Le deal à ne pas rater :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le Coffret Cadeau Les Terres ...
Voir le deal

 :: Terres du Nord :: Chaîne du Poll :: Caserne des Mercenaires du Chaos Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dans les entrailles de la terre [flashback CC+6]
Caym Cali
Féminin
Âge : 30
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 298
Date d'inscription : 23/08/2015

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 32 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
Caym Cali
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre



26.01.20 23:15
https://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Al-Poll était un tombeau. C’était la même remarque que se faisait à chaque fois le mentaï lorsqu’il s’y rendait. Les Mercenaires du Chaos avaient pourtant apporté des touches personnelles pour rendre l’ensemble plus… agréable, mais l’air sentait constamment le renfermé. Bon, et Cali était un homme des plaines, il aimait l’extérieur, sentir la brise sur son visage, le soleil et même la pluie.
Alors l’obscurité des ruines d’Al-Poll ne lui plaisait qu’avec modération. Il avait toutefois appris à s’y repérer et à apprécier les trésors dessinés par certains de ses frères Mentaïs. Des puits de lumières, des diamants illuminant des cavités, des torches éternelles et surtout de nombreux pièges au cas où des curieux rôderaient autour de la caserne.
Le mentaï pénétra dans la petite pièce où on lui avait donné rendez-vous avec un apprenti, se demandant pour quelle obscure raison il avait accepté de s’occuper d’eux. Il avait passé l’âge de materner les nouveaux. Mais pour par respect pour son confrère, il avait accepté. Parfois des urgences survenaient.
Il portait une veste cintrée noire brodée de fils d’argents qui scintillaient sous les rayons de la lune qui parvenaient à baigner la pièce. Caym Cali remerciait chaque jour l’Imagination. Ses bottes en cuir tapaient sur le pavé, prévenant de son arrivée et le sabre accroché à sa ceinture battait contre sa cuisse. Ses cheveux bruns étaient noués en catogan, et sa barbe courte parfaitement entretenue. Ses yeux couleur acier regardaient droit devant lui d’un air déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



27.01.20 21:39
Durant les années qu’elle avait erré sur les routes, Aelya ne s’était jamais rendu plus loin qu’Al-Far. Marchant à travers les ruines d’Al-Poll, elle décida qu’elle n’en regrettait rien. Si tuer était difficile dans le nord — les villages étant rares —, cela devenait tout simplement impossible dans la cité déserte. Et puis, il faisait froid et son habit de cuir ainsi que sa cape la réchauffait peu. Le seul élément qui la ravissant dans cette cité était son apparence lugubre — témoin du malheur du passé.
Son maître lui montra un des nombreux pièges à éviter. Il faut savoir où ils sont, pensa Aelya. Dans la pénombre ambiante, il était presque impossible de les détecter. Heureusement, des desseins illuminaient en partie les ruines. Certains étaient inutilement complexes, mais tant qu’ils produisaient de la lumière, Aelya ne s’en plaindrait pas.
Après de longues minutes de marche, son maître s’arrêta devant une caserne. Il lui indiqua comment se rendre au point de rendez-vous qu’elle savait avoir avec Caym Cali et, sans aucune autre précision, tourna les talons et disparut dans les entrailles de la cité. Aelya, quant à elle, entra dans la caserne. Sur le chemin, elle aperçut des mercenaires du chaos qui, eux, ne lui accordèrent aucune attention.
Elle attendit un long moment dans la petite pièce, mais Aelya était patiente et, surtout, curieuse de rencontrer un chef de la guilde des mercenaires du chaos. Lorsqu’il apparut dans le cadre de porte, sa curiosité ne fit que s'affermir. Bien que son visage n’en montra rien, elle était étonnée de découvrir l’homme habillé de noir et d’argent. Un mercenaire ne devait-il pas s’habiller sobrement ? Ne pas attirer l’attention ?
C’est alors qu’elle se rendit compte de la stupidité de sa pensée. Ce qu’il portait n’avait aucune importance, car la personne qui oserait l’attaquer ne s’en sortirait pas vivante.
Elle se leva donc, pencha la tête en signe de respect, puis la releva.

-Je suis Aelya Kil’Nayan, se présenta-t-elle d’une voix neutre. Mon maître a une importante mission à accomplir pour la guilde et, durant ce temps, il souhaite que vous m’appreniez à me battre contre un dessinateur, puisque je ne possède pas le don. Mais la décision vous revient.

Elle ne précisa pas que son maître était également un piètre dessinateur, le chef devant déjà être au courant. Elle entendit sa réponse, son regard ne délaissant jamais celui du mentaï.
Revenir en haut Aller en bas
Caym Cali
Féminin
Âge : 30
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 298
Date d'inscription : 23/08/2015

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 32 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
Caym Cali
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre



02.02.20 12:03
https://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Caym observa la nouvelle venue. Il haussa un sourcil devant sa présentation concise et respectueuse, ce n'était pas souvent que ses paires apprenaient le respects aux plus jeunes. Malheureusement. Pour la majorité le Chaos s'apparentait à une absence de hiérarchie et il n'était pas rare de devoir mutiler ou tuer pour gagner un peu d'estime, et de la tranquilité.
Il la salua d'un signe de tête.
- Bien. Je t'entrainerai pendant quelques jours, on restera principalement à Al-Poll, mais lorsque je t'en jugerai capable, si cela arrive, on retournera à la civilisation pour des mises en pratique.
Il se tut un instant, et essaya de deviner le potentielle de son apprentie-intérimaire. Elle ne payait pas de mine mais il savait que les apparences étaient souvent trompeuses.
-Tu m'appelleras Cali, et continueras à me vouvoyer.
Pratiquement personne ne connaissait son prénom et quiconque commettait l'erreur de l'utiliser perdait immédiatement la vie. Le tutoiement était quant à lui réservé aux Mercenaires qui avaient gagné son respect.
Cependant il ne comptait appesantir sur le sujet. Il n'avait pas eu d'apprenti depuis bien longtemps il avait quelque part hâte de tester cette gamine, et de découvrir son potentiel.
-J'ai quelques questions pour toi, Kil'Nayan. As-tu déjà été testée ou possèdes-tu une quelconque habileté au Dessin ? Et pourquoi as-tu suivi ton maître ?
Il l'observa de ses yeux gris et froids, cherchant à mettre à nue l'âme de la demoiselle. Il s'approcha d'elle d'un pas silencieux, tel un félin. Il s'était entrainé avec les envoleurs, lorsqu'il était jeune et avide d'apprentissage. C'était grâce à eux qu'il avait atteint un si haut niveau de combat, et il savait que c'étaient les seuls dans la guilde -mentaïs exceptés- qui pouvaient tenir tête à des dessinateurs aguerris. Mais il lisait le corps d'Aelya Kil'Nayan avec facilité. Nul doute qu'elle était vive, il voyait de légers tressautements de ses muscles et se demanda si elle connaissait déjà l'appel du sang. Probablement. C'était en général le premier critère de recrutement de ses frères d'armes. Lui aussi, recueillait les pauvres hères qui souillaient leur âme trop tôt, mais il ne les gardait guère longtemps sous son aile. Il avait trop de travail à faire en plein jour pour s'encombrer d'un poids mort. La discipline est la première chose qu'il enseigne, ainsi que le respect et la crainte. Ensuite, une fois ses disciples marqués il les laisses aux meilleures maîtres d'armes du Chaos, pour qu'ils apprennent et développent leurs points forts. Il ne les oblige nullement à le rejoindre ensuite dans sa croisade, il est en quelque sorte un Mercenaire altruiste, comme il se plait à penser. Certains de ses protégés finissent envoleurs, ou préfèrent rejoindre d'autres bandes. L'infiltration n'est pas un travail aisé, surtout pour ceux qui aiment l'odeur de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



16.02.20 3:43
Aelya remarqua la surprise sur le visage de l’homme en face d’elle. Elle se doutait de la raison. Élevée parmi les nobles, elle avait donc appris les bonnes manières et, bien que ce que les autres pouvaient penser d’elle ne l’importait pas, les habitudes étaient difficiles à perdre.

- Bien. Je t’entrainerai pendant quelques jours, on restera principalement à Al-Poll, mais lorsque je t’en jugerai capable, si cela arrive, on retournera à la civilisation pour des mises en pratique.

L’idée de s’entrainer ne l’enjouait pas, mais elle se rendait compte de la nécessité. Elle avait eu de la chance jusqu’à maintenant — toutes ses victimes n’avaient pas, ou peu, le don du dessein. Elle devait se préparer à combattre un dessinateur et, si elle était sincère avec elle-même, elle ne savait pas comment s’y prendre.

-Tu m’appelleras Cali, et continueras à me vouvoyer. J’ai quelques questions pour toi, Kil'Nayan. As-tu déjà été testée ou possèdes-tu une quelconque habileté au Dessin ? Et pourquoi as-tu suivi ton maître ?

Cali posa ses yeux sur Aelya et se rapprocha. Elle savait qu’il ne l’attaquerait pas, mais son corps réagit par lui-même. En présence d’une victime ou d’un potentiel adversaire, ses muscles se tendaient, prêts à réagir. Aelya n’agissait pas sans réfléchir — elle savait qu’attaquer le mercenaire était une mauvaise idée —, mais elle aurait adoré se battre. Cela faisait trop longtemps qu’elle avait tué, fait souffrir. Elle soutint son regard et répondit :

- Je n’ai jamais été testé, mais ce n’est pas nécessaire. Je n’ai pas le don.

Personne dans sa famille n’avait eu le don : son père manquait de créativité et sa mère de volonté. Aelya possédait les deux — davantage de volonté que créativité —, elle en avait déduit qu’elle n’avait pas le pouvoir.

- La réponse à votre deuxième question est évidente, non ? Un sourire étira ses lèvres. Parce que je n’ai pas pu résister à l’éventualité d’un avenir à tuer et répandre la souffrance.

Parler de souffrance lui donnait le goût de se trouver une victime à l’instant. Elle prit une profonde inspiration ; elle devait se calmer.

-Que fait-on maintenant ?

Allaient-ils s’entrainer alors que les étoiles brillaient encore dans le ciel ? Elle était épuisée, son maître et elle ayant chevauché d’Al-Jeit à Al-Poll sans presque se reposer. Mais cela n’aurait pas arrêté son maître et elle doutait qu’il en fût différent pour le chef de la guilde.
Revenir en haut Aller en bas
Caym Cali
Féminin
Âge : 30
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 298
Date d'inscription : 23/08/2015

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 32 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
Caym Cali
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre



17.02.20 17:17
https://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Caym hocha la tête. Rares étaient ceux qui se faisaient tester, mais il savait que le Don se manifestait parfois tardivement. Mais qu'importe, si l'apprentie ne pouvait pas sentir les Spires, alors cela serait bien plus compliqué... Impossible même, mais il ne s'attarda pas sur cette idée.
Surtout qu'elle était une sanguine. Elle faisait partie de ceux qui aimaient tuer, le sang et la douleur. Lui était bien trop pragmatique pour se laisser emporter par cette folie. Évidemment, il était accro à l'adrénaline, aimait voir la peur briller dans les yeux de ses proies, mais il ne ressentait nul plaisir à ôter la vie. C'était pour cette raison là, parce qu'il savait se contrôler et qu'il savait que le Chaos pouvait être un plan à long terme, qu'il avait pu étudier à l'académie et s'infiltrer à Al-Jeit.

-Bien. On va commencer par étudier tes capacités, j'ai besoin de savoir si tu te bats, et comment. Ensuite tu pourras aller te laver, manger un morceau et te reposer.

Il observa la jeune fille et se mit en garde. Il enchaina ensuite les attaques, rapides et diverses, cherchant non pas à la blesser, simplement à trouver ses failles. Si elle voulait pouvoir tenir tête à un dessinateur il lui faudrait être vive et talentueuse.

Durant près d'une heure, il la mit à l'épreuve. Il était toujours en mouvement, se déplaçait en silence, tournoyait, bondissait et frappait. Encore et encore. Son entrainement auprès des envoleurs refaisait surface. Il voulait pousser l'apprentie dans ses limites. Il voyait déjà quelques traces de fatigues, mais il voulait la voir se surpasser, car il savait que les Dessinateurs profiteraient de la moindre faiblesse pour la tuer sur le champ. Elle ne pouvait pas baisser sa garde, mais elle pouvait fuir, car parfois il faut savoir sauver sa vie qu'importe notre fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: