Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Ce que la foule dissimule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Ce que la foule dissimule Jeu 23 Fév 2017 - 18:26

Come on now, and follow my lead. I'm may be crazy, don't mind me
Say, boy, let's not talk too much. Grab on my waist and put that body on me



Caym Cali passa une main sur le masque qui recouvrait son visage. Son identité était dissimulée grâce à un dessin, qui lui donnait l’apparence d’un autre. Un tour de passe-passe nécessaire dans le but de protéger son identité, car il était toujours sous couverture et qu’il ne voulait pas prendre le risque de compromettre l’opération qui se mettait doucement en place.
Il rabattit sur son visage la capuche du vêtement qu’il portait et remercia le ciel pour ce temps froid qui permettait de conserver une capuche sur sa tête sans attirer le regard et la méfiance des autres citadins.
L’homme quitta l’embrasure de la porte, où il s’était arrêté quelques temps afin de s’assurer que tout était en place, et se mélangea habilement à la foule de badauds. La porte d’améthyste, outre sa fonction de porte d’entrée dans la ville, était également un lieu de retrouvailles et d’échanges. Certains commerçants s’y installaient de manière pas très officielle afin de vendre ou acheter ce qui franchissait la porte. Le désordre était plutôt grand en ce jour, un convoi venant d’Al-Chen venait d’arriver et tous cherchaient à profiter des meilleures affaires, avant que le convois n’atteigne la place du marché.

Et dans cette foule se trouvait quelques individus repéré par les hommes de Caym. Son réseau d’espion était plutôt compétent, même s’il avouait que les envoleurs n’appréciaient pas encore lui partager leurs informations. Peu lui importait, il voulait étudier sa nouvelle arme, et s’assurer qu’elle ne s’était pas émoussée ces derniers temps.
La mission qu'il allait lui confier était simple. Trouver les traitres, récupérer les biens qu'ils avaient dérobés avant de les faire disparaitre de manière définitive. Le tout sans se faire repérer ni alerter la garde. Ils devaient pouvoir quitter la scène de crime sans éveiller le moindre soupçons ni se faire remarquer.

Mais avant de se lancer dans une telle opération, Killian devait le trouver. Le reconnaitre ne serait pas aisé, mais il l'avait avertie dans son message qu'il serait dans la foule. Elle devait démontrer ses capacités d'analyses et qu'elle reconnaissait des individus à leur taille ainsi qu'à leur manière de se déplacer.

La porte d'Améthyste, comme tout leiu de rencontre, était dotée d'un système complexe qui indiquait les heures à l'aide d'un carillon cristallin. Midi sonna. Le jeu allait débuter, le temps s'échappait, il fallait agir vite.

_________________


Dernière édition par Caym Cali le Sam 25 Fév 2017 - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Jeu 23 Fév 2017 - 19:36

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


Le soleil ne chauffait pas beaucoup en cette froide journée d’hiver. Killian avait revêtu son manteau de fourrure, la capuche sur la tête pour se protéger du vent mordant. La porte d’Améthyste était enfin visible, et pour une raison inconnue, elle se sentait nerveuse. Peut-être était-ce la perspective de revoir Cali, ou l’incertitude quant à ce qu’il lui réservait, car son message était des plus énigmatiques.

Heureusement qu’elle avait laissé Taï’Dashar aux écuries de son auberge, car elle n’aurait pas pu se glisser dans cette foule en sa compagnie. Malgré sa volonté, Taï’Dashar restait un étalon. Elle passa devant quelques étals, ignora le vendeur qui la huait en vantant sa marchandise, et continua sa route. Que de monde par un matin si froid ! Killian soupira. Cali avait dit se trouver dans la foule. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Seulement, elle était Marchombre. Elle y arriverait. Marchombre ? Elle déglutit. L’était-elle vraiment encore ?

Le conseil l’avait ébranlée, avait fait jaillir les doutes.  Le regard de Sayanel la hantait. Avait-il lu dans son regard sa traitrise ? Peut-être la suivait-il, et dès qu’il aurait une preuve, la tuerait. Par réflexe, elle se tourna, mais ne vit rien. Après, Sayanel était le meilleur d’entre eux. Elle ferma les yeux et laissa son nez agir, grâce à sa Greffe. L’odeur du Marchombre ne flottait pas parmi tous les effluves présents. En revanche… une odeur jaillit. Cali. Il était quelque part dans le coin.

Killian se laissa guider par sa Greffe, se glissant entre les badauds comme de la fumée ou de l’eau. Elle s’approchait. Finalement elle se stoppa, et analysa les gens présents. Des commerçants pour la plupart, le reste étant des curieux. Mais là-bas… un homme se tenait d’une façon trop proche de la sienne pour être un simple citoyen. En plus, l’aura de Cali la menait vers cet inconnu. Mais il n’avait pas le même aspect. D’accord ils ne s’étaient pas vus depuis des mois, mais il n’avait pas pu changer à ce point !

Elle s’approcha, et se posta près de lui. Ils n’avaient même rien pour se reconnaître ! L’idiot !

-Il semblerait que la partie de cache-cache soit terminée.

C’était bête de dire ça, mais ça ne révélait rien de suspect pour les éventuels badauds qui auraient écoutés.

FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Sam 25 Fév 2017 - 18:01

| En musique |
Will they be alive tomorrow?
I'm sorry if that question I asked last, Scared you a bit like a hazmat



Le sort réservé aux traîtres
Caym sentit Killian le rejoindre avant qu’il ne la voie. Un mince sourire étira ses lèvres. Elle avait été rapide, il ignorait si elle était arrivée en avance ou si elle était particulièrement douée… il préférait la seconde option.
Il observa son visage dissimulé sous sa capuche, et se dit que ses tenues convenaient à toutes les occasions. Tant mieux, mieux valait que ses vêtements n’attirent pas trop l’attention.

-Il semblerait que la partie de cache-cache soit terminée.


Caym lui sourit, mais son masque resta impassible. Caressant les spires, il y effectua une légère modification, qui ne dura pas bien longtemps. Les lèvres qui s’y trouvaient se recourbèrent, esquissant un sourire, avant de disparaître.

-Je crains que ce ne soit que le début, Féli.


Féli... le nom qu'il lui avait donné lors de leur première rencontre. Peut-être devrait-il songer à un autre nom à lui donner. Il imaginait que la demoiselle désirait faire peau neuve, un nom serait un excellent moyen pour commencer.
Caym attrapa la demoiselle par le bras et, comme deux amis se retrouvant, il lui passa un bras par-dessus l’épaule afin de mieux approcher ses lèvres de son oreille. Mieux valait éviter les oreilles indiscrètes, ce qu’il allait dire était confidentiel.

-Dans le convoi qui est en train d’arriver, se trouvent deux hommes. Un est un mercenaire du Chaos, qui vient de nous trahir. Il a dérobé des sphères graphes de notre forteresse qu’il transporte désormais dans un petit sachet de cuir. L’autre est un homme qui a récupéré le plus d’informations possible du déserteur, il a tout noté sur des feuilles de parchemins et il s’apprête à révéler toutes ces informations.

Ce qu’il lui disait était la stricte vérité, malheureusement. Un de ses hommes l’avait trahi, il l’avait appris par les envoleurs. Pas les siens, mais ceux d’un autre mentaï, ils considéraient ainsi lui faire une fleur. Encore un déserteur… Ça commençait sérieusement à agacer le Mercenaire du Chaos. Mais qu’avaient ces imbéciles dans la tête ?
Pensaient-ils qu’on pouvait rejoindre le Chaos comme on allait dans une auberge pour passer la nuit et dès que l’envie nous en prenait on quittait les lieux ?! Que de morts inutiles… Les leçons devaient être administrées rapidement, et que tous soient au courant de ce qui les attendait s’ils songeaient à abandonner les leurs. Aucune pitié. Ils seraient retrouvés, où qu’ils soient. C’était d’ailleurs l’une des occupations des envoleurs, de retrouver les individus qui s’étaient évanouis dans la nature et d’évaluer leur nouvelle situation. Ils passaient plus de temps à se préoccuper des problèmes internes de la guilde que de pourchasser des marchombres, comme si ceux-ci avaient perdu tout intérêt à leurs yeux, comme si ce défi n'en était plus un.

-Tue-les et récupère leurs possessions.


La voit de Caym avait été tranchante et ne tolérerait aucune contestation. Ces individus devaient passer de vie à trépas, c’était une certitude. La manière dont ils quitteraient ce monde lui importait bien peu. S’ils pouvaient souffrir un peu, ça ne le dérangerait pas.

-Choisis ta méthode, mais sois discrète. Tu ne dois pas être repérée. Il faut que ces meurtres marquent les esprits donc nous devons rester aussi insaisissables que le vent et démontrer notre force. Il faut le faire avant qu’ils ne quittent la place et ne pénètrent plus en profondeur dans la ville, car ils risquent de se séparer, de quitter les convois avant d’arriver à destination.


Caym relâcha la jeune femme et tourna la tête, essayant d’analyser son visage, les émotions qui pourraient s’y refléter, mais c’était peine perdue. La demoiselle savait fort bien cacher son jeu. Il attendit donc, qu’elle accepte la mission et qu’elle lui pose d’éventuelles questions.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Sam 25 Fév 2017 - 19:41

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


En tout cas, c’était bien Cali. Déjà, elle ne supportait pas le nom qu’il lui donnait ; Féli. Mais elle ne dit rien, se demandant déjà ce qu’il lui réservait. Ne pouvaient-ils pas juste discuter ? Quel test allait-il lui soumettre ? Killian se tenait prête, essayant de chasser les doutes qui l’envahissaient.

Il lui prit le bras, l’entraînant avec lui à travers la foule, faisant mine d’être de vieux amis qui se retrouvaient après un long temps de séparation. Il passa même son bras par-dessus son épaule, en profitant pour se pencher vers elle et lui souffler :

-Dans le convoi qui est en train d’arriver, se trouvent deux hommes. Un est un mercenaire du Chaos, qui vient de nous trahir. Il a dérobé des sphères graphes de notre forteresse qu’il transporte désormais dans un petit sachet de cuir. L’autre est un homme qui a récupéré le plus d’informations possible du déserteur, il a tout noté sur des feuilles de parchemins et il s’apprête à révéler toutes ces informations.

Son cœur manqua un battement. Un Mercenaire qui trahit et un autre homme qui veut vendre ses informations. Ce serait une aubaine pour les Marchombres… Sayanel du moins serait ravi d’obtenir les informations. Ses doutes l’assaillirent comme une vague. Jouer le jeu de Cali ? Récupérer les infos ? Mais elle ignora pour l’heure tout ça ; il ne lui avait pas dit ce qu’elle devait faire, même si elle avait sa petite idée.

-Tue-les et récupère leurs possessions.

L’ordre était ferme et ne souffrait aucune discussion. Elle déglutit mais conserva un air neutre, même s’il ne pouvait pas trop la voir sous la capuche.

-Choisis ta méthode, mais sois discrète. Tu ne dois pas être repérée. Il faut que ces meurtres marquent les esprits donc nous devons rester aussi insaisissables que le vent et démontrer notre force. Il faut le faire avant qu’ils ne quittent la place et ne pénètrent plus en profondeur dans la ville, car ils risquent de se séparer, de quitter les convois avant d’arriver à destination.

Elle comprenait. Son cœur battait la chamade mais son visage restait de marbre. Elle ne souhaitait pas qu’il lise ses doutes. Killian ne fit donc qu’acquiescer et lui demanda à quoi ils ressemblaient.

- un cache-cache, Féli. Tu m'as trouvé, tu sauras débusquer les traitres.

Voilà une réponse digne de Cali. Killian soupira et se détacha de lui, reprenant sa route et se fondant dans la masse compacte de la foule. Elle ignorait quoi faire réellement. Un Mercenaire qui avait trahit serait utile aux Marchombres, tout comme les informations détenues par l’autre homme. Elle respira profondément, et se faufila vers le convoi fraîchement arrivé, faisant mine de faire partie des curieux rassemblés pour voir les nouveaux produits. Les voyageurs étaient sales et fatigués mais avaient le sourire.

Tous, sauf un. Ce devait être le Mercenaire qui avait trahit, inquiet d’être repéré par des confrères. Le pauvre, il ignorait à quel point il avait raison. Un autre homme le suivit, moins souriant également, mais avec dans les gestes une touche d’impatience. Ce devait être celui qui détenait les infos. Killian suivit le Mercenaire, qui continuait tout droit, tandis que l’autre s’était stoppé pour raconter ses mésaventures. Bien, cela lui laisserait du temps.

Le Mercenaire n’était visiblement pas tranquille, avançant d’une démarche qu’il voulait sereine mais empreinte d’angoisse pour ceux qui avaient l’œil, comme elle. Il fendait la foule, comptant surement sur elle pour le masquer. Killian bifurqua, voulant le prendre en tenaille.

Elle se plaqua contre le mur et attendit qu’il soit à portée. Dès que ce fut le cas, elle jaillit devant lui, et un poignard surgit de la même façon dans sa main. L’homme n’eut pas le temps de savoir qui elle était que sa gorge était tranchée et que Killian s’était évaporée. Elle entendit bien vite la foule hurler en voyant le cadavre et elle se hâta de disparaître, le cœur battant. Elle n’était rien d’autre qu’un assassin…

Maintenant l’autre homme. Elle le retrouva aisément, au moment où il quittait son auditoire, disant qu’il devait rencontrer quelqu’un. Surement un homme à qui il vendrait ses infos. Killian le suivit de la même façon que le Mercenaire. Mais cette fois, les doutes revinrent la hanter. Cet homme était innocent. Il n’avait rien fait mis à part suivre son appétit financier. Il voulait juste gagner de l’argent, même si c’était d’une manière peu recommandée. Peut-être avait-il une famille qui attendait son retour avec impatience. Killian déglutit. Elle s’approcha, voyant un papier dépasser de sa sacoche. Les infos ? Elle vola l’objet en toute discrétion. Oui c’était ça. Elle parcourut les lignes, et réfléchit. L’homme pendant ce temps avait continué sa route.

Sans cette feuille, il ne serait pas crédible, et elle doutait qu’il ait tout retenu. Donc il n’était plus un danger, si ? Mettant la feuille dans sa poche, Killian grimpa sur un toit. Cali la retrouverait assez vite. Avait-elle échoué ? Non, pas pour elle. Le Mercenaire était mort, sans qu’on ne la voie. L’autre homme était parti, en vie, mais sans les informations. D’ailleurs, que faire de ça ? Les confier à Sayanel ? Mais alors comment expliquer la façon dont elle ce les étaient procurées sans se trahir encore plus ? Ou devait-elle juste détruire le document ? Aucune idée…

Elle commençait à en avoir marre de se sentir perdue ainsi. Avant, elle savait qui elle était ; Killian la Marchombre. A présent, elle n’avait même plus cette certitude. Mercenaire, Marchombre ? N’était-ce pas pareil ? N’était-elle pas un peu des deux ? Elle déglutit et crispa les mâchoires, furieuse contre elle-même. Que Cali vienne lui faire la morale, elle s’en fichait, et il risquait même d’écoper de quelques coups bien sentis.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Dim 26 Fév 2017 - 19:44

|   En musique   |
I'm in serious shit, I feel totally lost. If I'm asking for help it's only because
Being with you has opened my eyes. Could I ever believe such a perfect surprise?



Lorsqu'on pense être Dieu
Ce que Caym n’avait pas dit à sa nouvelle recrue, c’est qu’elle était observée. Observé par des mercenaires du Chaos, en qui Caym avait toute confiance. Il s’agissait d’une épreuve, qui permettrait à Killian de gagner le respect de ceux qui étaient depuis quelques mois ses frères, de prouver à tous qu’elle avait embrassé leur cause et qu’ils pouvaient lui faire confiance.
C’était plus qu’une mission, c’était un rite d’entrée dans une guilde particulièrement fermée.
Mais le mentaï n’en avait pas soufflé un mot. Il ne désirait pas l’influencer. Il voulait qu’elle agisse comme s’il s’agissait d’une mission normale.

L’homme observa la demoiselle se fondre dans la foule aisément, elle n’avait rien perdu de ses capacités de marchombre. Il n’essaya pas de la suivre, il risquait d’attirer l’attention. Il préféra rejoindre un poste d’observation, et laisser ses hommes se relayer pour toujours avoir un œil sur elle.
Le convoi venait d’arriver et Killian semblait avoir repéré ses cibles. Caym la vit suivre un homme, probablement le déserteur. De loin, il ne le reconnut pas. Pourtant s’il était sous ses ordres… Peu importait. Les bruits qui provenaient de la rue dans laquelle il venait de s’engager lui indiquèrent qu’il venait de décéder. Tragique.
Mais la mission n’était pas finie.

Il en restait un.
Un mentaï contacta Caym, lui permettant de visualiser la scène aussi clairement que lui. Killian avait rejoint la cible, ils voyaient, à sa gestuelle, qu’elle hésitait. La tension de Caym était à son comble, il n’avait qu’une hâte qu’elle le tue et récupère les documents.
Elle n’en fit rien.
Les hommes la virent se détourner, laissant la cible en vie. Le ricanement mental du mentaï qui avait assisté à la scène mit Caym hors de lui. Elle n’avait pas été capable d’obéir ! Furieux, il se dégagea de l’emprise psychique de son camarade, bien décidé à remettre les choses à leur place. Dorénavant, ses hommes ne feraient pas confiance à celle qui venait de rejoindre leurs rangs et Caym n’avait plus du tout envie d’être patient.
Un pas sur le côté lui permis de devancer la cible, qui continuait son chemin, inconscient de ce qui allait lui arriver. Cela n’allait pas durer… La rue fut soudainement le centre d’une attaque. Une volée de flèches, sorties tout droit de l’Imagination, s’abattirent sur la rue, tuant sans distinction, mais épargnant un homme. Celui-ci s’arrêta, immobile, les yeux exorbités, observant les corps qui s’écroulaient autour de lui. Des flaques de sang ne tardèrent pas à fleurir tout autour d’eux, transformant la scène, lui donnant une vision véritablement apocalyptique.
Cali avait les dents serrées et sentit les Spires s’agiter. Il hésitait à épargner le pauvre homme, de manière à rendre son calvaire bien pire que s’il était mort. Mais il devait se hâter, les sentinelles débarqueraient d’ici peu, et traqueraient les responsables. Il ne ferait pas bon d’être un mentaï… Heureusement, Caym n’eut pas à prendre de décision, son homme sauta du toit non loin, et d’un signe discret fit signe à son chef de prendre la poudre d’escampette, il se chargerait du reste. Les flèches qui criblaient les corps disparurent soudainement, mais pas les plaies qu’elles avaient créées. Si certaines personnes étaient mortes sur le coup, ce n’était pas le cas de toutes. Caym s’en moquait totalement. Il tourna les talons et s’évanouit dans la nature.
Il était temps de disparaître. Il hésita à chercher Killian pour lui montrer par quelques coups douloureux ce qu’il avait pensé de son travail, mais n’en fit rien. Tandis qu’il courait dans les rues, il contacta un de ses envoleurs, afin de donner quelques ordres, qui eux, seraient exécutés.


***

Dans une ruelle proche de la porte d’Améthyste se trouve un homme, entouré de cadavres. Debout, il les observe, tardant à réaliser qu’il est la cause de leur mort. Ses mains sont prises de tremblement et c’est un regard terrifié qui se tourne en direction de l’homme qui vient de sauter du toit et de rétablir son équilibre avec grâce, juste devant lui. Un homme qui dégage une aura mortelle. C’était la mort, qui venait lui ôter la vie.
Le mentaï aurait apprécié la comparaison, s’il avait lu dans les pensées de sa victime. Mais il se contente de rester loin des spires, ne désirant pas y laisser sa trace, les sentinelles sont en chemin et elles sont plus que douées. Il sait, tout comme son chef, qu’elles sont capables de savoir qui avait foulé l’imagination avant elles et de retrouver leur trace. Cali a fait le choix d’y aller pour donner la mort, mais pas lui.
La lame qu’il tient dans sa main est bien réelle. Il s’agit d’un poignard qu’il a réussi à dérober à l’un des gardes peu attentifs de la porte de la ville. Une arme qui ne permet pas de remonter jusqu’à lui. Il plonge ses yeux sombres dans ceux de sa proie, savourant la terreur qu’il inspire. Il ne le tue pas. Il lui tend simplement l’arme.


***


Sur les toits de la capitale, la vue est imprenable sur la prote d’Améthyste. Une silhouette patiente.
Mais l’homme qui la rejoint n'est pas celui qu’elle s’attend à voir. L’homme est souple, discret et silencieux. Il se hisse à côté de celle qui avait été il y a peu son ennemie. Envoleur. Marchombre. Il l’observe, un rictus moqueur sur le visage. La cicatrice qu’elle porte sur la pommette prouve que sa vie appartient au Chaos, mais peut-être n’en a-t-elle pas conscience… Sinon pourquoi a-t-elle défié l’unique personne qui pense que sa vie a la moindre valeur.
C’est l’unique raison qui empêche l’envoleur de lui ôter la vie. Cali la voulait vivante…
-Dommage traîtresse, je crains que tu aies raté en beauté le test…

L’envoleur jouant de manière qui se veut négligée avec une bourse. Une bourse qu’il a récupérée sur un cadavre encore chaud. Il a été surpris d’y trouver les sphères graphes et s’était dépêché de les récupérer, sans se faire repérer. Cette fille a bâclé son travail et de ce fait a compliqué la tâche à ceux qui sont repassés derrière afin de s’assurer qu’il était fait.
-N’espère pas que Cali te rejoigne, il est trop occupé à rectifier tes erreurs. Il est de méchante humeur.
Un ricanement s’échappe des lèvres de l’envoleur, songeant à ce que cette femme allait subir en représailles…  Cali venait de le contacter afin de l’informer de ce qu’il s'est passé avec le reste de la mission. Cette idiote a tout raté, en beauté. Elle n'est pas faite pour le Chaos, elle est bien trop faible.
D’un regard méprisant, il lança une dernière phrase, avant de disparaître.
-Des innocents ont découvert les conséquences charmantes de ta mansuétude, tu découvriras celles de la désobéissance.


***


Un homme, seul, au milieu de cadavres dont le visage est crispé de douleur, observe son reflet dans une lame qui fût aiguisée. Aujourd’hui elle est émoussée. Aujourd’hui il est seul. Il sait.
La prise de conscience lui fait mal. Il tente d’inspirer de l’air mais ses poumons l’en empêchent, il suffoque.
La délivrance.
Son geste est rapide, il ne doit pas réfléchir. Il est responsable.
La lame mord sa peau. Elle est froide. La douleur tarda à atteindre son cerveau, mais lorsqu’elle arrive, il s’agit d’un ouragan. Il suffoque de nouveau. Il veut vivre.
Il s’écroule.
La mort l’appelle, il se débat, mais au fond, il souhaite que tout ceci-finisse. Rapidement. Il rend son dernier souffle, ses yeux se voilent tandis que les gardes arrivent sur les lieux. Il est trop tard.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Dim 26 Fév 2017 - 20:46

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


Assise sur ses talons, Killian patientait. Cali ne tarderait pas, avec ses grands airs… « tu n’as pas fait ce qu’il fallait, tu as désobéis, il en reste un en vie… » blablabla. Mais elle n’y pouvait rien ; son âme n’était pas aussi noire que celle des Mercenaires. Quelque chose la bloquait. Elle doutait, trop souvent. Des mots, des souvenirs jaillissaient quand il ne fallait pas, la faisant chanceler et hésiter, pour finalement la faire échouer.

Elle se redressa d’un bond en entendant une forte agitation dans la rue plus loin. Que se passait-il ? Elle eut beau plisser les yeux, elle ne vit rien. En revanche, sa Greffe lui apporta une forte odeur de sang. Que s’était-il donc passé ? Alors qu’elle voulait descendre et aller voir, un homme apparut, mais ce n’était pas Cali. Il avait la démarche féline, gracieuse, légère comme un Marchombre. Mais ce n’était pas un Marchombre. Envoleur. Elle le sut immédiatement.

-Dommage traîtresse, je crains que tu aies raté en beauté le test…

Elle fronça les sourcils, observant la bourse avec laquelle il jouait. Les sphères graphes ! Elle les avait oubliées ! Merde ! Et ce n’était pas fait exprès par Merwynn ! Par contre, de quel test s’agissait-il ? Sur ses gardes, elle était prête à le tuer.

-N’espère pas que Cali te rejoigne, il est trop occupé à rectifier tes erreurs. Il est de méchante humeur.

Sur le coup, elle déglutit, son corps se rappelant la torture subie au fond de son moulin abandonné. Seulement, elle était prête à le refaire. Qu’elle souffre, qu’importe, au moins l’homme innocent allait pouvoir rejoindre sa famille, se rendre compte que les infos avaient disparues, se faire une raison et poursuivre sa vie.

-Des innocents ont découvert les conséquences charmantes de ta mansuétude, tu découvriras celles de la désobéissance.

Que… quoi ?! Ils avaient tués des innocents ?! Elle voulut répliquer, mais l’homme avait disparut. Sans réfléchir plus avant, elle s’élança, passant de toits en toits, jusqu’à la rue d’où les cris avaient fusés. Perchée sur son toit, cachée par une cheminée, elle put voir les cadavres et les agonisants au sol, le sang qui le maculait, les Sentinelles qui cherchaient les responsables, des Rêveurs cherchés d’urgence qui tentaient de sauver les blessés. Elle se sentit mal. En plus, au centre du carnage, elle aperçut l’homme qu’elle avait épargné. Mais vu sa posture et l’arme à côté, il n’était pas mort de la même façon que les autres. S’était-il ôté la vie ? Pourquoi ? Comment avait-il eu l’arme ?

Killian s’accroupit, sous le choc. Cali avait tué tous ses innocents ? Et après il disait que les Mercenaires n’étaient pas ce qu’on pensait. Ses doutes se renforcèrent. Ses convictions allaient de plus en plus vers sa première vocation ; les Marchombres. La scène qui se déroulait sous ses yeux la convainquait un peu plus que les Marchombres ne tuaient pas les innocents. Elle saisit le parchemin dans sa poche ; il fallait qu’elle le confie à Sayanel. Elle n’avait plus le choix. Ceci fait, Cali la tuerait. Elle le savait, l’envoleur le lui avait sous-entendu et elle doutait d’être faite pour le Chaos.

Mais elle n’irait pas droit vers lui. Qu’il la cherche. Comme une ombre, Killian sauta du toit. Récupérer son étalon, faire ses bagages, aiguiser ses lames, donner la feuille à Sayanel de façon anonyme, et partir. Fuir, se cacher, telle serait sa vie désormais.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Mar 28 Fév 2017 - 14:20

|   En musique   |
I’m evil to the core. What I shouldn't do I will.
They say I’m emotional, What I wanna save I’ll kill



Écorché par la haine
Caym fit un rapide bilan des récents évènements.
Killian n’avait pas été intégré à la guilde. Elle n’avait pas récupéré les sphères graphes et épargné un homme alors que sa mission était de le tuer. Le mentaï allait devoir discuter avec elle. Discuter.. un rictus mauvais étira ses lèvres Il n’avait plus envie de discuter. Il n’avait plus envie de lui laisser d’autre chance. Seul l’envoleur avait jugé bon d’attendre un peu avant de lui faire goûter à la douce saveur de la mort. C’était surprenant, Cali n’avait pas songé un instant à ce que cet homme soit du côté de l’ancienne marchombre, mais l’explication était claire : elle était encore utile. Si elle ne travaillait pas pour le chaos, elle pourrait faire suffisamment de dégâts dans son ancienne guilde.


Cali passa une fin de journée horrible. Ses pensées s’envolaient dans toutes les directions sauf dans celle de son travail qui lui servait de couverture. Mais il devait continuer à être souriant et à bien faire son travail, sous peine d’attirer des soupçons. Il ne songeait qu’à ce moment où il recroiserait le chemin de Killian. Pour se calmer les nerfs il s’imaginait la torturant de nombreuses manières possibles, toutes prenaient fin avec la mort de la jeune femme.
C’est donc l’esprit plus calme que l’homme quitta ses obligations, bien décidé à retrouver Killian. On lui avait indiqué qu’elle semblait sur le point de quitter la ville, son petit nid douillet avait été découvert après une filature réussie.
La demoiselle n’avait aucun intérêt à se mettre les enfants du Chaos à dos.


Caym la trouva. Elle sellait son cheval.
Le mercenaire verrouilla les lieux par la pensée. Des murs épais apparurent soudainement autour d’eux. Aucune fuite n’était possible.

-Ta conscience te travaille-t-elle, Killian ?

Il s’approcha d’elle d’une démarche souple, sans chercher à dissimuler son aura. Il était un tueur. Il était un Mercenaire du Chaos. Il était un mentaï.

-J’espère sincèrement que tu as retenu ta leçon du jour : tu ne sais rien et tu dois exécuter les ordres. Le Chaos ne t’a pas demandé pas ton avis, tu n’avais donc pas à désobéir. Tu as enfin découvert les conséquences et le poids du Chaos. Tu as décidé d’épargner une vie en ignorant tout de sa noirceur alors que tu as ôté sans la moindre hésitation ni même une once de remords celle d’un de tes frères. Des innocents sont morts par ta décision, tu vis encore alors que ton âme est souillée. Chacun de tes choix entraîne des conséquences, que tu ne maîtrises jamais, aujourd’hui était un exemple. Une fois encore ceux qui croisent ta route meurent tandis que tu restes en vie. Tu penses être Juste ?
Le mentaï eut un rictus et ses yeux gris fixèrent avec intensité la jeune femme. Tu es aveugle.

L’homme s’approcha de Killian et se planta face à elle. Il avait envie de sang. Il avait envie de la détruire et de la réduire à néant. Il se retint, observant sa proie. Son esprit chatouilla les spires, effectuant un subtil dessin sur le parchemin qu’elle dissimulait. Caym l’avait vu et il était capable d’effectuer de fines modifications sur les objets, si bien que le texte qui recouvrait le parchemin se transforma en un texte de la pure imagination du mentaï. Si Killian ouvrait le parchemin elle verrait immédiatement la différence, mais pour quiconque ne l’ayant jamais vu.. ils n’y verraient que du feu. C’était un dessin délicat qui lui demandait de l’énergie et après sa journée.. il était à bout de forces. Confronter Killian lui avait demandé d’agir immédiatement, repoussant son repos qui devenait de plus en plus nécessaire. Dès qu’il en aurait fini, il irait se reposer et resterait éloigné des spires, il y sentait une certaine agitation qui ne lui plaisait pas, conséquences de son petit massacre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Mar 28 Fév 2017 - 19:34

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


Hâtant le pas, Killian avait quitté l’auberge et se rendait à l’écurie adjacente. Taï’Dashar l’attendait, et en la voyant venir, il piaffa ; il savait qu’ils partaient sur les routes, en solitaire. Cela tira un petit sourire à la jeune femme. Leurs longues chevauchées lui manquaient aussi.

-Cela fait longtemps qu’on est enfermés en ville hein ? On va y aller mon beau.

Il claqua du sabot par terre, et elle ricana, posant son fatras de côté pour le panser sommairement avec de la paille. Son cœur battait la chamade malgré elle, et son esprit ressassait les événements du jour. Elle avait épargné un homme, et cela avait engendré la mort d’une vingtaine d’autres. Il était clair qu’elle était tiraillée par sa conscience, se sentant coupable, mais de l’autre côté, sa clémence n’avait été qu’une réponse à ses convictions et principes. Cali devait accepter qu’elle ne pensait pas entièrement de la même façon que les Mercenaires.

Sur un soupir, elle prit la selle, et n’eut que le temps de la poser sur le dos de son étalon qu’elle sentit sa présence. Tout son corps se tendit, en alerte. Il n’était surement pas là pour papoter autour d’une tasse de thé, mais pour la tuer.

-Ta conscience te travaille-t-elle, Killian ?

Tiens, il la nommait par son prénom. Une formalité d’avant-décès ? Elle déglutit et contourna son cheval pour se mettre face à Cali, qui approchait de sa démarche souple. Tout son être annonçait la mort. En tout cas, il était clair que Killian n’avait jamais pensé mourir dans une écurie close. Car elle se doutait bien que Cali avait prit des précautions.

Il se mit à palabrer, à remuer le couteau dans la plaie. Oui, elle avait détruit trop de familles, oui c’était encore elle qui survivait tandis que les autres mouraient. Comme Ethan, Natael et Nathan. Tous partis, et elle, toujours là, à traîner leurs fantômes dans son sillage. Elle ne put s’empêcher de baisser un instant les yeux, pour reprendre contenance et ravaler les larmes qui pointaient le bout de leur nez.

Quand il eut terminé, il se retrouva devant elle, si proche qu’il n’avait même pas à faire beaucoup d’effort pour l’éliminer. Elle inspira, restant face à son destin.

-Votre… réponse à mon acte n’est qu’une preuve de ce que je vous disais, Cali. Les Mercenaires tuent par plaisir, qu’importe qu’ils soient innocents ou pas. Laissez-moi vous expliquer mes raisons, avant de me tuer. Car je sais que je ne sortirais plus vivante d’ici.

Elle déglutit, son cœur pompant le plus vite qu’il le pouvait.

-J’ai tué le Mercenaire car il avait trahit la guilde, exactement comme je l’aurais fait pour un Marchombre qui aurait trahit. Mais l’autre… selon moi n’était pas coupable. Ce n’était qu’un homme qui avait dérobé des informations d’une portée qu’il ne maîtrisait pas, et qui avait saisit l’occasion de se faire de l’argent en les vendant au plus offrant. L’appât du gain est un vice que tous les hommes partagent, Mercenaires ou non. C’est pourquoi j’ai préféré voler les informations, me disant que sans les preuves écrites, il oublierait la moitié et surtout, perdrait son crédit. Je me suis dit qu’il ne représentait plus trop de danger, sans son précieux parchemin.

Elle le sortit d’ailleurs de la poche et le tendit à Cali. Tant pis, au moins il verrait qu’elle restait honnête.

-Tenez, prenez vos informations. Enfin…Je pense que vous comme moi nous rendons bien compte que je ne serais jamais une Mercenaire comme vous l’entendez. Je suis libre, j’ai du mal à obéir comme un pantin.

Et ça, elle ne le changerait pas. Elle avait toujours été ainsi, et c’était bien pour ça qu’elle ne se sentait jamais complètement à sa place parmi les Frontaliers.

-Donc… soit vous me tuez maintenant, et je souhaite que vous preniez soin de mon étalon pour moi… soit… vous acceptez mes conditions ; je veux pouvoir vagabonder librement et faire ce qui me plaît. Je ne veux pas être une Mercenaire à part entière. Ainsi, je reste relativement neutre on va dire, faute d’un meilleur terme. Ensuite, je n’obéirais qu’à vous, et uniquement si je possède toutes les informations nécessaires, que je suis d’accord et que je sois informée des conséquences qui découlent de l’acte en question. Et enfin… j’accepte le châtiment qui découle de mon « erreur » d’aujourd’hui, c’est-à-dire que je me laisserais faire si vous décidez de me torturer.

Elle déglutit. L’idée de la torture lui était venue subitement, comme un compromis en échange de sa vie sauve. Son regard lui disait clairement qu’il en avait envie…

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Jeu 9 Mar 2017 - 19:25

|   En musique   |
I can imagine my dady screaming at me 'cause I came down on you
It's kindo' gross, it's kindo' gross, a kinda bueno- the kinder-loss
A silver cross on a naked breast is such a mess, such a mess, such a fucked up mess



Enivre-toi de ta colère
Cali avait été surpris par les propos de l’ancienne marchombre, mais puisque l’heure était aux discussions, il répondit point par point à ses interrogations.

- Penses-tu que j’ai aimé tuer ces individus qui marchaient dans la rue, ignorant ce qui s’abattrait sur eux parce que tu avais décidé d’agir contre un ordre direct ?
Caym n’aimait pas tuer, il s’avait que c’était nécessaire et le faisait sans que son âme n’en soit tourmentée. Penses-tu qu’un père aime punir ses enfants lorsqu’ils font des bêtises ? Tu vois le monde d’une manière étroite K et mon rôle est de t’apprendre à voir, à envisager l’inenvisageable, à ne pas être effrayée de la mort.

Le mentaï était proche de la marchombre. Il voyait une flamme danser dans ses yeux, elle avait du caractère, il lui suffisait de l’orienter dans la bonne direction pour que l’incendie se répande.

-Le Chaos est une cible de choix, et même les illuminés qui profèrent des idioties à notre propos sont écoutés avec une grande attention. En tant qu’ancienne marchombre, tu devrais le savoir, que la moindre piste est bonne à suivre pour que ces sangsues puissent planter leurs crocs dans notre chaire.


L’homme se coula dans le dos de Killian, il n’aimait pas les cibles dociles et encore moins celles qui acceptaient leur châtiment, qui dans de telles circonstances ne serviraient à rien. Qu’allait-il faire de Killian ? La tuer ? Ce serait particulièrement frustrant.. Du temps de perdu, des efforts partis en fumée.
Accepter sa proposition de la laisser partir, libre ? Elle n’était pas assez attachée au Chaos, il ne pouvait accepter, ça serait comme perdre la face. L’homme se positionna perpendiculairement à la jeune femme, son visage non loin du profil gauche de Killian.

- Non. Ton offre est alléchante, mais je n’y gagne rien. Ta leçon a été donnée, la mort de ces innocents pèse sur ton âme, et la tienne seulement. Le chaos n’est pas une suite logique d’action, il est là où on ne l’attend pas. Il ne faut pas essayer de l’anticiper. Laisse-le venir à toi. Laisse tes membres s’enivrer de la violence qui sommeille en toi. Laisse tes envies sanguinaires voir le jour. Dompte tes peurs. Frôle la mort et ris-lui au nez. Deviens insolente. Joue-toi du monde. Cesse d’être l’ombre du monde et deviens une ombre.


Caym se recula de quelques pas et laissa son dessin disparaître, ça lui demandait trop d’efforts. Le plan qu’il avait en tête lui demanderait de rester concentré.

- Tu te souviens de ta capture, lorsque tu m’attaquais ?
Caym observa killian, il n’attendait pas de réponse de sa part, simplement qu’elle se souvienne. À ce moment tu cessais d’avoir peur, tu en faisais ta force, tu te surpassais pour devenir une autre. Tu devenais une guerrière. Tu admettais être une meurtrière, ce que nous sommes tous deux. Arrête avec tes états d’âmes, et bats-toi ! Tu es terrifiée de vivre, de ressentir des choses, tu crois que je veux te faire souffrir ? Mais tu n’es qu’une enfant.

Cali pensais véritablement ce qu’il disait. Il espérait galvaniser Killian, il fallait que cette femme cesse de penser. Qu’elle se laisse aller. Que son instinct reprenne le dessus. Que sa fougue dicte sa conduite. Cette fille savait être sauvage, mais au lieu d’être une tigresse elle se contentait d’être un chat.
Il devait lui apprendre à se laisser aller. À laisser libre court à sa colère, à cesser de regarder derrière son épaule et ne pas chercher à anticiper.

- Tu as trahi les marchombres, tu as trahi les mercenaires du Chaos, tu n’es même pas fidèle à tes principes pour l’unique raison que tu n’en as pas. Tu n’as que des songes illusoires, tu imagines que le monde est blanc et noir, malheureusement il n’est que gris, et les marchombres sont aussi gris que les mercenaires du Chaos. Et toi, tu es transparente. Tu n’as pas la moindre saveur, pas le moindre caractère, pas la moindre force, tu te laisses trimballer par les vents et fait ce qu’on te dit de faire. Tu parles d’indépendance, de liberté et de ne pas obéir aveuglément ? Mais c’est ce que tu as toujours fait ! Tu suivais aveuglément des principes tirés d’une idéologie vieillotte sans les remettre en questions,  l’Harmonie, la Liberté... Crois-tu que seuls les marchombres prônent ces maîtres mots ? Crois-tu que lorsqu’ils décident de tuer un individu parce qu’il a eu le malheur de faire quelque chose qui leur déplaise soit « Juste » ?


Caym partit dans un rire méchant. Un rire qui crachait sa haine à la face du monde.

- Ici, comme partout, tout le monde est son propre juge. Tu as choisi de tuer un homme en ne connaissant rien de son histoire ni de ses motivations, tu as choisi d’en épargner un autre en ignorant tout de lui. Est-ce que tu penses être Juste ? Est-ce que tu penses pouvoir te vanter de ça ? Tu demeureras toujours maître de tes actes, mais tu n’en es pas moins une meurtrière. Marchombres, Mercenaires du Chaos… il ne s’agit que de noms différents pour un même fond. Tu admets torturer des hommes simplement parce qu’ils ne sont pas tes alliés, et de ce fait, cela ne fait pas de toi un monstre ?! Ta vision est biaisée parce que les marchombres font ce qu’ils font avec tous, ils t’aveuglent, te font oublier le fonctionnement premier du monde pour que tu ne penses plus que d’une seule manière : la leur.

Le mentaï frappa un bref coup dans les côtes de la jeune femme. Il savait que la douleur serait aiguë, violente, mais il espérait que ça la stimulerait. Il voulait qu’elle se batte contre lui. Il se prépara tout de même à l’empêcher de fuir, si elle avait cette idée derrière la tête. Il voulait la repousser dans ses retranchements et qu’elle cesse de reconstruire un mur idiot autour d’elle. Il l’avait délaissée trop longtemps et elle avait perdu cette étincelle qu’il avait réussi à faire jaillir en elle.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Jeu 9 Mar 2017 - 21:04

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


Elle s’attendait à ce qu’il déchaîne sa colère sur elle, mais elle se rappela également qu’il n’était pas comme tous les Mercenaires. Cali parlait avant de frapper. Et ses mots avaient sans doute bien plus de portée que tous les coups du monde. Killian se forçait à garder ses yeux dans les siens, pour ne pas lui montrer à quel point cela la touchait.

Il était sur sa gauche, et elle sentait son souffle dans son oreille alors qu’il lui expliquait que, depuis toujours, elle avait tout faux. Sa vision du monde était si obtuse qu’il le disait ? Si oui, elle se sentait minable. Mais dans le même temps, ses paroles ravivaient sa colère, sa colère face au monde, à l’injustice de la vie. Qu’avait-elle fait pour qu’on lui arrache tous ceux qu’elle aimait ?! Natael, Ethan, Nathan, Kerim ?! Pourquoi ne pouvait-elle pas être heureuse ? Peut-être que Cali avait juste ; prôner l’Harmonie et la Liberté ne faisait pas le bonheur.

« Le chaos n’est pas une suite logique d’action, il est là où on ne l’attend pas. Il ne faut pas essayer de l’anticiper. Laisse-le venir à toi. Laisse tes membres s’enivrer de la violence qui sommeille en toi. Laisse tes envies sanguinaires voir le jour. Dompte tes peurs. Frôle la mort et ris-lui au nez. Deviens insolente. Joue-toi du monde. Cesse d’être l’ombre du monde et deviens une ombre. »

Cela la galvanisait. Son esprit s’éclaircissait subitement. Faire ce qu’elle voulait et rire au nez et à la barbe de tous. Marcher tête haute et franchir tous les obstacles. Cali parla alors de sa capture. Oui, elle s’en souvenait. Ses tentatives désespérées de le battre pour retrouver sa liberté. Peine perdue.

- À ce moment tu cessais d’avoir peur, tu en faisais ta force, tu te surpassais pour devenir une autre. Tu devenais une guerrière. Tu admettais être une meurtrière, ce que nous sommes tous deux. Arrête avec tes états d’âmes, et bats-toi ! Tu es terrifiée de vivre, de ressentir des choses, tu crois que je veux te faire souffrir ? Mais tu n’es qu’une enfant.

D’un coup, ce fut comme si on lui avait enlevé son masque. Terrifiée de vivre, oui. De ressentir des choses, oui. Oui ! OUI ! Parce que tout ce qu’elle touchait mourait !
Son cœur fit une embardée. En réalité, elle n’était qu’une meurtrière, un être sanguinaire qui aimait la mort et la souffrance… jamais elle n’avait été une vraie Marchombre.

Les deux derniers discours de Cali confirmèrent ses pensées. Elle n’avait fait que suivre et obéir. Elle… était transparente. Ses poings se serrèrent. Une meurtrière. Un pantin sans libre-arbitre… il avait si bien résumé ce qu’elle était ! Elle avait cru aveuglément les Marchombres, elle s’était rempli la tête d’excuses pour justifier ce qu’elle faisait… mais en fait, elle ne valait pas mieux que le plus vil des Mercenaires !

Alors qu’elle allait pivoter pour lui donner un coup de poing bien senti, c’est lui qui la frappa, juste au niveau des côtes. La douleur fut vive et aigue, mais non handicapante, et elle riposta sur le champ sans plus réfléchir. Ses réflexes et son instinct prirent le dessus, et elle envoya son poing droit sur le nez de Cali, qui l’évita de peu.

-Je vais t’en mettre une, Cali, et je te jure que tu vas morfler !

Cracha-t-elle, furieuse. Furieuse qu’il l’ait démasquée si facilement, furieuse qu’il lui ait tout dit en pleine face, retirant le voile qu’elle s’était mis devant les yeux. Furieuse contre toute sa chienne de vie ! Ses réflexes de combat la guidaient, et elle se mit à se battre, voulant réellement le frapper et s’en servir comme punching ball. Elle se voyait à genoux sur lui, frappant son visage, son torse, ses côtes, lui brisant le nez, le défigurant. Mince, défigurer un joli minois… tant pis !

Mais il évitait constamment et cela la mettait de plus en plus en colère. Pourquoi allumait-il le feu s’il ne la laissait pas le consumer après ?!

Spoiler:
 

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Jeu 9 Mar 2017 - 22:43

HRP:
 

|   En musique   |
First floor, Room sixteen, Smells like danger. Even better.
Set your goals, Bless our souls, I'm in trouble, But it feels like heaven



Dévoré par les flammes
Caym sentit une joie malsaine enflammer ses veines. Il avait réussi. Killian explosait. Elle se laissait consumer par sa rage.
Ses coups étaient rapides et puissants. Elle cherchait véritablement à le blesser. Pas lui personnellement, mais à se défouler. Peu importe qui il était. La douleur envahissait le corps du mentaï. Il savait se battre, et même bien. Mais il devait avouer qu’une ancienne marchombre dévorée par la haine était particulièrement redoutable, et il se laissa submerger par les attaques, ne parant que les plus lentes. Le goût du sang envahit sa bouche, tandis qu’il tentait de répliquer, mais elle avait le dessus. Son esprit se plongea dans les spires avant de se retirer, ce n’était pas encore le moment.
Caym grimaça, gagné lui aussi par l’excitation du combat. Il avait mal, mais la douleur réveillait ses instincts de prédateur. Il frappait, tentait d’attaquer où elle ne l’attendait pas, mais ses coups étaient bien moins nombreux que ceux qu’ils recevaient. Un coup plus puissant que les autres lui coupa la respiration et, profitant de la faille dans sa garde, la marchombre s’y engouffra. La douleur lui vrilla le cerveau et il lutta, pour garder le dessus. Il se retrouva au sol, roué de coups. C’est à cet instant qu’il caressa les spires. La douleur envahissait tout son être, la colère le dévorait de l’intérieur si bien que Dessiner lui semblait impossible, mais lorsqu’il vit le poing ensanglanté de la jeune femme s’abattre droit sur son visage, ses réflexes reprirent le dessus et son visage fut soudainement recouvert d’une pellicule aussi solide que la pierre. Un bref instant de répit. Les Spires lui semblaient de nouveau accessibles, mais il ne pouvait qu’effectuer de très légers dessins. Il s’y engouffra et déséquilibra son adversaire. Ce n’était pas grand-chose, mais suffisant pour qu’il puisse se libérer de son étreinte et la renverser.

Leur corps à corps était violent, le mentaï profita de ce bref retournement de situation pour immobiliser Killian. Il sentit son corps sous lui et il sut qu’elle se libérerait de son emprise sans grande difficulté, il était bien amoché, l’issue du combat était évidente car il refusait de jouer avec les spires. Et il n’en était plus vraiment capable, mais ça, c’était autre chose.
Il s’approcha de la marchombre et lui vola un baiser. Un baiser profond, violent, au goût métallique du sang.  Il mordit ses lèvres tandis que ses mains s’enfonçaient dans les formes de la jeune femme, un étrange mélange de haine et de passion. De douleur mêlée à de l’excitation. Son baiser dévorant descendit le long de la gorge de la jeune femme tandis qu’il agrippait avec force sa chevelure sombre. Il la mordait sans retenue, savourant ses cris, se délectant de la rage qu’elle dégageait. Son corps s’était enflammé, elle était devenue une véritable lionne, une femme fatale. Mortelle…

-Alors… ? N’est-ce pas enivrant ?


Cali plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme. Ils étaient actuellement d’un bleu clair, un bleu qui trahissait douleur, rage et plaisir. Ces instants où il laissait libre court à ses émotions d’une manière si pure et si violente étaient rares, mais précieux. Jouissifs. Son regard disait beaucoup, et ce qu’il lut dans celui de Killian lui indiquait qu’il ne s’était pas trompé à son sujet. Elle s’était embrasée et brûlait encore. Elle avait goûté à cette saveur de la violence, elle aimait ça.

-Le monde est le tien.


Sa voix n’était plus qu’un murmure et il s’empara une nouvelle fois des lèvres de la jeune femme pour lui offrir un baiser dévorant, qui trahissait une soudaine passion, une envie inassouvie.
Ses lèvres s'attardèrent sur son menton puis il mordilla la courbe de sa mâchoire jusqu'à rejoindre son oreille pour lui murmurer quelques mots.

-Quel nom veux-tu porter ?


C’était sa renaissance. La vie s’ouvrait à elle, et il était temps qu’elle abandonne l’être qu’elle était avant. Dorénavant elle serait une autre. Elle serait celle qu’elle désire être. Elle serait faite d’erreur et de décisions, de choix difficiles menés par une seule certitude : celle de vivre.
Elle n’était plus marchombre. Elle n’était plus frontalière. Elle n’était plus Killian Delkaïron. Elle était elle, cette énergie insatiable et fulgurante, cette volonté d’être l’unique maître de sa vie.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Ven 10 Mar 2017 - 20:17

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


Finalement, elle parvint à le toucher. Et pas qu’un peu. Sa main lui faisait mal, était pleine de sang, mais elle s’en fichait. Elle frappait Cali. Elle se défoulait et par Merwynn que ça faisait du bien ! Bon sang ! Jamais elle ne s’était sentit si bien. Elle ne prenait pas garde à son environnement. Seul comptait Cali et son visage qui commençait à bleuir.

Elle sentait à peine les rares coups qu’il parvenait à lui porter, et elle réussit à se glisser dans sa garde pour le dompter totalement. Sa volonté devint réelle : elle était à califourchon sur lui, au sol, le rouant de coups là où elle le pouvait. Voir le sang qui coulait de ses lèvres l’excitait. Jamais Killian n’avait été dans un état semblable. Elle rabattit d’un coup son bras, et le projeta de toutes ses forces vers le visage de Cali. Mais elle ne le heurta pas. Au contraire, elle frappa de plein fouet une sorte de voile aussi dur que de la pierre, et ses os craquèrent. Elle cria, de douleur et de frustration. Elle s’était sans doute cassé la main. La douleur vrillait, mais elle l’ignora, consumée par la rage.

Devait-elle à cette douleur son manque de réaction quand Cali la renversa ? Elle l’ignorait, mais se retrouvait au sol et sur le dos, l’homme sur elle. Elle avait beau ruer, se débattre, crier et grogner, il parvenait à l’immobiliser. Tous ses muscles étaient contractés à l’extrême, et se relâchèrent à peine quand il lui vola un baiser. Un baiser dur, au goût du sang, mais un baiser qu’elle rendit avec ardeur. Il la mordait, faisait perler son sang, mais elle s’en fichait. Cali s’occupait de sa gorge, la main tenant fermement ses cheveux, l’autre sur sa hanche.

A sa question, elle ne fit qu’acquiescer ; oui c’était enivrant. Et ô combien exaltant ! Elle parvint même à lui sourire. Leurs yeux étaient plongés les uns dans les autres. Noirs sur bleus. Tous brûlant d’une même passion, d’un même désir, d’une même rage et d’une même douleur. Le monde lui appartenait, selon lui, mais elle savait aussi qu’il lui restait beaucoup à apprendre. Certes elle venait de s’embraser, mais il fallait maintenir le feu. Elle ne voulait pas redevenir… transparente.

Elle lui rendit à nouveau son baiser, le corps parcourut de décharges électriques, ses mains venant se poser sur les bras de l’homme qui mordillait son lobe pour ensuite lui demander quel nom elle souhaitait porter. Un nom ? Elle n’en changerait pas. Quand il se recula, elle le regarda, ignorant les pics de douleur de sa main cassée, et répondit :

-Mon nom est Killian Delkaïron. Je n’en changerais pas car il porte le poids de mon passé, de mes douleurs. Ces mêmes douleurs qui doivent être mes forces. Il est mon tremplin vers l’avenir que tu m’as ouvert. Dis-toi que mon nom fait peau neuve.

Elle redressa la tête et vint à son tour s’emparer de ses lèvres. Tout son corps le réclamait.

-Offre-moi ton prénom, Cali. Et possède-moi.

Susurra-t-elle contre ses lèvres, sa main valide venant se glisser sur son torse. Elle se sentait enfin vivante.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 257
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Sam 11 Mar 2017 - 19:27

|   En musique   |
Je n'ai pas peur de la mort, Mais que tu m’évites encore.
Je te préviens matador, Qu'un jour je t'aurais alors...



La passion et le désirs assouvis
Killian Delkaïron.
Elle désirait conserver son nom, mais le mercenaire vit une lueur au fond de ses yeux, une lueur qui le rassurait quant au futur qui serait le sien. Un futur vivant, dicté par ses instincts, et son instinct lui criait en cet instant de céder à ses pulsions.
Les lèvres du mercenaire s’approchèrent de l’oreille de Killian, lui murmurant son nom. Un frisson parcourut le corps de son apprentie et il s’enivra de cette tension. Son corps brûlait de désir, Killian était un brasier ardent. À même le sol, il prit possession de son corps, il goûta la saveur salée de sa peau tandis que leurs vêtements lacérés disparaissaient, il se délecta l’union de leurs corps et s’enivra de leurs caresses fiévreuses.

Caym gémit. Il se sentait faible, il avait mal partout. Il sentait les ecchymoses apparaître sur son corps, le sang avait coagulé, s’étalant sur son large torse et la poitrine appétissante de Killian. Ils étaient sales et pleins de sueur, mais satisfaits.
L’esprit de Caym savoura un court instant cette sensation, puis son esprit revint à la raison, il s’était suffisamment amusé. Il était salement amoché, ça ne passerait pas inaperçu… La douleur était violente et envahissait son corps et vrillait son cerveau, mais il avait appris à ne pas céder, ce qui lui permit de se relever presque dignement. Il était complètement nu, il allait donc devoir effectuer un pas sur le côté, car il ne rentrerait pas à pied dans cet état…
Et Killian… désirait-elle quitter la ville ?
Intentionnellement il ignora le parchemin, qui était désormais sur le sol, près de ce qui fut le haut de Killian. Le Mercenaire observa Killian et prit la parole.

-Réapprend à vivre. Ne fuis pas.


Il n’avait pas envie de perdre sa taupe au conseil, bien que son utilité soit limitée, car les marchombres n’en faisaient qu’à leur tête et ne cherchaient pas à s’unir.

-Découvre ta famille, sans préjugés.


Il espérait que Killian rejoindrait le chaos petit à petit. Elle voulait sa liberté, elle l’avait, mais en contrepartie elle devait découvrir le monde et apprendre à connaître le Chaos, laisser ses sens la guider et son instinct choisir du chemin qui serait le sien.
D’un signe de tête, Caym la salua et effectua son pas sur le côté, qui lui ôta le peu de forces qui lui restait, mais il avait besoin d'aller dans un endroit sur et de prévoir son futur à lui, car les choses changeaient rapidement et il lui fallait s'adapter.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15932
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule Dim 12 Mar 2017 - 16:41

Ce que la foule dissimule
Caym & Killian


Caym. Caym Cali. Il lui avait offert son prénom. Elle lui avait offert son corps. Un élan bestial et intense, mais au résultat magique. Leurs vêtements déchirés étaient éparpillés autour d’eux dans l’écurie, sous l’œil impavide des chevaux présents.

Leurs souffles rauques et saccadés étaient les seuls bruits audibles, même les chevaux semblaient se taire. Puis Caym se leva. Killian se redressa, assise sur le sol de pierre et de paille, nue comme un vers. Il était salement amoché. Son visage était pleins d’ecchymoses, et elle était sure que ses côtes aussi. Pour elle, c’était sa main qui avait morflé. Elle était bleue et enflée. Première mission : aller voir un Rêveur. Il lui annonça qu’elle devait réapprendre à vivre, sans fuir. Oui… elle le savait. Mais elle espérait que son brasier interne reste alimenté, et craignait le cas contraire. Elle ne voulait plus être transparente.

-Découvre ta famille, sans préjugés.

Sa famille ? Ah, les Mercenaires. Oui, elle allait devoir se lier à eux et surtout se faire accepter. Surtout qu’elle avait tout fait rater précédemment… Elle soupira, et ne put même pas répondre qu’il la saluait et partait grâce au Dessin. Le goujat ! Elle ricana et grimaça.

-Je me suis mise dans un bel état mon beau.

Dit-elle à Taï’Dashar, seul témoin de ce qui s’était passé. Elle se releva et ramassa ses habits, déchirés. Bah ils serviraient de torchons. Elle les fourra dans sa sacoche, et de l’autre elle sortit une tenue de rechange qu’elle enfila d’une main, l’autre lui faisant bien trop mal. Elle flatta l’encolure de son étalon, et lui souffla :

-On va un peu partir mon tout beau. Mais d’abord, je vais me faire soigner.

Elle lui sourit et quitta les écuries, se mettant en quête d’un Rêveur.

Plus tard, la main encore un peu endolorie mais guérie, Killian faisait le plein de provisions avant de retourner à l’écurie. Taï’Dashar était encore plus impatient, et elle sortit avec lui, grimpa sur la selle d’un bond, et l’élança sur la route pavée, droit vers la sortie d’Al-Jeit. Elle comptait vagabonder, alimenter son brasier, peut-être retourner un peu chez les bandits qu’elle dirigeait. Elle avait besoin d’un peu de violence.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ce que la foule dissimule

Revenir en haut Aller en bas

Ce que la foule dissimule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Obama devant une foule de 100.000 personnes dans le Missouri
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Tu es le seul que je vois, au milieu de la foule, foule je n'attends que toi...[Pv Shanty.]
» Event N°1 • Foule au chemin de traverse
» Tant de blessures à panser…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Al-Jeit-