Le Deal du moment :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le ...
Voir le deal

 :: Terres de l'Ouest :: Plateaux d'Astariul Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Deux grains de folie dans le vent, deux âmes brûlantes [PV]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Myya Liandra
Féminin
Âge : 25
Autre(s) Compte(s) : Ashlee Hil'Muran
Messages : 4238
Date d'inscription : 10/08/2012

Mon personnage
Sexe et âge: Faëlle de 26 ans
Aptitudes: Archère hors pair ; excellente grimpeuse et fervente adoratrice de la salade de champignons!
Myya Liandra
Faël



30.12.19 14:07
https://ewilan.forumactif.fr/t3125-memoires-d-une-faelle-myya-lia

Myya Baywatch, SOS mercenaire en noyade
De l’air. Il lui fallait de l’air !
Sa vision se troublait. Son cœur était sur le point d’exploser. Au bord de l’évanouissement, son corps tout entier demandait de l’air. Quand enfin elle sortit la tête de l’eau, elle laissa l’oxygène s’engouffrer dans ses poumons.

Au début, baigné par la lumière, le chemin était simple à suivre et sans encombre. Puis peu à peu la lumière avait laissé place à l’obscurité, et l’eau qui était tempérée était soudainement devenu gelée. Engourdie par la morsure du froid Myya avait désespérément essayé de monter à la surface pour respirer, toutefois de violents courants l’avaient freiné dans sa remontée à l’aveugle et c’est après un temps qui lui sembla être une éternité qu’elle parvient enfin à respirer. Sa plongée sous-marine avait duré au moins quatre ou cinq minutes, si ce n’est plus. Par chance la Faëlle était bonne nageuse!

Encore déboussolée par le bain de minuit qu’elle venait de prendre, la Faëlle observa autour d’elle avec la désagréable sensation qu’elle avait oublié quelque chose. Quelque chose, ou quelqu’un! Son instinct de survie avait pris la priorité sur le mercenaire.

« CALI?!! »

Par un cri désespéré elle appela son compagnon, mais aucune réponse ne lui parvient. Sans plus attendre elle replongea dans les flots.
Elle n’y voyait quasi rien dans l’obscurité, seules des formes se dessinaient devant elle. Elle commença à s’affoler, après tout elle ne s’était même pas posé la question de savoir si le mercenaire savait nager. Peut-être avait-il été emporté par le courant? Une dizaine de scénarios défilèrent devant ses yeux : un corps rejeté au rivage, mutilé par les animaux marins, un bateau Aline…

C’est alors que quelque chose vint de l’agripper, une pression sur le bras, quelque chose la tenait fermement. Elle n’apercevait rien distinctement, mais la forme d’une main se dessina et Myya comprit que cela ne pouvait être que son mercenaire. Toutefois sa poigne se desserra et la Faëlle observa l’ombre s’enfoncer dans les profondeurs. Sans réfléchir elle agrippa à son tour la poignée de Cali, mais il était lourd, et si elle ne se dépêchait pas de remonter à la surface elle allait être entraînée avec lui. Elle nagea pour se placer derrière lui pour passer ses mains sous ses aisselles afin de le tenir par les épaules, le mercenaire semblait avoir perdu connaissance et sa tête était penchée en avant. La Faëlle se propulsa de toutes ses forces vers la surface, chaque seconde était une bataille. L’air commençait à manquer et peu à peu Myya sentait ses forces l’abandonner. Mais elle ne pouvait lâcher Cali, où cela signait son arrêt de mort. Elle battait des pieds du plus fort qu’elle pouvait, ses mains étaient prises et il ne lui restait que la force de ses jambes.
Enfin, au bout d’un moment qui lui sembla être une éternité, elle parvient à sortir sa tête de l’eau tout en respirant une grande bouffée d’air. Elle avait sorti la tête du mercenaire, mais il avait les yeux clos et semblait être inconscient.

Elle regarda aux alentours, n’apercevant rien d’autre que l’océan. Puis peu à peu, avec les rayons du soleil, elle distingua une forme se dessiner à l’horizon. Une île émergeait à une centaine de mètres de là. Elle ne réfléchit pas, le temps était compté, elle se plaça sur le dos, un crawl en arrière, et tout en tirant le mercenaire elle luttait pour garder sa tête hors de l’eau.

Elle ne possédait plus aucune notion de temps, il semblait s’être envolé, chaque seconde s’apparentait à une heure. Plus rien n’avait de sens. Seul comptait le fardeau qu’elle transportait, priant pour que ce ne soit pas un poids mort …
Quand enfin elle sentit le sable sous ses pieds, il ne lui restait plus que quelques mètres à parcourir. Aussitôt qu’elle ramena le corps de son partenaire sur la plage elle se plaça à califourchon sur lui pour prendre son pouls. Il ne battait plus. Cali avait les yeux mis clos et il gisait inerte, sans aucune respiration.

La Faëlle s’exerça alors à un exercice qu’elle n’avait jamais mis en pratique : la réanimation. Elle posa ses mains sur le torse nu du mercenaire, puis elle commença à effectuer des pressions régulières pour relancer les battements de son coeur. Un, deux, trois, quatre, cinq …. tandis qu’elle pratiquait le massage cardiaque, elle ne put que constater que le mercenaire ne donnait aucun signe de vie.

« Crétin, tu aurais pu me dire que tu ne savais pas nager! »

Elle lui ouvrit la bouche et se pencha pour lui faire du bouche-à-bouche. Une, deux, trois respirations. Puis elle reprenait le massage cardiaque. Toujours rien, la Faëlle commençait à sentir les larmes lui monter aux yeux. Elle n’imaginait pas leur adieu ainsi, davantage un adieu passionné lors d’une nuit torride sans matin.

C’est alors que le mercenaire ouvrit les yeux et se pencha de côté pour cracher de l’eau. Myya se laissa alors tomber à côté du ressuscité, vidée de ses forces elle recommença à respirer.

« Cali … je te déteste! »
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers: