Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

[CaT] Citadelle des Frontaliers, Esrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 75
Date d'inscription : 17/01/2015
NEWBIE
MessageSujet: [CaT] Citadelle des Frontaliers, Esrin Lun 17 Avr 2017 - 18:49


Vous avez remonté le Pollimage et vous cheminez vers la Citadelle des Frontaliers. Vous parvenez à entrer dans la Vigie, que ce soit par des relations ou en déjouant la surveillance des gardes. Plein d’espoir, vous tentez de passer la barrière qui repousse qui n’est pas un Dessinateur exceptionnel, mais vous échouez. Vous essayez en conséquence d’articuler « Milan », de le prononcer bien fort, puis vous sentez un souffle vous lécher la nuque. Curieux pour l’intérieur d’une tour… Vous redescendez les escaliers et repérez un élément nouveau. Sur le sol de pierre, des mots s’étaient inscrits. Ils sont gravés si profondément que si vous tentez de les toucher, vous pouvez sentir leurs formes se développer sous vos doigts.


Les rumeurs disent que là-bas sévissent
Des créatures perpétuant le vice
Mais cela reste une destination immanquable
Car une dent se dresse au milieu du sable
Près d'elle tu n’auras qu’à citer mon nom
Mon antre se dévoilera avec Imagination

Où devez-vous vous rendre précisément ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10614
Date d'inscription : 28/11/2010
Chevalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 26 ans
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et résiste bien à l'alcool.
MessageSujet: Re: [CaT] Citadelle des Frontaliers, Esrin Jeu 20 Avr 2017 - 23:09

Neleam inspira profondément, savourant l’air chaud qui caressait désormais son visage, comme si le monde revenait à la vie.
Elle avait quitté Ombreuse et son atmosphère étouffante. Ce voyage dans le monde des ténèbres avait été suffisamment long à son goût. Les dangers avaient été multiples, même le silence dans ces bois résonnait comme un avertissement. Quiconque y pénétrait devenait une proie. La guerrière avait froid, et n’avait nullement envie de parler. Elle avait noté un léger changement dans le comportement d’Esrin. Il avait également été touché par la noirceur de cette forêt. La jeune femme se souvenait, peu avant d’atteindre les ruines de la forteresse du chaos, son attention avait dû être détournée un court instant car il n’avait pas réagi à l’approche d’un félin. Une panthère qui avait clairement l’intention de les croquer. Neleam qui était demeurée sur le qui-vive avait réagi rapidement et Emryss avait fendu les airs, stoppant la créature avant qu’elle ne bondisse toutes griffes dehors. La chevalière se plaisait à penser qu’elle avait sauvé la vie du légionnaire, mais elle se raisonna rapidement, il s’agissait d’un soldat expérimenté et il avait probablement entendu la créature approcher, elle s’était fait un film ou… Peu importait. L’épisode demeurait gravé dans son esprit sans qu’elle ait envie de l’évoquer.
Immobiles au milieu d’une prairie verdoyante, les deux voyageurs savouraient le doux chant des oiseaux, cette liberté retrouvée.
Ce fut Esrin qui brisa cette sensation savoureuse, lui indiquant le chemin à suivre. Comment avait-il su où aller ? Neleam l’observa, surprise, mais ne trouva aucun indice à cette certitude qui habitait le légionnaire. La guerrière se contenta de hocher la tête, ce qui n’était guère utile, et ils reprirent le chemin vers le Nord. Mieux valait contourner le lac Chen que de tenter de le traverser.

Un sifflement mélodieux s’envola dans les airs tandis que Neleam retirait ses deux doigts de sa bouche. Elle avait pris l’habitude de siffler ainsi son destrier, et peu importe la distance qui les séparait, il finissait toujours par lui revenir. C’était étrange, mais… C’était devenu naturel pour elle. Quelques minutes plus tard, Firmament arriva en compagnie du cheval d’Esrin, ainsi personne n’avait essayé de les enlever. Neleam sourit et flatta l’encolure de son ami et monta en selle. Le chemin jusqu’à la Citadelle était long, ils avaient intérêt à se mettre en route de suite, et surtout à s’éloigner aussi vite que possible d’Ombreuse.

Le voyage était calme. Trop calme au goût de l’aventureuse chevalière. Remonter le Polimage en bateau mettait ses nerfs à dure épreuve, ainsi que ceux de tous ceux se trouvant sur la même embarcation. Au début, elle avait discuté avec Esrin, de tout et de rien. Puis elle lui avait proposé des petits défis ridicules, mais qui avaient l’avantage de tuer le temps et d’occuper leurs corps, mais lorsque le capitaine l’avait surprise pendue par les pieds sur les flancs du bateau afin de tenter de pêcher à mains nues, il l’avait consigné pou le reste da l journée dans sa cabine. Demeurer enfermée dans la cale d’un bateau état pire encore que de s’ennuyer sur le pont d’un bateau. La leçon porta ses fruits et Neleam cessa de faire des bêtises, mais son moral commença à chuter. Elle se demandait encore combien de temps cette douce torture allait bien pouvoir durer…
Pour tromper l’ennui, Neleam avait essayé d’observer les rives, observant les paysages et cherchant de potentiels assaillants, mais… rien ne venait. Il n’y avait même pas de tours de garde à bord du bateau. Aucun danger, autre que mourir d’ennui.
Donc elle avait proposé à Esrin de s’entraîner ensemble. Elle débutait ses journées par des étirements et un peu de méditation comme le lui avait appris Killian, Marchombre de renom, puis elle maniait Emrys afin de progresser dans sa communion avec l’arme. Avec Esrin c’était différent. Il était habitué à s’entraîner avec d’autres soldats, si bien qu’il proposait différents exercices où la jeune femme avait rarement le dessus. Elle avait pu admirer son torse particulièrement musclé et se demander si les chevaliers pouvaient être aussi musclés… La réponse lui semblait désormais évidente : non, ils aimaient bien trop la bière pour ça. Combattre Esrin lui permit de se vider la tête tandis qu'ils discutaient le reste de la journée. Neleam ne parlait pas seulement avec Esrin, elle avait interrogé pratiquement tous les matelots présents à bords et interrogés sans grand tact le navigateur, lui demandant des informations sur son Don, comment il le maniait.. l'homme n'avait pas apprécié sa curiosité, si bien qu'elle n'avait pas vraiment cherché à se lier d'amitié avec ses compagnons de voyage. Elle tissa donc avec Esin un lien particulier. C’était un légionnaire bavard (en comparaison avec ses frères d'armes,par rapport à un chevalier il était du genre taiseux) mais intéressant. Elle lui posa de nombreuses questions, comme notamment l’impression qu’il avait de Bjorn Wil’Wayard, ou s’il y avait d’autres aveugles dans la légion noire. Ce n’était qu’un jour avant leur fin de voyage en bateau qu’elle posa la question qui l’intriguait depuis maintenant de longs jours. Était-il né aveugle ?


Une fois sur la terre ferme, Neleam et Esrin se remirent en route. La liberté avait manqué à la chevalière, qui courrait parfois à côté de Firmament afin de se détendre les jambes et surtout de savourer cette nouvelle liberté. Le voyage en bateau avait toutefois tari quelque peu sa verve, si bien qu’il lui arrivait de rester silencieuse de longs moments, simplement en savourant le bruit des oiseaux ou le rythme des sabots de leurs montures. Mais il ne fallait pas croire qu’elle était devenue timide ou muette pour autant, elle continuait de décrire les paysages environnants à Esrin et de lui raconter un tas de choses plus ou moins intéressantes. Elle devait avouer qu’elle était parfois surprise, le légionnaire se prêtait au jeu et se mettait lui aussi à aborder des sujets légers. Ils acquirent une certaine aisance entre les voyages le jour et leurs campements le soir.
Le froid les avait attrapés dès qu’ils avaient quitté le bateau, les terres du Nord, malgré l’été et le soleil vigoureux, demeuraient froides. Les montagnes étaient proches et Neleam sentait l’excitation la gagner. Ils ne tarderaient pas à arriver à la Citadelle.
Elle était vraiment contente de voyager en permanence avec tous ses biens (ou presque), car elle avait pu trouver une fourrure pour se protéger du froid. Elle ignorait si la Vargélite protégeait son ami, car désormais elle le considérait comme un ami, ou si son entraînement lui avait appris à ne pas ressentir le froid, mais tout est-il qu'il ne s'était pas plaint pas une seule fois des températures pourtant très fraîches. Neleam elle, ne se privait pas. Elle commenta la buée givrée qui s’échappait de ses lèvres dès qu’elle respirait, ou qu’elle parlait, le givre qui recouvrait au matin les brins d’herbe et les crinières des chevaux.
Finalement, alors que la journée venait à peine de débuter, la silhouette de la Citadelle des Frontaliers se dessina à l’horizon. Neleam arrêta Firmament, profitant du spectacle. Elle décrivit à Esrin la beauté froide de ce paysage, la violence de ces montagnes escarpées et recouvertes de neige éternelle, la fragilité de cette Citadelle et son élégance, la force qu’elle dégageait et surtout, le chemin qui y menait.
Le sourire aux lèvres, Neleam talonna Firmament, pressée d’arrivée, tandis que dans son esprit résonnaient ses quelques passages dans cet illustre lieu. Au loin, des cavaliers s’avançaient à leur rencontre.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Légionnaire__Admin
avatar
Masculin Âge : 22
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 254
Date d'inscription : 06/09/2016
Légionnaire__Admin

Mon personnage
Sexe et âge: Mâle de 26 ans
Aptitudes: Légionnaire Aveugle
MessageSujet: Re: [CaT] Citadelle des Frontaliers, Esrin Jeu 4 Mai 2017 - 12:09

Le voyage jusqu'à la Citadelle fut bien calme comparé au reste du voyage d'Esrin. Il pouvait enfin souffler un peu, même si le temps pressait et que sa quête n'était toujours pas achevée. Sa compagne Neleam fut d'une excellente compagnie, toujours à lancer les débats et prompte à inventer des activités inattendues et même farfelu. Le légionnaire n'était pas habitué à ce genre de spectacle, ses camarades de la Légion étant très peu portés sur l'amusement et l'humour. Il trouva ainsi en la chevalière une manière de se libérer des contraintes de sa condition et il participa avec grand plaisir aux passe-temps qu'elle lui proposait. L'aveugle appréciait l'humour et la jovialité de Neleam, lui faisant presque oublier sa faiblesse dans la forêt d'Ombreuse. La chevalière vint même à lui proposer des défis lorsqu'ils embarquèrent sur un navire pour remonter le Pollimage. Esrin proposa à Neleam de reconnaître des aliments grâce à leur goût, en lui bandant les yeux, lui montrant ainsi ce que lui pouvait vivre au quotidien. En retour elle lui demanda de compter le nombre de passagers sur le bateau uniquement grâce à son ouïe. Il surprit la chevalière en arrivant au bon résultat sans bouger de sa position au centre du navire. Esrin riait de bon cœur, totalement emporté par l'ambiance joyeuse que Neleam avait instaurée entre eux. Le capitaine mit fin à leurs défis quand le légionnaire défia à la chevalière de pécher un poisson à main nue.

Mais cela n'arrêtait pas sa compagne, qui lui proposa alors de s'entrainer ensembles pour passer le temps. Esrin accepta avec plaisir, sentant que son corps avait besoin de s'entretenir et qu'il avait négligé ses exercices habituels depuis le début de la chasse. Ainsi il partagea avec Neleam l'entrainement classique des légionnaires. Il consistait en une succession d'étirements puis de duels intenses. Il y avait plusieurs types de duel, simulant plusieurs scénarios et impliquait ou non l'utilisation de l'épée. C'était un entrainement très physique, c'est pourquoi les premiers jours il réduit le temps normalement nécessaire pour l'effectuer. Pourtant il remarquait que la chevalière avait une très bonne endurance et endurait très bien les exercices du légionnaire. Lorsqu'ils ne s'entrainaient pas, les deux compagnons discutaient, de tout et de rien. Bien sûr Neleam était la plus bavarde, mais elle questionnait beaucoup Esrin, lui permettant de s'ouvrir et de s'exprimer librement. Les questions étaient variées, et il essayait de partager son opinion et d'apporter une réponse claire et précise. Quand elle lui demanda s'il était né aveugle, le légionnaire fut surpris de ne pas ressentir de partager cette information avec sa compagne. En temps normal il était très fermé sur sa vie privée et son histoire, mais avec Neleam c'était différent. Au fil des jours et des partages, ils avaient lié une amitié forte et développé une confiance mutuelle. Il lui raconta donc son histoire, partant du début de ses souvenirs, l'incendie de sa caravane. Il faisait en sorte de ne pas refléter l'émotion qui menaçait de le submerger lorsqu'il se remémorait les difficultés qu'il avait dans la vie de tous les jours, son impuissance devant les moqueries des jeunes de son âge et l'indifférence des adultes. Il lui décrivit sa relation avec Dan, son sauveur et celui qu'il considérait comme un père, comment il l'avait poussé à dépasser sa condition d'aveugle pour apprendre l'art du combat. Sa voix fut prise d'émotion quand vint le passage de l'ouverture de ses sens, une véritable libération pour lui et le début de son espoir.  

Le lendemain ils reprirent leur route, direction le Nord et la Citadelle. Même si le légionnaire était aux aguets, dû à la réputation dangereuse de l'endroit, aucune bestiole ou grosse bête ne vint les attaquer durant le voyage. Neleam comme à son habitude était très bavarde, mais cela ne dérangeait pas Esrin, qui se prêtait même au jeu lorsqu'elle abordait des points plus légers. Les jours passèrent rapidement pour le légionnaire, grâce à la chevalière qui faisait tout pour leur faire tuer le temps. Après quelques jours l'aveugle remarquait que sa compagne se plaignait de plus en plus du froid et elle lui demanda s'il était insensible. Il lui répondit qu'avec le temps passé dans les campements de la Légion dans les Marches du Nord, il s'était habitué aux grands froids et qu'il en appréciait même la sensation, ce qui fit frissonner Neleam. Elle préférait largement profiter d'un bain de soleil sur les plages du Sud semblait-il. Pour sa part Esrin détestait la trop forte chaleur, lui remémorant ses sensations lors de l'incendie qui lui fit perdre la vue.

Alors qu'ils approchaient de la Citadelle et du territoire des Frontaliers, la chevalière le prévint qu'un groupe d'entre eux venaient à leur rencontre. En effet, après quelques minutes, l'aveugle put entendre clairement le claquement des sabots de leurs montures sur le sol gelé. Les deux compagnons s'arrêtèrent alors, heureux de pouvoir bientôt avoir droit au gîte et au couvert dans la prestigieuse forteresse des guerriers du Nord. Il s’avérait que les Frontaliers étaient deux patrouilleurs, surveillant les frontières de leur territoire et saluèrent chaleureusement les deux voyageurs, reconnaissant leurs guildes, chevalière et légionnaire. Esrin leur expliqua leur raison de leur venue et leur montra la missive de l'Empereur qui garantissait un droit de passage à l'aveugle à travers tout l'Empire dans le cadre de la chasse. Ils furent surpris d'apprendre que la suite de l'énigme se trouvait au sein même de leur Citadelle, alors qu'ils en connaissaient tous les recoins. Ils invitèrent les deux compagnons à les suivre jusqu'à l'entrée de la forteresse. La compagnie des Frontaliers fut plaisante et Neleam ne manquaient pas de les surprendre avec son franc parlé et sa bonne humeur.

Lorsqu'ils furent enfin à l'abri dans les murs de la Citadelle, le légionnaire demanda s'il pouvait directement se rendre dans la Vigie, pour résoudre la prochaine énigme. La chevalière protesta car elle voulait participer au buffet, mais Esrin la rassura en lui promettant de s'y rendre dès qu'ils auraient résolus la prochaine étape de la chasse. Un Dessinateur était présent, dont ils avaient oublié le nom et leur permirent de se retrouver directement dans la plus haute tour de la Citadelle. Ceci fait, l'aveugle se remémora l'énigme puis prononça d'une voix forte le nom de "Milan". Un souffle vint caresser la nuque des deux compagnons, venant de nulle part. Et rien d'autres, pas d'autre énigme. Après un certain temps et une fouille minutieuse de la Vigie, ils redescendirent les escaliers, répondant à l'appel de leurs estomacs. C'est alors que Neleam repéra quelque chose, au pied de ceux-ci. Elle indiqua à Esrin qu'une inscription était apparue, gravée dans la pierre. Elle entreprit alors de les lire à voix haute pour son compagnon.

Les rumeurs disent que là-bas sévissent
Des créatures perpétuant le vice
Mais cela reste une destination immanquable
Car une dent se dresse au milieu du sable
Près d'elle tu n’auras qu’à citer mon nom
Mon antre se dévoilera avec Imagination


La nouvelle énigme était donc là. Un temps de silence passa, alors que les deux aventuriers analysaient ces nouveaux vers. Ils discutèrent ensuite entre eux, débattant des pistes possibles pour apporter une réponse à l'énigme. Quand ils dirent à voix haute que l'allusion du sable leur faisait penser à la plage, la voix mystérieuse retendit dans la tête d'Esrin. "Mauvaise pioche !". Étrange, comment Merwyn pouvait entendre leurs paroles ? Le légionnaire savait le personnage très spécial, donc ce phénomène était peut être normal pour le dessinateur. Ils reprirent donc leur réflexion et lorsque Neleam proposa la comparaison entre le sable et le désert des Murmures, la voix retendit immédiatement. "Bingo !". Ils savaient donc où aller. Restait à identifier cette "dent", que les deux compagnons pensaient être une montagne. "Je vous guiderais" rassura Merwyn. Esrin fit part de l'aide bienvenue du dessinateur à la chevalière.

C'est ainsi que les deux compagnons avaient une nouvelle fois résolu l'énigme et avancé d'un pas vers son achèvement. Il leur restait encore un long voyage, mais Esrin sentait qu'ils approchaient de Merwyn.

_________________


Dernière édition par Esrin Ilïen le Lun 8 Mai 2017 - 15:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2881-esrin-le-legionnaire-aveugle
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 75
Date d'inscription : 17/01/2015
NEWBIE
MessageSujet: Re: [CaT] Citadelle des Frontaliers, Esrin Jeu 4 Mai 2017 - 18:33

Il est donc temps pour les deux compagnons de se diriger vers la fin du voyage...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[CaT] Citadelle des Frontaliers, Esrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Article pour celebrer le bicentenaire de la citadelle/tire d
» Garde de la Citadelle a cheval.
» Garde de la citadelle
» Garde de la citadelle
» Nouveau Tapis de Bataille Citadelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Nord :: Citadelle des Frontaliers-