Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Bundle 6 Boosters EV05 Forces Temporelles : où ...
Voir le deal

 :: Terres du Sud :: Al-Jeit :: Palais Impérial Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Pour honorer sa mémoire [pv Idir]
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



16.08.19 15:11

Certains jours débutent de sous les meilleurs augures. Une sensation qui vous fait sourire à la promesse d'une belle journée, un ciel sans nuage avec quelques oiseaux colorés qui se mettent à la chorale.
Aujourd'hui semble être un de ces jours.
Navid s’est levé du bon pied, mais il ne se sent pas heureux pour autant, plutôt inquiet. A dire vrai, il est plutôt sceptique. Ces bonnes journées ont tendance à rapidement être gâchées, parfois même avant qu’il n’ait le temps de prendre son petit-déjeuner. Alors qu’il se dirige en direction des cuisines impériales, son lieu de prédilection pour grignoter tout en observant des gens travailler, il se dit que c’est probablement l’âge, il devient paranoïaque. Et pessimiste.
Il a simplement passé une belle journée hier, en compagnie d’Altan, sans avoir à gérer de graves problèmes politiques ou financiers. Il a même réussi à trouver le sommeil en moins de temps qu’il n’en faut pour dire Gwendalavir, ce qui n’est pas arrivé depuis bien longtemps. Alors, son expérience parlant, il se doute que tous ces points positifs vont apporter leurs lots de mésaventures. Appelez ça de l’instinct ou comme bon vous semble, l’empereur sait que sa journée sera rapidement gâchée, il reste à espérer que cela arrive après qu’il ait prit son petit déjeuner.
Il est toujours plus facile de faire face à des catastrophes l’estomac bien rempli.
Lorsqu’il pénètre dans les cuisines, il salue la cuisinière en chef qui l’invite à pénétrer dans son antre. C’est leur coutume, après tout, elle l’a vu grandir et se réfugier régulièrement dans ce lieu plein de vie et aux odeurs merveilleuses. Malgré son âge avancé, cette grande dame continue à être d’une autorité surprenante malgré sa frêle silhouette, et d’être un point de repère immuable dans la vie de Navid. Il l’a toujours connue, et s’amuse de la voir aussi dynamique malgré les années.
S’asseyant dans un coin de la cuisine, certain de ne pas déranger, l’empereur commence à siroter le jus d’oranges fraichement pressées que lui a tendu un commis. Tout le monde s’affaire, coupe, prépare, nettoie, sans jamais se gêner. Toutes ces personnes fonctionnent ensemble, et si une des pièces de cet échiquier vient à manquer, le mécanisme se grippe. Mais lorsque tout fonctionne, c’est apaisant. Voir tant de personnes vivre ensemble dans une apparente harmonie.
Toutefois, lorsque Navid repère l’entrée dans cette fourmilière d’un tapir, il se doute que sa journée sera gâchée avant qu’il ne puisse gouter à ces délicieux œufs brouillés qui sont sur le point d’être jetés dans une poêle d’huile bouillante.
Ledit tapir, n’est autre que son secrétaire d’affaires internes, le seigneur Mil’Faldaras. Un homme de quelques années son cadet, mais pourtant bien plus… fatigué. Oui, la vie l’a traité plus durement, même si son embonpoint tend à le faire oublier. Le visage potelé, marqué de traces de fatigues, quelques cicatrices sur les mains, une jusqu’au coude qui est dissimulé sous une chemise légèrement plissée, une moustache imposante qui dissimule une balafre qui tort son sourire, pourtant régulièrement présent.
Navid soupire avant de se redresser. Jusqu’à l’arrivée de cet homme, il pouvait tarder à prendre ses fonctions, mais il doit désormais agir comme un souverain et oublier son estomac gargouillant. Son visage se fige dans un masque parfait, son corps adopte une posture impériale et son regard se durcit. Vu la mine sombre de son conseiller, il ne s’agit pas d’un sujet frivole qui le fait venir dans les cuisines de si bon matin.
Une courbette et quelques formules de politesses plus tard, Sil’Afian se fatigue de l’absence d’informations concrètes. Il déteste lorsque les gens tournent autour du pot. Il faut certes savoir amener les choses avec calme et distinction, mais il ne faut pas confondre ça avec la perte de temps, lorsque le sujet n’est pas du tout abordé et qu’il finira, dans tous les cas, par tomber comme un cheveu sur la soupe.

-Qu’y-a-t’ il donc de si important pour que vous n’ayez pas pu attendre notre réunion, qui aura lieu dans un peu plus d’une heure ?

La voix posée, l’empereur attend la, ou les, nouvelle qui lui apportera la confirmation : les belles journées ne le restent pas longtemps.

-Eh bien… Vous savez, il y a une guilde de chevalerie. Et… Comment dire. Eh bien, il y a une personne qui est en quelque sorte à la tête de tout ce souk, vous savez.

-Oui, vous parlez de Neleam. Qui coordonne nombre de missions avec notre armée et veille à ce que chacun des membres de cette guilde défende, outre leurs nobles valeurs, la veuve et l’orphelin. C’est le souk dont vous parlez ?

L’empereur se dit que finalement, tout n’est pas perdu. S’il doit rencontrer à l’imprévu cette guerrière, ce n’est finalement pas si dramatique. Il l’estime énormément et apprécie sa compagnie, même si les choses avec elle ne suivent que très rarement le plan initial. Elle est honnête et dévouée, une très bonne représentante de la Chevalerie en tout Gwendalavir, et même au-delà.

-Hum, oui, eh bien.. On l’a retrouvée ce matin.

L’empereur fronce les sourcils. La savoir tellement ivre pour passer la nuit dans une ruelle et finir ramassée par des gardes royaux ne le surprend pas outre mesure, mais il ne comprend pas pourquoi il en est avisé. La dernière fois elle a séjourné une semaine dans les geôles impériales sans même qu’il ne soit mis au courant. Trouble à l’ordre public et excès de force. Peut-être devrait-il revenir sur le rôle de modèle de cette femme.
Mais au moins, il sait qu’il ne mettra jamais plus en doute sa qualité de femme. Pour l’avoir vue une fois en robe de soirée, ça a suffit à changer l’image qu’il se faisait d’elle, et à la rendre bien plus élégante et… séduisante, oui. Pourquoi se mentir à soi-même ? Elle possède de belles courbes, des yeux captivants et un sourire à damner un rêveur.

-Egorgée.

Ce dernier mot, chuchoté afin de ne pas être entendu des autres personnes présentes dans la cuisine, suffisent à stupéfier l’empereur. Il ne prête pas grande attention à ce qui est dit ensuite, l’information peine à se concrétiser dans son esprit.

-Je viens vous prévenir, car nous devons choisir un autre chevalier pour reprendre ce rôle de porte-parole, représentant, ce que vous voulez. Et vous tenez généralement à être prévenu lors de ces décisions et..

Si certaines personnes sont immortelles, il est évident qu’Edwin en fait partie, et il songeait jusqu’alors que Neleam était également un membre de ce petit groupe exclusif. Il semble donc qu’il ait eu tort. Tort de se dire qu’il avait le temps. Tort d’espérer que le destin prenne les choses en main et qu’il les fasse se rencontrer à nouveau.
Revenant à lui, L’empereur fait taire Mil’Faldaras d’un regard et tourne les talons. Tant pis pour le petit déjeuner, il n’a de toutes façons plus faim. Il entend l’homme trottiner derrière lui et ne songe pas à ralentir le pas. Ses foulées son grandes et énergiques, témoins de son agitation cérébrale.

-Où et comment ? Etes-vous certain qu’il s’agisse d’elle ?

L’homme lui répond, essoufflé.

-Elle à un physique reconnaissable, donc il n’y a pas grands doutes quant à son identité. On ne sait pas encore ce qu’il s’est passé, mais c’était ici, à Al-Jeit. Dans le quartier de la Perdrix.

Sil’Afian hoche la tête et s’arrête devant une porte double d’une hauteur démesurée. Il pousse les battants et balaye la pièce du regard. Vide, comme il l’espérait. Plongée dans l’obscurité, elle possède un plafond vouté si haut que même un ts’lich ne parviendrait à le toucher. Et les peintures qui le recouvrent achèvent cette sensation de perfection inatteignable.

-Qui enquête sur sa mort ?

C’est la procédure, lorsqu’un noble meurt dans d’étranges circonstances. Neleam n’est certes pas noble, mais elle mérite de voir ses meurtriers punis, puisqu’il est évident que son égorgement n’est pas une mort naturelle. Ni même accidentelle.

-Eh bien… Personne, votre altesse. Il s’agit d’une…

L’homme se tait, réalisant que ce thème est visiblement assez sensible et que son empereur prend le problème de manière très… personnelle.

-Non-noble. Elle est, si nos renseignements sont justes, d’origine terrienne.

Il tait le fait qu’une étrangère se retrouve ambassadrice d’une guilde respectable, et le fond réel de ses pensées. A son goût, sa mort est une opportunité, les terriens sont toujours de mauvais augures, ce n’est pas pour rien qu’il est interdit d’y mettre les pieds.
Le regard glacial de son empereur l’informe qu’il fait bien de ne pas partager ses pensées s’il tient à garder non seulement son poste mais également sa tête sur ses épaules. La peine de mort n’est plus d’actualité, certes, mais en cet instant, son instinct lui crie que sa mort peut toutefois être imminente. Beaucoup tendent à oublier que Sil’Afian a reçu une formation de guerrier d’élite.

-Avez-vous fait identifier formellement son corps ?

Le petit homme replet déglutit et l’absence de réponse immédiate informe l’empereur qu’une telle action n’a probablement pas été menée.
L’agacement trouble les yeux devenus sombres de Sil’Afian et il claque des doigts avant de se tourner dans un recoin de la pièce, qui semblait vide à Mil’Faldaras. Un garde s’y tient pourtant posté.

-Je vous charge de l’enquête.

Le secrétaire d’affaires internes fronce les sourcils, appréciant peu ce revirement de situation. Les faits sont clairs et il y a suffisamment de problèmes dans l’empire pour ne pas perdre du temps à enquêter sur une mort de chevalier. Ces gens-là savent dans quoi ils s’embarquent lorsqu’ils décident la voix de la guerre.
Mais l’homme ne dit mot, il se contente de regarder la situation lui échapper des mains.

-Vous chercherez une personne de confiance pour identifier un corps attribué à la chevalière Neleam. Qui que soit ce cadavre, trouverez les personnes responsables de sa mort. Songez également à retourner ses biens de valeur auprès de ceux qui méritent de les recevoir, s’il s’agit réellement de Neleam, il est peu probable qu’elle ait des descendants ou même de la famille, donc cherchez à qui cet héritage pourrait revenir.

Les ordres sont clairs et le soldat hoche la tête. L’empereur prend cette enquête très au sérieux, c’est le meilleur moment pour faire ses preuves, donc une excellente raison de travailler avec zêle pour pouvoir finalement grimper les échelons.

Navid quant à lui observe le soldat impérial tourner les talons pour exécuter ses ordres. Il a besoin de réponses, mais ses responsabilités ne lui permettent pas de mener cette enquête en personne.
Il va toutefois surveiller l’affaire de très près, et s’assurer qu’elle soit menée à bien.
En homme d’état qu’il est, Sil’Afian reprend ensuite son rôle avec habitude et fais signe au secrétaire de débuter la réunion. Il manque encore tous les conseillers, mais qu’importe, il désire déjà achever cette réunion pour se concentrer sur le cas Neleam. Quelque chose dans cette histoire lui semble terriblement louche.


*


Pendant ce temps-là, le soldat a envoyé le corps de la guerrière dans la salle d’autopsie impériale. Rarement utilisée, cette salle permet pourtant à une équipe de rêveurs professionnels d’utiliser leurs talents pour déterminer avec exactitude les raisons de la mort de leurs sujets, et de guetter le moindre détail sur le corps qui pourrait aider à résoudre le mystère de leur mort, ou leurs derniers instants de vie.
Une fois le corps laissé nu, le soldat récupère les possessions de la victime et les étudies avec attention, après les avoir listé contentieusement. Il s’agit de ne pas décevoir son empereur. Il remarque une marque sur l’arme surprenante de la victime et réalise qu’il s’agit d’un poinçon, une signature de forgeron. Fier de sa trouvaille, il recopie le symbole et s’empresse de quitter ce lieu morbide pour aller chercher le forgeron qui aurait réalisé une telle lame. Une piste supplémentaire, puisqu’un arrêt au « chevalier qui gondole » s’avère également nécessaire pour obtenir des informations sur la potentielle victime.
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



21.09.19 12:10
Pour honorer sa mémoire
feat Sil'Alfian
Voilà quelques mois qu'il est de retour. Malgré son absence les commandes n'ont pas tarder à affluer. D'abord timidement puis de plus en plus régulièrement. Grâce à cela il regrette plus du tous de s'être absenter. Sa sœur avait besoin d'aide, étant dans une période de fragilité.. Et puis il semblerait que quelques hommes lui tourne autour. Le marteau s'abat sur l'enclume. Gwen est tous à même de se débarasser elle-même de ceux qui viennent l'agacer.. Sa langue acérée est la meilleur des armes.. Mais un petit rappel de l'identité de son frère ne fait pas de mal. Un sourire vient étirer ses lèvres. Il revoit la tête consternée de la jolie blonde alors qu'il en faisait fuir quelques uns à l'aide d'un air particulièrement sombre. Non bien que sa sœur ne peut se débrouiller seule, il ne la laissera pas entre les mains de n'importe qui.. Même si elle clame haut et fort que l'avis de Idir ne fera rien changer de son avis si elle décide de se marier.. Ou d'aller compter fleurette.. A partir de quel moment est-elle devenue si indépendante ? Elle qui était son ainé, elle lui semblait si petit il y a quelques années de ça. Mais la fratrie ayant considérablement diminuée, il a fallu que chacun prenne ses responsabilités. Et il faut le reconnaître, Gwen a beaucoup plus assurée que lui.. Elle est toujours là bas, au village ayant gardé la maison familiale. Et puis fragile comme elle est, c'est cette jeune Thül qui dresse les chevaux des guerriers. Elle sait parfaitement ce qu'il faut faire, ce qu'ils doivent savoir, ne plus craindre. Qu'est-ce que c'est beau de voir ce petit bout de femme faire plier ses bêtes immenses.. Peut être viendra t-il la voir quand elle passera pour une des ventes ou autres marchés.

C'est le bruit d'une foulée qui attire son attention. Une foulée trop régulière qui veut dire qu'une seule chose. Soldat. Le thül prend le temps de réduire le feu, nettoie grossièrement ses mains et ses avant bras. Abandonne pour le visage, parfois le débarbouillage rapide ne fait que d'empirer les choses. Il réfléchit à ce qui peut bien amener un soldat ici. Son travail ? Non ce n'est pas lui qui fournit le palais. Pas le temps. Et il n'a eut aucune altercation depuis des années.. Alors pourquoi ?
Un bref mouvement de menton pour saluer le nouveau venu puis sa voix grondante demande :

-Je peux faire quelque chose pour vous ?
-Vous êtes bien Idir Faragan ?

Acquiescement. Pas besoin d'user de salive pour rien. Le soldat, pas bien vieux si on veut son avis, pose quelque chose d'emmailloté sur sa seule table en bois. Quand il voit l'arme qui se cachait entre ses pans de tissu le visage du brun se ferme. Qu'est-ce que fait l'arme de Neleam entre ces mains ? Il n'oublie jamais une arme qu'il a fabriqué, celle-ci encore moins qu'une autre puisque la femme est maintenant une chère amie.. Il faudra qu'il aille demander des nouvelles car cela fait bien.. D'instinct ses tripes s'enroulent sur elle-même alors qu'un sentiment bien trop familier vient se loger dans sa gorge. Un pas en avant. Lourd, trop lourd. Le soldat blêmit. L'air avenant du thül a disparu pour laisser place à des traits tirés par un sentiment sombre. Les poings sont serrés. Trop fort. Les yeux noisettes ne quittent pas sa création alors qu'Idir demande.

-Qu'est-ce que vous faites avec ceci ? Pourquoi vous êtes venu jusqu'ici ?  
Il se retient de tendre la main, d'effleurer l'arme ayant été faite avec beaucoup de soin. Il voulait qu'elle soit parfaite pour Nel'.
-C'est bien vous qui avez réaliser cette arme ? Pour Nelam.
La machoire se serre, les traits se tirent faisant jouer les cicatrices. Les doutes du géant se confirme et il n'aime pas ça. Pas du tous. Alors les mots ne tardent pas. Brutales.
-C'est bien moi. Mais je me répète pourquoi vous me l'amenez ?  Le soldat entrouvre les lèvres. Suffit. Arrêtez de tourner autour du pot et dites le moi.  
-Le corps de Neleam a été retrouvé dans le quartier de la Perdrix à Al-Jeit. L’empereur souhaitez être sur de l'identité du corps et savoir..
-Expliquez moi. Tous ce que vous savez

Bien sur, le soldat n'a rien voulu dire. Cela n'a pas réellement stoppé le Thül. La colère enflant dans son cœur, il range l'atelier sommairement, ferme les lieux. Les gestes mesurés lui permettent de ne pas exploser. Pas tous de suite en tous cas mais cela viendra.. Il sait ce que tout ceci veut dire. Et il le refuse. Qui a bien pu oser ? La logique lui souffle que cela aurait put tomber sur n'importe qui, après tous leur monde est dangereux. Le danger est partout. Mais Neleam.. Elle savait se débrouiller, plus qu'un habitant lambda. Après tous elle était, est, il ne sait plus trop, une chevalier.. Alors qui a pu mettre fin à tous ceci ?
Rapidement le palais est en vu. On tente de le stopper quand on le voit s'enfoncer dans les couloirs plus privés, réservés aux membres conseillant l'Empereur. Alors Idir fonce, utilisant sa carrure pour repousser, raisonnablement malgré tous, les gardes et autres. Puis le ton monte, le géant commence à perdre patience. Sa peau blanchit sous la pression de ses mâchoires ou des ses poings qui ne ce sont pas desserrés. Les cicatrices semblent plus creusées.. La porte est poussée avec un peu trop de force, tape contre un mur. Les yeux sombres fusillent l'assemblé. C'est un grognement qui émerge de sa gorge, le ton est monté.

-Que quelqu'un m'explique ce qui est arrivé à Neleam. Maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



28.09.19 15:41

Sil’Afian savourait un verre d’eau gazeuse légèrement aromatisée à la citrouille, tout en étendant ses longues jambes.
Finalement une pause, amplement méritée. Il avait passé toute la matinée enfermé avec quelques conseillers ou autres acteurs importants de l’empire à discuter de sujets frivoles. Il lui avait fallu une grande force de concentration pour ne pas permettre à son esprit de s’égarer du côté du cadavre d’une certaine chevalière.
L’empereur avait essayé de boucler le plus rapidement possible tous les sujets abordés afin d’ensuite s’enfuir pour suivre l’évolution de l’enquête. C’était son instinct qui parlait, mais il avait un sens des responsabilités bien trop important pour se déroger à son devoir. Alors il restait là, assis et impassible.
Autour de lui, une certaine agitation régnait dans l’air bien que cela n’ait rien de comparable aux clameurs de la foule Alavirienne lors d’un jour de marché. Le palais était un lieu habituellement calme mais dès qu’une pause était décrétée dans une réunion, chacun en profitait pour s’étirer les jambes, discuter avec son voisin des dernières nouveautés. Les ragots circulaient à une vitesse impressionnante, combien de temps avant qu’ils n’apprennent la mort de Neleam ? Navid n’était pas certain d’apprécier les rumeurs qui gonfleraient alors, surtout si tous ignoraient ce qu’il s’était passé.
Heureusement pour lui, il n’eut guère le temps de se plonger plus en profondeur dans ses sombres pensées que la réunion reprenait. Les impôt d’Al-Vor. Voilà un sujet qui méritait pleine attention, du moins de l’avi de ses conseillers, alors il lui fallut prêter oreille et prodiguer de sages conseils. La situation était en effet épineuse, et comme toujours il se demandait s’il ne parviendrait jamais à établir un climat de paix et de prospérité dans son royaume.

Ce fut une porte violemment ouverte qui mit fin au débat et fit sursauter toute l’assemblée. Ladite porte pourtant en bois massif et finement ouvragée, qui pesait pourtant aussi lourd qu’un cheval de trait, n’avait résisté à la poigne du nouvel arrivant. Une créature massive, toute en muscle et à la chevelure hirsute. Son regard était tellement chargé de colère qu’il dû tuer deux ou trois des hommes dans la pièce.
Tant de violence et de rage émanaient de cet homme que le monde entier semblait se plier sous ses poings. Des cicatrices effrayantes couraient sur son visage et faisaient de lui un monstre tout droit sorti des plus sombres cauchemars des nobles alaviriens.
Mais Sil’Afian n’était pas effrayé. Il se demandait surtout comme cet homme -tout aussi musclé et agacé qu’il puisse être- avait réussi à pénétrer aussi profondément dans son palais sans que personne ne l’arrête. Comme quoi, sa sécurité depuis la « retraite » de son ami Edwin laissait clairement à désirer. N’avait-il pas embauché expressément des dessinateurs pour éviter ce genre de désagréments ? Pas que la distraction ne lui déplaise, mais c’était simplement… dangereux, et peut-être inconsidéré de la part de sa garde de laisser passer cet individu dans une pièce remplie de tous les hauts nobles de l’empire.
Comment mettre fin à un empire en une leçon : énerver un thül.
Car il n’y avait que peu de doutes pour Sil’Afian quant aux origines thüles de l’invité surprise. Sa corpulence parlait d’elle-même ainsi que la rudesse de ses traits semblable à celle de son comportement.

-Que quelqu'un m'explique ce qui est arrivé à Neleam. Maintenant.


Ah. Voilà qui était… surprenant. Et peut-être un peu inquiétant.
Toute l’assemblée semblait tétanisée. La grande majorité d’entre eux ignoraient qui était Neleam, ou la raison pour laquelle son nom serait mentionné. Seul l’empereur et Mil’Faldaras étaient au courant de sa mort soudaine, et il était évident que seul le souverain avait le cran nécessaire pour se lever et répondre d’une voix posée.

-Monsieur, sachez qu’emplâtrer des portes richement sculptées dans des murs ne vous apportera aucune réponse, donc épargnez ma demeure de votre courroux.

La voix de Navid était calme, et un air bienveillant apparaissait sur son visage. Il n’y avait nulle peur en lui. Il avait déjà traité avec des thüls, et même réussi à leur faire signer des accords, il y a plus d’une décennie de cela, lorsque le Verrou était encore en place. Ça avait été une mission particulièrement ardue, mais il avait réussi avec un certain talent à jongler avec leurs humeurs.
Les mains posées sur la table, prenant appui sur ses bras recouverts d’une tunique délicatement brodée, l’homme réfléchissait rapidement. La rumeur à propos de Neleam était partie, il ne pourrait la contenir. S’il renvoyait le thül (le « comment » n’était pas encore défini), le reste de la réunion tournerait autour de la chevalière et de cette interruption inimaginable. Donc quitte à ne pas conclure les nouvelles lois, autant s’atteler à résoudre cette histoire avec la chevalière.

-Messirs, la séance est levée.

Il parcourut rapidement l’assemblée du regard, salua quelques hommes d’un signe de tête et s’attarda quelques secondes sur Mil’Faldaras. Devrait-il l’inviter à se joindre à lui ? Un bref mouvement de la tête et des yeux témoignant d’une certaine peur l’informèrent que non, il n’aura pas de compagnie lors de sa discussion avec le thül.
Contournant la longue table, l’empereur s’approcha de l’invité indésirable.

-Qui que vous soyez, vous venez de gagner une brève audience, mais je vous conseille de ne plus jamais recommencer. Je ferais passer le message à ma garde de ne pas montrer de merci quant aux prochains illettrés qui s’imaginent que ma maison est leur maison.

La dernière phrase fut prononcée avec dureté et surtout à l’attention des gardes qui se trouvaient désormais derrière le thül, les joues rouges et l’air bien embêté. Oui, ils pouvaient l’être.
Sans attendre de réponse, le souverain les foudroya du regard avant de s’élancer dans les grands couloirs, les pans de sa tunique flottant derrière lui. Son pas était rapide et décidé, il parvint en moins d’une minute à la petite salle d’audience. S’y trouvait un simple trône en bois, en bout de table, et de l’autre côté, une chaise en bois également, de bonne facture.

-Prenez place.

L’empereur désigna la chaise vide et s’assit sur son trône, le dos droit et le regard fermé. Il dévisagea l’inconnu et attendit qu’il prenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



11.10.19 6:37
Pour honorer sa mémoire
feat Sil'Alfian
Les yeux bruns analysent la salle. Que des gens habillés de vêtement. Rien de bien étonnant venant des lieux où il se trouvait. Surprise. Crainte. Voilà ce qui se peignait sur les visages. Sauf sur un. Celui de l'empereur. Celui-ci semble calme. Même si une légère lueur de colère. Un instant une pensée rationnelle vient pénétrer le nuage de rage. Il a fait peut être fort sur ce coup là.. Si sa mère était là, elle n'aurait pas hésité à lui tirer méchamment les oreilles. La suite le laisse de marbre. Du moins en parti. L'insulté d’illettré ne va aider à ce qu'il se calme.. Il a toujours eut horreur qu'on le considère comme un imbécile.. Certains de son peuple s'en fiche ou en joue. Pas lui.
Petit à petit la salle se vide. Pas un regard pour eux. Les mâchoires serrées le géant ne quitte pas des yeux le souverain puis s'engage sur ses pas sans moufté. Son esprit s'éclaircit légèrement au fil du court trajet. Il faut qu'il se calme. Aussi bien pour ne pas avoir de problème mais aussi pour que cette rencontre soit productive. Il veut des informations. Claires et précise.
Avec un calme factice il tire la chaise s'y installe. Les deux mains s'installent lentement à plat sur la table. Les deux hommes s'observent. Idir se décide de prendre la parole. Et non il ne s'excusera pas. Pas maintenant en tous cas. Il y réfléchit.
Vous avez envoyé un homme à mon atelier. Il m'a ramené l'arme de Neleam. Une chose enveloppée dans un tissu épais est posé sur la table. Poussé en avant.Elle ne s'en aurait pas séparé ainsi.. Alors je répète. Que c'est-il passé ? Une pause. La voix devient plus basse. Il lui est arrivé quelque chose n'est-ce pas ?


Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



13.10.19 14:49
L'empereur Sil'Afian était un homme de négociation. Il traitait tous les peuples et tous les individus avec respect. Il savait écouter et mieux encore, analyser les propos qui lui parvenaient. Il réfléchissait avec une rapidité qui découlait de sa longue expérience et surtout aimait la Justice, avec un grand J. Il était un homme impartial qui croyait dur comme fer en la bonté, la rédemption et, en cet instant, au travail d'équipe.
Peut-être était-il naïf, diraient certains, mais il ne perdait jamais la face et ses idées, qu'elles soient estimées ou non, faisaient mouche.
Et ce thül, assis en face de lui, attisait sa curiosité. Il s'exprimait avec aisance et courtoisie, diamétralement opposées à son attitude précédente. Comme quoi, ces fiers guerriers gagnaient vraiment à être connus, ils recelaient de surprise, une fois leur carapace de cuir percée.

Les faits étaient énoncés avec simplicité et le regard de l'empereur se posa sur l'arme enveloppée dans l'épais tissu. Ainsi il était forgeron... Les méninges de Sil'Afian s'agitèrent, il avait vaguement connaissance d'un Thül talentueux qui vendait ses services mais l'information n'avait jamais retenu son attention jusqu'à aujourd'hui.
L'empereur se reconcentra sur les propos de l'homme, notant l'inquiétude qui émanait de lui. Sa position tendue, la détresse cachée dans son regard, et cette mâchoire crispée. Il allait devoir lui répondre avec précaution et sincérité.

L'empereur s'accorda quelques secondes de réflexions après que son interlocuteur ait fini de parler. Finalement il parla d'une voix posée, ses mains désormais posées à plat sur la table.

-En effet. Elle a été retrouvée morte, assassinée, ce matin. J'ai chargé un soldat impérial de l'enquête. Celle-ci ne peut être officielle mais je souhaite néanmoins résoudre l'affaire. Neleam était une grande femme, elle a beaucoup oeuvre pour sa guilde ainsi que pour l'Empire, je désire lui rendre justice.

L'homme fit une brève pose afin de laisser à son interlocuteur le temps de ressaisir, puis il reprit.

-Vous sembliez proche, accepteriez-vous d'identifier formellement son corps ?
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



08.11.19 18:18
Tous ceci semble bien trop lent pour Idir. Il est bien rare qu'il perde ainsi patience. Ceci c'était le lot de son frère Jan. Titan colérique. Mais à cet instant il sent la colère gronder dans les veines. Elle bout doucement, comme si les gros bouillons n'allaient pas tarder à apparaître et tous emporter. Ce qui le maintient à flot ? Le lieu si calme qu'est le palais, l'empereur si proche. Jamais il n'aurait cru être ainsi en sa présence.. Et le souvenir de Neleam qui ne le quitte plus depuis quelques secondes, l'arme sur laquelle il a inconsciemment posé la main dessus. Maintenant qu'il en ait presque sur qu'il est arrivé quelque chose à la jeune femme il ne veut plus la lâcher.

Et cela ne manque pas de se confirmer. L'annonce se fait. Brutale. Pendant de trop longues secondes Idir reste immobile. Les mots font leur chemin. Douloureusement. La colère est de nouveau là, prête à se rependre mais le thül se contient. Les muscles se tendent, mais la voix qui s'élève est calme. Trop peut être. Pour l'instant il faut maintenir l'image. Plus tard la colère éclatera.

-Si je puis me permettre pourquoi cela ne peut être officiel ? Mais en tous cas merci d'aider pour résoudre ceci. C'est vrai qu'elle le mérite. Amplement. Et comptez sur moi pour vous aider. Vous n'avez encore aucune piste n'est-ce pas ?

Les doigts tambourinent un instant sur le bois de la table. Il aimerai ne pas revoir le corps sans vie d'un proche. Cela hante à vie et ternit l'image que l'on avait d'eux. Mais pour Nel'.. Il faut qu'il le fasse.. Il faut qu'il retrouve celui ou celle qui a fait ça.. Peut être que sa promesse de se tenir loin de la violence va se briser dans les derniers jours.. La mélodie de la vengeance est trop douce pour ne pas être écouter..

J'identifierai le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



11.11.19 15:31
L’empereur reste silencieux tandis que son interlocuteur encaisse la nouvelle. Il lit sur son visage marqué la colère. Il la sent bouillir mais à sa grande surprise elle n’éclate pas. Les muscles du visage du thül sont tellement tendus qu’il risque de se broyer la mâchoire, mais il reprend toutefois la parole d’une voix calme qui parvient à fait frissonner Sil’Afian.
Il n’a jamais été inconscient, et il sait en cet instant que l’homme qui se trouve en face de lui est mortel. Un thül capable de contenir ses humeurs est presque plus terrifiant qu’une thül colérique.
Enfin, tout n’est qu’une question de point de vue.
L’empereur hocha la tête en écoutant les questions de son invité et nota le tapotement sourd de ces doigts massifs sur le chêne. Il allait identifier le corps. Toutefois, le souverain ne donna pas le signal du départ. Il préférait tarder quelques secondes afin d’expliquer ses décisions, et de réfléchir à l’utilité de ce thül dans cette affaire.

-Merci, je ne peux qu’imaginer la difficulté de la situation. Si vous avez besoin d’être seul, à quelque moment, n’hésitez pas à me le faire savoir. Peut-être qu’un légionnaire pourra vous permettre de vous défouler, lorsque vous en ressentirez le besoin.

L’homme fit une pause, cherchant avec soin les mots qu’il allait libérer.

-Je souhaite garder le secret sur cet incident le plus longtemps possible, car les rumeurs ne pourront que lui porter préjudice tant que son meurtre n’a pas été résolu. Et plus d’informations filtrent à propos de son décès, plus il sera difficile d’identifier le, ou les, coupables. J’ai chargé l’homme qui est venu à votre rencontre de l’enquête, j’ignore s’il a trouvé le début d’une piste. Je lui demanderais de nous rejoindre dans une salle loin des oreilles indiscrètes lorsque nous aurons fini.

Sil’Afian hésita une seconde.

-Avant de répondre à vos questions, si vous en avez d’autres, j’aimerai en savoir plus sur vous, à commencer par votre nom. Pourriez-vous décliner votre identité, votre métier ainsi que la nature de votre relation avec Neleam ?


L’homme se mordit la langue à la dernière question. Trop osé et clairement pas ses affaires. Pourtant il avait envie de savoir, si elle et le thül étaient… intimes. Il ne savait pas pourquoi, mais quelque part, la jalousie le faisait grincer des dents.
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



17.11.19 20:22
A la proposition de l'empereur le thül ne peut s'empêcher de laisser un léger sourire étirer brièvement ses lèvres. Bien que cela soit tentant il ne peut accepter. Il a depuis longtemps chercher, puis appris à ne plus extérioriser ses émotions sur autrui. Il faut dire que la forge est un excellent défouloir. Mais malgré tous s'obliger à se concentrer sur autre chose est devenu un exercice parfait pour réguler la colère. Et puis il ne voudrait pas rajouter de l'huile sur le feu en se battant avec un légionnaire, malgré une proposition venu de l'empereur. Même si les sentiments respectifs n'ont jamais été aussi mauvais qu'avec les frontaliers, il faut reconnaître que son peuple a toujours du mal à reconnaître que quoi que ce soit puise être plus puissant que lui..
Il faut reconnaître que Idir n'a pas pas été bien malin en posant cette question. Si celui ou celle qui a tué Neleam entend dire qu'on cherche à le percer à jour, les rumeurs courent bien trop vites dans ce monde, on peut être sur qu'il disparaîtra de la circulation. Or ce n'est absolument pas le but cherché.. Le géant compte bien lui poser des questions, sans douceur cela va s'en dire.. Ah douce vengeance quand tu souffle à notre oreille..
Un maigre sourire vient étirer les lèvres du géant à la question du géant. Quelle brute il faisait là.. Ce qui n'était pas totalement faux après tous.. Mais au point d'en oublier les bonnes manières.. Après tous cela toujours été compliqué à intégré pour la famille, au grand damne de sa mère.

-Idir Faragan. Donc comme vous le savez je suis forgeron à Al-Jet. Et Nelam, nous nous sommes rencontré au détour d'une soirée, assez mouvementée.. Ses yeux brillent un instant alors que quelque souvenirs affluent. Nous sommes devenu par la suite des amis.

Peut être qu'au début, Idir aurait vu qu'il se passe autre chose qu'une belle et forte amitié. Après tous ce petit bout de femme a, avait un charme certain.. Mais après les nombreuses soirées, les quelques séances de forge ainsi que les autres belles aventures qui ont ponctué les mois une amitié presque fraternelle s'est formé. C'est sure il doit la venger, même si cela doit enlaidir son âme.

Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



19.11.19 23:13
Idir Faragan. L’empereur nota ce nom dans un coin de son esprit, il s’y intéresserait plus tard. L’autre information qui le fit tiquer fut la rencontre de la chevalière et du thül… Lors d’une soirée. Les souvenirs l’assaillirent.
Il se souvenait de leur rencontre, lors de la soirée mondaine qui était organisée en l’honneur de ses vingt ans de règnes. Une soirée mouvementée, mais qui demeurait plaisante dans l’esprit de l’empereur bien qu’elle ait eu une fin tragique…
Neleam, qu’il avait pu voir en robe de cocktail comme en armure.
Ils n’étaient que des amis. Et lui, qu’avait-il été dans sa vie ? Probablement une ombre, pas même une connaissance. Mais il tenait à lui rendre hommage avec sincérité, et pour cela lui il faudrait s’allier avec le forgeron. Car oui désormais il comptait mener l’enquête.
Parfois il avait besoin d’aventures et c’était l’occasion rêvée. Sortir du palais, oublier ses responsabilités, pour laver le nom de la guerrière. Peut-être deviendra-t-elle une légende.
L’empereur laisse quelques secondes au thül pour revivre ses souvenirs qui semblent plaisants et l’observe avec attention. Il semblait partager un lien fort avec la chevalière… Mais rien de romantique, du moins c’est ce qu’il espérait, même s’il se doutait qu’elle devait être engagée auprès de quelqu’un d’autre. Forcément. Une telle femme ne peut tenir tous les hommes à distance, il lui semble évident qu’elle doit les attirer comme des mouches.
Secouant la tête, l’empereur revint à lui.

-Merci pour ces informations, nous aurons probablement le temps de discuter plus tard, je vous accompagnerais pour l’enquête.

Se levant, l’empereur s’interrompit un bref instant. Il désirait laisser un peu d’intimité au forgeron.

-Je vous proposer d’aller… la voir. Je vous y rejoindrais dans quelques minutes, le temps de.. me changer.

Évidemment, il allait devoir se déguiser et l’idée l’excitait. Ce n’était pas le moment, mais il avait l’impression de verser dans l’illégalité pour venger la mort d’une amie. Même s’ils n’avaient jamais été amis…
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



01.12.19 15:33
Idir n'a pas le temps de se rendre réellement compte qu'il va devoir travailler main dans la main avec l'empereur. Non sa prochaine tache le hante.. C'est mécaniquement qu'il suit celui qui le mène jusqu'à la salle où se trouve le corps de Neleam. Le corps. Celle-ci n'est plus que ça maintenant. Un bout de viande ayant respiré, eut de la conscience.. Cela lui semble si brutal comme la mort modifie ainsi la perception que l'on peut avoir d'une personne.. Cela ne devrait l'infecter ainsi. La mort il l'a côtoyé sur les champs de bataille, lors des escortes.. La porte se referme dans son dos, le laissant dans un lourd silence. Il voit la forme recouverte d'un drap, la chevelure sombre qui s'étale sur le bois. Distingue vaguement le visage à l'air libre. Mais le géant ne bouge pas. Pas encore.. Il a peur du spectacle qui va s'offrir sous ses yeux. Encore aujourd'hui, certains jours, l'image des corps sans vie de ses frères le hante. Les coups de la bataille avait rendu l'un presque méconnaissable. Le seigneur Krax ayant passé par là.. Ils n'avaient plus rien des montagnes, des combattants impitoyables..

Un pas. Deux pas. Finalement le voilà devant la table. Pas de plaie visible. Le visage impassible. Le sommeil éternel. Un corps trop pâle, un corps trop immobile.. Lourdement le corps s'appuie sur la table, Idir reste immobile, la tête basse. La tristesse arrive pas vague, se fracassant contre son coeur. Celui-ci durcit, durcit par l'action de la colère. Les yeux qu'il relève sont humides mais brûlant par le feu de la vengeance. Qui que ce soit il le retrouvera.. Il effleure la joue trop froide, pose l'arme de la jeune femme à ses côtés. Que peux t-il en faire d'autre ? Finalement il a du mal à quitter la pièce, quand l'homme le fait ses pas sont lourds, une violence contenu bouillonne de nouveau dans ses veines. Lui qui s'était promit de se tenir le plus loin possible de la violence.. La colère si caractéristique de son peuple va s'abattre sur celui ou celle qu'il va maintenant traquer. Et tous ravager.
Il retrouve l'empereur plus tard. Reste étonné devant le spectacle qui s'offre à lui avant de déclarer.

C'est bien Neleam.. Quel sera la suite maintenant ? Par où voulez vous commencer ? Il faut que je passe par chez moi..

Il n'était pas venu armé mais il doit aller en chercher avant de commencer quoi que ce soit.


Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



13.12.19 21:22

Sil’Afian observa son image dans le miroir qui lui faisait face et s’estima satisfait. Il ne portait plus qu’une veste en cuir brune ainsi qu’un pantalon de toile et des souliers usés. Son front était éxempt de toute couronne ou autre bijoux rappelant son rôle d’empereur. A son doigt ne se trouvait qu’une chevalière et ses cheveux avaient été décoiffé pour un effet plus naturel tandis que son bouc avait été rasé sans regret.
Navid eut peur un instant de l’aventure dans laquelle il se lançait mais refusa de rebrousser chemin. Sa vie manquait de décisions marquantes et il savait qu’il faisait quelque chose de bien. Pour Neleam. Pour sa guilde privée de son mentor. Pour cette femme privée de sa vie. Pour les alaviriens qui ont donné leur vie pour en sauver d’autre.

L’empereur observa le thül et ses traits tirés. Il sentit son cœur se comprimer en réalisant qu’il s’agit bel et bien de Neleam. Il n’avait pas la force d’aller la voir, c’était faible mais il ne voulait pas ternir l’image qu’il avait d’elle. Mieux valait se concentrer sur l’enquête.

-Bien, allons-y. J’ai le rapport préliminaire de l’enquête, je le lirais pendant que vous… préparez ce que vous devez préparer. Ensuite nous pouvons aller à l’endroit où a été découvert le corps, à moins qu’une piste plus intéressante ne se manifeste.

Navid redressa le dos et expira calmement. Il posa la main sur la poignée du sabre qui était accroché à sa ceinture –cadeau d’Edwin pour ses trente ans- et se sentit rassuré. Même s’il n’était pas le meilleur duelliste de l’empire, il n’était pas désarmé. Son instinct lui criait qu’il se jetait dans une enquête dangereuse, il avait intérêt à rester sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



19.01.20 23:08
Suite aux mots de l'empereur, ils se mettent en route. Bientôt le palais est laissé derrière eux et ils s'enfoncent dans la foule. Le brouhaha des gens, des divers animaux empêche le thül de s'enfoncer totalement dans ses pensées. Après tous malgré le costume Sil'Alfian, reste quelqu'un d'important. Les vieux réflexes se reprennent leur place. Comme de vieux vêtements bien ajustés. Les yeux sont à l’affût du moindre danger. Le prédateur sera bientôt lâcher dans la nature pour traquer sa proie.

Ils ne tardent pas à arriver à la demeure-atelier d'Idir. La lourde porte est refermée derrière l'empereur. Il règne dans les lieux encore l'odeur du charbon, des outils sont encore éparpillés de ci et là. Mais déjà le géant s'engouffre dans sa maison. Que Sil' Alfian le suive ou non, il n'en a que faire. Ses pas le mène jusqu'à une malle, close depuis bien longtemps. Grincement qui résonne à son oreille comme une malédiction. Acier qui brille doucement dans la lumière qui s'infiltre dans la bâtisse.

L'armure est repoussée. Trop voyante. Elle tombe lourdement au sol, enchevêtrement de cuir et d'acier. Les armes sont soupesées l'une après l'autre. Le couteau aussi long que son avant bras retrouve sa place dans son dos. Il voudrait amener sa hache à deux mains mais ils doivent être discret. Et la colère dégouline presque physiquement du géant. Alors ce sont deux haches, plus petites, souvenir de l'un de ses frères qu'il emmène avec lui.
Il ne faut pas longtemps à Idir pour affûter chacune avec soin. Ceci fait quelques protections en cuir sont passées. Ce n'est pas une armée qu'il va combattre mais quelqu'un. Il doit être rapide. Puis il porte enfin attention à l'empereur. Conduisez moi. Je vous suis.
Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



25.01.20 15:04
L'empereur laissait ses yeux observer la forge d'Idir avec une curiosité bien dissimulée. Il visitait rarement ce genre de lieux. Tout y était si.. naturel. Il décela de la poussière sur certains meubles non utilisés, des carreaux sales, des toiles d'araignées au fond de la cour.. Mais l'endroit respirait de réalisme, c'était une forge. Elle était fonctionnelle et bien entretenue, Navid voyait les outils les plus fréquemment utilisés rangés avec soin et méticuleusement propres.
Réalisant qu'il était seul, l'empereur revint sur ses pas et remarqua la porte ouverte. Probablement la maison du thül. Il frappa et y entra malgré l'absence de réponse. Il vit le forgeron en train de choisir des armes parmi une caisse qui en semblait remplie. Mais celles qu'il choisies n'étaient pas les plus massives, contrairements aux habitudes thüles, ce qui était plutôt encourageant pour leur enquête.

L'homme s'appuya contre le mur et feuilleta le rapport. Il lisait en diagonale à la recherche d'informations et il n'y avait pas grand chose d'exploitable.

-Gorge tranchée suite à un affrontement. Différentes traces de pas ont été trouvée aux côtés du corps. Quartier Est de la ville.. Mauvaise réputation, mais un contrat se trouvant dans la sacoche de son cheval atteste qu'elle se trouvait en mission et revenait à peine d'Al-Chen.

Il parcouru rapidement la feuille du regard et ne trouva pas grand chose de plus.

-Il n'y a rien de plus à propos du cheval, ni où il a été trouvé ni ce que les sacoches contenaient d'autre. On peut se lancer à sa recherche ou alors nous diriger vers le lieu du crime en espérant que la ruelle soit toujours fermée et que des indices supplémentaires y soient dissimulés.

L'empereur préférait aller directement sur le lieux du crime. Il avait besoin de visualiser la scène et s'assurer qu'aucun élément n'ait été négligé. Le cheval n'était pas au même endroit ce qui signifiait qu'elle avait dû le laisser à l'auberge ou dans un lieu relativement sûr le temps de finir sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Idir Faragan
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : Alice Blanc
Messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: 25 ans
Aptitudes: il forge et sait se défendre aussi
Idir Faragan
Thül



01.03.20 0:17
Avec des gestes trahissant de grandes années d'habitudes le géant fini de régler ses affaires, ses protections. Le poids rassurant de ses armes, des renforts en cuir le calme. Très légèrement. Dans un grognement il déclare.

Allons sur la scène du crime.

Un phrase, simple concise. A l'instant la colèr prend trop de place pour laisser faire la fantaisie. Fini le Idir bon vivant, il est devenu Golem de violence. Malgré son envie de trouver des indices pour coincer ce fils de chienne, il se doute que la scène de crime aura été piétinée à leur arrivé. Le crime est tellement persistant dans ce genre de quartier qu'il n'y a pas de respect pour les scènes de crime. Les habitants reprennent tous simplement leur vie, comme si rien ne c'était passé. C'est étrange parfois comme la mort n'a plus d'impact sur certains.

Les deux hommes se frayent un chemin dans la foule. Petit à petit les rues deviennent plus étroites, plus sombres. Un instant le thül se demande ce qui avait bien pu pousser Neleam à venir jusqu'ici. Enfin la scène de crime est devant eux. Et bien sur Idir devine que d'autres sont déjà passé par ici.. La seule trace de l’événement funeste qui reste est la tache sombre, presque effacé par la poussière ayant bougée par le passage de quelques passants. Pas d'objets renversés, rien d'éclaté. Le poing se serre. Neleam a été tuée ici, comme une bête menée à l'abattoir.. Comment est-ce possible ? Un éclat trop pâle dans ce lieu sale attire son attention. Le géant s’accroupit, attrape l'objet. Ses doigts époussettent le papier. Rapidement les yeux noisettes parcourent la lettre en diagonale, alors qu'il est toujours accroupis au sol. Le visage se crispe, ainsi que la main qui manque de compromettre le document. Mais il se retient et tend le papier à l'empereur.

Tenez. Je crois que cela pourrait nous être utile.
Revenir en haut Aller en bas
Sil'Afian
Masculin
Âge : 51
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 38
Date d'inscription : 30/08/2013

Mon personnage
Sexe et âge:
Aptitudes:
Sil'Afian
Citoyen de l'Empire



05.04.20 0:46
Sil’Afian observa la métamorphose du thül, celui-ci avait réussi à transformer sa colère en… en une rage froide. Il parvenait à la deviner derrières ces yeux sombres, et réalisa qu’il ne parviendrait pas à le contenir en cas de problème. La justice risquerait d’être expéditive dans leur cas.. Il avait intérêt à ne pas se tromper de responsable sous peine de se lancer dans une quête meurtrière.
Lorsqu’il atteignirent la scène de crime.. il n’y avait plus grand-chose. Ce qu’avait craint le monarque était arrivé. Une tache brunâtre de sang se trouvait dans la poussière et une multitude de traces de pas. Toutefois il renonça d’abandonné et se mit à observer les lieux, la position de la flaque de sang, essayant de deviner ce qui avait pu se produire.
Le thül le sortit de ses recherches et lui tendit un papier.
L’empereur posa les yeux sur la note et serra les dents. Comment les assassins avaient-ils pu laisser quelque chose d’aussi compromettant sur le lieu du crime ? Mais ses yeux observaient le papier, lisant ces mots.

**

Cali,
Comme la chevalière sera présente comme convenu, à minuit dans la ruelle sans échappatoire. Êtes-vous certain de vouloir la tuer ?

**

Le message était clair, mais si l’empereur se figeait, c’était parce ce nom « Cali » lui était familier. Evidement, il ne connaissait pas tout l’empire, mais celui-ci réveillait quelque chose en lui. Il avait l’impression de le connaitre.

-C’est étrange d’avoir une telle note ici, continuons de fouiller le lieu… On s’occupera de ce Cali plus tard.

Cali, Cali… Pourquoi est-ce que ça lui rappelait quelque chose ? Il fronça les sourcils en observant les traces au sol mais rien n’était récupérable, ce qui le frustrait plus encore. Il avait l’impression de toucher la solution du bout du doigt mais…
Dessinateur, Cali était un Dessinateur ! Il se souvenait de l’avoir rencontré à plusieurs reprises… il était talentueux, et travaillait pour les Alaviriens fortunés. Qu’est-ce que ça signifiait… ? Un tueur ? A moins que ce soit quelqu’un d’autre… Mais son instinct lui criait d’aller vérifier qu’il ne se trompait pas et qu’il y avait bien un Dessinateur de haut vol nommé Cali.
Lorsque l’étrange duo fini par admettre qu’ils ne trouveraient rien de plus l’empereur reprit la parole.

-Ce nom, Cali, ça me dit quelque chose. Retournons au palais, il faut que je vérifie des archives et si je ne me trompe pas… je saurais où le trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: