Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Dim 10 Juil 2016 - 13:47


Retour Chaotique
Une silhouette se laissait doucement mener par son cheval, au pas. Elle se mouvait au rythme de sa monture, un balancement régulier, souple et chaloupé.
D’une pression des talons, l’homme stoppa son destrier. Devant eux, de l’herbe à perte de vue, quelques champs et surtout la ville impériale. Al-Jeit. Juchée sur son roc, sa silhouette fine et élancée dominait tout le paysage environnant. Le spectacle était saisissant, surtout lorsqu’on le voyait pour la première fois.
Mais ce n’était pas sa première fois.
L’homme avait déjà vu la ville, il la connaissait même très bien. Alors pourquoi s’arrêtait-il ? S’il ne s’imprégnait pas de la beauté des lieux, il en savourait le calme et la sérénité.

Il avait passé son adolescence dans un village comme il y en avait tant dans les environs de la capitale. Avec le temps, ces grandes étendues verdoyantes étaient devenues son refuge.
Il ferma les yeux un instant, profitant de la légère brise qui soufflait en cette belle journée d’été. Il expira lentement. La tension qui l’habitait depuis quelques jours se relâcha. Loin de la ville, son fardeau s’allégeait. Il était sous couverture, obligé de jouer un rôle qui n’était pas le sien. Ses sombres désirs devaient disparaître au profit d’une insouciance navrante et d’une idiotie citadine. De mercenaire du Chaos, il devenait, à Aj-Jeit, un puissant Dessinateur. Porter ce costume jours et nuits, l’épuisait. Ses sorties hors des enceintes de la cité étaient son seul réconfort, le seul moment où il pouvait redevenir lui-même.

Ténébreux, moqueur et séduisant, le jeune homme talonna doucement sa monture afin de reprendre son chemin vers Al-Jeit. Ses hommes étaient eux aussi dissimulés dans la population, sous différentes identités et fonctions. Ils prévoyaient de gros coups, la ville était un véritable trésor, qui avait besoin d’être saigné. Mais la Légion Noire ne leur simplifiait pas la tâche, tout comme les marchombres. Certains travaillaient à la lueur du jour et aux sus de tous, tandis que les autres œuvraient à la nuit tombée sans que personne n’ait conscience de leur présence. Deux terribles dangers que les mercenaires du Chaos devaient apprendre à apprivoiser. Connaître leurs habitudes. Sentir la ville. Étudier les différents quartiers, leurs avantages et inconvénients, récolter le plus d’infirmations possibles. Qui possède le pouvoir ? Qui possède de vilains secrets ? Qui soudoie la garde ?
Al-Jeit est une ville complexe et aux mille facettes. Tous les hommes de Caym Cali ne seraient pas de trop pour dénouer la majorité de ces fils, afin d’établir un plan d’attaque qui ferait vaciller l’empire.

Plongé dans ses pensées, l’homme esquissa un sourire. L’avenir s’annonçait délicieux. Difficile et plein de promesses. S’ils réussissaient, ils signeraient le grand retour de leur guilde. Il caressa ses hachettes, cachées dans son dos, sous son long manteau de toile fine et soupira de plaisir. Il avait besoin de terrifier, de faire couleur un peu de sang avant de retrouver la vie répugnante de Cali-le-jeune-dessinateur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Dim 10 Juil 2016 - 14:12

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Perchée sur une haute branche, Killian fermait les yeux et dansait. La gestuelle était une habitude pour elle, et l’aidait énormément, surtout ces derniers temps. La vie n’avait jamais été simple pour elle, et cela ne s’arrêtait décidément pas.

Outre ses mésaventures avec les Mercenaires quelques temps plus tôt, elle avait appris que Kerïm avait péri au cours d’une attaque sanglante. Kerïm. L’homme qu’elle avait tant aimé. L’homme qui avait élevé son fils comme s’il était de lui. L’homme qui l’avait quittée sans un mot. Douleur et chagrin, peine et colère, tout se mélangeait en elle et la seule chose qu’elle avait put faire était de fuir la ville.

Elle n’avait plus personne à présent que Kerïm et Nathan étaient partis vers un monde meilleur. Roxane était loin dans l’Empire et elle n’avait plus eu de ses nouvelles depuis bien longtemps, tout comme Neleam, qui ne s’était pas faite voir depuis leur périple vers le continent de l’Est. La Voie était sa seule compagnie.

Et avec tous ses coups durs, Killian s’était endurcie. Elle ne craignait plus grand chose de la vie, elle n’avait plus grand chose à perdre non plus. Hormis Taï’Dashar, son fidèle étalon ébène, ou sa propre vie, elle n’avait plus rien.

La veille en fin d’après-midi, elle avait grimpé sur sa selle et s’était élancée hors de la capitale, ne souhaitant qu’une chose : retrouver un équilibre intérieur avant de finir folle chez les Rêveurs, brisée par la vie.

Elle avait galopé jusqu’à ce que l’étalon n’en puisse plus, puis l’avait laissé paître dans une clairière. Elle était ainsi protégée par les arbres, dans une bulle d’harmonie. La Capitale n’était pas loin et de sa branche, Killian pouvait voir les hautes tours qu’elle avait tant de fois grimpé.

Sa gestuelle terminée, elle rouvrit les yeux, et s’assit sur la branche, dos contre le tronc et une jambe pendant mollement dans le vide. Taï’Dashar broutait à ses pieds, quelques mètres plus bas. Le soleil de cette belle après-midi d’été colorait un peu plus sa peau halée, que sa tenue de cuir dévoilait par endroits. Ses longs cheveux noirs étaient tressés dans son dos, et un petit vent s’amusait à s’y engouffrer et à jouer avec les mèches folles qui s’en échappaient. Ici, elle était bien.

Son programme était simple ; elle comptait passer quelques jours ici même, pour se ressourcer, puis elle reviendrait vers Al-Jeit pour acheter le nécessaire aux grands voyages. Après ça, elle retournerait sur les routes et parcourait Gwendalavir de long en large, comme elle l’avait souvent fait. Peut-être irait-elle rendre visite à Edwin, à la Citadelle, ou même à ses vieux parents, près d’Al-Chen. Elle ne savait pas et préférait se laisser guider par ses envies du moment.

Sur un soupir, elle se releva et descendit prestement le long du tronc, jusqu’à se laisser tomber pour le dernier mètre. Sa Greffe, un odorat aussi fin que ceux des animaux, ne repérait pas grand chose de néfaste. Elle n’avait donc rien à craindre. Mais en Marchombre aguerrie, elle était toujours en alerte.

Taï’Dashar approcha quand elle le siffla et elle le guida vers son petit camp qui se résumait à un feu près à être allumé et sa selle en guise d’oreiller. Elle n’avait pas besoin de plus, la nuit serait sa couverture. Elle étrilla son cheval, vérifia l’état de ses sabots et le mena vers le bac d’eau qu’elle avait remplit pour qu’il puisse boire.

Tout ceci fait, elle décida d’aller chasser un peu. Un ou deux lapins ne seraient pas de refus pour le repas du soir…

FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Lun 11 Juil 2016 - 13:43


Une cible parfaite
Il n’y avait personne.

Caym soupira avant de décider de faire un détour, il ne comptait rentrer à Al-Jeit avant d’avoir pu s’amuser un peu. Il avait besoin d’utiliser ses nouveaux jouets, ses délicieuses petites haches. Elles étaient nouvelles dans sa vie et entre eux, ça avait été un véritable coup de foudre. Son cœur palpitait lorsqu’il les tenait en main, et lorsqu’il s’en servait il avait l’impression de rêver. Un rêve délicieux. Les hachettes devenaient le prolongement de ses bras et à leur bout venait la mort. Une mort propre. Une mort précise et sanglante.
Il talonna sa monture, excité par la perspective de pouvoir les sortir.

La nuit tombait lorsque le mercenaire aperçu ce qu’il cherchait. De la fumée. Un feu. De potentielles victimes. Il se dirigea au trot dans cette direction, tout en réalisant l’étrange chemin que suivaient ses pensées. C’était celles d’un psychopathe. Il n’était pas comme ça, il n’aimait pas tuer, du moins ça ne lui procurait aucun plaisir. Mais ce qu’il aimait par contre, c’était de voir la peur dans les yeux de ses victimes. De tenir le pouvoir de vie ou de mort au bout de ses doigts. De tuer les ordures qui pullulent sur ces terres. Personne n’est jamais honnête, ce qu’il avait appris à ses dépens. Les Hommes sont avares, envieux et peureux.

Coupant court à ses malédictions mentales, le mercenaire fini par arriver en vue du feu. Une silhouette était visible, un seul cheval. Le mercenaire resta cependant sur ses gardes. Les temps sont peu sûrs, rares sont les personnes à se promener seules. Plus rares sont celles qui passent la nuit au milieu d’une étendue herbeuse seule. Et plus rares encore lorsque ces personnes sont des femmes car la silhouette qu’il distinguait maintenant était sans conteste féminine. Longue chevelure tressée et un corps fin. Elle devait être en train de diner.

Caym s'approcha, sur ses gardes. Il mit pied à terre lorsqu'il n'était plus qu'à une dizaine de mètres. Il était évident que la femme avait entendu l'intrus, elle ne serait pas surprise. Il devait donc se tenir sur ses gardes car il y avait fort à parier qu'elle savait se battre, ce qui rendrait cette rencontre très intéressante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Lun 11 Juil 2016 - 15:00

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


La chasse avait été bonne. Deux lapins grillaient au-dessus de son feu alors que le soleil laissait lentement la place à sa sœur la lune. Assise à côté et les contemplant, Killian méditait. Elle réfléchissait sur la vie, la mort, l’avenir et le destin.

Pourquoi avait-elle du endurer tant de souffrance pour si peu de bonheur ? La Voie était un bonheur constant, elle ne le niais absolument pas, mais même la Voie ne pouvait guérir toutes les plaies qui suintaient dans son cœur et son âme. Elle pouvait seulement lui permettre de rester sur le droit chemin. C’était déjà pas mal quand on y songeait.

Elle prit l’un des lapins et croqua à pleines dents dans sa chaire tendre et bien cuite. Taï’Dashar broutait non loin de là. Voilà ce qu’elle appréciait. La nature qui l’entourait, un bon repas, la tranquillité, la solitude… non. Elle n’était pas seule.

Sans faire de gestes brusques, elle reposa le lapin de côté et s’essuya la bouche. Elle avait entendu du bruit, et sa Greffe venait de lui signaler la présence d’un humain non loin d’elle. Un homme mauvais. Un Mercenaire !

Fermant les yeux, elle laissa ses sens prendre le dessus. Il n’était pas loin, derrière elle. Elle calma son cœur et se releva doucement

-Je crois que tu t’es perdu, Mercenaire.

Un homme s'avançait entre les arbres, droit sur elle. Il était grand, brun, mais elle ne pouvait pas voir ses yeux, toujours dans l’ombre. Elle resta immobile, apparemment sans armes. D’un coup, le silence les entoura. Les oiseaux s’étaient tus. Taï’Dashar s’était éclipsé, sachant que s’il le fallait il reviendrait sauver sa maîtresse en profitant de l’effet de surprise. Outre son analyse méthodique de la situation, Killian était prise de doute. Cet inconnu avait des traits qui lui rappelaient quelque chose, mais quoi ? L'avait-elle déjà croisé ? Elle n'en savait rien, et peut-être lui poserait-elle la question avant de le tuer.

Car le combat allait surement être inévitable. Les Mercenaires ne l’effrayaient pas. Ils étaient coriaces mais elle en venait à bout. Les Mentaï en revanche, c’était autre chose, et rien que sa longue cicatrice à la poitrine le prouvait. Tendue, elle se tint prête à en découdre.

FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mar 12 Juil 2016 - 13:32


Réminiscences

-Je crois que tu t’es perdu, Mercenaire.


La femme se leva, mais resta dos au mercenaire. Caym fit un léger détour de manière à pouvoir apercevoir son visage. Il délaissa son cheval avant de s’avancer seul vers les flammes, la demoiselle avait d’ailleurs fait de même, son cheval n’était plus visible.
Le mercenaire était surpris que cette femme ait su déceler aussi facilement son appartenance au mal, mais passa outre. Après tout, il ne s’en était pas caché. Il se mit à détailler la tenue de l’inconnue. Toute vêtue de cuir noir, moulant, son appartenance à la guilde des marchombres semblait soudain évidente. Voilà comment elle avait su. Voilà pourquoi elle bougeait et parlait ainsi.
Marquant un léger temps d’arrêt, le mentaï prit la parole. Sa voix était grave et teinte d’humour. La situation, bien que dangereuse, l’amusait.

-Oh non, j’ai trouvé ce que je cherchais, Marchombre.

Il appuya le dernier mot, le tournant en dérision, comme une insulte. Un sourire moqueur vint étirer ses lèvres tandis qu’il s’approchait un peu plus, d’une démarche chaloupée.
Il fronça les sourcils lorsqu’il aperçut correctement le visage de son ennemie. Il l’avait déjà rencontrée. Elle venait de tourner la tête dans sa direction et le détaillait. Tandis qu'ils se jaugeaient tous deux du regard, le mercenaire cherchait aussi vite que possible des souvenirs de leur rencontre.

-Je crois que toi et moi on se connaît…


Sa voix était suave, légèrement piquante. Intrigante.

- Dans mon souvenir, ton visage était plus… crispé lors de notre rencontre. Ensanglanté et mouillé par les larmes. Un délicieux souvenir. J’espère que tu n’as rien oublié de cet agréable moment.


Il n’arrivait toujours pas à se souvenir, ça n’était qu’une image fugace. Cette femme restait floue. Il se souvenait uniquement de Viladra. Il s’était concentré sur elle comme à son habitude. Il l’avait interrompu alors qu’elle torturait la marchombre. Pourquoi ? Et surtout, comment était-ce possible que cette femme soit toujours en vie ? Son mentor n’était pas connu pour sa clémence… Et il y avait fort à parier que cette femme était brisée de l’intérieur.

-Je vais t’aider à te souvenir… Tu étais en compagnie de… Viladra Memphis.

Ce nom jaillit comme un couperet, fendit l’air et s’abattit sur la marchombre. Il avait été prononcé avec ferveur et respect. Entre le chuchotement et le cri. Un étrange mélange, qui allait droit au cœur.
Attentif à la réaction de la demoiselle le mentaï plissa les yeux et guetta, prêt à réagir. Physiquement mais également en s'aidant des spires. Si elle était une marchombre et que Viladra avait prit le temps de la torturer c'est qu'elle possédait une importante valeur, il aurait tout intérêt à continuer le travail de son mentor.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mar 12 Juil 2016 - 14:03

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Apparemment, il avait trouvé ce qu’il cherchait, et avait deviné qu’elle était une Marchombre. En même temps, Killian n’avait jamais camouflé son appartenance à la guilde. Au contraire… pour elle le cacher était comme une insulte. De fait, elle ignora totalement le ton narquois et mesquin employé par le Mercenaire qui s’avançait.

Les flammes illuminèrent son visage tandis qu’ils se dévisageaient. L’homme avait un regard gris froid, qui allait si bien avec son allégeance ténébreuse, et Killian crispa les mâchoires. Elle sentait qu’elle l’avait déjà vu. Mais où ? Quand ? Son esprit lui refusait la vérité, et ce fut à son ennemi de confirmer ses doutes. Lui aussi se souvenait l’avoir déjà vue.

- Dans mon souvenir, ton visage était plus… crispé lors de notre rencontre. Ensanglanté et mouillé par les larmes. Un délicieux souvenir. J’espère que tu n’as rien oublié de cet agréable moment.

Elle plissa les yeux, ne le quittant pas une seule seconde, restant en état d’alerte. Il se souvenait d’elle dans une position de faiblesse. Elle en avait connu un certain nombre, mais tous n’incluaient pas un ou plusieurs Mercenaires…

-Je vais t’aider à te souvenir… Tu étais en compagnie de… Viladra Memphis.

Le souvenir jaillit, libéré par la force de ce nom maudit, sans que son esprit puisse le renfermer. Elle se souvint de la douleur, des griffes plantées dans sa chaire. Elle se souvint de Taï’Dashar s’en allant chercher de l’aide, constituant son dernier espoir. Kerïm qui venait au triple galop et l’embrassait malgré le sang et les plaies. Kerïm qui la transportait à la maison et Roxane qui mettait toutes ses forces pour la soigner. Le coma… le mois de coma qu’elle avait enduré avant de pouvoir à nouveau être rendue aux siens. Elle fronça les sourcils, se retenant de porter la main à sa poitrine, où l’immonde cicatrice lui rappelait sans cesse cet épisode affreux de sa vie.

Cet homme avait été présent ? Elle ne visualisait que l’autre Mentaï, qui l’avait déstabilisée lors du combat… Ah si ! L’homme qui était apparut brièvement ! Ce devait être lui !

Tout ce temps où elle réfléchit, ni lui ni elle n’avaient cessé de se regarder, se jauger et s’analyser. S’il restait ainsi à découvert, c’était qu’il était puissant. Mentaï ? Si oui, elle allait avoir du mal à l’abattre. Elle ne pouvait même pas sentir quand un Dessin se formait, n’ayant jamais eu de réel capacités avec le Don. Elle ne savait rien faire avec les Spires.

-Je me rappelle… tu es son larbin… son chien de compagnie qui vient quand elle siffle…

Elle aussi pouvait se montrer sarcastique. Elle le vit se tendre, et se tint prête. La tension était électrique entre les deux, et elle savait que celui qui débuterait prendrait l’avantage. Ce devait être elle.

Elle cala ses jambes, lentement et imperceptiblement, et attendit qu’il s’approche encore d’un pas. Ce qu’il fit, le pauvre fou. Killian bondit et le frappa du pied à la poitrine pour le faire reculer, avant d’atterrir de côté et se relever d’une roulade. Deux dagues apparurent dans ses mains, et elle s’élança. Trêve de bavardages ! Elle allait le tuer et envoyer sa tête à Viladra en guise de cadeau de Noël !

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Jeu 14 Juil 2016 - 23:27


Réminiscences
La marchombre réagit, au plus grand plaisir de Caym. Son visage se crispa, comme tout son cœur. Le mentaï supposa qu’elle se souvenait et qu’elle revivait la scène. Il ignorait ce qu’il s’était vraiment passé, mais il connaissait Viladra, cette femme avait probablement dû souffrir à un tel point que la mort aurait été sa seule délivrance.

-Je me rappelle… tu es son larbin… son chien de compagnie qui vient quand elle siffle…

Caym haussa un sourcil amusé devant la répartie de la jeune femme. Ce n’était pas vraiment à la hauteur, il espérait qu’elle n’avait pas l’intention de le blesser avec ces propos. Ou de l’enrager. Cette fille ignorait tout ce son lien avec Viladra et la poignée de secondes où elle avait dû l’apercevoir ne lui a certainement pas permis de réaliser la force de ce lien. Il n’était pas son chien, il était sa béquille, toujours là lorsqu’elle en sentait le besoin, prêt à la soutenir et l’encourager. Il était sa main droite, main qui tenait un poignard ensanglanté.
Ces époques à servir Viladra avaient été les plus belles de sa vie, lorsqu’il y repensait, mais il n’allait pas s’appesantir sur le sujet.
Toujours sur ses gardes il s’approcha le sourire aux lèvres. Tout n’était que silence autour d’eux. Toute proie avait fui, sentant le danger crépiter dans l’air.

L’air était presque devenu solide, le temps semblait suspendu, sur le point d’éclater.
Caym avait remarqué que la marchombre était tendue, et ce depuis qu’il avait évoqué Viladra. Il se doutait qu’elle allait attaquer. Sinon il le ferait. Le combat était inéluctable, tous deux souhaitaient voir l’autre mort, et peut-être même de glaner quelques informations au passage.

Il s’était entraîné avec des envoleurs, il serait en mesure de la mettre hors d’état de nuire, mais il ne voulait pas la tuer, du moins pour le moment. Avec son grand projet pour ses hommes, s’il pouvait récupérer des informations secrètes sur ces maudits marchombres, ça leur serait d’une précieuse aide.
Garder cette femme en vie compliquerait le combat, mais ne le rendrait que plus palpitant. Tout à son plan, il ne réalisa que trop tard que la femme avait légèrement modifié son équilibre. Elle avait déjà bondi, avec la rapidité propre à ceux de sa guilde. Caym encaissa le choc en reculant de quelques pas, mais réagit immédiatement. Il était un combattant chevronné.
Il vacilla donc en arrière avant de rétablir son équilibre tout en dégainant ses précieuses hachettes. La marchombre avait elle aussi sorti ses armes, deux modestes dagues, et passait déjà à l’attaque.

Une fraction de seconde à peine s’était écoulée, tout se déroulait très vite. Quand caym avait encaissé la première attaque de la marchombre, son dessin avait commencé à prendre forme. Instinctivement il avait dégainé et s’était mis en position de combat, son esprit achevant son Dessin. Celui-ci se matérialisa à l’instant où son adversaire attaquait.
Il se reconnecta avec la réalité tandis qu’un sac de toile noire parfaitement opaque et imperméable à l’air apparaissait sur la tête de la jeune femme. Caym esquiva avec agilité son attaque et contre-attaqua immédiatement, profitant de la force dégagée par leurs mouvements. Le plat de la lame de la hachette frappa avec force la tête de la marchombre, l’envoyant directement dans les bras de Morphée.

Caym attendit quelques instants afin de vérifier qu’elle ne feintait pas puis rengaina ses précieuses armes. Il allait profiter du temps avec sa prisonnière, elle devait avoir un certain nombre de choses à lui apprendre, mais ils devraient trouver un endroit calme où ils ne seraient pas dérangés.
N’ayant pas encore de solution, le mercenaire ligota sa prisonnière avant de lui prépara un breuvage qui prolongerait son état d’inconscience pour plusieurs heures. Il ne tenait pas à ce qu’elle se réveille soudainement. Il pourrait ainsi mettre à profit ces heures pour trouver le lieu idéal pour ses petites affaires. Sans effectuer de pas sur le côté, il n’en avait jamais été vraiment fan.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Dim 17 Juil 2016 - 11:06


L'heure des questions
Caym installa la marchombre et serra les menottes le plus possible. Il ne comptait pas la laisser s’échapper et par mesure de sécurité, il utiliserait le dessin à faible dose, juste pour verrouiller lesdites menottes. Les poings liés dans le dos, les chevilles attachées à la chaise, la marchombre était dans une bien mauvaise posture… Et elle pourrait crier autant qu’elle le désirerait, personne ne l’entendrait jamais.
Ils étaient dans un ancien moulin à eau, aujourd’hui abandonné. Dans le sous-sol personne ne les verrait jamais et le bruit de l’eau couvrirait les éventuels cris.

Un sourire satisfait apparut sur les lèvres du mercenaire et il attendit que la demoiselle reprenne ses esprits. La drogue qu’il lui avait fait ingérer devait avoir été chassée de son organisme.

Il tournait, encore et encore dans sa tête toutes les questions. Il y en avait beaucoup. Trop. Il devait modérer ses questions, essayer de connaître le poids de cette femme au sein de la guilde. Connaissant Viladra, elle n’aurait pris le temps de la torturer que si cette femme était importante. C’était un bel indice. Elle ne se laisserait pas faire. Elle avait déjà connu la torture, et protégerait sa guilde au péril de sa vie. Il lui fallait une technique innovante.
Le jeune homme lui laissa le temps d’analyser l’endroit où ils se trouvaient. Une pièce sombre et humide, éclairée par une unique torche qui projetait des ombres mouvantes sur les murs recouverts de mousse. Il ne désirait pas utiliser son Don à outrance, s’il était surpris sa concentration faiblirait et il y aurait de graves conséquences. Et il ne voulait pas faire étalage de son pouvoir devant l’inconnue, ne sait-on jamais…

S’approchant de la demoiselle il s’accroupit de manière à se retrouver à la hauteur de son visage.

-Chère madame la marchombre, je me permets de me présenter. Maître Cali, et comme vous l’avez si bien perçu, je sers le Chaos. Auriez-vous l’obligeance de décliner votre identité ?


La voix du mercenaire était plus tendre qu’à son habitude, il tentait une approche expérimentale. Il lâcha un soupir et se releva.

-Je sais que vous avez déjà été torturée, et vous savez ce que l'ont ressent dans ces moments-là. Je me contenterais donc de vous poser de simples questions. Sans violence ni sang. Avec civilité. Du moins tant que j’obtiens des réponses satisfaisantes, sinon je devrais changer d’angle d’attaque et vous risquez de plus le regretter que moi.


Pour démontrer ses propos, il tira une chaise de l’ombre et l’installa en face de la Marchombre. Il enfourcha la chaise à l’envers, une jambe de chaque côté du dossier, sur lequel il s’appuyait les bras croisés. Ses yeux bleus pétillaient de malice lorsqu’il reprit la parole :

-Alors, on va commencer avec des questions simples. Où se trouve avec précision votre Quartier Général et quels sont vos quartiers de prédilection dans la ville d’Al-Jeit ?


Caym se demanda un instant si la marchombre allait marcher dans la combine. C’était peu probable mais ça valait le coup d’essayer, ils gagneraient du temps et le résultat serait le même. Il ne comptait pas lâcher l’affaire. Il obtiendrait ses réponses coûte que coûte, si cette femme était intelligente, elle comprendrait qu’elle y gagnerait en se mettant à table dans l’immédiat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Dim 17 Juil 2016 - 18:02

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Killian repassa à l’attaque immédiatement, ne voulant pas lui laisser le temps de faire quoique ce soit. Mais un sac apparut sur sa tête et elle stoppa net son mouvement. Elle s’était déjà battue dans le noir, ses autres sens prenant tout de suite le relais, mais elle manquait d’air.

Elle était membre du Conseil et Maître Marchombre, et pourtant elle commis l’erreur de porter les mains à son cou pour tenter d’ôter le sac noir. Cela permit au Mercenaire de l’assommer nettement et proprement. Killian s’effondra et n’eut plus conscience de la suite.

Quand elle reprit connaissance, elle mit quelques secondes à analyser l’environnement, faisant comme si elle était toujours dans les vapes. Son esprit avait du mal à se concentrer mais elle l’y força. Ainsi, son odorat lui permit de sentir une odeur de mousse, d’humidité, et d’eau. Ils étaient proches d’un point d’eau. Mais aussi dans un endroit clos et sombre à cause du renfermé. Quant à elle, elle sentait des menottes à ses poignets et ses chevilles.

Elle ouvrit lentement les yeux, ce qui confirma ses premières impressions. Elle se trouvait dans une pièce sombre et humide avec une unique torche pour lumière. Elle était assise sur une chaise, bras dans le dos et menottés, tandis que ses chevilles étaient liées aux pieds de la chaise. Ses bras tordus en arrière lui faisaient déjà mal, mais elle resta de marbre. Et elle tâchait de garder à l’écart les mauvais souvenirs de son passage sous terre, enterrée vivante dans l’une des bases des Mercenaires à Al’Poll. L’homme apparut alors dans le halo de lumière. Il s’approcha et s’accroupit devant elle.

-Chère madame la marchombre, je me permets de me présenter. Maître Cali, et comme vous l’avez si bien perçu, je sers le Chaos. Auriez-vous l’obligeance de décliner votre identité ?

Sa voix était douce et tendre. Presque cajolante. Mais elle ne se laissa pas avoir. C’était un Mercenaire, non, un Mentaï. Il userait de toutes les ruses possibles pour l’amadouer. Et bien, qu’il essaye. Elle tiendrait. Il soupira et se releva.

-Je sais que vous avez déjà été torturée, et vous savez ce que l'ont ressent dans ces moments-là. Je me contenterais donc de vous poser de simples questions. Sans violence ni sang. Avec civilité. Du moins tant que j’obtiens des réponses satisfaisantes, sinon je devrais changer d’angle d’attaque et vous risquez de plus le regretter que moi.

Elle continuait de le regarder sans ciller ou presque, immobile sur la chaise, hormis ses doigts qui tentaient de crocheter les menottes avec un outil sortit de sa manche par des pirouettes presque impossibles. Pendant ce temps, il s’était installé sur une chaise à l’envers, bras croisés sur le dossier. S’il savait qu’elle avait été torturée, que connaissait-il d’autre ? Ou bien tentait-il la devinette pour voir où elle tiquerait ?

-Alors, on va commencer avec des questions simples. Où se trouve avec précision votre Quartier Général et quels sont vos quartiers de prédilection dans la ville d’Al-Jeit ?

C’était ça ses questions ? Et il pensait vraiment qu’elle allait répondre ? Elle continuait à crocheter les menottes le plus doucement et silencieusement possible, mais c’était ardu. Quelle serrure était-ce donc ?

-Je suis désolée, vraiment, mais je n’ai pas le droit de vous communiquer ce genre de renseignements. Aussi, je vous prierais de bien vouloir me libérer. Puisque, comme vous l’avez dit, nous sommes ici entre gens civilisés.

Elle pencha un peu la tête avec un léger sourire narquois. Elle ne s’était ni présentée ni n’avait répondu à ses questions. Et il pouvait espérer encore longtemps…

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mar 19 Juil 2016 - 18:59


L'heure des questions
Caym se retint de sourire en entendant le délicat bruit d’une serrure qu’on essaye de crocheter. Il frôla les Spires afin de s’assurer que son dessin empêchait toujours le mécanisme de fonctionner et observa avec attention le visage de la marchombre. Ce dernier était délicat mais marqué par les épreuves. On y voyait quelques rides, bien qu’elle ne soit pas âgée, qui témoignaient d’une vie remplie difficile, comme l’attestaient les quelques très discrètes cicatrices qui n’échappèrent pas à l’œil attentif du Mercenaire. Sa peau halée et ses yeux noirs lui donnaient un charme sauvage, renforcé par les mèches folles qui s’échappaient de sa tresse.
Elle aurait pu être séduisante si elle ne dégageait pas cette écœurante impression d’harmonie, elle empestait le marchombre, par tous les pores. Sa réponse ne tarda pas, et comme tous ceux de son espèce elle préféra faire la fière plutôt que de négocier sa liberté.

-Je suis désolée, vraiment, mais je n’ai pas le droit de vous communiquer ce genre de renseignements. Aussi, je vous prierais de bien vouloir me libérer. Puisque, comme vous l’avez dit, nous sommes ici entre gens civilisés.


Mauvaise réponse.
Caym secoua la tête, un sourire énigmatique sur les lèvres.

-Je crains que vous n’ayez pas écouté avec attention mes propos, il n’est pas question que je vous relâche avant d’avoir obtenu les réponses que je désirais. Si vous refusez de coopérer, eh bien, ça risque d’être nettement moins agréable pour vous.


Se levant prestement de sa chaise, il la souleva de manière à l’installer dans l’angle mort de sa prisonnière. Assis à cet endroit, la marchombre ne pourrait voir le mercenaire sans tourner la tête, mais elle l’entendrait et sentirait sa présence. Les pires tortures sont parfois les plus lentes et insidieuses. La douleur se combat, mais le temps, lui, rend fou.
Le mercenaire saisit délicatement le visage de la marchombre entre ses mains, dans un geste qui aurait pu être paternel. Il avança son visage jusqu’à ce que leurs souffles se caressent.

-Il semblerait que ce soit mon jour de bonté, je vais vous laisser quelques instants supplémentaires pour réfléchir à votre réponse concernant ma proposition, en sachant que vous ne pourrez plus jamais revenir dessus. Et en attendant que vous me donniez votre véritable nom, je vous nommerais Féli.


Il plongea ses yeux clairs dans ceux, sombres comme les ténèbres, de la marchombre avant de s’éloigner. Elle serait capable de lui assener un terrible coup de boule, et il n’avait pas besoin de ça, les gens se poseraient des questions. Il tourna donc autour de sa prisonnière et se plaça dans son dos. Lentement, il dénoua la tresse de la jeune femme et, laissant ses doigts froids traîner sur la peau brûlante de sa victime, il prit un malin plaisir à caresser cette peau douce. Il sentait les veines palpiter sous ses doigts. Elle était totalement à sa merci.
Il s’amusa donc quelques temps, à parcourir la nuque, la gorge ainsi que les épaules en relevant petit à petit l’imposante chevelure de la femme. Il s’attardait régulièrement sur la carotide saillante qui le tentait tant, mais résistait à la tentation.
Approchant finalement sa bouche de l’oreille de Féli, il laissa son souffle caresser la peau frissonnante de la demoiselle.

-Alors, votre décision dame Féli ? La torture ou une discussion en tout bien tout honneur ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mar 19 Juil 2016 - 20:51

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


-Je crains que vous n’ayez pas écouté avec attention mes propos, il n’est pas question que je vous relâche avant d’avoir obtenu les réponses que je désirais. Si vous refusez de coopérer, eh bien, ça risque d’être nettement moins agréable pour vous.

Sur ses mots, il se releva et emporta la chaise de côté. Killian ne pouvait pas la voir, à moins de tourner la tête, ce qu’elle ne voulait pas faire. Cela signifierait qu’elle avait peur. Elle ignorait ce qu’il comptait faire avec elle, mais elle supporterait. Elle le devait. Mais au fond, elle craignait craquer à un moment où à un autre.

Quand il revint dans son champ de vision, ce fut pour prendre son visage entre ses doigts et se rapprocher. Elle pouvait voir chaque détail de son visage, ses yeux, ses lèvres, son sourire narquois… son souffle chaud.

-Il semblerait que ce soit mon jour de bonté, je vais vous laisser quelques instants supplémentaires pour réfléchir à votre réponse concernant ma proposition, en sachant que vous ne pourrez plus jamais revenir dessus. Et en attendant que vous me donniez votre véritable nom, je vous nommerais Féli.

Féli ? Quel nom pourri ! Digne d’un Mercenaire, franchement. Enfin… Elle observa son regard si clair par rapport au sien, jusqu’à ce qu’il s’éloigne. Et elle tentait toujours et encore de crocheter les menottes, en vain. Elle devait abandonner et garder ses forces, parce que si les menottes étaient un Dessin du Mentaï, jamais elle n’y arriverait. Elle rangea donc son outil, prêt à servir si jamais.

Il se glissa dans son dos, et elle plissa les yeux, tendue et aux aguets. Les doigts froids de l’homme dénouèrent sa tresse, la faisant tressaillir. Il la caressait, touchait sa nuque et sa gorge, et elle contrôlait tant bien que mal sa respiration pour ne pas se trahir. La chaire de poule accompagnait ses caresses lentes et langoureuses. Elle ferma les yeux pour se détacher des sensations. Surtout qu’il se rapprocha et que son souffle caressa son oreille en même temps que ses mots :

-Alors, votre décision dame Féli ? La torture ou une discussion en tout bien tout honneur ?

Il espérait beaucoup, vraiment… C’était peut-être niais, mais elle préférait mourir que de parler. De toute façon, elle n’avait plus grand-chose dans la vie, à part la vie elle-même. Rassérénée par cette pensée, Killian rouvrit les yeux, emplie d’une nouvelle confiance. En elle, en l’Harmonie, en la Voie. Elle tiendrait sous n’importe qu’elle torture.

-Je crois que je prendrais la torture, Cali.

Pas la peine de rajouter monsieur ou maître, il ne le méritait pas du tout.

-Voyez-vous, vous autres Mercenaires vous vous trahissez les uns les autres. Nous, nous préférons mourir que de vous satisfaire.

Et elle parlait d’expérience. Combien de Mercenaires étaient passés aux aveux sous ses yeux, sans même avoir eu besoin de trop les torturer ou malmener ? Ils étaient si fragiles…

Elle inspira un grand coup, prête à la suite du programme.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mer 20 Juil 2016 - 13:36


Une mauvaise décision
Le mercenaire garda le silence tandis que sa victime fermait les yeux. Cependant lorsqu’elle les rouvrit, il y vit une nouvelle flamme, celle de la détermination.

-Je crois que je prendrais la torture, Cali.


Le mercenaire soupira, rapidement Féli reprit la parole.

-Voyez-vous, vous autres Mercenaires vous vous trahissez les uns les autres. Nous, nous préférons mourir que de vous satisfaire.

Cette fois-ci un ricanement s’échappa de ses lèvres tandis que le mercenaire tiquait. S’il prenait tout avec humour et un certain désinvolte, il était évident que ce genre de remarque n’était pas de celles qui lui plaisaient. Mais il était en position de force, il lui ferait regretter ces paroles, peu importe le temps qu’il mettrait à le faire.

-Je comprends maintenant pourquoi votre espèce est en voie d’extinction.


Armé d’un éternel sourire en coin, le mercenaire passa devant la marchombre et l’observa. Elle avait chassé toute peur et repris contrôle d’elle-même. Le mercenaire avait réussi à percer sa carapace, il l’avait senti. Il avait humé la peur de la marchombre. Elle la cachait profondément, mais elle était là. Il allait devoir réfléchir  son plan, sur le long terme. Trouver les points faibles de cette femme, et surtout, lui ôter tout espoir, lui faire comprendre que résister ne servirait à rien, que ce qu’il pourrait lui faire nuirait à son entourage. S’il ignorait tout de la vie de cette femme, il savait néanmoins par où commencer. Les marchombres.
Leur réputation avait gagné lorsque celle des mercenaires avait chuté, mais elle restait fragile. La différence entre marchombre et voleurs reste fine pour beaucoup.

-Sache que je suis heureux d’entendre dire d’une marchombre aussi… bien informée, que vous pratiquez également la torture. Dire que certains vous prenaient pour des anges innocents et bienveillants…
Caym laissa échapper un petit rire, ses yeux pétillaient, mais ils n’étaient pas bienveillants. Je pense que tout le continent sera ra-vi de connaitre vos petits passe-temps. Torture, meurtre, vol… Non, il n’y a pas à dire, vous êtes vraiment mieux que nous autres, mercenaires du Chaos.

Sur ces mots, le mercenaire retourna dans le dos de la jeune femme. Il attendit quelques instants, silencieux, puis effectua un pas sur le côté. Il avait suffisamment tardé, il était temps de retourner travailler. Dans tous les cas sa prisonnière ne s’échapperait pas et pour s’en assurer il avait dessiné une paroi parfaitement lisse qui enveloppa toute la pièce, du plancher au plafond. La marchombre était comme dans un écrin, et seul un puissant Dessin lui permettrait de s’échapper.



De retour à Al-Jeit, le mercenaire se dirigea vers la maison qui l’employait. Il avait trouvé un poste de dessinateur dans une maison-des-folies. Les propriétaires étaient des bourgeois qui cherchaient à se faire remarquer et à pousser le Dessin dans des directions encore inexplorées. C’était intéressant, Caym pratiquait son art à un haut niveau, ce qu’il n’avait pas fait depuis qu’il avait quitté l’Académie, mais personnellement ça ne lui rapportait rien. Aucune de ces inventions ne pourrait se détourner de sa fonction principale et devenir un précieux outil pour le Chaos.
Enfin, ce n’était pas le but. Il travaillait sous couverture. Se créait des amitiés toutes aussi véridiques que sa peur tétanique à la vue du sang, et re-découvrait la ville. Al-Jeit était une ville immense et avec de nombreuses surprises. Mais il ne connaissait pas encore assez bien le terrain pour y effectuer des missions importantes.

Il était bien connu que les marchombres se terraient dans les sous-sols de la ville, tels des rats. Mais les sous-sols étaient pires que des labyrinthes, aucun mercenaire qui y était descendu en exploration n’en était revenu. Perdu ou tombé sur le quartier général des marchombres, ils ne sauraient probablement jamais ce qui leur était arrivé. Le seul moyen de débusquer ces rats serait d’y faire une descente massive, accompagné d’envoleurs. Mais ils étaient au cœur même de la ville, ils ne passeraient pas inaperçus.

La soirée passa rapidement, Caym travailla quelques heures, puis partit prendre un peu de repos. La nuit lui porterait conseil.
Le lendemain matin, le mercenaire prit son petit-déjeuner sous le bras et effectua un pas sur le côté. Il trouva la marchombre avec un certain plaisir puis, faisant suffisamment de bruit pour s’assurer qu’elle était bien réveillée, il commença à manger. L’odeur de son repas ne tarda pas à emplir toute la pièce. Amusé par cette torture de son invention, le mercenaire déjeuna tranquillement, imaginant le ventre de sa prisonnière crier de faim.
Lorsqu’il eut fini, il prit la parole, d’une voix moqueuse.

-Bien dormi ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mer 20 Juil 2016 - 14:55

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Le petit instant de silence prouva à Killian qu’elle avait fait mouche. Elle venait de blesser le Mercenaire dans son égo, en lui faisant bien comprendre que tous ceux qui servaient le Chaos n’étaient que des lâches et des lavettes.

-Je comprends maintenant pourquoi votre espèce est en voie d’extinction.

Elle soupira en silence, ne répondant pas à cette petite boutade. Qu’il cherche des excuses, cela ne changeait rien à la vérité…
Cali apparut à nouveau devant elle, l’observant. Elle, elle le regardait sans ciller. Elle n’avait plus spécialement peur. La seule chose qu’elle avait à perdre, c’était sa propre vie. Elle n’avait plus de famille proche, ses parents étaient loin et ses amis aussi. Elle craignait juste de révéler sans le vouloir des informations vitales, malgré sa détermination.

-Sache que je suis heureux d’entendre dire d’une marchombre aussi… bien informée, que vous pratiquez également la torture. Dire que certains vous prenaient pour des anges innocents et bienveillants… Je pense que tout le continent sera ra-vi de connaitre vos petits passe-temps. Torture, meurtre, vol… Non, il n’y a pas à dire, vous êtes vraiment mieux que nous autres, mercenaires du Chaos.

Et il disparut de son champ de vision. Elle voulait lui répondre, mais le temps de former sa réplique, il était parti. Son odorat ne percevait plus l’aura de l’homme. Elle était seule, entourée d’un mur, d’un sol et d’un plafond parfaitement lisses, œuvre du Mentaï. Super.

Elle tenta de se débattre tout de même, mais en vain. Elle crocheta la serrure mais toujours en vain. Au bout d’une heure d’essais infructueux, elle s’immobilisa, cacha ses petites armes et prit son mal en patience. Elle ignorait ce qu’il était allé faire. Peut-être n’avait-ce aucun rapport avec elle.

En plus, elle ne pouvait pas savoir si on était le jour où la nuit. Son ventre se mit à hurler famine, et elle le laissa faire. Tant qu’elle était seule, elle s’en fichait qu’il soit audible.
Tandis que les heures passaient, ses crampes dans les bras et les jambes s’accentuaient, à force de rester dans cette position. Elle réfléchissait à toute vitesse, cherchant un moyen de s’échapper. Elle n’en trouvait aucun. Elle était réellement à sa merci… crotte !

Killian dut finalement s’assoupir, car elle se réveilla en sursaut quand son ouïe et son odorat captèrent l’arrivée de Cali. Il était assis et mangeait avec force bruits et gémissements de plaisir que son ventre n’appréciait guère. Cette fois elle se contrôla tant bien que mal pour qu’on n’entende pas les rugissements de son estomac vide. Elle grimaça légèrement, la nuque raide.

-Bien dormi ?

Il venait de terminer et elle sourit.

-Aussi bien que possible en effet, merci de votre sollicitude.

Donc une nuit était passée. C’était le deuxième jour où elle était là.

-Avant que vous ne commenciez votre blabla ennuyant, je tenais à vous répondre. Les Marchombres torturent oui, mais très rarement, et ce ne sont que des Mercenaires, pas des innocents. En plus, contrairement à vous, nous n’y prenons aucun plaisir.

Elle aurait pu rajouter d’autres mots bien choisis, mais elle préféra ne pas pousser le bouchon trop loin. Elle bougea un peu, essayant d’enlever les crampes dans ses bras.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Ven 22 Juil 2016 - 22:59


De précieuses informations
-Aussi bien que possible en effet, merci de votre sollicitude. Avant que vous ne commenciez votre blabla ennuyant, je tenais à vous répondre. Les Marchombres torturent oui, mais très rarement, et ce ne sont que des Mercenaires, pas des innocents. En plus, contrairement à vous, nous n’y prenons aucun plaisir.

-Haha ! Et c’est mon blabla qui est ennuyant ?


Le mercenaire s’avança légèrement, de manière à observer le visage de la marchombre, dorénavant elle le voyait du coin de l’œil. Un sourire étirait ses lèvres tandis que ses yeux se plissaient légèrement, amusé.

-Ma pauvre chérie, c’est ce que vous vous dites pour justifier vos actes, mais il n’y a vraiment que vous qui croyez en ce mensonge.

La laissant digérer ses paroles, le mentaï se releva et retourna dans le dos de la jeune femme. Réfléchissant rapidement, il hésita à commencer son travail de torture dans l'immédiat, mais sentit qu'il risquerait de fragiliser sa couverture. Après tout, rien ne pressait, il pourrait repasser en fin de journée.

-J’ai à faire, mais ne t’inquiète pas, je reviendrais plus tard. Je compte sur toi pour ne pas bouger.


Il laissa échapper un petit rire qui se répercuta sur les murs de la pièce, lui donnant un écho presque maléfique. Il hésita un instant puis effectua son pas sur le côté.

Caym mit à profit sa journée de travail pour se renseigner sur sa prisonnière. Le bon côté avec les marchombres c’est qu’ils se fournissent souvent aux mêmes endroits, ou participent à des caravanes de manière régulière. Autrement-dit, il est possible d’apprendre beaucoup de choses sur un marchombre, rien qu’en se renseignant aux bons endroits.
Et Al-Jeit regorge de ces « bons endroits ».

Caym s’éclipsa à l’heure du déjeuner pour aller mener sa petite enquête auprès des principaux maîtres caravaniers et autres responsables d’escortes. Son talent de Dessinateur lui permit de graver sur une plaquette une réplique du visage de la marchombre. Si de nombreux hommes le regardaient de travers lorsqu’il posait ses questions, ils finissaient toujours par être embobinés par le mentaï, qui obtenait ses réponses. Ce n’est qu’une heure plus tard qu’un homme reconnu enfin la demoiselle. Killian Delkaïron. Plutôt jolie mais très distante, comme tous les marchombres en fait. Elle faisait du bon travail, mais ne se liait jamais vraiment d’amitié avec qui que ce soit.
Le mercenaire sourit, fier de sa trouvaille. Il connaissait son nom. C’était un beau début, il demanderait à certains de ses hommes d’écumer encore la ville à la recherche d’informations. Il voulait tout connaitre de ses petites habitudes et de ses travers malsains. Comme tout marchombre elle cachait de sombres secrets et le Mentaï voulait les dévoiler à la face du monde. Plus il saurait de choses sur elle, plus il pourrait lui mettre la pression et la faire craquer.
Les prochains lieux de recherche seraient les auberges avec écuries de qualité (car elle possédait son propre cheval et il était connu que les marchombres prenaient grand soin de leurs montures), les vendeurs d’armes de bonne qualité, ainsi les environs des principales entrées aux tous-terrains de la ville.

La fin de la journée passa rapidement, le mercenaire se sentait soulagé et avait hâte de retrouver sa prisonnière. Il prit une nouvelle fois son repas sous le bras et effectua un discret pas sur le côté en direction de sa nouvelle tanière.
Caym effectua le même manège qu’en début de journée. Il s’assit dans l’angle mort de la demoiselle et commença à déguster son repas. Il avait pris soin de prendre un plat chaud de manière à dégager un fumet odorant qui mettrait la jeune femme au supplice. Ce n’était qu’un avant-gout de ce qui l’attendait. Amusé de son jeu de mot le mercenaire sourit, et se prépara à la suite des évènements.
Peut-être la prochaine fois la laisserait-t-il se lever de sa chaise. Après-tout, elle resterait enfermée mais au moins elle pourrait… effectuer ses besoins, détendre ses muscles et… survivre. Le mercenaire était curieux de savoir jusqu’à quel point serait-elle prête à aller pour ne pas mourir de faim, et pire encore de déshydratation. Mais ça mettrait sa patience à dure épreuve et il avait hâte de rentrer dans le vif du sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Sam 23 Juil 2016 - 9:38

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Cali s’amusait avec elle, mais Killian ne répondait pas à son sarcasme. Elle restait droite, le regard fixé sur le mur face à elle.

-Ma pauvre chérie, c’est ce que vous vous dites pour justifier vos actes, mais il n’y a vraiment que vous qui croyez en ce mensonge.

Il retourna dans son dos, et elle avait tous les sens en alerte, sauf les yeux, pour deviner ce qu’il faisait. Pour l’heure, rien. Justifier leurs actes ? Non… c’était la vérité, ils ne faisaient mal que pour défendre leur peau ou celle des autres.

-J’ai à faire, mais ne t’inquiète pas, je reviendrais plus tard. Je compte sur toi pour ne pas bouger.

Il rit, et s’en alla, son rire s’achevant contre les murs. Restée encore une fois seule, Killian baissa la tête, laissant un peu retomber sa vigilance. Ses bras lui faisaient mal à force d’être attachés dans son dos, son ventre hurlait de plus en plus sa faim, et sa gorge réclamait à boire. Elle devait trouver une solution et vite, mais elle avait peine à réfléchir clairement. Était-ce ce que cherchait le Mentaï ? L’affaiblir ainsi pour mieux la faire parler ? Elle devait rester sur ses gardes quand il était là et réfléchir avant de répondre. C’était certes plus facile à dire qu’à faire mais Killian pouvait y arriver. La torture, ce n’était pas la première fois qu’elle y était confrontée. Cette fois-ci c’était juste plus psychologique que physique, preuve que les Mercenaires aussi peuvent avoir un cerveau. Elle aurait préféré qu’il la batte, à la limite.

Le temps passait, long et monotone. Le silence était quasi-complet, si ce n’est un très, très fin bruit d’eau à l’extérieur. Killian oscilla entre sommeil et éveil, récupérant des forces, détendant ses bras au possible pour tenter de calmer ses crampes, et gigotant sur la chaise dans l’espoir de se détacher d’une quelconque façon. Peut-être qu’en détachant ses chevilles elle pourrait se lever et tenter de fuir. Si l’homme revenait, elle lui donnerait un coup de chaise qui l’assommerait, et logiquement ses Dessins s’en iraient, et elle serait libre. C’était bien beau tout ça… parce qu’elle ne parvenait pas à libérer ses jambes.

Quand il revint, elle se remit sur ses gardes, et son nez capta bien vite cette succulente odeur de viande et de légumes. Il allait à nouveau manger sous son nez ! Elle ne le voyait pas, mais l’entendait. Il s’était de nouveau assis dans son angle mort et mangeait, le doux fumet de son plat venant titiller ses narines et réveillant les cris de son estomac.

Il jouait avec elle, le salaud ! Et son ventre qui la trahissait ! Elle soupira en silence, cherchant une phrase qui ne sonnerait pas comme une supplique.

-Serait-il possible de manger et boire ici ? Je dois dire que l’accueil est vraiment à désirer. Ce n’est certainement pas en m’assoiffant ou m’affamant que vous réussirez à me faire parler. A part me tuer, ça ne servira à rien.

Elle l’avait dit en continuant à regarder le mur, stoïque. Elle tiendrait. Elle avait tenu le coup à pire que ça. Elle y arriverait.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Sam 23 Juil 2016 - 19:33


L'heure des questions
Ce fut avec un grand plaisir que le mentaï entendit le ventre de sa prisonnière gargouiller de faim. Cependant il fut surpris lorsqu’elle prit la parole.

-Serait-il possible de manger et boire ici ? Je dois dire que l’accueil est vraiment à désirer. Ce n’est certainement pas en m’assoiffant ou m’affamant que vous réussirez à me faire parler. A part me tuer, ça ne servira à rien.


Caym suspendit son geste, laissant sa cuillère à mi-chemin entre sa bouche et son bol. Elle quémandait ? Il rit un bref instant, amusé par la situation et la tournure de phrase de la marchombre. Il avait imaginer cette situation et de nombreuses variantes, mais jamais il n'avait pensé que cette femme l'apostropherait ainsi.

-Eh bien, vous vous trompez au moins sur un point, cet accueil comme vous dites réussit à vous faire parler. Ce n’est certes pas ce que j’attendais de vous, mais c’est un début.


Réfléchissant rapidement, le mercenaire prit sa décision. Il bougea sa chaise de manière à pouvoir dévisager pleinement la marchombre. Il pouvait voir l’expression sur son visage ainsi que ses traits tirés. Elle pourrait se restaurer, mais uniquement si elle le contentait. Il ne faisait pas dans le caritatif ni dans l’hébergement, alors elle devrait payer avant de recevoir la moindre preuve de "compassion". Et si elle était trop fière pour accepter de vendre ses confrères, elle mourrait. De toutes les façons son espérance de vie avait brusquement chuté lorsque ses pas avaient croisés ceux du mentaï.

-Eh bien, bonne nouvelle pour vous, je peux rendre votre séjour ici plus agréable, mais vous devez me donner des informations en contrepartie. Commencez-donc par répondre à mes questions. Commençons par vos zones de prédilections à Al-Jeit, en échange de ce potage. Ne me mentez pas, Killian.


Il fit mouche.
Ses yeux froids observaient avec une grande attention la jeune femme et sa réaction n'échappa pas à son regard scruteur. Une bouffée de suffisance l’emplit et un sourire apparut sur ses lèvres. Il porta sa cuillère à sa bouche et englouti un morceau de siffleur. Ce bouillon était réussi, il était presque plus solide que liquide, on y trouvait de nombreux petits bouts de légumes ainsi que des morceaux de siffleur.
Et si sa prisonnière ne se dépêchait pas de répondre à sa question, il engloutirait tout et tant pis pour elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Sam 23 Juil 2016 - 19:45

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


-Eh bien, vous vous trompez au moins sur un point, cet accueil comme vous dites réussit à vous faire parler. Ce n’est certes pas ce que j’attendais de vous, mais c’est un début.

Cela réussissait ? Mais elle ne disait rien de spécial. C’était… étrange. Ce faisait-elle avoir malgré tout ? Oh mon dieu que c’était dur d’aligner ses pensées !
Cali réapparut devant elle, la fixant sans se priver et savourant sa soupe tranquillement sous son nez, faisant hurler son estomac. Bordel ! Elle crispa les mâchoires.

-Eh bien, bonne nouvelle pour vous, je peux rendre votre séjour ici plus agréable, mais vous devez me donner des informations en contrepartie. Commencez-donc par répondre à mes questions. Commençons par vos zones de prédilections à Al-Jeit, en échange de ce potage. Ne me mentez pas, Killian.

Le fait qu’il la nomme par son prénom lui coupa le souffle et elle inspira brusquement, écarquillant les yeux. Comment le connaissait-il ? Et que savait-il d’autre ? Bon sang il était vicieux ! Et il continuait de manger tranquillement ! Le fumet qui s’élevait la faisait presque baver.

Elle réfléchit rapidement à ce qu’elle pourrait lui dire. Les zones de prédilections. Il n’y en avait pas. Ils étaient partout et tout le temps. Du moins ils essayaient.

-Je ne peux pas dire ça, mais je peux vous dire que nous serons là où vous serez et que nous vous arrêterons dans vos sombres projets.

Elle le regarda sans ciller, ignorant les appels à l’aide de son estomac. Ce potage l’attirait. Elle voulait manger ! Mais supplier n’était pas son genre. Seulement sa réponse n’allait sans doute pas satisfaire Cali et il allait lui refuser le potage. Il allait la laisser crever de faim. Mais au moins il n’aurait pas ses informations. C’était toujours ça de prit.

-Mauvaise réponse.

Elle le savait. Il poursuivit son repas, sans se soucier de son ventre qui hurlait à tout va. Punaise il allait se taire ! Killian sentait qu'il était content de l'entendre réclamer à manger.

-Vous pouvez retenter le coup, ce qui m'importe c'est d'obtenir des informations, et vous c'est de manger. On peut se satisfaire mutuellement, vous n'avez qu'à faire le premier pas. Et rapidement si vous désirez manger ce soir.

Retenter ? Mais elle n'avait pas plus à dire... Elle pesa le pour et le contre, réfléchissant intensément. Si elle ne mangeait pas ce soir, elle devrait s'attendre à une nuit et une troisième journée le ventre vide. A ce rythme elle mourrait vite. Mais si elle mangeait un peu de cette soupe, elle pourrait à nouveau tenir. Son corps s'adaptait à la quantité et même si c'était peu, il l'accepterait.

-Al'Jeit est notre zone de prédilection. Il n'y en a pas de spécifique.

Dit-elle juste. C'était un semi-mensonge mais ce n'était pas grave. Car, en effet les Marchombres se répartissaient la ville, et les zones changeaient continuellement. Cela dépendait de bon nombre de facteurs, étant donné que les Marchombres n'étaient pas des soldats comme la Légion Noire. Ils n'obéissaient qu'à eux-mêmes...

FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Sam 23 Juil 2016 - 23:20


Une étrange destination
La marchombre réfléchit, pesant le pour et le contre, pour finalement opter pour le refus de coopérer. Encore.

-Je ne peux pas dire ça, mais je peux vous dire que nous serons là où vous serez et que nous vous arrêterons dans vos sombres projets.

-Mauvaise réponse.


Caym secoua la tête, navré. Cette petite n’avait pas compris qu’elle seule mettrait fin à sa torture. Après tout, il n’en demandait pas trop. Juste de savoir dans quels quartiers risquait-il de rencontrer le plus de marchombres, histoire d’éviter de s’y promener trop régulièrement.
Il continuait de fixer sa prisonnière du regard, tandis que sa cuillère continuait à aller de son bol à sa bouche. Le mercenaire savourait ouvertement son dîner et soupirait de plaisir tandis que le ventre de la marchombre grognait de mécontentement. Sentant qu’elle ne tarderait pas à céder à la tentation il renouvela son offre.

-Vous pouvez retenter le coup, ce qui m'importe c'est d'obtenir des informations, et vous c'est de manger. On peut se satisfaire mutuellement, vous n'avez qu'à faire le premier pas. Et rapidement si vous désirez manger ce soir.


De nouveau cette concentration peinte sur le visage, le mercenaire observa la marchombre. Elle semblait plus crispée, véritablement en proie à un dilemme existentiel. Mais si elle prenait le temps d’y réfléchir, ça voulait dire qu’elle pouvait encore changer d’avis.
Et c’est ce qu’elle fit.

-Al'Jeit est notre zone de prédilection. Il n'y en a pas de spécifique.


Haussant un sourcil, surpris, le mercenaire savoura cette petite victoire. Ce n’était pas ce qu’il attendait, il s’agissait d’une information qu’il possédait déjà, mais elle avait abdiqué. Un petit peu.
Il devait remplir sa part du contrat. Le mentaï remplit la cuillère avec uniquement du bouillon et l’approcha doucement de la mouche de la marchombre. Il la nourrissait, imposant sa supériorité. C’était lui qui décidait de tout, il contrôlait la situation, la fille dépendait de lui. Et uniquement de lui.
Il versa lentement le contenu de la cuillère dans la bouche de sa prisonnière, la laissant déguster cette première bouchée. Puis il se servit et, d’un coup de cuillère, mangea quelques morceaux de pomme de terre. Chacun son tour.
Il remplit de nouveau la cuillère et l’approcha une nouvelle fois des lèvres seiche de Killian. Il reprit néanmoins la parole.

-Et disons que mes amis et moi-même souhaitons éviter de croiser trop de vos compagnons. Quels quartiers devrions-nous éviter de manière générale ?


L’attention du mercenaire se focalisa sur sa prisonnière, observant sa réaction. Mentirait-elle ? Tandis qu’elle lui répondait, il enregistra tous les détails. Ses battements de cils, sa respiration, les battements de son cœur, la tension qu’elle dégageait.. Tout. Il ne tarderait pas à mettre à l’épreuve les réponses de la demoiselle. Il l’écouta avec attention et ne dit plus un mot, se contentant de la nourrir. Il prit quelques bouchées supplémentaires, mais accorda un peu de viande et de légumes à la jeune femme. Elle devait manger pour rester en vie.
Lorsque le bol fut vide, le mercenaire sourit et reprit la parole.

-Eh bien, une bonne chose de faite. Tu vois qu’on peut discuter, il suffit d’y mettre un peu de bonne volonté.
Il conclut sa phrase d’un sourire malicieux, puis se leva. Il est temps pour moi de me retirer.

Alors qu’il allait partir, il fit mine de se souvenir de quelque chose. Il pivota dans la direction de la marchombre et reprit la parole.

-Je crains que tes amis marchombres n’aient pas envie de te retrouver vivante, j’ai fait courir des bruits à propos de ta capture et personne ne s’est manifesté… Mais gardons espoir, les marchombres ont toujours été lents à la détente, surtout lorsqu’il faut prendre d’importantes décisions. Je vous souhaite qu’ils se dépêchent, ma patience a des limites.

Il plongea son regard froid dans les yeux sombres de la marchombre, épiant sa réaction, puis effectua son pas sur le côté.

De retour dans la maison qui l’employait, il effectua son tour de la soirée, Dessina quelques babioles sans importance, puis se retira dans sa chambre. Il contacta par la pensée quelques un de ses hommes afin que ceux-ci enquêtent, de manière à en apprendre plus sur leur prisonnière, en attendant il devait reprendre des forces, car demain il passerait à vitesse supérieure. La torture psychologique c’est efficace, mais combiné à de la torture physique, c’est nettement plus efficace. Et surtout, ça laisse des traces.
Il envoya ensuite quelques chuchoteurs à certains de ses agents infiltrés. Les chuchoteurs étaient assez rares et prouvaient d’une certaine aisance. Ça collait parfaitement à leurs personnages, et leur permettait de prouver qu’ils avaient d’importantes relations. Le message était simple. Vérifier les théories de la marchombre quant aux endroits fréquentés par les ses comparses. C’était léger, mais ça pourrait leur permettre de repérer quelques endroits en ville qu’ils feraient bien d’éviter lorsqu’ils étaient en mission ou repérage.
Les hommes de Cali devaient se rendre sur place, sous couverture et laisser traîner leurs yeux de manière très discrète. Seuls ses meilleurs infiltrés avaient reçu la missive, si les indications étaient exactes, ils ne devaient pas se faire repérer par les marchombres. Observer sans être remarqué, caché au milieu de la foule. C’était dangereux, mis le jeu en valait la chandelle.


La nuit passa. Le mercenaire se leva tôt le lendemain et partit sur le marché, le lieu avait été évoqué par la marchombre, les toits plats étaient idéaux et leurs permettaient de s’y déplacer avec une grande facilité. Tout le quartier se dédiait au commerce et les greniers étaient réservés au stockage, donc leurs toitures étaient hautes, avec une faible pente pour éviter de trop perdre d’espace.
Caym acheta un petit déjeuner et demanda à ce qu’on le lui prépare à emporter. Un lait frais, quelques morceaux de pain et un peu d’accompagnement. C’était froid, mais il savait que le lait désaltérerait à la perfection sa prisonnière, c’était la clef de sa négociation. Pendant sa course, il avait laissé traîner ses yeux, et aperçu en effet, quelques silhouettes furtives.

Arrivé dans sa cachette, le mercenaire s’attabla en face de sa prisonnière et commença son déjeuner. Attendant de voir si la marchombre allait discuter de son plein gré ou s’il devait une nouvelle fois lui forcer la main.
Il lui signala qu’il avait pensé à elle en apportant son déjeuner, mais ne lui proposa rien à manger, pas plus qu’il ne fit le moindre signe en sa direction. Peut-être était-il temps qu’elle prenne les devants. Et si elle ne le faisait pas, il lui poserait de nouvelles questions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Dim 24 Juil 2016 - 9:48

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Oui ! Cali lui donna une cuillère de soupe à manger, et tandis que le liquide franchissait ses lèvres sèches pour descendre dans sa gorge, ses papilles dansaient de joie. C’était un festin pour elle, et elle aurait pu se jeter sur le bol si elle n’avait pas été ligotée. Malgré les années d’entraînement, tout ce qu’elle avait vécu et les mises en garde, Killian craignait de trahir tous ses principes et de redevenir une recrue débutante qui ne résistait pas à la torture.
Cali mangea à son tour, puis lui en redonna. C’était dégradant qu’il lui donne à manger comme à un bébé, mais au moins il lui donnait à manger.

-Et disons que mes amis et moi-même souhaitons éviter de croiser trop de vos compagnons. Quels quartiers devrions-nous éviter de manière générale ?

Elle inspira et cligna des yeux, réfléchissant. Que dire ? Elle répondit finalement qu’ils feraient mieux de quitter la ville car tous les quartiers étaient à éviter, mais plus généralement ceux du marché ou du palais. Elle savait que ses compagnons les privilégiaient, surtout quand il n’y avait pas beaucoup des leurs en ville. Elle se sentit affreusement coupable, ayant l’impression de les trahir. Mais elle reçut encore du potage avec des légumes, ce qui la combla de joie.

-Eh bien, une bonne chose de faite. Tu vois qu’on peut discuter, il suffit d’y mettre un peu de bonne volonté. Il est temps pour moi de me retirer.

Elle crispa les mâchoires. Elle n’avait pas assez dit pour nuire aux siens, n’est-ce pas ? Elle l’espérait… bon sang. Elle l’entendit pivoter, puis il se stoppa. Elle l’observa. Que voulait-il encore ?

-Je crains que tes amis marchombres n’aient pas envie de te retrouver vivante, j’ai fait courir des bruits à propos de ta capture et personne ne s’est manifesté… Mais gardons espoir, les marchombres ont toujours été lents à la détente, surtout lorsqu’il faut prendre d’importantes décisions. Je vous souhaite qu’ils se dépêchent, ma patience a des limites.

Elle ne cilla pas, ne voulant pas lui faire plaisir, et le laissa s’en aller. Sayanel allait surement lancer des recherches pour la retrouver. Si c’était vrai que Cali avait dit partout qu’elle était entre leurs mains. Il pouvait mentir, auquel cas il était normal que les Marchombres ne se manifestent pas. Elle était membre du Conseil, appréciée des siens. Jamais ils ne la laisseraient crever entre les mains d’un stupide Mentaï ! Elle leur faisait confiance pour ça !

Rassurée par ces pensées, Killian trouva une position pour sa tête, et ferma les yeux, souhaitant prendre du repos. C’est l’arrivée du Mentaï qui la tira du royaume des songes, et elle redressa la tête, le cou ankylosé, tandis qu’il s’installait pour manger le petit-déjeuner. C’était le troisième jour qu’elle était là. Ses bras étaient engourdis, ses jambes aussi.

Il ne dit rien, commençant à savourer son repas. Apparemment, il avait prit un repas pour elle, mais il ne la nourrit pas. Il attendait. Que devait-elle dire ? Il avait eu ses réponses.

-Puis-je manger ? J’ai répondu à vos questions hier soir. Cela devrait vous suffire. Mes amis viendront déjà me récupérer. Je n’ai pas peur à ce sujet, à moins bien sur que vous ne me mentiez et qu’en réalité ils ne soient pas au courant de ma présence entre vos sales mains, auquel cas il est normal qu’ils ne se manifestent pas.

Elle plissa les yeux.

-Et je vous conseillerais limite de ne pas signaler ma disparition… parce que s’ils vous mettent la main dessus, vous passerez un sale quart d’heure.

Elle avait presque craché ça, avec toute la haine dont elle était capable. Cet homme souffrirait un jour ou l’autre. Pour l’heure, son ventre réclamait encore et encore à manger.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Lun 25 Juil 2016 - 19:48


Un repas de vérité
Une fois n'est pas coutume, la marchombre brisa le silence, apostrophant le mercenaire, avec toute la force qu'il lui restait probablement.

-Puis-je manger ? J’ai répondu à vos questions hier soir. Cela devrait vous suffire. Mes amis viendront déjà me récupérer. Je n’ai pas peur à ce sujet, à moins bien sûr que vous ne me mentiez et qu’en réalité ils ne soient pas au courant de ma présence entre vos sales mains, auquel cas il est normal qu’ils ne se manifestent pas. Et je vous conseillerais limite de ne pas signaler ma disparition… parce que s’ils vous mettent la main dessus, vous passerez un sale quart d’heure.


Caym éclata de rire, puis laissa passer de longues secondes le temps de calmer son fou rire. Il secoua la tête et regarda sa prisonnière. Elle avait des raisonnements plutôt justes, mais y mettait beaucoup trop de sentiments, elle avait une véritable foi en ceux de sa guilde, la détruire serait un plaisir immense.

-Ma pauvre enfant… Mais c’est tout à fait ce que je recherche. Faire sortir les marchombres de leur trou à rat serait parfait ! Ce n’est pas pour rien que j’ai arpenté les ruelles du marché ce matin, en distribuant des prospectus avec ta tête dessus. Mais personne ne m’a malheureusement suivi… j’ai pourtant laissé le plus d’indice possible… mais tes amis devaient probablement faire la grasse matinée ce matin, je ne vois pas d’autre explication à leur non-manifestation.


Prenant une mine songeuse, le mentaï posa son regard sur son repas et soupira. Il était temps de passer à l’étape deux : raconte-moi ta vie, tu trahiras les tiens inconsciemment.

-Quant au repas, ma chère, hier était hier. Si tu veux manger, il te faut parler. Et ça sera comme ça à tous les repas. Mais, en gage de bonne foi, je t’autorise à me révéler des passages importants de ta vie au lieu d’information à propos de ta guilde.


Le mercenaire se retint de secouer son repas sous le nez de sa prisonnière et attendit qu’elle déballe ses secrets. Comme la veille, lorsque la réponse fut satisfaisante il la nourrit, petit à petit, prenant soin d’effleurer ses lèvres ou sa joue de temps à autre, la faisant tressauter.

Lorsqu’ils eurent fini leur repas, Caym posa dans un coin de la pièce les bols et assiettes, tandis que son esprit déverrouillait les menottes. Il resta dos à la marchombre quelques instants, feignant de ranger. Il voulait qu’elle se libère. Il voulait qu’elle se batte.
Son plan était simple, lui montrer qu’elle avait faibli, qu’elle était loin d’être la femme qu’elle était, il y a de ça deux jours. Il la ferait saigner et détruirait son ego. Il ne devait pas attendre de sa part qu'elle l'implore, il devait surtout garde à ce qu’elle ne se suicide pas, mais ça serait amusant. De la voir lutter pour sa liberté, alors que celle-ci est hors de sa portée.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Lun 25 Juil 2016 - 20:28

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Le fou rire du Mentaï la laissa coite. Qu’avait-elle dit de si drôle ? Cela en devenait vexant à la longue ! Elle inspira un grand coup, prête à riposter, quand il se remit enfin de ses émotions :

-Ma pauvre enfant… Mais c’est tout à fait ce que je recherche. Faire sortir les marchombres de leur trou à rat serait parfait ! Ce n’est pas pour rien que j’ai arpenté les ruelles du marché ce matin, en distribuant des prospectus avec ta tête dessus. Mais personne ne m’a malheureusement suivi… j’ai pourtant laissé le plus d’indice possible… mais tes amis devaient probablement faire la grasse matinée ce matin, je ne vois pas d’autre explication à leur non-manifestation.

Quoi ? Il signalait partout qu’elle était avec lui et personne ne se manifestait ? Mais… Sayanel était toujours sur le qui-vive… enfin… quelque chose clochait. Ce n’était pas le genre des siens de laisser l’un des leurs entre les griffes d’un Mentaï. Mais s’il disait vrai, c’était mieux qu’ils ne se montrent pas… une vie n’était rien par rapport à toutes celles qui pourraient y passer si les Marchombres se montraient…

-Quant au repas, ma chère, hier était hier. Si tu veux manger, il te faut parler. Et ça sera comme ça à tous les repas. Mais, en gage de bonne foi, je t’autorise à me révéler des passages importants de ta vie au lieu d’information à propos de ta guilde.

Elle crispa les mâchoires. C’était humiliant ! Parler pour gagner un peu de pitance ! Mais elle ne comprenait pas où il voulait en venir avec sa vie. En quoi cela l’intéressait-il ? Elle réfléchit donc et ne lui raconta que des choses sans danger selon elle : qu’elle venait d’Al-Chen, qu’elle avait été Frontalière et qu’elle avait déjà été dans l’Est, vers Hurindaï.

Jamais elle ne lui parlerait de Nataël, Ethan, Kerïm ou Nathan… Les trois hommes qu’elle avait aimé, morts, son fils, mort. Tout ce qu’elle touchait disparaissait. Non, ce n’était pas le moment de penser à ça. Elle était dans une situation plus critique.

En tout cas, les quelques réponses lui plurent car elle eut droit à une fourchetée du repas. Et elle en savourait chaque bouchée. Elle avait honte et l’impression d’être un chien qui attend sa récompense. C’était… dégradant.

Une fois terminé, le Mentaï s’affaira plus loin dans la pièce, lui tournant le dos. A nouveau, elle bougea les bras pour tenter de réduire ses crampes, et elle se rendit compte que le lien était plus lâche. Elle fronça les sourcils et, lentement, tira. Les menottes s’ouvrirent et elle eut juste le temps de les rattraper du bout des doigts. Le bruit l’aurait attiré ! Elle remit les bras devant elle, se retenant de gémir. Ce que ça faisait mal ! Elle se pencha pour délier ses chevilles, surveillant le Mentaï qui apparemment avait beaucoup à faire dans ce coin de la pièce. Libre, elle se leva et se retint au dossier, manquant tomber. Ses jambes lui répondaient à peine. Elle devait sortir… mais il la rattraperait vite. D’abord l’assommer, ou le tuer. Ensuite fuir.

Elle avança donc doucement vers lui, même si son corps était lourd et lent. Elle voulut le cogner, mais il se baissa, et elle, emportée par l’élan, lui tomba presque sur le dos. Puis tout s’enchaîna. Killian voulut riposter, le Mentaï lui tordit le bras et l’envoya valser plus loin. Elle se redressa rapidement, grimaçant en sentant son corps craquer, et se jeta à nouveau sur lui. Comme une débutante, tout ce qui comptait était de le frapper. La beauté du combat passait en second plan. Mais comme avant, il évita, para, et frappa. Elle atterrit sur le dos, la lèvre fendue. Essoufflée, se maudissant, elle revint vers lui après s’être relevée, et se jeta sur lui. Encore une fois, il l’évita et frappa.

Le combat sembla durer une éternité selon elle. Mais quand enfin elle abdiqua, couchée en position fœtale par terre, la lèvre et le nez en sang, des bleus à la tempe et à la joue, elle se rendit à l’évidence : elle n’était plus assez forte pour se battre.

Essoufflée, le corps endolorit, elle essaya de se relever, les bras tremblants. Elle l’entendait s’approcher, ravit. Non… non ce n’était pas possible… Elle ne pouvait pas avoir tout perdu en trois jours. Elle ravala ses larmes, passant une main sur son nez et son menton pour essuyer le sang. Elle était à sa merci.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Sam 30 Juil 2016 - 14:41


Le gout du sang
Caym sourit dans la pénombre, en entendant le gémissement qui s’échappait de la bouche de sa prisonnière. Elle avait donc réussi à se débarrasser de ses chaînes, ce qui démontrait qu’elle était une marchombre bien entraînée, nombre de ses paires n’auraient pas réussi à crocheter la serrure aussi rapidement et après quelques jours de manque.
Comme le mercenaire s’y attendait, il fut attaqué. Il l’entendit arriver, et se baissa sentant le coup venir. Il l’entendit grogner de frustration, à moins que ce soit de douleur, et il riposta. Un clef de bras et l’envoya au sol. Il était sur ses gardes, mais la marchombre ne se battait pas, elle tentait de… le frapper. Ce n’était pas un combat, mais une démonstration de force. Elle était telle une furie, et lui tel un roc. Il esquivait les attaques, acceptait de temps à autre de les encaisser lorsqu’il savait que les blessures ne seraient que superficielles, et il ripostait. À chaque attaque ratée de la marchombre, le roc se brisait. Il se mouvait rapidement et avec force. Il ne retenait pas ses coups, mais les distribuait un par un, jusqu’à ce que sa prisonnière ne se relève plus.
Elle était roulée dans une position de défense, une position fœtale. À sa merci.

Le mercenaire s’attendait à ce qu’elle se batte avec plus de… foi. À la manière des marchombres, qu’elle mérite d’être vaincue, qu’il puisse se vanter de l’avoir dominée, mais ce n’était pas le cas. Elle avait agi comme un jeune mercenaire trop fougueux et bien ignorant.
Mais il n’avait pas fait montrer de la clémence qu’il accordait parfois aux siens. Il l’avait fait souffrir, hésitant entre savourer la douleur et la rage, mêlée à de la peur, qu’il sentait et voyait en la marchombre, et entre la répugnance. Ce n’était plus une guerrière, même des marchombres auraient eu honte. Ils parlaient de rythme, de sensibilité, d’intelligence et autres idiotie, et si Caym savait que rien de tout cela ne s’était appliqué à ce combat.

S’accroupissant à côté du corps meurtri de Killian, le mercenaire la força à relever la tête. Il la sortit de sa position de défense, et entreprit de remettre ses chaînes, qui étaient attachées à la chaise –un dessin- de manière à ce qu’elle puisse dorénavant se mettre en position debout, tout en l’empêchant d’effectuer des mouvements amples.
Puis il prit le visage de la jeune femme dans ses mains. Il regardait la peau rougie par les coups, et qui ne tarderait pas à virer au violacé. Du sang s’échappait de coupures superficielles, dont une plus importante au niveau de sa lèvre inférieure.
De son pouce il caressa le menton de la jeune femme, essuyant le sang qui le maculait puis entreprit de lui passer un linge humide sur le visage. Il avait réalisé un simple dessin, un torchon avec de l’eau en premier, pour nettoyer les plaies, puis il désinfecterait. Aucune blessure n’était profonde, peut-être y avait-il quelques fêlures, mais le mercenaire ne s’attarda pas. Il ne traita que les plaies ouvertes, au niveau des côtes de la jeune femme, des épaules et bras, ainsi que du visage.
Il la prévint que ça piquerait, puis appliqua le tissu imbibé d’alcool sur la plaie. Il avait presque terminé son travail. Il souhaitait qu’elle vive, il n’avait pas fini avec elle, la mort ne viendrait pas la délivrer de suite, elle servait encore à quelque chose dans ce bas monde. Elle savait des choses, et Caym ne comptait pas les laisser lui échapper.

Lorsqu’il eut fini, il soupira. Il n’avait pas décroché un mot depuis le combat, autre que « ça risque de piquer ». Ses yeux étaient durs, ce qui contrastait avec ses mains, qui soignaient la marchombre avec une certaine douceur. C’était un homme tout en contraste, qui ne perdait jamais son but des yeux. Du moins, de ses pensées. Car ses yeux quant à eux étaient plongés dans ceux de la demoiselle, puis ils descendirent jusqu’à la lèvre fendue, d’où s’échappait encore un peu de sang. Il approcha sa bouche de celle de la marchombre, son souffle caressait dorénavant les lèvres seiches de sa prisonnière. Caym avait relevé les yeux, et fixait avec intensité ceux de Killian, tandis que sa langue, lentement, venait toucher sa peau ensanglantée. Il frissonna légèrement au contact, un goût de fer envahit sa bouche, tandis qu’il continuait son petit manège. Lorsqu’il n’y eut plus de sang à lécher, il embrassa le coin de ces lèvres abîmées, appuyant de la pointe de sa langue sur la coupure importante.
D’un point de vu technique, il ne faisait que saliver sur la blessure pour aider à la coagulation, ce que ne pouvait pas faire la jeune femme, privée de nourriture et boisson depuis deux jours, et après s’être battue pitoyablement, elle ne devait plus avoir beaucoup de salive dans la bouche. Mais d’un point de vue extérieur, il s’agissait d’un baiser tendre et légèrement gauche, l’homme l’embrassait légèrement sur le côté.
Mais il n’y avait personne d’autre que la marchombre pour observer le spectacle. En se reculant, un sourire vint fleurir sur les lèvres du mercenaire, et, sans un mot, il s’éloigna.
Il ferma les yeux, immobile. Il caressa les spires, hésitant à dessiner, puis se ravisa et visualisa son point de chute.

Un pas sur le côté plus tard le mercenaire était de retour dans la ville d’Al-jeit. Les rues étaient animées et contrastaient violemment avec l’heure qu’il avait passée en compagnie de sa prisonnière. Il tarda quelques instants à rassembler ses pensées, ces dernières étaient désordonnées et l’agitation ambiante ne l’aidait pas. Il se fondit rapidement dans la foule et se dirigea vers son travail. Son esprit réfléchissait à ses actes, et il se dit qu’il avait agi comme l’aurait fait Viladra. Il se souvenait qu’elle avait capturé un homme une fois, et l’avait torturé, avait joué avec lui. Il était fort, mais elle avait réussi à le briser. Il n’avait jamais vraiment su comment, mais il était certain qu’elle lui donnait de sa personne. Baisers, caresses, et peut-être même plus.
Les prisonniers sont à ta merci, si tu les brises correctement, tu pourras devenir leur Dieu.

Une phrase prononcée par Viladra, il y a bien longtemps. Sur le coup, il avait acquiescé, l’œil brillant, avalant goulûment tous ses propos, sans réellement prendre le temps de les méditer. Aujourd’hui, il en comprenait la valeur, et il regrettait de ne pas avoir été plus sage à l’époque, il avait tant de questions à poser…

La journée passa, le mentaï contacta quelques hommes de confiance et leur fournis les informations de la marchombre. Plus tard il apprit qu’elles étaient probablement vraies, ce qui le rassura sur sa prisonnière. Mais il était temps de savoir qui elle était réellement, et son poids dans la guilde. Ils allaient devoir épier les marchombres, et laisser filtrer le plus discrètement possible, sans jamais se faire démasquer, des informations à propos de la prisonnière, afin de savoir qui se porterait à son secours. C’est ce qui lui permettrait d’évaluer la valeur de la jeune femme.
Son plan se mettait en place, lentement. Caym ne voulait pas précipiter les choses, les marchombres sont des hommes dangereux et fins, au moindre faux pas, ils leur tomberaient dessus.

Le soir, Caym retourna auprès de sa prisonnière, apportant avec lui le dîner. Le rituel des questions allait pouvoir poursuivre, il la laisserait parler la première, et sinon il lui poserait des questions. Pourquoi était-elle devenue marchombre ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Sam 30 Juil 2016 - 15:10

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Elle avait honte d’elle. Elle était Marchombre, membre du Conseil, Maître émérite, et elle n’avait pas su tenir plus de dix minutes face au Mentaï, qui l’avait battue à plates coutures. Elle ne s’était pas battue en Marchombre, mais en débutante. Ou comme quelqu’un qui voulait uniquement survivre.

Elle était dégoûtée, et quand Cali lui releva la tête, elle ne cilla pas, le regardant dans les yeux. Il savait qu’elle était à sa merci. Il lui remit les chaînes, la laissant au sol. Elle ne pouvait pas écarter les poignets de plus de quelques centimètres, mais apparemment elle pouvait se lever. Il lui prit le visage entre ses doigts, et l’observa. Il fit apparaître un linge humide, qu’il passa à la suite de son doigt sur son menton, essuyant son sang. Elle était tendue, crispée, méfiante. Il repassa ensuite avec de l’alcool, et à part une légère grimace, elle ne réagit pas à la brûlure de l’alcool.

Le silence les entourait, lourd, tandis qu’il la soignait de façon étonnamment douce par rapport à son regard. Elle ne le comprenait pas trop… enfin. Elle était fatiguée. Il termina, continuant de l’observer. Killian restait perplexe, et se fut pire quand il s’approcha pour lécher le sang qui coulait encore un peu sur son menton. Son regard gris était fixé dans le sien, impénétrable et puissant, alors qu’il continuait de la lécher. Ceci fait, il embrassa le coin de ses lèvres. C’était dégoûtant ! Sa langue appuyait sur sa coupure, et elle plissait les yeux de temps à autre.

Mais c’était astucieux… on lui avait donné cette astuce pour la coagulation. Et ne pouvant le faire d’elle-même, son bon samaritain le lui faisait ! Quelle ironie. Quand Cali s’éloigna, Killian ne détacha pas son regard de lui, malgré le sourire torve qu’il affichait. Il disparut, et ce n’est que là qu’elle laissa couler quelques larmes, se maudissant d’être aussi faible.

Toute colère ou honte à peu près évacuées, elle se releva péniblement, s’asseyant par terre. Il avait attaché les chaînes à la chaise. Mais celle-ci n’était pas fixée au sol. Elle pouvait s’en aller avec. Hum, avec lui les pièges étaient partout. Elle devait rester sur ses gardes. Finalement, elle se recoucha, fermant les yeux. Elle devait se reposer, et là au moins elle était allongée. Sur du dur, mais allongée.

C’est le retour de Cali qui la fit sursauter, et elle se redressa en vitesse, s’asseyant sur la chaise. Le fumet qui s’échappait de ses sacs était alléchant, et son ventre eut tôt fait de le faire remarquer. Mais comme chaque soir, il attendait qu’elle parle pour la nourrir. C’était injuste et mesquin. Pourquoi ne se laissait-elle pas mourir de faim ? Ce serait plus simple pour tout le monde. Il attendait. Mais elle n’avait rien à dire ! Sa vie n’était pas vraiment intéressante !

-Hurindaï est immense et bizarre, vous le saviez ? J’y suis allée il y a quelques mois. C’était assez sympa. Mais je préfère rester en Gwendalavir.

Cela ne semblait pas lui plaire. Il continua de manger sa part. Elle déglutit, la gorge sèche et l’estomac creux. Parfois, des petits points noirs dansaient devant ses yeux.

-J’ai été enterrée vivante, sous les ruines d’Al’Poll… pour vous débusquer…

Les pensées étaient assez incohérentes, c’était difficile de se concentrer avec ce fumet qui emplissait l’air !

-Pourquoi êtes-vous devenue Marchombre ?

Hein ? Bah euh… elle fronça les sourcils.

-C’est pas moi qui a choisit. C’est la Voie qui est venue vers moi.

Il n’y avait rien de plus à répondre.

FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Neleam
Messages : 253
Date d'inscription : 23/08/2015
Envoutant_Mentaï _Caym_Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes: Maîtrise du don du dessin et très doué avec les armes. Séducteur
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mar 2 Aoû 2016 - 22:08


Confessions
Caym s’installa sur la chaise libre, tandis que la marchombre occupait l’autre. Haussant les épaules, il commença son dîner. Il était affamé, la journée avait été longue et fastidieuse. Comme les fois passées et à venir, il ne parla pas.

-Hurindaï est immense et bizarre, vous le saviez ? J’y suis allée il y a quelques mois. C’était assez sympa. Mais je préfère rester en Gwendalavir.


Caym ne réagit pas. Elle lui avait déjà mentionné son voyage à l’Est, sur l’autre continent. Ça l’avait impressionné, mais pour le coup ça ne l’intéressait pas. Elle ne se livrait pas.

-J’ai été enterrée vivante, sous les ruines d’Al’Poll… pour vous débusquer…


Le début de la phrase lui donna le sourire, c’était le genre d'infos qu’il trouvait assez croustillantes, mais… pas la fin. Elle tentait de lui donner des miettes de pain, alors qu’il voulait plus. Et elle avait plus. Il secoua la tête et cessa un instant de manger.
Il la fixa de ses yeux gris et lui demanda pour elle était devenue marchombre.
La prisonnière sembla surprise un instant, chercha ses mots, mais ceux qui s’échappèrent de sa bouche étaient creux. Vides de sens.

-C’est pas moi qui a choisi. C’est la Voie qui est venue vers moi.


Pfffff… Elle s’entêtait. C’était un ramassis d’idiotie, et il était surpris que ça l’ait autant imprégné. Elle semblait comme détachée du monde, sans se rendre compte de rien. La Voie n’était que du vent, une manière de justifier tous leurs actes et de se déresponsabiliser. Elle n’était même pas capable de lui dire pourquoi elle avait choisi de fuir.
Ce fut d’une voix aigre qu’il reprit la parole.

-Des idioties. Ce que je veux savoir c’est ce qu’il s’est passé. Pourquoi as-tu abandonné toute ta vie pour suivre un inconnu ? Que s’est-il passé dans ta vie pour que tu lui fasses prendre un tel virage. Ce genre de décision ne vient jamais sans raison…


Il observait maintenant avec assiduité la jeune femme. Ses bleus avaient commencé à prendre une jolie teinte et sa blessure à la lèvre avait commencé à sécher. Son regard scrutait la demoiselle, qui tardait à répondre. Elle réfléchissait, semblait peser le pour et le contre, mais Caym savait qu’elle lâcherait le morceau, ce qu’elle fit à contrecœur.

- J'ai perdu un être cher et cet inconnu a été ma porte de salut. C'est tout.


Les yeux du mercenaire brillèrent un instant. Il était évident qu’il voulait en savoir plus, mais elle avait déjà fait un bel effort. Il lui tendit un plat, la laissant se nourrir seule. Il pensait que lui redonner un peu de sa liberté, lui permettrait de mieux lui briser les ailes par la suite. Il devait remonter dans son estime. Haïr est facile, et il ne voulait pas lui faire cet honneur. S’il se comportait en gentleman, elle aurait du mal à le détester, bien qu’il la retienne prisonnière et monnaye sa nourriture contre des informations. Tandis qu’elle mangeait, il se permit de nouvelles questions, d’une voix plus douce. Était-ce un compagnon de vie ? Comment est-ce que ça s’est passé ? Il ne la pressait pas, mais laisser parler uniquement sa curiosité, feintant un peu de compassion. Après tout, lui aussi avait perdu des personnes chères, mais au lieu de se rouler dans la niaiserie, il avait ouvert les yeux. Ce monde est cruel et mauvais, les mercenaires du Chaos ne sont que la partie émergée, le mal est ancré bien plus profondément, dans le cœur de tous les alaviriens.
Le mentaï questionnait naïvement la mercenaire, observant avec attention ses réactions. Il proposait des hypothèses, variées, était-ce il y a longtemps ? Elle l’aimait de tout son cœur ? Etait-ce un amant ou quelqu’un de sa famille, un mentor ? Il a été tué par des bandits ?
Ainsi se déroula le repas, entre remarques du mercenaire et silences de la marchombre. Mais sa pêche aux informations avait été fructueuse. Le lendemain il s’attaquerait à sa guilde, réduisant sa foi en elle en milliards de petits morceaux.

Caym posa un bandeau sur les yeux de la marchombre et resserra ses liens. Dorénavant, elle ne pouvait plus se lever. L’homme laissa traîner ses doigts sur la joue de sa prisonnière, s’attardant ensuite sur son menton et ses lèvres abîmées. Il approcha ensuite sa bouche de son oreille, lui confessant un mensonge de son invention avec toute la sincérité possible.

-Toujours personne ne s’est manifesté pour te secourir… J’ai demandé à quelques hommes à moi de faire passer un message au Sayanel Lyyant, mais il n’a pas daigné nous répondre.


Se relevant, satisfait, le mercenaire observa sa prisonnière et recula avant d’effectuer son pas sur le côté.
Le lendemain, il lui poserait plus de questions, de manière à lui laisser penser que ses réponses pourraient la faire délivrer, comment attirer des marchombres  à un guet-apens, et lorsqu’elle aurait répondu, il la laisserait tenter de s’échapper. Un beau programme en prévision. Puis il la caresserait de nouveau, elle devait s’habituer à sa présence et à son corps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilan.forumactif.fr/t2550-chronique-d-un-redoutable-merc
Mercenaire__Membre
avatar
Féminin Âge : 23
Autre(s) Compte(s) : Kem Al'Ran
Messages : 15889
Date d'inscription : 18/04/2011
Mercenaire__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Ex-Marchombre de 30 ans...une femme bien entendu
Aptitudes: Sait ce battre contre toutes sortes d'armes, n'a pas peur et viendra toujours en aide aux autres
MessageSujet: Re: Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym] Mar 2 Aoû 2016 - 22:41

Une rencontre dans la douleur et le sang
Caym & Killian


Elle avait avoué qu’elle avait perdu un être cher. Cela lui restait en travers de la gorge ! Mais au moins elle eut droit à un plat et elle put manger par elle-même.
Le Mentaï lui posa d’autres questions tandis qu’elle mangeait, auxquelles elle ne put répondre. Ni ne voulut d’ailleurs. Il avait un ton plus doux et compatissant, mais la dernière partie de son cerveau encore claire lui assurait que ce n’était qu’une feinte.

Natael avait été tué par des Raïs, dans une attaque sanglante ou des Mercenaires du Chaos avaient œuvrés. Dégoûtée, la jeune femme était partie des Frontaliers. Elle avait croisé son futur Maître Marchombre, qui lui avait ouvert la Voie. Et depuis, elle glissait dedans comme dans un nuage. Malgré les morts d’Ethan, de Nathan et de Kerïm. Parfois, c’était à se demander ce qu’elle faisait de mal pour qu’on lui ôte toutes les personnes qu’elle avait chéries.

Le cœur lourd, Killian termina de manger mais ne répondit pas. Elle avait envie de pleurer face à tous ses souvenirs. Et le Mentaï continuait de poser ses questions. Oui c’était un amant, un ami, un bras droit. Cela faisait si longtemps et pourtant les souvenirs étaient toujours là.

Ses pensées la hantaient fréquemment, l’emplissant de doutes. C’était peut-être elle qui n’était pas faite pour aimer ou être aimée. Elle œuvrait pour le bien, et le malheur comblait sa vie…

Quand ils eurent finit, elle observa l’homme se lever et, à sa plus grande surprise, il lui mit un bandeau sur les yeux. Pourquoi ? C’était bien la première fois. Son cœur s’emballa, et elle tressaillit quand elle sentit ses doigts sur sa joue et son menton. Son passage sur ses bleus la firent grimacer, et son souffle à son oreille lui donna la chaire de poule.

-Toujours personne ne s’est manifesté pour te secourir… J’ai demandé à quelques hommes à moi de faire passer un message au Sayanel Lyyant, mais il n’a pas daigné nous répondre.

Elle entendit un pas puis… plus rien. Donc il était reparti. Sayanel n’avait pas répondu ? Ce n’était pas dans ses habitudes. Peut-être avait-il plus urgent ou n’était-il pas présent en ville… non… elle sentait que c’était faux et qu’elle tentait de se convaincre. Pourquoi les siens l’abandonneraient-ils ? Elle était l’une des leurs, un Maître, un membre du Conseil. Elle avait beaucoup fait pour la guilde. Pourquoi lui ferait-on ça ?

Killian était de plus en plus chamboulée et être aveugle ne l’aidait en rien. En plus, elle ne pouvait même plus s'allonger au sol ; il avait resserré la chaîne qui la liait. Mais elle finit par s’endormir, d’un sommeil troublé ou des fantômes ressurgirent du passé.

C’est un bruit de pas qui l’éveilla encore une fois. Le Mentaï était là. Elle ne bougea pas, toujours aveugle. Elle sentait qu’elle devait dire quelque chose mais quoi ? Son esprit avait du mal à cogiter… valait mieux le laisser lui présenter les choses non ? Ainsi elle ne mettrait pas les pieds dans le plat.

FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une rencontre dans la douleur et le sang [Killian/Caym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Licsis [Haut Prêtre de Tyra] [Katastrophe]
» And I die a thousand deaths. [Katina] - Terminé (dans la douleur :D)
» Urdnot Krusk (Terminé dans la sueur et le sang)
» Ton sang, tu me laisses le voir couler ?
» Baignade dans le sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres du Sud :: Al-Jeit :: Environs d'Al-Jeit-