Le Monde d'Ewilan
Bonjour !
Nous cherchons de nouveaux membres pour remplir nos guildes.
Rejoins-nous pour arpenter l'Empire et vivre des aventures folles par delà les mondes !
Le Staff'

N'oubliez pas de voter !



 

Partagez|

De retour...[pv Misao, Viladra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 6 Mai 2012 - 13:09



♦Flee♦






Je regardai les mercenaires qui nous entouraient, Ils étaient trop nombreux ! Alors moi, très logique quand il s’agit de ma vie et surtout très réactive j’attrapai mon cher cousin et mon grand amour, me retournai et m’enfuis à toute jambe avant qu’ils nous bloquent le passage. Dan se débâtit bien sûr, fuir ainsi signerait sa trahison pour ses collègues et donc son arrêt de mort, Alors il voulut les rejoindre ou s’arrêter de courir au moins, mais moi je n’étais pas du même avis, il allait rester avec nous et nous aider. Il nous le devait bien après tout ce qu’il nous avait fait subir à Kem et à moi ! Quand à celui-ci, il n’avait pas l’air ravi, il voulait sûrement se battre. Désolé pour vos égos les mecs mais moi je ne suis pas décidé à crever aujourd’hui !
Je filai et zigzaguai entre les arbres à toute vitesse, ne laissant pas les Mentaïs entravaient ma course. Il fallait bien que je prouve que j’étais la plus forte dans le domaine de la fuite. Je sautai par-dessus une racine en accélérant l’allure. Oui, je sais, la pouffiasse elle court vite, c’est qu’elle a eu le droit à un bon entraînement moi ! D’ailleurs, c’était après m’être fait courir après par les vieux papys de Fériane ,-en plus je n’avais rien fais- que j’avais vu Kem pour la première fois mais je m’étais malheureusement pris un arbre… Quelle idée d’avoir une branche juste à la hauteur de ma tête ! Non mais franchement ! Je devrais lui faire un procès à ce pauvre petit arbre ! Et puis ensuite je m’étais fait ligoter comme un vulgaire saucisson et puis jeté du haut de mon balcon. Vraiment, ça n’avait pas été ma journée… Mais bon au moins c’était comme ça j’avais rencontré Kem et malheureusement Viladra… Ah ! Celle-ci, j’étais sûr qu’elle était au courant de ce qui nous arrivais et qu’elle ne bougerait pas un orteil pour nous aider. Et si ce n’est pas le cas, quand elle l’apprendra ou elle piquera une crise ou on aura le droit au fou rire du siècle. Non, en fait je ne suis pas sûr qu’elle se mette à se rouler par terre en rigolant… Là, je suppose qu’il n’y aurait pas que moi à m’enfuir en courant.
Dan m’insultait, mais tout un coup, il s’arrêta net. Il était devant moi et je faillis le percuter. Oui, oui, devant moi, même s’il n’arrêtait pas de me traiter de conne parce que je l’avais emmené avec nous. Normalement dans cet état d’esprit il aurait dû se trouver à l’arrière, non ? J’aurais même du le trainer de force ! Mais non, lui avait décidé de nous guider tout à coup.
Bref, je regardai ce qui pouvait bien le faire s’arrêter comme ça alors qu’on a une bande de tueurs derrière nous. J’émis un petit ricanement.

« -Salaud ! Je suis sûr que tu l’as fait exprès ! sifflai-je
-Tu crois vraiment que j’ai voulu t’emmener un l’endroit exact où tu as sauté dans l’illusion juste pour te faire chier alors que je savais que nous serions bloqués ?
-Mais non ! On peut toujours faire le grand saut.
-Oui, bref, on se suicide !
-Bah y a une rivière en dessous.
-C’est trop haut ! Il faudrait descendre. »

Je croisai les bras en tapotant du pied. C’était lui qui connaissait le mieux cette forêt et vu qu’il avait l’air de tenir autant à sa vie que moi à la mienne il n’allait pas tarder à trouver une solution. Je l’encourageai un peu en lui disant que les mercenaires arrivaient et il se mit en mouvement. Il nous conduisit jusqu’à un petit chemin qui descendait le long de la montagne. Super ! On n’aurait pas à sauter. Enfin une bonne nouvelle ! Mais les mercenaires venaient juste de surgir, j’espérais qu’ils ne nous avaient pas vu descendre par là.

« Bon bah vous pouvez sauter si vous voulez mais moi je remonte leur expliquer que je ne voulais pas fuir. » dit Dan

Ah ! Le chemin s’arrêter avant d’arriver au sol… Donc finalement on allait devoir se mouiller … Je m’étais fais de faux espoir. J’avais déjà froid avant mais alors là ça allait être le bouquet ! Je vis mon cousin se faufiler devant moi et je le poussai dans le vide avec un grand sourire, Où croyait-il aller ? Je sautais en faisant signe à Kem de me suivre. J’espérais qu’ils savaient nager tous les deux.
Je me sentis rentrer dans l’eau puis je me mis à nager pour remonter à la surface. Le courant était plus fort que je ne le pensais… Je sentis balloter un petit moment lutant pour pouvoir respiré plus que pour me diriger vers la berge. Tout à coup une main m’extirpa de cette rivière qui faisait tout me noyer. Et pourtant ! Je savais très bien nager. Je me retrouvai sur la berge où je pus enfin respirer normalement. Je crachais un peu d’eau alors que Dan me fusillait du regard. C’était lui qui m’avait aidé puisque je ne voyais plus Kem. Où était-il ? J’espérai qu’il n’était pas resté là-haut ! Et s’il s’était noyé ?! Je me relevai et me mis à le chercher des yeux. La panique s’insinua dans mon esprit mais je le vis arriver vers nous. Nous étions tous trempé sans habits de rechange… J’aurais dû réfléchir un peu plus avant de sauter. Enfin bref, au moins on était vivant ! Tout un coup je sentis des mains m’enserraient le cou.

« Sale petite conne. Comment as-tu osé me pousser ? J’aurais pu crever ! dit-il avec le sourire le plus angélique et heureux du monde
-Mais t’es toujours en vie que je sache ! Juste un peu mouillé et puant la vase. Si tu avais été un Mentaï tu aurais nous faire apparaître un escalier ! Tu sers à rien ! répondis-je avec le même sourire
-Merci, c’est réciproque ! »

Il me lâcha et je me précipitai dans les bras de mon petit ami et je l’embrassai. Ca faisait tellement de bien ! Je voulais le faire depuis si longtemps ! Mais il fallait que nous nous dépêchions ! Nos poursuivants pouvaient dessiner, eux ! Et même si nous n’étions plus si prêts de la falaise ils pourraient très vite nous rattraper. Et moi, j’étais en rade d’idée…

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »demandai-je












Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 6 Mai 2012 - 16:24

Les Mercenaires continuaient de s'approcher et Kem ne savait pas quoi faire. Dan non plus d'ailleurs. Il avait perdu de sa superbe d'un coup. Ce fût Misao qui réagit le plus vite. Elle prit leur bras et les entraîna à l'arrière, se mettant à courir à pleine vitesse. Fuir. La meilleure chose à faire, même si Kem n'aimait pas cela. Parce que maintenant ils allaient à nouveau être traqués.
Ils coururent ainsi un certain temps, sautant par dessus les racines, se baissant pour éviter les branches, se faufilant partout, lorsque Dan s'arrêta. Kem faillit le renverser, ainsi que Misao. Pourquoi stoppait-il sa course ? Les autres pouvaient surgir à tout moment !

Il ignora ce que la Rêveuse racontait avec lui pour voir ce qu'il y avait. Et compris. Une énorme falaise, haute, au fond de laquelle se trouvait un cours d'eau. Et ils ne pouvaient pas sauter d'ici. Ce serait se tuer. Alors autant attendre les Mercenaires.

Il y avait forcément un endroit ou ils pourraient descendre non ? Miracle ! Dan les conduisit devant un chemin qui longeait la pierre en descendant lentement. Ils s'y engouffrèrent et se hâtèrent alors que, derrière, les Mercenaires surgissaient.


Ils marchèrent donc le long de la falaise, faisant attention aux roches. De temps en temps, Kem regardait derrière, pour vérifier. Mais rien. Donc les Mercenaires ne les avaient pas vus emprunter ce chemin. Ou alors ils préparaient un piège. Finalement, Dan s'arrêta à nouveau. Kem vit que le chemin s'arrêta là et qu'ils devraient tout de même sauter. Il frissonnait déjà. Le haut du maigrichon était très fin et était un peu trop petit pour lui.
Dan voulut même faire demi-tour pour qu'il puisse s'expliquer auprès des Mercenaires. Quel idiot ! Ils ne le laisseraient même pas parler qu'ils le tueraient ! Alors Misao le poussa dans l'eau sans qu'il puisse réagir. Elle lui fît signe de suivre et sauta à son tour. Il attendit qu'elle soit entrée dans le courant pour sauter à son tour.

La chute fût courte, mais l'impact énorme. Il fût immédiatement englouti par l'eau, emporté par le courant, déboussolé. Il s'aida de ses pieds pour remonter et, lorsque sa tête creva la surface de l'eau, il prit une grande goulée d'air, remplissant ses poumons.

Il se tourna sur lui-même pour voir ou il était. Loin des autres en tout cas. Le courant l'avait éloigné et de la falaise, et de la Rêveuse. Il nagea comme il put et le plus vite possible pour les rejoindre avant qu'elle ne s'inquiète. Il émergea alors qu'elle le chercha du regard et parut affreusement soulagée en le voyant. Il lui sourit. Sourire qui se figea lorsqu'il vit Dan l'agripper au cou. Mais il était encore trop loin pour l'aider et pour entendre ce qu'il disait. Il s'approcha le plus vite possible, malgré le pantalon lourd à cause de l'eau.

Il arrivait à leur hauteur lorsque Dan la relâchât. Elle se précipita dans ses bras et l'embrassa passionnément. Il la serra à son tour, trop heureux de la retrouver saine et sauve et lui rendit son baiser.
Ils restèrent quelques instants enlacés, profitant du simple plaisir d'avoir l'autre dans ses bras, puis Misao se détacha pour demander :


Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

Kem inspira et regarda autour de lui pour faire le bilan de la situation. Ils étaient trempés, sans vêtements de rechange, entourés de falaises, suivis par des Mercenaires et Mentaïs qui ne tarderaient pas à pointer le bout de leur nez, avec le cousin de Misao qui risquait de les trahir à tout moment. Kem n'arrivait pas à lui faire confiance. Mais alors pas du tout.

-Déjà, longer le cours d'eau. Il doit bien mener quelque part.

Ils voulurent partir, mais Dan cria :

-T'es fou ou quoi ! Tu veux nous tuer ! Suivre le cours d'eau ! N'importe quoi !

Kem s'approcha de lui, lui prit le col et le plaqua contre la falaise.

-Déjà, tu arrêtes de gueuler. Si c'est pour attirer tes amis, je te tue sur place. Cousin ou non. Et ensuite, si tu as une meilleure idée, vas-y je t'écoute. La nuit va tomber. Il nous faut un endroit au sec.

L'autre avait pâli. Il avait vu ce que Kem savait faire.

-Mais…

-Il n'y a pas de mais ! Viens ou je te tue.

Résigné, il suivit la cadence. Ils marchèrent un certain temps. Kem serrait Misao dans ses bras. Elle grelottait. La nuit tomba donc, apportant sa fraîcheur habituelle.

-Si j'ai le rhume à cause de toi … souffla Dan.

-Misao te le soigneras en un rien de temps. Assura Kem.

Misao tombait de fatigue aussi. Alors Kem la souleva de terre et la porta. Il cherchait une grotte, n'importe quoi et voyait de moins en moins dans la nuit. Il trébuchait trop souvent. Alors il s'approcha de la falaise. Il y avait une sorte de monticule qui les couvrait un peu. Il posa la Rêveuse et fît un feu du mieux qu'il put. Il fallait qu'ils se réchauffent. Tant pis si le feu alertait leurs poursuivants.

Dan boudait dans un coin, mais profitait tout de même de la faible chaleur. Misao se blottissait contre lui. Kem avait enlevé le haut du maigrichon et était à nouveau torse nu. Peut-être qu'il avait plus froid, mais il ne supportait plus le vêtement coller à sa peau.


-Je vais prendre le premier tour de garde. Reposez-vous. Annonça Kem au bout d'un moment.

Dan parut heureux de pouvoir dormir. Misao rouspéta qu'elle ne voulait pas qu'il la laisse seule, mais il était un peu forcé. Et elle savait ou le trouver si jamais.

Il s'éloigna donc un peu et le froid revint lui mordre la peau. Il frissonna mais s'installa à terre. La lune éclairait légèrement. Seuls les bruits du feu et de l'eau se faisaient entendre. Il ne voyait rien bouger. Mais il était sûr que leurs ennemis étaient quelque part, en train de les guetter et de leur préparer une surprise.
Kem espérait que les étoiles parlent à Misao. Qu'elles lui donnent au moins un indice sur la solution.

Il s'endormait aussi, et avait du mal à garder les yeux ouverts. Mais il se forçait. Et il regardait souvent vers Misao, pour s'assurer que Dan ne lui fasse rien.

Mais il dormait et ronflait même. Il ferma les yeux. Deux secondes. Juste deux secondes…

Il se réveilla en sursaut lorsque le soleil frappa ses paupières. Il s'était endormi ! Il se leva précipitamment. Dan était là. Mais…


-OU EST-ELLE ????

Il saisit Dan au collet et le secoua en hurlant.

-Je…je…

Kem le gifla et le jeta à terre. Il s'était endormi. Puis, une voix surgit de partout, amplifiée par le dessin :

-Elle est là, avec nous.

Kem leva la tête, cherchant l'origine de la voix. Et là, il les vit. Ils étaient tous sur le bord, en haut. Misao était avec eux, ligotée et bien surveillée. Leur nouveau chef continua :

-Je pense que cela va devenir encore plus intéressant. Vous êtes seuls maîtres de son avenir messieurs.

Kem ne comprenait pas ou il voulait en venir. Mais ce qui le rassura, c'est que Dan non plus. Il n'avait donc pas aidé à cette mascarade.

-Un petit combat vous fera du bien. Le vainqueur emportera la fille. Et choisira son avenir. Un combat…à mort. Si Dan l'emporte, il l'emmène et elle rejoindra nos rangs. Si Kem l'emporte…

Il ne continua pas. Donc, ils feraient tout pour que Dan gagne.
Celui-ci avait aussi compris et c'était mis en position, un sourire aux lèvres. Kem se prépara aussi. Un combat à mort alors qu'ils n'avaient pas d'armes….
Il se maudit lorsqu'une épée apparut dans la main de son adversaire. Bien sûr…c'aurait été trop simple.

Le combat s'engagea. Dan attaquait et Kem se contentait de se défendre. Il n'arrivait pas à porter une seule attaque sans risquer de perdre un bras. Cela dût lasser les Mentaïs, car, soudain, le niveau de l'eau augmenta. Dangereusement.

Et une dernière parole fût prononcée :


-Finalement, je pense que l'on va laisser la nature faire. Adieu !

Kem leva la tête. Ils avaient disparus. Avec Misao…non…Dan hurlait à côté :

-NON !! ME LAISSEZ PAS !!!!!!

Kem ne l'écouta pas. Voilà. L'eau montait toujours. Et Kem remarqua qu'elle montait, mais pas partout. Ils étaient dans une cage invisible ! Une cage qui se remplissait d'eau.

Il voulut crier. C'était de sa faute. S'il ne s'était pas endormi…


Dan continuait de hurler.

-TAIS-TOI ! Ils t'ont abandonné. C'est tout. Il faut sortir de là.

Dan le regarda, furieux.

-C'est à cause d'elle s'ils ont fait sa ! Elle n'avait pas à me pousser ! je voulais pas vous suivre ! Et comment veux-tu sortir ? T'es dessinateur ?

-Non. Mais il doit y avoir un moyen.

L'eau était au niveau de ses genoux. Froide. Il tâta toute la surface de la cage. Lisse et parfaite. Dan s'était assis et pleurait.

-Tu fais pitié. Arrête de pleurer !

-Je voudrais t'y voir ! Moi j'ai des amis ! Pas comme toi !

-Qui ? Eux ? Ils t'ont abandonné, te laissant te noyer avec moi. Si c'est ce que tu considères comme des amis, laisse-moi rire. Et moi je ne suis pas seul.

-Misao ? Que veux-tu qu'elle fasse ? Elle est avec eux et ils l'empêchent sûrement de Rêver ou de bouger. C'est finit. Nos routes s'achèvent la.

-Je trouve que tu désespère bien vite pour un Mercenaire.

-Ouais…

Ils se turent. L'eau atteignait le bas du ventre. Kem continua à tout observer, a chercher une faille…rien.

Il avait de plus en plus froid au fur et à mesure que l'eau montait. Allez, un miracle…
Putain ! Il jura intérieurement. Tout ça était de sa faute. Qu'allaient-ils faire à Misao ? Il ne voulait pas la laisser. L'eau était à son torse. Se serait bientôt fini…

Il se jeta contre la cage, espérant vainement la briser. Mais rien. Le dessin était solide. Il était sûr qu'ils étaient en haut, invisibles pour eux, en train de les regarder mourir.


-Il fait trop froid… murmura Dan.

Kem ne répondit rien mais il l'avait remarqué. Il faisait de plus en plus froid. Il expirait des nuages blancs et ses jambes étaient bleues, dans l'eau. L'eau était au niveau de son cou.

Il ne comptait plus le nombre de fois ou il avait failli mourir. Mais là…il ne voulait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 8 Mai 2012 - 16:38



Nightmare
La sauveuse de mamie Kem et du pleurnichard






Je regardai Kem, je le regardai devenir bleu. L’eau remplissait la cage invisible, nous n’étions pas partis, loin de là… Ils voulaient assistaient à sa fin. A leurs fins. Ils ne pourraient jamais pardonner à Dan de les avoir trahis. Ils le voulaient mort parce qu’il devait payer pour nous avoir aidé. Rien n’est gratuit comme avait dit celui qui me tenait. Bientôt ils allaient me sortir que j’étais là pour payer le fait que j’étais amoureuse de Kem. Quels cons ! Et cette eau, limpide, qui avait l’air si pure mais pourtant qui était en train de tué mon petit ami. Et je ne pouvais rien, comme d’habitude. Des fois je regrettai vraiment d’être non-violente… Je l’étais surtout pour éviter de faire des choses que j’aurais a regretté comme par exemple tué un de ces salauds. Mais des fois j’avais tellement envie de ne pas l’être, pour pouvoir agir. Juste faire quelque chose. Et autre chose que de fuir. De toute façon maintenant je ne pouvais ni bougé ni parlé. Rien. Et la nuit était passée sans que j’entende les étoiles, je n’avais même pas rêvé d’elles. C’était normal mais je me demandai pourquoi elles ne m’avaient pas au moins transmis quelques informations. Est-ce qu’elles étaient en colère contre moi parce que j’avais pris le couteau et menaçait de devenir violente ou alors simplement parce que je n’avais pas besoin d’elles. En tout si c’était pour cette raison je pouvais leur dire bravo, c’était réussi. Kem et mon cousin allait crever et ensuite les mercenaires feraient tout ce qu’ils voulaient de moi. C’était clair que je n’avais pas besoin de leur aide… Putain mais est-ce que le monde entier voudrait qu’on crève ? C’est ça la raison de tout ça ? On en a tous après notre vie, à nous trois ?

« -Arrêtes de te prendre pour le centre du monde Misao Winster. m’aurait dit papy
-Qui que je ne le suis pas ? lui aurais-je répondu
-Tu crois vraiment que tu serais capable d’être le centre d’attention du monde entier ? Avec tous les regards pointaient sur toi. Tous tes faits et gestes espionnaient ? Non, tu n’es vraiment pas faite pour ça, toi tu as besoin de liberté. Pas d’une cage faîte des yeux des gens. »

Je souris et l’homme qui surveillait fronça les sourcils. On n’a plus le droit de sourire maintenant ? C’est une nouvelle loi ? Il me demanda pourquoi je rigolais. Mais je ne rigole pas monsieur, je souris, ce n’est pas pareil… Il se tourna vers les autres et leur fit remarquer que j’avais l’air contente. Ils me dirent que si je voulais que Kem meurt il aurait fallu les avertirent, qu’ils ne m’auraient pas fait de mal et que j’aurais pu les aider. Je ne pus répondre, ils m’avaient bâillonné. Réduite au silence et à l’immobilité d’une statue. Mais ils voulaient une réponse alors ils me permirent de parler. En voilà une drôle d’idée ! Maintenant les statues répondent aux questions.

« Si j’avais voulu qu’il meurt ça serait déjà fait. Pas besoin d’armes pour ça, j’aurais pu l’empoisonné. Ou alors le poussé au suicide. Vous avez vu la tête de mon pleurnichard de cousin, non ? Il aurait pu se tué. » dis-je

On m’enleva de nouveau ma voix, de peur que je fasse une démonstration. Ils avaient peur de devoir regarder un de leurs compagnons se jetaient du haut de la falaise. Qu’il ferme les yeux, qu’ils comptent jusqu’à trois et qu’il saute. Avec eux ça aurait été facile, ils devaient avoir vu tellement de choses horribles ou alors fait. Je les aurais fait culpabiliser leur décrivant l’horreur de leurs actes. Leur rappelant les yeux vides de toutes leurs victimes où pourtant brillé la peur qui se lisait sur leurs visages. Mais je ne pouvais pas, on m’avait rendu muette et je ne pouvais pas détacher mon regard de l’eau qui montait et du la façon dont elle peignait si rapidement les corps de ses victimes en bleus. De quelle façon elle arrivait à rendre visible leur souffle ou comment elle faisait taire Dan et répandait la peur dans le regard de Kem. Et moi on m’avait transformé en statut.
Derrière moi les mercenaires avaient entamé un débat sur ce qu’ils allaient faire de moi. Je tournais la tête, au moins j’arrivais toujours à faire ça. Je l’avais tourné juste deux secondes, alors que l’eau arrivée au niveau du coup de deux jeunes hommes, dans leur cage glacée. Je me disais que avec un peu de chance j’arriverais à de pas voir leur mort sans me sentir coupable. Que je pourrais me dire que mon attention avait été attirée par mon sort futur. C’était bien égoïste tout ça mais je ne voulais pas avoir à assisté à ça. Juste deux secondes… Et l’impossible se produisit !
J’entendis tout d’abord un bruit de verre cassé. Comme quand je faisais tombé un vase par terre pour énervé mon oncle. Je reportai mon attention sur la cage en dessous de moi. Mais elle n’était plus là… Kem gisait à terre dans l’eau qui se répandait sur le sol. Elle retournait à la rivière comme si celle-ci ramenait son bras le long de son corps après qu’on lui ait fait mal. Mais revenons à la cage… Elle n’était plus invisible, elle n’était plus entière. Au contraire, elle avait éclaté et c’était élevée dans les airs maintenant elle descendait comme une poussière argentée vers le sol. Je regardai ce spectacle inespéré en écarquillant mes grands yeux mauves. Comment était-ce possible ? Et moi qui croyais que l’impossible resterait impossible !
Mais ce n’était pas fini. La corde autour de moi s’enflamme et je poussais un cri. Mais je n’avais pas mal, on aurait dit un feu fantôme, de pouvant pas avoir de prise sur les humains mais juste sur les objets… Je finis par me retrouvé libre et ce fut le moment que choisirent les mercenaires pour se remettent en mouvement comme si le fait que je me relève avait été un signal. Ils voulurent m’attraper mais j’évitai leurs mains avec souplesse.

« SAUTE ! »

Cet ordre venait d’en bas et j’eu juste le temps de voir Moon en bas qui me faisait de grands signes. Je ne réfléchis même pas et je m’élançai. J’en avais un peu marre de me jeter du haut de cette falaise tous les jours. Mais je le fis, si la cage avait été détruite c’était qu’il y avait sûrement un Mentaï en avec mon amie. Ou alors c’était elle ? Je n’en avais aucune idée mais je lui faisais confiance. Mais cette fois je n’atterris pas dans l’eau, je ne me réveillais même pas. Non, en fait, ce fut comme si le vent avait décidé de me porter et il déposa au sol avec douceur. Je me précipitai vers Kem qui essayait de se réchauffer et je le pris dans mes bras. Dire que mes vêtements étaient presque totalement secs ! Moon s’avança et m’inspecta. Elle avait un caractère bien trempé. Froide et cynique. Mais derrière apparue une autre femme, elle était vraiment étrange. Elle avait de très longs cheveux noirs et ondulaient. Ils entouraient un visage cachait par un masque jusqu’à dessus du nez et ensuite couvert d’un voile. Elle portait une longue robe violette au large manche et aux motifs étranges. Et elle avait une espèce de chapeau comme ce des jokers sur les cartes avec des lunes dessus et des étoiles pendaient aux extrémités. Ça devait être elle la Mentaï. Moon confirma ce que je pensais.

« Je n’aurais jamais sauvé cette mauviette de Dan et encore moins Kam qui n’a même pas su te protéger correctement. » dit-elle

J’haussai les sourcils et ricanai à l’intention de mon cousin. Puis je levai les yeux vers la falaise et vis les mercenaires qui essayaient vainement de sortir d’une cage. Je souris.

« -Je ne vais pas tenir longtemps, tous les Mentaïs essayent de brisé la barrière alors aidez-moi. déclara la fille au masque
-Crée une illusion. proposai-je
-Quoi ?
- Pour l’instant juste, je ne sais pas moi, dans un labyrinthe. Histoire de les retenir. Il faut qu’on parte.
-C’est pas si simple, je ne pourrais pas garder le rêve si je m’éloigne trop d’eux… Et les Mentaïs arriveront bien vite à le brisé. Il faut quelque chose qui retienne leur attention. »

Je réfléchis. Il fallait donc les garder dans une illusion le temps qu’on trouve une solution. J’eu une idée mais je trouvai ça un peu cruel quand même. J’en fis part aux autres. J’avais entendu dans une des histoires des étoiles un jeu nommé « Les loup-garou » qui venait de la Terre. En gros dans une communauté de villageois il y avait des loup-garou dissimulés. Le but de ceux-ci étaient de mangé les pauvres villageois avant de se faire démasqué, si ils y arrivaient c’était eux qui gagnait mais si on les trouvait alors ils avaient perdus. Je pensais mettre tous les mercenaires dans un labyrinthe et leur dire de faire la même chose. Il y avait un traitre, un seul et les autres devaient le démasquer avant de se faire tous tués. Et comme c’était dans une illusion ils ne crèveraient pas pour de vrai. Les autres approuvèrent. Ensuite vint la question de ce qu’on ferait des morts. La Mentaï, qui s’appelait en fait Nightmare annonça qu’elle s’en occuperait. Personne ne protesta et elle créa l’illusion.
Plus tard, alors que les deux jeunes hommes s’étaient réchauffés et qu’ils se reposaient une question me vint.

« -Qui est le traitre ?
-Il n’y en a pas. répondit Night’
-Comment ça ?
- On n’en a pas besoin. Ils vont se convaincre eux-mêmes de l’identité du coupable et ils vont le tué. Puis quand, ils verront que ce n’est pas le bon ils prendront quelqu’un d’autre. Et ainsi de suite...
-Et qu’est-ce que tu leur fais aux perdants ?
-Ils se retrouvent dans le noir complet, tout ce qu’ils peuvent voir c’est des yeux rouges sangs qui les fixent et ils entendent des voix murmuraient des choses. »

Je ne voulais pas vraiment savoir ce qu’était les choses. En tout cas, on ne laisserait personne sortir des rêves que créait Nightmare. Elle semblait si douce d’apparence mais en fait c’était une véritable sadique. Elle me faisait un peu flipper quand même. Mais Dan dévia mon attention, il avait toujours un truc qui ne lui allait pas.

« -Vous nous observiez depuis combien de temps au juste ? demanda-t-il aux nouvelles arrivantes
-Un peu après que Kem se soit réveillé.
-Et vous n’êtes pas intervenue avant ?!
-Il fallait attendre le bon moment. Quand les mercenaires ne faisaient pas vraiment attention. Celui où ils s’étaient mis à se demandé si ils allaient tuer Misao ou non, si ils allaient la violé ou la torturé était le bon.
-Je vois que mon avenir était rempli de joie. grinçai-je
-Et comment vous nous avez trouvé ? continua le rouquin
-On passait par là en rentrant de mission, je voulais ne pas laisser Misao dans cette merde. dit Moon
-Et je me suis dit que tant qu’à faire on pouvait vous sauvez aussi. dit la jeune fille masquée à l’intention de Kem et de mon cher cousin
-En attendant on se retrouve avec une gamine qui ne sait rien faire d’autre que s’enfuir et soigné des rhumes, une championne des cauchemars, une conne qui voulait me laissé crevé et un monsieur muscle qui ne peut s’empêcher de resté torse nue. On est bien partie.
-Et toi Dan ? Tu es quoi ?
-Le pleurnichard de service. » dis-je

Il partit boudé dans un coin alors que Nightmare se reconcentrait sur son illusion. Moon se mit à réfléchir à ce qu’on allait faire après et je me glissai dans les bras de Kem. Qu’est-ce que ça faisait du bien. Et cette fois je ne comptais pas me le lâcher de sitôt. J’en avais marre de le regarder souffrir ! Je lui chuchotai un « Je t’aime » à l’oreille.













Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mar 8 Mai 2012 - 17:28

Kem grelottait. Il ne pouvait empêcher ses dents de claquer. Dan s'était relevé mais ne pleurait plus. En fait, il semblait attendre la mort tranquillement. Mais pas lui. Kem ne voulait pas. Il avait tenté encore une fois de se jeter sur la cage, mais rien. Rien de rien. Cela l'énervait. Il en avait marre d'être toujours impuissant ! Et surtout, il en avait marre de se retrouver dans ce genre de situation !

L'eau lui arrivait à la bouche. Ses bras, sous l'eau, ondulaient et étaient bleus. Comme le reste de son corps d'ailleurs. C'est sûr, il aurait plus qu'un rhume…

Dan avait même fermé légèrement les yeux. Kem le secoua. Enfin, tenta. Son geste était lourd à cause de son bras engourdi par le froid. Mais Dan réagit et rouvrit les yeux.


-Ce n'est pas le moment…de mourir. Déclara Kem entre deux claquements de dents.

Cela tira un léger sourire au Mercenaire.

-Tu parles…ce n'est jamais le moment…

Pour une fois, il disait une vérité qui stupéfia Kem. L'eau atteignait son nez lorsque, d'un coup, la cage se brisa. En mille morceaux. L'eau s'évacua aussi vite qu'elle était entrée, emportant les deux jeunes hommes avec elle. Kem secoua la tête, cracha de l'eau et se redressa sur les coudes. Il était à plat-ventre dans l'eau. Au-dessus et autour de lui tombaient les morceaux de la cage, comme une poussière d'étoile. Dan était plus loin et s'était mis sur les genoux, abasourdis. Kem se remit sur ses pieds tout en tremblant. L'eau était partie, mais pas le froid.

Et celui-ci était tenace. Se regardant vite-fait, il vit qu'il était bleu par endroit. Magnifique. Son torse encore plus. Bah…
Il regarda en haut. Il fallait sauver Misao. Il entendit alors un cri :


-SAUTE !

Il tourna la tête et vit deux jeunes femmes juste avant de voir Misao sauter de la falaise et atterrir en douceur, comme portée par le vent. Donc, l'une des femmes était Mentaï. Il sourit lorsqu'elle courut vers lui et lui sauta dessus. Il la serra dans ses bras, espérant ne pas lui transmettre sa fraîcheur. Il était si heureux de la retrouver…
Les jeunes femmes arrivèrent alors. L'une d'elle était Moon. L'autre, la Mentaï, était étrangement vêtue. Une longue robe violette couverte de motifs, un voile cachant le visage sauf les yeux et un chapeau tout aussi bizarre.
Moon inspecta Misao et déclara :


- Je n’aurais jamais sauvé cette mauviette de Dan et encore moins Kem qui n’a même pas su te protéger correctement.

Il serra les dents et baissa les yeux. En effet, il n'arrivait pas à la protéger comme il se devait. Il ne faisait que l'entraîner dans des aventures ou elle risquait à chaque fois de mourir par sa faute. Il le savait et Moon n'avait pas à en rajouter.

S'ensuivit une longue discussion sur l'avenir des Mercenaires, prisonniers à leur tour d'une cage invisible. Les Mentaïs attaquaient la barrière et leur alliée ne pourrait plus tenir longtemps à se rythme. Alors Misao lui proposa de créer une illusion. Parlait-elle d'une illusion comme celle qu'il avait vue ? Donc elle aussi avait eu droit à son lot d'images horribles.
Elle parla d'une sorte de jeu étrange ou il fallait démasquer des loups-garous. Ce qui plut à la Mentaï qui créa donc l'illusion d'un labyrinthe. Les Mercenaires allaient s'entre-tuer pendant qu'eux se reposeraient et verraient pour la suite.

Ils s'éloignèrent de la rivière et se mirent légèrement à l'abri. La Mentaï, Nightmare, s'occupant de faire l'illusion avant de les rejoindre. Kem se réchauffait lentement mais sûrement. Ils firent un feu. Dan se précipita dessus pour absorber le maximum de chaleur possible. Kem s'installa juste à côté et profita à son tour, quoique plus discrètement.

Les autres discutaient des Mercenaires, de leur avenir, mais Kem n'y prêtait qu'une seule oreille. Pourquoi n'arrivait-il pas à protéger Misao ? Pourquoi n'arrivait-il pas à la défendre ? C'était comme si sa formation s'évaporait à chaque fois qu'elle était en danger. Était-il devenu faible et lâche ? Non…Viladra avait veillé à ce qu'il ne le soit pas. L'amour ? Pas autant…Il savait ce battre. Avec les deux mains et pratiquement toutes les armes. Enfin soit, il ne comprenait pas…

En tout cas il écouta la fin de la conversation. Moon était donc présente depuis un certain temps mais avait décidé d'agir qu'au bon moment. Et, dans son immense bonté, elle avait décidé de sauver les jeunes hommes en plus de la Rêveuse. Que c'était gentil ! Il fallait la remercier aussi ?!

Et Dan fît un joli bilan de la situation :


-En attendant on se retrouve avec une gamine qui ne sait rien faire d’autre que s’enfuir et soigné des rhumes, une championne des cauchemars, une conne qui voulait me laissé crevé et un monsieur muscle qui ne peut s’empêcher de resté torse nue. On est bien partie.

Kem voulut lui demander s'il voulait savoir ce que pensait "monsieur muscle" mais se retint. En fait il se rendit compte qu'il était énervé. Et pas qu'un peu.

Ce qui le réjouit, c'est que Dan en eut pour son grade et partit bouder. Nightmare se reconcentra sur l'illusion et Moon sembla voir pour la suite des évènements. Kem, quant à lui, s'autorisait quelques minutes de repos. Il en avait marre de réfléchir à longueur de temps.
Et il sourit lorsque Misao vint se lover entre ses bras. Cela faisait partir légèrement la colère. Et un peu plus lorsqu'elle lui murmura un "je t'aime" au creux de l'oreille. Il lui embrassa le front tendrement et lui caressa le dos machinalement. Ils étaient bien. Il en oublierait presque les Mercenaires qui s'entre-tuaient, juste au-dessus.

Point positif : il s'était réchauffé. Il ne claquait plus des dents. Il frissonnait encore, mais en étant torse nu avec ce vent, c'était normal. Et il s'en fichait éperdument. La colère était toujours là.
Il n'arrivait pas à protéger ceux qu'il aimait. Comment ferait-il si, un jour, il avait une véritable famille? En fait, il ne devait pas y penser. Viladra n'accepterait jamais un discours du style : "je vais habiter ailleurs. J'ai une femme et un enfant, le chaos peut se passer de moi quelques temps." Pour sûr, elle le décapiterait avant de tuer de sa main Misao.

Se faire sauver par des femmes aussi. Il était grand ! Enfin, c'était un peu égoïste de penser cela. Il leur devait la vie. Mais même…même Misao l'avait sauvé ! Alors qu'elle était non-violente ! Que lui arrivait-il ? Devenait-il mou ? Lâche ? Faible ?
Non. Il avait juste été débordé de sentiments. Et surtout de peur. Peur pour Misao. Peur qu'ils lui fassent du mal. Peur de mourir aussi. Cette eau qui était montée si rapidement…

Moon réfléchissait toujours alors il dit :


-Et pourquoi ne pas rentrer à la Forteresse ?

Tout le monde le regarda, comme si c'était la meilleure plaisanterie qu'ils n'avaient jamais entendue.

-Ben quoi ? Je n'ai pas vraiment envie de m'attarder dans cette forêt et d'être à nouveau traqué par ses Mercenaires à la noix.

Les jeunes femmes s'entre-regardèrent, mais Dan se rapprocha à nouveau et dit :

-Les Mercenaires à la noix, comme tu dis, n'ont pas besoin de filles pour les sauver.

Le coup partit tout seul. Kem envoya son poing sur la figure de Dan, qui cria en se tenant le nez.

-Toi aussi, elles t'ont sauvé.

Il respira profondément. Cela lui avait fait du bien. Moon regardait Misao en souriant. Ca allait à nouveau jaser…
Misao, toujours blottie contre lui, ne dit cependant rien. Plus tard, quand ils seront seuls, il le pariait.


-T'es fou ! Tu m'as cassé le nez ! Beuglait Dan.

Kem ne l'écouta plus. Moon s'était relevée.

-Bon. Nous allons donc à la Forteresse. Mais nous ne pouvons pas partir d'ici. Il faut remonter d'abord.

Kem ne comprit pas mais acquiesça. Pourquoi Nightmare ne pouvait-elle pas faire de pas sur le côté d'ici ?
Il se releva lorsque Misao eut fait de même et suivit le mouvement. Il ne voyait pas les Mercenaires, en haut.
Dan marchait juste derrière Moon et Nightmare. Kem et Misao fermaient la marche, main dans la main. Il était heureux de la retrouver, même s'il ne le montrait pas comme cela et malgré la colère.
Ils remontèrent le chemin rocailleux après avoir fait de l'escalade, Kem aidant Misao, puisqu'il s'arrêtait à quelques mètres du sol et se retrouvèrent sur le chemin forestier. Dan voulut tout de suite prendre congé d'eux, prétextant ne pas vouloir rester avec des aimants à ennuis. Mais Moon le retint fermement. Maintenant qu'ils s'éloignaient, l'illusion ne tiendrait plus. Et les Mercenaires se mettraient à leur recherche. Donc, mieux valait mettre le plus de distance entre eux et leurs poursuivants. Il se résigna après un long débat et suivit en marmonnant dans sa barbe. Apparemment, un coup de poing ne lui suffisait pas, il en demandait plus. Mais Kem ne fît rien.

Il restait près de Misao et suivait le mouvement. Ils seraient bientôt de retour à la Forteresse. Et il n'en sortirait plus avant quelques temps. Il voulait juste qu'on le laisse, lui et Misao, en paix! Mais apparemment, c'était trop demandé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Ven 11 Mai 2012 - 17:54



T'es un macho, mais je t'aime quand même






Je ne regardai pas vraiment devant moi, j’étais dans les nuages. J’imaginai ce qu’avait dû subir ces pauvres mercenaires, dans l’illusion. Quoi que, après ce qu’ils nous avaient fait ils le méritaient un peu. Mais quand même… Surtout que c’était moi qui en avait eu l’idée. Si seulement je n’avais rien dis, peut être que Midnight aurait trouvé quelque chose de moins cruel que de les laisser s’entre tuer. Et puis j’étais en colère contre Dan et Kem, putain, quels machos c’est deux-là ! Mais je n’avais rien dis, je préférais attendre un peu, préparais l’engueulade que j’allais leur faire subir. J’allais faire en sorte que ce soit grandiose ! D’ailleurs je commençai par laissé Kem pour aller rejoindre les filles demain, personne ne l’ait avait remercié pour nous avoir tous sauvé. Avant d’arriver à leur hauteur je me retournai et tirai la langue à mon petit ami. Je vis mon cousin laissait échappé un petit gloussement.

« Tu pleures encore mon petit Dan ? Tu veux ton doudou ? » dis-je avec l’air le plus innocent du monde

Il grogna et cette fois ce fut à Moon de rire alors que Midnight derrière son masque et son voile se retenait avec difficulté. Puis les deux jeunes filles me prirent chacune par un bras pour me raconter leur mission. Ou plutôt la journée qu’elles avaient passée au marché à s’acheter des habits. Je leur demandai alors si elles ne pouvaient pas m’en prêtai quelques-uns puisque j’étais encore en chemise de nuit et pieds nus. Et là ce fut le drame. Moon se rendit compte qu’elle avait oublié le sac dans lequel elle avait rangé tout c’est achat en bas de la falaise. Elle se retourna et voulu repartir. Les deux jeunes hommes bataillèrent pendant cinq minutes pour réussir à la retenir ici pendant que Mid’ et moi essayons désespérément de la calmer. La mercenaire finit par rependre la route en se lamentant.

« Et les mecs ! Vous venez de sauver une femme, vos égos surdimensionnés de machos finis sont regonflés à bloc ? » demandai-je avec un grand sourire

Je sentis des regards meurtriers se posaient sur moi. Celui de Kem comprit… Bah oui, je suis une grande emmerdeuse moi aussi. J’étais élevé par les champions de cette catégorie alors voilà. Je finis par retourner voir mon petit ami pour me faire pardonner. Pauvre chou, j’étais méchante avec lui. Je le pris par la main, entremêlant mes doigts aux siens, alors que les filles devant me traitaient de lâcheuse.
Nous finîmes par arrivé, je préparai un repas rapidement et servis tout le monde. Les mercenaires devraient arriver dans quelques heures. Puis tout le monde retourna dans sa chambre. Je me laissai tomber sur mon lit, j’avais l’impression d’être au paradis. Il faisait bien chaud et c’était tout moelleux. Puis alors que Kem s’avançait vers la salle de bain, je courus et lui fermais la porte au nez. Les filles d’abord ! Na !
Quelques minutes plus tard… Non en fait beaucoup mais alors beaucoup plus tard je me décidai enfin à sortir et vis Kem qui s’était endormis. Je m’approchai, pour une fois que je le voyais dormir. Il se levait toujours plus tôt que moi et s’endormait plus tard. Je décidai de le laisser tranquille dans ma très grande bonté et partis dans la salle du piano, je voulais jouer un petit morceau.
Quand j’eu finis je retournai de nouveau dans la chambre et mon petit ami ouvrit un œil. Tout à coup une idée me vint. Je m’assis en face de lui et avec l’air le plus sérieux du monde je lui dis :

« Je suis enceinte. »

Il me regarda avec des yeux ahuris puis il commença a paniqué. Je l’embrassai en riant, bon au moins je savais encore mentir. Il fronça les sourcils. Mince, il devait encore être en colère, surtout que j’en avais rajouté une couche.

« Tu m’en veux ? Désolé, désolé. » dis-je avec mon air de chien battue














Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Ven 11 Mai 2012 - 19:21

Arrivés dans la forêt, ils continuèrent à marcher lentement. Misao s'éloigna en direction des deux jeunes femmes à l'avant, le laissant seul avec ce cher Dan. Qui ricana. Mais se tut en croisant le regard de Kem. Il ne voulait certes pas se prendre un second coup dans la figure. Il était au moins assez intelligent pour cela.
Puis, au bout de quelques minutes, Moon s'indigna. Elle avait oublié son sac au bas de la falaise.

Elle voulut faire demi-tour pour le récupérer, mais Kem comme Dan l'en empêchèrent en la retenant par un bras chacun. Elle se débattait, voulait à tout prix le récupérer. Cinq minutes passèrent donc à la calmer, eux par la force, Misao et Nightmare par des paroles. Mais Moon revint à elle et se reprit pour continuer à avancer, sans un mot.

Les deux autres suivirent et Misao leur lança :


- Et les mecs ! Vous venez de sauver une femme, vos égos surdimensionnés de machos finis sont regonflés à bloc ?

Kem sentit la colère revenir. Elle n'en avait pas marre !? Il l'aimait, certes, elle l'avait sauvé plus que lui ne l'avait fait, aussi pitoyable soit-il, mais elle exagérait tout de même.
Mais il ne sut résister lorsqu'elle revint vers lui, mêlant ses doigts aux siens. Jamais il ne serait capable de l'engueuler. Même si en ce moment il aurait du le faire. Il ne le pouvait pas. Tout simplement.

Ils arrivèrent un peu plus tard à la Forteresse, grâce à Nightmare. Ils allèrent tout de suite dans la maison, s'en fichant des regards lancés sur eux. Misao se mit directement à la préparation du repas qu'ils mangèrent rapidement avant de regagner chacun sa chambre respective.

Kem voulut aller se laver, mais Misao courut et s'enferma, claquant la porte devant son nez.
Il soupira et se résigna. Ne voulant pas attendre, il se dit qu'il se laverait plus tard. Aussi se coucha-t-il sur le lit, se sentant d'un coup éreinté. Il ferma les yeux et s'endormit, bercé par le bruit d'eau en provenance de la salle de bains…

Lorsqu'il ouvrit un œil, il aperçut une silhouette, floue, au loin. Il se dit qu'il rêvait encore et referma les yeux. Il entendit alors un bruit de pas et se décida à les rouvrir. Il reconnut alors Misao. Elle souriait et il sourit en retour, encore embrumé par le sommeil. Il n'avait plus dormi aussi bien depuis….trop longtemps !

Elle s'installa face à lui et lui annonça, comme sa :


-Je suis enceinte.

Kem déglutit et écarquilla les yeux. Elle était quoi !? Il n'osait pas y croire. Ce n'était pas possible. Pas maintenant ! Pas sous le nez de Viladra ! Elle allait tuer l'enfant alors qu'il n'était pas né, il le savait.
Il reporta son regard sur la Rêveuse et vit son sourire alors qu'elle l'embrassait. Elle était vraiment bonne actrice. Mais…il ne pouvait pas laisser passer sa !

Elle dût avoir peur de sa réaction, parce qu'elle lui fît son regard de chien battu en disant :


- Tu m’en veux ? Désolé, désolé.

Il la regarda, tentant d'avoir l'air super énervé, mais savait quoi faire. Il se redressa, la prit par les hanches et la jeta doucement sur le lit derrière lui. Elle émit un petit cri de surprise mais il ne lui laissa pas le temps de se redresser qu'il était sur elle. Il lui plaqua les bras sur le lit pour qu'elle ne bouge plus. Il se doutait qu'elle n'était pas effrayée.

Il s'approcha de son oreille et lui murmura :


-Tu m'as fait peur. Quel sort vais-je te réserver ?

Il se releva pour la regarder. Elle semblait légèrement anxieuse, tout de même. C'est ce qu'il voulait. A son tour de la faire marcher.
Il sourit légèrement et se recoucha sur elle, commençant à l'embrasser partout, dans le cou, sur les épaules, le ventre…
Il s'arrêta juste pour lui dire :


-Je pense qu'un peu d'amour te punira !

Et il rit avec elle, continuant à l'embrasser. Il lui relâcha les bras pour caresser son corps, de haut en bas, partout, savourant et se délectant un maximum.

Il en oublierait presque les Mercenaires qui n'allaient pas tarder à revenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 13 Mai 2012 - 17:44



•Le loup•






Un cri retentit... Je n’en avais jamais entendu un pareil, on aurait dit que le diable venait de surgir devant quelqu’un. Comme si cette personne venait voir la chose la plus atroce de sa vie, quelque chose qu’il n’oublierait sûrement jamais. Je poussais Kem qui tomba sur le côté et me précipitai dans le couloir. Je compris aussitôt ce qui se passait. C’était évident et j’aurais même put le prévoir à l’avance si j’avais un peu réfléchis. Là dans ce couloir sombre et poussiéreux que j’avais l’intention de nettoyer se tenait Dan, mon cousin, bien droit. En fait il se balançait d’avant en arrière comme un fou en murmurant le nom de sa sœur. Il fixait le rai de lumière venu d’une petite fenêtre où la poussière virevoltée gracieusement. Moi, je ne voyais que ça, cette lente danse dans les airs mais lui voyait autre chose. Il voyait sa sœur pendue… J’en aurais mis ma main à couper. Et cela voulait dire que les mercenaires étaient de retour. Une rage nouvelle m’envahit. Comment osaient-ils faire ça à Dan ? Il avait été leur allié ! Je ne comprenais pas. Mais pas que ça… Je n’arrivais pas à saisir pourquoi ils faisaient tout ça. Nous enlever dans la forêt, nous torturer aussi bien mentalement que physiquement. Je pris doucement mon cousin par le bras et l’emmenai dans ma chambre. Kem me laissa passé et je fis asseoir le rouquin sur le lit et je demandai à mon petit ami de s’en occupé. Je sortis de nouveau et me dirigeai vers la sortie.

« Où tu vas ? » demanda Moon en me regardant passer dans l’encadrement de sa porte

Je ne répondis pas. Elle connaissait la réponse. J’allais régler le problème à la source. Je fis un pas dehors et regardai autour de moi. Il n’y avait personne…

« -Ils sont déjà partis. Et ils ont trouvé un nouveau chef. me dit la mercenaire derrière
-Il faut que je dorme. »

•••

Il se tenait en face de moi. Le nouveau leader du petit groupe des mercenaires. Il appuyait un poignard sur mon cou. Il n’avait plus qu’à forcer un peu pour me tranché la gorge. Moi, j’avais peur. Peur de mourir maintenant. Il le fallait du temps. Mais je sentais le poignard un peu plus sur ma peau. Pas tout de suite ! Du temps ! Juste quelques secondes ! Il fallait qu’elle se dépêche. Sinon j’aurais fait tout ça pour rien.
Un sourie se dessina sur mes lèvres. C’était bon…

« -Pourquoi tu souris ? demanda le mercenaire
-Il est juste derrière toi…
-Quoi ? Mais qui ?
-Ne te retourne pas !
-Qui est derrière moi ? Réponds !
-Le loup… Le traitre…
-Hein ?
-Non, regarde-moi. Si tu vois son visage il sera forcément obliger de te tuer sinon il aura perdu.
-Mais on sera dans une illusion alors que je ne mourrais pas vraiment.
-Qui te dit que ce n’est pas la réalité ? »

Il répliqua que c’était n’importe quoi pourtant je voyais le doute s’installer dans son regard. Et il ne se retourner pas. Maintenant c’était à lui d’avoir peur.

« -Dis-lui de s’en aller sinon je te tue.
-Il s’en fiche… Il est le loup car personne n’a de prise sur lui, il n’a pas de sentiment, presque pas d’âme. »

La peur s’intensifie, il voudrait se retourner mais il ne peut pas. Ce que je lui ais l’en empêche. Il espérait de pas mourir, que cet animal aux grands crocs aurait pitié, qu’il s’en irait comme il était arrivé. Qu’il trouverait une nouvelle proie.

« Il se rapproche. Mais ne bouges pas. » murmurai-je

Le poignard s’éloigna lentement et il m’empoigna par les épaules, comme si j’étais un mur auquel il pouvait se retenir pour ne pas tomber. Il se tint là pendant quelques minutes alors que je chuchotais ce que faisait le loup. Mais il lâcha prise et il se retourna. Malgré ce que je lui avais dit… Ce qu’il vit le fit chanceler et reculer d’un pas. Devant lui se tenait un petit garçon au regard fou. C’est yeux étaient exorbitaient. Il faisait face au mercenaire avec son corps beaucoup trop mince et son poignard dans ses mains tremblantes. Il plongea en avant et lame s’enfonça dans le cœur de l’homme. Celui-ci tomba au sol, je vis cela comme au ralentit.

« Je t’avais prévenue. » déclarai-je d’une voix à peine audible.

Puis je tendis la main à l’enfant et lui dis :

« Viens, maintenant on rentre. C’est fini. »

•••

« Qu’est-ce que c’était que ce bordel ? » explosa Moon

Je me tenais assise sur une chaise à côté de Midnight, devant une tasse de thé. Kem, Dan et la jeune fille se tenaient devant nous et nous fixaient comme si nous étions des spécimens non-identifiés. Je jetai un coup d’œil à la mercenaire maquée qui hocha la tête de façon positive.

« Moon, il y a sûrement un truc que tu ne comprendras pas mais ne me demandes pas d’explications s’il te plaît. commençai-je
-Ok.
-Même moi je n’en ai pas eu. ajouta Mid’
-Je suis allé dormir et après vous vous souvenez quand je suis sortie seule ? Et ben je suis allé voir Midnight puisqu’elle n’habite pas dans cette maison. Nous avons mis un plan au point. Le but était de tué le nouveau chef des mercenaires. Nous leur avons donc envoyé un message pour leur dire qu’on voulait leur proposer un marché. Ils sont venus comme vous avez pu le constater et je me suis placé bien en vue pour que le chef puisse me prendre pour cible sans problème, il l’a fait. Ensuite j’ai semais le trouble dans son esprit en lui disant qu’il y avait le traitre du jeu derrière lui et en le faisant douté de la réalité. Il n’était pas dans une illusion. La seule présente c’était celle qui entourait Midnight pour qu’elle ressemble à un petit garçon armé. En fait c’était lui enfant, c’était exactement lui à un moment de sa vie. Ce moment l’a traumatisé… Alors quand Mid’ s’est jeté sur lui il a fait un arrêt cardiaque puisqu’il a toujours eut quelques problèmes au niveau du cœur. Il est mort sans que personne ne puisse nous reprocher véritablement de l’avoir tué. »

Je me tue, ça avait été si simple. Ils étaient tous là, à nous entourer, tous les quatres car Midnight n’était pas encore là. Et puis à la mort de leur second chef, ils avaient parus tellement perdus, ils étaient partis comme des âmes en peines se réfugier on ne sait où. Et moi j’avais pris la main de la mercenaire au voile que l’homme avait vu comme son reflet en plus jeune et nous étions rentrés. Tout simplement.

« -Pourquoi vous ne nous avez rien dit ? demanda Dan
-Parce qu’elles voulaient qu’on ait l’air affolé quand le chef a voulu tuer Misao. » répondit Moon à ma place

Je voyais Kem qui me fixait. Je me doutais qu’il n’allait pas se taire.

« Oups ! Voilà l’heure de l’engueulade ! » remarqua la jeune fille

Cette fois je ne fis pas le regard de chien battu, ça ne servait à rien.
Mais maintenant je savais que qu’en fait Midnight avait menti. Il y avait bien un loup, un traitre. C’était elle. Dans sa grande robe noire et avec son ombrelle, elle était sûrement la meilleure dans ce rôle… Et ce que j’avais dit mercenaire était vrai, le loup n’avait pas de cœur, pas d’âme. Bien sûr Mid’ en avait une mais l’illusion qu’il avait vu, non.















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 13 Mai 2012 - 19:07

[tu me dis si cela te va comme cela !]


D'un coup, elle le repoussa. Il se redressa vivement en comprenant pourquoi elle courrait ainsi hors du lit. Un cri des plus déchirants retentissait. Il mit une chemise, s'arma de son couteau et sortit. Dan était bien droit dans le couloir, balançant d'avant en arrière, fixant un point lointain et murmurant quelque chose. Il n'était pas lui. Misao l'emmena délicatement jusque sur le lit, l'y installa et dit à Kem de le surveiller. Avant même qu'il puisse répliquer, elle était partie.

Il s'assit à côté de Dan, mit de côté la colère qu'il avait envers ce cousin et le réconforta comme il put, lui parlant de choses anodines, jusqu'à ce que Misao revienne.
Ce qu'elle fît, pour dormir. Kem ne comprenait plus rien. Elle dormit une heure puis s'en alla, sans un mot, sans explication. Ce qui l'énerva. Elle pouvait se mettre en danger ! Elle n'était plus chez les Rêveurs ou chaque bêtise lui était pardonnée !
Mais il ne savait pas comment agir aussi resta-t-il bien gentiment assis à réconforter Dan qui reprenait ses esprits.

Lorsqu'on les appela, ils sortirent et là, Kem resta figé. Misao se tenait devant, un couteau sur la gorge. Un Mercenaire était son propriétaire et souriait. Qu'avait-elle fait ? Que pouvait-il, lui, faire pour la sauver ? Ils parlaient, mais Kem ne comprenait pas. Il tremblait et s'inquiétait. Il ne voulait pas qu'elle meure devant lui ! Au moment où il se décidait à agir, un enfant se matérialisa derrière le Mercenaire. Un jeune garçon fou. Cela se voyait, même de loin. Et, au ralenti, le Mercenaire se tourna et vit l'enfant. La peur qui se lut dans ses yeux était énorme. Et l'enfant lui planta la lame dans le cœur pour ensuite repartir avec Misao, comme si de rien n'était. Et Kem ne comprenait vraiment plus rien.

Une fois installés autour de la table, ce fût Moon qui explosa la première :


-Qu’est-ce que c’était que ce bordel ?

Misao l'avertit qu'elle ne comprendrait pas tout et se lança :

-Je suis allé dormir et après vous vous souvenez quand je suis sortie seule ? Et ben je suis allé voir Midnight puisqu’elle n’habite pas dans cette maison. Nous avons mis un plan au point. Le but était de tué le nouveau chef des mercenaires. Nous leur avons donc envoyé un message pour leur dire qu’on voulait leur proposer un marché. Ils sont venus comme vous avez pu le constater et je me suis placé bien en vue pour que le chef puisse me prendre pour cible sans problème, il l’a fait. Ensuite j’ai semais le trouble dans son esprit en lui disant qu’il y avait le traitre du jeu derrière lui et en le faisant douté de la réalité. Il n’était pas dans une illusion. La seule présente c’était celle qui entourait Midnight pour qu’elle ressemble à un petit garçon armé. En fait c’était lui enfant, c’était exactement lui à un moment de sa vie. Ce moment l’a traumatisé… Alors quand Mid’ s’est jeté sur lui il a fait un arrêt cardiaque puisqu’il a toujours eut quelques problèmes au niveau du cœur. Il est mort sans que personne ne puisse nous reprocher véritablement de l’avoir tué.

Kem fronça les sourcils. C'était compliqué et il ne suivait plus grand chose. Seulement il était toujours en colère contre elle. Elle aurait pu l'avertir ! Lui dire quelque chose pour que, au cas où cela ne fonctionnait pas, il puisse agir ! Parce qu'il aurait tué l'enfant comme le Mercenaire ! Il aurait tué Midnight sans le vouloir !

-Pourquoi vous ne nous avez rien dit ?

Dan était lui aussi énervé. Pour une fois, Kem et lui étaient d'accord.
Ce fût Moon qui répondit, étrangement calme :


-Parce qu’elles voulaient qu’on ait l’air affolé quand le chef a voulu tuer Misao.

Pour être affolé il l'avait été. Il avait bien cru que son cœur allait exploser dans sa poitrine. Il fixait Misao, attendant son tour pour pouvoir parler. Et elle devina son ressentiment :

-Oups ! Voilà l’heure de l’engueulade !

Il ne sourit pas. Pas maintenant. Il la regarda et dit :

-Tu aurais du me prévenir. Tu aurais du me dire quelque chose. Que je puisse agir dans le pire des cas. Te rends-tu compte que tu joues avec la mort ? Tu es chez les Mercenaires ! Misao ! Ici c'est la mort en cas d'erreur ! Et non pas une punition et on repart comme si de rien n'était comme chez toi ! Je ne veux pas te perdre ! Promets-moi de ne plus faire ce genre de coup tordu dans mon dos.

Il continuait à la fixer. Pour la première fois, il avait légèrement haussé le ton. Mais il avait été si inquiet. Il savait qu'il ne montrait pas ses sentiments comme elle le faisait pour lui. Et si elle testait son amour en faisant ce genre de conneries, il allait la faire déchanter. Il l'aimait et elle devait le savoir. Cela devait suffire. C'est tout. Point final. Ou elle lui faisait confiance ou c'était la mort. A choisir. Elle baissa le regard mais ne répondit rien. Il baissa la tête, contemplant la table, pour se calmer un peu. Les autres avaient été estomaqués. Ils n'avaient sans doute jamais vu Kem en colère.

Et, lorsqu'il redressa la tête, tout bascula.

Devant lui se tenait le chef Mercenaire, goguenard, tenant fermement Misao, un couteau sur la gorge, comme avant. Il riait. Son cœur ne fît qu'un tour. Il se leva, renversant la chaise au passage et dégaina sa dague. La pointant devant lui, serrant le manche plus qu'il ne fallait, il réfléchissait. Le Mercenaire appuyait la lame sur la peau et Kem voyait déjà une goutte de sang perler. En fait, avant, c'était une illusion. Et il venait de revenir à la réalité.

-Lâche-la ! Hurla-t-il avant de prendre la table et la jeter de côté pour libérer le passage.

Il se rua sur lui, lame au clair, mais il dévia. Et c'est alors qu'il vit Dan et Moon, immobiles. Il se tourna vers eux et comprit. En colère, il leur cria :

-J'ai compris ! Vous nous avez mentis depuis le début ! Vous êtes avec eux ! Et maintenant, vous venez finir le boulot ! Je la sauve et je vous tue ensuite, vermines !

Kem se jeta sur le Mercenaire prêt à frapper mais celui-ci, juste avant, trancha la gorge de Misao. Le sang s'écoula à flot et elle tomba, flasque dans la mort. Kem se sentit d'un coup vidé. Mais il devait la venger et ensuite mourir pour la rejoindre. Il leva son arme sur l'homme qui riait aux éclats et, lorsqu'il voulut abaisser son bras, quelque chose le retint. Il vit Moon.

-Lâche-moi !

Il voulut la frapper avec son autre main mais Dan le retint. Ensemble, ils réussirent à le faire reculer et le plaquer contre un mur.

-Arrêtez de le défendre ! Laissez-moi le tuer !

Mais ses derniers mots restèrent dans la gorge. Il voyait le corps de Misao, le sang s'écoulant de sa gorge. Il lâcha son arme et pleura.

-Elle…non…laissez moi la venger…laissez moi mourir…

Il s'effondra au sol, entraînant Moon et Dan à suivre à le mouvement pour ne pas lâcher ses bras. Le Mercenaire s'était penché et nettoyait sa lame sur la robe de la Rêveuse.
Se qui rendit de la force à Kem.


-Arrête ! Ne la touche plus ! Je vais te tuer !

Il se dégagea d'une violente secousse et se précipita sur l'homme. Avec les mains il pouvait l'étrangler aisément.

Mais, à nouveau, quelqu'un le retint et le tira en arrière. Il se débattit comme un fou, désespéré. Alors il sentit qu'on le giflait. Une joue après l'autre, de plus en plus fort.


-Frappez moi autant qu'il vous plaira….mais tuez moi ensuite…

Il s'en fichait des coups, il s'en fichait de la douleur. Parce qu'elle n'était rien comparée à la douleur de son cœur. Il fixait le cadavre, pleurant, gesticulant pour se libérer, sentant faiblement les claques qu'on lui administrait. Il ne voyait plus le Mercenaire, ne savait pas s'il était déjà partit ou s'il admirait le spectacle…
Il n'était plus rien…

Il voulait mourir. Maintenant. Pour elle. Il ne pouvait plus vivre sans elle pour ensoleiller ses journées…
On arrêta de le gifler et il sentit la pression s'affaiblir sur ses bras. Alors il se releva vivement et sortit de la pièce, avant qu'on ne le rattrape. Il s'enferma dans la salle de bains. Il n'était plus rien. Il n'avait même plus son couteau pour en finir. Mais il avait de l'eau.
Il la laissa couler dans la baignoire, jusqu'à ce qu'elle soit au rebord. Puis il se glissa dedans. Sans elle il n'était rien. Il avait failli à sa mission. Il n'avait pas su la défendre et, au contraire, l'avait entraîné dans un groupe de traîtres. Dan et Moon. Vermines…il n'avait pas la force d'aller les tuer.

C'était peut-être faible de sa part mais il savait qu'il n'arriverait plus à vivre normalement sans elle. Alors autant en finir maintenant. Il avait les joues en feu. Il se glissa tout habillé dans l'eau. Il entendait les bruits de pas à l'extérieur et les coups contre la porte. Ils voulaient le récupérer pour le tuer hein ? Et bien il leur enlèverait l'épine du pied. Il préférait mourir de lui-même plutôt que de les laisser s'amuser avec lui. Misao…

Il était brisé. Inspirant une dernière goulée d'air, il plongea dans l'eau, bien décidé à la rejoindre le plus rapidement possible.

Au même instant, sans qu'il l'entende, la porte céda sous les coups et s'ouvrit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 17 Mai 2012 - 10:02



Illusion and lie
or reality and truth






Kem m’engueula comme il fallait. Seulement moi, plus on m’engueulait plus je me rebellais, c’était un principe éternel chez moi. Mais je ne dis rien, pas maintenant, ça mettait Moon, Dan et… Mais elle était où Midnight ? Peut-être partit en sentant la colère de mon petit-ami. Bref, ça devait les mettre mal à l’aise et puis de toute façon ce n’était pas en faisant ça que celui-ci allait m’arrêter. Si je devais lui refaire ce genre de coup je le ferais. Puis, il baissa la tête, deux secondes. A partir de là, tout dégénéra.
Il se leva en faisant tomber sa chaise et balança la table sur le côté. Je me levai, surprise. Mais qu’est-ce qu’il lui prenait ? Puis il dédaigna son couteau après m’avoir dit de la lâcher. C’était qui « la » ? Il fonça vers moi et je mis mes mains devant pour visage. Comme si cela pouvait me protéger… Ce geste sembla décupler sa rage mais mon cousin et la mercenaire l’arrêtèrent avant qu’il ne me tue. Puis ils le plaquèrent contre le mur. Il semblait regarder quelque chose par terre en nous accusant de choses qu’on n’avait pas faîte. Je ne comprenais pas mais je me penchai vers le sol pour voir s’il n’y avait vraiment pas quelqu’un que je ne voyais pas. Cela semblait encore plus l’énerver. Moon me fit signe de sortir et j’obéis. J’allais me poster derrière la porte mais je n’osai pas regarder. J’avais trop peur. Puis Kem passa à toute allure à côté de moi et se précipita dans la salle de bain. J’entendis l’eau se mettre à couler et je devinai ce qu’il voulait faire. Pas contre je ne comprenais pas pourquoi. La seule raison pour moi était celle de l’engueulade et si c’était çaj’allais le massacrer ! Moon et Dan enfoncèrent la porte. J’entrai et vis Kem la tête dans l’eau qui n’avait pas l’air de vouloir la sortir. J’avais vu juste ! Et j’allais le tuer. Il y avait tenté de me tuer et maintenant il voulait se suicider. Le réduire en bouillie, voilà ma prochaine action ! Je l’attrapai par le coltard et le sortis de l’eau. Puis je le secouai, le prenant par les épaules.

« T’es cinglé ou quoi ? » hurlai-je

Il me regardait avec des yeux tous ronds. Et son regard était celui de la vénération, comme si j’étais un miracle. Un autre jour j’aurais peut-être été honoré mais là je m’en foutais comme de la première bêtise que j’avais faîte. Je lui criai dessus et lui il me regardait avec la tête de celui qui n’arrive pas à y croire. D’ailleurs il me sera contre lui, mouillant ainsi mes habits. Je l’écartai et me détournai vers Dan.

« -Frappe-le ! lui ordonnai-je
-Ecoute Misao…
-Claque-le maintenant !
-C’est déjà fait, je ne crois pas qu’il était vraiment…
-Vraiment quoi ? Normal ? Bien sûr que non, il est complètement cinglé.
-Non, en fait il est peut-être dans une illusion à moins que… »

Ses paroles firent leur petit effet, je me tournai à moitié vers le suicidaire pour l’observer.

« A moins que ce soit nous qui ne sommes plus dans la réalité et que lui soit juste une illusion. Je te félicite cher cousin, pour une fois que tu dis quelque chose intelligent… » murmurai-je

Le truc c’est que si on partait de cette idée qui expliquait le comportement de Kem alors une autre question se posait. Une question cruciale à laquelle on n’avait aucune véritable réponse. Qu’est-ce qui était réalité en fait ? Et qui était illusion ? Est-ce qu’on nous mené en bateau depuis mon arrivée ? A partir de cette simple question on pouvait remettre sa vie en question. En croisant le regard de Moon, Dan et Kem je pus lire la même interrogation. A partir de maintenant le doute était de mise et plus fort que jamais.

« Vous êtes dans la réalité pour l’instant. » me chuchotèrent les étoiles

C’est vrai, il faisait nuit… Je répétai leurs paroles à mes amis mais je voyais bien qu’ils n’en étaient pas sûrs. Pas sûr que je sois vraiment Misao. Pas sûr qu’il y ait un jour existait une véritable Misao.

« Le loup est de retour et cette fois on ne sait pas qui c’est. » ajoutai-je

Est-ce que Midnight n’avait été qu’une illusion ? Où était-elle ? Le loup, c’était toujours elle ? Qu’est-ce qu’on allait devenir ? Quels étaient les personnes que je connaissais réellement ? Mes pensées s’emmêlaient et je n’arrivais plus à réfléchir. Je sortis de la salle de bain en claquant la porte. J’en avais marre de cette guerre avec les mercenaires. Je ne leur avais rien fais ! C’était lassant et épuisant ! Je ne voulais pas de ça ! Déjà qu’être prisonnière de la forteresse me gâcher la vie s’il fallait en plus que je me tape ça je n’allais pas tenir non plus. Je détestai être là, de ne pas pouvoir voyager à volonté m’énervait. J’étais déjà prisonnière de cet endroit, pas la peine de rajouter le doute.
Là je la vis, cette toute petite fille recroquevillée dans le coin de la pièce. Je ne l’avais jamais vu et je savais encore moins ce qu’elle faisait ici. Elle se tourna vers moi et je me trouvai face à deux yeux complètement noirs dans lesquels se reflétait la douleur du monde entier, comme un petit bouc émissaire. Elle n’avait aucun lien avec moi pourtant cette vision me frappa de plein fouet.

« Et ça c’est quoi ? hurlai-je à l’intention des étoiles, La réalité peut-être ? Putain ! Arrêtez ça ! Fait les arrêtez ! »

Elles me répétaient qu’elles ne pouvaient rien faire, elles n’avaient aucune prise sur nous, les humains. Elles pouvaient juste nous parler. Je me mis à crier sur la petite fille, lui disant de dégager en vitesse.

« -Il n’y a personne Misao, c’est une illusion. me dit- Moon
-Qu’est-ce qu’on va faire alors ? demandai-je alors que l’enfant disparaissait petit à petit
-Se calmer dans un premier temps. »

D’accord. Je pris ce qui restait de la peinture de ma chambre et un gros pinceau. J’allais m’enfermer dans la pièce au piano, ouvrit un pot contenant une couleur très foncé et me mis à gribouiller sur les murs. J’écrivais et je dessinais tout ce qui me passait par la tête. Je ne m’arrêtai que quand Kem entra dans la pièce.

« On va se perdre. Ils veulent qu’on se perdre entre la réalité et l’illusion. » dis-je sans me retourner

Puis j’ajoutai un point finale à une phrase que j’étais en train d’écrire : « Tout est illusion. La phrase précédente aussi, bien entendu. » Je priais pour qu’elle ne soit pas vraie.
















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 17 Mai 2012 - 11:11

Tout s'estompait. Ses pensées, sa douleur, sa peine. Tout s'estompait pour ne laisser place qu'à la joie de bientôt la retrouver. Il était lâche. Se tuer au moindre problème tout de même…mais il n'arriverait à rien sans elle. Et il n'était pas de taille à traquer ceux qui avaient fait ceci. Il était seul…
L'eau emplissait ses poumons, il avait de plus en plus de mal à rester éveillé, lorsqu'une main l'agrippa au collet et le tira hors de la baignoire d'un geste violent et sans appel.

Il inspira profondément, acclimata sa vue et là…n'en crut pas ses yeux. Misao…elle le secouait en hurlant :


-T’es cinglé ou quoi ?

Il l'avait déjà rejointe ? Pourquoi lui hurlait-elle dessus ? Parce qu'il l'avait fait ? Il ne comprenait pas. Mais la voir l'emplissait d'un bonheur sans nom… Elle continuait à beugler, mais il n'écoutait pas. Il la contemplait, comme la huitième merveille du monde.

Et, n'y tenant plus, il la serra contre lui. Même parmi les morts, l'on pouvait se toucher. Qu'il était ravi !
Mais elle s'écarta. Il comprit encore moins. Qu'avait-elle donc ?


Alors il remarqua Dan et Moon, lorsqu'elle demanda à son cousin de le frapper. Que faisaient-ils là, eux ? Pourquoi ? Et pourquoi voulait-elle que Dan le frappe ? Le souvenir de ses joues en feu était encore là.
Ils parlaient. Mais de quoi ? Misao se tourna à moitié vers lui et le regarda à nouveau de ses magnifiques yeux mauves.


Elle parla d'illusion, et de réalité. Son cerveau se mit d'un coup en marche. Il n'était pas mort. Mais il avait vu le Mercenaire tuer Misao ! Alors…était-ce une nouvelle illusion d'elle ressuscitée ? Ou était-ce la réalité et lui avait été dans l'illusion auparavant ?
Il ne savait pas…


Misao ferma les yeux et quand elle les rouvrit elle les informa qu'ils étaient dans la réalité. Sans doute les étoiles. Et Kem la croyait. Donc il avait agi stupidement avant. Il avait failli la…en croyant que….il déglutit. Heureusement que Dan et Moon l'en avait empêché. Heureusement.

-Le loup est de retour et cette fois on ne sait pas qui c’est.

Le loup…il revit Midnight. Était-ce elle ? Tout le monde s'entreregarda, comme si le loup allait jaillir d'un coup.
Tout le monde était dans ses réflexions, lorsque Misao sortit en claquant la porte.
Kem culpabilisait. Il avait failli…il n'arrivait pas à croire cela.
Il sortit gauchement de la baignoire, honteux. Moon s'en alla au bout de quelques minutes et Dan lui dit :


-Tu es de nouveau parmi nous ? Ou je dois te claquer comme l'a suggéré Misao ?

-Je pense que cela ira. Je…je ne comprends pas.

-Moi non plus. Mais il faut se méfier maintenant. Qui te dit que tu n'es pas dans une illusion en ce moment même hein ?

Il sourit et s'en alla à son tour, laissant Kem seul. Il se sécha, se changea, pour oublier cette connerie qu'il avait failli faire, et sortit. Moon et Dan étaient invisibles. Il écouta. Il voulait lui parler. Il entendit du bruit dans la pièce ou il y avait le piano.
Il entra alors et Misao lui dit sans se retourner :


-On va se perdre. Ils veulent qu’on se perdre entre la réalité et l’illusion.

Kem s'avança, regardant la phrase qu'elle avait inscrite au mur :

"Tout est illusion. La phrase précédente aussi, bien entendu. "

Elle n'avait pas tort. Il se mit derrière elle et l'enlaça de ses bras. Il la retourna vers lui, lui caressa la joue et lui dit :


-Je suis désolé, pour tout à l'heure…mais…

Il devait dire ce qu'il avait vu. Pour qu'elle comprenne.

-Je t'ai vue te faire tuer, Misao. Et je ne pouvais pas le supporter. Je…je sais que c'est lâche de ma part d'avoir voulu en finir également. Mais…si tu avais vu…

Elle le regardait sans bouger, comme si elle assimilait les paroles. Il inspira et termina :

-Et je suis désolé d'avoir voulu te tuer. Parce que je pense que c'était le but. Si j'ai bien compris. Le Mercenaire que j'ai vu te tuer était en fait toi. Et…excuse-moi.

Sans lui laisser le temps de parler, il plaqua sa bouche contre la sienne, l'embrassant si longtemps qu'il dût prendre une bonne goulée d'air en la relâchant. Il espérait que cela suffirait à la calmer. A lui montrer qu'il s'en voulait. A lui prouver son amour. Caressant à nouveau ses cheveux, il lui murmura :

-Et je te promets que je trouverais le loup. Et que je te ramènerais sa peau.

Ô oui, il allait en finir avec toutes ses histoires. Déjà qu'elle était prisonnière et ne pouvait pas voyager comme elle le souhaitait, il n'allait pas accepter ce genre de conneries. Il mettrait un terme à tout ceci, que les Mercenaires soient d'accord ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 19 Mai 2012 - 13:47



Dream






Je fixai Kem avec mes grands yeux mauves. Si seulement je pouvais le claquer…

« De un tu n’as pas intérêt à me ramener la peau de qui que ce soit si tu ne veux pas te retrouver mis dehors avec. De deux n’essais plus jamais de te suicider sinon je te massacre et de trois, n’essayes pas d’imiter mon oncle, c’est ridicule. » dis-je

Puis je déposai un léger baiser sur ses lèvres et alors qu’il essayait de me maintenir dans ses bras je lui échappai. Je ne voulais pas montrer que j’étais terrifié. La colère s’était lentement évaporée et laissée place à cette peur. Peur de devenir folle. Je voulais éviter un autre problème, avec ces illusions qui sortaient de nulle part et qui nous visaient tous. Cette fois elles pouvaient m’être destinées pour que je fasse du mal à Kem. Alors je voulais m’éloigner un peu, de ne pas provoquer un nouveau massacre. Je réussis à me libérer en souriant, comme si tout aller bien et filai de la pièce en riant comme si c’était un jeu. Mais ce n’en était pas un. J’allais finalement me coucher, me disant qu’après m’être reposé tout irait peut être mieux.

***

Je vis Kem au bout du chemin et je lui fis de grand signe. C’était une belle nuit étoilé, ce serait parfait pour écouter les étoiles. Je me mis à courir vers lui, faisant attention à ne pas tomber à cause des cailloux qui jonchaient la route. Mais son regard m’arrêta. Froid et dure comme la pierre. Je tendis la main vers lui-même si j’étais encore loin mais il ne bougea pas. Au contraire, ses yeux changèrent, ces pupilles s’allongèrent comme celles animaux. Je me retournai et partis de l’autre côté. Je jetai un dernier coup d’œil par-dessus mon épaule et vis un loup. J’accélérai.

« -Tu es dans un rêve Misao. me dirent les étoiles
-Mais je ne peux rien faire, c’est le chef qui contrôle tout.
-Non, ici, tu es dans ton rêve, tu es sur ton terrain. Tu me le repoussais.
-Mais je ne sais pas comment faire.
-Viens nous voir ! Dans la clairière.
-Mais elle est où ?
- Perds-toi. »

Dans mes rêves avec les constellations j’étais toujours arrivé en plein milieu de l’action, tout de suite au bon endroit. A quoi ça rimer de se perdre ? Mais je le fis quand même. Je quittai le chemin, m’enfonçant dans une forêt sombre. Je me dis que si c’était moi qui décidai je pouvais bien avoir un truc plus lumineux. J’imaginai une jolie forêt ensoleillée et le décor autour de moi changea. Ben c’était facile finalement. Puis je demandai un chemin pour aller jusqu’à la clairière. Et il apparut et m’y mena. Je débouchai à l’intérieur, le loup toujours derrière moi mais tout un coup j’entendis un gros « BOUM ». Je me retournai et le vis se faire éjecter. Ce n’était pas plus mal.

« -Explications dans la minute. Ordonnai-je aux étoiles
- Bonjour la politesse ! Mais c’est tout simple. Une illusion est créé par quelqu’un alors que tu es éveillée et on te fout dedans sans te laisser le choix, tu y es prisonnière et tu ne peux rien faire ou presque. Alors que si tu rêves, la personne introduit des images dans ta tête mais tu es sur ton territoire, c’est toi qui contrôle. En gros…
-Et c’est quoi le truc répulsif ?
-Ah ça ! Dans tes rêves, tu nous laisse un peu plus de champs libre pour agir, c’est pratique… »

Puis sans me laisser parler, elles enchainèrent avec une histoire. Très jolie histoire.

***


J’ouvris les yeux et me relevai silencieusement, le jour pointait. Je n’avais pas dormis longtemps. Pff ! Je me rendormis en sachant que maintenant je pourrais rêver tranquille. Mais je fus bientôt réveiller par un cri. C’était Kem, qui m’avait rejointe entre temps et qui devait faire un cauchemar. Je le secouai doucement pour le réveiller. C’est là que je le vis. Ce mouvement si discret mais que j’avais quand même aperçu. Je me retournai et découvrit un homme armé avec un poignard. Mon petit ami était en train de sortir de son cauchemar. Je me demandai si c’était une illusion ou la réalité. En tout cas ce n’était pas un rêve.

« Kemounet ? Dis-moi que c’est ton meilleur ami, ce mec-là ! » demandai-j en me redressant
















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 19 Mai 2012 - 17:20

-De un tu n’as pas intérêt à me ramener la peau de qui que ce soit si tu ne veux pas te retrouver mis dehors avec. De deux n’essais plus jamais de te suicider sinon je te massacre et de trois, n’essayes pas d’imiter mon oncle, c’est ridicule.

Il ne comprit pas. Mais elle l'embrassa légèrement, se retirant lorsqu'il voulut la serrer un peu plus fort. Elle sortit, un sourire aux lèvres, comme pour l'aveugler. Elle n'allait pas si bien qu'elle voulait le lui faire croire.
Il en était la cause, mais aussi cette satanée histoire d'illusion.

Ce qui pouvait effrayer pas mal de gens. Ne pas savoir si vous parlez à la bonne personne ou juste une copie, ne pas savoir si vous êtes vous-mêmes réalité ou illusion. Il en avait marre. Les armes ne servaient à rien dans ce domaine. L'enseignement de Viladra ne lui servait à rien. Il était…inutile.

Il s'assit au piano, contemplant les touches, comme si elles pouvaient lui apporter une quelconque réponse. Il les fixait, réfléchissant.

C'était Midnight le cerveau. Le "loup". Le prédateur. Il fallait qu'il l'entraîne sur un terrain à son avantage. Un terrain ou elle ne serait plus qu'une pauvre proie. Mais quel terrain ? Elle était plus forte que lui en combat, enfin légèrement, et elle était Mentaï. Il fallait donc la priver du Dessin. Couper son contact avec les Spires. Mais comment ? Faire appel à un autre Mentaï ? Oui, mais à chaque fois qu'il leur demandait quelque chose ils se retournaient contre lui. Finrod était un bon exemple, Midnight également. Il ne pouvait faire confiance en aucun Mercenaire et encore moins aux Mentaïs.

Devant lui, les touches se métamorphosèrent. Elles formèrent un visage déformé, hurlant, un son strident à ses oreilles, hurlant à s'en éclater les poumons.
Il ferma le piano et l'illusion s'évanouit.
Se levant avec hargne, il chercha du regard le loup. Pour dessiner il fallait qu'elle ne soit pas loin. Il était sûr qu'elle était à proximité, les observant, cherchant le meilleur moment pour agir avec l'un d'eux.
Un labyrinthe, ou ils allaient devenir fous pour finalement s'entre-tuer…

Parce que oui, il en était la preuve, il avait failli tuer Misao, aveuglé par l'illusion. Elle pouvait faire de même pour Dan, Moon et Misao. Elle pouvait leur créer à chacun une illusion ou l'un des autres agirait. Ce serait la pagaille. Mais pourquoi ? Il ne comprenait toujours pas dans quel but. Les rendre fous uniquement ? Ou avait-elle quelque chose contre lui ou l'un des autres en particulier ?

Soupirant, il se rendit compte qu'il était fatigué. Il sortit donc, méfiant, ne sachant pas si c'était vrai ou faux et alla dans la chambre. Misao dormait déjà et il s'allongea à ses côtés, priant pour qu'elle soit bien réelle.
Il s'endormit même étonnement vite…

******

Il est partout. Toujours. Ou qu'il aille, ou qu'il regarde. Partout. Toujours. Il le suit à la trace, le traque, le pourchasse, tente de l'abattre, mais n'y arrive pas.
Kem est à bout de souffle dans cette sorte de tunnel sombre. Il court depuis longtemps. Et les bruits de pas ne cessent de s'approcher…
Tout d'un coup, un mur apparaît devant lui. Et, attachée au mur, Misao. Attachée par de lourdes chaînes fixées aux poignets et aux chevilles. Son corps n'était plus qu'un lambeau de chaires dégoulinantes, son visage était si tuméfié qu'il ne distinguait pas les yeux du nez et de la bouche. Il la vit pourtant tenter de lui parler. Il s'approcha, paniqué, terrorisé. Il prit son visage en sang entre ses mains, la rassura comme il put. Mais elle continuait de parler, sans se faire entendre.
Et les bruits de pas s'estompèrent net. Il se retourna lentement. L'homme était là. Un arc en main. La flèche était encochée. Et il…ricanait. Kem ne bougea pas. Son corps parerait le coup. Mais la flèche ne l'atteignit pas. Elle le transperça comme s'il n'était que de la fumée, se plantant violemment dans la poitrine de la Rêveuse. Kem se retourna juste pour voir son dernier souffle…

Une main se posa sur son épaule et il se retourna violemment. La personne avait toujours l'arc. Mais ce n'était plus l'homme. C'était Misao. Avec une flamme de colère dans les yeux. Mais…elle était non-violente. Ce n'était pas elle. Pas la vraie elle. Du menton, elle montra le mur et une nouvelle fois il se retourna. Et faillit s'étouffer.

Il…se contemplait. C'était lui qui était accroché au mur. Dans un était similaire à celui de la Rêveuse tout à l'heure, voire pire. Il se regarda, contempla ses yeux vairons, si éteints, regarda son visage tuméfié, sa peau en lambeau…Il était…sidéré. Et commençait à être fou. Il ne pouvait y avoir deux lui !
Il voulut crier sur cette fausse Misao, mais celle-ci tira au moment ou il la regardait. Un trait mortel, qui atteignit son double dans le cœur. Et, au même moment, le sien lui envoya une décharge si violente qu'il s'affala à genoux, comme s'il avait aussi reçu le coup. Hoquetant, il vit Misao s'approcher de lui.
Ce n'était à nouveau plus elle, mais l'homme. Il avait un poignard en main. Le souffle coupé, il ne parvint pas à parler. Ne parvint pas à bouger lorsqu'il lui agrippa les cheveux. Ne fît rien lorsque le couteau se posa sur sa gorge.
Un homme…avec les yeux de Misao…
Et, juste à l' instant où il lui tranchait la gorge, Kem eut de la voix et hurla.

******

Il cria, jusqu'à ce que tout s'efface. Il sentit une main sur son épaule. Il émergea, faiblement, l'homme bien trop visible sur sa rétine, la sensation trop nette sur sa gorge.
Il ouvrit les yeux. Reprit ses repères. Il avait fait un cauchemar. Un gros cauchemar.
Il regarda Misao à ses côtés. L'observa attentivement. Il n'y avait plus de flammes dans son regard. Mais réelle ou non ?
Il le sut lorsqu'elle parla :


-Kemounet ? Dis-moi que c’est ton meilleur ami, ce mec-là !

Elle se redressa et lui fronça les sourcils. Que mec ? Il regarda dans la même direction qu'elle et le vit.
L'homme. Avec son poignard. Ricanant.


-Non. C'est l'homme de mon cauchemar.

Il savait que c'était elle qui l'avait réveillé. Sans doute avait-il crié dans son sommeil. La honte.

Il se leva mais n'osa pas bouger. L'homme lui faisait face. Mais illusion ou non. Et s'il le tuait et qu'en réalité c'était Moon, Dan ou même Misao ? L'autre pouvait être tout aussi fausse que la veille.
L'homme le regarda droit dans les yeux. Et il revit les yeux de Misao. Alors il sut que c'était une illusion. Il frappa sous le menton.
Assez fort, mais pas assez pour tuer. Il ne prenait pas trop de risques.

L'homme se volatilisa avant de toucher le sol.


-Une illusion. Dit-il, essoufflé.

Il s'approcha d'elle et lui dit :

-Les étoiles ont-elles dit quelque chose ? Comment pouvons-nous voir la différence ?

Elle semblait réfléchir, regardant l'endroit ou l'homme s'était tenu. Il l'entraîna à sa suite, sortant de la chambre pour retrouver Dan et Moon, mais s'arrêta sur le seuil.
A la place de la salle principale se trouvait un gibet, avec quatre cadavres pendus haut et court. Dan, Moon, Misao et lui. Qui était vrai et qui était faux des quatre ?
Ils pouvaient très bien être deux illusions eux-mêmes.
Kem était perdu. Il ne savait pas comment faire. Il observait les corps se balancer même sans vent, le regard vide, la peau bleue.


-A ton avis ? Illusion ? Demanda-t-il à Misao.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 23 Mai 2012 - 20:50



♦Mirror♦






Une seule chose était sûre. Les Misao et Kem sur cette potence n’étaient que des illusions. Si on réfléchissait un peu ce n’était pas possible que ce soit vraiment nous, sinon on aurait quand même sentis qu’on ne pouvait plus respirer. Et puis de toute façon je doute que le loup arrive à déplacer notre esprit dans une illusion. A partir de là, on partait totalement dans le délire. Je précipitai donc vers Moon et Dan pour les décrocher mais mon cousin apparut au même moment et son corps sur la potence disparue. Illusion pour lui. Je m’occupai donc de Moon mais cette fois son corps ne s’évapora pas, je me mis à paniquer en pensant que c’était la vraie. Mais tout à coup elle se releva, toute seule, à la place des yeux il n’y avait que deux trous noires. J’avais l’impression que si je les regardai ils allaient m’aspirer et me retenir prisonnière pour le restant de ma vie. Alors je me concentrer sur le reste car elle devenait translucide. En fait tout à coup elle devint un miroir. Pop ! Plus de Moon, un miroir à la place. Je regardai mon reflet qui devint tout à coup très étrange. Pui tout à coup il se jeta vers moi et un bras de verre empoigna mon poignet. Il me tirait vers le miroir comme s’il voulait m’entraîner à l’intérieur. Mais Kem, devait voir tout ça, car il se mit à me tirer vers lui. Finalement, ce fut mon reflet qui sortit du miroir. Il se tenait devant moi, bien droit et tout fragile. Je vis Dan arrivait pas derrière et le frapper. Alors, mon reflet se craquela de partout puis se brisa.
Mon cœur battait à cent à l’heure et je pensais voir disparaître la potence maintenant. Mais non, elle restait là, plantée au beau milieu de la pièce comme pour nous narguer. Nous dire ce qui allait arriver. Si ça continuait comme ça on allait tous finir par crever et en plus on allait devenir cinglé. J’avais toujours espérer nettement mieux comme mort… Je m’appuyais contre Kem comme contre un mur. Enfin, je ne le considérai pas comme tel. J’essayai surtout de retrouver une respiration à peu près normale et de réfléchir à une solution pour nous en sortir. Mais là, miracle ! Enfin, pas si miracle que ça… Je vis Midnight entrer en compagnie d’une Moon bien vivante.

« -Qu’est-ce qui s’est passé, ici ? demanda la mercenaire masquée
-C’est plutôt à toi de nous le dire ! Pourquoi tu fais ça ? dis-je
-Comment ça ? J’ai rien fais moi, j’étais en mission !
-C’est ça ! Mon cul oui ! siffla Dan
-C’est vrai ! Quand j’ai sentis que Kem allait piquer sa ptite crise je me suis faufilé dehors. Moi les disputes de couples ce n’est pas trop mon truc… Bref, on est venue me chercher pour une mission et j’ai dû partir de suite. »

Je la regardai avec dureté. J’aurais tellement voulu pouvoir mieux voir son visage. Elle le cachait peut être pour pouvoir mentir tranquillement. Entre le voile et le masque on ne pouvait pas distinguer grand-chose. Je m’approchai et ouvris grand la porte.

« Rapporte une preuve tangible. Une vraie. Et je te laisserai revenir mais en attendant tu n’as plus intérêt à t’approcher de chez moi. » dis-je d’une voix sans appel

Elle se tourna vers moi, faisant virevolter sa longue chevelure sombre. Je ne pouvais voir que c’est yeux. Ils étaient aussi gris, aussi durs que la pierre. Je frissonnais, je ne m’en étais jamais vraiment aperçu. Mais je ne faillis pas, enfin j’essayais.

« -Tu as tords de faire ça. Tu devrais avoir confiance en moi, je suis une précieuse aide. souffla-t-elle
-Tu ne devrais pas te prendre aussi au sérieux le cauchemar, en ce moment tu n’es pas une aide pour moi, mais tout le contraire. Et cette confiance dont tu parles, dis-moi, est-ce que tu l’as mérites vraiment ? » répondis-je

Derrière son voile, je vis ses lèvres s’étiraient dans un rictus sarcastique puis elle partit. Je soupirai, je l’aimai bien et elle avait l’air gentil pourtant. Mais ici, il me semblait que tout le monde jouait à cache-cache avec leurs vraies natures. Ils se trompaient tous les uns les autres. C’était un monde sans pitié où je n’avais pas vraiment ma place. Je me tournai vers les deux garçons alors que Moon me dévisageait.

« Elles m’ont dit qu’on ne pouvait agir que dans les rêves. Pour les illusions on ne peut rien faire et elles n’ont plus comme toujours… Mais quand on dort, on est les maîtres du jeu. Mais disons que j’ai pas vraiment envie de faire dodo pour le restant de ma vie alors on a intérêt à se bouger un peu. dis-je en reprenant du poil de la bête, ils savaient de qui je parlais en disant « elles »
-Et tu proposes quoi ? demanda Dan
-Bah, c’est vous les mecs, c’est vous qui vous en occupez. Vous allez combattre le grand méchant pendant que moi je reste ici à faire à manger. Simple, pratique et pas du tout dangereux !
-Rêveeee !
-…
-…
-…
-Tu nous prépares un truc quand même ? »

Je souris alors que la potence s’effacer lentement, Dan était plutôt sympa au fond. Ça me faisait plaisir de voir que les membres de ma famille n’était pas aussi méchant, diabolique, sadique et tous les trucs dans le genre, que je le croyais. Je me mis donc au travail, préparant un truc assez rapidement, lançant de fréquent regard autour de moi pour voir si rien de changeait. Je sentis quelqu’un posait sa tête sur mon épaule.

« Je te préviens, si tu es une illusion, j’ai un truc bouillant à te balancer à la figure. Dis-je puis j’enchaînais, Tu crois vraiment que c’est Midnight le loup ? Comment va-t-on pouvoir la vaincre ? »

Je savais très bien que c’était mon petit ami, même si je ne savais pas s’il était réalité. Je ne pouvais pas m’empêcher de lui faire entièrement confiance, je ne voulais pas m’avouer que si ça se trouvait, ce n’était pas lui. C’était trop difficile
















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Mer 23 Mai 2012 - 21:45

Il tentait de se convaincre que son corps comme celui de Misao étaient des illusions. Parce que sinon, comment pourrait-il être là à réfléchir ? Dans son rêve, ou cauchemar peu importe, lorsque l'homme avait envoyé la flèche dans le second Kem, il avait sentit le coup lui aussi. Donc…il devrait ne plus respirer.
Misao s'avança vers les deux autres. Il la suivit, vérifiant partout, au cas où. Dan apparut au même moment, ce qui facilita la tâche.
En revanche pour Moon…

Son corps ne se volatilisa pas comme celui de Dan ou les leurs. Au contraire, une fois détachée, elle se releva, deux yeux vides les observant. Kem était attiré par ce regard sans comprendre pourquoi. Mais il ne voulait pas regarder. Il pressentait quelque chose s'il le faisait.
Misao tentait de la détacher complètement, lorsqu'elle se retransforma, en miroir. Un immense miroir, qui sortit une main de verre et commença à tirer Misao. Kem sauta sur elle, agrippant son bras, tirant de toutes ses forces.
Le miroir, trop fragile, céda et libéra le reflet de la Rêveuse, qui resta immobile, fragile, les regardant. Sans bouger, Kem réfléchissait à la suite lorsque Dan cassa le reflet.

La potence, elle, resta bien en place, alors que Misao se pelotonnait contre lui, se tenant à ses bras comme à une bouée de sauvetage. Il la rassura comme il pouvait lorsque Moon entra, suivit de Midnight.


Aussitôt, Kem se tendit. Il avait une folle envie de la tuer maintenant…

Mais Misao ne lui en laissa pas le temps, l'accusant. Apparemment, elle rentrait de mission. Comme par hasard, recevoir une mission au bon moment et juste l'espace temps de sa soi-disant absence ils avaient été victimes de ces…choses. Kem ne la croyait pas. Il ne l'aimait pas spécialement, sans trop pouvoir l'expliquer.

La Rêveuse l'éjecta, lui ordonnant de rapporter une preuve décente de ce qu'elle avançait. Puis elle expliqua qu'ils étaient Maîtres dans les Rêves et non dans les illusions. Et comme elle, il n'avait guère envie de passer sa vie à dormir pour avoir un contrôle sur ses mouvements…

Elle voulait que lui et Dan s'en occupe, mais le Mercenaire n'était pas de cet avis. Et, pour une fois, Kem ne le vit plus comme un arrogant et prétentieux, mais comme un simple Mercenaire qui veut une place…

Alors que Misao cuisinait, alors que tout le monde réfléchissait à une contre-attaque, ou quelque chose du style, Kem s'avança et mit sa tête sur l'épaule de la jeune femme. Elle déclara :


-Je te préviens, si tu es une illusion, j’ai un truc bouillant à te balancer à la figure. Tu crois vraiment que c’est Midnight le loup ? Comment va-t-on pouvoir la vaincre ?

Il sourit même si elle ne le voyait pas. S'il était illusion, il l'aurait tuée non ? Puisque c'était l'objectif.
Il regarda le repas cuir avant de parler :


-Tout porte à croire que c'est elle. Mais quelque chose me chiffonne tout de même. Je n'ai pas encore mis le doigt dessus, mais l'on peut envisager qu'un groupuscule de Mercenaires et Mentaï la manipule également. Sans qu'elle le sache, ils lui font faire ce qu'ils veulent pour détourner les soupçons. Mais si c'est réellement elle le loup…la seule solution c'est de couper l'accès aux Spires, l'entraîner sur un terrain qui serait favorable à Dan, Moon ou moi et là…l'abattre.

Il avait parlé crûment et il espérait ne pas l'avoir choquée. En tant que non-violente, elle ne comprenait pas toujours.
Il lui embrassa le cou, effleurant juste sa peau avec ses lèvres. Il ne douterait plus d'elle. Parce que s'il devait se méfier d'elle également, il serait perdu…


Elle termina le repas et ils mangèrent en silence. Dan était anxieux. Ses yeux allaient de droite à gauche sans cesse. Moon affichait une mine détendue. Mais le tremblement de ses mains trahissait son véritable état mental. Lui avait peur certes, mais il ne le montrait pas. Il devait être fort pour lui comme pour Misao. Pour les autres aussi mais en moins important.

Ils terminaient de ranger, voulant discuter de la marche à suivre, lorsque la porte s'ouvrit sur Moon.
Elle avança rageusement vers la table et posa une feuille dessus, tapant de sa paume sur le pauvre bois en vociférant :


-La voilà ta preuve ! Mon ordre de mission ! Et si cela ne suffit pas je te montre ce que j'ai fait à ma victime, mais sur toi !

Kem l'éloigna de Misao en disant :

-Tu te calmes ok ?

-Tu n'as rien à me dire, Mercenaire de pacotille !

Kem la jeta sur une chaise violemment.

-Maintenant tu attends et tu te tais. Le Mercenaire de pacotille peut encore te bâillonner la bouche !

Elle obéit, étonnement.
Kem regarda par-dessus l'épaule de Misao qui lisait la feuille. C'était bel et bien un ordre de mission, signé de Viladra en personne. Donc ce n'était pas Midnight. A moins que le papier soit faux…
Et seule Misao pouvait le dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 2 Juin 2012 - 21:56

Je regardai Midnight, mais pour qui elle se prenait ? Je pris la feuille sur la table et sans même la regarder, je la lui rendis. Elle me dévisagea puis recommença à fusiller Kem du regard.

« On va tout refaire depuis le début ok ? Tu vas sortir, puis ensuite toquer et attendre qu’on de permette d’entrer. Ensuite tu vas nous redire tout ça tranquillement, doucement, poliment, sans menace et tout le tralala qui avec. Et si tu veux t’assoir tu attendras que je t’y autorise. » déclarai-je froidement

Elle me regarda avec un air méprisant. Enfin je suppose, parce qu’avec le masque et le voile c’était difficile de voir. Mais elle ne se leva pas, au contraire, elle croisa les bras. J’haussais les sourcils et Dan entra en action. Il l’attrapa par le col et la souleva de la chaise puis la balança vers la sortie en lui ordonnant de faire ce qu’on lui disait de faire. Je levai les yeux au ciel. Il ne pouvait pas faire ça moins brutalement. Ok c’était un mercenaire, ok Midnight était peut-être le loup mais quand même. Si je pouvais garder un minimum la violence de ma maison ce serait pas mal. J’aurais déjà un peu plus l’impression d’être autre part.
Je me laissai tomber sur une chaise en soupirant, elle allait revenir, toquait à la porte. J’en avais marre de cette histoire, chaque fois qu’on croyait que c’était finit eh ben on se trompait. Ça ressemblait à un chemin infini. Tu as beau marché, tu n’arrives jamais à la fin … Je vis Moon se passait la main sur le visage avec un air fatigué. Puis j’entendis qu’on frappait et cela me fit pousser un long soupire. Dan vint s’agenouiller devant moi et me regard avec des yeux de chiens battus.

« -On pourrait pas la laisser dehors ? demanda-t-il
-Arrêtes, tu as l’air ridicule ! dis-je en rigolant légèrement, cette tête suppliante ne lui allait vraiment pas
-Quoi ? Mais non ! C’est trop chou.
-N’importe quoi ! Tu sais même pas bien la faire. De toute façon y a que moi qui y arrive bien.
-Même pas vrai !
-Bah, viens, on demande à Kem !
-Ok. »


Nous nous approchâmes tous les deux de mon petit ami et nous mîmes à faire la tête la plus mignonne de chien battu qu’on ait pu voir.

« -C’est Misao la plus choute. trancha Moon avant le jeune homme
-Tu vois Dan !
-Pff, c’est n’importe quoi. Et au fait on lui ouvre ou pas à l’autre conne ? »


Minight avait dû entendre parce qu’elle se mit à tambouriner en hurlant qu’elle allait le massacrer et aussi qu’on devait la laisser entrer. J’ouvris la bouche pour répliquer mais mon cousin m’interrompit :

« -Tu fais trop de bruit, tu vas attendre encore cinq minutes !
-Mais ça va pas toi ! C’est moi qui décide ici !
protestai-je
-Et depuis quand ?
-Depuis que c’est ma maison ici.
-Non, c’est celle des mercenaires, qu’on t’a prêté !
-Pas vrai !
-Si, c’est donc à un mercenaire de décider. Et ce sera moi ! »


Je courus dans les bras de Kem avec la tête d’une enfant peureuse. Finalement il était possible que Dan ne soit pas si méchant, il me ressemblait beaucoup dans le genre gamin et il me faisait penser à Sacha. Je cherchai qui pouvait être papy mais je n’avais personne. Mais Moone ronchonnait comme lui qu'on était de véritables enfants.

« -Si c’est pas moi le chef alors c’est Kem. dis-je
-Quoi ? Ce con ? Bah non, il est trop faible ! répliqua Dan
-C’est pas sympa ça ! »

Tout ça n’était que pour rigoler mais quand Kem m’écarta de lui et que je vis le regard qu’il lançait au rouquin je vis clairement qu’il n’avait pas compris ça. J’essayais de le retenir par la main mais il se dégagea. Mince alors, ça tournait mal là !
Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 2 Juin 2012 - 23:01

Misao ne se soucia pas du papier. Au contraire, elle déclara :

-On va tout refaire depuis le début ok ? Tu vas sortir, puis ensuite toquer et attendre qu’on de permette d’entrer. Ensuite tu vas nous redire tout ça tranquillement, doucement, poliment, sans menace et tout le tralala qui avec. Et si tu veux t’assoir tu attendras que je t’y autorise.

Kem observa Midnight. Et celle-ci, en bon Mentaï, ne céda pas. Elle croisa les bras, un air revêche peint sur le visage, s'il voyait bien à travers son masque. Il hésitait à la faire sortir de force, lorsque Dan le dépassa et la saisit au col, la décollant de la chaise et la traînant à la porte. Kem était abasourdi. De la part de Dan, c'était étonnant.
Il entendit la porte claquer Dan revint, sourire aux lèvres. Misao, quant à elle, soupira et s'installa sur une chaise. Elle avait l'air las. Et Kem pouvait la comprendre. Cette histoire n'avait ni queue ni tête, mais pas de fin non plus.
Moon également avait l'air éreinté. Elle passa sa main sur le visage, comme pour se réveiller. Kem, lui, regardait la porte, calme comme jamais.

Puis Midnight retoqua. Kem vit Dan s'agenouiller devant Misao, mais ne fît pas attention à ce qu'ils disaient. Leur querelle entre cousins, très peu pour lui, tant que ledit cousin ne faisait rien à la Rêveuse… Les coups continuaient toujours contre la pauvre porte.

Et, soudain, Dan et Misao se plantèrent devant lui avec des airs de chiens battus. Il devait les départager ? Et bien ils avaient tous les deux l'air plus que ridicule…


-C’est Misao la plus choute.

Moon avait tranché et il acquiesça distraitement. Contente, Misao lui montra que c'était évident, et Dan répliqua :

-Pff, c’est n’importe quoi. Et au fait on lui ouvre ou pas à l’autre conne ?

Comme si elle avait entendu, les coups redoublèrent d'intensité. Kem se prit à sourire. La situation était devenue plus que drôle. L'atmosphère était bien moins chargée de nervosité et l'ambiance était à la rigolade. Dan hurla à Midnight qu'elle devrait encore attendre, faisant trop de bruit. Et ils reprirent leur chamaillerie, pour élire le chef de la maison.
Dan s'autoproclamait chef, en qualité de Mercenaire, et Misao courut jusqu'à lui, plongeant dans ses bras. Il la serra contre lui, se retenant de sourire. Ils étaient tous deux incorrigibles ! Alors, toujours blottie contre son torse, Misao déclara :


-Si c’est pas moi le chef alors c’est Kem.

Dan le toisa de haut et répliqua :

-Quoi ? Ce con ? Bah non, il est trop faible !

Kem arrêta son geste de caresser le dos de la Rêveuse tendrement, et fixa Dan. Il avait dit quoi là ? Il l'avait traité de quoi ? Il n'appréciait pas qu'on l'insulte. Surtout gratuitement comme Dan se plaisait à le faire. Et il allait comprendre le tout. Il se dégagea de Misao tout en observant le cousin qui souriait bêtement, fier de lui. Misao tenta de le retenir en serrant sa main, mais d'une secousse il se libéra et s'approcha de Dan.

Celui-ci ne souriait plus en voyant le regard glacé de Kem.


-Tu m'as traité de quoi ? Petit morveux…

Kem balança son poing dans le ventre de Dan, qui se plia en deux. Sans lui laisser le temps de se reprendre, il lui redonna un coup à la mâchoire. Il voulut donner un troisième, mais le Mercenaire s'était repris et lui envoya également son poing, que Kem évita souplement. Sa jambe percuta le torse du rouquin, qui eut le souffle coupé. Et Kem ne se contint plus. Il donna encore des coups sur le visage de Dan, faisant couler son sang. Le Mercenaire se défendait et Kem ne pouvait pas tous les éviter, aussi reçut-il lui aussi sa part de coups, à l'œil notamment. Bravo pour l'œil au beurre noir le lendemain…

Puis, d'un coup, la porte s'ouvrit. Il avait oublié Midnight. Celle-ci, en les voyant, croisa les bras, ricana et déclara :


-Je vois que vous n'avez besoin de personne pour vous entre-tuer…Minable…

Kem la fixa, jeta Dan dans la pièce et se précipita vers elle. Il la frappa avant qu'elle ait pu comprendre. Le masque tomba. Ses yeux étaient noirs ténèbres. Mais le reste de son visage était normal. Il la frappa une, deux, trois fois, au visage, au ventre, sur le flanc, jusqu'à ce qu'elle riposte. Et il avait oublié qu'elle était Mentaï. Les coups invisibles se mirent à pleuvoir partout sur son corps sans qu'il puisse les esquiver ou parer. Il tomba à moitié à genoux tant ils redoublaient de violence. Il se releva néanmoins et lui dit froidement :

-Je ne suis pas un faible comme toi. Je ne me cache pas derrière le Dessin. Mon Maître a été Viladra ! Je ne me laisserais pas faire par toi ! Et tu vas arrêter de nous rendre fous !

Elle ricanait. C'est tout ce qu'elle faisait et les coups invisibles continuaient. Il en recevait partout, visage, bras, jambes, ventre, dos…Il voulut la refrapper pour qu'elle arrête, lorsqu'un cri retentit. Ils se figèrent tous de surprise et Kem faillit sourire. Les coups avaient cessés.

C'était Misao. Debout, les poings sur les hanches, elle ressemblait à une ménagère qui grondait les enfants qui volaient ses gâteaux en douce. Kem savait qu'elle n'appréciait pas ce genre d'attitude. Il savait qu'elle était non-violente et qu'elle ne voulait pas de bagarre. Mais lui était Mercenaire. La violence faisait partie de son sang. Il faudrait qu'elle l'accepte tôt ou tard. Dan était à ses côtés, le nez en sang et un hématome se dessinant sur la joue. Kem ne regarda pas Misao, préférant surveiller Midnight. Celle-ci s'avança à la table et reposa le papier de tout à l'heure.


-Je vais aller dormir. Réfléchissez-bien. Je reviendrais pour connaître votre avis.

Kem voulut la retenir, mais trop tard. Elle avait fait un pas sur le côté. Elle allait à tous les coups leur concocter un nouveau tour de passe-passe pour les faire tourner en rond. Il serra les poings et regarda Misao. Avant qu'elle ne réplique quoi que ce soit il dit :

-Ne me soigne pas. Soigne ton cousin. Je n'en ai pas besoin.

Moon les regardait aussi, haussant les sourcils. Il retourna dans la salle de bains. Il voulait être un tout petit peu seul. Il savait que Misao allait péter sa crise de nouveau, l'engueulant comme à chaque fois. Comme un enfant qui a fait une bêtise. Devant le miroir, il prit une serviette qu'il mouilla avec de l'eau froide. Là, il la passa sur les quelques plaies qu'il avait eues à cause de Dan. Il aurait un joli œil au beurre noir en tout cas. Il passa la serviette sur tout son visage, sa lèvre en sang, les marques brûlant au contact de l'eau froide. Puis il retira son haut.

Les coups de Midnight étaient largement visibles, à côté de la cicatrice qui barrait son torse et des quelques plaques rouges qui ne voulaient pas s'en aller, souvenir de Finrod. Il avait aussi mal partout. Comme lors des premiers entraînements avec Viladra. Ses muscles criaient grâce. Il passa la serviette partout, soupirant d'aise lorsque l'eau calmait l'ardeur des coups.

Il ne voulait pas affronter Misao. Elle avait toujours raison. Elle allait l'engueuler, c'était inévitable. Mais pour le moment, il n'en avait pas envie. Et surtout pas devant Moon et Dan. Le soir à la rigueur, seul avec elle, il le supportait mieux.
Rangeant la serviette, Il continua à se regarder. Dan ne l'avait vraiment pas loupé. Lui qui se disait lâche, il savait se battre tout de même. Soupirant, il s'éloigna, sortit de la salle de bains et s'assit sur le lit.

En plus de tout cela, il y avait toujours leur histoire d'illusion. Midnight avait réussi à s'échapper, et il était sûr qu'elle allait frapper un grand coup, de nouveau. Mais qui serait visé ? De quelle manière ? Quand ? Ou ? Comment ?

Soupirant, il écouta. De l'autre côté, dans la pièce principale, il entendait les voix de Dan, Moon, et Misao. Qui ne tarda pas à le rejoindre. Il la laissa s'approcher et s'asseoir à ses côtés. Mais il ne bougea pas. Parce que maintenant elle allait piquer sa crise…il en était sûr. A moins qu'elle ne fasse autre chose, mais c'était peu probable…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 3 Juin 2012 - 18:27



Really?






« -Il est complètement taré ce type ! Je sais vraiment pas comment t’as pu tomber amoureuse de lui cousine, t’es vraiment idiote ! s’écria Dan
-Tu veux t’en rependre une peut être. » grogna Moon

Je ne dis rien, je préparai l’engueulade. Ce n’était pas si facile dans faire une jolie, il fallait bien choisir ces mots. Je déroulai un rêve alors que la mercenaire faisait la morale à mon cousin à ma place. C’était sympa, la faire à Kem me suffisait amplement. Une fois que j’eus finis de soigner le rouquin je me levai.

« -Bon, pour éviter que quelqu’un entre ici quelqu’un va monter la garde. Dan, essaies de ne pas t’endormir. déclarai-je
-Pourquoi moi ? s’écria-t-il en se levant à son tour
-Parce que c’est toi qui a énervé Kem.
-Mais je le pensais pas, c’est lui qui en a fait tout un plat.
-Peu importe, il est aussi fautif que toi et demain ce sera à lui de surveiller.
-Et toi alors ? C’est quand ton tour ?
-Jamais. Je suis non-violente et je ne suis pas entraîner à résister au sommeil comme vous. Je ne tiendrais pas deux minutes et après quand je dors, rien ne peut me réveiller.
-Ouais mais c’est toi qui fait la meilleure alarme. Quand tu cris, tu pourrais réveiller n’importe qui et surtout ça ressemble tellement à une otarie qu’on saura automatiquement que c’est toi. »

Moon lui donna une tape sur la tête, je n’ai jamais crié comme une otarie. Il devait sûrement nous confondre ! Je me rendis dans ma chambre et je vis Kem assit sur le lit. Je le rejoignis, il ne dit rien alors je pris une profonde inspiration.

« Je ne veux pas de ça ici. Tu fais tout ce que tu veux dehors mais ne recommence jamais dans ma maison. Et surtout pas avec mon cousin, il a beau être chiant, parfois il peut être sympa et il me fait un peu penser à Sacha. Surtout qu’il ne le pensait pas, il voulait juste te taquiner. Ok, il aurait pu le faire avec beaucoup tact mais bon… Et quand tu es blessé, tu t’enfuis pas, je veux te soigner en premier. dis-je, je me couchai avant de reprendre, Maintenant j’ai peur que si je te taquine trop, tu te mettes en colère comme avec Dan… »

J’y étais peut être allé un peu fort quand même. Je savais bien qu’il ne me ferait jamais de mal mais peut être que comme ça, il m’écouterait vraiment. Oui, parce que si ça se trouvait il n’avait fait que semblant de m’entendre, je faisais tout le temps ça avec mon oncle après tout… Mais là c’était quand même un peu mentir, je n’avais pas vraiment peur. Mais vu la tête que Kem tiré j’étais au moins sûr que maintenant il se clamerait un peu.
Je passai à autre chose et je pris le papier de Midnight. Je le parcourus attentivement, à la recherche d’un point qui pourrait la trahir. Mais il n’y avait rien de suspect ! Il faudrait que je demande aux étoiles, elles, elles devaient savoir si tout ça était vrai. Tout à coup la porte s’ouvrit pour laisser apparaître Moon.

« Y a Dan qui a décidé de nous sortir la crise d’adolescence. » déclara-t-elle

Je me redressai et haussai les sourcils avec un grand sourire avec l'air de dire "Vraiment?".

« -Il s’est enfermé dans sa chambre en hurlant qu’on était vraiment injuste et tout le tralala qui avec. ajouta-t-elle
-Ça sera de notre faute aussi à celle de la quarantaine ?
-Sûrement… Il fait quoi Kem là ? Il joue à imiter les statues ?
-Il s’enracine pour atteindre la sagesse des arbres.
-T’es pas sympa. Faut être gentille avec son petit-ami. »

Elle s’approcha de moi et me tapota la tête comme un chien. Je fis semblant de vouloir la mordre. Bah oui, un chien ça mort hein ! Puis je sautai derrière Kem, me servant du lit comme trampoline. Je l’entourai de mes bras et enfouis ma tête dans son cou.

« Tu me fais la tête ? » demandai-je

J’avais peur de l’avoir fâché… Je n’aurais peut-être pas du dire ça ou être aussi autoritaire. Moon déclara qu’elle allait défoncer la porte de Dan toute seule puisqu’on ne semblait pas vouloir bouger et elle partit. J’embrassai le cou de Kem tout doucement et me mis à chantonner. Va savoir pourquoi…
















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 3 Juin 2012 - 19:36

Misao ne dit rien pendant quelques secondes, ou il l'entendit prendre son inspiration. Lui était toujours un peu énervé. Maintenant, il allait se faire engueuler comme un moins que rien.

-Je ne veux pas de ça ici. Tu fais tout ce que tu veux dehors mais ne recommence jamais dans ma maison. Et surtout pas avec mon cousin, il a beau être chiant, parfois il peut être sympa et il me fait un peu penser à Sacha. Surtout qu’il ne le pensait pas, il voulait juste te taquiner. Ok, il aurait pu le faire avec beaucoup tact mais bon… Et quand tu es blessé, tu t’enfuis pas, je veux te soigner en premier.

Elle se coucha avant de terminer :

-Maintenant j’ai peur que si je te taquine trop, tu te mettes en colère comme avec Dan…

Il fronça les sourcils. Son œil ne s'ouvrait déjà plus qu'à moitié mais la colère se dissipa quelques peu. Qu'est-ce qu'elle lui chantait comme salade ? Il savait qu'elle le taquinait. Mais de la part de Dan, il l'ignorait. S'il avait su il n'aurait pas agi de cette façon. Mais qu'elle pense qu'il puisse lui faire du mal ! Il n'en revenait pas ! Il en serait incapable. Même Viladra ne réussirait pas à le forcer à lever la main sur elle. Il voulut lui dire quelque chose, lui dire qu'il ne serait jamais comme avant avec Dan…que, la dernière fois, il était plongé dans une illusion qui voulait qu'il la tue…mais les mots restèrent coincés dans sa gorge et Misao observait le papier que Midnight avait apporté.

Alors il baissa la tête, immobile sur le lit, réfléchissant. Dan aurait pu lui faire comprendre qu'il le taquinait ! Un clin d'œil aurait suffit ! Mais non … et Kem avait tout envenimé…

Moon entra brusquement, déclarant que ledit cousin faisait sa crise d'adolescence, qu'il s'était enfermé dans sa chambre parce qu'il les trouvait tous injustes, qu'il ne voulait pas monter la garde etc… Kem ne comprenait pas trop l'histoire de monter la garde.

Quoique non. C'était clair et net. A cause de Midnight. Misao avait donc ordonné à Dan de surveiller la maison. Kem allait pour se lever, pour dire qu'il garderait la maison à la place du cousin, mais Moon plaisanta, demandant s'il se transformait en statue. Et Misao, dans toute sa splendeur, répondit :


-Il s’enracine pour atteindre la sagesse des arbres.

Il ne put empêcher un fin sourire d'étirer ses lèvres. Il n'y avait qu'elle pour prononcer ce genre de phrase. Et il remercia intérieurement Moon lorsqu'elle dit qu'il fallait être gentil avec ses amoureux. Enfin bon…la vie n'avait jamais été gentille pour lui ni pour les autres donc il s'en fichait quelques peu tout de même.

Il sentit le lit bouger lorsque Misao sauta dessus et l'agrippa, entourant son torse de ses bras et calant sa tête contre son épaule. Qu'il aimait cela ! Qu'il aimait sentir son parfum, sa peau contre la sienne, sa respiration contre son dos…
Il oublia même Moon qui s'en alla, décrétant qu'elle allait calmer Dan toute seule. Puis Misao demanda :


-Tu me fais la tête ?

Il sentait encore un peu de colère, mais l'amour la remplaçait bien vite. Et encore plus rapidement lorsqu'elle commença à l'embrasser dans le cou. Elle commença à chantonner, de sa voix cristalline et il ne résista plus. Il se retourna, la prenant dans ses bras, se couchant sur elle et l'embrassant partout. Au moins elle comprendrait qu'il n'était pas fâché.
Il s'arrêta néanmoins pour dire :


-Excuse ma réaction de tout à l'heure. Mais je ne pouvais pas deviner que Dan rigolait. Et les coups ne vont pas me tuer. Alors n'épuise pas ton énergie pour si peu.

Il recommença à l'embrasser, ses mains caressant son corps avec envie, lorsqu'il repensa à autre chose et se stoppa à nouveau :

-Et puis…comment peux-tu penser que j'agirais avec toi comme avec Dan ? Jamais je ne lèverais la main sur toi. Je pensais que tu le savais…que tu me faisais suffisamment confiance pour. En tout cas, dès à présent je te l'affirme. Je ne te frapperais jamais.

Elle le regardait, caressant de ses doigts fins son visage, les bleus disséminés, tout. Il reprit là ou il s'était arrêté, l'amour l'englobant d'un feu dévastateur. Il la désirait tellement ! Mais il se contint. Ils n'étaient pas seuls et si elle ne voulait pas, il ne forçait pas. Et il repensait à Midnight, qui allait revenir à la charge dans peu de temps.

Soudain, les faisant sursauter, ils entendirent des bruits de pas de l'autre côté. Ils écoutèrent attentivement, et réalisèrent que ce n'était que Dan, qui boudait, marchant de long en large de la pièce avec des pas aussi lourds qu'un brûleur. Il entendit même le léger rire de Moon qui se moquait de lui.

Kem sourit à son tour en imaginant la scène, mais il ne voulait pas les rejoindre. Il était bien, avec Misao. D'ailleurs, il faudra qu'il pense à s'excuser auprès de Dan. Même si cela allait lui coûter. S'excuser chez Misao, cela passait encore. Mais Dan ! Il était Mercenaire ! Et Kem était forcé de s'abaisser à cette attitude…

Il laissa la Rêveuse jouer avec son corps, ses mains se promenant sur son torse, suivant la cicatrice de son index, redescendant plus bas, le titillant, faisant monter la passion dans son corps. Et il résistait de plus en plus difficilement à cet assaut…

Le soir venu, il s'allongea près d'elle, entourant ses épaules de son bras. Il était essoufflé et heureux comme jamais. Les draps recouvraient leur nudité et il voyait Misao sombrer dans le sommeil. Il espérait que les étoiles lui parleraient, qu'elle puisse agir en conséquence.

Il s'endormit à son tour, priant pour que Midnight ne passe pas à l'action cette nuit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 7 Juin 2012 - 20:28



♦Lewis♦






Midnight ne passa pas à l’attaque cette nuit, la preuve, je dormis comme une marmotte. Par contre mon rêve fut beaucoup plus animé. J’arrivai dans la clairière et après une petite histoire et quelques commentaires sur ce que j’avais fait avant de m’endormir les étoiles furent enfin disposés à me répondre. Enfin, ce ne fut pas si enrichissant que ça vu qu’elle était d’une humeur massacrante. Par ailleurs, l’histoire portait sur une famille où tout le monde finit pas se suicider. Magnifique, n’est-ce pas ?

« -Bon alors, elle est vraie cette lettre ? demandai-je
-Oui.
-Quoi ?
-Oui. Mais c’est plus compliqué.
-Comment ça plus compliqué ?
-Oh ! Ben tu te débrouilles, tu cherches, tu réfléchis et tu trouves toute seule comme une grande !
-Mais…
-Y a pas de mais ! »

Et ce fut là que je me réveillai, pousser hors de mon rêve par un énorme coup de vent, qui m’emporta comme si je ne pesai pas plus qu’une plume. Alors dès que j’eu ouvert les yeux, je me redressai en hurlant :

« OH PUTAIN LES SALOPES ! »

Très poli, je sais, je sais… Et cela eut aussi l’effet de réveillait Kem. Je lui ordonnai aussitôt de replonger dans ses magnifiques rêves de… De… Bon peu importe, de se rendormir quoi ! Et illico ! Pour une fois que je me levai plutôt que lui ! Il faudrait me porter un toast un peu plus tard parce que moi, j’appelai ça un miracle miraculeux. Et oui, c’est recherchait ça. Je me levai en vitesse et toujours aussi rapidement, je revêtis une robe claire après m’être lavé. Bien oui, je suis propre moi ! Puis, alors que le ptit kemounet finissait son gros dodo, je déroulai un rêve pour les coups qu’il s’était repris hier. L’œil au beurre noir, ça va deux minutes mais après ça devient lassant. Puis je le réveillai, non pas en l’embrassant mais en lui sautant dessus, y mettant tout mon poids, tel un gros éléphant tombé du ciel. Enfin non, il faut dire que je ne suis pas super lourde, mais ça suffit à lui faire ouvrir les yeux.

« Allez ! Debout et plus vite que ça ! Mais c’est quoi ce flemmard ! Oh, j’ai jamais vu ça de ma vie un truc pareil. Ca dort, ça dort ! » dis-je avec un grand sourire sarcastique

Puis sans l’attendre, je sortis de la chambre et débarquai dans la cuisine toujours sur ma lancé de super activité et demandai à Moon qui était déjà là, où était mon très cher cousin préféré.

« -Il vient de se coucher, si tu le réveil il va te tuer. me répondit-elle
-C’est bien j’ai des tendances suicidaires aujourd’hui ! » dis-je sur un ton ironique en repartant

Kem qui venait d’arriver me dévisager. Eh oui, ça fait un choc d’apprendre que sa petite amie veut se tuer. Je me mis à tambouriner à la porte de Dan et tout à coup la porte s’ouvrir en grand. Il apparut avec le regard le plus assassin que j’ai jamais vu et me demanda de taper plus fort. Puis la porte se referma. Et je me mis à taper moins fort. Il revint donc et cette fois me saisit par le coup.

« -Tu vas arrêter de faire tant de bruit sale conne. siffla-t-il
-Moi aussi je t’aime.
-Dégage !
-Non, on sort. On va faire une petite promenade en famille, histoire de s’aérer un peu.
-Tu rêves. J’ai pas fermer l’œil de la nuit, alors maintenant tu me laisses dormir.
-Rien ne t’obligeait à le faire. Tu aurais pu aller chercher Kem par la peau du cul pour le mettre à ta place. Alors maintenant tu viens avec nous, tu ronfleras plus tard. »

Il me lâcha et se détourna en poussant un cri qui ressemblait plutôt à un rugissement. Oh ! Il veut jouer au lion le petit chéri ! Moon qui avait observé la scène avec Kem demanda qui était le plus chiant dans la famille.

« Moi bien sûr. Mais tu sais, être une peste, ce n’est pas si facile. Ça s’apprend, ça se cultive ! C’est un art ! » répondis-je

Puis on mangea un morceau en attendant que le cousin se décide de sortir de sa grotte. En attendant je dis à Moon qu’il faudrait qu’elle aille chercher à manger et aussi voir pourquoi je n’avais plus de mercenaires à soigner. Pas que je me plaigne de ne pas avoir de boulot, Kem et Dan m’en donnaient assez, mais je doutai que tout à coup ils aient arrêté de se massacrer entre eux. Et pendant ce temps mon petit-ami chéri et moi on allait un peu se renseigner sur celle qu’on pensait être le grand méchant loup. Alors qu’on allait partir sans le rouquin, il apparut et quand il apprit qu’il allait devoir faire les courses, il voulut retourner se recoucher. Tentative ratée.
Une dehors, Moon et Dan partirent d’un côté. Mais, je n’avais pas fait de mettre que je vis un truc. Un truc si invraisemblable que je crus que je rêvais. Je m’arrêtai et clignai des yeux. Mais non, c’était bien la réalité. Alors tout à coup, je fus prise d’un fou rire incontrôlable et je finis par m’accrocher à Kem. Sinon, j’aurais sûrement finis par me rouler par terre.

« Il a… Il a les cheveux ROSES ! » réussis-je à articuler

Oui, c’est ça ! Un mercenaire avec une chevelure digne des nounours tout roses des petites-filles. Et ça, c’était trop ! Il était là, avec ses cheveux, au milieu de tout ce sombre. J’avais l’impression que ce mec était un alien. Il s’approcha avec un grand sourire alors que je rigolais toujours. Je n’arrivai pas à m’arrêter.

«- Quoi ? C’est leur couleur qui est si drôle ? demanda-t-il, puis il saisit une mèches de mes cheveux, Parce que les votre ne sont pas mal non plus.
-Oui, mais les miens ne sont pas roses ! répondis-je en me calmant un peu
-C’est vrai, c’est vrai… Vous êtes notre rêveuse je suppose. Si j’avais su que vous étiez si jolie, j’aurais peut être fait en sorte de me blesser.
-J’aurais sûrement pas réussis ! Manque de concentration. »

Je souris et le jeune homme se présenta. J’appris donc qu’il s’appelait Lewis et je fis de même pour moi et Kem. Puis, il me prit par la main en me disant qu’il allait me faire visiter.

« -Non mais c’est bon, c’est déjà fait ! Et puis j’ai pas vraiment pas le temps. protestai-je
-C’est pas grave ! Ton toutou peut venir aussi. répondit Lewis
-C’est pas mon chien mais mon petit-ami.
-Pas grave ! »

Je pris sa main dans la mienne mais je dus la lâcher car le mercenaire rose me tirait derrière lui. Il fallait espérer qu’il ne pète pas un plomb comme hier soir parce qu’une fois ça me suffisait.

















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Jeu 7 Juin 2012 - 21:56

Il se promenait sur les toits d'Al'Far. La ville était silencieuse et sombre. Il n'y avait rien d'autre que lui, le vent et les nuages. Il courrait, sentait l'air se glisser sous ses vêtements, ses pieds quitter le sol à chaque foulée, comme s'il tentait de s'envoler. Il prit de l'élan, accéléra, et sauta sur le toit suivant, en silence. Seul au monde, heureux et libre. Puis, sans le voir, un mur apparut devant lui et il n'eut plus le temps de freiner. Le percutant de plein fouet, Kem recula sous le choc et, lorsque ses pieds rencontrèrent le vide, il ne réussit pas non plus à se raccrocher. Se sentant tomber, il voulut hurler, mais aucun son ne sortit. Il se prépara à la douleur, lorsque la chute cessa.

Se redressant, il vit qu'il était dans la Forêt d'Ombreuse. Les arbres lançaient leurs ombres fantomatiques partout autour de lui, créant une ambiance terrifiante. Un arbre se brisa en deux, révélant la sombre silhouette de Finrod. Un deuxième fît de même, pour Midnight. Un autre pour Dan. Et encore un pour chaque Mercenaire qu'il avait affronté. Le plus majestueux s'ouvrit sur Viladra, plus resplendissante que jamais, son fidèle sabre en main, ensanglanté. Puis, un petit arbre, un dernier, se fractura, révélant Misao, si frêle. Il savait qu'elle ne l'était pas. Preuve, c'est elle qui menait leur couple, qui le commandait et l'engueulait. Tous riaient, et il ne comprenait pas. Regardant Finrod, il revit sa mort et, soudain, il cessa de rire et mourut, comme Kem l'avait vu. Il fît de même avec tous les autres, sauf Viladra, Dan, Misao, Midnight. Il lui réservait autre chose.
Et, alors qu'il s'apprêtait à imaginer la pire mort qui soit, un cri le fît plonger dans un trou, l'attirant au monde réel :


-OH PUTAIN LES SALOPES !

Il ouvrit un œil, le seul valide d'ailleurs, et vit Misao assise sur le lit, a la fois en colère et surexcitée. Il voulut lui poser une question, demander ce qu'il se passait, mais elle lui ordonna de dormir. Et, trop fatigué pour rouspéter, il obéit de bonne grâce. En pensant néanmoins à la tête que ferait Viladra si elle savait qu'il obéissait à la Rêveuse…
Il ne rêva plus du tout, mais se reposa tout de même, jusqu'à ce que Misao lui saute violemment dessus, appuyant de tout son poids sur lui.


-Allez ! Debout et plus vite que ça ! Mais c’est quoi ce flemmard ! Oh, j’ai jamais vu ça de ma vie un truc pareil. Ca dort, ça dort !

Il ouvrit les yeux. LES ! Elle l'avait donc soigné, malgré son interdiction…en même temps, il aurait du s'y attendre. Quoi qu'il en soit, il sourit et tenta de lui asséner une remarque tout aussi ironique, parce que franchement, ce n'est pas lui qui dormait le plus. D'ailleurs, il faudrait marquer ce jour, elle s'était levée avant lui….

Elle partit sans l'attendre. Il se leva donc, enfila rapidement une chemise et un pantalon et alla dans la cuisine, et capta juste les dernières paroles de Misao, qui se disait suicidaire. Il écarquilla les yeux. Elle frappa à la porte de Dan et, lorsque celui-ci ouvrit, Kem vit très bien qu'il n'avait pas dormi et qu'il était d'une humeur de chien. En même temps, après avoir monté la garde toute la nuit. Quel idiot. Il aurait pu aller le réveiller pour prendre le relai…
Les deux cousins se chamaillèrent comme toujours, il referma, elle recommença et Kem se tendit lorsqu'il l'agrippa par le cou. Mais il ne fît rien. Dan était inoffensif avec Misao.

Lorsqu'elle arriva, après avoir fini avec son cousin qui était retourné au lit, ils mangèrent quelques peu, et la Rêveuse prit la direction de la journée. Dan et Moon iraient chercher à manger, pendant qu'eux se promèneraient pour glaner des infos sur le fameux loup et voir pourquoi les Mercenaires blessés ne venaient plus chez elle.

Ils sortirent donc, traînant un Dan bougon. Ils marchèrent une minute et, d'un coup, la Rêveuse s'accrocha à son bras, se tordant de rire en disant :


-Il a… Il a les cheveux ROSES !

Elle montrait un Mercenaire, un peu plus loin. En effet, il avait des cheveux roses bonbons, tranchants nets avec l'ambiance obscure de la Forteresse. Comment Viladra l'avait accepté, il l'ignorait. Parce que pour les missions…pas très discret.

Il s'approcha d'eux, et Kem vit ses yeux. Bleus turquoise. Absorbants. Il ne lâcha pas Misao, se tendant. Il commença à lui parler, la flattant, disant qu'il se serait blessé plus souvent s'il avait su qu'elle était si belle…
Il se présenta, disant s'appeler Lewis. Misao les présenta aussi, mais Kem ne desserra pas les dents. Un sentiment s'infiltrait en lui, quelque chose qu'il n'avait jamais ressenti.

Et ce sentiment le piqua encore plus lorsque Lewis prit la main de la Rêveuse pour lui faire visiter.
Elle se dégagea, disant ne pas vouloir et ne pas avoir le temps. Mais il répondit, le lorgnant :


-C’est pas grave ! Ton toutou peut venir aussi.

Kem serra les poings. Pourquoi tout le monde le traitait-il de toutou ? Elle le défendit, lui ne réussissant pas à desserrer la mâchoire. Elle le prit par la main, pour prouver ses dires, mais lui fût arrachée par l'autre qui la tirait de l'autre côté. Kem les suivit, se demandant ce que c'était ce sentiment étrange qu'il ressentait. Une sorte de piqure qui se propageait partout, juste en voyant Lewis. Le voyant, là devant, dans toute sa splendeur, entraînant Misao qui riait avec lui…le contraire de lui. Joyeux même en étant Mercenaire. En fait, il était comme elle.
Il avait peur et était triste, toujours accompagné par cette piqure. Et si elle le quittait ? Et si elle comprenait qu'elle verrait la vie en couleur avec Lewis, alors qu'avec lui c'était noir ?

Il les suivait, cherchant ce qu'il devait faire. Il avait bien envie de le frapper, comme il avait frappé Dan la veille.

Lewis s'arrêta devant les palissades, derrière les maisons, à l'abri. Kem se rapprocha, et accéléra en voyant qu'il se penchait pour lui chuchoter quelque chose à l'oreille, la faisant pouffer. Et là, il mit un nom sur la piqure : la jalousie. Il était jaloux.

Il ne voulait pas qu'elle rit de ses paroles, elle ne voulait pas qu'il la touche, qu'il la regarde, qu'il lui parle. Il voulait le frapper. Alors il se mit à côté de Misao et dit :


-Et maintenant, tu veux faire quoi ?

Il regarda Lewis dans les yeux. L'autre rit et soupira en disant :

-Vairons. Cela faisait un moment que je voulais les voir.

-Merci. Et moi je souhaiterais ne plus voir tes cheveux roses bonbons ni tes yeux à partir de maintenant. Retourne à tes occupations.

-Entendez-vous cela, chère Rêveuse ? Le chien est en colère.

Il se contint du mieux qu'il put et eut encore plus de mal en voyant Misao sourire. Sa y est. Elle avait compris. Et le quittait. Non. Elle le lui dirait clair et net. Elle est comme cela, elle dit les choses comme elles sont.

-Je suis on ne peut mieux calme, monsieur l'ourson rose. Maintenant, obéit et dégage.

Il rit. Il rit !

-On peut dire que t'es un rigolo toi ! Viladra à donc loupé son coup ! Elle aurait du te confier à une troupe de cirque !

Kem inspira à fond. Retint son poing. Craqua ses os pour. Et Misao qui souriait toujours ! Finalement, non. Tant pis si cela l'énervait.
Lewis fut pris au dépourvu et le coup l'atteignit sur le nez.

Satisfait, Kem s'éloigna, traînant de force la Rêveuse derrière lui. Elle pouvait rouspéter, il serrait si fort qu'elle ne se dégagerait pas. Qu'elle le frappe, si elle ose, avec son statut de non-violente, il s'en fichait.

Et il espérait bien que Lewis en avait eu pour son grade.

Qu'est-ce que cela faisait du bien ! La piqure était moins dérangeante, maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Ven 8 Juin 2012 - 22:28



Je suis ta cousine préférée, hein?







Quand Kem m’empoigna par le poignet et se mit à me tirer derrière lui presque avec violence et surtout en me forçant à avancer, je crus que j’allais pêter un plomb. Mais putain c’était quoi son problème ? Pourquoi il se sentait toujours obligé de frapper tout le monde ? C’était pas comme si je n’étais pas de son côté, j’avais surtout à cause des cheveux roses de Lewis et de sa réplique de « l’ourson rose », c’est tout ! Mais il n’avait pas l’air de l’avoir compris, vu comme il s’était mis en colère. En tout cas, pour moi ce n’était pas une raison pour me traîner derrière lui, comme si j’étais sa prisonnière. Et si je n’avais pas eu peut hier, même si j’avais prétendu le contraire, là, je n’étais vraiment pas rassuré. Surtout qu’il me faisait mal ! J’essayais de faire en sorte qu’il me lâche mais il me tenait trop fort pour que j’y arrive. Ca me rappelait un peu les fois où mon oncle arrivait à me rattraper pour m’obliger à venir écouter ses leçons. Mais là, j’étais plutôt amusée, alors qu’aujourd’hui j’étais horrifié que Kem puisse se comporter ainsi.

« Lâche moi tout de suite ou… » commençai-je

Il s’arrêta mais il ne se retourna pas et ne me lâcha pas non plus. J’avais plutôt l’impression qu’il serrait mon poignet encore plus fort. Il attendait sûrement la suite. Qu’est-ce que je pourrais bien lui faire, hein ? J’étais non-violente, c’était un mercenaire. Il pourrait me tuer immédiatement s’il le voulait et personne ne dirait rien. Bah oui, ici je n’étais qu’une petite rêveuse sans importance. Mais je savais qu’il n’irait jamais jusqu’à me tuer, ou alors c’était vraiment un monstre. Tout à coup, quelqu’un posa sa main sur mon épaule et me tira en arrière.

« La demoiselle t’as dit d’arrêter de la traîner comme si c’était ton animal de compagnie, alors tu arrêtes ! Il ne faut pas confondre ta place avec la sienne, ici c’est toi le cabot. » dit Lewis

Ok, lui, il cherchait vraiment les ennuis ! Il allait finir par se faire tuer par Kem, s’il continuait ainsi.

« -Bon euh, Lewis, c’est sympa de venir m’aider, mais avec plus de diplomatie ça serait possible. Et puis, je pense être capable de me débrouiller toute seule. intervins-je
-Ok, je vais essayer d’être plus sympa. Mais tu sais je peux pas faire sauveur et poli en même temps.
-Poli alors.
-Je suis pas d’accord.
-Bon alors tu vires, c’est pas tes affaires.
-Bien sûr que si. »

Et là, il dédaigna un poignard. Je réagis au quart de tour, je le poussais loin de moi, en me dégageant de sa poigne. Je lui dis de dégager dans l’instant. Mais qu’est-ce qu’ils avaient tous en ce moment ? Enfin non, ça devait tout le temps être comme ça ici, mais je restais la plupart du temps dans ma maison.

« S’il te plaît Kem, tu me fais mal là ! m’exclamai-je en revenant au premier problème alors qu’il reprenait sa marche, J’ai vraiment l’impression d’être de nouveau ta prisonnière. Je pensais qu’avec toi je pourrais être libre au moins un minimum. T’as pas le droit de me faire ça ! Tu n’as pas le droit de me forcer à te suivre si tu ne me considères pas comme tel. »

Mes paroles semblèrent faire leurs petits effets car il s’arrêta de nouveau et desserra un peu son emprise. Mais je savais qu’il allait continuer à me traîner derrière lui tant que je n’aurais pas dit quelque chose qui le choque vraiment. Les engueulades de mon oncle m’avaient appris à être dure si je voulais que mes paroles fassent un effet dans ce genre de cas. Lewis était partit depuis quelques minutes mais il réapparut suivit de Dan et Moon. Le rouquin, en bon cousin protecteur fut le premier à réagir. Il dit presque exactement la même chose que moi un peu avant c’est-à-dire :

« -Lâches là ou…
-Ou ne prends même pas la peine de venir chez moi ce soir. Je n’ai pas besoin d’un gros gamin qui ne sait pas se métrisait. » finis-je

Cette fois Kem me lâcha aussitôt et Moon pris mon bras pour m’écartais alors que les deux jeunes hommes suivaient. Il y avait juste mon petit-ami qui restait, aussi immobile qu’une statue. Je m’en voulais vraiment cette fois, mais il ne fallait pas que je cède. Je voulais qu’il comprenne que je ne voulais pas de violence chez moi. Il pouvait faire tout ce qu’il voulait quand il était seul ou du moins quand je n’étais pas là mais sinon non !

« Dan, qu’est-ce que tu as réagis vite. Avoue que je suis ta cousine préférée que tu adores comme personne. » dis-je pour détendre un peu l’atmosphère

Il grommela un truc alors que Moon souriait qui me dit qu’ils avaient trouvé plein de truc à manger. Je poussais une exclamation de joie en tapant de joie. Le nounours demanda s’il pouvait se joindre à nous, je répondis à l’affirmative.
Plus tard, alors que nous mangions bien tranquillement et que j’avais soigné celui-ci, la porte s’ouvrit et Kem entra.

« -T’aurais pu revenir plus tôt tu sais. lui dis-je puis je demandai, changeant complètement de sujet, Au fait les mecs, c’est qui, qui chante le mieux ? J’ai besoin de quelqu’un pour un duo !
-Moi, c’est sûr. s’exclama Dan
-Le prends surtout pas ! retorqua la mercenaire lunaire
-Et pourquoi ça Moon ?
-Parce que je chante beaucoup mieux que toi. intervint Lewis
-Bon dehors maintenant.
-Pourquoi ?
-Parce que papa et maman doivent discuter. »

Moon, entraîna les deux garçons dehors sans leur laisser le temps de protester. Pour moi ce n’était pas la peine. J’avais déjà dit tout ce que j’avais à dire mais Kem, lui avait peut-être quelque chose à dire.















Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Ven 8 Juin 2012 - 23:10

Il maudissait Lewis. Il le maudissait comme jamais. Kem ne comprenait pas non plus pourquoi il était toujours autant énervé. La jalousie était-elle l'unique raison ? En fait, il s'énervait souvent ses derniers temps…
Marchant d'un pas vif, traînant toujours Misao derrière en serrant son poignet, il l'entendit le menacer :


-Lâche moi tout de suite ou…

Il s'arrêta. Ou quoi ? Qu'allait-elle faire ? Le frapper ? Elle était non-violente. Et elle le savait très bien. Tout comme elle devait savoir qu'il ne lui ferait rien.
Il regardait droit devant lui, pour attendre la suite de sa menace, comme pour reprendre contenance et réfléchir au lieu ou il pourrait aller avec elle. Mais il fallut que l'autre débarque :


-La demoiselle t’as dit d’arrêter de la traîner comme si c’était ton animal de compagnie, alors tu arrêtes ! Il ne faut pas confondre ta place avec la sienne, ici c’est toi le cabot.

Il ne répondit pas et n'écouta pas ce qu'ils se disaient. Il ne voulait pas qu'elle lui parle…Si elle lui parlait trop souvent, elle commencerait à l'aimer et le délaisser lui…et il ne voulait pas être seul. Seul sans elle.

Il ne capta rien de ce qu'il se passait, mais traîna à nouveau Misao derrière lui, reprenant sa marche, voulant l'éloigner de l'autre imbécile rose.


-S’il te plaît Kem, tu me fais mal là ! J’ai vraiment l’impression d’être de nouveau ta prisonnière. Je pensais qu’avec toi je pourrais être libre au moins un minimum. T’as pas le droit de me faire ça ! Tu n’as pas le droit de me forcer à te suivre si tu ne me considères pas comme tel.

Il stoppa à nouveau sa marche et desserra sa prise. Sans la lâcher. Il ne voulait pas. Ne pouvait pas. S'il la lâchait, il avait l'impression qu'il coulerait. Quel imbécile ! Si Viladra le voyait, elle le tuerait, lui comme elle ! Sans remords, sans états-d'âme.
La piqure revenait, plus brûlante que jamais. Elle n'était pas sa prisonnière, au contraire. C'est elle qui l'avait emprisonné ! Il ferma et rouvrit les yeux, lorsque Dan et Moon apparurent aussi, avec le bisounours derrière. Kem serra la mâchoire alors que Dan répétait le début de menace, et que Misao terminais :


-Ou ne prends même pas la peine de venir chez moi ce soir. Je n’ai pas besoin d’un gros gamin qui ne sait pas se métrisait.

Sa main retira sa prise lentement. Immédiatement, Moon attira Misao à elle, pour l'éloigner de lui. Ils partirent tous les quatre, les femmes devant, les hommes à l'arrière, Dan riant gaiement avec Lewis. Et lui, toujours immobile comme un idiot, il serra les poings et marcha dans la direction opposée. Longeant les remparts, il sortit par la grande porte. Une fois dans la forêt, il se chercha un coin isolé et s'y installa. Le dos conter un arbre, il cassa toutes les branches qui étaient à portée de main.

Pourquoi était-il tellement énervé ? Pourquoi se mettait-il à frapper ainsi ? Même s'il était Mercenaire, il fallait une raison plus suffisante pour le faire. Et tout le monde qui le surnommait le chien…

Peut-être était-ce parce que Misao le traitait ainsi aussi. Elle ne faisait que l'engueuler. Lui donner des ordres. Et de temps en temps lui offrir des marques d'amour comme une récompense. Exactement l'attitude d'un maître à son chien. Il fît la moue en cassant une vingtième branche. L'aimait-elle à sa juste valeur ? Ou ne faisait-elle que profiter de lui, de son statut pour éviter trop d'ennuis avec les autres Mercenaires ? Se jouait-elle de lui comme elle se jouait de son oncle après avoir fait une bêtise ? C'était possible. Et maintenant qu'elle avait des Mercenaires alliés, Dan, Moon et même ce crétin rose, elle pouvait le laisser de côté, il était inutile.

Le problème, c'est qu'il l'aimait, lui. Il l'aimait véritablement, malgré les engueulades et le peu de marques d'amour qu'elle lui donnait. Il l'aimait réellement. Alors…pourrait-il se séparer d'elle ? Non. Sans doute que non.

Se relevant, il se mit à courir pour se défouler. Il avait le temps avant le coucher du soleil. Et elle ne l'attendait pas. Sa dernière réplique était claire, elle parlait du soir et de rien d'autre. Courant, sautant, se baissant, il laissa peu à peu la colère sortir. Il ne savait pas quoi faire. Il ne voulait pas la quitter. Mais en même temps…cela lui ferait peut-être prendre conscience de certaines choses. Il n'était pas un chien ! Il n'était pas un chiot que l'on affectionne et que, dès qu'il est trop grand on le délaisse !

Tout était flou dans son esprit. Il ne savait pas quelle décision prendre. Que ferait Viladra ? A ben oui…un coup bien placé et on n'en parle plus. Mais ce n'est pas ce qu'il voulait. Il lui avait dit qu'il ne lui ferait jamais de mal. Et il ne voulait pas la tuer. Jamais. Mais s'il partait, il la ferait souffrir. Oui, mais elle l'avait quelques peu cherché. Lui aussi pouvait se montrer dur.

D'autres questions venaient : s'ils partaient, serait-ce pour réfléchir puis revenir, ou partir et ne plus jamais vouloir en entendre parler, quitte à souffrir s'il était blessé, le tout pour ne pas la voir ?

La colère diminuait, mais pas la jalousie. Et ce n'était plus qu'à cause de Lewis. Dan, Moon…tous. Ils étaient tous supérieurs à lui. Tous meilleurs que lui. Dans tous les domaines. Ils valaient tous dix fois mieux que lui.

Lorsque le soleil commença à se coucher, il retourna lentement à la Forteresse, qui apparut pour lui, franchit les portes qui se refermèrent et s'arrêta pour reprendre son souffle.
Il se dirigea tout de même vers la maison, ouvrit la porte et entra. Ils étaient tous à table, mangeant et discutant tranquillement. Même Lewis ! Donc ils se passaient tous très bien de sa présence.


-T’aurais pu revenir plus tôt tu sais.

Il ne répliqua pas et ne se formalisa pas. Elle changea tout de même rapidement de sujet, pour finalement les mettre tous à la porte. Pourquoi ? Pour lui dire que c'était fini? Parce que le "papa et maman doivent parler", pouvait signifier beaucoup de choses…

Mais elle ne dit rien. Attendant sans doute qu'il le fasse lui. La regardant, plongeant dans ses yeux mauves, il prit encore le temps de réfléchir. Partir pour réfléchir ou partir pour ne plus revenir ?

Les mots restant bloqués, il alla vers la chambre. Quelques habits et se seraient bon. Elle le suivit et lorsqu'il vit qu'elle ouvrait la bouche, il ne lui laissa pas le temps de répliquer :


-NE dis rien.

Elle écarquilla les yeux, referma la bouche, mit ses mains sur les hanches…
Que dire ? Il baissa la tête cherchant ses mots. Que dire que dire ? Pas tout. Elle le prendrait pour un idiot comme toujours.


-Je vais te laisser. J'ai juste besoin de faire le point. De réfléchir.

Il ferma les yeux, inspirant un grand coup. Elle était médusée, ne s'attendant vraiment pas à cela.

-Juste un jour ou deux…pas plus. Tu ne peux pas comprendre.

Il se fraya un passage et, arrivé à la porte, lui dit, en un murmure à peine audible :

-Veille sur toi…

Puis il l'ouvrit et s'en alla.
Lewis attendait dehors avec les autres.


-Le chien est mit à la porte ? La meilleure décision qu'elle ait prise…

Il ne dit rien. Ne fît rien. Tenta d'oublier la jalousie. Il les ignora, ignora leurs regards, ignora leurs questions, tout, et se dirigea vers le dortoir commun. Se couchant sur le lit le plus éloigné et le plus à l'écart, il mit ses mains derrière sa tête et réfléchit à nouveau. Tout le monde allait manger, à cette heure. Il était donc tranquille un certain temps. Il avait mal. Si mal…Il pouvait comprendre qu'elle n'aimait pas la violence. Il pouvait comprendre des tas de choses. Mais il ne supporterait pas d'encaisser encore sans rien recevoir en retour d'équivalent.
Les rares fois ou elle l'embrassait de sa propre initiative, ils étaient courts et toujours pour se défiler. C'était lui qui prenait les devants lorsqu'il s'agissait de passer à l'acte, elle ne semblait jamais le désirer d'elle-même. Rien.

Fronçant les sourcils, il espéra juste qu'elle ne pique pas une crise parce qu'il était juste partit. Parce que cela aussi, elle serait capable de le lui reprocher et de l'engueuler dès qu'elle le reverrait, encore plus si elle venait le chercher dans le dortoir, au lieu de lui montrer à quel point il lui avait manqué. Il verrait. Elle pouvait venir le chercher, comme dit. Ou alors l'attendre, jusqu'à ce que Lewis la fasse craquer et, lorsqu'il reviendrait, un autre aurait pris sa place…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 9 Juin 2012 - 17:49



T'es mon bébé Kem!
T'as vu! J'ai les cheveux lisses en plus!






Je restai abasourdi sur le pas de la porte de ma chambre, mais putain, c’était quoi ce bordel. Pourquoi il avait fait ça ? Moon s’approcha et posa sa main sur mon épaule.

« -Ça va ? demanda-t-elle
-Ouais, j’ai pas tout pigé, c’est tout.
-Tu veux que je dise ce que je pense ?
-Va s’y, ça peut toujours m’aider.
-A mon avis il était jaloux de Lewis et il a sûrement pas apprécié que tout le monde lui dise qu’il est un chien.
-Jaloux ? Carrément ?
-Oui, oui, parfaitement !
-Comment j’ai pas pu le remarquer ? Et puis pourquoi il est parti en me laissant avec le nounours s’il est jaloux.
-Il a sûrement d’autres motivations.
-Mais quoi ?
-Je suis pas devin Misao.
-Bon alors je vais le voir.
-Ah non ! T’es déjà pas très diplomate normalement mais là t’es énervé et lui aussi, ça va finir mal. »

Je fis la moue puis je décidai d’aider Moon à débarrasser la table. Bon alors là comme ça il faudrait que je fasse preuve de diplomatie. Pas facile ! Lewis repartit, j’espérai que Kem et lui ne dormait pas dans le même dortoir. J’avais peur que ça finisse pas mal sinon. Je me mis à jouer un petit air de violon et Dan me proposa de faire le duo ensemble. A la place je préférai lui apprendre à jouer un peu du piano. Il n’était pas très doué mais en même temps c’était la première fois. Puis, j’essayai quand même de le faire chanter un peu, il avait une jolie voix de basse. Ca tranchait parfaitement avec son attitude de gamin, personnellement, si on me l’avait décrit sans que j’entende sa voix, j’aurais plutôt pensé à qu’il avait une voix de ténor. Et en plus il ne montait pas assez haut pour faire le duo que j’avais prévu. Je finis par aller me coucher et cette nuit les étoiles me racontèrent une histoire terrienne, celle du soldat de plomb. Jolie, même très jolie.

« -Bon, alors, tu comptes faire quoi pour Kem ? demandèrent-elles à la fin du récit
-Je sais pas du tout. Le truc c’est que je ne sais pas exactement pourquoi il est fâché en fait.
-Euh, si on disait tout le temps que tu étais son chien tu n’aurais pas quelques doutes sur le fait qu’il se sert de toi.
-Non ! Enfin si, juste deux secondes mais il sait que je l’aime !
-Y a plus expressive quand même que toi, à ce niveau-là.
-Bah ça va quand même ! C’est pas comme si je l’envoyais balader à chaque fois qu’il voulait m’embrasser.
-Oui mais tu l’embrasses quand toi ?
-Ok, ok j’ai compris. Mais faut aussi prendre en compte mon éducation.
-T’as rien retenu…
-C’est pas vrai !
-Ouais, ouais ! On te croit ! Bon allez, va lui parler. »

Je me réveillai lentement et je m’habillai. Je mis une robe noire à pois blanc, serrée à la taille avec des ballerines vernies. Puis je décidai de lisser mes cheveux. Truc qui n’arrivait presque jamais et qui me prenait toujours un siècle. Et puis quand j’avais finis ils m’arrivaient environ à la taille alors qu’avant ils s’arrêtaient en-dessous de mes épaules. Bah oui, ils étaient tellement frisés qu’après je gagnais plusieurs centimètres. Une fois cela fait, je me rendis dans la cuisine où Dan faillit s’étrangler avec son petit déjeuner en me voyant. Puis, je lui demandai s’il savait où était Kem, s’il l’avait vu.

« -Je suis pas sorti, mais il est peut-être encore dans le dortoir. répondit-il
-Bon, alors j’y vais.
-Hep ! Tu rigoles là ? Tu vas te faire tuer ! Tu te vois toi, petit non-violente, rentrer dans un dortoir plein de tueurs alors que ton prince charmant n’y est peut-être pas. Je me vois d’ici devoir t’enterrer.
-Alors viens avec moi.
-Ah non, moi, tes histoires ça ne me concerne pas.
-S’il te plaît Dan ! Pour ta cousine adorée !
-Alors c’est moi qui choisis ce qu’on mange.
-Ok. »

Chez les Winster, notre estomac passait presque avant tout. Mais aujourd’hui, je ne pris même pas le temps de déjeuner et j’arrachai le rouquin au sien. Puis je lui demandai si mes cheveux lisses m’allaient bien. Il me répondit que j’avais l’air encore plus fragile, super ! Finalement j’aurais dû les laisser normales. Finalement nous arrivâmes au dortoir mais Kem n’y était pas. Zut ! Maintenant il allait falloir que je fasse tout le tour de la forteresse pour le retrouver. Mais ce ne fut pas si long en fin de compte, je le trouvai en train de s’entraîner avec un autre mercenaire. Enfin, on aurait plutôt dit qu’ils voulaient réellement se tuer.

« -Kem, arrêtes ça tout de suite. dis-je
-Tu recommences Misao. souffla Dan
-Mais non ! Je le traite pas comme un chien ! Je veux juste pas qu’il se blesse, c’est plutôt une preuve d’amour. C’est de l’inquiétude.
-Mère poupoule va !
-Quoi ? Tu veux que je le laisse se faire poignarder.
-C’était l’apprenti de Viladra. Il a eu le meilleur maître possible ici et donc c’est un des meilleurs, il ne se fera pas blesser.
-Je sais qui était son maître mais ce n’est pas une raison. J’ai trop peur.
-Ouh ! Ma pauvre chérie, tu veux ton doudou peut être.
-Ah ah !
-Maintenant va lui parler.
-Pas possible. Je suis en panne de mots, je sais pas quoi dire. Je crois que je vais m’enfuir.
-Ah non ! Tu restes et t’assumes. »

Quelle galère ! Dan m’empêchait de partir en courant et Kem me regardait fixement attendant sûrement que je lui parle. Mais moi, je n’y arrivai pas. Pas moyen de faire sortir un truc de ma bouche, de former une phrase complète dans ma tête. Panique à bord ! Je me mis à tordre mes mains dans tous les sens, comme d’habitude quand j’étais stressé. J’avais l’impression que tout le monde ici avait les yeux braqués sur moi, attendant que je fasse quelque chose. Mais c’était faux, je savais que la plupart des personnes dans cette forteresse n’en avaient rien à foutre et c’était aussi bien comme ça. Dan m’encourageait du regard et moi je lui rendais version appel à l’aide. Mais il ne bougea pas.

« -Dis donc, tu crois pas que la voix de Kem conviendrait pour le duo ? demanda mon cousin tout à coup
-Euh… Oui. Peut-être.
-Parce qu’à mon avis il peut monter plus haut que moi.
-Ça c’est certain.
-Grouille-toi de trouver de l’inspiration parce que j’ai hâte de voir ce que ça donne.
-Oui, bah, elle arrive pas sur commande je te signale.
-Trouves autre chose alors. »

Plus facile à dire qu’à faire. Et en plus je n’avais même plus les étoiles pour m’aider, j’aurais dû leur demander de l’aide dans mon rêve. Je passai en revue toutes les options possibles. Finalement je finis par faire un pas en avant puis un deuxième. Mais je ne savais pas quoi faire d’autre et faut avouer que marcher n’était pas la meilleure solution pour se faire pardonner. Finalement je finis par aller le prendre dans mes bras, après tout c’est ce qu’il me reprochait. De ne pas assez montrer que je l’aime, enfin je crois.

« T’es pas mon chien, t’es mon petit-ami et si ça à la rigueur tu es autre chose eh ben…T’es mon bébé. Ouais, c’est ça. Mais attention, je te lâcherai plus si c’est le cas. Mais si tu pouvais rester mon petit ami ça serait pas mal quand même. Et puis je t’aime, je ne veux pas que tu crois le contraire. » murmurai-je

Dan remarqua que là c’était plutôt moi qui avais l’air d’une enfant toute fragile mais je ne répliquai rien. Non, vraiment, je ne me lisserai plus jamais les cheveux, avoir l’air aussi fragile ne me plaisait pas du tout quand j’étais ici.

« Tu veux bien rentrer avec moi ? » demandai-je à Kem













Revenir en haut Aller en bas
Itinérant__Membre
avatar
Féminin Âge : 24
Autre(s) Compte(s) : xxx
Messages : 246
Date d'inscription : 02/10/2011
Itinérant__Membre

Mon personnage
Sexe et âge: Homme de 29 ans
Aptitudes:
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Sam 9 Juin 2012 - 19:17

Il entendit tous les autres Mercenaires venir par petits groupes après avoir pris leur dîner. Lui n'avait rien mangé et n'avait même pas faim, d'ailleurs. Il les entendait murmurer entre eux et ne voulait surtout pas savoir de quoi il retournait. Elle n'était pas venue le chercher. Donc l'autre prenait sa petite place. Son cœur souffrait toujours sans qu'il puisse le soigner. Il avait cru être aimé pour ce qu'il était et non pour sa place chez les Mercenaires. Il avait cru qu'il avait enfin trouvé celle qui ensoleillerait sa vie. Et au bout du compte, tout cela n'avait peut-être été qu'une grosse illusion, réelle pour une fois, une illusion ou Misao l'avait manipulé encore plus finement que Midnight.
L'illusion s'était donc transformée en désillusion. Quoique, son cœur voulait croire qu'il faisait fausse route. Que c'était son imagination. Elle n'était pas aussi fourbe, si ?
Il ferma les yeux et s'emmitoufla dans les draps. Le dortoir avait ses courants d'air et les nuits étaient fraîches.

Il s'endormit très lentement et rêva de Lewis. Même dans les rêves il le hantait.
Il se voyait, lui, attaché devant la porte de la maison, entravé par une lourde chaîne soigneusement fixée dans le sol. Il regardait par la fenêtre et voyait Misao, assise sur les genoux de Lewis, lui faisant des choses qu'elle n'avait jamais faites pour lui. Il la voyait rire, l'embrasser fougueusement, des baisers qu'il n'avait jamais connus aussi longs pour lui. Sous ses yeux, ils commencèrent à se déshabiller mais, trop dégoûté, il se rassit sous la fenêtre. Quelques minutes s'égrenèrent et il entendit les gémissements des deux personnes.
Il ferma les yeux, se boucha les oreilles. Si fort qu'il crut qu'il allait se les exploser.

Kem pensa à autre chose, tenta du moins, mais le puits qui apparut devant lui était trop tentant. Il se leva, sous les gémissements, et sauta dedans, droit comme un I.

Ouvrant les yeux, il ne sut plus ou il était pendant quelques instants. Puis il entendit les respirations des autres et se souvint qu'il se trouvait dans le dortoir.
Il se redressa, se frottant les yeux. Un chien c'est tout ce qu'il était encore. D'abord le chien de Viladra, puis celui de Misao. L'éducation de ses parents, qui avaient fait de lui quelqu'un de gentil, d'honnête et droit, n'avait pas disparu avec l'entraînement de Viladra. Elle s'était juste faite toute petite. Et depuis qu'il était avec la Rêveuse, elle était réapparue. Il se doutait que son ancien Maître connaissait ce point faible. Il savait qu'elle l'utiliserait s'il le fallait. Tout comme elle utilisait l'oncle de Misao pour qu'elle ne s'échappe pas.

Se levant, défroissant ses vêtements, il marcha dans le couloir central jusqu'à ce que la vision de Lewis, endormi, ne le stoppe. Il était couché là, tranquillement. La jalousie s'en alla quelques peu. S'il était là, c'est que Misao ne l'avait pas remplacé. Pas encore du moins.
Il sortit en silence et se dirigea vers le réfectoire. Le soleil n'était pas encore complètement debout, mais il avait faim et voulait s'entraîner toute la matinée. Se battre sans qu'elle lui dise que ce n'était pas bien. Se battre pour se défouler, libérer cette jalousie et cette colère qui l'habitaient toujours.

S'installant à une table en coin, il commença à manger sous le regard vigilant du cuisinier. Pourquoi s'énervait-il ainsi ? Trop protecteur ? Trop possessif ? Des choses que Misao n'aimait pas. Elle aimait sa liberté. Mais justement, il l'aidait à la conserver non ? Il ne savait plus quoi penser et était complètement perdu. Entendant les premiers combats, dehors, et voyant le réfectoire se remplir, il s'en alla, ne voulant pas entendre les remarques qui ne tarderaient pas à fuser sur le "toutou" qui avait été mis à la porte.

Et bien lui en prit, il était sorti et se dirigeait vers la zone d'affrontement que Lewis entrait à son tour pour manger. Il s'arma d'une épée mouchetée, pour qu'elle coupe moins facilement, et chercha un adversaire à sa hauteur.
Il le trouva, un grand Mercenaire chauve qui arborait toutes ses cicatrices.
Ils s'inclinèrent comme il se devait et commencèrent à se battre. Des coups précis et rapides pour Kem, plus lents et plus stratégiques pour l'autre. Sa colère démultipliant sa force, il obligea l'autre à riposter de la même façon, de ne plus jouer les fins stratèges. Il l'obligea à se défendre plus qu'à attaquer.
Il mettait toute sa force dans ses coups et l'autre commençait à perdre pied lorsqu'une voix jaillit :


-Kem, arrêtes ça tout de suite.

Il s'arrêta net en même temps que l'autre et se retourna, disant qu'il avait fini de se battre. Il était essoufflé, mais qu'est-ce que cela lui avait fait comme bien ! Il fixa Misao. Elle allait l'engueuler, à coup sûr. Comme toujours. Parce qu'il venait de se battre avec un autre et qu'elle ne le voulait pas… Mais il la contemplait tout de même, se rinçant l'œil comme jamais. Elle était vêtue d'une robe noire à pois blancs, serrée à la taille. Et, l'étonnant encore plus, elle avait lissé ses cheveux qui descendaient à présent jusqu'à sa taille ! Et lui donnait un air encore plus fragile, qui donnait envie de la protéger quoiqu'il arrive. Il déglutit alors qu'elle discutait avec Dan.

Il continuait à la regarder, certain qu'elle allait faire quelque chose. Elle allait sans doute de nouveau lui faire la morale, et alors l'autre crétin débarquerait et tout recommencerait, comme un cercle vicieux. Mais non. Elle ne bougeait pas, comme paralysée. Elle n'arrivait même plus à parler, signe qu'elle était réellement troublée.

Avait-elle compris alors, le pourquoi de son geste ? Les étoiles lui avaient certainement mis la puce à l'oreille. Dan lui parla d'un coup d'une histoire de duo, disant qu'il aurait une bonne voix pour l'accompagner. Lui ne pigeait pas trop mais laissait faire.

Elle semblait réfléchir. Mais à quoi ? Puis, lentement, elle commença à marcher vers lui, comme si chaque pas lui coûtait.
Elle ne savait réellement pas quoi faire, vu son air. Son cœur battait comme un fou.
Misao s'arrêta devant lui et, délicatement, le prit dans ses bras. Lâchant son arme d'entraînement, il lui rendit son étreinte. Malgré sa jalousie ou même sa colère, le contact lui avait manqué. Cruellement. Même pour un jour et demi.


-T’es pas mon chien, t’es mon petit-ami et si ça à la rigueur tu es autre chose eh ben…T’es mon bébé. Ouais, c’est ça. Mais attention, je te lâcherai plus si c’est le cas. Mais si tu pouvais rester mon petit ami ça serait pas mal quand même. Et puis je t’aime, je ne veux pas que tu crois le contraire.

Il lui caressa ses cheveux, doucement. Il devait se contenir, sinon les larmes viendraient et il se retrouverait aussi misérable qu'une fillette. Son bébé ? Peut-être un surnom mais sinon…lui aussi l'aimait. Il ne savait toujours pas quoi penser. Elle pouvait encore mentir, quoique, son ton était sincère, il le sentait. Son murmure avait un timbre différent de celui qu'elle prenait pour mentir.

-Tu veux bien rentrer avec moi ?

Il y avait de l'inquiétude dans sa voix. Il la regarda, caressa du doigt sa joue, et lui dit :

-Oui. On va tout mettre à plat. Pour mieux continuer.

Elle acquiesça et ils rentrèrent, elle toujours dans ses bras, Dan suivant gentiment. Ils entrèrent et trouvèrent Moon installée à table. Elle se leva, un sourire en coin pour Misao et suivit Dan à l'extérieur, les laissant seuls d'eux-mêmes. Entrant dans la chambre, ils s'installèrent sur le lit, côte à côte. Comme cela, personne ne pourrait les espionner.

Prenant la main de la Rêveuse dans la sienne, caressant sa peau dans un geste de va-et-vient incessant, il chercha ses mots. Il devait lui expliquer un peu tout de même.


-Déjà, je te prie de m'excuser pour mon comportement mais…tu sais…la vue de Lewis avec toi, te parlant et…enfin…je…je ne pouvais pas le supporter. Et j'ai l'impression que je ne compte pas plus que cela pour vous. Je veux dire je…

Il n'arrivait pas à parler. Horrible. Il ne maniait pas les mots aussi bien qu'elle. Mais elle le regardait, lui laissant le temps de réfléchir.

-J'ai eu l'impression d'être effacé aussi vite qu'une tâche sur le sol. Lavé et oublié. Et puis…les rumeurs qui traînent, tout le monde qui me traite de chien et en chien, je n'ai plus réussi à le supporter. C'est pour cela que je me suis éloigné de toi, Misao. Juste pour y voir clair. Parce que sache que je t'aime. Vraiment.

Il baissa un peu la tête, soufflant. Il avait dit une partie de ce qu'il ressentait.

-Déjà à l'époque, quand les voyous s'en prenaient à mes parents, les volant sous leurs yeux et eux ne pouvant rien faire, je me sentais inutile et bon-a-rien. Et bien hier, après que tu sois repartie, j'ai eu la même impression. Inutile et bon-a-rien à part obéir et se taire.

Il inspira profondément. Voilà, c'était dit. Maintenant, il espérait qu'elle ne se fâche pas, qu'elle ne le prenne pas pour elle. Il n'avait fait que lui dire ce qu'il pensait.

Comme cela, elle était au courant et agirais en connaissance de cause.
Il n'osait même pas la regarder. Peut-être comprenait-elle des choses qu'elle n'avait pas vues auparavant ? Ou alors au contraire elle allait à nouveau l'engueuler. Il ne savait pas.

Il voulait qu'elle parle. Mais sans engueuler. Normalement en fait.

Ils n'entendirent pas le bisounours qui entrait dans la maison, trop absorbés par leurs pensées, par ses paroles, et par son attente d'une réponse de la Rêveuse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra] Dim 10 Juin 2012 - 21:15

J’étais légèrement, extrêmement en fait, horrifié par ce que venait de me dire Kem. Je n’avais pas l’impression de mettre comporté de cette façon. Je n’avais pas eu l’impression d’être une telle peste. Je baissais les yeux avec un air d’enfant penaud. La tête que j’aurais dû faire à chaque fois que j’avais fait des bêtises au lieu de sourire. Je croisais mes jambes en tailleurs sur le lit après avoir enlevé mes ballerines. Il avait donc fallut que Kem me dise ça pour que je fasse cette tête. Si mon oncle me voyait il aurait sûrement fait un arrêt cardiaque ou alors il serait mis à chanter et danser. A savoir que ceci est un miracle. Mon oncle a toujours l’air fatigué et lasse, c’est quand il a l’air en pleine forme et joyeux qu’il faut s’inquiéter. Très logique, n’est-ce pas.

« -Désolé, je ne voulais pas me comporter ainsi. J’ai vraiment été horrible. Mais je ne pourrais jamais t’effacer et surtout pas…
-Oh ! Mais qu’est-ce que tu fais ici le toutou ? »


C’était Lewis qui venait d’entrer, il regardait Kem de haut. Bon, même sans ce que venait de me dire Kem, j’aurais réagi parce qu’il était vraiment en train de le snober. Je me levai d’un coup.

« -De un tu frappes avant d’entrer ! De deux, tu ne coupes pas la parole et de trois dis encore une fois que Kem est un chien et je te jure que tu n’auras pu à frapper à cette porte puisque tu ne reviendras jamais. Compris ? dis-je
-Ok ! J’arrête. En attendant j’adore t’es cheveux mon chou. Ça te donne un air si angélique avant ça faisait beaucoup plus feu follet.
-Merci, tu viens pour quoi ?
-Bah ! Je voulais terminer la petite balade de hier puisqu’elle avait été interrompue par ton… Kem.
-Plus tard, je suis occupé.
-Pas de problème mais par contre tu devrais aller manger parce que ton ventre grogne là ! »


Oui, en effet, il avait gargouillé assez fort. Lewis s’éclipsa et je me rassis à côté de Kem. Inutile et bon à rien. Il pensait vraiment qu’il l’était ? Parce que je n’avais pas vraiment cette impression personnellement. Mais il avait aussi le fait que je n’étais pas assez tendre que je voulais expliquer :

« Je suis désolé si je ne te montre pas assez que je t’aime mais tu sais je n’ai pas eu de mère. J’ai été élevé par mon oncle qui n’est pas tellement un sentimental, il m’engueule le plus souvent pour me montrer qu’il m’aime. Et puis sinon il y avait le troisième âge, c’est eux qui m’ont appris la plupart de mes conneries. J’étais leur élève. Pour papy tu devines que lui non plus c’est pas le genre des câlins. Y a juste Sacha que je considère comme un frère. Lui aussi, il a perdu ses parents, c’est un des rêveurs qui l’a recueilli. Donc tu vois, on m’a pas tellement habitué à être tendre… Et puis t’es pas un bon à rien, c’est juste moi qui t’es pas laissé le choix. N’hésites pas à me faire la morale quand il le faut, de toute façon j’en suis pas à une prêt. »


Je l’embrassai longuement, bah oui, fallait bien que je m’améliore. Et je lui soufflai que de toute façon une femme aime se faire désirer. Puis doucement je me relevai alors que mon ventre me rappeler encore à l’ordre. Je me dirigeai vers la cuisine mais deux mercenaires arrivèrent, apportant avec eux un homme blessait. Fini les vacances ! Le travail est de retour ! Je leur dis de déposer le blessé dans un des lits puis de partir. Je déroulai ensuite un rêve, soignant la plaie à son épaule et remettant sa jambe dans un axe normal et qui ne donnait pas envie de vomir. Puis j’allais manger. Dan et Lewis arrivèrent parlant comme deux vraies commères.

« -C’est pas censé être calme ici ? se plaignit l’homme
-Si t’es pas content tu peux dégager. répliqua Dan
-Ca l’était avant. dit Moon qui était en train d’affuter un poignard dans un coin
-T’es sûr de ça ? demanda Lewis
-C’était calme quand y avait que Kem et moi. Ah ! C’était le bon temps ! déclarai-je
-T’es en train de nous dire que tu voudrais qu’on dégage.
-Ouais en gros.
-T’énerves pas le bisounours, c’est juste qu’elle veut être tranquille avec Kem pour pouvoir lui faire plein de gros bisous.
-Ok…
-Oh mais fermez vos gueule là !
hurla le blessé
-Il a de la voix pour quelqu’un qui souffre. dit Dan en s’approchant avec une arme
-On ne violente pas mes malades, cher cousin.
-Dommage… »


Je finis de manger et débarrassai. Puis j’allais me blottir dans les bras de Kem, j’allais plus le lâcher jusqu’à ce qu’il me dise de dégager tellement il en aura marre. Mais Lewis me rappela que je devais aller me balader avec lui. J’interrogeai Kem du regard pour savoir s’il voulait venir et il hocha. Nous partîmes donc tous les trois, je donnai la main à mon petit-ami comme si j’étais une enfant qui avait peur de se perdre. Mais quelques minutes avant que nous soyons sortis le nounours rose passa un bras sur mes épaules. J’eu à peine le temps de me retirer que déjà je me sentais tirer en arrière. Forcément, Kem ne devait vraiment pas apprécier et je me dis qu’il allait sûrement le frapper. Enfin bon, là je dois dire que Lewis l’avait cherché quand même…
[/color]

[Flemme de mettre les autres codes, désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De retour...[pv Misao, Viladra]

Revenir en haut Aller en bas

De retour...[pv Misao, Viladra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» De retour...[pv Misao, Viladra]
» Une prisonnière supplémentaire [rp Misao + Viladra]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde d'Ewilan :: Terres de l'Est :: Plaines et montagnes de l'Est :: Forteresse principale du Chaos-