeune fille acquiesça, pour signaler qu’elle avait entendue. Elle fronça le nez signe de contrariété.
« Vous êtes sûr que vous n’avez pas besoin de votre cape ? »
Après tout, il ne lui semblait pas être un surhomme, si le froid pouvait la toucher, lui aussi ! Il restait des non-dits entre les deux, mais cela suffira pour le moment. Hope le regarda remonter en selle.
« Vous savez monter ? »
La chasseuse d’ombres retint un sourire qui ne forma au coin de sa lèvre qu’un discret rictus.
« Les cheveux ne font pas des choses qui ne font peur. »
Elle attrapa le poignet de l’homme avant de s’installer facilement derrière lui. Dans un coin de sa tête, elle nota que c’était peu prudent de la laisser monter derrière lui, elle pourrait facilement lui enfoncer son poignard dans le dos mais c’était pour l’instant son seul moment de s’en sortir, elle ne connaissait les lieux et c’était contre ses valeurs. Elle contracta ses abdos et cala ses jambes contre les flancs de la monture prête pour la route.

« Puisque vous savez mon prénom, peut être pourriez vous me donner le votre ? » Hope humecta ses lèvres desséchées par le froid et se mordit la lèvre inférieure. « Merci de m’accorder votre aide. »


black pumpkin


*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caryl Lightwood
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Mar 28 Fév 2017 - 22:55


“Bienvenue en Gwendalavir.”

Cross RP

Le froid, le climat était saisissant. Clay pour ne pas geler sur place avança et se força à bouger dans ce paysage inhospitalier.

Il n’y avait pas un chat, pas un vampire, pas une fée, pas une créature obscure, alors il ne pouvait pas compter trop sur un terrestre ou un copain chasseur d’ombre comme lui. Où était-il ? Aucune idée, et comment retrouver les siens ? Il n’en savait pas plus non plus. Jamais encore il ne s’était trouvé dans une telle galère. Un instant il songea à l’une des histoires de son père Jace, lui et sa mère ainsi que ses amis, s’étaient retrouvés bloqués dans une dimension démoniaque. Est-ce que c’était ça ? Était-ce un coup de Valentin Morgenstern, son grand-père ? Le prince ensorceleur ? Le Nephilim qui au temps de la jeunesse de ses parents, avait semé la mort, la guerre, des tentatives de discordes entre les chasseurs d’ombres et les créatures obscures.

En tout cas il caillait un max et continuait à se déplacer en espérant trouver une zone plus abritée. Il avançait à l’aveugle, ignorant quelle direction prendre et cela n’aidait pas le jeune Nephilim à se sentir bien mieux. Y avait-il seulement une civilisation par ici ?... Il doutait réussir à trouver un abri avant de mourir de froid. Il tâtonna dans la poche de sa veste de combat, et trouva sa stèle. Une stèle est un outil utilisé par les chasseurs des ombres afin de tracer les runes sur leur peau, sur des armes ou sur d'autres matériaux. Elles sont créées par les Sœurs de fer grâce à l'Adamas. Elles sont toutes formées de la même manière. Elles sont longues et fines. Mais si la forme reste à peu près la même, tous les Chasseurs des ombres la personnalise à son goût. Les stèles sont imprégnées de l'aura de leurs possesseurs, ainsi si un chasseur des ombres trouve une stèle n'étant pas la sienne, le visage de l'ancien détenteur va apparaître dans son esprit.
Les stèles sont rarement utilisées pendant le combat car elles n'ont pas été faite pour un combat direct avec l'opposant. Elle s'utilise principalement avant un combat afin d'améliorer ses capacités physiques et d'améliorer ses armes. À la vue d'ne stèle, les démons ont tendance à reculer car elle est formée à partir d'une pierre angélique, l'Adamas.
Enfin bref il agrippa sa stèle et avec tenta de se tracer une rune d’endurance et de force sur la peau… sauf que… Il haussa un sourcil, elle ne réagissait pas. Aucune trace, aucune brûlure sur sa peau, rien. Elle semblait amorphe.

- Par l’ange… je ne suis pas dans la merde alors. Il pesta et releva la tête, c’est alors qu’il entendit comme un bruit dans la végétation aride derrière lui. Quelques choses approchaient, faisaient craquer les branches et surtout reniflaient et émettaient un drôle de bruit, une respiration sifflante, un léger grognement, comme un cliquetis grinçant inquiétant.

Il pivota sur ses talons, agrippa le manche de son poignard séraphique et appela l’ange pour activer la lame brillante… Mais elle demeura amorphe aussi comme la stèle.
Clay campé sur ses pieds alors qu’une forme horrible se détacha dans les buissons devant lui, cria le nom de l’ange encore une fois avec au fond de son cœur, pour la première fois une désagréable sensation de panique.
Sans son poignard, sans les runes, sans le pouvoir angélique, il n’était pas dans la merde. La créature se dégagea de ce buisson et même s’il n’en avait pas vu des comme ça encore, ça semblait aussi laid et répugnant que l’un des démons qu’il avait pu buter dans son monde… sauf que là… Il allait devoir se battre de façon plus terrestre et il n’était pas sûr d’arriver au bout de cette bestiole.

Bon Bah… approche...vient voir Tonton Clay l’affreux… bordel je crois bien que je vais crever ici. Grogna-t-il entre ses dents alors que la bête s’élança vers lui pour en découdre lui.
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Frontalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Elyssa Cil'Darn
Messages : 125
Date d'inscription : 02/01/2014
Frontalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Frontalier - 46 ans
Aptitudes: Résiste au chant marchombre
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Sam 4 Mar 2017 - 15:08

La jeune femme ne rechigna pas à le délester de la cape qu’il lui tendait. Il n’avait aucune idée du temps qu’elle avait passé seule sur les plateaux, mais il paraissait clair qu’elle était frigorifiée. Ce qui ne l’empêcha pas de demander :

- Vous êtes sûr que vous n’avez pas besoin de votre cape ?

Le Frontalier chassa cette futilité d’un signe de tête avant de l’aider à se hisser sur sa monture. A sa question, elle affirma d’un air décidé que monter à cheval n’était définitivement pas un obstacle pour elle. Contrairement à ce que la scène actuelle dénotait, elle ne semblait pas du genre à jouer les demoiselles en détresse. La facilité avec laquelle elle prit place derrière lui confirma ses dires, et il ne perdit pas une seconde de plus pour remettre son cheval en route.

- Puisque vous savez mon prénom, peut être pourriez vous me donner le vôtre ?

Le cavalier tourna à demi la tête afin que sa voix ne se perde pas dans le vacarme strident des courants d’air glacés qui s’ancraient de plus en plus profondément dans l’air ambiant.

- Edwin.


Sa réponse laconique n’avait aucunement l’intention de sonner froide, mais la concentration qu’il mettait à surveiller tous les angles de son champ de vision et tous les bruits qui se terraient derrière les assauts du vent, associée à sa concision naturelle, pouvait paraître comme tel.

- Merci de m’accorder votre aide.

Edwin hocha la tête, distrait par un infime mouvement au loin. Sa vue était elle aussi charriée par le vent, toujours était-il qu’il ne lâcherait pas cette tache des yeux avant d’avoir pu en écarter le danger. Le trot de l’équidé les rapprochait lentement mais sûrement vers ce qui ressemblait de plus en plus à des silhouettes humaines. Ou du moins une silhouette humaine.
Et une goule.

Un cri bien humain suivit cette découverte, et Edwin parvint à se saisir de son arc malgré la cavalière derrière lui. Retenant une injure face à ce débarquement inédit de touristes écervelés sur les plateaux les plus dangereux de l’Empire, il donna à Hope ses dernières directives.

- La bâtisse qu’il te faut rejoindre est à un peu moins d'un kilomètre au nord ouest – il lui indiqua la direction de son arc, l’autre main sur les rênes – Galope jusque là bas et enferme toi jusqu’à ce que je t’y rejoigne.

Il était clairement insensé de laisser sa monture à une inconnue, mais Edwin ne se trompait jamais sur les gens. Et il ne tenait pas à ce que la jeune femme déjà blessée constitue une proie pour la goule avec laquelle il avait décidé d’en découdre. Arrivés à quelques dizaines de mètres de l’affrontement qu’il voulait à tout prix éviter, le Frontalier plaça les rênes dans la main de la jeune femme, ayant donné la nouvelle direction à son cheval, et sauta à terre, armes en main. Il ne prit pas la peine de vérifier que Hope avait suivi ses directives. Rengainant son sabre dans son dos, il brisa la pointe d’une flèche et banda son arc avec le frêle bout de bois qui en résultait. Sur une expiration, il laissa filer le trait, qui se ficha dans le bras de la créature en mouvement. La goule, qui s’était saisie de l’homme qui l’affrontait, lâcha sa proie sous le coup de la douleur, faisant par là même refluer le froid glacial qu’elle avait commencé à lui transmettre. Elle se tourna vers l’origine du trait, et se mut remarquablement vite. Mais Edwin avait déjà cassé et installé une autre flèche à son arc et tenait en joue la créature qui se ruait sur lui. Sur une expiration, la créature s’effondra, une mèche de bois plantée en plein cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2324-journal-de-bord-d-edwin-til-il
Hope T. Gathercole
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Mer 15 Mar 2017 - 20:43

“Bienvenue en Gwendalavir
Cross RP


L’homme ne semblait absolument pas dérangé par le fait de lui prêter sa cape, ne voulant pas insisté, elle prit le poignet de l’homme et se hissa sans soucis derrière lui. A peine installée que le cheval avançait déjà. Hope étudia le paysage qui se mettait en mouvement. Cette terre semblait vraiment morte et désolée, elle cherchait des signes de vie, des éléments qui pourraient lui donner une indication sur l’endroit. Elle serra la cape sur sa poitrine et demanda au cavalier son prénom qui s’appelait donc Edwin, un nom qu’elle joua de consonance anglaise mais le décor ne collait pas vraiment avec ce qu’elle savait de l’Angleterre.

Lorsqu’elle le remercia de l’aider, elle cru reconnaitre un regard profondément alerte. Seraient-ils dans une zone propice au danger ? Alors qu’au loin des silhouettes se dégageaient, une humaine et l’autre ressemblant à un démon aux yeux de la jeune femme, elle se concentra sur la scène, était-elle finalement bien sur Terre ? Au plus ils s’approchaient, au plus elle était persuadée que l’humain était un chasseur d’ombre.
Un cri leur parvint à travers les coups de vent glacial. Hope sentit Edwin s’agiter et sortir son arc et lui donna des consignes claires et simples :
« La bâtisse qu’il te faut rejoindre est à un peu moins d'un kilomètre au nord ouest. Galope jusque là bas et enferme toi jusqu’à ce que je t’y rejoigne. »

Sans attendre de réponses, il lui légua les rênes et sauta à terre. Mais il était hors de question qu’elle aille s’abriter alors que d’autres se battaient, après tout, s’était son devoir de protéger les autres. Elle tira sur les rênes pour faire changer de direction à l’animal, à terre Edwin était en train de viser sa cible. Lorsqu’elle reporta son attention sur le démon et sa victime, son sang se gela. La victime du démon était nulle autre personne que Clay, son cher ami.
Elle enfonça ses talons dans les flancs de l’étalon, lança sa monture vers eux. A l’instant même, Edwin lâcha sa flèche qui alla se loger dans la poitrine du démon. Le fait qu’il ne s’évapora pas inquiéta profondément la guerrière. Était-ce la créature qui était plus forte qu’une flèche bien placée ou ils étaient dans une des dimensions démoniaques ? Elle combla la distance entre Clay et elle en un clin d’œil. Aussitôt le cheval arrêté, elle sauta à terre. Trop brutalement car elle trébucha sur sa jambe blessée. Mais loin de se soucier de la douleur ou de si la plaie s’était rouverte, elle couru vers lui. Même blessée elle arrivait encore à courir qu’un humain normal, ses gènes angéliques étant à la chose.
« CLAY ! Clay ! Ca va ? Tu n’es pas blessé ? »

Elle lui fonça presque dessus et finit sa course en l’enlaçant, de façon un peu brutale mais pour sa défense elle avait eu très peur pour lui. Hope en profitant pour le pousser un peu plus loin de la bête qui gisait par terre. La jeune fille lâcha son ami et dégaina la lame qui était sanglée à sa cuisse et la pointa sur la créature.

« Tu crois que c’est mort ?... »

Elle le regarda incertaine. Au moins elle n’était pas seule dans ce paysage hostile.

black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2015
NEWBIE
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Sam 8 Avr 2017 - 22:54

Lorsqu’Edwin fut certain que la goule n’était plus une menace, il relâcha la tension de son arc, prenant toutefois garde à maintenir la flèche brisée encochée, au cas où un autre danger surviendrait.
Il inspira calmement, écoutant avec attention les bruits des environs, cherchant un potentiel ennemi supplémentaire. Tout ce qu’il entendait, outre le sifflement torturé du vent, c’était les paroles de la demoiselle qui semblait connaître la victime de la goule. Un lien fort semblait les unir et Edwin la toisa d’un regard sévère. Ce n’était pas une raison pour désobéir à son ordre qui était pourtant simple. Elle avait pris le risque de venir ici, et de les mettre tous en danger, pour rien. Elle était incapable de lutter face à la créature qui s’en était prise à son ennemi et elle était toute aussi incapable de le soigner.
Ne disant mot, le maître d’armes s’avança de sa démarche souple jusqu’aux jeunes gens. Il avait appris grâce à Ewilan que les jeunes demoiselles avaient tendance à faire ce qu’elles désiraient, sans prêter réellement attention aux ordres émis, même s’ils étaient sages et prudents.
Un jeune homme à la chevelure blonde était allongé par terre, désormais blotti dans les bras de la cavalière. Il avait senti le froid le mordre et l’arracher à la vie, mais il semblait qu’Edwin soit intervenu à temps. Son visage était encore bien pâle, mais ses yeux étaient entrouverts, il y avait encore de l’espoir. Ils devaient agir vite.

« Tu crois que c’est mort ?... »


Le regard d’acier d’Edwin se tourna en direction de la silhouette spectrale, immobile. Oui. Le bois lui avait causé des dommages qu’aucune lame, fut-elle aussi tranchante que la faux de la mort en personne, n’aurait pu lui faire subir.

-Oui.


Edwin rangea la flèche brisée et posa son arc au sol, s’approchant de la victime. Clay, cela devait être son nom, il avait entendu la demoiselle l’appeler. Il lui prit rapidement le pouls, et s’assura de la température de son corps. Il était froid, mais son cœur battait encore.

-Il lui faut de la chaleur. Prends-le avec toi sous ma cape, montez sur le cheval et galopez jusqu’à l’abri que je t’avais indiqué. Tu y trouveras de quoi faire un feu, allume-le, et ensuite réchauffe ton ami de ton mieux. J’arriverais dès que possible, nous verrons à ce moment-là la meilleure stratégie à adopter.

Il tut le fait qu’il n’y avait pas la moindre trace de civilisation à moins de deux jours de marche, ça n’apporterait rien de bon à leur moral. Il tût également le fait que son ami devait être soigné très rapidement, car le mal que distillaient les goules dans le corps de ses victimes ne disparaissait pas uniquement avec la chaleur d’un brasier. Il tut également le fait que certains de ses amis proches pourraient les aider, mais qu’il était actuellement dans l’incapacité de les contacter… Il en restait plus qu’à agir au mieux.
Il les aida à s’installer sur la monture, serrés l’un contre l’autre, recouverts de sa chaude cape. Le frontalier observa la demoiselle et hocha la tête. Il était temps qu’ils partent. Claquant le postérieur de sa monture, Edwin observa son destrier filer en direction du Nord-Ouest.

Seul, Edwin de mit en marche. Ses foulées étaient rapides, son souffle régulier et son esprit établissait différentes stratégies. Il ignorait le froid qui mordait sa chair et le vent qui faisaient perler quelques larmes aux coins de ses yeux. Devant sa bouche se formaient régulièrement des nuages de buée.
Plissant les yeux, il remarqua la silhouette de l’abri. Un soulagement l’envahit, tandis que les questions continuaient de tournoyer dans son esprit. Comment ces jeunes gens s’étaient-ils retrouvés au milieu des plateaux d’Astariul ? Aucune trace ne menait à eux. Ils n’étaient pas habillés pour ces terres, ils n’avaient pas de chevaux, ils étaient vêtus étrangement….
Et il n’aurait probablement jamais ces réponses car lorsqu’il arriva, la pénombre l’accueillit. Il était aussi seul que sur les plateaux. Il aurait pu croire à un songe, mais l’absence de son destrier tout celle comme de sa cape lui assuraient qu’il s’agissait de la réalité, et que la nuit, tout comme les jours prochains, serait particulièrement difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caryl Lightwood
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Lun 15 Mai 2017 - 10:23


“Bienvenue en Gwendalavir.”

Cross RP

Comme d’hab il s’était foutue dans une merde royale.

Il ignorait totalement où il pouvait être, ici régnait un climat polaire mais sans les pingouins (=D) et pour couronner le tout, car oui tant qu’à faire quand Caryl attirait les problèmes il ne faisait jamais à moitié, un genre de démon venait de débarquer et semblait vouloir en découdre avec lui. D’ordinaire Clay n’était pas contre un peu d’action bien au contraire, mais apparemment ses armes angéliques ne répondaient plus. Il ne pouvait que combattre avec une épée qui heureusement il avait sur lui, mais ses trois poignards séraphiques demeurèrent quant à eux totalement amorphes à leur nom. (Oui car chaque arme angélique s’active quand le Nephilim la baptise d’un prénom d’ange).
Il devait être dans une dimension démoniaque, son père lui en avait parlé plusieurs fois quand il était petit. Avec sa mère et ses amis lors de la Grande guerre Obscure contre Sebastien Morgenstern, ils avaient dû plonger dans une dimension démoniaque afin de le retrouver et éradiquer ses plants de domination.
Il ne sentait quasiment plus ses doigts, ils étaient quasi totalement gelés sur la garde de son épée. Honnêtement il n’était pas sur du tour d’en venir à bout de ce monstre dans ces conditions. Peut-être était-il bien venu son heure… Loin de New York, loin d’Idris aussi, loin de sa famille, de son parabataï de tous ceux qu’il avait connus. Il allait crever ici tout seul comme un con dans une dimension paumée, et aucune jolie fille pour l’Épleurer… Merde c’était bien sa veine ça.

Mais en tout cas s’il devait mourir aujourd’hui, il le ferait en combattant et en espérant amochant bien l’affreux qui se jeta sur lui. L’affrontement fut de ce fait brutal. La bête était puissante malgré une apparence moins impressionnante que certains démons qu’il avait pu rencontrer jusqu’alors. Elle était forte, rapide et très agressive. Clay malgré l’engourdissement para au mieux ses attaques de lion enragé. Chaque coup vibrait dans tout son corps, tous ses os gelés qui semblaient sur le point d’exploser tellement il était glacé. Il s’attendait presque à voir ses doigts, ses mains, ses bras se briser comme du verre.
Les griffes de la créature lacérèrent sa tenue de combat pourtant épaisse et il sentit la morsure de ses pointes acérées dans sa chair. Il se sentait congelé et fut étonné de sentir son sang poisseux et chaud couler de ses blessures.

Il était pourtant bien entrainé, il avait plus de sang angélique dans les veines que la plupart des autres Nephilim. Mais ses atouts, ses capacités particulières étaient comme nuls ici… La fatigue, le froid, la douleur de ses blessures, le ralenti, la goule faillit lui transpercer de peu le corps, Clay glissa sur le sol dur et froid et son épée lui échappa des mains. Le monstre d’un mouvement de bras, l’envoya d’ailleurs valdinguer plus loin. C’était fini… Il n’avait plus rien pour se défendre, il était à genoux, le bras encerclant son ventre, transi de froid, de douleur et terrasser par l’épuisement. Il leva son visage et affronta son dernier instant en fixant la créature qui le chargeait une dernière fois.
Mais la mort ne vint pas, une flèche transperça la goule qui hurla de douleur, se détournant du coup de Clay. Le sang du monstre avait giclé sur le sol et sur le Nephilim qui s’écroula sur le dos.
Au-dessus lui le ciel était quand même bleu, comme un ciel normal… Il entendit des bruits, un combat et puis … Une voix, un cri, son prénom qu’on appelait inlassablement. Il soupira, ferma les yeux un instant, il entrait en état d’hypothermie, avec le doux sentiment d’endormissement mortel.
Puis brusquement des bras, une voix familière, on le secoua fortement, répétant son prénom. Alors il ouvrit les yeux et il vit le visage d’Hope au-dessus de lui. Totalement dans les vapes il esquissa un léger sourire.

- Je ne savais pas que le paradis avait ton visage… et il gloussa avant de perdre à moitié connaissance.
La suite il le vécut dans le brouillard complet. On le porta, on l’enveloppa dans une cape chaude, puis il fut hissé sur une monture dont il eut vaguement conscience d’être transporté. Il ne cessait de lutter entre réveille et endormissement.
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Hope T. Gathercole
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument Mar 16 Mai 2017 - 17:31

“Bienvenue en Gwendalavir
Cross RP

Pendant qu’Hope courait pour rejoindre Clay, la blessure à sa cuisse ne fût pas le sens élément à ralentir la course de la jeune fille, la lourde cape posée sur ses épaules entravait ses pas, l’alourdissant, elle se sentit ralentie. Habituée à courir à toute vitesse dans le sable brulant de Los Angeles, elle avait l’impression de se trainer. Elle ignora le regard pesant de son sauveur mais ne se sentit pas désolée pour autant, Clay était beaucoup trop important pour elle, aussi idiot puisse-t-il être. Que faisait-il ici ?
Elle prit son ami dans ses bras, sentant sa peau gelée, elle se pencha sur lui pour partager sa cape, le serrait un peu plus pour transmettre sa chaleur corporelle. Elle interrogea Edwin sur l’état de la chose lorsque Clay ouvrit les yeux.
« Je ne savais pas que le paradis avait ton visage…
-Espèce d’idiot, reste avec moi Clay… »
Elle sentit ses joues s’enflammer, déjà rougies par le jour. Même à moitié mort il avait le culot de flirter avec elle ! Le voyant repartir dans les limbes de l’inconscience après avoir parlé, la chaleur partie pour laisser place à un visage plus sérieux et grave, celui de la guerrière. Elle laissa l’homme l’examiner.
« Il lui faut de la chaleur. Prends-le avec toi sous ma cape, montez sur le cheval et galopez jusqu’à l’abri que je t’avais indiqué. Tu y trouveras de quoi faire un feu, allume-le, et ensuite réchauffe ton ami de ton mieux. J’arriverais dès que possible, nous verrons à ce moment-là la meilleure stratégie à adopter.
-Merci pour tout Edwin. J’ai une dette envers toi. »
Elle se redressa aussitôt, passant le bras de Clay par-dessus son épaule, elle le remit sur pieds tout en lui murmurant à l’oreille sans cesse de s’accrocher, de l’aider, de ne pas la laisser seule. Si une boule se formait dans son ventre, son visage était devenu impassible, elle avait comprit que l’état de son ami était critique et que sa survis dépendra surement de ses actes. Elle remercia les anges de lui avoir octroyé une force plus développée grâce à ses origines angéliques, sans elles, elle n’aurait jamais pu supporter le poids de Clay, même avec l’aide d’Edwin avec qui elle porta le blesser jusqu’au cheval.
Hope grappa sur l’animal derrière Clay pour le garder contre elle pour s’assurer qu’il ne tombe pas pendant la course jusque l’abri. Elle se salua d’un coup de tête, plantant ses yeux noirs dans les siens.
« J’espère vous revoir bientôt. »
Elle rabattit les pans de la cape sur Clay et elle pour les garder au chaud, prenant les rênes en mains, elle enfonça ses talons dans les flans de leur monture. Elle espérait sincèrement revoir cet homme, mais elle espérait aussi très vite se réveiller de ce cauchemar, qu’elle allait se réveiller dans son lit, baignée dans un halo de soleil brulant mais la douleur de ses plaies et le corps froid du Néphilim lui disait que malheureusement c’était la réalité, elle avait réellement était projetée dans un endroit inconnu. Mais Clay aussi, alors peut être n’étaient-ils pas les seuls ? Peut être y avait-il une raison à tout cela ?

La chasseuse d’ombres lança sa monture à toute allure jusque l’abri, tous ses sens en alerte, prête à agir. Elle continuait à parler à Clay, la dernière fois qu’elle était à cheval avec lui c’était pour fuir l’enterrement que sa sœur, elle refusait de le perdre comme ça. Lorsqu’ils arrivèrent à l’abri, elle fit glisser son ami au sol, le calant dans un endroit sec et à l’abri du vent froid qui semblait avoir brulé leur joues tant elles étaient rouges, sa coupure à la joue la lançait terriblement mais c’était le cadet d ses soucis, la douleur est son quotient de soldat. Elle détacha la cape d’Edwin le temps d’allumer le feu pour envelopper le malade, gardant sa cape de voyage plus fine, aussitôt le froid gagna ses os. Hope alluma un feu en un clin d’œil, aussitôt que le feu se mit à crépiter, elle tira Clay pour le rapprocher de la chaleur et le rejoindre sous la fourrure.
« Clay, Clay, s’il te plait ouvre les yeux. », dit-elle en prenant son visage froid entre ses mains couvertes de terre et de sang.

black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue en Gwendalavir | The Mortal Instrument

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» The Mortal Instrument RPG
» The Mortal Instrument RPG
» Bienvenue en Gwendalavir | Chroniques d'Irydaë
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Côté Hors-Jeu :: Partenariats :: Cross RP-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet