Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Quête événementielle : À la croisée des Abysses !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NEWBIE
avatar
Féminin Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2015
NEWBIE
MessageSujet: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Ven 7 Juil 2017 - 23:12



Vendredi 7 juillet - 01h34
Été CC+5
Rue d’Al-Chen


Dans la nuit noire une silhouette apparut dans l’encadrement d’une porte. Malgré la pluie et le grondement du tonnerre, on pouvait entendre des rires et des chants à travers la lumière.
Claquement, la porte se referma sur elle-même. Dans les ténèbres de la nuit un homme s’avança.

Âgé d’une cinquantaine d’année, Emerik Aïlya essayait avec peine de s’avancer dans la rue. L’eau atteignait ses genoux. Avec difficulté, il parvint à traverser trois mètres puis s’arrêta à court de souffle.
Il soupira. Voici plus d’un mois que le climat était désastreux. Depuis une petite semaine plus aucun habitant de la ville ne se risquait dehors. Mais étrangement, de tout Gwendalavir, seule Al-Chen était touchée. Depuis trente jours, aucun rayon de soleil n’avait traversé les sombres nuages qui plongeaient la ville portuaire dans l’obscurité.
Lui, simple tavernier, perdait tout profit à son commerce. Plus aucun touriste ne se risquait par ici, il songeait même à fermer l’échoppe.
Les rues étaient inondées, encore quelques mètres et le Lac Chen engloberait toute la ville. C’était uniquement grâce aux pouvoirs des Dessinateurs que le lac ne débordait pas. Mais les Dessinateurs d’Al-Chen étaient peu nombreux, dans très peu de temps ils succomberaient à la fatigue. Et quand ce moment arriverait, que la Dame leur vienne en aide !
Toute une partie de la ville était déjà condamnée, notamment le port. Il avait été évacué et seuls les Dessinateurs y avaient accès.
Le seigneur de la ville avait été jusqu’à faire quérir de l’aide à Al-Jeit, d’où l'Empereur avait alors envoyé un groupe de l’Académie, guidé par les Sentinelles. Des rumeurs couraient sur la présence même d’Ewilan Gil’Sayan.
Tout en continuant de « nager » vers le bâtiment opposé, le regard d’Emerik se tourna vers la ruelle longeant son établissement. Un mouvement avait attiré son attention. Soucieux, il plissa les yeux, tentant de découvrir ce qui pouvait bien avoir produit ces remous dans l’eau. Il était sûr d’avoir aperçu un être, une forme humanoïde se dessiner dans la pénombre. Inquiet, il tenta d’interpeller la personne. Malgré le temps peu enclin aux sorties, on rencontrait de drôles de gens dans les rues.

« Qui va-là ? »


Mais aucune réponse ne lui parvient. Au bout de quelques minutes, Emerik continua son chemin. Avec plus d’ardeur cette fois-ci. La chose qu’il avait perçue n’était pas humaine, il en était certain. De plus, il avait la désagréable sensation d’être épié. Ce fut dans la peur qu’il chercha à rentrer chez lui…

Au coin de la ruelle, deux lueurs turquoise fixaient l’homme pénétrer dans le bâtiment. Dans l’ombre, la chose se laissa couler.
Son heure n’était pas encore venue...

***

Vendredi 7 juillet - 14h07
Été CC+5
Al-Chen
Palais du Seigneur de la Ville


Regardant les rapports des Dessinateurs, la lettre de l'Empereur, ainsi que les conclusions scientifiques, l’homme tomba sur son siège. Il passa une main dans ses cheveux, se frotta les yeux puis une fois encore il se pencha vers les documents qui s’étalaient devant lui.
Aeor Jil’Fay ferma les yeux. De tous les papiers sur la table, aucun n’apportait de bonnes nouvelles. Aucune explication n’avait été trouvée concernant la bulle climatique dans laquelle sa ville se trouvait.
Et comme si ce n’était pas assez, Maître Ilys lui faisait part de son inquiétude, lui confiant que ses Dessinateurs ne pourraient bientôt plus tenir la digue. Aeor envisageait déjà la catastrophe, ne sachant que trop bien que dans quelques jours le barrage se romprait, et qu’à ce moment-là, il ne faudrait pas compter quelques heures avant l’inondation complète de la ville.
L’aide que le seigneur de la ville avait fait quérir à Al-Jeit n’allait pas tarder à arriver, mais l'Empereur ne pouvait pas lui faire parvenir plus d’une vingtaine de Dessinateurs. Les attaques Raïs dans le Nord, ainsi que les massacres des villages côtiers au Sud ne pouvaient leur permettre de faire déplacer de trop importantes troupes de Dessinateurs.
Messire Jil’Fay se sentait submergé, mais il fallait qu’il agisse sinon la ville serait perdue. Pourtant il ne savait comment faire.
Il regarda à travers la fenêtre : toujours le même temps lugubre, une pluie torrentielle qui ne s’arrêtait jamais, des nuages qui englobaient la ville entière et le tonnerre qui rugissait. Al-Chen était-elle perdue ? Cela servait-il encore de se battre ?

« Amenez-moi Fuyil »

Dans l’ombre un serviteur partit chercher l’intendant. Quelques minutes plus tard, la porte s’ouvrit dans un fracas et un homme entra essoufflé.

«  Messire ... »
«  Fuyil sonnez l’évacuation de la ville ! »
«  MESSIRE !!!! »

Aoer Jil’Fay se tourna vers son employé, s’interrogeant sur la raison de ce cri.

«  Messire, le ciel ! »
« Quoi le ciel ? »
« La ville est englobée, un dôme s’est formé »
« Mais qu’est-ce que ... »

En trombe il sortit sur son balcon. Les yeux écarquillés de peur, il regarda autour de lui. Les nuages s’étaient dispersés, laissant seul le centre de la ville dans la brume. La pluie avait cessée, mais surtout, il y avait cette paroi transparente qui montait dans le ciel. Il tourna sur lui-même et constata que toute la ville était encerclée. Les nuages noirs, oppressants, se collaient contre le dôme qui venait de se former autour de la ville.
Il leva les yeux. La pluie avait cessé mais aucun rayon de soleil ne paraissait, il faisait toujours aussi sombre. Mais ce n’était pas le temps qui lui faisait peur. Non ce qui l’effrayait plus que tout autre chose c’était cette barrière de nuages qui avait pris forme autour de la cité : Al-Chen était enfermée à l'intérieure d’une immense bulle.

« Que..? »

« Nous n’avons aucune idée de ce que cela pourrait être Seigneur. Maître Ilys est stupéfait, les Dessinateurs sont plongés dans le noir ! »
« Dans le noir ? »
« L'Imagination messire, elle est inaccessible... » chuchota Fuyil d’une voix tremblante dans laquelle on ressentait la frayeur.

Terrorisé, Aeor Jil’Fay se plongea dans les Spires car lui aussi possédait le Don. Certes faible, mais les basses Spires lui permettaient parfois de créer de petits Dessins. Alors, il ouvrit la porte de l'Imagination mais s’en retrouva immédiatement éjecté.

« Par le sang des Figées ? Que se passe-t-il ? »

« Le dôme est apparu il y a une heure environ, les Dessinateurs se sont retrouvés éjectés des Spires alors qu’il contenait le Lac. Mais ce n’est pas tout … »
« Faites immédiatement évacuer la ville, envoyez un émissaire à Al-Jeit de tout urgence, que l’Empereur soit prévenu ! »
« MAIS C’EST IMPOSSIBLE MESSIRE !  Nous sommes pris au piège. La paroi qui constitue le dôme, elle est invisible mais indestructible. Nous ne pouvons ni entrer, ni sortir... »
« Enfermés comme des bêtes, hum ? »
« Que faisons-nous monsieur ? »

S’accoudant contre la rambarde, Aeor fixa la barrière de nuage.

« Rien, l’aide devra venir de l’extérieur. Prions juste pour que le lac ne déborde pas et surtout que rien d’autre d’anormal ne nous arrive... »



***


Samedi 8 juillet - 00h03
Été CC+5
Al-Chen


En premier le Dôme.
En second l’Imagination.
En troisième Eux !

Alors que la panique était à son comble, ils étaient apparus de nul part. Au début seulement quelques-uns, puis peu à peu ils se multiplièrent.
On les nomma d’abord les Mangeurs d’eau, car après avoir pris forme, ils absorbaient de la surface liquide aux alentours. Les êtres, entièrement constitués d’eau, ne mesuraient pas plus d’un mètre. Mais ne faisant qu’un avec l’élément naturel qu’était l’eau, ils avaient la capacité de se constituer à n’importe quel endroit où il se trouvait une surface liquide. Fusionnant avec celle-ci, ils se déplaçaient où bon leur semblait tant qu’il y avait de l’eau. Les rues de la ville étaient leur terrain de jeu.

Inoffensifs au départ, ils ne faisaient qu’observer avec leurs grands yeux turquoise. Mais rapidement ils devinrent agressifs.
Les premières attaques ne comptaient pas de bilan humain, de simples blessures pour les personnes se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment. Mais peu à peu, ils se mirent à suivre les habitants le long des rues, invisibles et pourtant présents, ils commencèrent à se montrer hostiles.
Ce ne fut qu’une question d’heures avant les premières victimes.
Hypnotisantes, les créatures se déplaçaient jusqu’à leur cible, se fondant dans l’eau elles encerclaient les personnes, puis formant un tourbillon autour d’elles, elles les entrainaient dans les profondeurs pour les noyer lentement.
Leur constitution les rendait invulnérable, et le Dessin étant inaccessible, aucune arme ne pouvait les blesser. Au mieux elles pénétraient leur carapace d’eau pour se figer à l’intérieur, au pire elles ne faisaient que les traverser.

Puis un historien se souvint d’une légende, une légende parlant d’êtres d’eau invulnérables appelés les Nérosiens. Des êtres cruels noyant leurs victimes pour, selon ses dires, « aspirer leurs âmes ».
À partir de ce moment ils adoptèrent donc le nom de Nérosiens.
De ce fait, la population déjà effrayée devint terrorisée.

Alors Al-Chen devint une arène.
Pour ceux à l’intérieur de la ville, il ne restait qu’une option : survivre.
Pour ceux de l’extérieur qu’un seul et unique but : entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen Empire__Membre
avatar
Masculin Âge : 44
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 27
Date d'inscription : 30/08/2013
Citoyen Empire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Mar 11 Juil 2017 - 16:08

Parfois, il y a des jours où l'on regrette de s’être levé. Des jours où tout va de travers. Des jours où toutes les catastrophes du monde nous tombent dessus, et au lieu d’aller se recoucher pour tenter d’oublier cette terrible journée, on hausse les épaules en se disant qu’avec toute cette malchance, on ne peut rien avoir de pire, que la chance finit par tourner. Et c’est à cet instant qu’une galère surgit, vous prouvant que vous aviez tort, et que la journée est loin d’être finie.


Telle était la journée de Navid Sil’Afian, empereur de Gwendalavir.



Tout allait de travers en cette journée qui, pour marquer le coup, était particulièrement pluvieuse et morne. Les péripéties qui lui étaient arrivées jusqu’à cet instant présent n’étaient qu’une mise en bouche, était-il en train de réaliser. Tout venait de s'écrouler, avec la certitude d’avoir touché le fond, après qu'un conseiller menu et échevelé ait pénétré dans la salle du conseil en hurlant « Al-Chen a disparue ! ».
La réunion en cours, bien que particulièrement importante puisqu’elle avait attrait aux attaques des villes côtières au Sud de l’Empire, prit immédiatement fin dans un vent de panique, après que chacun ait digéré comme il pouvait l’information.
Le monde devait être devenu fou.
Il n’y avait d’autre possibilité. L’empereur se ressaisit alors que ses conseillers étaient déjà sur leurs pieds, prêts à se précipiter vers on ne savait trop où puisqu’Al-Chen n’était pas visible depuis la capitale, mais qu’importait, la panique régnait et chacun désirait partir en courant et avertir sa famille. La voix du souverain tonna dans l’air, comme un ordre impétueux.

-Messieurs ! Et mesdames, ajouta-t-il en direction des deux seules femmes qui travaillaient à ses côtés. Al-Chen n’est pas de votre ressort, si vous êtes ici aujourd’hui, c’est pour discuter des attaques des Pirates Alines sur nos terres. Pour trouver un moyen de leur barrer le chemin et évincer toute menace supplémentaire qui serait issue des Mercenaires du Chaos.


Sa voix était toute aussi grave que le sujet abordé. Cette réunion avait lieu presque tous les deux jours, faisant à chaque fois des comptes-rendus des mesures appliquées et des observations faites par les sentinelles dépêchées surplace. Et aujourd’hui était un jour de deuil puisqu’une ville, avait été attaquée et, elle aussi, rasée. Réduite en cendres.
Les attaques étaient espacées, mais d’une violence inouïe et exécutées avec une rapidité sidérante. Un réseau de Dessinateurs-guetteurs avait été mis en place afin de réagir le plus rapidement possible dès qu’une ville semblait assiégée. Mais cela n’avait pas suffi. Les Dessinateurs envoyés par l’empereur, accompagnés par quelques légionnaires, avaient pu sauver des vies, mais pas toutes. C’était encourageant, disaient les conseillers, car leur technique leur permettait de sauver des innocents et l'empire leur témoignait son soutien, mais pour l’empereur c’était loin d’être suffisent.

-Je vous laisse continuer la réunion sans moi, les idées énoncées en début de réunion me semblent prometteuses, je vous fais donc confiance pour réussir à établir de nouveaux plans afin de rendre notre empire plus sûr.

L’empereur était début alors que ses conseillers étaient désormais assis autour de la longue table, le visage baissé, probablement honteux d’avoir oublié leur mission principale.
Le regard habituellement chaleureux de l’empereur balaya chacun de ces visages les yeux légèrement plissés, agacé par les évènements qui ne cessaient de surgir. Il les salua d’un bref mouvement de la tête après les avoir informés qu’il prendrait connaissance des nouvelles mesures le soir même.
Sil’Afian sortit de la pièce, de sa démarche altière et régulée, bien qu’il ait envie de précipiter pour obtenir plus d’informations et de secouer comme un prunier ce conseiller idiot qui avait ainsi interrompu sa réunion. Peut-être devrait-il rappeler à tous que lorsqu’on possède le pouvoir, ou qu’on s’y frotte, il faut savoir garder son calme en toutes circonstances. Un pas de travers et c’est la fin de votre carrière. Alors ouvrir avec fracs des portes et courir jusqu’à l’empereur pour hurler que c’est la fin du monde, c’est l’exemple même de choses à éviter.

Les deux hommes se dirigèrent vers une salle non loin, qui offrait une vue imprenable sur les jardins impériaux. Ses murs étaient recouverts de tapisseries qui contaient différentes histoires, toutes relatives aux successifs empereurs Alaviriens. La pièce, initialement assez exiguë, accueillait avec difficulté une table ronde et quelques meubles en bois finement sculptés, l’était encore plus maintenant qu’une dizaine de personnes s’y trouvaient.

C’était le signe d’une catastrophe imminente. Surtout lorsqu’il voyait les visages anxieux, voir paniqués ou atterrés des hommes et femmes qui se trouvaient dans cette pièce. L’empereur sentit la migraine pointer et soupira avant de se jeter dans l’arène.
Les informations lui arrivèrent rapidement, les Sentinelles avaient été parmi les premiers à être au courant et lui firent un rapport complet et détaillé. La ville d’Al-Chen se trouvait sous une sorte de cloche, ou de dôme, opaque. Il était impossible de franchir cette barrière ou de savoir ce qu’il se passait derrière. Et comme si ce n’était pas suffisant, le Dessin n’avait aucune emprise sur ce dôme, c’était comme s’il possédait la même propriété que les gommeurs. Il était donc impossible pour les Sentinelles d’effectuer le moindre pas sur le côté afin de se rendre à l’intérieur de la ville ou de tenter de Dessiner une ouverture sur ce dôme.



Telle était la situation, et l’empereur regretta une fois de plus de s’être levé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15878
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Mar 11 Juil 2017 - 20:47



 
Elle savait qu’elle aurait du quitter Al-Chen dès le lendemain de son dîner avec Neleam. Dîner qui avait laissé la Chevalier soupçonneuse, ce qui déplaisait grandement à Killian. Car son âme balançait toujours et encore entre Lumière et Obscurité, entre Harmonie et Chaos, entre Marchombre et Mercenaire. En présence de Caym, ou même Viladra, elle se sentait Mercenaire. Mais une fois seule, les doutes l’assaillaient, et sa gentillesse naturelle revenait. Pourtant, son feu intérieur brûlait d’une flamme froide et mortelle. Elle s’était donc dit que rester quelques temps dans sa ville natale lui ferait du bien.
 
Elle avait eu tort.
 
Les pluies s’étaient abattues sans relâche sur la ville, l’empêchant de se ressourcer comme elle l’avait imaginé. Certes elle était à l’abri, mais elle se sentait enfermée et commençait à devenir folle à force de rester entre quatre murs.
 
Quand enfin la pluie avait cessé, elle s’était précipitée à l’extérieur, avait harnaché Taï’Dashar, et avait pris la direction de la sortie, l’étalon peinant à avancer tant la gadoue obstruait les rues. Il fallait dire aussi que le lac avait bien faillit déborder, mais l’aide de plusieurs Dessinateurs les avaient tous sauvés. Proche de la sortie, elle croisa un villageois paniqué qui la stoppa.
 
-La ville est prise au piège ! On ne peut pas sortir !
 
Killian fronça les sourcils.
 
-Comment ça ? Des débris obstruent la porte ? Ou la boue ?
 
Il fit non de la tête de façon énergique.
 
-Une paroi invisible nous en empêche ! Et apparemment elle entoure toute la ville ! On ne peut plus sortir ni voir ce qui se passe dehors !
 
Quoi ? Non ! Killian soupira, sentant la colère et la frustration l’envahir. Le ciel avait décidé de l’embêter ou quoi ?!
 
-Et d’où elle est venue cette paroi ?
 
-Aucune idée…
 
Il haussa les épaules et s’éloigna, perdu. Killian elle, poursuivit sa route, bien décidée à voir tout ça de ses propres yeux. Sur place se trouvait une petite foule assez bruyante, chacun voulant des réponses à ses questions. Mais personne ne répondait. Laissant son étalon plus loin, elle s’avança, se faufila dans une brèche, et se planta devant ce qui était normalement la porte de sortie. Elle était bien là, mais au lieu de donner sur la plaine de Gwendalavir, elle donnait sur un paysage blanc immaculé. S’approchant, elle tendit la main, sous les cris et les « oh » des gens. Elle posa la main contre. C’était lisse, tiède, et en toquant, elle constata que c’était épais et solide. Flûte.
 
-Les Dessinateurs ne peuvent pas briser cette paroi ? Y creuser un trou pour qu’on sorte ? S’exclama-t-elle, énervée.
 
Un soldat lui répondit :
 
-Ils n’y arrivent pas. Ils disent que l’Imagination leur est interdite.
 
Killian soupira. Super… rebroussant chemin, elle reprit son étalon et retourna vers l’auberge où elle logeait. Assise sur le lit, elle réfléchissait. Comment sortir ? Et à l’extérieur, étaient-ils au courant de leur situation ? Oh… ainsi privée de tout, la ville allait vite se retrouver à court de provisions. Les gens allaient laisser leur instinct de survie prendre le dessus, et voler, piller, détruire. Devait-elle se faire une réserve de denrées ? Prendre le risque qu’on la vole, qu’on la tue pour un peu de viande ? Killian hésitait. Elle savait se défendre, et tuer des innocents lui était moins difficile à présent, mais l’idée de devoir rester constamment éveillée l’insupportait. Elle aviserait au fur et à mesure. Pour le moment, elle avait encore des réserves.
 
Elle finit par ressortir et simplement errer dans les rues, ses bottes maculées de boue qu’elle lavait dans les flaques qu’elle croisait, sans se rendre compte que des yeux turquoise la suivaient dès qu’elle reprenait sa route. Elle avait peur oui, mais savait garder la tête froide. Elle devait trouver un moyen de sortir, et surtout de survivre. Peut-être y avait-il des connaissances en ville ? Ou des alliés potentiels ? En tout cas, elle doutait laisser son côté sombre ressurgir trop souvent. Elle avait besoin d’alliés, et en étant une Mercenaire, elle n’y arriverait pas.
 


[center]@Eques sur Never-Utopia[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrien__Membre
avatar
Masculin Âge : 21
Autre(s) Compte(s) : Richard Harrington | Redd Mante'Tiss
Messages : 644
Date d'inscription : 03/08/2016
Terrien__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 21 ans
Aptitudes: Musicien
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Mer 12 Juil 2017 - 1:22





Quelle beauté... le blanc de ces nuages semblent plus pur, parfait, rêveurs..


Allongé sur le dos, sur le toit d'une chaumière et trempé jusqu'à l'os Kiriel tente de reprendre le contrôle de son corps. Haletant, tremblant de tous ses membres, il s'agrippe à la réalité en observant les nuages déformé par le dôme et en empoignant à s'en faire blanchir les phalanges la garde de sa rapière. La peur a été le facteur déclencheur de cet état. Du temps. Encore un peu de temps, pour qu'il reprenne le contrôle de son esprit.

Tout s'est passé si vite et il ignore encore ce que c'était.

Il était à Al-Chen depuis peu, il découvrait les beautés de cette cité et de sa proximité au lac avec attention. Il faisait de nouvelles rencontres dans des tavernes bien accueillantes. Et faisait apparaître de jolis sourires sur de doux visages féminins. Certaines demoiselles lui accordaient également une danse avec sa musique entraînante. Ses seules craintes étaient de faire de fausses notes et la seconde de voir entrer un compositeur de la Terre porter plainte pour infraction aux droits d'auteurs.

Il jouissait avec un sourire heureux cette nouvelle vie. Ce nouveau monde si tranquille. Pas de maladies en vues, ni de batailles périlleuses, rien de tout ça. Kiriel avait mis de côté ses craintes et avait enlevé de ses épaules certaines appréhensions. Il lui paraissait revivre.

Puis il a plu.

La pluie n'avait jamais été un problème pour notre héros, venant d'un monde où il l'a côtoyait très souvent, il ne la craignait nullement.

L'eau montait légèrement et le tavernier affirmait que ce genre de chose arrivait.

- On ne contrôle pas les éléments, ah ! Enfin, pas moi personnellement..

Cette boutade avait tiré un sourire à Kiriel, qui se remit à accorder son instrument à cordes. Le vent soufflait dehors, et alors qu'il s'imaginait un être gigantesque en train de souffler du cors. Un son énorme qui aurait pu éveiller une sombre créature du fond des abysses des plus profond océans, la porte s'ouvrit avec fracas. Laissant Kiriel sursauter d'un bond.

Chose qui en fit rire plus d'un dans la salle. Jusqu'à ce que l'eau les rejoigne en quelques secondes. Ce qui doucha leur bonne humeur assez rapidement.

C'était effrayant, en si peu de temps tous étaient trempés jusqu'au genoux. Un peu plus pour ces petits êtres que l'on nomme Faëls. Un grand homme aux épaules larges et aux tatouages couvrant son épais épiderme s'en alla fermer cette maudite porte. Il y parvint presque lorsqu'il s'acheva soudainement comme immobilisé. Il semblait observer quelque chose en particulier. Kiriel en avait aucune idée quand il s'approchait pour l'aider à fermer le portail. Et il vit deux comètes danser à une rue d'eux. S'en était troublant et enivrant à la fois.

Le vent hurlait telle une créature enragée. Le courant changea subitement, la porte se ferma soudainement, poussant Kiriel au dehors la tête en première.

Les eaux frénétiques se battaient, se fracassaient contre toutes parois, tous murs, toutes portes. Mais tout cela n'inquiétait en rien notre héros. Il était ébahis. Un spectacle magnifique se dessinait face à lui. Les astres célestes lui accordaient une démonstration de force, aussi esthétique que lumineuses. Cela lui donnait l'impression de flotter.

Avec vents et marées, il dévalait les rues, les places et certaines échoppes sans quitter des yeux ce délicieux moment.

Le souffle céleste poursuivait son dessein. L'enseigne d'une baraque de poissonnier était balancée avec force. Ses chaînes qui la reliaient faiblissaient devant une telle hargne. Leur endurance s'épuisa. L'enseigne virevolta avant de tomber à l'eau, de flotter. Pour ensuite rencontrer Kiriel de très près.

Le choc fut saisissant et terriblement douloureux. Sa tête tambourinait, mais il y avait pire, il avait du mal à respirer. Il comprit alors.

L'adrénaline du moment le poussait à agiter avec frénésie ses bras et jambes pour ne sortir que le bout du nez hors de l'eau. Ou encore de tendre suffisamment les bras vers un appuis sur. Il s'approchait bien trop rapidement du lac. Ce même lac qu'il ne trouvait plus aussi apaisant qu'à leur première rencontre. Les étoiles filaient encore non loin de lui.

Après un effort redoutable il parvint à s'accrocher à une grille. Il l'enlaça comme s'il lui était venu subitement de l'aimer et que rien ni personne ne pouvait les séparer. Les étoiles dansèrent en se rapprochant de lui. Il fit le rapport. Ce n'étaient pas des astres, mais des yeux !

Une flamme dansa dans les siennes et il sorti avec hargne son épée et il plongea sa pointe sur l'une d'elles. Le courant changea intégralement sous lui, comme fou. Lame toujours en main il se mit à grimper sur la grille puis sur une terrasse et enfin sur le toit. Il s'y accrocha et pria que tout cela cesse.

Il les entendit à son tour. Des cris, des appels à l'aide..

Et Kiriel restait, immobile, face aux nuages.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faël__Membre
avatar
Masculin Âge : 21
Autre(s) Compte(s) : Alex Clorem
Messages : 7
Date d'inscription : 22/05/2017
Faël__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 33 ans { femme
Aptitudes: Métamorphe, sculpteuse de vie et voyante
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Mer 12 Juil 2017 - 9:31

Une expédition qui tourne mal




---------- Quelques jours après l'apparition du dôme...

L’esquif de bois glissait lentement sur l’eau calme. Les remous de l’embarcation dessinait un cône de vaguelette qui s’étendait depuis son passage jusqu’aux murs à moitié immergés des rues environnantes, pour disparaître peu après. La brume envahissait entièrement cette partie inondée d’Al-Chen et on ne pouvait y voir à plus de quelque mètre. Le clair-obscur qui régnait également sur la ville depuis des mois rendait l’atmosphère lugubre. Se retrouver coincé dans ce quartier fantôme était peu enviable, surtout depuis l’apparition des Nérosiens, comme ils l’appelaient. Mais Luyana avait malheureusement du s’y contraindre.

A l’aide d’une rame qu’elle enfonçait dans l’eau depuis l’arrière de sa barque de pêcheur, elle avançait avec prudence au travers des ruelles immergées. Tous les habitants avaient fui les zones inondés quand la digue avait cédé. Plus l’on s’approchait de l’ancienne berge, moins l’on pouvait y trouver âme qui vive. Al-Chen n’était plus que l’ombre d’elle même. Les bâtiments s’élevaient toujours fièrement face au lac, mais celui-ci reprenait ses droits sur ses terres. L’eau était claire, mais le manque de mouvement la transformait peu à peu en marais nauséabond. Les odeurs suivant volontiers cette idée. Depuis son perchoir, Luyana pouvait apercevoir les échoppes et les tavernes laissées à l’abandon comme au premier jour. Tout le monde était parti au même moment pour échapper aux flots dévastateurs. Et personne n’osait plus s’aventurer dans les zones trop profondes de peur d’y croiser les créatures.

La Faëlle fit pivoter sa godille et l’embarcation tourna lentement dans une ruelle au fond boueux. Bientôt, elle aperçut ce pourquoi elle avait entrepris cette excursion. La boutique d’une herboriste se trouvait là. Inondée, comme toutes les autres. Mais elle espérait bien pouvoir trouver ce qui lui fallait. Négociant habilement son arrêt, Luyana fit signe à l’homme qui l’accompagnait de se tenir prêt. Ce dernier, posté à l’avant, se releva légèrement en observant les environs, ses armes effilées pendant à ses flancs. Elles ne lui seraient d’aucune utilité, mais son ardeur au combat pourrait peut être acheter quelques secondes à Luyana en cas d’affrontement. Pour l’instant, il n’y avait aucune trace des Nérosiens. Elle hésita à sonder les environs, mais préféra ne pas s’attarder dans cette partie de l’imagination pour l’instant. Ces créatures pouvaient sortir n’importe où et à n’importe quel moment. Avec une grimace elle ramassa un petit bocal de verre et la remplie de ce qu’elle avait disposé au fond de la barque. Un mélange de sable et de terre homogène. Luyana espérait qu’il pourrait réussir à maintenir les créatures à distance. Elle enjoignit l’homme à faire de même  qui après un moment d’hésitation suivit son exemple, sans conviction.

Elle se sépara enfin de sa longue robe dépareillée tout en gardant ses accessoires, la faisant glisser au sol avec délicatesse devant le regard étonné du mercenaire. Elle l’avait engagé dans l’un des camps de réfugié aménagé dans les quartiers toujours émergés. Comme beaucoup d’autres voyageurs et itinérants, il s’était retrouvé coincé par le dôme et n’avait eu d’autre choix que d’attendre. Aussi, le guerrier avait sauté sur l’occasion d’accompagner une belle femme dans une mission dangereuse en territoire inconnu.
— Est-ce vraiment nécessaire ?

Un sourire amusé et doux lui répondit qui sembla attiser la flamme dans ses yeux. Elle ne portait plus que des bandes de tissus pour cacher son intimité et sa poitrine presque inexistante. La nudité ne la dérangeait pas, mais les humains avaient une autre façon de voir les choses.
— Je préfère retrouver des vêtements secs. Pas vous ?
— Disons que cela fait une source de distraction en plus. Mais je n’ai pas peur d’un peu d’eau.  
— Vous devriez, Alaimk. Vous devriez…

Le vent se leva doucement, faisant voleter ses longues dreads noires de chaque côté de son visage. C’était l’heure d’y aller. Luyana enjamba la coque et plongea les jambes dans l’eau qui lui arriva jusqu’au bassin. Elle avança alors en poussant la porte de bois, munie d’un sac et de son bocal. Derrière elle, elle entendit une gerbe d’eau et quelques grognements, sûrement dû à la froideur. Elle sentit la vague de sa chute atteindre son bassin et la dépasser pour entrer dans la boutique et se répercuter dans les meubles de la pièce. Un frisson parcouru son échine. Pourquoi fallait-il que les humains soient si bourrus et idiots… Un soupir s’échappa de ses lèvres sombres alors qu’elle sentait le regard de l’homme suivre ses mouvements. Ou plutôt, ses courbes.

La boutique était plongé dans l’ombre mais quelques bougies humides trônaient encore sur le comptoir. A l’aide d’un briquet, elle tenta d’en allumer une pendant quelques minutes avant de réussir. Son exploration pouvait commencer. La pièce rectangulaire contenait de nombreux étals et rangements. Il lui faudrait quelques minutes pour tout fouiller.
— Et moi ? Je me tourne les pouces ?
Luyana retint un roulement d’yeux et lui sourit tendrement.
— Ne faites pas l’enfant, Alaimk. Vous hétes payé pour me défendre en cas d’ennuis. Attendez les donc sagement.

La fermeté de sa voix réussit à détourner le regard du mercenaire sur autre chose que son corps. Si elle aimait séduire et attirer la fragilité entre ses serres, elle n’appréciait guère le faire au détriment de sa vie. Elle n’était pas habituée aux missions dangereuses et devait d’autant plus redoubler de prudence. Mais si personne ne la protégeait, cela pourrait mal se terminer. Voyant que l’objet de sa mission était redevenue sa priorité, Luyana se détourna à nouveau vers le sien. Elle passa la pièce au crible en récoltant toutes les graines et les plantes qui pourraient lui servir. Principalement médicinale, mais aussi celles des marais et contrées humides. Même si l’imagination lui était toujours accessible, contrairement aux dessinateurs, elle n’avait pas du tout été préparée à cette situation en se rendant à Al-Chen. Et les ressources lui manquait en nombre. Malheureusement, cette boutique ne contenait quasiment rien. Le peu digne d’intérêt avait été noyé.

La faëlle s’approcha d’une grande jarre lui arrivant à la poitrine, qu’elle pensait remplie de terre fertile. Elle failli lâcher le couvercle d’argile en découvrant son contenu. La jarre était remplie d’eau. Et deux yeux turquoises et luminescents l’observaient de l’intérieur. Sans tête. Sans corps. Juste deux yeux. La créature ne faisait qu’un avec le liquide et demeurait quasiment invisible. Impassible. Meurtrière. Sa main accrochée au bord du récipient, Luyana était hypnotisée. Fille de la terre et de la lumière rencontrait le fils de l’eau et des profondeurs. Deux mondes s’observaient. Aussi différents que complémentaires. Qu’était la terre sans eau pour la nourrir. Qu’était l’eau sans fond pour la retenir. Mais quelque chose clochait. Elle ne savait rien de ce peuple, même si elle l’avait toujours sentie habiter les entrailles de Gwendalavir. Qu’attendaient-ils, que voulaient-ils ? Elle s’était laissée surprendre et la voilà à la merci de la créature. Elle n’avait pas l’habitude d’être la proie. Et l’idée que les rôles pouvaient être inversés lui faisait ressentir une douce frayeur.

Le mystère qui entourait ces nouvelles créatures sorties de nulle part la fascinait également. C’était la première fois qu’elle en voyait un et l’envie de sonder à nouveau les énergies qui l’entouraient se faisait de plus en plus pressante. Mais le faire la mettrait en danger. Elle devait jouer intelligemment. Lentement, très lentement, elle referma le couvercle sur les fenêtres meurtrières qui restèrent immobiles. Heureusement, le mercenaire ne l’observait pas et ne put remarquer son étrange comportement. Les joyaux disparurent petit à petit sans qu’elle n’ait même ciller. Il fallait croire que son pouvoir ensorcelant faisait même effet sur ces bêtes. Mais l’air se mit à vrombir à ses oreilles, à hurler et battre furieusement. Le bâtiment trembla violemment, prêt à s’effondrer sur elle alors que des rivières de poussières et d’échardes s’échappaient du plafond. Le monde était devenu assourdissant, comme si la terre s’éventrait et se déchirait juste sous la faëlle. L’eau emplit alors ses poumons, prenant chaque parcelle d’air pour lui imposer ce liquide mortel. Elle suffoquait et ses yeux se remplissait de larmes. Elle allait mourir, la certitude la frappa avec force tout comme le calme qui l’entourait…

La vision avait disparu. La faible lueur de la bougie illuminait la jarre totalement vide. Elle le referma en se retournant. Ce n’était pas la première fois qu’elle expérimentait ce genre de chose et garder son calme, même après s’être vu mourir, était devenu naturel. La mise en garde avait au moins le mérite d’être claire. Ils arrivaient. Alaimk était resté près de la porte à faire le guet. Avec son pot de terre, Luyana s’était sentie en sécurité. Elle devait se rendre à l’évidence, elle avait surestimé ses protections. Un bouclier contre une armée ne durait bien longtemps. Ses lèvres de charbon se pincèrent d’embarras.  
— Nous devons partir. Maintenant, lui annonça-t-elle d’une voix qui ne laissait pas place à la discussion.  
Elle traversa la pièce à grandes enjambées, se fichant des remous qu’elle provoquait, pour rejoindre le guerrier. Son arme sortie, il sondait la rue. Luyana n’avait que son pot et son sac contenant les plantes.
— Vous êtes sûre que la barque tiendra ? d'une voix de moins en moins rassurée.

Sans répondre, elle s’approcha de l’encadrement en laissant derrière l’herboristerie. Dans la rue, la brume s’était levée et l’eau était parsemée d’ondes diverses. Quelque chose s'y trouvait… Une vague plus grande que les autres renversa soudainement leur embarcation sans aucune raison, déversant le contenu de la terre au fond de l’eau, avant de couler. Mortifiés, les deux compagnons observèrent leur unique protection sombrer dans les flots peu profonds. La stupeur les laissèrent pantois pendant quelques secondes. Si les Nérosiens voulaient attaquer maintenant, ils seraient à leur merci.  Avec calme, Luyana chercha un moyen de les sortir de là. Ils se trouvaient au milieu de la ruelle et bien loin d’un quelconque passage émergé. Leur seul salut pour le moment était de retourner dans l’échoppe et d’atteindre l’étage supérieur.
— Merde et merde, qu’est-ce qui s’est passé ? Vous avez vu ? Qu’est-ce qu’on fout maintenant ? Vous m’aviez dit qu’on ne risquait rien ! Qu’est-ce que j’ai été foutre à suivre une faëlle…

Luyana réprima une pensée de dégoût pour l’homme et planta son regard d’acier dans le sien. La colère flamboyante de ses yeux se confronta à la peur de l’homme. Et son incompétence. Il fallait qu’elle le calme. Une fois sa robe gorgée d’eau récupérée, elle prit une poignet de terre dans le bocal. Il était impensable de continuer dans la rue. Il fallait espérer qu’ils pourraient trouver une solution à l’étage. Peut être que Luyana pourrait créer un artefact qui les protégerait, si elle en avait le temps. Elle reprit d’une voix rassurante
— Comportez vous en homme et calmez vous. Nous devons nous mettre à l’abri. Prenez de la terre et avancez.

La faëlle brandissait son poing serré comme une arme. Frêle, elle était loin d’imposer sa présence comme une menace. Son coeur battait la chamade, à tout instant ils auraient pu l’attaquer. Elle avait pour habitude d’être en embuscade, non l’inverse. Le piège s’était refermé sur eux et une pointe de honte se profilait sous sa peau tant son plan avait été déjoué avec facilité. Elle se sentait stupide. Mais il ne fallait pas se retourner sur le passé. Un regard derrière elle lui indiqua que l’homme était prêt à la suivre, mais sans tenir compte de son conseil. Tant pis pour lui. Elle n’était pas une gardienne. Mais la fragilité de sa propre arme la faisait douter de ses chances de survie. Comment déterminer une menace invisible ? Les plantes, les animaux, la nature, elle en était capable. Mais les monstres… ? La faëlle prit une inspiration et avança parmi ses hésitations.

Les bougies qu’elle avait allumé étaient toujours présentes dans la pièce, mais projetaient des ombres déformées au fond de l’eau mouvante et sur le bois pourri. Chaque agitation de leur membres provoquaient des reflets aux allures meurtrières aux coins de leurs yeux. Mais aucune n’eut assez de pouvoir sur eux pour les faire s’arrêter. Juste avant d’atteindre l’escalier, deux joyaux bleus apparurent devant eux, plongés. Luyana s’arrêta pour observer les réminiscences du futur qu’elle avait observé.
Attaque.
Avec un cri, elle se laissa tomber dans l’eau, la robe portée devant elle en bouclier chétif. Elle senti l’étoffe se déchirer de tout son long alors que l’eau froide enveloppait sa peau d’ébène en un instant, l’engloutissant totalement. Sous l’eau, elle put les entendre. Les bruits, les cris des Nérosiens. Comme si une armée entière se terrait en trépignant. Prête à donner la charge. Les yeux de Luyana s’écarquillèrent devant la masse qui s’élevait désormais au dessus d’elle, à la surface. Une vague à forme humanoïde et aux yeux turquoises. Immense. Alaimk n’eut aucune chance. La créature fonça sur lui, s’enfonçant dans sa bouche pour noyer son cri naissant. Sous l’impact, l’homme fut projeté aux côtés de la faëlle, où il se débattit en frappant de son épée à l’aveugle. Agonie inutile d’une tempête enfantine. La lame entailla l’épaule de la femme dont le liquide vermeille se répandit en volute poétique autour d’eux. Le cri de Luyana lui fit perdre le peu d’air qui lui restait et la douleur la poussa à refaire surface. Haletante et blessée, elle nagea à moitié accroupie vers l’escalier qui représentait son seul salut. Si la créature tuait le mercenaire avant, elle viendrait la chercher.

Avec l’énergie du désespoir elle atteignit la première marche hors de l’eau et se hissa à la force de ses membres valides alors que les mouvements d’Alaimk ralentissaient pour finalement s’éteindre. Luyana continua son ascension, le sang traçant une ligne de feu sur le bois des marches. Elle atteignit enfin le premier étage où elle s’écroula sur le palier. Au pied de l’escalier, deux joyaux bleu-vert l’observaient depuis le fond de l’eau. Elle était prisonnière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frontalier__Membre
avatar
Masculin Âge : 14
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 190
Date d'inscription : 04/04/2016
Frontalier__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Jeune fille de 23 ans
Aptitudes: Ne sait dessiner uniquement qu'en matière rocheuse et maîtrise à merveille les armes lourdes (pas les flingues,je veux parler des gourdins :p)
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Mer 12 Juil 2017 - 17:10

Un dernier souvenir avant de s’éteindre… Une auberge… Elle attendait quelqu’un. Mais qui ? Elle s’endormit. Pour toujours ? Non. C’était son état d’ivresse qui lui faisait croire cela. Elle était juste endormie par le taux d’alcool trop élevé dans son sang. Un temps difficile pour sortir dehors, s’était-elle dit. Aller à l’auberge en attendant son compagnon était une bonne idée, si elle n’avait pas commandé un verre, puis deux… Puis cinq, six…
Elle se réveilla. Cela faisait combien de temps qu’elle dormait ? Une heure ou plus ? Quoi qu’il en soit, il était temps de se lever; la météo dehors s’était sûrement calmée. Elle se leva, enfin, elle tenta. Juste le temps de relever sa tête puis celle-ci retomba lourdement.

Splith sentit quelqu’un la bousculer. Elle rétorqua sans savoir elle-même ce qu’elle disait; on eut cru entendre un grommellement digne d’un Raï fatigué. L’ivrogne qu’elle devenait prit quand même son courage à deux mains et se releva, peut être avec un geste très peu gracieux mais elle y arriva. La Frontalière reprit ses esprits en secouant sa tête et manqua de tomber de son tabouret à côté du bar. L’aubergiste la réinterrogea et cette fois Splith compris :

- Hum, madame, je vous disais qu’il faudrait payer vos boissons et songer à vous dégourdir les jambes…

La Frontalière fouilla ses poches et trouva une belle somme d’argent, qu’elle avait sans doute obtenu lors d’un voyage qu’elle avait escorté. Ne voulant pas faire d’histoires elle demanda avec une voix encore maussade en essayant de bien articuler tous ses mots.

- Pourriez-cous me dire combien je vous dois ? Et ne me dites pas n’importe quoi, où vous aurez affaire à moi !

L’homme à qui elle s’adressait paressait étonné de son attitude parce qu’en la voyant il trouvait son allure raffinée mais cet homme oubliait les ravages que pouvait causer l’alcool. Pendant un instant, il eut l’air pensif; au bout d’environ dix secondes, l’aubergiste déclara :

- Vous avez commandé en tout cinq verres de bière et trois bières frontalières. Woaw. Rien qu’en y pensant, je ne sais pas comment vous avez tenu avec tout cet alcool.

Il annonça le prix. Il fit mal au portefeuille à Splith. Le coût était très élevé à cause des bières frontalières car leur temps de préparation en plus de l’exportation vers Al-Chen revenait presque au prix d’une caravane à louer. Heureusement pour elle, il y avait assez d’argent pour payer… Sauf si on prenait en compte qu’il ne lui restait que trois pièces de bronze.
La Frontalière prit la porte, pour sortir mais également pour s’accouder à celle-ci. Elle regarda le sol dehors : un déluge, et on pouvait presque penser que la ville d’Al-Chen entière était un lac. La jeune femme jeta un coup d’œil vers le ciel, grisé par les nuages, qui eux-mêmes étaient presque noirs.

***

Pourquoi avait-il fallut qu’elle s’oblige à sortir, qui plus est par cette pluie battante pouvant à elle seule ravager une ville ? Malgré cela, elle ne trouvait pas l’idée de se dégourdir les jambes méprisable. Cela pouvait être bizarre à entendre ou à s’en rendre compte, mais c’était en même temps une expérience agréable et désagréable. Au moins, les rues étaient calmes, excepté le son fort des millions de gouttes d’eau qui s’écrasaient à la seconde sur les pavés salis par la boue.
Personne, à part les marchands partis trop tard étaient de sortie en ce jour pluvieux, même pas les voyageurs hardis et impulsifs qui rêvaient d’aventure. Presque une heure plus tard, la Frontalière cherchait un abri et un logement pour se réchauffer et se sécher par la même occasion. Dans la tête de la jeune femme, tellement son corps avait absorbé d’eau qu’elle était limite en train d’en devenir; elle ne croyait pas si bien dire…
Le lendemain, ayant séjourné dans l’auberge, une nouvelle se répand très rapidement dans la ville entière : un dôme s’est formé au-dessus de la ville et personne ne peux ni le briser ni le traverser, et encore pire, les spires sont inaccessibles !
Pour Splith, le temps n’est pas encore à paniquer, mais à trouver de l’argent pour payer son logement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchombre__Modo
avatar
Féminin Âge : 16
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 763
Date d'inscription : 04/04/2016
Marchombre__Modo

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 23 ans
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Mer 12 Juil 2017 - 19:32

Non ! Non, non et non !
Une énième fois le marchombre donna un coup de griffes dans un Nérosien dont l’eau s’éparpilla au sol, avant que l’être liquide ne se reforme un peu plus loin. Gagnant ainsi du temps, il attrapa le bras de Splith et la traina avec lui. L’eau leur atteignait la taille, ne facilitant pas leurs déplacements, mais le jeune homme parvint à se hisser sur un balcon, tirant son amie par les épaules pour qu’elle fasse de même. Là, relativement au sec, il put enfin souffler. Comment Stormer en était-il arrivé là ? Comment en était-il arrivé à entraîner Splith contre vents et marées dans une Al-Chen apocalyptique ?

***
Plus tôt, le Vendredi 7 juillet à midi.

Stormer en avait enfin terminé avec cette chasse aux trésors de Merwyn. Désormais sur le dos de sa jument, il faisait route vers Al-Chen. Cette fois Splith devrait être arrivée à l’Auberge de la Chouette Endormie… du moins le marchombre l’espérait. Quoi qu’il en était, dans le cas contraire il la croiserait sûrement en chemin. Faisant passer Eclair d’Hiver au pas, l’homme aux cheveux blancs constata qu’il faisait relativement beau sur la route. Un timide soleil perçait les nuages, caressant sa peau avec douceur. Ce n’était pas comme à Al-Jeit où de sombres cumulus obscurcissaient le ciel, laissant aléatoirement tomber quelques gouttes de pluies aux quatre coins de la cité… Enfin, le jeune homme espérait que le temps qui l’accompagnait durerait à Al-Chen.
Son vœu ne fut pas exaucé. Des trombes d’eau tombaient, inondant la ville entière et rendant certaines rues impraticables à cheval. Sa jument renâclant, le cavalier fut obligé de descendre et de guider sa monture par la bride tout en recherchant l’Auberge de la Chouette Endormie. Au terme de deux bonnes heures de marche à travers la cité, le marchombre réussit à trouver un moyen d’accéder à son lieu de rencontre. Il installa Eclair d’Hiver à l’écurie la plus proche moyennant quelques pièces de bronze, puis il put passer les portes de l’auberge.

En pénétrant dans l’auberge il referma précipitamment la porte, mais quelques flots parvinrent tout de même à mouiller l’entrée. En effet, au-dehors l’eau atteignait les chevilles. Il s’excusa mais l’aubergiste lui fit signe que cela ne faisait rien. Alors le marchombre balaya la pièce du regard et il s’arrêta sur Splith assise à une table. Ses yeux s’illuminèrent et il alla s’installer à ses côtés.

- Splith ! Cela faisait longtemps ! Comment vas-tu ? Le sourire qui avait commencé à naître sur ses lèvres s’estompa à la vue de l’air étrange de son amie. Qu’y-a-t-il ?

Lorsqu’il apprit la formation d’un dôme au-dessus de la ville Stormer soupira. Il s’était encore embarqué dans une situation impossible… Après avoir fait le point sur leur position, les deux compères discutèrent de leurs mutuelles aventures et parvinrent à se détendre après les mauvaises nouvelles. Quand vint l’heure de dormir un peu, Stormer décida de payer leurs deux chambres puisque Splith avait apparemment tout dépensé dans la boisson. Mais avant de se coucher, le jeune homme demanda :

- J’ai laissé ma jument à l’écurie d’à côté. Et toi ? Es-tu venue à pieds ou as-tu pris ton cheval… Montagne, c’est cela ?

Cette discussion close, les deux amis allèrent se coucher dans les chambres à l’étage. Mais la nuit ne fut pas douce. Aux alentours de quatre heures du matin, un grand fracas résonna dans toute l’auberge, réveillant Stormer. De suite sur ses gardes, il s’habilla et saisit ses griffes. Il ouvrit la porte avec précaution et aperçut de l’eau dans les escaliers qui menaient au rez-de-chaussée. Intrigué, il s’approcha… mais fit un pas en arrière lorsque l’eau devant lui s’anima pour devenir un être aux yeux couleur topaze bleue. Il se mit à onduler devant le jeune homme, ses yeux continuant de le fixer. Le marchombre était indécis. Que devait-il faire ? Mais un autre homme sortit d’une chambre voisine en criant :

- Qu’est-ce que c’est que ce boucan ? On ne peut pas dormir tranquille ici ! On a payé alors laissez…

Il s’interrompit en apercevant la créature qui avait posé son regard sur lui suite au bruit qu’il avait créé. L’homme cria. La créature recommença à onduler, mais plus rapidement cette fois. L’homme partit en courant. Non, l’homme voulut partir en courant. La créature s’était jeté sur lui avec une rapidité surnaturelle et l’entraînait désormais dans les escaliers. Stormer lança une de ses dagues mais elle ne fit que traverser la créature. Il suivit l’être liquide et son prisonnier dans les escaliers, mais arrivé en bas il était déjà trop tard. Dans la salle principale de l’Auberge de la Chouette Endormie, l’eau avait submergé tables et chaises et un homme était en train de se noyer dans un tourbillon d’eau, des yeux de topaze bleue fixés sur lui. Stormer se retourna ; Splith était derrière lui. Pensant qu’elle avait comme lui assisté à la scène, il lui souffla :

- Il faut partir, nous sommes en danger ici !

L’homme aux cheveux blancs remonta dans sa chambre en courant en demandant à son amie de la suivre et il ouvrit la fenêtre. Il sauta et atterrit dans l’eau qui inondait la rue. Un homme se sauvait à la nage en hurlant :

- NE LAISSEZ PAS LES NEROSIENS M’ARRACHER MON ÂME !!!

Ainsi, le marchombre et la Frontalière tentèrent tant bien que mal de se frayer un chemin parmi les eaux d’Al-Chen et de survivre face aux belliqueux Nérosiens. Vers le petit matin, Stormer pensa enfin avoir trouvé un endroit au sec pour qu’ils puissent se reposer. Il se hissa sur un balcon et tendit ses mains à Splith pour l’aider à faire de même. Epuisé, il s’assit alors et soupira.

Enfin une pause dans ce monde de fous…

_________________
Souffle frais,
Regard froid,
Stormer Nuva.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2743-les-aventures-du-glacial-storm
Sentinelle__Membre
avatar
Féminin Âge : 19
Autre(s) Compte(s) : Myya Liandra
Messages : 4
Date d'inscription : 14/03/2017
Sentinelle__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: 22 ans - Femme
Aptitudes: Son analyse a dévoilé un cerle noir, soit l'équilibre parfait des pouvoirs. Dessinatrice parfaite au pouvoir illimité.
MessageSujet: Re: Quête événementielle : À la croisée des Abysses ! Sam 22 Juil 2017 - 14:05



Les paysages défilent devant ses yeux. Pittoresques étaient-ils, digne du Gwendalavir quel aimait tant. Elle avait beau avoir quitté un monde pour en retrouver un nouveau, à force de le parcourir, celui-ci restait toujours aussi merveilleux. Peu importe le nombre de fois où Ewilan s’était déplacée à travers ces contrées, elle se sentait chez elle.

Elle montait Aquarelle. Depuis qu’Ewilan était Sentinelle, rare était les fois où elle se permettait un déplacement en cheval. Désormais elle n’hésitait plus à faire un Pas sur le Côté pour se transporter d’un endroit à un l’autre. Le Dessin étant une seconde nature chez elle, plus aucune limite ne la restreignait a utiliser son pouvoir avec modération. Gardant bien évidement les conseils des Maîtres Dessinateurs, et celui toujours gravé de Maître Duom dans son esprit, elle devait respecter les forces de la Nature et ne pas abuser de son Don. Cependant sa progression dans l’Art du Dessin lui offrait milles possibilités et plus la jeune femme grandissait, plus les Spires lui était naturellement accessibles et utilisables.

Malgré tout , aujourd’hui elle faisait exception à la règle et profitait d’un bon voyage à dos d’équidé. Retrouver Aquarelle fût un réel plaisir. À peine fût-elle hissée sur sa selle qu’une multitudes de sensations lui revinrent à l’esprit. La raison de ce voyage était simple. En tant que Sentinelle de l’Empire, Ewilan Gil’Sayan se devait de protéger les Alaviriens de toutes sortes de dangers. C’est pourquoi, quelques semaines auparavant, l'Empereur l’avait envoyé, elle ainsi que deux autres Sentinelle, à Al-Chen.

Depuis plus d’un mois la ville vivait sous l l’orage. La moitié de la population avait migré tellement le temps était atroce. Les activités commerciales se dégradaient et, aux dernières informations, le port était inaccessible. À force de tomber, la pluie faisait monter le niveau du lac Chen, et bientôt la ville succomberait sous les vagues torrentiels. C’est grâce aux quelques Dessinateurs de Chen que la digue restait en place. Mais ceux-ci étaient débordés et le seigneur de la ville, Aeor Jil’Fay, avait fait quérir de l’aide à l'Empereur.

C’est pourquoi Sil’Alfan, avait demandé à Ewilan de s’occuper personnellement de l’affaire. Mais elle ne pouvait y aller seule, elle devait emmener plus d’une quinzaine de jeunes Dessinateurs de l’Académie. Ils avaient fait leurs preuves mais la plupart ne savait tenir un Pas sur le Côté sans s’épuiser pour la journée entière. Accompagnée de Liven et Kamil, elle faisait donc office de berger de troupeau. Le convoi était escorté par quelques Légionnaires, Frontaliers et Thüls.
Une deuxième raison avait poussé l'empereur à lui demander telle chose, elle devait juger les jeunes recrues de l’Académie pour y déceler quelques talents. Pour le moment la jeune femme ne s’y préoccupait guère, quelques observations lui avait fait repérer un ou deux personnages intéressants, mais rien de concret pour le moment.

D’un coup, elle fut tirée de sa rêverie. Dans quelques minutes elle devrait apercevoir la ville. Soudain ces certitudes s’envolèrent, et dans un instant de surprise Ewilan se retrouva face à l'improbable.
Devant ses yeux la ville avait avait disparu sous un couvercle de nuage. Comme si le ciel avait envoyé toutes ses foudres sur la cité, elle était ensevelie. Mais le plus inquiétant arrivait par la suite, d’un seul coup, les nuages se scindèrent en deux. Pendant l’espace de quelques secondes elle aperçu les tours d’Al-Chen et le lac en arrière plan. Mais aussitôt, sortit de nul part, un gigantesque dôme prenait naissance. Celui-ci était invisible, mais avec les nuages noirs, chargés de colère l’entourant, elle distinguait parfaitement les rebords translucides de celui-ci.

Par réflexe la jeune femme se jeta dans l’Imagination. Dessinant le palais de Chen dans son esprit elle voulait faire un Pas sur le Côté. Mais quelque chose d’invisible lui interdisait un Dessin précis. Comme poussée par une force hors des Spires elle se retrouvait à perdre toute précision dans son Dessin. Inquiète elle sortit des Spires pour jeter un regard affolé à Liven, il semblait être dans la même posture qu’elle.

Regardant une nouvelle fois la formation du dôme, elle lança Aquarelle au galop. Cherchant à entrer dans la cité avant que le dôme parvienne à toucher le sol.
Pendant quelques instant elle y crut. Sa jument filait à grande vitesse, et dans sa tête Ewilan pensait réussir à franchir la barrière. Mais elle se leurrait, le dôme se referma devant ses yeux.

L’incertitude la rongeait plus que la peur. Le sentiment d’être incapable de Dessiner un pas sur le côté dans Al-Chen l’avait brusquement ramené à la réalité : l’Imagination était inaccessible. Elle tenta alors un dessin basique, celui-ci ce réalisa sans problème. L’Imagination devait être inaccessible seulement à l’intérieur du dôme ? Et si on envoyait un objet contre celui-ci ?
Elle s'exécuta, mais comme par magie la poutre en fer qu’elle avait dessinée se dissipa au contact du dôme.

Ewilan descendit d’Aquarelle pour poser sa main contre le phénomène qui se dressait devant elle, la surface était lisse, impénétrable. La jeune femme se projeta dans les Spires, tentant d’apercevoir le dôme à l’intérieur de l’Imagination, mais quelque soit le niveau où elle allait, il était invisible.
Liven arriva à ses côtés au moment où elle retira sa paume du dôme.

« Il faut envoyer un message à l'Empereur, on va avoir besoin de renfort. Qu’il fasse quérir la guilde des analystes, les divers spécialistes du Dessin… il nous faut détruire cette chose, ou Al-Chen est perdue ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Quête événementielle : À la croisée des Abysses !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Angie, adorable croisée caniche/terrier - ADOPTEE
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Al-Chen et ses environs-