Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Atterrissage brutale (pv Stormer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Atterrissage brutale (pv Stormer) Mer 8 Mar 2017 - 21:53

Presque timidement je m'avance vers la fin de la ruelle. Aujourd'hui j'ai décidé de me bouger. Il est temps que je fasse autre chose que traîner dans les rues, chiper dans les poubelles ou me battre. J'attends quelques secondes. Non rien. Samuel ne réagit pas. C'est étrange. Il aurait dû réagir, c'est bien son genre de dire : je te l'avais dis ! Après tous c'est lui qui me répète depuis deux semaines que je devais arrêter ça. Et c'est depuis quelques jours qu'il est étrangement silencieux. Pourquoi ? Qu'est-ce qui a bien pu se passer ? Je ne me souviens plus. Je me souviens que je me suis couchée sur un banc, dans le jardin d'une maison en ruine, au fond d'une impasse. Lorsque je me suis réveillée j'étais autre part. Dans une ruelle dans une partie de la ville que je n'avais pas encore exploré. Il me reste tant de chose à voir... Ce trou de mémoire c'est peut être à cause de....
Tu compte rester longtemps comme ça ? Je sursaute. Samuel ! Bien sur que c'est moi. Allez sœurette je pense que cette recherche d'emploi va t'occuper une bonne partie de la journée. Commençons tous de suite ! J'acquièse doucement dans un sourire avant de m'engouffrer dans la foule.

Je peux sentir les regards brûler ma nuque. C'est vrai que je n'ai pas belle allure. Je ne sais pas quand j'ai pris une véritable douche pour la dernière fois, et j'ai décidé de garder les vêtements des rêveurs. Ils sont bien utiles. Mes affaires sont alors dans ma sacoche, toujours en train de se balancer régulièrement contre mes cuisses. Je passe une main nerveuse dans mes cheveux. Rapidement je grimace. Les démêler avec les doigts ne suffit pas. Ils sont pleins de nœuds et la couleur est lentement en train de partir. Il me faut de l'argent. Celui des paris lors de mon seul et unique combat a rapidement disparu : une chaude cape, des chaussures et une chambre pour une nuit. Ainsi pendant les heures qui suivent sont assez répétitives : trouver une auberge, demander si il cherche quelqu'un pour donner la main et être gentiment (ou plus violemment pour certain) refusé.
C'est la fin de l'après midi quand je m'enfonce dans les bas quartiers. Il fallait que je gagne du temps. Coupant à travers ces ruelles devenu familières, je sais que je trouverai un peu plus loin l'auberge du vieux Dirj. Ou officiellement l'auberge du Tigre Borgne. Son nom vient de la peau du tigre qu'il expose avec fierté sur un des murs de l'habitation. Selon certains disent il l'aurait tué à main nu, d'autres qu'il aurait simplement ramassé un cadavre dans la forêt de Barail quand il était plus jeune.

Ainsi je marche, mes pas résonnant sur le sol pavé. Quand soudain elle vois une forme allongé sur le sol, parmi des branches cassés. Je lève un peu la tête. L'arbre malingre qui avait survécu dans cette ruelle sombre était penché dessus du corps. La plupart de ses branches pendent tristement dans le vide, brisées. Qu'est-ce qu'il y a bien pu se passer ? Est-ce que c'est courant que des gens tombent du ciel dans ce monde ? Parce que je ne vois absolument pas d'où aurait pu tomber ce corps... Peut être que.. Au lieu de continuer à chercher le comment, va peut être voir si il est en vie ? Faisant volte face elle se tourne vers le corps. Immobile. En quelques secondes elle est à genoux à son côté. Tous de suite elle cherche le moindre trace de vie, regardant son visage alors que sa main attrape son poignet. Frénétiquement. Dans un soupire elle sent la peau chaude pulser contre ses doigts. Elle commence à le remuer. Doucement quand même Alice.

-Hey ! Vous m'entendez ? Quelques secondes de pause. Réveillez vous. Oh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Ven 10 Mar 2017 - 19:42

Douleur.
Vive et intense.
Inhabituelle et inattendue.

Stormer errait dans une infinité enneigée. Il revoyait Altar, lui souriant. Il courut vers lui mais son image lui échappa avant qu’il n’ait pu l’atteindre. Il s’effondra dans la neige. Son esprit était brouillé par la souffrance et le désespoir. Il enfonça ses mains dans la matière blanche glacée puis ferma les yeux. La vie n’était que supplice. Supplice et déceptions.

- N’abandonne pas si vite jeune apprenti.

Cette fois c’était Aul qui se tenait devant lui. Le marchombre releva la tête et écarta son rideau de cheveux blancs. Le maître posa sa main sur l’épaule de son disciple. Un regard échangé, long et rassurant. Il lui offrit sa main pour se relever. Le jeune homme l’accepta. Alors, changeant radicalement d’attitude, il amena l’épaule de Stormer d’un mouvement brusque contre la sienne et lui souffla :

- Je vais faire de toi le meilleur des mercenaires.

Le marchombre tenta de se dégager. La poigne du renégat était malheureusement bien trop forte. Il le serra un peu plus et continua :

- Qui es-tu sinon un être faible ? Une simple terrienne peut faire de toi ce qu’elle souhaite. Une jeune apprentie a plus de cran que toi. Une seule avalanche t’empêche d’accomplir tes desseins. Tu es un être faible et tu le sais. Pourquoi tes parents t’auraient-ils abandonné autrement ? Rejoins-moi et tu seras puissant comme le roc.

L’homme aux cheveux blancs se libéra violemment de l’emprise du mercenaire. Il planta son regard de glace dans celui de son ancien guide puis déclara avec force et froideur :

- Je suis Stormer, un homme libre. Je fais mes décisions seul et je les assume. Tu me trouves faible ? Cela ne regarde que toi. La vie ne se résume pas à la loi du plus fort pour tout le monde. Moi, j’ai choisi la voie de la liberté, ma Voie. Jamais je ne te rejoindrai Aul. Je ne marcherai jamais sur un autre chemin que le mien. Connais-tu cela mercenaire ? On appelle cette certitude de la détermination.

L’autre recula et sourit d’un air mauvais. Il sortit son poignard et… se volatilisa. A sa place, se tenait Alyss, cette étrange terrienne. Elle lui cria d’une voix qui n’était pas la sienne :

- Hey ! Vous m'entendez ? Réveillez-vous. Oh !

- Alyss ? souffla le marchombre.

Ses paupières papillonnèrent et il vit une jeune femme à la chevelure bleutée à son côté. Il se redressa en un sursaut mais il sentit sa tête propager un écho dans tout son crâne. Il gémit et se tint le front de sa main droite. Quel lancinement… Il s’était donc évanoui ? La dernière chose dont il se souvenait, c’était Alyss qui effectuait un pas sur le côté après un comportement singulier.
Passant au présent, il balaya du regard les alentours jusqu’à le fixer sur celle qui l’avait sorti de sa torpeur. Stormer se tenait assis dans une ruelle sombre. Le sol dallé était humide et jonché de branches d’arbre. Quant à la jeune femme, elle semblait en période difficile à la vue de ses vêtements sobres et sals. Réalisant son moment d’absence, le marchombre lui adressa quelques mots tout en se relevant avec peine :

- Merci de m’avoir… éveillé. Je peux vous paraître insolite demandant cela, mais pourriez-vous me dire où nous nous trouvons ? Il se trouve que mon… voyage n’a pas été très profitable…

Il vacilla encore une fois et enfonça ses doigts dans le renfoncement du mur pour se redresser, puis il s’adossa contre lui, tremblant. De la sueur perlait sur son front et son corps lui semblait plus chaud qu’à l’ordinaire.
Il n’était plus glace, il était sueur.
Sueur et tremblements.

_________________



Dernière édition par Stormer Nuva le Sam 18 Nov 2017 - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Ven 17 Mar 2017 - 22:01

C'est moi ou il a prononcé mon prénom ? Non tu as très bien entendu. Comment ce gars peut connaître mon prénom ? Je ne l'ai jamais vu... On verra ça plus tard. Concentre toi. J'observe le jeune homme papillonner des paupières. Et d'un seul coup il se redresse. Je recule précipitamment, ne souhaitant pas me cogner à lui. J'ouvre la bouche pour le réprimander sur sa précipitation quand il vient appuyer une de ses mains sur son front. C'était prévisible aussi... Quand on est allongé au sol aussi mystérieusement qu'à ce moment là on y va doucement. Alors qu'il reprend pied avec la réalité je me permets de l'observer. Il doit être à peine plus vieux que moi, mais une certaine force l'habite. Un peu comme celle d'Aeterna.. D'ailleurs ils ont les mêmes cheveux blancs. Étrange.. Tu crois que c'est la mode ici ? Je souris à l'entente de la voix sarcastique de Sam'. Non vraiment les même vêtements de cuirs Sombres pratiques ? Je réprime un rire. Arrête Samuel ! Restons concentre toi tu as dis non ? Alors arrête de raconter des bêtises ! Des bêtises ? Mais tu sais pas si...

- Merci de m’avoir… éveillé. Je peux vous paraître insolite demandant cela, mais pourriez-vous me dire où nous nous trouvons ? Il se trouve que mon… voyage n’a pas été très profitable…

-Al-Far. Tu ne devrais pas.... Le jeune homme vacille. Ses mains prennent appuie sur le mur derrière lui. Il semble rester un instant en suspend comme si le moindre courant d'air aller le faire tomber. Laisse tomber. Fais comme tu veux. Même si je pense que tu devrais rester tranquille.

Frottant distraitement mon pantalon je remet ma sacoche en place. Les bras croisés je l'observe accroché avec force au mur. Puis je remarque ses tremblements qui secouent son corps. Non il peut réellement tomber au moindre mouvement. Bon frérot je pense que la recherche d'emploi s'arrête là. Tu vas l'aider ? Bien sur. Je ne vais pas le laisser là quand même. Je fais un pas. Hésite un bref instant avant de tendre le bras. Ma main vient effleurer son front. Chaleur. Il est beaucoup trop chaud. Non je ne peux définitivement pas le laisser là. Alors allons à la planque ? Oui.

-Bon. Laisse moi t'aider. Il faut que tu te repose quelque part, sinon ton cerveau va pas tarder à fondre. Tu es bien trop chaud. Allez on y va.

Après une brève hésitation je passe le bras du jeune homme par dessus mon épaule, le soutenant. Lentement nous nous mettons en route. Je garde les yeux fixé sur les alentours. On ne sait jamais.

-Mon chez moi n'est pas trop loin. Normalement. Je t'avoue que ce n'est pas le grand luxe mais bon.. Et non t'aider ne me dérange pas. Dis tu connais mon prénom, mais je ne me rappelle pas de ta tête... Où est-ce qu'on s'est déjà vu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Sam 18 Mar 2017 - 23:43

La jeune femme indiqua à Stormer qu’il se trouvait à Al-Far. Alors c’était ici qu’Alyss l’avait conduit ? Mais pourquoi ? Pourquoi ici et non Al-Jeit, d’où ils étaient partis ? Soudain pris d’un doute, le marchombre promena sa main tremblante à ses côtés et fut soulagé d’y retrouver sa besace de cuir. Alors privé de son accroche, il vacilla de nouveau et se rattrapa in extremis au mur. Que lui arrivait-il ? Pourquoi se sentait-il si faible ? Il remarqua la main de la jeune femme se poser sur son front mais, étonnamment, il ne tenta pas de la repousser. Au contraire, loin de lui apporter le malaise qu’il éprouvait habituellement lors des contacts, elle lui prodiguait fraîcheur et soutien. Malheureusement, ce ne fut qu’un effleurement qui ne dura que quelques secondes et qui ne suffit pas à revigorer l’homme aux cheveux blancs.

- Bon. Laisse-moi t'aider, déclara-t-elle. Il faut que tu te reposes quelque part, sinon ton cerveau va pas tarder à fondre. Tu es bien trop chaud. Allez on y va.

Elle le prit de façon à le soutenir et se mit en route. Las, le marchombre se laissa faire. Il observa son acolyte et vit avec soulagement qu’elle était du genre à se méfier de ce qui l’entourait. S’il était tombé sur la compagnie d’une personne qui n’était pas sur ses gardes, Stormer se demandait s’il l’aurait suivie. Trop de confiance entraînait peu de sûreté. Surtout à Al-Far, cité connue pour ses nombreux brigands et délinquants...
Il voulut savoir s’il la dérangeait et où elle comptait l’emmener. La jeune femme se tourna donc vers lui et le renseigna :

- Mon chez moi n'est pas trop loin. Normalement. Je t'avoue que ce n'est pas le grand luxe mais bon.. Et non t'aider ne me dérange pas. Dis tu connais mon prénom, mais je ne me rappelle pas de ta tête... Où est-ce qu'on s'est déjà vu ?

Le marchombre haussa un sourcil et lui rétorqua de sa bouche qui lui sembla pâteuse :

- Je ne me rappelle pas… vous avoir déjà rencontrée. Comment pourrais-je connaître votre nom ? Quant au mien, c’est… Stormer. Il sentit un souffle derrière lui et cria tout en forçant sa coéquipière à se décaler sur la gauche. Attention !

Un couteau fila à quelques centimètres de son épaule droite et un sifflement admiratif retentit dans le dos des deux comparses.

- Pas mal pour un vieillard !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Lun 20 Mar 2017 - 18:46

Je fronce des sourcils en entendant ses mots. Si on ne s'est pas rencontrés, alors comment il connaît mon prénom ? Peut être connaît-il une autre Alice ? Je secoue lentement de la tête. Oui, je n'y avait pas pensé. Comme d'habitude je vais trop vite en conclusion.. Je vais pour lui répondre quand il crie tous en me poussant sur le côté. J'entends le couteau siffler, puis cogner contre un mur tous proche. Plus long que la largeur de ma main et effilé il pourrait faire beaucoup plus de dégât si il était mieux aiguisé. Tu ne vas pas t'en plaindre quand même ? Mon regard se porte sur les deux hommes qui se tiennent un peu plus loin. Pourquoi je ne les ai pas vu... J'avais acquis quelques capacités à traîner dans des ruelles peu recommandables mais là... Ils sont dans un aussi bon état que moi. Un sourire mauvais vient étier leur lèvres. Des charognards.

-Monsieur, mademoiselle... N'auriez pas quelques pièces pour deux pauvres hommes dans le besoin déclare le plus jeune, avec un sourire édenté.
-Nous sommes aussi démunis que vous messieurs je réponds dans un sourire. Vous devriez tenter votre chance plus loin.
-Vos besaces semblent bien lourdes pourtant.


Même pas en rêve ils touchent à mes affaires. Et tu compte faire quoi pour les empêcher ? Laissez ton amis ? Je jette un rapide coup d’œil vers Stormer. Il n'est pas en état de courir, ni de se battre. Je secoue vivement de la tête.

-Non je ne le laisserai pas ici.

Samuel ne fait aucun commentaire. Je retourne mon attention vers les deux hommes, une moue désolée sur le visage.

-Je ne crains qu'il n'y ait rien qui vous soit utile.
-Laisse nous en juger.


Non

Son visage se fait plus dur.

-Je ne crois pas. Allez chercher ailleurs.

Tu les as vexes.. Alice ?! L'inquiétude dans la voix de Samuel résonne vaguement dans son esprit envahit par une étrange léthargie. Familière. Tel un automate elle se détache de Stormer qu'elle laisse reposer contre un mur. Sa bennasse vient s'écraser sur le sol poussiéreux. Après quelques pas en avant elle se stoppe, solidement campé sur ses pieds. Les deux hommes face à elle tressaillent. Quelque chose ne va pas. Ses yeux brillent d'une lueur étrange, affamée. La fille semble différente. Elle penche légèrement la tête sur le côté.

-Alors ? Que décidez vous ?

Le plus jeune ne se laisse pas démonter. Un bref regard à son compagnon avant qu'il bondisse en avant, un poignard au poing. Un rictus vient étirer les lèvres d'Alice. Tous va vite. Laisser la lame la frôler. Frapper, deux fois, dans le flanc. Un gémissement, il commence à se plier en deux. La jambe de la jeune femme décrit un arc de cercle dans l'air. Le pied vient percuter l'homme au visage. Presque délicatement elle ramasse le couteau qu'il a laissé tombé au sol. Maintenant immobile. Elle se tourne vers le second, figé.

-Tu es encore là ?
Fuis

Je remue vivement la tête. Le couteau vient s'écraser sur le sol dans un tintement alors que je vais frotter mon front douloureux. Soeurette ? Mon regard tombe sur le corps immobile au sol. Qu'est-ce qui s'est passé ? Je fronce des sourcils. Mon pied est douloureux comme mon poing, comme les fois où j'essayais de me battre sans protections chez Paul.  Et le second gars n'est plus là. J'ai l'impression de sortir d'un rêve. Samuel... C'est comme la dernière fois.. Quand tu t'es réveillée dans une ruelle. C'est comme un rêve. On y réfléchira plus tard. Il y a encore notre ami derrière. Tu as raison. Les sourcils froncés, fuyant du regard Stormer je me rapproche de lui. De nouveau je le soutiens, récupérant mes affaires au passage.

-Allez on y va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Mer 22 Mar 2017 - 17:25

- Monsieur, mademoiselle... N'auriez pas quelques pièces pour deux pauvres hommes dans le besoin ?

- Nous sommes aussi démunis que vous messieurs. Vous devriez tenter votre chance plus loin.

- Vos besaces semblent bien lourdes pourtant.

Stormer observait l’échange, intrigué. Il se doutait que ce petit accrochage allait finir en mêlée générale, mais il souhaitait tout de même voir comment sa comparse réagissait. Cela lui permettrait de mieux la cerner, de connaître plus précisément celle qui l’aidait à se sortir d’un mauvais pas. Néanmoins, alors que les paroles veinées de menaces continuaient à fuser, le marchombre saisit une de ses griffes de sa main libre. Elle tremblait. Avec résignation, il rattacha alors l’arme, pensant qu’elle ne lui servirait à rien dans cet état. Mais c’était loin de le dissuader de combattre. L’homme aux cheveux blancs était certain que même un marchombre manchot et aveugle pourrait venir à bout d’individus de ce genre. Cependant, il se remit vite en question lorsque, privé du soutien de la jeune femme, il alla s’agripper au mur comme à une bouée de sauvetage.
De son côté, la bleuté s’avançait vers les malfrats. Stormer pensa qu’il pourrait toujours utiliser sa greffe si cela venait à mal tourner. Avec elle, il savait pouvoir défaire des agresseurs sans être au mieux de sa forme. Mais le sentiment que quelque chose clochait arrêta net ses pensées. Quelque chose avait changé en la jeune femme. Son aura. Elle était comme… sauvage. Le marchombre la vit avec étonnement défaire à elle seule les deux hommes, sans avoir besoin d’aucune aide. Elle avait agi avec la rapidité d’un marchombre mais avec la brutalité d’un sauvage. Puis, les surprises continuèrent quand elle lâcha l’arme et qu’elle se massa le front, comme si elle avait un mal de tête. Stormer fronça les sourcils, à la fois intrigué et inquiet, mais la jeune femme détourna les yeux en lui faisant à nouveau passer son bras par-dessus sa propre épaule.

Une bonne minute passa avant que le marchombre ne se décide à questionner sa comparse. Il chercha son regard pour y planter ses yeux bleu glace, puis lui adressa ses mots :

- Merci pour tout à l’heure, je peux dire que vous m’avez bien aidé. Puis-je savoir votre nom et où se trouve votre « chez vous » ?

Il trouvait qu’il se sentait mieux. Bien que ses mains tremblassent toujours autant, il n’éprouvait plus une telle sensation de chaleur. Mais peut-être n’était-ce dû qu’aux sueurs froides qui zébraient son dos… Ses paupières étaient après tout toujours lourdes, comme ses jambes qu’il traînait avec peine sur le sol pavé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Mar 28 Mar 2017 - 18:42

Nous continuons à marcher sans un mot. J'étais plongé dans mes pensées, surveillant vaguement les environ. De toute façon je savais que Samuel se tenait prêt. Normalement... Tu doute de moi maintenant ? Je ne réponds pas. Cette soudaine perte de mémoire ou de contrôle, je n'arrive pas à mettre un mot dessus, me travaille. C'est que cela m'est déjà arrivé, une ou deux fois, la nuit, après une bonne journée pleine de surprise. Mais jamais de jour et en pleine conversation. Ce n'est pas normal... La voix de Stormer me sort de mes pensées.

-Merci pour tout à l’heure, je peux dire que vous m’avez bien aidé. Puis-je savoir votre nom et où se trouve votre « chez vous?

Je me décide finalement de me tourner vers lui, lui offrant un sourire :

-Ce n'est rien. Je fronce les sourcils retournant une partie de mon attention sur la route. Vous l'avez dis vous même. Je me nomme Alice. Peut être que...

Peut être qu'il était en train de délirer et puis tu n'es pas la seule Alice du ou des mondes.

-Oui c'est surement cela. Tu connais une autre Alice peut être ? Pour ce qui est de chez moi... Attention à tes pieds et ta tête.

Je l'aide à passer une série de marche puis je baisse la tête quand nous rencontrons une poutre barrant une partie de la ruelle dans laquelle je nous engage. Du bout du pied je pousse un porte, peut être rouge dans une autre vie, et sans prêter attention au vestige d'une vie passé ou du passage de quelques squatteurs je m'enfonce dans la maison inhabitée.

-Je t'accorde, c'est plus une maison d'emprunt ou non permanente mais je ne roule pas sur l'or en ce moment. J'espère que tu n'es pas bien difficile.

Nous arrivons devant ma « chambre ». J'avais vidée celle-ci de tous les détritus dès mon arrivée. Puis j'avais essayé d'en faire un petit coin douillé, si on ne faisait pas attention au froid ou l'humidité quand il pleuvait. Délicatement j'assis Stormer sur mon matelas au sol et pose ma sacoche non loin.

-Ne bouge pas. Je reviens.

J'ai bien remarqué que son état ne s'était pas amélioré. Après un dernier regard je disparais de nouveau dans la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Lun 3 Avr 2017 - 19:23

- Ce n'est rien, répondit la jeune femme. Vous l'avez dit vous-même. Je me nomme Alice. Peut-être que... Oui c'est surement cela. Tu connais une autre Alice peut être ? Pour ce qui est de chez moi... Attention à tes pieds et ta tête.

Tandis que la dénommée Alice aidait Stormer à pénétrer dans son logis, celui-ci se remettait de son étonnement suite à ce qu’elle venait de lui avouer. Le hasard était tout de même curieux pour avoir mis deux personnes portant le même prénom sur son chemin. Mais sa comparse interrompit le cours de ses pensées, commentant tout en poussant la porte à l’aide de son pied :

- Je t'accorde, c'est plus une maison d'emprunt ou non permanente mais je ne roule pas sur l'or en ce moment. J'espère que tu n'es pas bien difficile.

Ce dernier eut un demi-sourire. Vu son enfance passée à errer et à dormir à la belle étoile, il n’allait pas critiquer un gîte où se trouvait un matelas, même posé directement sur le sol. La femme aux cheveux bleus l’aida justement à s’asseoir dessus, puis sortit de la pièce en lui recommandant de ne pas bouger. Le marchombre ôta avec précaution sa besace pour la placer à ses côtés et remarqua de furieux élancements au niveau des muscles de ses bras. Il était habitué à avoir continuellement des courbatures du fait de ses activités physiques, mais il avait appris à s’en détacher et à accepter ces douleurs moindres. Etrange… Peut-être des étirements seraient-ils bienvenus ? Il se leva d’un coup sur ses jambes tremblantes. Malheureusement, avant qu’il n’ait pu débuter quoi que ce soit, les ténèbres se mirent à brouiller son regard alors que des étoiles goguenardes dansaient devant lui. L’homme aux cheveux blancs perdit ainsi l’équilibre et engendra par la suite un beau vacarme. Il essaya d’abord de se rattraper à une caisse, puis sa main dérapa et il tenta de se retenir à un petit meuble, mais il ne fit que l’entraîner dans sa chute pour finalement venir se heurter la tête sur le coin d’une table. La violence du choc renvoya immédiatement Stormer au pays des songes.



Sursaut, inspiration, réveil. L’homme aux cheveux blancs ouvrit les yeux. Il avait un torchon humide sur le front et était allongé sur le matelas d’Alice. Il remarqua qu’il était torse nu sous le drap qui le recouvrait. Lorsqu’il se redressa, une légère douleur à sa tête attira son attention. Il se tâta l’arrière du crâne et découvrit un bel œdème entouré de sang séché. Le marchombre dégagea le drap et se mit sur ses pieds nus, prenant garde à se lever graduellement. Il se trouva parfaitement remit et prêt à reprendre sans problème ses activités. Mais avant cela, qui s’était occupé de lui ? Etait-ce Alice, ou bien une tierce personne ? Et combien de temps était-il resté inconscient ? Balayant la pièce de son regard de glace, Stormer aperçut ses affaires posées sur la caisse qu’il avait renversée avant son absence. Il saisit d’abord ses bottes et, en souvenir de ce qui l’avait certainement mené ici, pesta tout en les enfilant :

- Plus jamais de pas sur le côté ! Ce fut mon premier, ce sera mon dernier !

En effet, il était certain que son précèdent état venait de cette expérience.
Alors qu'il mettait son pied dans sa seconde botte, il entendit des pas franchir le seuil de la pièce…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Jeu 13 Avr 2017 - 23:49

Je dévale avec habiliter les escaliers, ignorant le grincement de mécontentement du bois. Ce serait dommage que tu te brise quelque chose maintenant. Je ricane. Comme si j'étais du style à tomber bêtement dans les escaliers. Bien sur quand tu es perdue dans tes pensées C'est vrai. Mais bon cela ne s'est pas fait tant de fois... Un flot de souvenir vient s'imprimer dans mes prunelles. Instinctivement mes doigts viennent effleurer la cicatrice qui barre un de mes sourcils. La rencontre brutale avec un radiateur. Et je sais bien qu'il y a des restes de bien d'autres accidents qui décorent discrètement ma peau. Etre hyperactive n'est pas toujours facile. Alors qui est-ce qui avait raison ? Toi comme d'hab'. Je sens ton ironie jusqu'ici... Je ne rentre pas plus dans le jeu de Sam'. Ma main se resserre le bol ébréché que j'ai sorti de ma chambre.
Je contourne la bâtisse et trouve la fontaine oubliée cachée dans la ruelle. Attaquée par la mousse et la végétation grimpante elle m'a tous de suite charmée. Elle m'a donné une image de douceurs dans ces ruelles sombres et parfois sanglantes. Elle génère encore un filet d'eau clair et fraîche. Parfais pour Stormer. Je m'accroupis et laisse le bol se remplir petit à petit. Je me permets de m'égarer dans mes propres pensées. Mes trous de mémoires m'inquiète. Surtout celui d'aujourd'hui. Lors de la découverte des combats dans ces sous sols j'avais pensé que les coups m'avais rendu grogui. C'était la première fois que je me battais de cette façon là. Mais aujourd'hui... Cela était arrivé d'un seul coup, sans prévenir. Comme si on avait appuyé sur un bouton off. Qu'est-ce que tu en pense Samuel ? Je ne sais pas encore. Laisse moi y réfléchir. Ton bol est plein  Je fronce des sourcils au ton de la voix de mon frère. Elle est trop froide avec une espèce de peur. Mais à cause de quoi ? Samuel n'a jamais peur. Il est le pilier qui me soutient dans les mauvais moments et il trouve toujours des solutions. En me redressant je pose ma main sur mon front. Qu'est-ce qui cloche chez moi ? Est-ce que je deviens comme maman ? Je secoue violemment de la tête. Non ce n'est pas possible. Je ne suis pas malade.

L'esprit sombre je fais demi tour. La volée de marche passée je découvre la scène. Le jeune homme est étendu de tous son long, hors du lit. Une caisse et un meuble moulu par les années sont renversés sur le sol. Je pose rapidement le bol sur la table et vient inspecter Stormer. Il respire. Lui non plus n'est pas capable de respecter des consignes simples Oui. Un sourire tendre vient étirer mes lèvres. Ce bêta a cru être capable de tenir sur ses jambes. Cela ne semble pas concluant. Avec difficulté je le remets sur le matelas. Je prends un temps pour souffler puis vient vérifier sa température. Il est toujours brûlant. Mes doigts viennent effleurer son crâne. On ne sait jamais. Il ne s'est pas raté notre nouvel ami A l'entente du ton moqueur de Sam' je ne peux m'empêcher de réagir.

-Voyons Sam' ce n'est pas drôle. Cela aurais pu être pire.

Je sens le sang poisseux sous mes doigts. Ce n'est rien de grave sœurette Il s'est quand même ouvert le crâne! Je suis sur qu'il a la tête solide Avec une moue je décide d'accorder ma confiance à Sam'.Il aura surtout une belle bosse. J'attrape un bout de tissus traînant dans un coin, le plonge dans le bol puis après l'avoir essoré le pose sur le front du jeune homme. Il ne semble pas réagir. Tachant de faire le moins de bruit possible, je range les meubles puis avise une sacoche dans un coin. C'est à lui. Avec soin je lui pousse vers lui, ignorant le pincement de la curiosité.  Tu n'y jette pas un coup d'oeil ? Non. Je suis curieuse mais fouiller dans les affaires d'autrui ne se fait pas. Il a le droit à ces secrets. Mais tu lui posera quelques questions Bien sur.  Bon qu'est-ce que je fais maintenant ? Tu devrais lui enlever ces vêtements de cuirs, je ne pense pas que ce soit l'idéal pour quelqu'un qui est de la fièvre J'observe un instant le jeune homme tombé du ciel. Qu'est-ce qu'il y a ? Tu fais ta prude ? Ce ne sera pas la première fois que tu va voir un gars torse nu Ouais mais c'est pas moi qui les déshabillait.. Ah bon ? Même pas Théo ? Je tente d'ignorer les brûlures de mes joues. Théo, un prénom auquel j'avais pas pensé depuis longtemps. Des souvenirs doux, amusant et pleins de frissons. S'il te plaît sœurette. Je ne veux pas savoir. Sinon je serai obligé d'aller lui dire quelques mots.. Il faudrait déjà que l'on retourne chez nous. Oui.. Bon tu compte le laisser mariner dans son jus ou pas ? J'avise ma couverture pliée dans un coin. Cela devrait suffire.
Me mettant à genoux au bord du matelas, la couverture à porté de main je commence à me mettre au travail. Après de longues secondes, ce n'est vraiment pas coopératif quelqu'un dans l'inconscience, le haut est plié sur une chaise branlante. Ce dernier était particulier. C'était la première fois que je voyais un avec autant de outils coupants ou de formes bizarres. Et nombreux sont ceux qui me disais quelque chose. Quels sont encore les mystères de ce monde? J'ai décidé aussi de lui retirer ses chaussures. Après tous ce n'est pas bien agréable de dormir avec. J’humidifie encore une fois le linge puis va m’asseoir un peu plus loin. Le carnet contre mes genoux, un crayon gras à la main je me mets à croquer, vérifiant régulièrement l'état de l'homme aux cheveux pâles.

C'est au petit matin, n'ayant pas vu la nuit passé que je décide d'aller faire un tour. Ignorant les fourmis dans mes jambes, je vérifie une dernière fois Stormer. Quittant la pièce, je murmure :

-J'espère que cette fois-ci tu ne tentera pas de folie..

Je suis de retour quelques heures après avoir erré dans les rues plus peuplés. Un panier au creux du coude, je monte les marches. Je n'ai plus de honte à voler de quoi manger au besoin. Et puis la dame n'avait qu'à pas laisser son panier de course traîner. Elle était occupée la pauvre Je souris. C'est vrai que faire les yeux doux à un beau jeune homme est bien plus important. Un éclat de voix attire mon attention. Je découvre Stormer debout, en train de mettre ses chaussures. Tient il n'a pas fait de nouvelles rencontres avec le sol Je retiens mon rire, me contentant d'un sourire.

-Tu as l'air d'aller mieux. Je m'avance, pose le panier sur une caisse, ramasse la couverture que je vais étendre à la fenêtre. Tu n'as plus de fièvre ?
Les sourcils froncés, de nouveau face à lui je demande :
-Si je puis me permettre, qu'est-ce que c'est un pas sur le côté ? C'est pour cela que tu as atterris d'un seul coup ?

Je me retiens de poser d'autres questions. Mais l'image des multiples outils dans son haut me reviens en mémoire.[/i]


Dernière édition par Alice Blanc le Ven 21 Avr 2017 - 10:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Mer 19 Avr 2017 - 12:17

Les pas étaient ceux d’Alice.
Elle entra dans la pièce et sourit, retenant un rire. Stormer ne pouvait pas réellement lui en vouloir, au vu de ses précédentes bévues. Tout en s’avançant, elle remarqua :

- Tu as l'air d'aller mieux. Tu n'as plus de fièvre ? Puis, ayant entendu la remarque du marchombre, elle lui posa une question, intriguée. Si je puis me permettre, qu'est-ce que c'est un pas sur le côté ? C'est pour cela que tu as atterri d'un seul coup ?

Se redressant après avoir mis sa botte, Stormer haussa un sourcil, assez perplexe de se voir face à une personne ignorant l’existence des pas sur le côté. Sans même savoir en faire, la plupart des alaviriens étaient censés connaître cela ! Peut-être… Peut-être cette personne venait-elle de la Terre. Cela expliquerait l’insolite couleur de sa chevelure ainsi que ses lacunes en ce qui concernait les curiosités de Gwendalavir. Oui, c’était certainement ça. En récompense pour s’être chargée de le remettre sur pied, le marchombre se força à répondre de la manière la plus claire possible aux interrogations de la jeune femme en face de lui. Il se passa la main dans sa chevelure de neige et débuta :

- Vous venez de la Terre, pas vrai ? Vous n’avez nul besoin de réagir à cette question, j’ai déjà rencontré une terrienne. Elle s’appelle Alyss, tout comme vous. Le hasard est parfois bien étrange… ajouta-t-il songeur. Il n’empêche qu’elle semblait bien plus perdue, bien plus vulnérable, bien moins débrouillarde que vous. Elle était sans défense alors que vous, vous paraissez avoir beaucoup plus de ressource. Soit tous les gens de l’autre monde ne sont pas si gauches que je le pensais, soit vous êtes ici depuis un bout de temps et vous avez réussi à vous acclimater aux barbares manières d’Al-Far. Mais je m’égare… Je vous parle de cette autre terrienne, non pas parce que je pense que vous en êtes une, mais parce qu’Alyss est liée à mon apparition subite. Il leva les yeux au plafond, se remémorant les événements. J’ai découvert qu’elle est une Dessinatrice par accident. Alors que nous étions dans les rues d’Al-Jeit, elle a fait un Grand Pas, nous emmenant sur Terre. Je ne sais pourquoi, je ne me sentais pas très bien déjà, lors de ce premier voyage. Mais ce fut lorsqu’elle me ramena en Gwendalavir quelques minutes plus tard que mon état a désagréablement empiré, comme vous avez d’ailleurs pu le constater…

Stormer jeta un coup d’œil anxieux, presque timide en direction d’Alice, pensant qu’il ne savait toujours pas réellement si c’était bien elle qui s’était chargée de le soigner. Il s’en doutait bien que rien n’indiquât qu’une autre personne ne serait pas passée… Mais le jeune homme baissa les yeux et s’excusa, penaud.

- Veuillez me pardonner pour cette charge que j’ai sûrement été pour vous.
Puis il réalisa qu’il n’avait pas donné les éclaircissements prévus et voulu se rattraper. Pour commencer les explications sur le pas sur le côté, il faut d’abord savoir ce qu’est le Dessin avec un grand "D". C’est un Don que reçoivent beaucoup d’alaviriens et qui est généralement dévoilé à l’adolescence si je me souviens bien. Pour faire court, il consiste à rendre réelles les pensées du Dessinateur, le détenteur du Don. Il a évidemment des limites, mais je pense qu’un analyste saurait vous expliquer tout cela de manière bien plus exacte. Moi, je ne suis pas Dessinateur, je vous rapporte donc ce que j’ai appris d’autres personnes. Quant au pas sur le côté, c’est une facette du Dessin. Le Dessinateur imagine se trouver à un endroit différent et il s’y rend. Le Grand Pas, c’est le nom du pas sur le côté lorsque l’on passe d’un monde à l’autre, de Gwendalavir à la Terre par exemple.

Stormer fit une pause, se demandant ce qu’il pourrait ajouter, mais il remarqua qu’il était toujours torse nu. Il n’était nullement dérangé par cela, seulement il préférait remettre au plus vite ses vêtements pour ne pas avoir à répondre à trop de question les concernant. Faisant mine d’ignorer le regard interrogateur que posait Alice sur son haut, le marchombre se leva et alla se rhabiller. Une fois cela fait, ses yeux de glace revinrent se poser sur son hôte.

- Ai-je été assez clair pour mes explications ? Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à me le dire. Je vous dois bien ça. Pourriez-vous juste me dire combien de temps j’ai été inconscient ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Ven 21 Avr 2017 - 10:37

A la vu de son visage qui se tord d’incompréhension je reconnais la réaction de Myya, quelques mois plus tôt lors de mon arrivée dans cet étrange monde. On dirait que ce pas sur le côté est encore une des ces choses totalement normale dans ce monde. Cela doit bien pratique quand même... A part si à chaque fois on se retrouve dans le même état que notre ami. C'est vrai..

- Vous venez de la Terre, pas vrai ? Vous n’avez nul besoin de réagir à cette question, j’ai déjà rencontré une terrienne. Elle s’appelle Alyss, tout comme vous. Le hasard est parfois bien étrange…  Il n’empêche qu’elle semblait bien plus perdue, bien plus vulnérable, bien moins débrouillarde que vous. Elle était sans défense alors que vous, vous paraissez avoir beaucoup plus de ressource. Soit tous les gens de l’autre monde ne sont pas si gauches que je le pensais, soit vous êtes ici depuis un bout de temps et vous avez réussi à vous acclimater aux barbares manières d’Al-Far. Mais je m’égare… Je vous parle de cette autre terrienne, non pas parce que je pense que vous en êtes une, mais parce qu’Alyss est liée à mon apparition subite.  J’ai découvert qu’elle est une Dessinatrice par accident. Alors que nous étions dans les rues d’Al-Jeit, elle a fait un Grand Pas, nous emmenant sur Terre. Je ne sais pourquoi, je ne me sentais pas très bien déjà, lors de ce premier voyage. Mais ce fut lorsqu’elle me ramena en Gwendalavir quelques minutes plus tard que mon état a désagréablement empiré, comme vous avez d’ailleurs pu le constater… 

J'acquiesce silencieusement, ne souhaitant pas l'interrompre. Je ne pense pas que ces rues d 'Al-Far soient plus dangereuses que celles de mon monde. Au fils de mes années de lycées j'ai appris à découvrir une autre facette de la ville. Moins jolie, plus triste et cruelle. Les rues peuvent être tous aussi dangereuses, c'est juste plus vicieux. On ne s'y attend pas. Je suis sure quand chaque rue il y a cette dangerosité qui habite certaines parties de la ville, celles oubliés permettant de cacher la déchéance qui choquerait les bons petits citoyens... Gardant mon attention sur Stormer je m'appuie  sur une des caisses. Inconscient mes doigts viennent jouer avec des mèches de cheveux alors que je réfléchis. J'ouvre la bouche pour poser des questions, car la fin me semble bien difficile à comprendre. Attends. Il n'a pas fini. Patience

- Veuillez me pardonner pour cette charge que j’ai sûrement été pour vous. Pour commencer les explications sur le pas sur le côté, il faut d’abord savoir ce qu’est le Dessin avec un grand "D". C’est un Don que reçoivent beaucoup d’alaviriens et qui est généralement dévoilé à l’adolescence si je me souviens bien. Pour faire court, il consiste à rendre réelles les pensées du Dessinateur, le détenteur du Don. Il a évidemment des limites, mais je pense qu’un analyste saurait vous expliquer tout cela de manière bien plus exacte. Moi, je ne suis pas Dessinateur, je vous rapporte donc ce que j’ai appris d’autres personnes. Quant au pas sur le côté, c’est une facette du Dessin. Le Dessinateur imagine se trouver à un endroit différent et il s’y rend. Le Grand Pas, c’est le nom du pas sur le côté lorsque l’on passe d’un monde à l’autre, de Gwendalavir à la Terre par exemple.

Alors c'est ici la source de l'idée des X-mens ? Je ne peux m'empêcher d'exploser de rire. Incontrôlable il s'élève haut et clair. Je tente de me calmer en plaquant mes mains sur ma bouche. Non mais franchement ? C'est ça ! Certains on des dons et j'ai comme l'impression que ils ne sont pas les seuls. Ce monde nous réserve bien des surprises Ce n'est pas la même chose Sam'. Ici il n'y a pas de chasse à la sorcière, ils sont acceptés et même respectés. Parce qu'ils sont arrivés plus tôt, ou parce qu'ils n'ont jamais cherché à se cacher. Mon frère marque une pause Ou peut être ici on est plus tolérant ? Remuant lentement la tête, et soupirant un bon coup je chasse les dernières envies de rire. Non. La bêtise humaine est partout. Ils ont peut être juste un seuil de tolérance plus haut Quittant Samuel, j'adresse un sourire contrit à Stormer. Je ne voudrais pas qu'il se vexe et pense que je me moquais de lui.

-Excuse moi. Une idée ridicule m'est venu en tête, elle n'est pas ridicule mais plausible et je n'ai pas pu me retenir. Et non ne t'inquiète pas tes explications ont été claires. Juste ils n'y a jamais eu de jalousies entre ceux qui peuvent ou non Dessiner ? Et ce Grand Pas ? On peut demander à quelqu'un de le faire pour nous ? De nous accompagner ? Bref de faire le taxi.. Stop. Tu l'embrouille j'en suis sure Je chasse les mots de Sam' d'un geste de la main. Restons concentré. Et ne t'inquiète, tu n'as surtout pas à t'excuser. Je ne suis pas du style à laisser quelqu'un moisir dans la rue si il y a besoin d'aide. Alors tu imagine pour quelqu'un apparaissant par magie ? Fini-je dans un sourire. Je dirais que tu as dormis un peu moins de vingt quatre heures... J'ai eu le temps d'aller faire les courses d'ailleurs.

Je me redresse vivement, va attraper le panier abandonner et va le poser sur la table bancale. J'y sors du fromage, un bout de viande à l'odeur forte, du pain et quelques fruits. Alors que j'étale le tous sur un torchon que je garde propre pour l'occasion, je demande :

-Tu as peut être faim ? Désolée je n'ai pas d'assiettes ni de couvert. Juste un couteau pas bien affûté. Je me mords un instant la lèvre, hésitante. Puis finalement me jette à l'eau, restant concentré sur la pomme que je pèle. Dis.. Je peux te poser une question ? Si tu ne veux pas y répondre dis moi, mais j'ai besoin de la poser. Tu es la troisième personne assez.. Spéciale.. Que je croise. La première était comme toi, vêtue de cuir et qui dégageait quelque chose.. je fronce des sourcils.. D'hypnotique. C'était bizarre et beau à la fois. Et ne me dis pas que tu es une espèce d'artiste de cirque, parce que maintenant je sais que c'est faux. Ce n'est pas possible. Et puis, désolée, mais tous ces trucs dans ton haut. La moitié devait couper, pendant que l’autre avaient des utilités que je ne connais pas.. Je relève la tête vers lui. Alors, qu'est- ce que tu es ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Sam 29 Avr 2017 - 13:39

Contre toute attente, Alice éclata de rire avant de plaquer ses mains sur sa bouche, paraissant toute ébahie. Peut-être les paroles de Stormer devaient-elles paraître insensées pour une terrienne ? Il haussa un sourcil, se demandant s’il n’aurait pas dû faire plus court à ce sujet, mais elle lui adressa un sourire contrit en guise d’excuse, disant :

- Excuse-moi. Une idée ridicule m'est venue en tête, et je n'ai pas pu me retenir. Et non ne t'inquiète pas tes explications ont été claires. Juste il n'y a jamais eu de jalousies entre ceux qui peuvent ou non Dessiner ? Et ce Grand Pas ? On peut demander à quelqu'un de le faire pour nous ? De nous accompagner ? Bref de faire le taxi…


Le marchombre ouvrit la bouche pour répondre mais la demoiselle ne lui laissa pas le temps de s’exprimer, reprenant :

- Et ne t'inquiète pas, tu n'as surtout pas à t'excuser. Je ne suis pas du style à laisser quelqu'un moisir dans la rue si il a besoin d'aide. Alors tu imagines pour quelqu'un apparaissant par magie ?


Elle sourit puis précisa que l’homme aux cheveux blancs avait dormi moins de vingt-quatre heures, et qu’elle était allée acheter quelques victuailles. Justement, elle les sortit sur la table et voulut savoir si son invité avait faim. La réponse était oui, Stormer avait faim. Mais cela le gênait de devoir se reposer sur quelqu’un. Cela ne lui était pas arrivé depuis son enfance. Il se demanda s’il ne devait pas à son tour offrir ses provisions contenues dans sa besace, mais songea qu’elles n’allaient probablement pas plaire à Alice. C’étaient en effet des victuailles à titre purement nutritif, n’étant pas toutes plaisantes à manger. Devant le silence de l’alavirien, la terrienne osa :

- Dis… Je peux te poser une question ? Si tu ne veux pas y répondre dis-moi, mais j'ai besoin de la poser. Tu es la troisième personne assez.. spéciale.. que je croise. La première était comme toi, vêtue de cuir et qui dégageait quelque chose… d'hypnotique. C'était bizarre et beau à la fois. Et ne me dis pas que tu es une espèce d'artiste de cirque, parce que maintenant je sais que c'est faux. Ce n'est pas possible. Et puis, désolée, mais tous ces trucs dans ton haut. La moitié devait couper, pendant que l’autre avaient des utilités que je ne connais pas.. Alors, qu'est- ce que tu es ?


Bon c’était certain que cette question finirait par tomber. Mais Stormer, un demi-sourire aux lèvres, l’éluda en allant chercher sa besace et en en sortant ses propres provisions. Quelques lanières de viande de siffleur séchée –que beaucoup trouvent extrêmement trop salée- ainsi qu’une banane et un petit cake salé allèrent se poser sur le torchon.

- Des jalousies entre ceux qui ont le Don et ceux qui ne l’ont pas ? Bien entendu qu’il y en a. C’est après tout la nature humaine d’envier son prochain. Personnellement, je vis très bien sans. Mais pour le Grand Pas, seuls les plus grands Dessinateurs peuvent le faire. Il me semble avoir entendu que les personnes les plus importantes de l’Empire quémandaient les services de ces Dessinateurs pour des pas sur le côté. Donc oui, je pense que demander à quelqu’un de le faire pour vous est possible. Si je devais vous envoyer à un endroit particulier pour cela, ce serait l’Académie à Al-Jeit. Ou alors vous pourriez aller voir l’Empereur Sil’Afian, toujours à Al-Jeit. En effet, il est apparemment très familier avec Ewilan, une Sentinelle qui a vécu sur Terre.


L’homme découpa une tranche de son cake salé à l’aide d’une dague et l’enfourna dans sa bouche. Sentant le regard d’Alice pesant toujours sur lui, il avala et répondit enfin avec un soupir :

- Je suis un marchombre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Jeu 4 Mai 2017 - 23:33

On dirait qu'il souhaite garder ses secrets Je me contente de suivre le jeune homme du regard. Il sort lui aussi quelques aliments de son sac, que je reconnais. La viande lui a déjà été offerte lors un de ses convois. Elle se souvient du goût salé, comme un de ses jambons crus de mauvaises qualités. Le fait de pouvoir ainsi distraire sa faim en grignotant ça est bien, mais il fallait garder une gourde d'eau à disposition.. Je commence à couper de la viande, grignotant les lamelles avec du pain. Elle écoute avec attention les mots de Stormer. Elle trouve cela étrange comme situation. Il n'y a pourtant que peu de tension dans les villes qu'elle a croisé... Il y a sûrement une autre vision des choses et ces jaloux sont peu nombreux. Après tous ce sont tous des humains. Son visage se tord, déçu.. Il semblerait que ce grand pas ne soit pas si simple que ça et qu'il faudrait de l'argent pour en bénéficier. Ce qui est pour le moment pas le cas. Sa vie se résume à vol, mendier ou se battre... Non je voulais changer ça moi,mais tu as tenu à recueillir cet homme tombé du ciel On s'en occupera plus tard. On n'est pas à un jour près maintenant. Tu crois que l'on devrait tenter notre chance à cette Académie ? Je ne sais pas.. On a rien à perdre à tenter notre chance... Et il a parler de l'empereur aussi Je lève les yeux au ciel, découpant du fromage. Tu te vois aller voir un homme important pour nos petits problèmes ? On se ferra jeter dehors. Peut être que ici le rapport entre les dirigeants et le peuple est différents.. Je fais la moue, peu convaincu. Et bien tu n'as qu'à lui demander ! Ou peut être... ou tu cherche à rencontrer cette Ewilan. Si elle vient de Terre elle pourrait être sensible à notre problème.. Mais Alice que feras tu quand on sera de retour chez nous ? Tu resteras là bas ? Je... Je ne... La voix de Stormer stoppe mes pensées.

Marchombre ? Qu'est-ce que c'est Marchombre ? Un métier ? Moi ça me fait plutôt penser à une secte vu comme tout ça semble secret.. Non il semble trop libre pour ça, ni.. déséquilibré. Cette fois-ci Sam' garde le silence. On a tous les deux la même image en tête. Un femme assise sur une chaise dans une pièce trop blanche, trop vide. Elle chantonne berçant une poupée au creux de ses bras, le regard vers la fenêtre. Leur mère. Chassant ces souvenirs, elle relève ses yeux vers le jeune homme :

-Et si c'est pas trop demandé ? Qu'est-ce que c'est ? Je ne veux pas les secrets de.. Ca. Juste comprendre ce monde. Il a trop de différences avec le mien.. Et ce Sil'Alfian on peut aller le voir comme ça ? Sans soucis et lui demander des choses selon notre problème ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Lun 29 Mai 2017 - 22:24

- Et si c'est pas trop demandé ? Qu'est-ce que c'est ? Je ne veux pas les secrets de.. Ça. Juste comprendre ce monde. Il a trop de différences avec le mien... Et ce Sil'Alfian on peut aller le voir comme ça ? Sans soucis et lui demander des choses selon notre problème ?

La remarque, quoique fondée, tira un demi-sourire à Stormer. Il ne savait pas réellement pourquoi ni comment, mais il avait comme une bouffée de bonne humeur. La façon ironique qu’il avait de parler lorsqu’il était enfant lui revint en mémoire. Il n’en usait plus tellement dorénavant. Mais là, il avait clairement envie de taquiner cette petite terrienne innocente.

- Sil’Afian ? Aller le voir comme ça ? Mais bien entendu. Tu pourras même discuter avec la garde impériale avant l’entrevue si le cœur t’en dit,
ajouta-t-il, le tutoiement étant venu naturellement. Quels bavards ceux-là ! Il fit une pause, laissant Alice mariner encore un peu, puis la lueur malicieuse qui s’était allumée dans ses yeux s’affaiblit. Non, réellement, les fois où je suis allé à Al-Jeit, je n’ai jamais cherché à rencontrer l’Empereur. Quelle perte de temps ce serait ! Lorsque l’on a tous les plus beaux toits de Gwendalavir sous les yeux, pourquoi irait-on subir les facéties du « grand monde » ? Enfin sauf, évidemment, si on a une requête de l’importance de la tienne… finit-il avec un coup d’œil vers son interlocutrice.

Il se leva et eut un instant de réflexion. Elle voulait savoir ce qu’était un marchombre ? Bien, l’homme aux cheveux blancs allait le lui montrer. A moins que… Serait-ce vraiment raisonnable ? Oh et puis, qu’il arrête un peu de réfléchir ! Un marchombre était avant tout un être libre ! Il saisit sa besace et sortit de la pièce, certain que la jeune femme allait lui emboîter le pas. Sortit de la résidence de son hôte, il déclara sans se retourner :

- Tu veux savoir ce qu’est un marchombre, n’est-ce pas ? Alors suis-moi.

Puis il commença à marcher dans les ruelles d’Al-Far. Il se souvenait de ce lieu. Quand Altar, son père adoptif, avait trouvé la mort, le jeune homme de quinze ans avait passé quelques mois à errer dans Al-Far. Le temps avait passé, mais rien n’avait changé ici. Des brigands se dissimulaient toujours dans les coins des rues à la recherche de potentielles victimes et des mendiants de tous âges jonchaient les pavés. Mais malgré les apparences, cette cité n’avait pas que des mauvais côtés. C’était le point de départ et d’arrivée de nombreuses caravanes en plus d’avoir une muraille qui offrait un panorama saisissant. Perché en haut de ses tours, on avait une vue des plus fantastiques sur les plaines alentours. Et c’était justement vers la muraille que le marchombre se dirigeait.

HRP:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Lun 26 Juin 2017 - 18:30

La suite de ses paroles sont moqueuses. Mais je ne m'en vexe pas. J'ai toujours apprécié ces gens qui utilisaient le sarcasme ou l'ironie. Et puis j'aime voir cette lueur illuminer son regard. Cela le rend moins froid, plus humain. Je me souviens d'Al-Jeit. Il y avait des bâtiments immenses où quelques fois des passerelles se jetaient dans le vide pour réunir deux tours. Lui parlait de toutes les voir d'en haut. Comment fais-t-il?
Il grimpe je suppose.
Je croque pensivement dans une pomme, en appuyant ma tête dans ma paume de main. Grimper? Comme Spider-man ou plus comme Tony qui fait du parkour?
Je pencherai plus pour du parkour. Je ne pense pas qu'il a des supers pouvoirs. Même si cela a l'air complexe.
J'aquièsce pensivement. Bien sur je m'en doutais. Mais tous ces secrets me rendent folle. Ils... Stormer est en train de quitter la table. Je l'observe, interdite. Il récupère sa sacoche et quitte les lieux sans un mot. J'entends ses pas dans les escaliers, même si il reste bien moins bruyant que moi.
Tu compte rester là?
Mais j'en sais rien! Je ne comprends pas ce qu'il se passe. Peut être que..

- Tu veux savoir ce qu’est un marchombre, n’est-ce pas ? Alors suis-moi.

D'un bond je suis sur mes pieds. La pomme coincé dans la bouche j'attrape ma sacoche que je passe par dessus la tête. Son poids familier vient reposer contre ma hanche. Je dévalle les escaliers, me moquant des marches traitresses. C'est seulement à la hauteur du jeune homme que je ralentis. Ma pomme de nouveau dans ma main, je souffle un coup et chasse de mon visage les mèches de cheveux venu me gener. Après une bouchée de frui, je déclare faussement véxée.

Tu aurais pu m'attendre quand même?! Quand je pense qu'il y a quelques heures tu ne tenais même pas debout. J'aurais peut-être dû te laisser au sol.. fini-je dans un sourire en me tournant vers lui
Ouais et lui faire les poches par la même occasion.
Sam!
Quoi? Cela ne t'as pas gener avec l'ivrogne.
Il faisait son lourd avec une fille quelques instants plus tôt.
Ne te cherche pas d'excuse, tu apprends juste à survivre par tes propres moyens.


Je roule des yeux vers le ciel abandonnant le combat avec Samuel. Je laisse mon regard courir sur la rue que nous empruntons, habituée par le spectacle qu'il offre. Je remarque que nous nous dirigeons vers l'extérieur de la ville. Je fronce des sourcils.

Qu'est-ce que tu veux me montrer?

Stormer reste évasif. Je fais la moue en jetant ma pomme finie. Finalement nous arrivons au pied des fortifications. Je lève la tête vers le ciel. Les pierres s'élèvent haut, les une venant sur d'autres, créant petit à petit une tour de garde. Je me tourne vers le marchombre, les poings sur les hanches.

Bon. Maintenant qu'on est là, qu'est-ce qu'on fait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Ven 30 Juin 2017 - 14:29

- Bon. Maintenant qu'on est là, qu'est-ce qu'on fait ? lâcha la terrienne qui ne se voyait certainement pas rester immobile au pied de la muraille d’Al-Far.

Un large sourire naquit sur le visage du marchombre. Alice semblait n’avoir réellement aucune idée de ce qu’il allait faire, et cela l’amusait au plus haut point. Il décida tout d’abord de vérifier si la muraille était aussi peu lisse qu’il le pensait. Un rapide coup d’œil sur l’objet de ses interrogations l’avisa que rien n’avait changé depuis sa dernière venue. Des prises relativement simples et nombreuses, parfaites pour un novice en escalade, couvraient la muraille. Rassuré sur ce point, Stormer redirigea son attention sur la terrienne.

- Eh bien ? On monte. Devant le visage éberlué de la jeune femme, il minimisa la chose. Allons, ce n’est rien. Les prises sont franchement données et tu ne pourras en aucun cas faire de mauvaise chute. Si ça peut te rassurer, sache que je t’accompagnerai dans ton ascension.

Alors, il enfonça ses doigts dans deux interstices et commença à se hisser sur la paroi. En quelques secondes il parvint à se retrouver à quelques mètres du sol. Il jeta de ce fait un œil en bas mais remarqua qu’Alice ne le suivait pas. Il descendit donc tout aussi rapidement en crochetant de légères fissures dans le mur et se plaça derrière la terrienne. En silence, il l’encouragea à monter, lui faisant signe qu’il assurerait ses arrières. Sa main gauche plaquée sur le dos de sa partenaire lorsque celle-ci vacillait, il se retrouvait à grimper avec l’aide seule de sa main droite et de ses pieds. Quand Alice dérapait, il lui replaçait ses chaussures sur une prise. Lorsqu’elle fatiguait, il la laissait patiemment reprendre son souffle. Si elle tombait, il la rattrapait. Elle peinait et faiblissait, lui l’attendait et l’assistait. Stormer ne soufflait mot, songeant déjà à la réaction de la jeune femme une fois arrivés en haut.
En réalité, l’homme aux cheveux blancs avait déjà vécu cela. Il avait déjà vécu cela avec son ancien maître, Aul, sauf qu’en ce temps-là c’était lui qui endurait son ascension avec difficulté. Cette fois, son rôle était inversé, bien qu’il ne souhaitât pas jouer au maître marchombre avec Alice. Non, ce qu’il voulait c’était simplement la récompenser pour son aide.

Enfin, les deux comparses arrivèrent en haut de la muraille. Peu fatigué par cette montée, le jeune homme se dressa de suite sur ses deux jambes pour se mettre à tourner sur lui-même, contemplant la vue qui s’offrait à lui. Le soleil, encore haut dans le ciel, était ancré dans un de ces bleus profonds magnifiques aux yeux des hommes. Un peu plus bas, vers la muraille intérieure, se dressait la cité d’Al-Far. Autant en bas elle pouvait sembler misérable, autant observée d’en haut elle avait un côté ancienne qui opérait son charme. En revanche, lorsqu’on se tournait derrière la démarcation de la muraille, on pouvoir voir se dessiner toute la beauté de la nature. Des plaines s’étendaient à perte de vue, parsemées de petits villages et traversées par une unique route.
Le marchombre attendit donc que la terrienne reprenne son souffle, et une fois cela fait, il se plaça à ses côtés pour déclarer :

- Tu vois ? C’est ça être marchombre. La liberté, fit-il en balayant le panorama de sa main.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Ven 7 Juil 2017 - 18:52

Mais c'est que cela l'amuse en plus. Et cela achève de faire naître la méfiance en moi. La même lorsque les gars du club préparer une blague. Drôle pour eux. Pas pour moi. Et la suite me le confirme. Nous allons escaladé ce mur. Jusqu'en haut. Je relève la tête vers la fin de la muraille, puis sur Stormer. Est-ce qu'il est au courant que je n'ai jamais escaladé ?
Dis plutôt que tes débuts non réellement pas été concluant.
Je chasse les mots de Samuel d'un mouvement de main. Je ne veux pas repenser à ces moments catastrophiques. Je pense vraiment que si nous étions fait pour grimper aux murs, nous serions pourvus de griffes ou de ventouses. A nos quatre membres. Hors ce n'est pas le cas. Et le fait que les prises soient faciles ne me convainquent pas. Mais le marchombre ne semble pas remarqué mes états d'âmes.
Il s'avance vers le mur et commence à escalader la paroi. Facilement. Bien trop facilement. Il s'appuie sans effort sur les prises, passant d'une à l'autre, s 'élevant du sol. Je le regarde ébahie. C'est beau et élégant. Comme ses escaladeurs haut niveau et encore. Ce sont des balourds en comparaison. Finalement il semble se rendre compte que je ne suis pas et revient sur ses pas. En silence, il me poussa jusqu'au mur et je sus que je n'avais plus le choix.
Je pense qu'il sait ce qu'il fait
Ouais mais cela ne me rassure qu'à moitié. Une dernière inspiration et je pose la main sur la pierre. La seconde va chercher une prise un peu plus haute. Regardant où je mets un de mes pieds, je commence à me suspendre aux roches. Je m'élève en quelques gestes hésitants avant de décoller ma tête de la roche.
Non ne regarde pas en bas. Tu vas paniquer.
Je jette un coup d’œil a Stormer. Il est à coté de moi, une main dans le vide prêt à réagir. C'est lui qui va s 'assurer que je ne tombe pas ? Il le pourra ?
Arrête de te poser des questions et grimpe. Tu te fatigue à rester suspendu.

Lentement je continu ma progression. Et la réponse à mes questions vient quelques instants plus tard. Mon pied que je croyais posé, en place, se délogea de la brèche. Je me sentis perdre l’équilibre, basculé. Dans un petit cri je resserre ma prise sur mes autres points d'ancrage et me tend. Je reste un instant immobile, m'attendant à tomber à chaque instant. Un sursaut. Une main qui empoigne mon pied et le remet sur une prise. Le reste de l’ascension se passe ainsi. Il reste sans un mot à mes côtés, m'aidant quand j'ai besoin, et attendant patiemment. Au fur et à mesure je sens mes muscles se tendre, demandant grâce alors que je fais des pauses de plus en plus fréquentes. Mais je ne me plains pas. C'est quelque chose dont je n'ai pas l'habitude donc en baver est normal. Mais il n'y a pas à dire, j'ai hâte d'arriver.
Quand ma main se pose sur une surface plane je pousse un soupire de soulagement. Enfin arrivée. Je me traîne sur le sol, reste un instant sur le dos reprenant ma respiration. Mes muscles me lancent, et je sens la chaleur de mes doigts égratignés. J'entends le marchombre, déjà debout, se déplacer sur la muraille. Lentement je me redresse, puis prends appuis sur le sol pour me relever. Je souffle un coup avant de prendre une inspiration. Mais celle-ci reste coincé dans ma poitrine quand je vois le spectacle qui s'offre à moi.

Le paysage, de la nature sauvage s'étend à perte de vu. Je n'ai vu que rarement cette image de ce monde et cette fois-ci j'en fut sur. L'humain n'est le maitre ici bas. Il est au même rang que les habitants des bois visibles aux alentours. Quelques habitations se dessinent de ça et là, mais elles semblent minuscules dans cette immensité verte. Une évidence s'installe. Il faut que je voyage, explore ce monde le plus possible.
Je tourne la tête vers le jeune homme. Oui, je comprends ce qu'il veut dire. Je l'avais ressenti et cela se confirme. Ces marchombres sont des êtres libres, ne se pliant pas aux mêmes règles que d'autres gens des cités. Ils doivent avoir une philosophie aussi, même si je n'ai pas encore réussi à comprendre réellement toutes ses arcanes. Et puis je pense que je la comprendrai jamais réellement. Tellement de secret autour de ces êtres. Mon regard retourne sur l'extérieur, puis je tourne sur moi même. La ville s'étend de ce coté ci, cerclée de vert. Comme ceci je pourrai presque croire qu'elle est belle et propre. Mais j'en connais trop les ruelles pour me faire abusé. D'instinct j'ai l'impression de sentir l'odeur de l'urine chaude ou celle des ordures qui imprègnent ces rues.
Je me tourne de nouveau vers Stormer, un sourire étirant mes lèvres.

Merci c'est magnifique. Ce qui est sur c'est que sans toi, jamais j'aurai eu cette idée, ni réussi à arriver jusqu'ici. Je regarde un instant autour de moi. As t-on au moins le droit d'être ici? Et maintenant? On profite de la vue encore un peu? J'aurai presque l'envie de faire des croquis.. Mais il est là. J'hésite. Cela ne te dérange si on reste là? Pas longtemps juste le temps de... Je tapote ma sacoche et finalement je me lance. J'aimerai croquer les lieux. Je sais que je ne pourrais pas revenir seule, donc autant en profiter.

C'est une chose que je n'ai jamais aimé partagé avec quelqu'un. Donc avec des gestes gauches, je m'assois à même le sol et pose la sacoche ouverte à coté de moi. Ma main plonge à l'intérieur. Quand je la ressors c'est avec à l'intérieur un carnet épais et une boite métallique de biscuit. La boite posé en équilibre sur la sacoche, ouverte sur des batons de fusains je fixe l'horizon. Au fil des secondes, je me laisse calmer par ce que je vois, oubliant presque le jeune homme à mes cotes. Et subitement cela me viens. Ma main empoigne un fusain, alors que l'autre ouvre avec précaution le carnet. Il ne faudrait pas que des feuilles volantes s'enfuient. Avec des gestes plus ou moins brusques je commence à coucher sur papier des croquis du paysage et d'autres souvenirs des jours précedents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Ven 28 Juil 2017 - 14:51

Alice contemplait le paysage avec un mélange de fascination et de béatitude. Stormer était satisfait de son choix ; finalement lui faire découvrir l’ivresse des hauteurs était une bonne idée. Il croisa les bras et laissa tout le temps à la jeune femme de détailler le paysage environnant. Après une bonne minute elle se retourna vers lui avec un sourire.

- Merci c'est magnifique. Ce qui est sûr c'est que sans toi, jamais j'aurai eu cette idée, ni réussi à arriver jusqu'ici.

Le marchombre hocha la tête, ayant déjà compris. Mais jetant des coups d’œil anxieux autour d’elle, elle semblait s’interroger sur son droit à se tenir ici. Stormer tourna malicieusement la tête de l’autre côté, ne répondant pas à cette question informulée.

- Et maintenant ? On profite de la vue encore un peu? Cela ne te dérange si on reste là? Pas longtemps juste le temps de... J'aimerai croquer les lieux. Je sais que je ne pourrais pas revenir seule, donc autant en profiter.

Stormer lui donna son consentement en un signe de la main et la terrienne s’assit par terre. De sa sacoche, elle sortit un carnet et des outils que l’Alavirien n’avait jamais vus auparavant, puis elle sembla entrer dans une intense réflexion, ses yeux fixés au loin. Alors, saisissant un des bâtons, elle se mit à tracer des traits sur la feuille. Intrigué au départ, le marchombre se laissa gagner par la danse du fusain. Il allait et venait, déposant ses empreintes sur ce fond blanc et dessinant peu à peu un paysage. Par les mouvements simples et pourtant si précis d’Alice, voilà que le panorama qu’ils avaient d’en haut se retrouvait figé sur une petite feuille de papier. Stormer ne se lassait pas de ce ballet hypnotisant. Ses yeux fixés sur la pointe de cet objet allongé, le temps passa sans qu’il ne s’en rende compte. Les secondes et les minutes s’égrenèrent alors que le jeune homme observait le travail de sa comparse, immobile, la tête penchée par-dessus son épaule. Enfin, lorsque la terrienne eut terminé, il cligna des yeux et recula d’un pas avant de souffler :

- C’est magnifique. Vraiment.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Mar 1 Aoû 2017 - 10:22

Je cligne plusieurs fois des paupières. Quand je me mets à dessiner ainsi, je suis tellement concentré à reproduire des images du passé ou celle qui se trouve sous mes yeux que j'ai l'impression de sortir d'une transe. Souvent dans mes jeunes années, ce fut un moyen de me couper de la réalité. Aujourd'hui je n'en plus si sur que c'est toujours cela. Car j'aime reproduire pour avoir une trace de mes années. Je prends petit à petit conscience de ce qui m'entoure. Du soleil qui s'élève toujours aussi haut dans le ciel, du bruit de la ville derrière moi et les feuilles sont posées devant moi. Et surtout de la présence Stormer, que j'avais jusqu'à maintenant réussis à occulter. Je le sens, proche. Et son regard qui pèse sur ce que j'ai fait. Avant que j'ai pu dire ou esquisser le moindre geste, il recule et murmure. Je lève lentement la tête, esquissant un sourire gêner. Déjà à l'école d'art j'avais du mal à recevoir des compliments. C'est quelque chose de tellement naturel et peu extraordinaire pour moi que j'ai du mal à comprendre l'air impressionner que peuvent prendre les gens en voyant ce que j'ai pu faire.

Ouais mais n'en oublie pas ta politesse.

Je souris un peu plus franchement et remercie le marchombre. Puis avec soin je commence à ranger mes affaires. Ma boite métallique va retrouver sa place dans son sac une fois le fusain ranger, puis je sors un tissu déjà bien taché. Je m'y essuies grossièrement les mains dessus. Je sais que pour enlever le noir qui orne maintenant mes doigts il faut de l'eau et du savon. Et enfin délicatement je place les feuilles volantes dans mon carnet déjà remplie, et l'entoure de la lanière de tissus qui permet de tous maintenir en place. Quand tous à retrouver sa place dans mon sac je prends une inspiration et laisse mon regard errer de nouveau sur le paysage. Je ne le reverrai pas de si tôt après tous.. Puis enfin je me remets sur mes jambes, ne prétend pas attention à mes jambes ankylosés.

-J'espère que tu t'es pas ennuyer. En tous cas merci de m'avoir laissé le temps. Je m'avance vers le rebord de la muraille et y risque un regard. Je paris qu'il faut redescendre maintenant ? Et de la même façon qu'on est monté.

Je suis pas certaine si cela m’embête réellement ou si c'est une flemme qui vient de m'envahir. Mais de toute façon je n'ai pas le choix. On doit passer par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Marchombre__Admin
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 844
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 24 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Sam 19 Aoû 2017 - 15:19

La jeune femme le remercia et s’attela à la tâche de ranger ses affaires. Cela fait, elle promena un regard chargé de regrets sur le panorama, songeuse. Elle devait certainement mesurer l’exceptionnel de la situation, sachant qu’elle n’avait pas les capacités de se rendre seule à une telle hauteur. Stormer la laissa tranquillement se remettre d’aplomb et répondit à ses remerciements :

- Ne t’en fais pas, ce calme m’a autant fait du bien qu’à toi.

- Je parie qu'il faut redescendre maintenant ? lâcha-t-elle après s’être avancée vers le rebord de la muraille. Et de la même façon qu'on est monté.

- Je suppose oui, acquiesça-t-il avec une lueur d’amusement dans les yeux. A moins que tu n’aies encore d’autres talents cachés à me montrer, dont un permettant de t‘envoler.

Car malgré sa condition il y avait quelques heures de cela, le marchombre se souvenait très nettement de cet instant de sauvagerie. Comme un fauve fonçant sur ses proies elle avait défait à elle seule deux brigands d’Al-Far. Tandis que lui l’observait, réduit à l’état de spectateur par son étrange mal, la terrienne avait agi dans un mélange de violence et de fluidité tout ce qu’il y avait de plus déconcertant.
Alors, secouant la tête d’une manière presque imperceptible, le marchombre sortit de ses pensées. D’un geste de la main, il invita la jeune femme aux cheveux bleus à amorcer la désescalade et se plaça à ses côtés pour prévenir tout geste fâcheux. Elle se débrouillait assez bien ; mais au milieu du chemin Stormer sentit que la fatigue reprenait le dessus. Il saisit donc une de ses griffes dans sa main droite et attrapa Alice de son autre main, enroulant son bras gauche autour de sa taille. Disposé de la sorte, il put rapidement terminer la descente sans encombre. Sautillant le long de la muraille et crochetant périodiquement un interstice dans la paroi, quelques secondes suffirent à atteindre le sol.

Cela fait, il pensa à Splith qu’il devait retrouver avant qu’Alyss ne l’emmène sur Terre. Il se détacha en conséquence de la jeune femme aux cheveux bleus et la salua :

- Je suppose que c’est ici que nos chemins se séparent. Je ne peux rester plus longtemps car j’ai à faire. Ce fut un plaisir de te rencontrer.

Ces mots lâchés, il se détourna et partit en courant, se faufilant dans les ruelles d’Al-Far, aussi volatile qu’un souffle de vent.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a-
Terrien__Membre
avatar
Féminin Âge : 20
Autre(s) Compte(s) : Idir Faragan
Messages : 555
Date d'inscription : 04/07/2015
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer) Sam 9 Sep 2017 - 19:41

Je secoue doucement la tête tous en souriant. Non je n'ai rien de tous ça. Je m'avance de quelques pas, jetant un coup d’œil vers le bas. La descente à l'air aussi longue que la monté. Je hausse discrètement des épaules. Bah, j'ai réussis à monter, je devrai réussir à descendre. Souriant au geste de courtoisie de Stormer je m'accroche précautionneusement aux roches du mur. Il ne faut pas longtemps pour que le jeune homme fasse de même. Ne prêtant pas attention au poids de ma sacoche qui me semble bien plus lourde lors de cette descente, ni du vent qui siffle à mes oreilles je descends. Petit à petit, en restant le plus possible collée au mur.
Mais bien sur, alors que je commençais à voir distinctement les gens en bas, je sens mon poids m’entraîner toujours plus vers l'arrière, les muscles de mes bras devenir tendus et douloureux alors que les bouts de mes doigts rougissent à vu d’œil. Je n'ai pas le temps de me soucier d'une probable chute que le marchombre a déjà réagis. Du coin de l’œil je vois des griffes d'acier loger entre ses phalanges, et l'instant suivant son bras vient s'enrouler autour de ma taille. Je prends une bouffée d'air, suspendant tous geste.
Ce n'est rien sœurette. Tu ne voudrai pas t'écraser en bas ? Aller on continu.
Je fais en réponse un vague signe de tête avant de relâcher l'air qui s'était accumulé dans mes poumons. Alors que j'utilise chacun de mes membres, Stormer ne semble absolument pas être indisposé d'avoir un bras occupé. Avec toujours la même facilité il m'accompagne dans notre descente. Il ne faut pas longtemps pour être en bas. Bien sur je suis contente d'en avoir fini avec cette escalade. Sympa mais je suis bien trop peu sur de moi pour réellement en profité.
Tu apprécie pourtant l'adrénaline.
Sam' me connaît bien trop bien pour mon propre bien. Dès que mes pieds touchent le sol, je m'éloigne du jeune homme, serrant instinctivement le sac contre moi.

Je l'écoute, mais je n'ai pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il se détourne déjà. J'observe sa silhouette s'éloigner, sa masse de cheveux blanc battant dans son dos.
C'est quoi cette moue ? Serais-tu vexer ?
Secouant la tête je me mets en marche à mon tour, chassant de mes traits la grimace qui était venu les habiter. Alors que je tourne au coin d'une ruelle, je réplique.
Je ne vois pas du tous ce que tu sous entends.
Le rire clair et moqueur de mon frère me réponds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Atterrissage brutale (pv Stormer)

Revenir en haut Aller en bas

Atterrissage brutale (pv Stormer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [S24] Une fin brutale
» disparition des oiseaux!
» Arme brutal
» Un divorce brutale ? [Mission rang D]
» question pour la dimension de vehicule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Ouest :: Al-Far et ses environs-