Le Deal du moment :
Manga Fire Force : où commander le Tome 34 Fire ...
Voir le deal
11.50 €

 :: Terres du Sud :: Vue sur l'Océan Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Croisière Océaline : Embarquement
Neleam
Féminin
Âge : 30
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10802
Date d'inscription : 28/11/2010

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
Neleam
Chevalier__Admin



05.06.21 19:25
https://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
La nuit était tombée dans le port qui était désormais désert, l’orage qui faisait trembler la nuit était responsable de cette absence de vie. L’eau s’écrasait avec force sur les pavés qui devenaient mortellement glissants et seuls des pieds agiles pouvaient parvenir à marcher avec assurance. Cette silhouette encapuchonnée avançait sans perdre son équilibre, nul doute qu’elle avait le pied marin et qu’elle avait bravé de pires tempêtes sur un sol tanguant.
Alors, ignorant le vent qui soufflait et l’eau qui fouettait sa longue cape, elle rejoignit rapidement la porte de la taverne qui se trouvait en bout de quai. Protégée par la pluie, une bouffée de chaleur l’accueillit avec bienveillant et la silhouette baissa sa capuche, révélant un visage féminin à l’âge difficile à déterminer. Une trentaine d’années peut-être ? Deux yeux bruns soulignés de noir et des lèvres rouges aidaient à relever son physique qui pourrait sembler banal. Sa tenue parfaite pour la pluie permettait de dissimuler les tatouages bleutés qui recouvraient ses bras et terrifieraient toutes les personnes présentent dans la pièce, et ils auraient bien raison car Kathir était une pirate Aline : sanguinaire et ennemie jurée des alaviriens.

Tous auraient raison de se méfier d’elle, ce n’était pas la première fois qu’elle venait dans ce port… elle l’avait connu lorsqu’une attaque. Tout n'était alors que flammes et fumée tandis que les hurlements et l’odeur du sang emplissant l’air. Elle avait participé au saccage et se souvenait de cette taverne qui était devenue ruine… C’était des années plus tôt, elle était alors simple mousse sur le navire de son capitaine. Maintenant, semblable à cette taverne renaissant des cendres, elle avait gravi les échelons et atteint le poste de second. Elle était à deux doigts de passer capitaine, il lui fallait parvenir à organiser une ultime attaque, un plan astucieux et qui rapporterait beaucoup. Auréolée par cette victoire elle pourrait finalement obtenir le chapeau de capitaine, son rêve depuis toujours. Elle pourrait naviguer le Grand Océan telle une prédatrice à bord de son propre vaisseau… Une idée suffisamment enchanteresse pour qu’elle se risque sur la terre ferme à la quête de sa prochaine proie.
L’éclaireuse alla s’appuyer au comptoir et commanda un lait de chèvre tandis que ses vêtements goutaient sur le sol en bois. Le tavernier ne tarda pas à déposer une coupe bien remplie devant elle ainsi qu’un morceau de papier coloré.

-On en donne à tous nos clients. Ca s’ra génial m’damzelle, j’vous l’dis. Dommage qu’j’ai pas l’pied marin… Ben y’a le prix du billet là, si vous voulez, sinon ils embauchent aussi tous les petits jeunes du coin. Si vous z’avez pas peur d’travailler, vous pouvez aller voir… P’t-être même qu’y aura des grandes gens qui vous inviteront, z’êtes plutôt m’gnonne et vous pourrez profiter du voyage.

La pirate serra les dents pour ne pas coller son poing dans la figure de cet abruti en l’entendant lui proposer de se prostituer pour pouvoir monter à bord. Mais elle était là incognito donc elle but son verre pour se distraire et essayer de ne pas avoir l’air trop agressive. Elle attrapa ensuite le petit bout de papier et plissa les yeux en essayant de le décrypter. Lire et écrire sont obligatoire pour pouvoir devenir capitaine alors elle s’efforçait d’apprendre lors de ses escales. C’était terriblement difficile, mais c’était un faible prix pour pouvoir être capitaine, et puis être lettré pouvait s’avérer utile, comme en cet instant.

« Les croisières Océaline vous invitent pour leur première excursion d’inauguration :
Venez découvrir la plus pure des merveilles, un océan infini aux couleurs turquoises parsemé d’îles paradisiaques au sable blanc et aux poissons multicolores. En plus de découvrir ces territoires vierges et leurs délicieuses spécialités culinaires, vous profiterez du navire le plus luxueux et époustouflant jamais imaginé ! Conçus par des Dessinateurs de haut vol, à bord tous vos rêves prendront vie !
Activités, spectacles, rencontres et festins, n’hésitez plus et prenez part à la plus grande aventure de tous les temps ! Le Grand Océan n’attend plus que vous. »


La pirate serrait les dents en lisant le papier. Ce qu’elle voyait lui hérissait le poil. Pourquoi ces maudits alaviriens venaient s’incruster sur leur territoire ?! Elle devait absolument avertir le reste de la confrérie ! Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’elle vit le prix du voyage. C’était une fortune !
Elle songea alors à tout l’argent qu’ils gagneraient en capturant ce bateau… et peut-être qu’elle tenait là sa dernière prise en tant que second. Elle parcourut rapidement du regard le recto de la petite feuille, c’étaient les informations pratiques pour rejoindre la côte où se trouvait amarré le navire. Étaient également conviées toutes personnes pouvant apporter leurs services le temps du voyage. Ils seraient nourris et logés, puis payés à leur retour sur la terre ferme. Payés une somme non négligeable.
C’était parfait. Il lui restait six jours avant le départ prévu, c’était plus que suffisant pour qu’elle puisse aller jeter un œil au bateau avant qu’il ne prenne la mer et d’observer ses défenses… Peut-être même pourrait-elle mettre la main sur leur feuille de route afin de leur tendre une embuscade dont ils ne pourraient s’échapper.
Les idées fusaient dans la tête de Kathir et elle écouta les ragots à propos de cette expédition. Tout le monde dans la pièce ne parlait que de ça, beaucoup y travaillaient ou connaissaient quelqu’un qui y travaillait et la jeune femme en apprit beaucoup sur le camp qui avait été installé sur la plage à côté du navire.
La pirate glissa le papier dans sa sacoche et quitta l’établissement après avoir rabattu sa capuche sur sa tête. Qu’ils étaient naïfs… Elle ressentait des décharges d’énergies à l’idée de ce qui allait se passer… C’était presque trop beau pour être vrai.

Lorsqu’elle rejoignit son capitaine, elle était la première des quatre éclaireurs envoyés à revenir et elle partagea les informations obtenues. Ce fut rapidement la joie à bord. C’était une parfaite occasion ! Une proie grasse et riche… Mais le capitaine était d’accord pour aller chercher quelques renforts et demander à ce que Tortugen soit sur le pied de guerre, au cas où. Quant à elle, elle irait se joindre aux travailleurs pour en apprendre le plus possible afin que leur attaque puisse être fulgurante.

Une fois le plan établi, la jeune femme se mit en route et elle arriva le lendemain sur le chantier. Elle resta ébahie en voyant le bateau. C’était… pas un bateau. Pour elle un bateau c’était en bois et ça flottait, mais celui-là… elle en doutait.
La jeune femme secoua la tête pour détacher son regard de cette création. Elle devait s’approcher du camp constitué de nombreuses tentes à la recherche… de l’intendant ? Elle ne savait pas trop comment se débrouiller, mais elle savait bien improviser et tant qu’elle gardait son chemisier à manches longues pour dissimuler ses origines, tout se passerait bien. …Non ?
Avatar Kathir:
Revenir en haut Aller en bas
Stormer Nuva
Autre / Ne pas divulguer
Âge : 22
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 902
Date d'inscription : 04/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans (je crois)
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
Stormer Nuva
Marchombre



07.06.21 17:54
https://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a
Oh bon sang. Pitié. Faites que cela s’arrête.

Un bourdonnement incessant résonnait dans l’oreille gauche de Stormer. L’origine en était un gentilhomme joufflu dont le teint rosé aurait presque fait passer son visage pour celui d’un nourrisson. Haki Til’Comen. Ayant d’abord engagé le marchombre pour protéger son convoi, il avait fini — la Dame seule savait comment — par prendre Stormer en affection. Et ce n’était pas faute d’être amène ! Il était aussi glacial qu’à son habitude, voire littéralement sec par moments, irrité par le babillage constant de son employeur. Mais voilà, Haki l’aimait bien. Et de simple éclaireur, il était en passe de finir garde du corps… Ou homme de compagnie ! Stormer manqua de grimacer à cette idée.

« Vous rendez-vous compte, Monsieur Sto ? Un duel de Dessinateurs ! Alors naturellement, j’ai parié sur le plus petit des deux. Je suis un homme censé ! Naturellement que la stature ne compte pas lorsque l’on a affaire à l’Imagination ! Mais il s’est alors avéré que le plus grand venait de… Oh, je ne me rappelle guère du nom, mais vous voyez, une de ces cités barbares du Continent de l’Est ? Là-bas, leur Art est drastiquement différent ; il consiste à donner des ordres, et non pas à Dessiner ! Donc évidemment, le plus grand a gagné ! Et, évidemment, j’ai perdu toute ma mise ! Non pas que cela me mette en difficulté financière — ho, ho, ho ! —, mais tout de même ! J’appelle cela de la triche ! Du baratin ! De la truanderie pure et simple ! »

Par le sang des Figés, prenait-il seulement le temps de respirer ?! Assis sur le banc de la calèche, Stormer jeta un œil en direction de sa monture. Il ne put retenir un soupir de soulagement en constatant qu’elle avait assez récupéré, trottinant gaiement sur le côté du convoi. Le marchombre se leva et attira l’attention de la jument par un doux sifflement. Celle-ci lui répondit par un hennissement et se rapprocha de la calèche, permettant à son cavalier de l’enfourcher.

Le voyant procéder, Haki s’offusqua.

« Mais enfin ! Restez avec moi ! Je n’ai pas terminé mon récit !

— Non, ma monture a assez récupéré. Je vais faire ce pourquoi vous m’embauchez, rétorqua le marchombre en flattant l’encolure de sa jument.

— Ce que vous pouvez être protocolaire ! Cette route est sûre, et même dans le cas où… s’interrompit-il, voyant Stormer partir. Monsieur Sto ! »

Galopant en amont du convoi, l’homme aux cheveux blancs soupira et adressa quelques mots à sa monture.

« Ah, si tu savais à quel point tu me sauves, ma belle… »

Vivement l’arrivée à la ville portuaire… Le contrat de Stormer devait s’y terminer et lui rapporter une belle petite somme d’argent. Et ceci était bien la raison pour laquelle il prenait autant sur lui à supporter Haki. Son amie Splith et lui allaient enfin pouvoir faire cette expédition en territoire Raï ! Sans cesse reportée à cause d’un problème ou d’un autre, le marchombre était presque en passe de devenir superstitieux. Sa seule évocation valait aux deux amis de finir dans un quiproquo avec des bandits ! Mais bon, Stormer n’était pas superstitieux.

Et cette fois tout allait bien se passer.

*
« Pardon ? »

Haki déglutit sous le regard du marchombre, plus glacial que jamais. Il manipula une bague dans ses mains quelques instants, juste le temps de reprendre contenance. Puis il sortit un mouchoir en tissu et s’épongea le front, regardant autour de lui. Il y avait du monde autour d’eux, Monsieur Sto ne pourrait rien lui faire… Enfin, il espérait. Ce n’était peut-être pas une si bonne idée de rouler un marchombre…

« J’ai dit, commença Haki en couinant, que le contrat se termine demain, après l’embarquement. Nous avions convenu d’une durée de vingt-et-un jour, n’est-ce pas ?

— Vous n’aviez nullement parlé d’embarquement.

— Mais j’ai besoin de votre protection ! Le Grand Océan du Sud n’est pas sûr, avec tous ces Alines qui y rôdent !

— Mon salaire, maintenant, réclama Stormer sur le même ton, tendant sa main.

— Hors de question ! Nous n’en sommes même pas à la fin du vingtième jour !

— Mon salaire, répéta l’homme aux cheveux blancs, laissant dépasser de sa manche le tranchant scintillant d’une lame.

— Mais… Mais vous ne pouvez pas faire ça ! Il y a des témoins ! bafouilla le filou. Et je répandrai la rumeur que vous n’êtes pas un homme de confiance !

— Vous ne connaissez même pas mon nom. »

Constatant que la situation lui échappait, Haki comprit qu’il devait changer d’approche. Il se tamponna les tempes, épongeant la sueur qui s’y logeait, avant de se composer un sourire forcé.

« Je… Je… Je vous ai payé une place dans l’excursion exprès ! Elles sont extrêmement chères, vous savez ! »

Son insistance ne plut pas à Stormer, lequel rapprocha sa lame de la gorge du gentilhomme. Haki glapit, attirant quelques regards. Le marchombre cessa la pression et croisa les bras, faisant mine de rien. Il réfléchit, se demandant comment tourner la situation à son avantage. Il n’était pas question qu’il embarquât avec Haki ! A moins que…

« J’avais rendez-vous avec quelqu’un dans cette ville, cela est bien embêtant. Seriez-vous prêt à payer une autre place ?

— Oui, oui ! s’exclama Haki, répondant sans hésiter. Tenez, j’en avais une pour mon siffleur de compagnie mais le capitaine m’a refusé le droit de l’emmener ! Vous viendrez avec moi, n’est-ce pas ? Vous me protégerez ? »

Stormer marqua un temps avant de subtiliser les deux billets de la main du filou. Sans même le regarder, il se leva de table et lança :

« Selon mon humeur !

— Attendez, où allez-vous ?! Vous devez rester me protéger !

— Vous vous trouvez dans l’auberge la plus prestigieuse de la ville. Restez-y et tout ira bien. Je dois seulement prévenir mon amie du changement de programme, vous comprenez. »

Sur ces mots, le marchombre n’attendit pas de réponse et tourna les talons. Il écrivit une lettre à son amie et alla la poster avant de se rendre sur les lieux de l’embarquement. A la vue du navire, il haussa les sourcils. En effet, ce n’était pas le premier prix. Bon, disons que ce serait l’occasion. Mais bon sang, il allait vraiment finir par croire que son expédition chez les Raïs était maudite.

Le lendemain, il revint donc avec Haki pour l’embarquement, espérant apercevoir Splith parmi les passagers...


Lettre à Splith:
Revenir en haut Aller en bas
Alice Blanc
Féminin
Âge : 26
Autre(s) Compte(s) : /
Messages : 785
Date d'inscription : 04/07/2015

Mon personnage
Sexe et âge: 20 ans c'est une fille
Aptitudes: pratique la boxe française et sais dessiner
Alice Blanc
Terrien [Admin]



26.06.21 19:15
https://ewilan.forumactif.fr/t2489-alice-blanc
Le soleil était au rendez vous. Réchauffant les pavés, les gens. Bonne journée qui s'annonce. Ombre qui se découpe lors de son passage. Silhouette féminine qui errent paresseusement dans ruelles de la ville. Paresse fictive. Les prunelles foncés, brillant d'une lueur décidée sont la preuve que la demoiselle s'est très bien où elle va. Mais les gens ont tendance à ne pas s'arrêter sur ce genre de détail. Et puis tous est fait pour fausser le jugement. Chevelure d'un bleu électrique qui attire les regards. Malgré le temps passé à Gwendalavir Alice ne s'en est pas détachée. Bien trop distinctif à certains moments mais pour d'autres cela attire bien trop l'attention pour se concentrer sur autre chose. Comme les tatouages qui émergent par endroit du tissu de sa robe. Alors on ne prête pas attention à la besace à sa ceinture qui a l'air de peser lourd. L'étui qui se dessine brièvement sous la jupe.. Ou les phalanges encore légèrement tuméfiées.. Non les gens diront qu'ils ont vu une étrange femme se balader en direction du port. Rien de plus. Et cela lui convient parfaitement.

Il faut le reconnaître cela fait un bien fou de pouvoir se promener sans regarder en permanence par dessus son épaule. Tous avait commencé avec ceux qui avaient voulu la faire plonger. Les gardes qui l'avaient poursuivi pendant un temps. Cette histoire avait aussi mis dans une situation délicate Myya que le terrienne venait de retrouver.. Mais toutes les deux avaient très bien gérer la situation.. Par la suite Alice a pu trouver les coupables de ce coup monté et remettre les choses à plat.. Sourire un brin dérangeant qui vient étirer ses lèvres. Ricanement de l'Autre qui émerge de ses cordes vocales. Que de bons souvenirs Esprit qui ne s'est pas arrangé avec le temps. Entités qui se font de plus en plus distinctes, prenant toujours plus de place. Samuel est toujours là mais ce n'est pas lui qui permet à sa sœur de survivre alors inexorablement la bleutée s'éloigne, fait de plus en plus souvent la sourde oreille à ses conseils. De bien trop de fois la raison ne semblait pas avoir sa place dans ce monde. Seuls les plus fort semblent pouvoir survivre, Alice refuse net l'idée de se faire manger un jour. Non elle survivra.

Le bruit du port ne tarde pas à l'entourer. Agilement elle se mouve entre les marins et autres qui chargent, déchargent différents bateaux. Ballet où chacun à sa place et son utilité. Et c'est bien ainsi qu'Alice compte s'infiltrer ainsi dans le bateau. Il y a toujours des gens à corrompre dans ce genre de croisière, d'autres à trouver pour le compte des grandes pompes de l'organisation. « Tu pense aller jusqu'où comme ça ? » Voix bourru qui l'interpelle. Sourire naïf aux lèvres alors que les doigts se tordent nerveusement entre eux. J'ai un poste à bord monsieur. Je suis Alice, je devais aider aux services ou dans les cuisines.. L'homme grognant quelques instants dans sa barbe la pousse en avant. Et c'est à cette heure là que tu arrives ?  Allez dépêche toi de monter, ils doivent avoir besoin de toi là bas
Revenir en haut Aller en bas
Elyssa Cil'Darn
Féminin
Âge : 29
Autre(s) Compte(s) : Edwin
Messages : 3142
Date d'inscription : 06/03/2014

Mon personnage
Sexe et âge: Femme de 27 ans
Aptitudes: Enchaîne sans difficulté les pas sur le côté
Elyssa Cil'Darn
Dessinateur



19.08.21 20:02
https://ewilan.forumactif.fr/t2859-chronique-d-une-dessinatrice-a
Elyssa referma la porte du bureau en frissonnant de satisfaction. Elle avait travaillé d'arrache-pied ces derniers mois, il était évident qu'elle méritait d'obtenir la mission que tout le monde convoitait. Etre payée à bronzer en sirotant un cocktail sur le pont d'un navire de croisière, que demander de plus? A cette satisfaction s'ajoutait celle de la concrétisation d'un projet colossal, le prototype Océaline, auquel elle avait participé avec de nombreux Dessinateurs. Elle avait pu clairement apposer son emprunte sur un certain nombre de visuels notamment, et trépignait d'impatience de découvrir leur réalisation de ses propres yeux. Et en cabine "invité de marque", s'il-vous-plaît !

Le soleil et le bruit des mouettes avaient fait flotter un fin sourire sur son joli visage alors que le bruit de ses bottines à talon fétiches résonnait sur les pavés du port. Un large sac de voyage nonchalamment passé sur l'épaule, les mains dans les poches de sa longue et fine veste - l'air était encore frais sur le front de mer ce matin - la brunette s'approchait de la bête. Gigantesque, était le mot qui lui venait à l'esprit alors que le navire grossissait à chaque mètre qui le rapprochait d'elle.
Alors qu'elle présentait sa carte d'embarquement au contrôleur, elle s'imaginait déjà se relaxer dans l'une des baignoires de massage qui agrémentaient le pont d'un élégant motif.

Enfin de vraies vacances, loin de tous les tracas du palais...
Revenir en haut Aller en bas
Neleam
Féminin
Âge : 30
Autre(s) Compte(s) : Caym Cali
Messages : 10802
Date d'inscription : 28/11/2010

Mon personnage
Sexe et âge: Femme d'une petite trentaine d'années, MORTE
Aptitudes: Guerrière émérite, grande conteuse et bonne résistance à l'alcool.
Neleam
Chevalier__Admin



24.08.21 18:08
https://ewilan.forumactif.fr/t1995-neleam-une-femme-de-legende
Kathir s’épongea le front avec la manche de sa chemise en lin et soupira. Elle venait de finaliser l’aménagement des cales du navire où étaient entreposés les tonneaux d’eau, de vin et de liqueurs ainsi que suffisamment de nourriture pour toute la communauté Aline pour au moins six mois. En espérant qu’il reste encore de ces mets appétissants lorsqu’ils aborderaient le navire et en prendraient possession.
La jeune femme avait veillé à positionner les caisses et tonneaux de manière à créer un déséquilibre dans les cales et comme les seuls navigateurs de l’aventure se contentaient de rester dans la cabine du capitaine elle avait pu faire ce que bon lui plaisait. Ce déséquilibre empêcherait le navire de filer parfaitement droit qu’il sortirait toute la voilure dans l’espoir d’échapper à des poursuivants. Un ralentissement discret mais qui serait sans aucun doute utile aux alines.
Après cinq jours à étudier la structure du bateau elle avait dû se rendre à l’évidence, il était incassable. Tout assaut de front entraînerait la destruction du navire assaillant. Il faudrait que ses frères d’armes soient plus rapides et envahissent le pont sans que les bateaux ne soient en contact. Il leur serait également impossible d’incendier le bateau, mais la jeune femme avait préparé une mèche isolée menant directement à l’une des cales du bateau où était entreposé les linges de lits et autres futilités qui pourraient facilement prendre feu et créer une diversion.
La mine songeuse l’a piraté observa le pont qui scintillait de propreté et toutes ces gens qui s’y pavanaient. Elle se contrôlait de son mieux pour ne pas loucher sur les bijoux précieux qu’arboraient certaines dames ou les bourses remplies de leurs époux. Évidement il y avait d’autres âmes aussi égarées qu’elle, comme la fille aux cheveux bleus qui avait espéré se faire discrète avant de se faire enrôler dans les cuisines.
L’Aline se dirigea vers le pont, bien décidée à débarquer et de poursuivre ce porcelet bien gras sur les flots. Malheureusement un individu déplaisant se plaça sur son chemin et l’empêcha de rejoindre la terre ferme.
« - ha! Ma brave ! Vous tombez bien! Avec mon ami nous cherchons nos quartiers, auriez-vous l’amabilité de nous y mener ? Til’Comen, j’ai acheté trois places en première classe. »
La brunette sentit ses joues s’échauffer et eut envie de claquer l’idiot et se contenta de lui jeter un regard acide accompagné de quelques mots froids.
« -Je ne suis pas intendante. Ni votre domestique. Allez plutôt voir l’homme en costume prune avec une barbichette ridicule, il saura vous aider. »
La pirate devait fuir. Elle sentait l’agitation commencer à monter sur le pont du bateau ce qui signifiait que le départ ne saurait tarder. Elle essaya d’ignorer l’homme aux cheveux blancs et au regard de glace qui accompagnait l’abruti à la bourse bien remplie, il la dérangeait. Même sans affronter son regard elle le sentait la transpercer et il était hors de question qu’il ne la découvre alors qu’elle était si proche du but.
Elle n’avait plus qu’à partir, ce qu’elle essaya de faire en se faufilant entre la foule dense qui venait d’apparaître sur le pont, entre elle et la rampe menant au ponton d’embarquement. Évidemment, elle se retrouva à jouer des coudes mais ne parvenait pas à rejoindre le rivage, le navire était immense ! Et elle aurait aimé croiser l’abruti qui lui avait promis salaire pour son aide avant la mise à flot ! Et ce avant que le navire ne parte!
Certes elle n’avait pas réussi à voir les cartes qui révélaient avec exactitude le périple prévu par le capitaine dans l’archipel Aline, mais elle en savait suffisamment au sujet du navire pour être un atout majeur pour son capitaine qui l’attendait non loin. Leur bateau mouillait dans une petite crique, se préparant à la chasse qui l’attendait. Elle ne pouvait pas rester à bord !
Kathir bouscula une brune de plus (mais Elyssa Cil’Darn était elle réellement « une brune de plus »?) pour finalement atteindre le parapet et réaliser que la rampe avait été retirée… damnation ! Par la foudre des océans ! C’était impossible.
La jeune femme se pencha vers les flots considérant réellement à sauter par-dessus la rambarde, le port était tout proche, nager jusqu’au quai serait aisé.
Revenir en haut Aller en bas
Stormer Nuva
Autre / Ne pas divulguer
Âge : 22
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 902
Date d'inscription : 04/04/2016

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans (je crois)
Aptitudes: Comme tous les marchombres, grande agilité et rapidité, plus un petit cadeau du Rentaï...
Stormer Nuva
Marchombre



02.09.21 23:27
https://ewilan.forumactif.fr/t3127-souvenirs-de-stormer-glacon-a
Tintement métallique.

Venant s’accouder lourdement au bastingage à côté de Kathir, Stormer déposa une pochette au contenu soupçonnable sur la rambarde. Certainement la bourse de la jeune femme, peut-être autre chose. Peu importait. Il ne la lui avait dérobée que pour une raison : pouvoir semer Haki sans avoir l’air de s’enfuir.
Après un temps de silence — la jeune femme étant certainement en train de se demander quand sa bourse avait quitté sa poche —, le marchombre prit la parole.

« Vous avez perdu ceci, me semble-t-il. »

Il ne posait pas son regard sur la jeune femme à ses côtés, préférant observer leur lent départ du port avec une mine contrariée. Stormer balaya la foule sur le quai à la recherche de Splith, mais pas une fois la silhouette de son amie ne se profila.

Il rendit son attention à la victime de son vol, la rassurant.

« Ne vous inquiétez pas, je ne cherche ni à vous intimider, ni à vous aborder. À dire vrai… »

Il jeta un œil en arrière, voyant Haki Til’Comen hésiter à lui laisser un peu d’intimité. Certainement croyait-il que Monsieur Sto avait une touche et préparait sa nuit… S’il savait… Stormer n’était pas vraiment de ce bord…
Néanmoins, si Haki croyait ça, le marchombre n’allait pas le démentir. S’il pouvait enfin le laisser respirer..!

« …je cherche surtout à semer mon “ami”. Il croit actuellement que je vous sauve en vous ramenant votre bourse. Non pas que ce soit fondamentalement faux, mais… »

Il posa enfin son regard bleu glace sur elle, l’ombre d’une lueur moqueuse dansant dans ses yeux.

« Disons que j’ai un peu manipulé la vérité. »

La lueur disparut et son attention revint sur le quai qui s’éloignait doucement. Toujours pas de Splith. Peut-être avait-elle eu le temps d’embarquer ? Stormer en doutait. Mais ça ne coûtait rien de demander. Après tout… Cela lui permettrait de faire la conversation, et par-là même de se débarrasser de Haki une bonne fois pour toutes.
Il laissa un silence passer puis reprit :

« Auriez-vous vu une jeune femme blonde avec une hache de Thül ? »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: